mars www ac aix marseille fr Responsabilité dans les usages du numérique

De
Publié par

mars 2012 – > Responsabilité dans les usages du numérique VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE 1. Respecter les droits d‘auteur et le droit à l‘image à l‘école Constat et problème posé Internet facilite l'accès aux œuvres de l'esprit : textes, photos, illustrations, fi lms, vidéos, musique... Cela semble une manne, notamment pour les enseignants qui y puisent allègrement pour leurs cours (et incitent leurs élèves à y puiser)... en oubliant les questions juridiques de droits d'auteur et de droit à l'image que cet usage pose. Quelles précautions faut-il prendre ? Quelles autorisations faut-il demander ?... Réponses possibles Pour les enseignants comme pour les élèves, ces questions demandent une sensibilisation aux textes de loi qui régissent les droits d'auteur et le droit à l'image, voire d'acquérir des rudiments de culture juridique en la matière. Et pourquoi ne pas intégrer cette sensibilisation ou cette acquisition à l'activité pédagogique qui nécessite l'usage des documents concernés ? Par ailleurs, il faut distinguer les copies et téléchargements de documents trouvés sur Internet (dans le cas d'un travail de recherche par exemple) ou bien de photos prises soi-même (attention, on ne peut pas tout photographier) de l'utilisation de certaines œuvres pour un cours. Dans ce cas, notamment pour faciliter les utilisations les plus usuelles (photocopies, enregistrement d'œuvres cinématographiques et audiovisuelles diffusées sur une chaîne de télévision non payante...), des accords ont été passés par le ministère de l'Education nationale.

  • connaissance du droit

  • mission éducative

  • processus de vérifi cation des sources

  • usage des médias sociaux

  • élève dispose des connaissances


Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 51
Tags :
Source : ac-aix-marseille.fr
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
1. Respecter les droits d‘auteur et le droit à l‘image à l‘école
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
Constat et problème posé Internet facilite l’accès aux œuvres de l’esprit : textes, photos, illustrations, films, vidéo musique... Cela semble une manne, notamment pour les enseignants qui y puisent allè pour leurs cours (et incitent leurs élèves à y puiser)... en oubliant les questions juridiqu d’auteur et de droit à l’image que cet usage pose. Quelles précautions fautil prendre ? Quelles autorisations fautil demander ?...
Réponses possibles Pour les enseignants comme pour les élèves, ces questions demandent une sensibilis textes de loi qui régissent les droits d’auteur et le droit à l’image, voire d’acquérir des r de culture juridique en la matière. Et pourquoi ne pas intégrer cette sensibilisation ou acquisition à l’activité pédagogique qui nécessite l’usage des documents concernés ? Par ailleurs, il faut distinguer les copies et téléchargements de documents trouvés sur (dans le cas d’un travail de recherche par exemple) ou bien de photos prises soimêm on ne peut pas tout photographier) de l’utilisation de certaines œuvres pour un cours. Dans ce cas, notamment pour faciliter les utilisations les plus usuelles (photocopies, enregistrement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles diffusées sur une chaî télévision non payante...), des accords ont été passés par le ministère de l’Education n Quand il s’agit de prendre des photos d’élèves, de personnels, de biens, l’autorisation expressément donnée par l’intéressé ou ses représentants légaux ou par le propriétair Cette autorisation concerne chaque image, chaque utilisation et chaque support. En ce qui concerne Internet : les fournisseurs d’hébergement (Facebook, YouTube…) ne sont pas responsables s’ connaissance du caractère illicite des données photographiques ou textuelles ou si cas contraire, ils agissent promptement pour retirer ces données ; le fournisseur du contenu (la personne qui insère les images sur le site ou plus exac « propriétaire » du site) est responsable des dommages éventuellement causés ; en matière de lien hypertexte (renvoi vers un autre site), les cas sont variés et les si peuvent être complexes. La prudence conseille de demander une autorisation.
Pratiques à mettre en place Sensibiliser et former les personnels (enseignants, mais aussi chefs d’établissemen webmestres...) à ces questions ; les enseignants pourront à leur tour (in)former les Avoir toujours à disposition des demandes d’autorisation de droit à l’image (il n’est de faire signer une autorisation en début d’année pour tout usage... indéfini). Attention aux images dites « libres de droit » : cette expression ne signifie pas « exe droit », mais « droits réglementés par une licence d’utilisation ».
