Lire est une expérience qui transforme de fond en comble ceux qui vouent leur âme la lecture

De
Publié par

ConClusion Lire est une expérience qui transforme de fond en comble ceux qui vouent leur âme à la lecture. Pascal Quignard, La barque silencieuse, 2009. e?tudier-textes2.indb 173 09/11/10 17:54

  • principes d'interaction entre réflexion théorique

  • métier de professeur des écoles

  • espace de recherche

  • revue traite par dossiers complets

  • proposition pédagogique

  • réflexion


Publié le : mardi 19 juin 2012
Lecture(s) : 17
Source : cndp.fr
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
ConClusion
Lire est une expérience qui transforme de fond en comble ceux qui vouent leur âme à la lecture.
Pascal Quignard,La barque silencieuse, 2009.
étudier-textes2.indb 173
ConClusion
Lire est une expérience qui transforme de fond en comble ceux qui vouent leur âme à la lecture.
Pascal Quignard,La barque silencieuse, 2009.
09/11/10 17:54
étudier-textes2.indb 174
09/11/10 17:54
Pari de l’intelligence et pari de la réussite ! Ce par-cours dans l’étude des textes confirme la réalité des défis qui encadraient le volume consacré à l’étude de la langue. Dès l’introduction, il était affirmé que le métier de professeur des écoles est difficile, qu’il exige une réflexion théorique, didactique et pédagogique avancée, mais que les enseignants qui le souhaitent peuvent s’enga-ger dans cette réflexion. Du côté des élèves, ce pari est celui de la réussite: oui, il est possible de construire une étude de la langue efficace et cohérente, qui améliore vraiment la compréhen-sion et l’expression. C’est précisément la compréhension et la pro-duction, en littérature ou non, que nous avons présentées dans ce volume2. Il était impossible de traiter dans un seul tome l’aide aux élèves, les quatre domaines de l’étude de la langue (ortho-graphe, grammaire, conjugaison, vocabulaire) et les domaines de l’étude des textes (lecture et écri-ture en littérature et dans toutes les disciplines). Néanmoins, si l’ampleur du sujet empêchait de les réunir dans le même ouvrage, il n’en reste pas moins que l’étude de la langue et celle des textes sont interdépendantes. La volonté de les mettre en lien nous a conduit à privilégier leur présentation croisée plutôt que de plus longs développements de chacun des points.
En pédagogie, une recherche permanent réunit les praticiens et les chercheurs : EMF, conseillers pédagogiques, professeurs d’IUFM, universitaires, inspecteurs et tous les enseignants concernés qui peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Comment permettre à tous les élèves de réussir leurs études du mieux possible et dans le climat le plus serein
étudier-textes2.indb 175
possible ?Pour répondre à cette question fonda-mentale, les espaces de recherche devraient être nombreux, installés ou au moins reconnus par l’institution. IUFM, groupes de travail mêlant équipes de circonscription et formateurs, INRP, revues, forums et sites Internet… ont existé et existent encore parfois. L’exemple desCahiers Pédagogiques,s’il n’est précisément qu’un exemple, est édifiant: la revue traite par dossiers complets d’un thème d’actualité en présentant les témoi-gnages, analyses et propositions de praticiens et de chercheurs. Tous les enseignants, même les plus expéri-mentés, peuvent investir ces espaces et comme nous l’avons fait ici, mener une réflexion non seulement approfondie sur la langue et les textes, mais aussi liée à la problématique de l’aide aux élèves. Le chantier est ouvert, il laisse de la place à une analyse qui ne demande qu’à être creusée plus encore. La réflexion sur l’enseignement et l’apprentissage de la langue française est com-plexe, que cette dernière soit étudiée grammati-calement ou mise en œuvre dans des textes, en français ou dans les autres disciplines. Même une longue expérience d’enseignement ne dispense pas de poursuivre le travail tant il est important de toujours chercher à aider les élèves dans ces domaines essentiels. Nous avons souhaité ici appliquer ces principes d’interaction entre réflexion théorique et didac-tique et pédagogie; ainsi avons-nous présenté des propositions pédagogiques qui ont été expé-rimentées dans des classes et dont nous avons débattu avec les enseignants qui les ont mises en œuvre; ainsi encore notre réflexion s’est-elle nourrie de débats et travaux conduits avec de très nombreuses personnes concernées par ces
09/11/10 17:54
176 •
Conclusion
questions ;ainsi enfin encourageons-nous les enseignants à s’emparer de nos réflexions et de nos propositions pour continuer sur cette voie et expérimenter. Si les outils directement utilisables en classe (fiches photocopiables, séquences clé en main…) que les éditeurs proposent sont précieux, ils ne peuvent être les seuls outils disponibles. Bien sûr, la tâche est énorme, peut-être loin de sa fin. Savoir qu’il sera difficile de réussir tou-jours et dans toutes les disciplines, n’est pas une raison pour ne pas entreprendre la tâche.« On n’a pas le droit d’ouvrir un livre si on ne s’engage pas
étudier-textes2.indb 176
1 à les lire tous »;Rainer Maria Rilke expliquait peut-être ne peut-on pas non plus ouvrir une réflexion pédagogique si on ne s’engage pas à la poursuivre jusqu’à ce qu’elle soit totalement effi-cace ;c’est une entreprise de longue haleine, sans doute ;impossible, peut-être ; mais le projet, pour irréaliste qu’il soit, n’en est pas moins exaltant pour l’enseignant et bénéfique pour les élèves.
1. rilke r. M.Les cahiers de Malte Laurids Brigge. GàllimàRd, 1991, p. 201.
09/11/10 17:54
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.