Introduction La tutelle de l'Europe sur les Empires Coloniaux avait déjà ébranlée avant Après les puissances coloniales GB et France ne peuvent plus ignorer les revendications qui se lèvent partout dans leurs colonies Dès la fin de la IIème GM les indépendances s'enchaînent que ce soit avec les accords des Grandes Puissances ou qu'elles aboutissent des guerres plus ou moins sanglantes Dans ce vaste mouvement l'Asie est plus en avance que l'Afrique où il faut attendre les années pour que les derniers pays africains accèdent l'indépendance Quelles sont les raisons qui expliquent la décolonisation et quelles sont les grandes étapes de l'émergence du Tiers Monde

De
Publié par

1 Introduction : La tutelle de l'Europe sur les Empires Coloniaux avait déjà ébranlée avant 1939. Après 1945, les puissances coloniales : GB et France ne peuvent plus ignorer les revendications qui se lèvent partout dans leurs colonies. Dès la fin de la IIème GM, les indépendances s'enchaînent, que ce soit avec les accords des Grandes Puissances ou qu'elles aboutissent à des guerres plus ou moins sanglantes. Dans ce vaste mouvement, l'Asie est plus en avance que l'Afrique, où il faut attendre les années 70 pour que les derniers pays africains accèdent à l'indépendance. Quelles sont les raisons qui expliquent la décolonisation, et quelles sont les grandes étapes de l'émergence du Tiers Monde ? I. Les raisons de la décolonisation A. Les puissances coloniales : Un prestige ruiné par la guerre. La IIème GM a profondément affaibli les puissances colonisatrices européennes : GB, France, Pays-Bas et Belgique. Même si ces pays font partie du camp des vainqueurs en 1945, ils ont subi des revers qui ont entamé leur prestige : ? L'armée française éliminée en quelques semaines en mai-juin 1940, ? Le recul des Européens face aux Japonais un peu partout en Asie, notamment en Birmanie et Malaisie britanniques, en Indochine française, en Indonésie Néerlandaise. La Guerre a ainsi définitivement détruit le mythe de la supériorité de la « Race blanche », et contribué à renforcer les mouvements nationalistes : ? En 1942 => Gandhi lance le slogan « Quit India », enjoignant aux Anglais de quitter l'Inde ; ? En février 1943 =

  • parti de l'indépendance

  • évolution pacifique vers l'autonomie des territoires de l'aof, de l'aef et de madagascar