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Déclarer le plus rapidement possible les incidents à la chaîne d’alerte (http://alerte. acaixmarseille.fr) ou sur OASI(cf. URL cidessous) Acquérir le réflexe de penser aux droits éventuels et solliciter les autorisations nécessaires Mettre en œuvre des actions de sensibilisation et d’information, auprès des enseignants notamment : * rudiments de culture juridique en matière de droits d’auteur et de droit à l’image
Ressources
Service juridique de l’académie (ce.serju @acaixmarseille.fr) BO n° 3 du 19 janvier 2012, circulaire n°2012 006 du 512012 (NOR MENE1200208C) – reprographie d’œuvres protégées Outils en ligne : * portailResponsabilité dans les usages du numérique (RUN): www.acaixmarseille. fr > Responsabilité dans les usages du numérique(menu contextuel) * eduscol.education.fr/ legamedia * https://oasi.acaix marseille.fr(++ après identification)
2. Impliquer la famille : quelles informations et prévention possibles ?
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
Problème posé Les parents s’inquiètent des activités de leurs enfants sur la toile ; ils se sentent dépas s’autorisent pas, de peur du conflit, à contrôler la navigation de leurs adolescents sur I Comment les acteurs et partenaires de l’Ecole peuvent accompagner les parents, les c dans le rôle qu’ils ont à jouer auprès de leurs enfants dans l’utilisation responsable de offerts par le numérique ?
Constat Les adolescents ont une maîtrise du numérique supérieure à celle des adultes, entraîn ces derniers un sentiment de désarroi et de fragilité dans l’autorité parentale et/ou éd leurs égards. Les outils numériques sont utilisés pour entrer en relation entre pairs, ré questionnements autour de sujets d’adolescents (jeux, découverte de la sexualité, ren mais avec des conséquences qui ne sont pas toujours mesurées, pouvant conduire à violences contre les autres ou à une mise en danger de l’« ado ».
Réponses possibles Associer en coresponsabilité les parents aux actions de sensibilisation proposés au s établissements(cf. fiche action 5)permet de répondre en partie à leurs inquiétudes. De il serait opportun d’élaborer, avec les partenaires de terrain, des séances d’informatio d’ateliers pratiques d’initiation à la navigation sur Internet pour les parents afin de renf compétences, les conseiller dans les attitudes à avoir auprès de leurs enfants. Au niveau pédagogique, les programmes d’enseignement proposent des contenus sur du numérique, notamment la compétence 4 du socle commun,La maîtrise des techniq usuelles de l’information et de la communication, qui se concrétise par l’obtention du pour objectif, le développement« d’une attitude de responsabilité dans l’utilisation des interactifs »B2i met l’accent sur la capacité à protéger ses données. La rénovation du connaissance du droit à publier sur Internet.
Pratiques à mettre en place Sensibiliser les parents à la nécessaire coéducation des jeunes aux usages respo numérique. Elaborer un projet éducatif autour d’une bonne utilisation du numérique et de la pré risques liées à l’usage d’Internet. Accompagner les élèves dans leurs pratiques ; ne pas tout vouloir contrôler ni tout i Mettre en place un code éthique pour l’utilisation des outils numériques.
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Former les enseignants à l’usage des outils du numérique Mettre en œuvre des actions de sensibilisation et d’information dans le cadre du CESC et d’un REAAP, avec l’appui de partenaires extérieurs : * auprès des parents, des enseignants * auprès des élèves par les adultes de l’établissement ayant été formés
Ressources
Dans l’établissement : enseignants, personnels d’éducation, de santé, social, parents d’élèves, délégués élèves... Autres personnes ressources : CLEMI, EMAS, partenaires extérieurs (police, gendarmerie, eenfance...) Outils en ligne : * eduscol.education.fr * www.jeunes.cnil.fr * www.curiosphere.tv * www. internetsanscrainte.fr
3. Elaborer une charte du bon usage du numériqu en établissement
Problème posé L’évolution de l’informatique et d’Internet impose d’expliciter la loi. L’Education nationa des règles de fonctionnement et établi une métacharte, mais chaque établissement do les règles qui lui sont propres. Comment élaborer une charte pour le bon usage du nu dans l’établissement ?
