Eps septembre

Publié par

Niveau: Secondaire

  • fiche - matière potentielle : liaison natation pour le suivi des apprentissages

  • cours - matière potentielle : du cycle… prolongements en classe


Eps 52 septembre 2011

  • enseignement de la natation

  • piscine… décision en conseil d'école

  • bénévole agréé - tâche de surveillance

  • projet de l'ensei- gnant

  • regle de discipline et de respect du reglement interieur

  • vestiaire


Publié le : jeudi 1 septembre 2011
Lecture(s) : 31
Tags :
Source : ac-reims.fr
Nombre de pages : 39
Voir plus Voir moins


Eps 52 septembre 2011



L’apprentissage de la natation contribue au développement des compétences et des
connaissances qui permettront à l’élève de s’engager en toute sécurité dans le milieu aquatique
et d’accéder aux pratiques nautiques sportives ou de pleine nature.

Apprendre à nager en toute sécurité, tel est l’objectif du document réalisé « Natation à l’école
primaire, Haute-Marne » qui vise à renforcer la cohérence et le suivi de l’enseignement de la
natation dans les écoles en aidant à la prise en compte nécessaire et obligatoire de la
réglementation.

Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de ce document qui vous aidera à
mettre en œuvre, en toute sécurité, un enseignement de la natation plus efficace.



La Directrice Académique





Martine Gauthier
2 Eps 52 septembre 2011 A/ Avant d’aller à la piscine…


Décision en Conseil d’école.
Définition du ou des cycles concernés - Discussion en Conseil des maîtres
Renseignements sur le coût (transport + piscine)
Budget établi en tenant compte que la gratuité des activités pendant le temps scolaire est obligatoire (engager financièrement les familles rend l’activité facultative).
B/ Avant la première séance…

1. Informations auprès des familles dans le cadre d’une réunion
Possibilité de projection d’un document vidéo.
Informations à diffuser :

• solliciter la participation de tous les enfants, en insistant sur les enjeux éducatifs de l’apprentissage de la natation ;
• exiger un certificat médical s’il y a contre-indication pour la totalité du cycle ;
• expliquer comment et pourquoi on va à la piscine et dans quelles conditions matérielles ;
• insister sur les problèmes d’habillage, de déshabillage, d’hygiène (douche) ;
• équipement nécessaire à l’enfant (serviette, maillot, bonnet de bain, bonnet en hiver, goûter…) ;
• présenter l’encadrement, ainsi que le dispositif proposé.
2. Parler, avant la première séance de piscine, avec les enfants :


• du moyen de transport utilisé : l’autobus : comment monter ou descendre du bus ? comment traverser la rue pour prendre l’autobus ? à pied : comment marcher
dans la rue ?

• de la conduite des activités à l’intérieur de la piscine : Travailler le langage d’évocation : par exemple, émission d’hypothèses, sur les possibilités (on pourra plon-
ger, jouer ...) ; sur la préparation matérielle (pour aller à la piscine , il faut...), sur les consignes à respecter (Ne pas courir au bord de la piscine, ne pas crier...)

• de l’hygiène : pourquoi prendre la douche, comment ; à quoi sert le savon bactériologique ? Le pédiluve : Qu’est ce que c’est ? Pourquoi ? Comment ?
C/ Au cours du cycle…

Prolongements en classe :

• Utilisation de la fiche de liaison natation pour le suivi des apprentissages ;
• Schématisation et explicitation du dispositif utilisé ou à venir.
3 Eps 52 septembre 2011 LES ACTIVITES AQUATIQUES A L’ECOLE



LA RESPONSABILITE DES ENSEIGNANTS



LES PRINCIPES GENERAUX


Pendant le déroulement des activités aquatiques les enfants restent placés sous la responsabilité du maître qui ne saurait s’en décharger sur
des tiers. Il reste maître du projet et de l’organisation pédagogique qu’il met en œuvre.

La circulaire N° 99.136 précise que « le maître peut être déchargé momentanément de la surveillance de groupes d’élèves confiée à des interve-
nants sous réserve :

Qu’il sache constamment où sont tous ses élèves, et qu’en cas d’incident il puisse être très rapidement sur place,
Que les intervenants aient été régulièrement agrées ou autorisés et placés sous son autorité ».