  • renforcement de pays et d'organismes hostiles au principe

  • république nationaliste

  • engagement croissant de l'armée

  • forces politiques indigènes

  • autonomie interne

  • pays

  • indépendance


Publié le : lundi 18 juin 2012
Lecture(s) : 48
Source : sesmassena.fr
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
LA DECOLONISATION ET L’EMERGENCE DU TIERS- MONDE.
Introduction: La tutelle de l’Europe sur les Empires Coloniaux avait déjà ébranlée avant 1939. Après 1945, les puissances coloniales : GB et France ne peuvent plus ignorer les revendications qui se lèvent partout dans leurs colonies. Dès la fin de la II ème GM, les indépendances s’enchaînent, que ce soit avec les accords des Grandes Puissances ou qu’elles aboutissent à des guerres plus ou moins sanglantes. Dans ce vaste mouvement, l’Asie est plus en avance que l’Afrique, où il faut attendre les années 70 pour que les derniers pays africains accèdent à l’indépendance.Quelles sont les raisons qui expliquent la décolonisation, et quelles sont les grandes étapes de l’émergence du Tiers Monde? I. Les raisons de la décolonisation A. Les puissances coloniales : Un prestige ruiné par la guerre. La IIème GM a profondément affaibli les puissances colonisatrices européennes : GB, France, Pays-Bas et Belgique. Même si ces pays font partie du camp des vainqueurs en 1945, ils ont subi des revers qui ont entamé leur prestige : L’armée française éliminée en quelques semaines en mai-juin 1940, Le recul des Européens face aux Japonais un peu partout en Asie, notamment en  Birmanie et Malaisie britanniques, en Indochine française, en Indonésie  Néerlandaise. La Guerre a ainsi définitivement détruit le mythe de la supériorité de la « Race blanche », et contribué à renforcer les mouvements nationalistes : En1942Gandhi lance le slogan « Quit India », enjoignant aux Anglais de quitter => l’Inde ;Enfévrier 1943=> En Algérie, Ferhat Abbas lance en le Manifeste du peuple algérien ère qui pour la 1fois rassemble l’ensemble des forcespolitiques musulmanes. Au Maroc en1944 =>Création de l’Istiqlâl(= Parti de l’indépendance).En octobre 1945, les délégués de l’Afrique noire anglophone, réunis à Manchester, annoncent un recours possible à la force pour conquérir leur liberté.
1
B. Les promesses ambiguës des colonisateurs  Pendant la guerre, les puissances coloniales ont fait elles-mêmes un certain nombre de promesses, en échange du soutien de leurs colonies à l’effort de guerre.La charte de l’Atlantique(1941)présente les Anglo-Saxons comme les champions de la liberté et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes : cela semble difficilement compatible avec le maintien du lien colonial. Les Anglais s’engagent ainsi, en 1945,réunir un organisme chargé de à préparer une nouvelle constitution pour l’IndeMais Churchill pour sa part est britannique. hostile à toute émancipation des colonies britanniques.  Entre le 30 janvier et le 8 février 1944=> la conférence de Brazzaville présidée par le DG s’engage à promouvoir une politique de réformes dans lescolonies françaises au lendemain du conflit. L’acte final de la conférence proclame ainsi que « l’organisme nouveau à créer, parlement colonial, ou, préférablement, Assemblée Fédérale, devra répondre aux préoccupations suivantes : affirmer etgarantir l’unité politique infrangible du monde français ; respecter la vie et la liberté locale de chacun des territoires constituant le bloc France-colonies » ; mais le mêmeacte stipule par ailleurs que « les fins de l’œuvre de civilisation accomplie par laFrance dans les colonies écartent toute idée d’autonomie, toute possibilitéd’évolution hors du blocfrançais de l’empire » : il ne saurait être questiond’indépendance pour les colonies françaises.D’ailleurs, les émeutes de Sétif enAlgérie, qui éclatent le8 mai 1945=> une répression impitoyable de la part del’armée française (2500 morts « officiels », sans doute entre 8 000 et 15 000 victimes parmi la population algérienne soulevée). C. Des forces nouvelles hostiles au colonialisme L’après-guerre est aussi marqué par l’émergence ou le renforcement de payset d’organismes hostiles auprincipe même de la colonisation : Les Etats-Unis: Grands vainqueurs de la guerre, ils n’oublient pas leur passéd’ancienne colonie émancipée. Dès 1946, ils donnent l’exemple en accordantl’indépendance aux Philippines (ancienne colonie espagnole récupérée par les Américains en 1900). Toutefois leur attitude est ambiguë : ils soutiendront financièrement et militairement la guerre coloniale menée par France en Indochine (1946-1954), car ils ne veulent pas voir la région tomber aux mains des Communistes. L’URSS:  Les Soviétiques se posent dès 1945 comme les champions de la décolonisation. Leur but est de voir les pays décolonisés basculer dans le campsoviétique, d’où l’envoi d’armes et d’argent à tous les mouvements indépendantistesde tous les continents.