Constat Face aux débordements multiples engendrés par un usage non réglementé (souvent d l’ignorance de la loi) des outils numériques et d’Internet, chaque établissement est invi le législateur à élaborer et mettre en œuvre dans ses murs une charte pour le bon usa numérique pour encadrer les situations spécifiques qu’il peut être amené à connaître.
Réponses possibles et pratiques à mett place
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
Une charte pour le bon usage du numérique explicite la loi, avec ses obligations et ses de façon générale afin de ne pas être modifiée à chaque changement de logiciel ou d’ Elle n’a pas pour objet de décrire les ressources matérielles ou les services numériqu indique les valeurs de l’Education nationale. Elle doit responsabiliser les acteurs et les prendre la mesure des risques et répondre de façon adaptée aux besoins. Elle fait part règlement intérieur et elle est votée par le conseil d’administration. Comment élaborer une charte ? Chaque établissement doit définir sa démarche d’élaboration et de modification. Ce tra être réalisé à tous les échelons institutionnels de l’établissement, du conseil des délé au conseil d’administration dans le second degré, en conseil d’école dans le premier d instances académiques ou rectorales peuvent être sollicitées et apporter leur aide. Comment se servir d’une charte ? La charte comporte un rappel à la loi et aux droits et devoirs des utilisateurs. En terme sanction, la charte ne se substitue pas au règlement intérieur qui précise les risques e les contrevenants ; elle peut néanmoins rappeler que des sanctions disciplinaires sont règlement intérieur. Quand et comment la diffuser ? La distribution et la signature de la charte, en début d’année, sont un moment d’animat réflexion. Les identifiants personnels accompagnés d’un guide d’utilisation sont remis utilisateur après signature de la charte (si l’utilisateur est mineur, la charte est signée même et par ses représentants légaux). Les règles précises d’utilisation sont expliqué moment le plus opportun, lors d’un travail spécifique.
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Mettre en place une charte pour le bon usage du numérique dans chaque établissement Former les enseignants à l’usage des outils du numérique
Ressources
Dans l’établissement : équipe de direction, cotice, comité TICE de l’établissement, conseil pédagogique, conseil d’administration, l’ensemble de la communauté éducative Outils en ligne : * portailResponsabilité dans les usages du numérique (RUN): www.acaixmarseille. fr> Responsabilité dans les usages du numérique(menu contextuel) * http://eduscol. education.fr/internet responsable/ * http://eduscol. education.fr/legamedia/ internetscolaire * https://oasi.acaix marseille.fr(++ après identification)
4. Eduquer au média Internet
Problème posé Quelles compétences faudraitil que les usagers développent pour une véritable éduc l’information ?
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
Constat Dans la pratique, l’outil est au service des apprentissages et sa connaissance n’est pa comme prioritaire. En outre, les enseignants ne considèrent pas la formation à l’outil In comme une priorité, du fait qu’ils croient à un degré supposé d’expertise des élèves. Or, les études montrent que les élèves ont une approche intuitive de l’outil, sans pour a disposer de toutes les procédures nécessaires pour optimiser leurs pratiques numériq plus jeunes identifient difficilement les risques inhérents à Internet. Pour l’école, la majorité des pratiques numériques des élèves concernent des recherc Internet (utilisation exclusive de Google dans leurs pratiques personnelles). Les procé recherche par les élèves excluent la préparation préalable (sur papier, plan...) et ces d limitent bien souvent à la première information trouvée sur Internet. La pratique du cop des élèves, facilitée par le numérique, illustre leur absence de compréhension des tex réflexion sur la source est souvent absente. Par ailleurs, la recherche par motsclefs s l’élève dispose des connaissances suffisantes sur le sujet. Cette absence de méthodologie de recherche est en partie renforcée par le fait que le enseignants sont souvent désarmés, par manque de formation. Les ressources produit l’enseignant avaient l’avantage de pouvoir être adaptées aux élèves, ce qui n’est pas l des ressources publiées dans Internet. Mais, du coup, ils perdent des pratiques qui av leurs preuves (sélectionner leurs sources, guider les élèves dans leurs recherches...). également une véritable méconnaissance des ressources internes disponibles dans le (catalogues BCDI, PMB, easydoc, sites de typeNetvibesà l’initiative de certains profe documentalistes avec des liens Internet...), dont les enseignants ont tendance à se dét
Pratiques à mettre en place Considérer l’éducation à Internet comme une priorité éducative : * favoriser la formation des acteurs ; * promouvoir, dès l’école primaire, une vraie méthodologie de recherche ; * mettre à disposition des enseignants des outils pour leur permettre de former l à la recherche (grille d’analyse de sites, portails de liens validés avec commen critères, outils de recherche adaptés aux élèves, Thésaurus...) ; * Sensibiliser aux risques liées à Internet dès l’école primaire (faire émerger une des risques et proposer des conseils et solutions de protection) ; * promouvoir l’utilisation de projets pédagogiques commeVinz et Louà l’école p 2025 Exmachinadans le secondaire.
