Traduction 2003 Agrégation d'anglais Agrégation (Interne)

Publié par

Concours de la Fonction Publique Agrégation (Interne). Sujet de Traduction 2003. Retrouvez le corrigé Traduction 2003 sur Bankexam.fr.
Publié le : vendredi 8 juin 2007
Lecture(s) : 117
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Concours interne de recrutement des professeurs agrégés et concours d’accès
à l’échelle de rémunération
Session 2003
TRADUCTION - Durée : 5 heures
Version et thème assortis de l’explication en français de choix de traduction portant sur les
segments soulignés.
I. VERSION
Before reaching Knightsbridge, Mr Verloc took a turn to the left out of the busy main thoroughfare,
uproarious with the traffic of swaying omnibuses and trotting vans, in the almost silent, swift flow of
hansoms. Under his hat, worn with a slight backward tilt, his hair had been carefully brushed into
respectful sleekness; for his business was with an embassy. And Mr Verloc, steady like a rock-a soft kind
of rock-marched now along a street which could with every propriety be described as private. ln its
breadth, emptiness, and extent it had the majesty of inorganic nature, of matter that never dies. The only
reminder of mortality was a doctor's brougham arrested in august solitude close to the kerbstone. The poli
shed knockers of the doors gleamed as far as the eye could reach, the clean windows shone with a dark
opaque lustre. And all was still. But a milk cart rattled noisily across the distant perspective; a butcher
boy, driving with the noble recklessness of a charioteer at Olympic Games, da shed round the corner
sitting high above a pair of red wheels. A guilty-Iooking cat issuing from under the stones ran for a while
in front of Mr Verloc, then dived into another basement, and a thick police constable, looking a stranger
to every emotion, as if he, too, were part of inorganic nature, surging apparently out of a lamp-post, took
not the slightest notice of Mr Verloc.
Joseph CONRAD,
The Secret Agent
(1907),
Penguin Modern Classics, 1973, chapter 2, p. 21.
II. THEME
Vers quatorze heures, Clémentine s'apercevait soudain que les aînées rentreraient dans à peine
trois heures et qu'elle ne s'était acquittée d'aucune des tâches d'une mère de famille.
Elle sautait alors dans des vêtements ordinaires, courait au coin de la rue acheter des aliments sérieux,
rentrait pour donner au logis une apparence possible, jetait le linge sale dans la machine puis partait à
l'école chercher les enfants. Dans son empressement, elle n'avait pas toujours le temps ou la présence
d'esprit d'enlever à Plectrude son déguisement - pour la simple raison qu'à ses yeux ce n'était pas un
déguisement.
Ainsi, on voyait marcher dans la rue une jeune femme enjouée, tenant par la main une microscopique
créature parée comme ne l'eussent pas osé les princesses des Mille et Une Nuits.
À la sortie de l'école, ce spectacle provoquait tour à tour la perplexité, le rire, l'émerveillement et
la désapprobation.
Nicole et Béatrice poussaient toujours des cris de joie en voyant l'accoutrement de leur petite soeur,
mais certaines mères disaient à haute et intelligible voix:
- On n'a pas idée d'habiller une enfant comme ça!
- Ce n'est pas un animal de cirque!
- Il ne faudra pas s'étonner si cette petite tourne mal, plus tard!
- Se servir de ses enfants pour faire son intéressante, c'est inqualifiable!
Amélie NOTHOMB,
Robert des noms propres,
Albin Michel, 2002, p. 35-36.
III.
Le candidat expliquera et justifiera sa traduction des mots et segments soulignés dans la version et dans le
thème.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.