Les manipulations de radioéléments sous forme de sources non scellées l'utilisation de sources scellées le tra vail auprès des générateurs électriques de rayonnements ionisants tels que les accélérateurs de particules sépara teurs d'isotopes implanteurs tubes rayons X entraînent une éventualité d'exposition externe et ou interne

De
Publié par


  • exposé

  • exposé


Les manipulations de radioéléments sous forme de sources non scellées, l'utilisation de sources scellées, le tra- vail auprès des générateurs électriques de rayonnements ionisants tels que les accélérateurs de particules, sépara- teurs d'isotopes, implanteurs, tubes à rayons X, ... entraînent une éventualité d'exposition externe et/ou interne. Cette exposition correspond à une cession d'énergie par les rayonne- ments à l'organisme humain, phéno- mène qui peut entraîner suivant la dose absorbée (directement liée à la quan- tité d'énergie cédée) des effets biolo- giques plus ou moins importants. Il importe donc de savoir apprécier les risques présentés par les sources de rayonnements ionisants utilisés et de connaître les moyens de protection. Mesures à prendre Des réglementations définissent les limites à respecter et les mesures à prendre lors de l'utilisation de sources de radiations : • établissement d'une zone contrô- lée et de zones surveillées balisées par des signes conventionnels : trèfle vert et trèfle gris-bleu (tri-secteurs) sur fonds blancs ; • équivalents de dose et limites an- nuelles d'incorporation à ne pas dé- passer ; • moyens de contrôle de ces valeurs ; • surveillance médicale indispensable et définition de la fiche d'aptitude pour les travailleurs professionnellement exposés de la catégorie A (dont l'expo- sition est susceptible de dépasser les 3/10 des valeurs limites annuelles), et suivi éventuel pour les catégories B (dont l'exposition est comprise entre la limite « public » et celle de la catégorie A) par une carte « B » spécifique au CNRS