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Assurer une formation permanente à l’outil, non seulement des élèves, mais plus encore de tous les acteurs du monde éducatif (enseignants, cadres de l’Education nationale...) Voir dans Internet un formidable levier pour le développement de l’esprit critique des usagers, notamment dans le processus de vérification des sources (démarche de croisement des sources)
Ressources
Dans l’établissement : le chef d’établissement, comme responsable de l’impulsion à donner en matière de politique documentaire, les professeurs documentalistes, les enseignants Autres personnes ressources : le CLEMI (une publication du CLEMI porte sur ce sujet,Eduquer aux médias, ça s’apprend) Outils en ligne : * portailResponsabilité dans les usages du numérique (RUN): www.acaixmarseille. fr> Responsabilité dans les usages du numérique(menu contextuel)
5. Utiliser au mieux les médias sociaux
Problème posé En quoi l’école, dans sa mission éducative, estelle concernée par les usages des méd sociaux (Facebook...) ? Quels accompagnements peutelle apporter ?
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
Constat La particularité des médias sociaux – qui ne s’arrêtent pas après les cours – amplifie les phénomènes de violence et de harcèlement au sein de la communauté éducative. Ces comportements parfois immodérés, la circulation rapide et facile de propos ou de conten peuvent avoir des répercussions douloureuses sur la communauté scolaire et entraîner conséquences graves ou des blessures indélébiles, notamment chez des élèves pris dan dont ils ne soupçonnent pas les rouages. Les malveillances volontaires sont toutefois plu Les choix pédagogiques à faire pour aborder les réseaux sociaux ne sont pas évidente beaucoup d’enseignants qui hésitent à être « amis » avec ses élèves. De nombreux établissements sont demandeurs d’une prévention au quotidien afin d’ap élèves à gérer certaines réalités d’Internet comme l’absence de droit à l’oubli.
Réponses possibles Apprentissage des usages raisonnés Ils sont préconisés par le B2i. Protéger les enfants, c’est d’abord leur apprendre à se p euxmêmes, ce qui nécessite pour les enseignants de mieux connaître les pratiques n de leurs élèves afin de les accompagner pour mieux maîtriser ces outils (paramétrage compte, notion d’identité numérique...). Prévention des abus d’usage Il y a nécessité d’un travail sur le fond et la durée. Les mésusages des réseaux sociau à la fois les familles et l’école, on peut associer les parents d’une classe à des actions sensibilisation. Intégration des médias sociaux dans l’acte éducatif Les platesformes adaptées à des pratiques scolaires d’échange ou d’expression (eTw les échanges internationaux, journaux et blogs scolaires en ligne, twitclasses...) consti espaces où l’on apprendra les subtilités, les écueils et les grandes possibilités de ces ces environnements, il est plus facile de maîtriser la sécurisation. On pourra aussi inve au point et développer de nouveaux supports adaptés à ces usages pédagogiques.
Pratiques à mettre en place Eduquer les élèves au média Internet, de l’école primaire au lycée(cf. fiche action 4). Encourager les activités pédagogiques avec des médias sociaux sécurisés, notam qui font découvrir aux élèves une plus grande richesse d’échanges culturels ou soc eTwinning, journaux scolaires en ligne, twitclasses... Mettre en place des actions de prévention pour les élèves(cf. ressources).
