Culture scientifique et technique

Publié par

Rapport d'activités Culture scientifique et technique

  • stands des laboratoires au village des sciences

  • action culturelle de l'univer- sité marquant la volonté

  • université ouverte sur l'école

  • relation avec le service d'action cultu- relle de l'université

  • culture scientifique


Publié le : lundi 18 juin 2012
Lecture(s) : 31
Source : lara.inist.fr
Nombre de pages : 63
Voir plus Voir moins

Rapport d'activités
Culture scientifique et technique1,Ce rapport d’activités a été coordonné et rédigé par Dominique Bernard ,
2 3 4 5Alain-Hervé Le Gall , Stéphane Bourlès , Isabelle Jézéquel , Marie-Aude Lefeuvre
1 dominique.bernard@univ-rennes1.fr ; UFR SPM - UMR CNRS 6226 
2 ahlegall@univ-rennes1.fr ; UFR SPM - Centre armoricain de recherches en environnement 
3 stephane.bourles@univ-rennes1.fr ; UFR SPM - Institut de physique de Rennes 
4 isabelle.jezequel@univ-rennes1.fr ; Imprimerie de l’université de Rennes 1 
5 marie-aude.lefeuvre@univ-rennes1.fr ; Diapason - Service culturel de l’université de Rennes 1 Edito
LA SCIENCE : UNE PASSION A PARTAGER !
otre université compte de nombreux laboratoires mix- Première actrice de la culture scientifique, l’université a pour parte-
tes réunissant universitaires, enseignants-chercheurs et naires les établissements scolaires, le rectorat et les associations de Nchercheurs des grands organismes de recherche dont une culture scientifique avec lesquels elle cherche à renforcer les liens
des missions est la diffusion des connaissances et l’éducation à de coopération (Espace des Sciences, Abret, Petits débrouillards…)
la culture scientifique (ces acteurs n'hésitent pas à “mettre la Avec aussi les collectivités locales et régionales et les grands orga-
main à la pâte” pour faire partager leurs passions, leurs savoirs nismes de recherche (CNRS, INRA, INSERM, INRIA…), nous avons
et leurs doutes). la volonté de développer encore plus échanges et projets...

L'université de Rennes 1 dispose de plusieurs structures muséales Il nous est apparu nécessaire de réaliser un document, bilan
et de conservation de collections : d’étape, pour présenter la richesse des diverses interventions. Par
sa nature même, la culture scientifique est très décentralisée et le - sur le campus de Beaulieu, un musée de géologie, un ensemble
fruit d’une démarche de "passion des sciences". Elle est donc très de collections scientifiques de zoologie et de botanique, des col-
foisonnante. Impossible de citer dans le détail toutes les actions lections d’instruments scientifiques parfois très anciens dont
menées, cela risquerait de devenir ennuyeux ! Nous avons donc nous faisons un inventaire précis, des collections de botanique
pris le parti de présenter plutôt les grandes opérations et les dans les serres ;
actions originales ou exemplaires.
- sur les autres campus : des collections d’herbiers (collection "des
Abbayes" en pharmacie), d’instruments, de livres anciens... ;
Merci aux nombreux personnels de l’université de Rennes 1 qui - à Penmarc'h (29), un musée regroupe des collections d’archéolo-
y ont participé la plupart du temps "bénévolement", le soir ou le gie et d’archéosciences.
week-end. Merci aussi à nos partenaires dont les noms se retrou-
Ces collections s’enrichissent de jour en jour grâce aux acquisitions
veront cités à de nombreuses reprises dans ce document.
et à notre programme de sauvegarde, conservation et valorisation
du matériel contemporain, mené en collaboration avec le Musée
des Arts et Métiers et pour lequel nous sommes pilote régional. Nul doute que les années qui viennent nous permettront encore
Grâce aux nombreuses actions en direction des publics, ses riches- d’amplifier cette orientation. C’est notre volonté et celle des per-
ses patrimoniales et ses laboratoires sont accessibles à tous. sonnels de notre université de plus en plus impliqués et motivés
pour faire partager notre "passion sciences".