2
L’ONU:  Créée en 1945 par laConférence de San Francisco, sa charte insiste sur le droit des peuples à un gouvernement autonome. Dès la fin des années 40’,leaders de pays les récemmentdécolonisés (Nehru pour l’Inde, SukarnoenIndonésie…) utilisent l’ONU commeune tribune pour appeler à la poursuite de la décolonisation partout dans le monde. Enfinla Chine: devenue communiste en 1949, parraine un certain nombre de Mouvements de libération, en particulier celui des Khmers rouges au Cambodge. II. Les deux vagues de colonisation : Asie puis Afrique C’est l’Asie qui est marquée par la première vague de décolonisation, entre lemilieu des années 40 ‘et le début des années50. A. La décolonisation de l’Asie1. Les colonies britanniques En 07/45 => les travaillistes Btques remportent les élections et entament des négociations en vue de l’indépendance de l’Inde. Se pose en effet la question de la partition : le Parti du Congrès (Gandhi et Nehru) souhaite conserver l’unité de l’Inde, alors que les musulmans (Jinnah) désirent pour leur part fonder un Etat indépendant. C’est cette dernière solutionentre en vigueur le qui 15 août 1947la création de avec l’Etat musulman du Pakistan composé de deux parties séparées (la partie orientale du Pakistandeviendra l’Etat indépendant du Bangladesh en 1971), et de l’Union indiennedirigée par Nehru. La même année (1947), Ceylan et la Birmanie accèdent à l’indépendance ; la Malaisie doit attendre 1957. A l’exception de laBirmanie, toutes les anciennes Colonies Asiatiques de la GBacceptent d’intégrer leCommonwealth, ce qui permet à Londres de conserver une position privilégiée en Asie. 2.Les Indes néerlandaises Les Néerlandais sont beaucoup plus hésitants que les Anglais face aux intentions d’indépendance de leurs colonies asiatiques (intérêtséconomiques importants).  Dès 1945 et le retrait des Japonais, le leader indépendantiste indonésien Sukarno a proclamé l’indépendance de son pays. Enles Néerlandais envoient en 1946 un réponse, corps expéditionnaire pour tenter de reprendre en main leur colonie. Toutefois, les Pays-Bas se heurtent à partir de 1947 à une violente campagne internationale contre leur présence en Indonésie ; sous la pression notamment des EUet de l’ONU, ils doivent négocier etreconnaitrefinalement l’indépendance de l’Indonésie en 1949.
3
3.La Guerre d’Indochine(1946-1954) Durant leur présence en Indochine, de 40 à 45, les Japonais ont encouragé les sentiments antifrançais.  Le 2 septembre 1945=>le retrait des Japonais, le communiste Hô Chi Minh Après proclame lel’indépendance de la République Démocratique du Vietnam. La France envoie alors des troupes, qui reprennent le contrôle en Cochinchine et en 46 elle reconnait l’indépendance du Viêt-Nam tout en le maintenant dans l’Union Française(mars 1946), mais change bientôt d’avis et pense pouvoir récupérer sa colonie indochinoise : le 23 novembre 1946, le portd’Haiphong est bombardé par la marine française. C’est le point de départ d’unedifficile pour la France, face à guerre une guérilla efficace (le Viet-Minh fait une embuscade contre l’armée française), armée par l’URSS, où d’unepart les coco dénoncent la « sale guerre» et d’autre part, les EU qui n’apportentaucune aide, considérant ce combat comme une guerre coloniale. Mais peu à peu, les Eu vont changer leur position car en 49-50, la victoire de la révolution chinoise et la Guerre de Corée font craindre un déferlement du communisme en Asie, par conséquent :Washington décide d’aider financièrement la France(Paris). Malgré l’aide des EU, la Guerre sepoursuit jusqu’à la défaite française de Diên Biên Phu au mois de mai 1954.  En juillet 1954=>Les accords de Genève négociés pour la France par Pierre Mendès France reconnaissent l’indépendance d’un Vietnam séparé en deuxparties : Au Nord : la République démocratique du Vietnam, prosoviétique au Sud : La République nationaliste pro-américaine.  