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Informer le plus rapidement possible la chaîne d’alerte en cas d’incident (penser à collecter des éléments de preuve) Former les enseignants à l’usage des médias sociaux Mettre en place des actions de prévention menées par des personnels compétents
Ressources
Dans l’établissement : enseignants et enseignants documentalistes, chef d’établissement, CPE, délégués d’élèves... Communauté éducative : familles, collectivités territoriales, associations locales... Ressources académiques : CLEMI, EMAS... Outils en ligne : * portailResponsabilité dans les usages du numérique (RUN): www.acaixmarseille. fr> Responsabilité dans les usages du numérique(menu contextuel) * https://oasi.acaix marseille.fr(++ après identification)
6. Travailler avec des données à caractère personn
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
Problème posé Nous travaillons quotidiennement avec des données à caractère personnel concernan élèves, les parents d’élèves, le personnel. Quels sont les risques relatifs à l’utilisation données et les règles à respecter ? Qu’aton le droit de faire ? Comment assurer la sé données, les échanger ? Comment assurer le respect des droits des personnes ?
Définition Les données à caractère personnel sont toutes les informations qui permettent d’ident directement ou indirectement une personne physique. Dès que les données manipulée données à caractère personnel, leur utilisation est encadrée par la loiInformatique et
Pratiques à mettre en place Le principe est de classifier l’information que l’on manipule selon sa confidentialité ( toute information non classifiée est réputée à diffusion limitée) et selon sa nature : d caractère personnel ou non. Il convient de se poser dès la mise en œuvre certaines * Le traitement estil déclaré ? * A quelle fin ont été collectées les données ? * Qui en sont les destinataires ? * Pendant combien de temps sont elles utilisables ? * Quelles sont les obligations de sécurité qui leur sont attachées ? * Comment respecter et mettre en place le droit des personnes ? Pour toute finalité différente de celle pour laquelle les données ont été collectées, n sommes face à un nouveau traitement nécessitant de ce fait une déclaration et une des personnes. Il en va de même pour tout nouveau type de destinataire. La conservation d’une donnée à caractère personnel doit toujours être limitée. Dan établissement, cette durée est souvent de l’ordre de l’année scolaire. Il convient de soin du respect de cette durée, notamment par une bonne gestion des copies et sa des fichiers. La protection de la confidentialité des données à caractère personnel implique de œuvre des mesures de sécurité particulières, notamment dans nos échanges (la me l’état n’est pas un canal sécurisé). L’information des personnes doit se faire dès la collecte des données ; ainsi, en éta scolaire, le dossier d’inscription des élèves comportera les mentions relatives à l’en des traitements mis en œuvre avec les données recueillies. Toute personne dispose d’accès et de rectification auquel nous avons obligation de répondre. Hormis quelq traitements, toute personne peut s’opposer pour des raisons légitimes à l’enregistre ses données (ou celles de son enfant). La difficulté vient d’apprécier la notion et la « raisons légitimes », il n’y a pas de jurisprudence actuellement pour éclairer ce ter
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Rédiger et diffuser largement unBulletin académique(BA) spécial destiné aux chefs d’établissement et relatif aux obligations et préalables CNIL Mettre en œuvre des actions de sensibilisation et d’information
Ressources
Correspondant Informatique et libertés Points AC@R Cellule académique Sécurité de l’information Outils en ligne : * www.cnil.fr * www.jeunes.cnil.fr * https://oasi.ac aixmarseille.fr/ informatiqueet libertes/(++ après identification)
7. Mettre en place un espace numérique de trava (ENT) dans le premier degré
Problème posé Un enseignant souhaite développer un ENT dans sa classe. Quelles précautions doitil Quelles autorisations doitil demander ?
Constat La demande de mise en place d’ENT dans les écoles est grandissante. Divers éditeurs des solutions d’accès facile. Les authentifications par login et mot de passe qu’elles pr donnent un sentiment de sécurité, mais estce vraiment le cas ? Un ENT se doit de garantir lasécurité de l’information et des usagers et d’offrir diverse fonctionnalités (messagerie, cahier de texte, travail collaboratif, blog, création de ress afin notamment de valider les items du B2i école. L’utilisation d’un ENT est régi par différents textes de loi (loiInformatique et libertés, dr d’auteur et droit à l’image... –cf. fiche action 1). Ces aspects en font pas encore vraimen la culture des enseignants.