Notre action ne se limite cependant pas aux domaines du patri-
moine. La multiplicité des échanges entre laboratoires/chercheurs
et publics notamment scolaires se traduit par un foisonnement Guy Cathelineau
d’initiatives : expositions, conférences, visites de laboratoires, inter-
Président de l’Université de Rennes 1
vention dans les classes…
Elle s’inscrit aussi dans la dynamique politique culturelle de
l’établissement piloté par le service culturel avec son bel équipe-
Dominique BERNARDment, Le Diapason et dans la politique générale de notre univer-
sité à travers les programmes et contrats pluri-annuels (Contrat Commission culture scientifique et technique
quadriennal, Contrat de Projet Etat-Région…) 2006-2007
deux années très fructueuses !
Difficile de partialiser une activité qui se présente comme interdisciplinaire et à multi- approches. Nous
avons cependant décidé de présenter ce rapport à partir de cinq thèmes principaux :
La conservation et la valorisation du patrimoine page 4
•Lescollections ..............................................................................................................................................................page 6
•Lesdepaléontolog ie .page 7
•LescollectionsMathurinMéheut ..............................................................................................................................page 8
•Lesd'ar c héolog ie , debotanique , dezoolog ieetautr es ........................................................................page 10
•Collectionlic hens “des Abba y es” page 12
•Lem uséedepréhistoir edeP enmar c'h .....................................................................................................................page 14
•Lasauv egar deetlav alorisationdupatrimoinescientifiqueettec hniquecontempor ain .................................page 16
•Unear c hedesSciencessurlecampusdeBeaulieu ................................................................................................page 20
•Bibliothèqueuni v ersitair edesciencesetphilosophie ............................................................................................page 22
•Lepar coursbotaniquedeBeaulieu ...........................................................................................................................page 23
Une université ouverte sur l'école page 24
•Rencontr essciencesetcito y ens ................................................................................................................................page 25
•Lac himieetlac hocolaterie ........page 26
•Bullesetmousse ...........................page 27
•L'IUTdeRennesr encontr elesécolesprimair es ......................................................................................................page 28
• Aladécouv ertedelar ec her c he2007... .....................................................................................................................page 30
• Aladécouv ertedelar ec her c he2008... page 31
•Lecongrèsdesjeunesc her c heurs•Descollég iens , du TPaulabo .....................................................................page 32
•MenHaHouarnoul'ar c héolog ieexpliquéeauxenfants ........................................................................................page 33
Des temps forts : Fête de la Science, Festival des sciences, la nuit européenne des chercheurs page 34
•Lesstandsdeslabor atoir esau V illa gedesSciences2006 ......................................................................................page 35
•Géolog iedanslecentr evilledeRennes ...................................................................................................................page 37
•Lesstandsdeslabor atoir esau V illa gedesSciences2007 .......................................................................................page 38
•LeF esti v aldessciences2006 .....................................................................................................................................page 41
•LeF esti v aldessciences2007 ......page 44
•Lan uiteur opéennedesc her c heurs ..........................................................................................................................page 46
Un foisonnement d’initiatives page 47
•Ducôtédesmaths .......................page 47
•LeF esti v aldesexplor ateurs .......................................................................................................................................page 48
•L'annéepolair einternationale•Lasemainedel'en vir onnement .......................................................................page 49
•Collabor ationa v ecl'Espacedessciences.................................................................................................................page 50
•Lamaquetteh ydr ogéolog ique ....page 52
•L'institutdeph ysiquedeRennes:uneréalité .........................................................................................................page 53
•Lacultur escientifiqueetlew ebdeslabor atoir es ...................................................................................................page 54
Une université au DIAPASON de sa culture scientifique et technique page 55
La culture scientifique ailleurs sur le web page 60La culture scientifique, une
politique clairement affirmée
à l’université de Rennes 1
n 2000, l’université de Rennes 1 a décidé les établissements secondaires, que le grand Stéphane Bourlès, Ingénieur CNRS à l’Insti-
de créer une commission de la culture public. Elles constituent aussi une des trois tut de Physique, responsable des échanges Escientifique et technique dont le rôle missions du service public de l'enseignement scolaires ;
est de réfléchir à la politique et à l’organisa- supérieur. Ouverte sur la société et les débats Alain Canard, Professeur Ecologie-Biologie,
tion d’actions dans les domaines touchant à qui la traversent, cette mission peut amener responsable des musées zoologie-botanique
la diffusion des connaissances scientifiques et aussi à des positions complémentaires, diffé- et du projet Arche des Sciences ;
techniques tant à l’extérieur, auprès du public rentes, voire antagonistes et à la présentation
J ean-Pierr e Escofier , MCF , mathématiques et
qu’à l’intérieur de l’université, parallèlement lucide et critique de la «science».
