Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

De

Zigoto, Beaucitron, Picratt, Calouchon, Dudule... Autant de sobriquets inconnus du grand public, malgré leurs cocasses et alléchantes connotations. C'est qu'ils dissimulent nombre de comédiens américains de talent qui ont considérablement diverti nos parents et grands-parents, mais qui sont restés souvent dans l'ombre des Charlie Chaplin, Buster Keaton et autres Harold Lloyd. Il y a là une injustice notoire que Jean-Jacques Couderc s'est donné pour tâche de réparer. Consacré à ces comiques oubliés ou peu connus du cinéma muet américain, ce livre retrace tout d'abord leurs vies agitées et souvent trop courtes d'étoiles mélancoliquement filantes au firmament du burlesque. Pour chacun d'eux, il fallait impérativement sauver de l'oubli quelques séquences, réalistes ou loufoques, géniales ou démodées, grotesques ou subtiles, dans tous les cas débordantes de drôlerie, d'imagination ou de fantaisie et les replacer dans leur contexte. Et certes, la lecture de leurs biographies et des scénarios de leurs films et courts-métrages, poétiques ou rocambolesques, suscite en nous autant de gaieté que d'étonnement incrédule. Par ailleurs, cet ouvrage de référence propose au lecteur toutes les informations actuellement disponibles sur ces comédiens et réalisateurs dont il convenait de sauver la mémoire : ils appartiennent plus que jamais à la grande histoire du cinéma américain.


Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782271078537
Nombre de pages : 697
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

Jean-Jacques Couderc
  • Éditeur : CNRS Éditions
  • Année d'édition : 2000
  • Date de mise en ligne : 13 avril 2015
  • Collection : Cinéma et audiovisuel
  • ISBN électronique : 9782271078537

OpenEdition Books

http://books.openedition.org

Édition imprimée
  • ISBN : 9782271056917
  • Nombre de pages : 697
 
Référence électronique

COUDERC, Jean-Jacques. Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 2000 (généré le 13 avril 2015). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/editionscnrs/4063>. ISBN : 9782271078537.

Ce document a été généré automatiquement le 13 avril 2015. Il est issu d'une numérisation par reconnaissance optique de caractères.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation :
http://www.openedition.org/6540

Zigoto, Beaucitron, Picratt, Calouchon, Dudule... Autant de sobriquets inconnus du grand public, malgré leurs cocasses et alléchantes connotations. C'est qu'ils dissimulent nombre de comédiens américains de talent qui ont considérablement diverti nos parents et grands-parents, mais qui sont restés souvent dans l'ombre des Charlie Chaplin, Buster Keaton et autres Harold Lloyd.
Il y a là une injustice notoire que Jean-Jacques Couderc s'est donné pour tâche de réparer. Consacré à ces comiques oubliés ou peu connus du cinéma muet américain, ce livre retrace tout d'abord leurs vies agitées et souvent trop courtes d'étoiles mélancoliquement filantes au firmament du burlesque. Pour chacun d'eux, il fallait impérativement sauver de l'oubli quelques séquences, réalistes ou loufoques, géniales ou démodées, grotesques ou subtiles, dans tous les cas débordantes de drôlerie, d'imagination ou de fantaisie et les replacer dans leur contexte. Et certes, la lecture de leurs biographies et des scénarios de leurs films et courts-métrages, poétiques ou rocambolesques, suscite en nous autant de gaieté que d'étonnement incrédule.
Par ailleurs, cet ouvrage de référence propose au lecteur toutes les informations actuellement disponibles sur ces comédiens et réalisateurs dont il convenait de sauver la mémoire : ils appartiennent plus que jamais à la grande histoire du cinéma américain.