De même lorsque « La classe est divisée en groupes dispersés et l’enseignant a en charge l’un des groupes :

Dans ce cas, certains groupes d’élèves sont encadrés par au moins un intervenant et l’un de ces groupes est pris en charge par le maître. L’en-
seignant n’a pas à assurer le contrôle du déroulement de la séance. Son action consiste à définir préalablement l’organisation générale de l’acti-
vité avec une répartition précise des tâches et procède a posteriori à son évaluation… L’enseignant s’assure que les intervenants respectent les
conditions d’organisation générales déterminées initialement et plus particulièrement les conditions de sécurité des élèves. En cas de situation
mettant en cause sérieusement la qualité de la séance ou la sécurité de ses élèves, le maître suspend ou interrompt immédiatement l’interven-
tion ».


En résumé, l’enseignant ne peut autoriser l’entrée dans l’eau qu’après s’être assuré que les conditions de sécurité sont remplies. Dans
le cas contraire il lui appartient de suspendre ou d’interrompre immédiatement l’activité. Une telle décision relève de sa seule appréciation, de
son autorité et de sa responsabilité.

L’intervenant extérieur met en oeuvre le projet pédagogique arrêté par l’enseignant. Cette situation n’implique pas pour autant qu’il ne puisse
prendre aucune initiative, dès l’instant qu’elle s’inscrit dans ce cadre. Ceci vaut, en particulier, pour les intervenants spécialistes qui ont une qua-
lification reconnue et dont le rôle ne saurait se borner, en conséquence, à l’exécution passive des instructions des enseignants. En outre, lors-
qu’un intervenant se voit confier l’encadrement d’un groupe d’élèves, c’est à lui de prendre les mesures d’urgence qui s’imposent, dans le cadre
de l’organisation générale arrêtée par l’enseignant au sein du projet pédagogique pour les activités aquatiques.
4 Eps 52 septembre 2011 LES ACTIVITES AQUATIQUES A L’ECOLE
10 REGLES IMPERATIVES EN MATIERE DE PISCINE



4 - REGLE DE DEBUT DE L’ACTIVITE :
1 - REGLE DE FONCTIONNEMENT :
Il appartient à chaque maître de s’assurer de la présence sur le bassin des MNS
La fréquentation d’une classe à la piscine se fait sur la base d’un projet péda-
de surveillance ainsi que de la présence de chacun des adultes responsables
gogique. Les élèves sont encadrés à la fois par les enseignants, les éducateurs
des différents groupes avant de laisser les élèves entrer dans l’eau.
territoriaux (B.E.E.S.A.N.) agréés et autres intervenants bénévoles agréés. Les

aides-éducateurs, A.T.S.E.M, sont accompagnateurs et interviennent en sur-

encadrement. Tous ces intervenants sont partie prenante du projet de l’ensei-
5 - REGLE DE DISCIPLINE ET DE RESPECT DU REGLEMENT INTERIEUR
gnant.
DE LA PISCINE


2 - REGLE D’ORGANISATION :


6 - REGLE DE COMPTAGE :
Chaque intervenant extérieur se voit confier une tâche unique, sans interfé-
Il est effectué le plus souvent possible par l’instituteur et les membres de l’équipe
rence avec d’autres activités et sans croisement de responsabilité.
pédagogique : avant, pendant l’activité, à l’entrée dans l’eau, à la sortie, dans les
1 tâche d’enseignement et d’encadrement : l’instituteur et l’éducateur terri-
circulations, après l’activité.
torial (B.E.E.S.A.N.), bénévole agréé

1 tâche de surveillance : l’éducateur ou opérateur territorial (M.N.S. ou

B.E.E.S.A.N.)
7 - REGLE D’ATTENTION :
1 tâche d’aide sur le bassin : bénévoles, A.T.S.E.M. ou aides-éducateurs
L’enseignant ou l’intervenant doit être attentif aux signes et aux manifestations
(personnes en sur-encadrement)
de fatigue des enfants.
1 tâche d’accompagnement pour les vestiaires : bénévoles autorisés par

le directeur d’école.