histoire des sciences ;
et en relation avec le service d’action cultu-
Alain-Hervé Le Gall, Ingénieur au Caren Composition de la commission de relle de l’université.
Géosciences, chargé de communication, culture scientifique de l'université
Le développement de la culture scientifique
responsable du site web et de la documen-
La Cultur e Scientifique et T ec hnique (CST)et technique est un des objectifs affichés
tation ;
est prise en charge par une commission constamment dans les différents contrats
Marie-Aude Lefeuvre, directrice du Service interdisciplinaire ad-hoc, dont le président, d’objectifs passés avec les partenaires publi-
culturel et du Diapason ;durant la période 2006-2007, était Bertrand ques (Contrat de Projet Etat-Région, Contrat
F ortin, Président de l’uni v ersité de Rennes1; J ean-P aul T ac hé, pr ofesseur de ph ysique estd’Etablissement quadriennal) et est soutenu
Dominique Bernard, physicien, en était le chargé des collections d’instruments.par les ministères concernés et les collectivi-
vice-président. La commission coordonne ses tés régionales et locales. Parmi ces objectifs Une quarantaine de personnes y participent et
activités au sein de l’université et promeut la citons : elle est ouverte à des membres extérieurs.
CST à l’extérieur lors de festiv als scientifiques
• l'intégr ation de la «culture scientifique et
et autres manifestations avec les différents
technique» à l’action culturelle de l’univer- La CST de l’université s’affiche acteurs régionaux ou nationaux. Elle se réu-
sité marquant la volonté de décloisonner sur le webnit environ quatre fois par an en plénière et
les activités et particulièrement de poser la
aussi sur projets ciblés. Les comptes-rendus
«connaissance scientifique» dans ce qu’elle
de ces réunions sont disponibles sur le site La commission CST s’est dotée en 2003a de multiple, de différent et aussi de com-
delaCST . d’un site web pour promouvoir et valo-mun avec les autres connaissances, artisti-
riser ses acti vités : Alain-Hervé Le Gallques notamment
(laboratoire Géosciences et représentant COMPOSITION• une sensibilisation et une ouverture plus
du CAREN dans cette commission) a été
grande à l’école et au public dans une * Président : Bertr and FOR TIN , président du
chargé de réaliser le site
volonté d'éducation et de sensibilisation PRES Université Européenne de Bretagne
aux sciences et techniques. * V ice-Président : Dominique BERNARD , http://cst.univ-rennes1.fr
Maître de conférences en Physique, Sciences Les actions de la commission de la CST
ChimiquesLes activités rassemblées ici sous le vocable se traduisent notamment par la valo-
d’«éducation aux sciences» concernent aussi Le bureau de la commission regroupe risation des collections de l’université.
bien tous les personnels et les étudiants que aussi : Ces collections sont gérées par l’uni-
versité de Rennes 1 et constituent des
lieux de culture pour tous. Une ving-
taine d’œuvres d’art implantées sur
les campus de l’université montrent
que l’association art et science existe
à Rennes 1. La rubrique des Lieux d’art Pour contacter la commission
propose une initiation à la découverte
Dominique Bernard
de ces créations artistiques. Les cher-
Laboratoire Sciences chimiques - UMR
cheurs s’exposent dans la galerie de
6226 - Bat 10 A -
portraits. C’est l’amorce d’un dialogue
Campus de Beaulieu, 263 avenue du avec les "non-initiés de la science" en
Général Leclerc - 35042 Rennes cedex relatant le parcours qui les a amenés à
Tél. :0223236240 la recherche et en expliquant ce que la
recherche signifie pour eux.Dominique.Bernard@univ-rennes1.frConservation et la valorisation du patrimoine scientifique
activement au “Programme national de conserva-Une université très ancienne !