Réponses possibles
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
La création d’un ENT ne peut pas résulter de la démarche individuelle d’un enseignant figurer dans le volet numérique du projet d’école et sa faire en accord avec l’IEN. Ce c faire l’objet d’échanges et de négociations claires avec les partenaires municipaux et l d’élèves qui s’engagent au côté de l’école sur le projet de création.
Pratiques à mettre en place Etablir une convention de partenariat avec la mairie ou la communauté de commun Faire un appel d’offres en s’assurant de la conformité des solutions proposées avec 30 novembre 2006. Etablir un contrat avec le prestataire retenu. Déclarer l’ENT à la CNIL (déclaration faite par le directeur) en utilisant le site OASI. Informer de leurs droits les responsables légaux des élèves (loiInformatique et libe d’information, d’accès, de rectification et d’opposition). Mettre en place une charte(cf. fiche action 3).
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Acquérir le réflexe de déclarer l’ENT Penser « sécurité » dès qu’on traite des données à caractère personnel(cf. fiche action 6) Sensibiliser les enseignants aux questions juridiques
Ressources
Le directeur d’école, les membres de la communauté éducative Textes réglementaires : arrêté du 30 novembre 2006 portant sur la création au sein du ministère de l’Education nationale d’un traitement de données à caractère personnel relatif aux ENT(NOR MENT0602397A) Ressources académiques : le centre académique de services de la DATSI, les ERIP, IAI ou EMALA, les points AC@R, l’EMAS, le CLEMI, le PVS, la correspondante Informatique et libertés (cil@acaixmarseille.fr) Outils en ligne : site OASI (https://oasi.acaix marseille.fr > Informatique et libertés –++ après identification) * pour s’informer : Lois et arrêtés, Guides et modèles ; * pour déclarer un ENT : Vision établissement > ENT conforme à l’arrêté
8. Organiser l‘établissement scolaire pour développer les pratiques numériques
Problème posé
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
De nombreux outils et services numériques sont mis à la disposition des communautés Comment choisir ceux qui seront proposés aux enseignants, personnels administratifs, familles... ? Comment accompagner leur intégration dans les pratiques professionnelles l’encadrement et le suivi de leurs usages ? Comment impulser les usages lorsque les c d’utilisation sont différentes, voire plus restrictives que celles que l’on a l’habitude d’av logiciels différents de ceux habituellement utilisés, bande passante réduite, droits limit ailleurs, comment maintenir fonctionnel l’ensemble du parc informatique ?
Constat Les usages pédagogiques se massifient : utilisation de nombreux logiciels, Internet de incontournable pour les recherches, l’accès aux ressources (manuels, médias, servic numériques en ligne...) et la communication (messagerie électronique, visioconférenc collaboratifs...). Les usages non pédagogiques sont nombreux : vie privée « résiduelle » des besoins privés, messagerie...), pratiques abusives (téléchargement), mauvaises ha (web radio dans les secrétariats). Outre des parcs informatiques conséquents et des postes de travail partagés entre plu utilisateurs, la maintenance des postes de travail et l’administration du réseau diffèren établissements scolaires, car le partage de compétence entre les collectivités et l’Etat défini. Ces problématiques sont souvent mal maîtrisées par les chefs d’établissement et les a pédagogiques tolèrent mal les fonctionnements erratiques.