8 - REGLE D’INTERDICTION :
3 - REGLE DE SURVEILLANCE :
Les moments de baignade libre ou de récréation sont interdits dans le cadre de

la natation scolaire.
Autour des bassins :

- Le personnel, qui assure la surveillance, doit être constamment présent, iden-

tifié par l’ensemble des enseignants (lecture du planning), se placer en tenant
9 - REGLE DE FIN D’ACTIVITE :
compte des caractéristiques de la piscine et de l’organisation pédagogique de
Les élèves sont regroupés par classe avant le passage dans le pédiluve pour
la séance. Il doit être obligatoirement titulaire d’un brevet d’état de M.N.S. ou
du B.E.E.S.A.N. retour aux vestiaires. Des MNS restent à proximité des bassins pen-
- Le maître-nageur de surveillance ne peut assurer ni une tâche partielle d’en-
dant les interclasses.
seignement, ni donner des conseils. Il ne peut, en outre, quitter son poste pour

répondre au téléphone ou soigner un enfant.


10 - DEVOIR D’ARRET :
Cette tâche est exclusive de toute autre.
Le maître de la classe se doit d’arrêter immédiatement la séance si à un moment

donné le cadre garantissant la sécurité n’est pas respecté.
Dans les vestiaires : Il appartient aux maîtres des différentes classes et éco-
En cas de manquement grave à ces règles de sécurité, l’enseignant devra
les fonctionnant sur le même créneau horaire de s’organiser et de se répartir
informer, par écrit, l’inspecteur de l’Education Nationale.
afin que les élèves puissent être surveillés dans chacun des vestiaires. Les
maîtres sont donc amenés à surveiller d’autres élèves que les leurs.

5 Eps 52 septembre 2011 LES ACTIVITES AQUATIQUES A L’ECOLE
QUESTIONS/REPONSES


1. SI LE MAITRE NAGEUR DE SURVEILLANCE DOIT S’ABSENTER ? 4. COMMENT INFORMER LES ENSEIGNANTS DES DISPOSITIONS RE-
LATIVES AUX PLANS DE SECOURS DE LA PISCINE ?
Si, pour une raison majeure, il est conduit à quitter son poste au cours de la
séance, il doit signaler son départ aux enseignants. Nous nous trouvons dans Les usagers (y compris les enseignants) doivent prendre connaissance des
le cas d’un changement d’organisation de l’équipe d’encadrement, et
dispositions relatives aux procédures du plan de secours et en particulier les
l’enseignant doit prendre des mesures adéquates pour : consignes d’évacuation et les conduites à tenir conformément à la réglementa-
- soit poursuivre l’activité si un nouveau maître-nageur est désigné pour assu- tion en matière d’équipements sportifs.
rer la surveillance du bassin et si les conditions d’encadrement restent
conformes aux textes.
4. CAS PARTICULIERS
- soit arrêter la séance si l’une des conditions de surveillance ou d’encadrement
ne peut être réalisée.
• D’UN OU PLUSIEURS ENFANTS MALADES
Autre cas : le M.N.S. d’enseignement doit s’absenter : il doit faire sortir tout son

groupe de l’eau et le confier à un enseignant qui prendra les mesures Deux solutions sont envisageables :
adéquates.


Les élèves malades restent à l’école et sont accueillis dans d’autres classes.
2. SI UN DES BASSINS NE PEUT ETRE SURVEILLE PENDANT LA

FREQUENTATION DES SCOLAIRES ? Pour les classes uniques et petites écoles pour lesquelles cette première

solution ne peut être appliquée : confier ce groupe à un parent
Si l’on veut neutraliser l’accès à l’un des bassins de manière effective il faut accompagnateur ; aide éducateur ; ATSEM… qui gardera l’enfant et si pos-
veiller à constituer un obstacle empêchant les élèves d’emprunter cette
sible dans un lieu autre que le bassin.
direction, sans négliger de donner des instructions verbales, d’installer des

panneaux et pancartes dont les consignes sont compréhensibles par tous les

élèves et précisant cette interdiction.