etion du patrimoine scientifique du xx siècle” piloté
Si la naissance des facultés de droit et de médecine
par le Conservatoire National des Arts et Métiers
est très ancienne (décembre 1735 pour le droit),
(D . T houlouze et C . Cuenca) et monte actuellement
l’histoire de la faculté des sciences commence réel-
un réseau régional Bretagne de conservation avec lement par sa naissance officielle le 12 septembre
le D .R.R.T , J ean-Marie Haussonne , et d’autr es par-1840 et la nomination de Félix DUJ ARDIN (pr ofes-
tenaires régionaux. seur de zoologie) comme doyen. Elle venait à la suite
de la création des collèges royaux (le futur lycée Les structures muséales
Emile Zola de Rennes) en juillet 1536. C’est ainsi
Nous disposons actuellement de plusieurs structu-
que l’enseignement de la
res muséales et de conservation de collections :
physique est attesté dès
* Penmarch (29), un musée regroupe des collections ...1606.
d’archéologie et d’archéosciences ;
Une politique dyna- * Sur le campus de Beaulieu, un musée de géologie,
mique de conserva- un ensemble de collections scientifiques de zoolo-
tion et valorisation gie et de botanique, des collections d’instruments
du patrimoine scientifiques dont nous faisons un inventaire précis,
des collections de botanique dans les serres, des Compte tenu de son de modèles de fleurs en cire ou carton, ancienneté, l’université
polychrome, un arboretum ;possède un patrimoine
scientifique extrême-
Le Présidial (1840 - 1854)
ment riche et précieux qui s’est enrichi au fil du
temps. Si certains domaines scientifiques, comme
celui des Sciences de la V ie et de l’En vir onnement,
Géosciences ou les Archéosciences ont une expé-
rience très ancienne. D’autres secteurs s’en sont
aussi préoccupés ces dernières années.
Des financements ministériels ont d’ailleurs été
obtenus pour conserver et valoriser ce patrimoine.
Chaque manifestation publique est l’occasion
d’ouvrir les portes et de faire voir ces collections
aux scolaires et publics divers.
L’université (A. Canard et D. Bernard) participe Le Palais de l’université (1855-1896)
4Notre université peut se prévaloir sérigraphie, mosaïque, tapisserie, * Sur les autres campus : des collections d’ins-
d'un important patrimoine ar- installation...Leur présence, leur truments scientifiques, d’herbiers (collection “des
tistique, culturel et scientifique, puissance symbolique sont insépa-Abbayes” en pharmacie), de plantes médicinales
qu'évoquait le livre Université de rables, à plusieurs titres, de l'esprit dans des vitrines d'époque, de reconstitution d'un
Rennes 1 - La volonté de progresser, qui anime nos activités d'enseigne-
cabinet dentaire ancien, de livres anciens...
d'innover et d'entreprendre, ment et de recherche. Ces
publié à l'automne 2001. oeuvres témoignent en effet Le patrimoine artistique
L'idée est alors née, indé- de notre volonté, lors de la
Côté conservation du patrimoine, un effort parti-
pendamment d'une réflexion construction de nouveaux
culier a été entr e pris ces dernièr es années . V oir par plus globale sur la politique sites ou bâtiments, de sou-
exemple la publication des deux livres, réalisés par de restauration à envisager tenir l'innovation artistique
Clarence Cormier à l'université, responsable de la dans les années à venir, de hors les murs des musées
communication, pour le premier et sous sa direction présenter dans un ouvrage et de favoriser un dialo-
pour le second : l'ensemble des oeuvres d'art gue fructueux, transversal
qu'elle possède. Il s'agit, dirait-on aujourd'hui, entre * “L ’AR T c hemin faisant" présentant les oeuvr es de
pour la plupart, de comman- l'architecture et les arts
l’université.