La bataille de Diên Biên Phu a un écho considérable : Elle marque la fin de la décolonisation de l’Asie. La France reconnait aussi à Genève l’indépendance du Laos et duCambodge qui est acquise au même moment. B.La décolonisation de l’Afrique1.L’Afri ue du Nord Après 1945, Les deux protectorats français de la Tunisie et du Maroc connaissent une évolution plus ou moins pacifique vers l’indépendance.Des forces politiques indigènes revendiquent l’indépendance: leparti d’Istiqlal au Maroc et le parti duNéo-Destour en Tunisie. Les retardsfrançais se marquent par l’arrestation d’Habib Bourguiba, leader dumouvement nationaliste tunisien Néo-Destour, en 1952. Au Maroc,la France s’appuie sur des grands féodaux hostiles au sultan Mohammed V, forcé à l’exil en 1953 et revient sur ses promesses antérieures d’indépendance, sous la pression des colons européens. Toutefois, En1955 =>la Francereconnaît l’autonomie interne de ses deux protectorats avant de leuraccorder officiellement l’indépendance enmars 1956.  En Algérie,française depuis 1830, et qui compte 10% des colons d’origine européenne, connait une situation une plus délicate. Les colons français présents sur place refusent toute réforme.  1 novembre 1954=>L’insurrection algérienne marque ledébut de la guerre d’Algérie. er Malgré unengagement croissant de l’armée française (et l’envoi du contingent par Guy Mollet à partir de 1956), les gouvernements successifs de la IVe République échouent à venir
4
à bout de la crise algérienne. De retour au pouvoir à la suite de l’insurrectioncolons des d’Alger au mois de mai 1958,DGfinit par se rallier à l’idée d’uneAlgérie indépendante.  En 1959 => DG entame un long processus de négociations qui débouche en mars 1962 sur la signature desaccords d’Evian :l’indépendance de l’Algérie est officiellement proclamée 3 mois + tard, au mois de juillet 1962. Retenir 4 date………………………………………………………………………….……………………………………: 1953: Le sultan du Maroc Mohammed V est forcé à l’exil...………………………………………...……..1955: La France reconnait l’autonomie interne de ses 2 protectorats…………………………………1/11/1954: Début de la Guerre d’Algérie…………………………………………………………………………….03/1962: Signature des accords d’Evian => indépendance de l’Algérie 3 mois tard en 07/622.L’Afrique noire La décolonisation va se faire par « consentement mutuel », les puissances coloniales réussissant en général à éviter les confrontations dramatiques. Dans les possessions btq, la décolonisation démarre dès la fin des années 50’1951, Le: En Ghana devient autonome puis la GB donnel’exemple en accordant l’indépendanceen 1957 à laGold Coastqui intègre aussitôt le Commonwealth. Cette décolonisation pacifique sert ensuite (=Ghana), de modèle pour les autres colonies britanniques d’Afrique : Nigeria (1960), Tanzanie, Ouganda, Kenya.  EnRhodésie du Sud, la minorité blanche proclame l’indépendance en 1965 et instaure un régime de ségrégation raciale calqué sur le modèle de l’Afrique du Sud. En Afrique noire française, la loi-cadre Defferre de 1956 permet une évolution pacifique vers l’autonomie des territoires de l’AOF, de l’AEF et de Madagascar. En 1958, tous ces territoires à l’exception de la Guinée acceptent d’intégrer la« Communauté française »par DG. En proposée 1960, toutes les coloniesafricaines de la France accèdent à l’indépendance en maintenant avec l’anciennemétropole des liens de coopération très solides.  Au Congo belge, en revanche, les riches ressources du pays (cuivre, diamant) suscitent les convoitisent de grandes stés minières. L’indépendance en juin 1960 s’accompagne deviolences qui opposent à la fois différentes ethnies et différents leaders nationalistes. Des massacres er Européens, les rivalités entre ethnies, le soutien de l’URSS au 1 MinistrePatrice Lumumba (assassiné)et celui des Américains auPDR Kasavubu, en janvier 1961,marque le début d’unevéritable guerre civile. Malgré l’intervention de l’ONU, cette guerre esten novembre remportée 1965 par le général Mobutuqui a fait un coup d’Etat, conservant le pouvoir jusqu’à sa mort en 1997. Le Rwanda et le Burundi (autres colonies belges), deviennent indépendants en 1962. Enfin le dernier empire colonial d’Afrique noire à disparaître est celui du Portugal : Le Portugal s’épuise en vain, durant des années, dans une longue lutte contre des guérillas soutenues par la Chine et l’URSS.C’estseulement en 1975 que le Mozambique, la Guinée-Bissau et l’Angola accèdentà l’indépendance.
5
