UP1 economie descriptive 2008 seg

Publié par

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - UFR d’économie – N. Canry, J. Couppey-Soubeyran, I. Hirtzlin– Janvier 2008 ÉCONOMIE DESCRIPTIVE Durée : 2 heures ; aucun document n’est autorisé ; merci de vider les mémoires des calculettes avant le début de l’épreuve ; la présence de données dans ces mémoires sera considérée comme une fraude, même si elles ne sont pas utilisées. Exercice 1 (2,5 points) : TES. On étudie une économie comprenant 3 branches : A (Energie), B (Industrie manufacturière), C (Services). Seuls les ménages consomment de l’énergie locale, les branches productives consomment de l’énergie importée. Les CI en produit B sont de 9 pour la branche A, de 14 pour la branche B. Les intraconsommations de la branche A sont de 4. Les coefficients techniques de la branche C sont de 0,3 en produit A et 0,15 en produit B et de 0 en produit C. La consommation en produit A de la branche B est de 18, et de 3 en produit C. La VAB de la branche A est de 15 et sa production de 30. La VAB de B est de 16. La production de C est de 40. Les importations sont de 34 en produit A, de 19 en produit B et de 0 en produit C. Les emplois finals sont de 41 en produit B. a) Construire le TES de cette économie. b) Suite à un choc pétrolier, le prix des importations énergétiques est multiplié par 1,5. On suppose que les branches ne souhaitent pas répercuter ces hausses sur le prix de leur production. Quelle sera alors la valeur ajoutée de chacune des branches ? ...
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 220
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - UFR d’économie –
N. Canry, J. Couppey-Soubeyran, I. Hirtzlin– Janvier 2008
É
CONOMIE DESCRIPTIVE
Durée : 2 heures ; aucun document n’est autorisé ; merci de vider les mémoires des calculettes avant le
début de l’épreuve ; la présence de données dans ces mémoires sera considérée comme une fraude,
même si elles ne sont pas utilisées.
Exercice 1 (2,5 points) : TES
.
On étudie une économie comprenant 3 branches : A (Energie), B (Industrie manufacturière), C
(Services). Seuls les ménages consomment de l’énergie locale, les branches productives consomment
de l’énergie importée.
Les CI en produit B sont de 9 pour la branche A, de 14 pour la branche B. Les
intraconsommations de la branche A sont de 4. Les coefficients techniques de la branche C sont de 0,3
en produit A et 0,15 en produit B et de 0 en produit C. La consommation en produit A de la branche B
est de 18, et de 3 en produit C. La VAB de la branche A est de 15 et sa production de 30. La VAB de
B est de 16. La production de C est de 40. Les importations sont de 34 en produit A, de 19 en produit
B et de 0 en produit C. Les emplois finals sont de 41 en produit B.
a) Construire le TES de cette économie.
b) Suite à un choc pétrolier, le prix des importations énergétiques est multiplié par 1,5. On suppose
que les branches ne souhaitent pas répercuter ces hausses sur le prix de leur production. Quelle sera
alors la valeur ajoutée de chacune des branches ? Commenter.
Exercice 2 (2,5 points) : Contribution à la croissance du solde extérieur
Milliards d’euros
2005
2006
Importations
462,9
507
Exportations
447,3
481,2
PIB
1717,9
1792
Indice des prix du PIB
(évolution en %, par rapport à
l’année précédente)
1,7
2,3
A partir des données du tableau :
a) calculer la contribution des importations à la croissance du PIB en volume.
b) calculer la contribution des exportations à la croissance du PIB en volume.
c) à partir des résultats précédents, déterminer la contribution du solde extérieur à la croissance du PIB
en volume.
Exercice 3 (2,5 points) : Consommation
.
Dépenses en soins de santé
2005
2006
DCF des ménages
19,7
20,9
DCF individuelle des APU
90,9
94,1
PIB
1717,9
1792,0
A partir des données du tableau :
a) Calculer la consommation finale effective des ménages en soins de santé pour les deux années et
son évolution entre 2005 et 2006. Commenter.
b) A quoi sert la notion de consommation finale effective ?
Exercice 4 (3 points) : Comptes des sociétés non financières
Etablir le compte de capital et le compte financier en flux des SNF à partir des données suivantes.
Soient les informations suivantes sur les SNF : la VAB est de 120. La rémunération des salariés est de
69, dont 15 de cotisations employeurs effectives. Les SNF versent 15 d’intérêts et payent 10 de
dividendes ; elles reçoivent pour 3 de dividendes. Leur
revenu disponible brut est de 6. Les CI sont de
27 et la FBCF de 25. Les stocks des SNF ont diminué de 4. Les impôts sur les produits sont de 17, et
les impôts sur les bénéfices de 15. Les subventions d’exploitation sont de 4 et les aides à
l’investissement sont de 5. Les SNF ont émis des actions pour 11 et des billets de trésorerie pour 5.
Elles ont vendu pour 6 d’actions et ont acheté pour 3 d’obligations. Enfin, elles ont remboursé pour 9
de crédits.
Exercice 5 (3 points) : indicateurs des finances publiques
Milliards d’euros
2006
Déficit des APU
46,2
Dette des APU
1150
PIB
1792
A partir des données du tableau :
a) Expliquer la différence entre déficit public et dette publique.
b) Calculer le taux de déficit public.
c) Calculer le taux de dette publique.
d) Quel serait le taux de croissance du PIB nécessaire pour que le taux de déficit public calculé en b)
soit compatible avec un taux de dette public stabilisé à 60%.
Question 1 (2 points)
: Quelle incidence une crise immobilière a-t-elle sur le patrimoine des
ménages ? Une crise financière a-t-elle la même incidence sur le patrimoine national ? Pourquoi ?
Question 2 (2 points)
: En 2006, le pouvoir d’achat du Revenu Disponible Brut a augmenté de 2,3%.
Que signifie cette affirmation ? Expliquer pourquoi les ménages ont la sensation que leur pouvoir
d’achat a baissé durant cette même année ?
Question 3 (2,5 points):
Commenter l’extrait suivant du rapport Attali (Le Monde du 20 janvier
2008) :
« Telle que définie aujourd'hui, la croissance économique est un concept insuffisant pour décrire la
réalité du monde. C'est même un concept trompeur, qui croît avec les désordres de la mondialisation,
les injustices, et qui s'accommode fort bien des désastres écologiques, du réchauffement climatique et
de l'épuisement des ressources. En l'absence d'autres instruments de mesure, il faut s'en servir, mais
non s'en contenter : la croissance dont il sera question ici sera infiniment plus diverse, multiforme et
qualitative. (...) »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.