des publiques de l'université plastiques ou décoratifs. La
* “L 'Université de Rennes 1, la volonté de progresser, de Rennes 1, dans le cadre du 1% qualité de notre cadre de travail
d’innover et d’entreprendre” artistique lié à la construction de et de vie ne peut qu'y gagner. Dans
bâtiments. Au fil des décennies un registre "pédagogique", elles
s'est ainsi constitué un patrimoine offrent à tous ceux qui fréquentent
esthétique, empruntant à diverses notre université un contact avec
tendances ou formes d'expres- des figures représentatives de la
sion : sculpture, peinture, dessin, création contemporaine.
chemin faisant
2928
Sculpture en béton,CAMPUS DE BEAULIEU
Ervin Patkaï :
devant le bât. 28
263, AVENUE DU GÉNÉRAL-LECLERC – RENNES
Mosaïque,
Le Grand Aimant,André Lanskoy :
er François Stahly :1 étage du bât. 28
IUT de Rennes

La Porte du soleil,
Vincent Batbedat :
à l’est du bât. 2
Sculpture en granit
dans un bassin,
Francis Pellerin :
École nationale
supérieure de
Deux tableaux, chimie de Rennes
Jean Le Merdy :
club des professeurs
(bât. 1)

Fresque murale,
Francis Pellerin :
École nationale
supérieure de chimie
de Rennes
Tapisserie,
Yves Millecamps :
ergalerie 1 étage
du bâtiment
administratif (bât. 1)
Collections
Fresque murale, Mathurin Méheut
Francis Pellerin : et Yvonne Jean-
club des professeurs Haffen : bâtiment
(bât. 1) d’enseignement de
Tapisserie,
géologie (bât. 5)
Jean Lurçat :
L’Anneau de Möbius, ergalerie 1 étage
Paul Griot : Portes d’entrée, du bâtiment
parvis du bâtiment Raymond Subes : administratif (bât. 1)
administratif (bât. 1) bâtiment La faculté des sciences (1894 - 1937) administratif (bât. 1)
chemin faisant
Extrait du livre "L’Art, Chemin faisant"
Rapport d’activités CCST - 2008
5
UNIVERSITÉ DE RENNES 1
UNIVERSITÉ DE RENNES 1Les co LLections
sont transférées en 1938 à l’Institut de Géologie, rue Historique
du T habor . Les collections municipales (géologie ,
Les collections de l’université sont antérieures à
archéologie, botanique, zoologie) restent au musée
l’ouverture de la faculté des sciences de Rennes.
municipal, ouvert au public.
L’origine des plus anciennes pièces se situe au
e En 1944, l'armée allemande fait sauter les ponts sur milieu du siècle. En effet, quelques spéci-
la V ilaine pour r etar der l’a v ancée des armées alliées . Compte tenu de son mens ont appartenu au Cabinet des curiosités
Le Palais universitaire est partiellement détruit. Pour de Christophe-Paul de Robien, dont le catalo-ancienneté, l'université
les protéger, les collections du musée municipal sont gue des collections existait déjà en 1743. A ces de Rennes 1 possède un
dispersées dans les écoles et lycées rennais ainsi que collections, devenues "bien national" en 1792, patrimoine scientifique
dans la faculté des sciences proche. Le bâtiment de s'ajouteront d’autres, conservées au “Muséum
extrêmement riche et la place Pasteur est aménagé pour mieux abriter les d’Histoir e natur elle et des arts”, et accessibles
précieux collections qui y restent à l’abri de la lumière, du au public de 1798 à 1814 à l’ancien évêché de
public et ... des étudiants jusqu’en 1967.Rennes, place Saint-Melaine.
Le campus de Beaulieu est aménagé pour abriter un La faculté des sciences de Rennes, s’ouvre solen-
nombre d’étudiants toujours croissant. Une partie nellement en 1840 et pour l’enseignement en
des bâtiments prévus pour héberger les collections 1841. Les cours ont lieu au Présidial de l’Hôtel de
(anciennement municipales) se révèle inadéquat. ville jusqu’en 1855. Afin
d’illustrer les enseigne-
ments, pour compléter
les collections déjà sur
place, des achats d’ob-
jets scientifiques sont
effectués. Les locaux
sont assez exigus et le
Doyen, Professeur de
Zoolog ie , Félix Dujar din
doit travailler chez lui,
Le chantier du campus de Beaulieu
faute de place. en 1963
La F aculté des Sciences
Les collections gagnent progressivement le campus ;
gagne entre 1855 et
celles de géologie arrivent en 1972 et bénéficient La faculté des sciences à l'Hôtel de Ville 1858 un bâtiment plus vaste
(1841-1858) d’une présentation muséologique.