• D’ENFANT BLESSE
3. COMMENT DIFFERENCIER LE JEU DE LA BAIGNADE LIBRE RE-

CREATIVE ?
L’enfant est confié à un aide éducateur ou ATSEM.
Il est nécessaire de ne pas confondre ce qui est de l’ordre de la "baignade libre

récréative" et de l’ordre de la dimension ludique de l’apprentissage aquatique.
En cas d’absence de surencadrement, c’est l’adulte responsable du groupe
- la baignade libre "récréative" se définit par une absence totale d’objectifs
dans lequel l’enfant est blessé qui soigne celui-ci après avoir sorti tout le
pédagogiques liés à cette activité. Elle n’est pas autorisée pendant le temps
groupe de l’eau.
scolaire.

- en revanche, il est souhaitable de favoriser la dimension ludique de l’appren-
Dans l’hypothèse d’un accident grave : c’est l’un des MNS de surveillance qui
tissage aquatique qui apporte une motivation supplémentaire et permet un
intervient ; le bassin dont celui-ci avait la responsabilité de surveillance doit
réinvestissement des acquis. Les situations d’apprentissage conduites par les
dans ce cas être évacué.
enseignants, dans le cadre d’une sécurité effective des élèves, comportent des

objectifs, un aménagement bien matérialisé, une organisation précise des

élèves et des consignes claires avec des critères de réussite.



6 Eps 52 septembre 2011 Ma classe va à la piscine : quels sont les rôles et tâches de chacun ? (les enseignants, les maîtres-nageurs, le Cpc, les parents…)

Répartition des rôles et tâches de chacun dans l’équipe éducative


M.N.S (BEESAN) ENSEIGNANT PARENTS ou ADULTES AGREES ATSEM
CONSEILLER TECHNIQUE DEMARCHE PEDAGOGIQUE

• Co-animation (ou animation d’un groupe) Encadrement : prise en charge possible d’un Rôle d’aide en sur-encadrement
• Rôle pédagogique dans l’élaboration des • Rôle pédagogique : organise le cycle, la surveillance (trajets, groupe en cohérence avec le projet défini par sur le bassin ; avec le maître ou l’interve-
contenus d’apprentissage natation vestiaires), la répartition des élèves dans les groupes en le maître. nant.
• Organisateur de l’enseignement en f o nction des compétences de chacun élaboration des Aide active à la surveillance (pendant le tra- pas de prise en charge de groupe possi-
co-animation contenus des séances pré et post séances, suit et évalue les jet, vestiaires) ble
• Préparation matérielle des séances apprentissages. Rôle affectif (rassurer, encourager)
(aménagement des bassins) • Observe, encourage, est répétiteur et soigne. Aide matérielle (habillage,…) Aide active à la surveillance (pendant le
• Conseils, informations, échanges (utilisation • S’assure de la présence du matériel nécessaire aux Médiateur avec les autres parents trajet, vestiaires)
du matériel…) apprentissages (bonnet, change) et au respect de l’hygiène.
• Accueil : Découverte des locaux, du • S’assure des bonnes conditions de sécurité globale PARENTS NON-AGREES Rôle affectif (rassurer, encourager)
règlement, mise en confiance, sollicitations (surveillance) Veille au respect du cadre défini. Aide au déshabillage, surveillance pendant le Aide matérielle (habillage, soins, passage
des élèves (et des enseignants) • Rôle affectif (mise en confiance, sollicitation des enfants etc.) trajet, surveillance dans le vestiaire des élè- aux toilettes…)
• Sécurité (surveillance, sauvetage etc.) • Responsabilité administrative et pédagogique (garant des I.O ves malades.
• Respect des règles d’hygiène et de l’application de la réglementation).
• Qualité de l’eau • Coordonne les relations : AUTRES PARENTS
• Piscine/enfants (préparation des élèves ; documents R e connaître l’importance des activités aquati-
d’évaluation) ques.
• Piscine/parents (sensibilisation et information pour les Informer et rassurer leurs enfants pour les
rassurer) envoyer à la piscine dans les meilleures
• Enseignant/MNS conditions affectives et matérielles.
• Ecole/IEN formalités administratives