    1. Les producteurs

    2. Mack Sennett

    3. Hal Roach

    4. Albert E. Christie

    5. Henry « Pathé » Lehrman

    6. Jack White

    7. Les frères Stern

    8. Joseph Schenck

    9. Joseph P. « Joe » Rock

    10. David Horsley

    11. Les réalisateurs

  1. Deuxième partie : dix célébrités

    1. L’école Mack Sennett

      Billy Bevan, Ben Turpin et Roscoe Arbuckle

    2. Billy Bevan

      1. LE TEMOIN DE MACK SENNETT : BILLY BEVAN
      2. FILMOGRAPHIE
    3. Ben Turpin

      1. BEN TURPIN OU MACK SENNETT-CASANOVA
      2. FILMOGRAPHIE
    1. Roscoe « Fatty » Arbuckle

      1. FATTY, ANGE PERVERS OU DÉMON DÉRISOIRE
      2. FILMOGRAPHIE
    2. L’école Hal Roach

      Charley Chase, Harry Pollard et Stanley Laurel

    3. Charley Chase et son frère Paul Parrott

      1. LES DEUX VISAGES DE CHARLEY CHASE
      2. FILMOGRAPHIE
    4. (James) Paul Parrott

      1. FILMOGRAPHIE
    5. Harry « Snub » Pollard

      1. BEAUCITRON, ARCHETYPE DU HEROS BURLESQUE ?
      2. FILMOGRAPHIE
    6. Stan Laurel

      1. GENÈSE D’UNE STAR DU BURLESQUE OU COMMENT STAN DEVINT LAUREL
      2. FILMOGRAPHIE
    7. Quatre vedettes des « majors »

      Larry Semon, Monty Banks, Alfred St. John et Bobby Vernon

    8. Larry Semon

      1. LE GÉNIE RAVAGEUR DE LARRY SEMON
      2. FILMOGRAPHIE
    9. Monty Banks

      1. MONTY BANKS, LE « PETIT-BOURGEOIS » AMBITIEUX
      2. FILMOGRAPHIE
    10. Alfred St. John

      1. UN COMIQUE EN APESANTEUR : PICRATT
      2. FILMOGRAPHIE
    11. Bobby Vernon

      1. BOBBY VERNON, L’AMOUREUX CONTRARIÉ
      2. FILMOGRAPHIE
  1. Troisième partie: les héros du «séries»

    1. Jimmy Adams

      1. FILMOGRAPHIE
    2. James Aubrey

      1. FILMOGRAPHIE
    3. Charles R. Bowers

      1. FILMOGRAPHIE
    4. Neal Burns

      1. FILMOGRAPHIE
    5. Sydney Chaplin

      1. FILMOGRAPHIE
    6. Andy Clyde

      1. FILMOGRAPHIE
    7. Chester Conklin

      1. FILMOGRAPHIE
    8. Lige Conley

      1. FILMOGRAPHIE
    9. Clyde Cook

      1. FILMOGRAPHIE
    10. Max Davidson

      1. FILMOGRAPHIE
    11. Billy Dooley

      1. FILMOGRAPHIE
    12. Louise Fazenda

      1. FILMOGRAPHIE
    13. William Franey

      1. FILMOGRAPHIE
    14. Raymond Griffith

      1. FILMOGRAPHIE
    1. Lloyd Hamilton

      1. FILMOGRAPHIE
    2. Oliver Hardy

      1. FILMOGRAPHIE
    3. Gale Henry

      1. FILMOGRAPHIE
    4. Walter Hiers

      1. FILMOGRAPHIE
    5. Alice Howell

      1. FILMOGRAPHIE
    6. Lupino Lane

      1. FILMOGRAPHIE
    7. Fred Mace

      1. FILMOGRAPHIE
    8. Hank Mann

      1. FILMOGRAPHIE
    9. Charlie Murray

      1. FILMOGRAPHIE
    10. Mabel Normand

      1. FILMOGRAPHIE
    11. George Ovey

      1. FILMOGRAPHIE
    12. Billie Rhodes

      1. FILMOGRAPHIE
    1. Will Rogers

      1. FILMOGRAPHIE
    2. Sid Smith

      1. FILMOGRAPHIE
    3. Ford Sterling

      1. FILMOGRAPHIE
    4. Slim Summerville

      1. FILMOGRAPHIE
    5. Mack Swain

      1. FILMOGRAPHIE
    6. Glenn Tryon

      1. FILMOGRAPHIE
    7. Les imitateurs de Charlot

      1. LES TROIS BILLY
      2. AUTRES IMITATEURS AMERICAINS
      3. LES « CHARLOT » DE L’ÉTRANGER
      4. LES « CHARLOT » FÉMININS ET ENFANTS
      5. DESSINS ANIMÉS
      6. PROCÈS ET CONTROVERSES
      7. FILMOGRAPHIE
    8. Les « Kid series »