  • fiches inrs

  • définition de la fiche d'aptitude pour les travailleurs

  • zone

  • protection des travailleurs dans les installations nucléaires de base

  • zones réservées aux manipulations


Publié le : lundi 18 juin 2012
Lecture(s) : 48
Source : dgdr.cnrs.fr
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
R a d i o a c t i v i t È
Les manipulations de radioÈlÈments sous forme de sources non scellÈes, lÕutilisation de sources scellÈes, le tra -vail auprËs des gÈnÈrateurs Èlectriques de rayonnements ionisants tels que les accÈlÈrateurs de particules, sÈpara-teurs dÕisotopes, implanteurs, tubes ‡ rayons X, ... entraÓnent une ÈventualitÈ dÕexposition externe et/ou interne. Cette exposition correspond ‡ une cession dÕÈnergie par les rayonne-ments ‡ lÕorganisme humain, phÈno-mËne qui peut entraÓner suivant la dose absorbÈe (directement liÈe ‡ la quan-titÈ dÕÈnergie cÈdÈe) des effets biolo-giques plus ou moins importants. Il importe donc de savoir apprÈcier les risques prÈsentÈs par les sources de rayonnements ionisants utilisÈs et de connaÓtre les moyens de protection.
Mesures ‡ prendre
Des rÈglementations dÈfinissent les limites ‡ respecter et les mesures ‡ prendre lors de lÕutilisation de sources de radiations : ¥ Ètablissement dÕune zone contrÙ -lÈe et de zones surveillÈes balisÈes par des signes conventionnels : trËfle vert et
20
trËfle gris-bleu (tri-secteurs) sur fonds blancs ; ¥ Èquivalents de dose et limites an-nuelles dÕincorporation ‡ ne pas dÈ-passer ; ¥ moyens de contrÙle de ces valeurs ; ¥ surveillance mÈdicale indispensable et dÈfinition de la fiche dÕaptitude pour les travailleurs professionnellement exposÈs de la catÈgorie A (dont lÕexpo-sition est susceptible de dÈpasser les 3/10 des valeurs limites annuelles), et suivi Èventuel pour les catÈgories B (dont lÕexposition est comprise entre la limite ´ public ª et celle de la catÈgorie A) par une carte ´ B ª spÈcifique au CNRS ; ¥ dÈsignation dÕune personne com-pÈtente, formÈe par un organisme agrÈÈ, qui connaisse les mÈthodes de travail offrant les meilleurs garanties de sÈcuritÈ et capable dÕintervenir en cas dÕincident.
Principes de protection
Les expositions professionnelles doi -vent Ítre maintenues ‡ une valeur aussi basse quÕil est raisonnablement pos-sible en dessous des limites fixÈes par
R A D I O A C T I V I T … 21
unitÈs fondamentales
LÕunitÈ dÕactivitÈ est lebe c q u e r e l . 1 Bq correspond ‡ une dÈsintÈgra-tion par seconde. LÕancienne unitÈ, lecurie,ne devrait plus Ítre utilisÈe. 1 0 1 Ci = 3,7 10B q . Leg r a(yGy) est lÕunitÈ de dose Ð 1 absorbÈe. 1 Gy = 1J.kg. Les i e v e(Srv)test lÕunitÈ dÕÈquiva-lent de dose. Il reprÈsente le produit de la dose absorbÈe par un facteur liÈ ‡ la qualitÈ du rayonnement. Cette grandeur est destinÈe ‡ quan-tifier les effets des rayonnements sur la matiËre vivante. Elle sÕÈvalue Èga-Ð 1 lement en J.kg. La valeur limite annuelle pour le public est fixÈe ‡ 1mSv. Celle des travaille urssera prochainement abaissÈe ‡ 20mSv. Les anciennes unitÈsr a detr e mn e sont plus usitÈes.
les normes (principe ALARA) ; pour ne pas Ítre exposÈ inutilement, respecter les indications des panneaux de signa-lisation ainsi que les consignes particu-liËres Ètablies dans chaque installation.
MCOYETCOIORETSNPEDENRNTOLÕESOPXOITIENEERTXN
Au cours du travail auprËs des gÈnÈ-rateurs Èlectriques de rayonnements ionisants, avec des sources scellÈes et
aussi avec certaines sources non scel-lÈes, il sÕagit de maintenir la dose absorbÈe ‡ des valeurs aussi basses que possible compatibles avec les manipulations ‡ effectuer. Cela peut Ítre obtenu par les moyens suivants : mise en place dÕÈ c r a nasbsorbant le rayonnement (plexiglass, aluminium pour les rayonnements bÍta, plomb pour les gamma, polyÈthylËne ou bÈton pour les neutrons) ; augmentation de la d i s t a ndceemanipulation (utilisation de pinces ou tÈlÈmanipulateurs) ; dimi-nution dutemps dÕexposition. En zone contrÙlÈe et pour les tra-vailleurs classÈs catÈgorie A, la dose absorbÈe est contrÙlÈe rÈglementaire -ment par un systËme de dosimÈtrie passive (film photographique) et active (dosimÈtrie Èlectronique ‡ lecture immÈdiate) ou dosimÈtrie opÈration-nelle. Les donnÈes sont enregistrÈes et transmises informatiquement ‡ lÕOPRI. Les dÈbits de dose absorbÈe sont mesurÈs par des appareils portatifs (chambre dÕionisation, compteur Gei-ger Muller) adaptÈs aux rayonnements considÈrÈs.
MOYEROTENSDPEOITCCERTNON LÕIOITNTNINEERESOPX
Pendant la manipulation de substan-ces radioactives en source non scellÈe, le radioÈlÈment lui-mÍme peut en outre pÈnÈtrer dans lÕorganisme par inhala-tion de gaz, aÈrosols ou poussiËres,
par ingestion accidentelle ou par con-tamination de la peau (mains). Il sÕÈli-mine alors plus ou moins lentement sui-vant ses caractÈristiques physiques et le mÈtabolisme de lÕorganisme humain vis-‡-vis de cette molÈcule. Pour limiter au mieux ces risques, il faut, lors des manipulations de recher-che : ¥ consulter les fiches INRS / OPRI ; ¥ porter des gants et une blouse; ¥identifierlematÈrielrÈservÈlÕut-i lisation des radioÈlÈments ; ¥ ne pas fumer, boire ou manger dans les zones rÈservÈes aux manipulations ; ¥ travailler sous sorbonnes ou en boÓ-tes ‡ gants ventilÈes munies de filtres; ¥ contrÙler systÈmatiquement lÕabsen-ce de contamination de surface (peau, vÍtements, installation et locaux) avant de quitter les lieux de travail; ¥ se soumettre aux analyses radio-toxicologiques demandÈes par le mÈde-cin de prÈvention. En cas dÕaccident entraÓnant un Èpan-dage du radioÈlÈment, il faut: ¥ faire appel ‡ la personne compÈ-tente en radioprotection du laboratoire ; ¥ limiter la zone contaminÈe ; ¥ la baliser et lÕinterdire ‡ toute per-sonne non autorisÈe ; ¥ quitter ses vÍtements de protection ; contrÙler sa propre contamination et lÕÈliminer Èventuellement sous contrÙle de la personne compÈtente ou du ser-vice mÈdical.
R A D I O A C T I V I T … 22
TRAITEMENT DES D…CHETS RADIOACTIFS
Toute manipulation de radio-isotope en source non scellÈe entraÓne la pro-duction de matÈriaux contaminÈs dont lÕÈlimination est soumise ‡ des rËgles bien prÈcises. Pour la sÈcuritÈ de cha-cun et le respect de lÕenvironnement, il convient de prendre connaissance du rËglement intÈrieur en la matiËre et dÕutiliser les moyens disponibles en vue de trier les diffÈrentes sortes de dÈchets, par radionuclÈide en les identifiant et en les quantifiant.
PO U RE N S A V O IPRL U.S. .
¥ DÈcret n∞ 86-1103 du 2 octobre 1986, modifiÈ, relatif ‡ la protection des travailleurs contre les dan-gers des rayonnements ionisants, et arrÍtÈs dÕappli-cation. ¥ Fiches de radioprotectionÈditÈes pÈriodiquement par lÕINRS dans lesCahiers de Notes documentaires. ¥ Directives du CNRS sur la manipulation des sources non scellÈes et sur lÕutilisation des appareils ‡ rayons X. ¥ Directives de lÕAgence nationale pour les dÈchets radioactifs (ANDRA). ¥ Directives du CNRS sur le traitement des dÈchets radioactifs. ¥ DÈcret n∞ 66-450 du 20 juin 1966, modifiÈ, relatif aux principes gÈnÈraux de protection. ¥ DÈcret n∞ 75-306 du 28 avril 1975, modifiÈ, relatif ‡ la protection des travailleurs dans les Installations NuclÈaires de Base (INB). ¥JOde la CommunautÈ EuropÈenne (CE), L 159 du 29 juin 1996 : Directive 96/29 du Conseil du 13 mai 1996 relative aux nouvelles normes de base.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.