PERSONNEL DE LA PISCINE ENFANTS IEN (CPC EPS) IA (CPD EPS)
ACCUEIL ACTEURS DE L’APPRENTISSAGE COORDINATION COORDINATION

Hygiène, propreté Développer, construire des connaissances, des compétences, des Informer les partenaires et les réunir Suivi réglementation
Vérification de la qualité de l’eau savoirs, des habiletés en s’engageant dans l’activité, en s’exer- Etablir les contenus, plannings (transports…) Agrément des MNS accordés ou refusés
Matériel de dépannage (bonnets) çant et en s’entraînant Coordination des différentes actions par l’I.A.
Mise à disposition du matériel à acheter S’auto-évaluer, mesurer ses progrès (formation, animations) Harmonisation des différentes actions
Se sécuriser, se responsabiliser dans les différentes situations, Assurer le suivi avec l’équipe de MNS et les à l’échelle départementale
seul ou en groupe enseignants, diffuse des infos
Accéder à l’autonomie Agréments des intervenants. Ext. accordés
ou refusés par l’IA
7 Eps 52 septembre 2011 SCHEMA DE COMMUNICATION DES ACTEURS SUR LE TERRAIN

QUI ? QUEL TYPE D’ACTION ? POUR FAIRE QUOI ? QUAND ET OU ? COMMENT ?

Visite dans les classes C o ntact avec les élèves et les parents En début d’année (vidange piscine par ex Institutionnellement : temps inclus dans le
(priorité aux classes « sensibles ». ou début de cycle) service
concertation :
MNS

(possesseur du BEESAN)
1. avec les enseignants Pour assurer le suivi des apprentissages A chaque séance, au coup par coup verbalement

2. avec le CPC Idem pour régler tout problème


Elaboration du projet global et suivi du Cohérence dans les apprentissages Annuellement (projet global) et ponctuel- Institutionnellement : temps de service
cycle et des apprentissages Règlement de problèmes éventuels lement (suivi) en réunion : (MNS et CPC)
1. avec les MNS
CPC-EPS
2. avec les enseignants
lors d’un stage, d’une animation
pédagogique, d’une réunion.


Co-animation, ou suivi d’un groupe, ou Responsabilité pédagogique, Toute la séance ou selon problèmes En accord avec les MNS, selon le projet
interventions ponctuelles rencontrés mis en place

Concertation avec les MNS Suivi des apprentissages des élèves, mise Le plus souvent possible, et au minimum Verbalement
ENSEIGNANTS
en place de l’évaluation en fin de séance

Information des parents Leur faire comprendre les enjeux et obte- En amont de la mise en place de Réunion des parents : exposé, discus-
nir une aide effective l’activité, à l’école sions, vidéo, note d’information


Relations avec :
1. les autres enfants S’entraider, s’évaluer, jouer etc. A la piscine et en classe Verbalement et par l’intermédiaire de
ENFANTS 2. les MNS S’assurer de la consigne En cours de séquence projets bâtis en classe
3. l’enseignant Questionner, se rassurer etc. A la piscine et en classe
4. les parents accompagnateurs Se faire aider, rassurer etc. A la piscine


Accompagnement et encadrement Obligation réglementaire De la sortie de l ‘école jusqu’au retour
des enfants dans leur classe
Relations avec :
PARENTS AGREES
les enfants Les aider, les rassurer A la piscine Verbalement et physiquement
les enseignants Etre informé, aider… Durant toute la sortie Verbalement
les MNS Etre informé, aider… A la piscine verbalement


Relations avec Les préparer, les rassurer A la maison Verbalement
les enfants Etre informés, rassurés, convaincus A l’école Verbalement, par l’intermédiaire d’une
PARENTS
les enseignants Idem A l’école dans le cadre plus exceptionnel note d’information.
les MNS d’une réunion verbalement