      1. LES LITTLE RASCALS ET LA SERIE « OUR GANG »
      2. FILMOGRAPHIE
      3. 6. MICKEY MCGUIRE
  1. Dictionnaire des petits maîtres du Burlesque

  2. Annexe 1

    Maisons de production de vidéocassettes spécialisées dans le Burlesque

  3. Annexe 2

    Notices sur les principaux réalisateurs

  1. Annexe 3

    Les comédiens burlesques américains et leurs surnoms français

  2. Bibliographie générale

Remerciements

1Je tiens avant tout à exprimer toute ma reconnaissance à M. Antoine Faivre qui m'a conseillé et soutenu tout au long de mes années de recherche et sans l'aide duquel cet ouvrage n'aurait pas pu être rédigé.

2Par ailleurs, je souhaiterais remercier les chercheurs, historiens du cinéma ou collectionneurs qui m'ont aidé et encouragé pour la rédaction de cet ouvrage :

3MM. Floyd Bennett, Jacques Bourget, Richard E. Braff, Billy H. Doyle, Larry Langman, Blair Miller, Antoine Orséro, Steve Rydzewski, Anthony Walker.

4Enfin que l'Agence de Liaison Inter-Collectionneurs du Cinéma (ALICC) trouve ici l'expression de ma gratitude pour avoir autorisé l'utilisation dans cet ouvrage des articles que j'avais rédigés pour son bulletin de liaison (Info-Ciné n° 14-16 pour la filmographie de Snub Pollard, n° 18-20 pour la filmographie de B. Bevan, n° 25 pour « Les imitateurs de Chariot », n° 27 pour la biographie et la filmographie de Monty Banks).

5Enfin, je n'aurais garde d'oublier la Cinémathèque de Toulouse et toute son équipe, dont la compétence et la gentillesse m'ont grandement soutenu.

Abréviations

1En ce qui concerne les indications biographiques et, en particulier, les dates de naissances, qui varient considérablement suivant les sources, nous avons adopté systématiquement les informations publiées par Billy H. Doyle1, qui paraissent dignes de foi.

2Abréviations utilisées :

3b : bobine
C1N. : Cinémagazine
C.C. : Le Courrier cinématographique
d.v. : disponible en vidéo
I : interprètes
L.M. : long métrage
MOT. : Motography
M.P.N.: Motion Picture News
M.P.W. : Moving Picture World
N.Y.D.M.: New-York Dramatic Mirror
R: réalisateur
Sc. : scénariste ou scénario
Sup. : supervision
T.O.N.I. : titre original non identifié (suivi si possible de la date approximative de sortie en France).

Notes

1Doyle Billy H., The Ultimate Directory of the Silent Screen Performers, Metuchen, N.J., Scarecrow Press, 1995.

Préface

Antoine Faivre

1Avec ceux, toujours plus nombreux, qui regrettaient son irritante absence, je désespérais qu’un tel livre vît jamais le jour. À quelle famille appartenons-nous, pour nous être si longtemps inquiétés et maintenant nous réjouir de voir qu’avec nos espoirs une lacune se trouve enfin comblée ? Ses membres – tous ceux que le burlesque d’avant le parlant intéresse – se départagent suivant diverses motivations. Les uns sont les « nostalgiques », dont certains – ce livre les régalera – ne se contentent pas de vivre dans leurs souvenirs directs ou médiatisés, ni de les raviver à l’occasion en revoyant des images. D’autres -auxquels il s’adresse également – sont les amateurs instruits et éclectiques, professionnels ou non de l’histoire du Septième Art. D’autres enfin cumulent nostalgie du burlesque et cinéphilie ; l’ouvrage qu’ils tiennent entre les mains leur sera un indispensable compagnon.