III.L’émergence du Tiers-Monde A. La conférence de Bandoeng et le non-alignement L’expression de « Tiers-Monde » a été inventée en 1952 par le démographe Alfred Sauvy pour désigner les pays qui, au début des années 1950, n’appartenaient ni au monde occidental industrialisé, ni au bloc communiste. Le terme renvoie à « Tiers-Etat », c’est-à-dire à l’ensemble des personnes qui, sous l’Ancien Régime,n’appartenaient ni à la noblesse ni au clergé et qui occupaient une position subalterne, tout comme les pays du « Sud » par rapport à ceux du « Nord ».  Enavril 1955 => laconférence de Bandoengréunit 29 Etats d’Asie, d’Afrique et duProche-Orient, pour la plupart récemment décolonisés. Malgré de nombreuses divergences, les participants se retrouvent pour condamner le colonialisme sous toutes ses formes et demander la mise en oeuvre d’une coopération économique entre pays riches et pays pauvres.  Réunis àBelgrade en 1961: 25 Etats du Tiers-Monde manifestent leur refus de toute alliance avec le camp occidental ou le camp soviétique et fondent ainsi leMouvement des non-alignés. Le mouvement s’élargit dans les années suivantes et compte plus de cent membres dans les années 1980. Les anciens pays colonisésentrent massivement à l’ONU dont ils font une tribune pour leurs revendications. Mais le non-alignement apparaît comme un mouvement particulièrement fragile car il est très difficile pour ces jeunes Etats de ne pas se lier à l’URSS ou auxEU pour obtenir une aide financière et/ou militaire. B. Un Tiers-Monde divisé  Le Tiers-Monde apparaît ainsi comme profondément divisé. Il a échoué à constituer une ème 3 forcediplomatique capable de s’opposer aux deux blocs et de peser véritablement au plan international. On le voit dans la multiplication des affrontements frontaliers entre pays du Tiers-Monde (dès les années 1960 entrel’Inde et le Pakistan ; dans les années1970 entre le Cambodge et le Vietnam ; dansles années 1980 entre l’Iran et l’Irak…) ; dans l’échec des tentatives deregroupements régionaux et d’alliances économiques, dans la division des votes ausein de l’ONU sur les grandes questions essentielles. Tout cela démontre les clivages idéologiques entre pays du Tiers-Monde. B. La réalité du développement  50après la création de l’expression « Tiers-Monde », les critères qui définissaient cette réalité sont devenus pour la plupart caducs. Le développement,qui n’était alors qu’une exception concernant un petit nombre de pays occidentaux, est devenue une réalité plus largement partagée. Certains pays autrefois dominés ont réalisé en une génération des progrès économiques phénoménaux, que les PI occidentaux avaient mis un siècle à accomplir (=NPI d’Asie du Sud-Est). Aujourd’hui, c’est surtout l’Afrique noire (sauf l’Afrique du Sud) qui continueà s’identifier au Tiers-Monde tel qu’on le définissait il y a cinquante ans.
6
C’est là quel’espérance de vie est la plus faible, la mortalité infantile et l’analphabétisme les plus élevés. Plus que touteautre région du monde, l’Afrique reste aujourd’hui le continent des guerres, des massacres ethniques, de la famine et de la corruption.  Rendueinéluctable par la Seconde Guerre mondiale, la décolonisation s’est opérée de diverses manières, par la voie pacifique ou par la guerre. Elle a donné naissance à un « Tiers-Monde » qui apparaît aujourd’hui comme fortement contrasté. Près deaprès la 50 conférence de Bandoeng en effet, le Tiers-Monde a éclaté. Iln’y a plusunmaisdesTiers-Mondes, regroupant des pays aux situations économiques, sociales et politiques très différentes. Vocabulaire : Colonie, protectorat et mandat Colonie:territoireentièrement placé sous la souveraineté d’un autre Etat. Protectorat :territoire ou Etat qui dépend d’1 métropole, mais qui conserve son gvmnt => autonomie interne. Mandat: est après 1919, 1 territoire confié par la SDNà des Etats qui l’administrent en son nom et doivent normalement le conduire à l’indépendanceImpérialisme et colonisation L’im érialismeestla domination d’un Etat sur d’autres Etats. L’impérialisme peut être économique, financier ou culturel. Il ne remet pas en cause l’indépendance politique des pays dominés ; ces derniers peuvent conserver leur gouvernement. La colonisation est une formed’impérialisme dans laquelle la puissance colonisatrice, la métropole, s’assure le contrôle politique de la colonie. Dans ce cas, c’est le gvmnt de la métropole qui dirige la colonie dans tous les domaines. Autonomie et indépendance Un territoireautonomepossède ses propres institutions internes, mais dépend d’un Etat, notamment pour sa politique étrangère. Un paysindépendantdispose d’une souveraineté totale (diplomatie, politique monétaire, usage de son armée).
7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.