construit sur les bords de la
D’une façon générale, les collections constituées V ilaine dont le cours vient d’être rectifié : le
du campus de Beaulieu sont maintenues dans des Palais Universitaire.
conditions ne permettant pas une bonne conserva-
Dans cet édifice un musée municipal d’histoire
tion. Celles de matériels et instruments scientifiques,
naturelle sera ouvert au public en 1872. Il pré-
qui ne forment pas au début une collection, sont
sente des collections enrichies considérablement
constituées d’objets qui, au mieux, gagnent progres-
entre 1860 et 1870 par la Société des sciences
sivement des locaux désaffectés, ou disparaissent
physiques et naturelles du département d’Ille-
dans des ventes ou, au pire, partent à la “benne”.
et-V ilaine .
Plusieurs projets se sont succédés pour la création
Le nombre d’étudiants n’ayant cessé de croître, il
d’un site de préservation et de valorisation des col-
faut construire un nouveau bâtiment pour la faculté
lections :
des sciences qui s’installe à partir de 1894 dans un
- Musée des sciences naturelles (1968) ; projet MASUR bâtiment pr oc he du port de V iarmes (place P asteur).
(1973)
Les collections universitaires de matériel scienti-
- Musée des sciences naturelles (1982). Ce projet est à l’ori-
fique, de botanique, de zoologie gagnent progres-
gine de la création du CCSTI de Rennes qui est devenu
sivement ce bâtiment, les collections de géologie l’Espace des Sciences.
6
vixAmmoniteLes collections de paléontologie
Responsables : Didier Néraudeau et Jean Plaine
es collections de paléontologie de Géosciences issue de l’ancien Muséum d’Histoir e natur elle de
Rennes correspondent à plusieurs millions de Rennes. Ce type de collections représente plusieurs Lfossiles dont l’inventaire n’est que partielle- centaines de milliers d’échantillons correspondant
ment réalisé. Il s’agit de collections issues de diffé- à plusieurs millions de spécimens.
rentes origines, mais provenant le plus souvent soit Dans la dernière catégorie, prédominent les col-
d’anciens enseignants-chercheurs en paléontologie lections réalisées par des chercheurs de renom
de l’Université de Rennes (doctorants, enseignants, d’autres établissements de recherche, récupérées
chercheurs CNRS), soit de donateurs privés, soit de par des c her c heurs r ennais , telle la collection HUPÉ
l’ancien Muséum d’Histoir e Natur elle de Rennes ou “sauvée”par J ean-Loup Henry (ancien maître de
d’autres muséums nationaux. conférences rennais) lors des déménagements des
Dans la première catégorie, se mêlent des collections collections des universités parisiennes. Là-aussi, ce
edu XIX siècle constituées par des chercheurs rennais type de collection représente plusieurs centaines
de renom, fondateurs de la paléontologie française, d’échantillons correspondant à milliers
etels CRIé et SEUNES, et des collections du XX issues de spécimens.
de chercheurs rennais à la retraite, ou décédés, tel Les collections de paléontologie rassemblent donc à
CHA UVEL. Il y a ég alement des collections ré alisées la fois un patrimoine histo-
rique, témoin de l’histoire
des sciences paléontologi-
ques à Rennes et ailleurs
en F r ance , un patrimoine
scientifique, composé de
spécimens de référence
qui ont servi de support à
des diplômes (DEA, thèses)
et des articles scientifiques
et un patrimoine muséo-
graphique, dans la mesure où nombre de spécimens
par des étudiants ayant préparé leur DEA ou/et leur remarquables méritent d’être exposés dans le cadre
thèse à Rennes mais n’ayant pas continué dans la d’expositions sur l’origine de la vie et sur l’évolution
r ec her c he , tels LEBR UN et VUILLEMIN , des collec- des espèces, en Bretagne et plus largement dans le
tions réalisées par d’anciens étudiants de Rennes monde.
devenus chercheurs ou enseignants dans d’autres
Ampleur des collectionsuniversités , tels LEMENN et RA CHEBOEUF (Univ .