2« Si étrange que cela paraisse pour un genre comique, on s’intéresse sans doute au burlesque d’abord par nostalgie », écrivait Peter Kral en 1984 dans un de ses deux magnifiques essais sur le cinéma burlesque. Certes, et je gage que la remarque s’applique à Jean-Jacques Couderc. La nostalgie engendre facilement, chez des esprits naturellement curieux, un besoin d’en savoir toujours davantage en se plongeant dans une recherche, comme s’ils voulaient s’incorporer l’objet de leur affection. Il se serait agi, en l’occurrence, de remplir un vide exaspérant. J’imagine volontiers que Jean-Jacques Couderc fait partie des collectionneurs. Lequel d’entre eux, appliqué à tenir son catalogue de ces « petits films », ne s’est jamais senti irrité par l’absence de références (titres et noms originaux, dates, etc.) sur les copies qu’il possède (généralement en format réduit) ? Longtemps nous n’eûmes pour tout guide que des catalogues commerciaux (par exemple, en France, ceux de Kodak-Pathé), rédigés par des publicitaires dont une documentation instructive était bien le dernier des soucis. Aujourd’hui, trop rares sont les éditeurs de vidéocassettes qui font mieux.

3Le travail de Jean-Jacques Couderc rapatrie dans notre culture un trésor dispersé, lequel ressortit à un genre très spécifique dont on sait qu’il ne survécut guère à l’avènement du cinéma parlant. L’entreprise exigeait à la fois passion et esprit de rigueur. Il fallait connaître évidemment tous les travaux déjà publiés. De fait, on en a vu paraître, à partir des années soixante et plus encore au cours des deux dernières décennies, mais qui pour la plupart portent sur les « grands » de ce burlesque américain (Chaplin, Keaton, Lloyd, Langdon, et le tandem Laurel et Hardy) que nous prisons tant. Des travaux à caractère plus général s’inscrivent dans cette mouvance, comme la filmographie établie par Karel Caslavsky. Jean-Jacques Couderc leur paie ici le tribut qui leur est dû, mais il les complète aussi. Il rassemble une multitude d’éléments épars, étendant sa minutieuse enquête aux journaux et revues d’actualité de l’époque (souvent difficiles d’accès), de manière à constituer des biographies et des filmographies étonnamment fouillées de ces « petits maîtres », lesquels souffraient, pour aimés qu’ils pussent être, de n’être pas situés, contextualisés, par une très solide étude d’ensemble. La voici, qui n’est pas seulement un répertoire ou une encyclopédie. Elle est, tout autant, un livre d’histoire dans lequel l’esprit d’analyse le dispute à la synthèse élégante et juste

4La période considérée va de 1909 – trois ans avant que Mack Sennett fonde la Keystone – à 1929. Elle est marquée par une production considérable – des milliers de titres, des courts-métrages pour la plupart -, dont une partie est définitivement perdue ; des pans entiers ont fait l’objet de destructions volontaires (l’auteur déplore ici-même, information émouvante, celle de nombreux films de Larry Semon par la Vitagraph). D’une autre partie, égarée, éparpillée dans des armoires, caves ou greniers, il arrive que des chasseurs de trésors exhument certains joyaux. À partir de bribes, de fragments, de coupures de journaux on s’efforce – Jean-Jacques Couderc en tête – de dresser la liste de ces morts et de ces portés disparus. Mais la masse de ce tout qui nous est parvenu suffit à expliquer qu’un livre comme celui-ci arrive si tard. Quel historien ne reculerait devant la tâche, d’autant que dans cette masse les « grands maîtres » occupent évidemment une place quantitativement très minoritaire ? Jean-Jacques Couderc a relevé le défi.

5De cet univers d’étoiles et de lumières disparates quelques curieux ou passionnés s’étaient risqués à explorer des portions mal connues. De ces entrelacs de galeries, des spéléologues avaient mis à jour de merveilleux filons. De cet iceberg dont le sommet brille de mille feux, on savait bien que la partie émergée – les « grands maîtres » – surplombait un massif abritant mille pépites dont maints reflets nous enchantaient déjà ; mais a-t-on acquis un vrai savoir tant qu’on n’a pas scruté, sondé, ce qu’un sommet recouvre et surplombe ? Aussi bien n’est-ce point l’effet du hasard, si dans le même temps qu’on commençait à s’intéresser de plus près aux « petits maîtres » du burlesque américain les historiens en sciences humaines cessaient de se désintéresser des « auteurs mineurs », depuis lors et de plus en plus pris comme sujets de recherche. On sait mieux maintenant que sans la connaissance tant de la chaîne que de la trame il n’est pas de savoir véritable.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Tétouan

de cnrs-editions-via-openedition

La négociation sociale

de cnrs-editions-via-openedition

suivant