8 Eps 52 septembre 2011
Propositions concernant les procédures de communication




la réunion d’information à l’école : parents/enseignants (indispensable en maternelle)
Elle a lieu en début d’année ou avant le démarrage des activités ; les informations peuvent également être communiquées aux parents sous forme de note.
Sont abordés les points suivants :
• les objectifs et les compétences visés par l’EPS à l’école élémentaire
• les objectifs spécifiques de l’activité natation
• l’intérêt pédagogique de cette activité
• le cadre pédagogique (encadrement), organisationnel et sécuritaire (rappel des textes)
• la liste des « affaires » de piscine et les modalités de responsabilisation des élèves
• le caractère obligatoire et les modalités de dispense (certificat médical de contre-indication pour dispense de l’ensemble du cycle)
• les mesures de prévention sanitaire et d’hygiène prévalant à la piscine
• le rôle important des parents (aide à l’habillage et au déshabillage, attitude sollicitante, encourageante, réconfortante etc.)
• les possibilités de prolongement « hors » cadre scolaire…



les relations enfants/enseignants/MNS : établir une sorte de « correspondance »
Les souhaits des enfants, projets de groupe ou de classe, se font sous forme de productions d’affiches, de dessins, de fiches individuelles d’évaluation ou même de
tableaux collectifs regroupant les acquisitions faites au cours des différentes séances…


les relations enseignants/MNS :
Pour le suivi, l’évaluation, les projets…avec souvent l’aide du CPC pour la liaison et l’harmonisation des procédures à adopter.



Les relations CPC/MNS :
Fréquentes, concernant le suivi général des différents niveaux, la résolution de problèmes rencontrés dans la conception, la mise en place et le suivi des projets…



Les relations enseignants/enseignants :
Relatives aux documents d’évaluation et d’auto-évaluation, ainsi qu’à l’harmonisation des décisions concernant l’organisation des séances (organisation matérielle,
pédagogique, surveillance…)
9 Eps 52 septembre 2011 Test nécessaire

avant la pratique
des sports nautiques



CIRCULAIRE N°2000-075 DU 31-05-2000



La circulaire n° 99-136 du 21 septembre 1999, publiée au B.O. hors-série n° 7 du 23 septembre 1999, relative à l'organisation des sorties scolaires dans les écoles maternel-
les et élémentaires publiques, est modifiée comme suit :
Les dispositions du premier paragraphe du II.4.3. Les conditions particulières à certaines pratiques, sont remplacées par les dispositions suivantes :


"La pratique des sports nautiques est subordonnée à la réussite d'un test permettant d'apprécier la capacité de l'élève à se déplacer dans l'eau, sans présenter
de signe de panique, sur un parcours de 20 mètres, habillé de vêtements propres (tee1shirt et, si possible, pantalon léger, de pyjama par exemple) et muni d'une
brassière de sécurité conforme à la réglementation en vigueur, avec passage sous une ligne d'eau, posée et non tendue.
En piscine, le départ est réalisé à partir d'un tapis disposé sur l'eau, par une chute arrière volontaire. Si le test est réalisé en milieu naturel, le départ est effectué
de la même manière à partir d'un support flottant.
Le parcours est réalisé dans la partie d'un bassin ou d'un plan d'eau d'une profondeur au moins égale à 1m 80.

La réussite à l'épreuve est attestée par le conseiller pédagogique en éducation physique et sportive, de circonscription ou départemental, ou un professionnel des activités
physiques et sportives du lieu où se passe le test : en piscine, ce professionnel pourra être un maître nageur sauveteur (1), ou bien un éducateur ou conseiller territorial des
activités physiques et sportives titulaire ou bien, dans les piscines parisiennes, un professeur de la ville de Paris. Sur une base de plein air, ce professionnel pourra égale-
ment être un titulaire du brevet d'État de l'activité concernée (voile, canoë-kayak, aviron)."


Ces dispositions sont applicables immédiatement.
Les élèves qui ont, avant la publication de ce texte, réussi les épreuves du test défini par la circulaire du 21 septembre 1999 n'ont pas à passer cette nouvelle épreuve pour
une sortie se déroulant avant la fin de la présente année scolaire.



Le titre de maître nageur sauveteur est conféré par la possession d'un diplôme d'État de maître nageur-sauveteur ou du brevet d'État d'éducateur sportif premier degré des
activités de natation (BEESAN).
10 Eps 52 septembre 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.