Brest) ou HUPÉ (Univ . Paris6), ou conservateurs Une grande partie des spécimens n’est pas encore
de muséums régionaux, tel RÉGN A UL T (Muséum référencée sur banque de données. Mais, afin de
Nantes). donner une indication sur l’ampleur des collections,
Au total, ce type de collections représente plusieurs et corrélativement sur l’importance du travail qui
milliers d’échantillons correspondant à reste à accomplir, nous précisons que les pièces de
centaines de milliers de spécimens. références publiées (types et figurés) font l’objet de
3700 fiches informatisées et les collections histori-Dans la seconde catégorie, on trouve de très nom-
e e ques non publiées correspondent à plus de 10 000 breuses collections du XIX et du XX siècles, de taille
fiches informatisées.très variable en terme de nombre de spécimens.
L’une des plus importantes est celle du Dr ALLIX,
Rapport d’activités CCST - 2008
7
© Pamela Huron Yvonne Jean-Haffen, Le cap fréhel (130 x 247 cm)
Les collections Mathurin Méheut
n 1941, le bâtiment de l’Institut de Géologie, Yv onne J ean-Haffen qui réalise 5 vues de pa ysa ges
rue du T habor à Rennes , n’a que quelques bretons. La tâche se révèle difficile, en raison de res-Eannées lorsque Yves Milon, son concepteur, trictions de déplacement et de difficultés à obtenir
do y en de la F aculté des sciences , a ppr end que des les matériaux pendant la guerre.
fonds sont disponibles pour aider les artistes à En mai 1945, la commande est honorée, hormis
deux panneaux qui concer-
nent l’activité des géologues,
au laboratoire et sur le terrain
et qui seront terminés en 1946.
Les 25 toiles sont marouflées
sur les murs de l’Institut de
mai 1947 (date de son inaugu-
ration) à mars 1948. Le projet
d’Yves Milon est ainsi concré-
tisé, l’art se mettant au service
de la science, ceci pendant près
de 25 ans.
Après le transfert du labora-
toire et des collections vers
le campus scientifique de
Beaulieu à l’été 1972, l’essentiel
des panneaux (18) est déma-
rouflé, le bâtiment de l’Ins-
titut devenant la Présidence
de l’Université de Rennes 1,
Mathurin Méheut, Les Mammouths et déposé dans l’atelier d’une
(195 x 295 cm) entreprise de restauration des œuvres d’art. Une
l’embellissement de locaux universitaires récents.
partie des toiles (7) reste pourtant en place dans
Il songe immédiatement à Mathurin Méheut pour
le bureau que conservera Yves Milon jusqu’à son
un décor. Il fait part de son projet à l’artiste et le
décès en 1987.
soumet à l’administration des Beaux-Arts de façon
à imposer son nom.
En 1975 le laboratoire assure pourtant le montage Fin 1941 le peintr e accepte la commande qui est
sur châssis de 8 toiles qui sont accrochés sur les confirmée par les Beaux-Arts en 1942. Yves Milon lui
murs d’une salle de cours et dans le bâtiment de confie les sujets à réaliser. Il est convenu que la pein-
recherche. De son côté, l’université, pour orner sa ture doit s’inspirer de la technique du camaïeu, la
salle de réception, fait monter deux toiles d’Yvonne couleur devant varier du brun foncé au jaune clair,
J ean-Haffen et une toile de Mathurin Méheut. En en incluant toutes les nuances de gris, pour être
1978, les panneaux entreposés à l’extérieur rejoi-en accord avec le mobilier des collections. Dès lors
gnent le campus de Beaulieu. Cette situation peu Mathurin Méheut s’engage dans la réalisation de 20
satisfaisante va perdurer de longues années. panneaux décoratifs destinés à couvrir toutes les
surfaces murales de l’Institut. Il associe à ce travail
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.