Pratiques à mettre en place Mettre en place dans chaque établissement scolaire une politique numérique claire définie et connue de tous, dans le cadre d’un volet spécifique du projet d’établisse Fixer les grands axes de cette politique numérique qui doit comporter les points ess suivants : * choisir des services numériques déployés * mettre en place des conditions matérielles favorables aux usages, notamment maintenance, la répartition des matériels dans les salles, l’organisation... * définir le cadre et les règles d’utilisation des services et matériels * évaluer et suivre les usages (services numériques, outils, ressources...) * concevoir un plan de formation des équipes, corrélé à l’évaluation des usages Constituer un comité TICE comprenant des représentants de l’équipe de direction, d l’intendance, des enseignants, le référent numérique et/ou le correspondant TICE, d personnels de la vie scolaire et ceux chargés de la maintenance informatique. Des représentants de la collectivité de rattachement et/ou des services académiques p utilement se joindre au groupe selon l’ordre du jour. mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Afficher clairement la politique numérique de l’établissement scolaire Constitueruncomité  TICE et le faire vivre pour accompagner cette politique Etre tout particulièrement attentif à : * la prise en charge de la maintenance * la formation et l’accompagnement des personnels Evaluer les usages
Ressources
Le chef d’établissement et son comité TICE La direction de l’éducation et/ou le service informatique de la collectivité de rattachement Ressources académiques : le centre académique de services de la DATSI, les points AC@R, le pôle TICE, l’EMAS, le CLEMI, le PVS Outils en ligne : * https://oasi.acaix marseille.fr(++ après identification)
9. Réguler l‘usage des téléphones et smartphone en établissement
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
Problème posé Les jeunes sont massivement équipés de téléphone mobile ou de smartphone et sont de façon quasi permanente (Internet, réseaux sociaux, SMS, photos...). Leur utilisation être autorisée dans l’enceinte d’un établissement scolaire ? L’usage de ces outils num il être considéré comme faisant partie de la vie privée sous la responsabilité des paren contrôlés et interdits dans les établissements scolaires ?
Constat L’Ecole interdit l’accès à certains sites Internet sensibles sur le réseau pédagogique. C de protection peutêtre contournée par l’utilisation des smartphones qui échappent à Parallèlement, nous pouvons constater que certains enseignants ont intégré des prati pédagogiques s’appuyant sur les smartphones (visionnage d’une œuvre sur l’écran, ap de pratiques commerciales professionnelles, utilisation en ULIS…). Les jeunes n’ont pas conscience des conséquences qu’impliquent la prise et la diffusi et vidéos
Réponses possibles Selon le type d’établissement Pour le primaire et le collège, la loi interdit l’utilisation d’un téléphone mobile ou d’un s pour des raisons de santé(cf. loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environ loi Grenelle 2). Les modalités d’utilisation peuvent être précisées dans le règlement inté Pour le lycée, qu’il soit d’enseignement général, technologique ou lycée professionnel, l’établissement de définir sa « politique » en la matière,viason règlement intérieur. Remarque : le brouillage est interdit par la loi.
Pratiques à mettre en place Intégrer l’usage de ces appareils dans la charte informatique de l’établissement (C usages du numérique). Elle doit définir les conditions d’usage, de sanction, de confi (cf. fiche action 3). Demander aux enseignants d’avoir une attitude exemplaire quant à l’utilisation de le téléphone. Miser sur l’éducation et la prévention : * Associer les parents. * Faire réaliser en classe des actions de prévention par l’EMAS. * Sensibiliser les jeunes au droit à l’image(cf. fiche action 1).
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Déclarer le plus rapidement possible les incidents à la chaîne d’alerte (http://alerte. acaixmarseille.fr) ou sur OASI Mettre en place une charte des usages du numérique(cf. fiche action 3) Mettre en place des actions de sensibilisation, d’information et de prévention : * module de sensibilisationDangers d’Internet – Réseaux sociaux – Addictions(EMASCLEMI) * rappel des règles d’usage – accompagnement familialrappel des sanctions pénales
Ressources
Dans l’établissement : l’ensemble du personnel, l’infirmière, le CESC, les parents d’élèves, les délégués élèves... Ressources académiques : EMAS, CLEMI, service juridique académique...
10. Publier et communiquer en milieu scolaire
Problème posé Pour les établissements et les personnels, communiquer avec le monde extérieur à l’ai numériques est devenu une nécessité. Comment encadrer et sécuriser la pratique ?
Constat De plus en plus d’enseignants créent un site (ou un blog) personnel et/ou professionne du cadre institutionnel et l’utilisent avec les élèves (fichiers à télécharger, corrections échange de messages...). Certains utilisent également les réseaux sociaux pour comm Dans ces usages, la distinction entre sphère privée et sphère professionnelle est souv floue et les questions de sécurité ignorées.
VERS UN USAGE PLUS RESPONSABLE DU NUMERIQUE
Réponses possibles Initier une réflexion sur les questions suivantes : Quelles sont les garanties contractuelles ?(il existe des possibilités de disséminatio données : propriété, diffusion et contrôle des données par l’hébergeur). Dans quel(s) pays sont hébergés le site, les comptes ?(les lois françaises et europé sontelles applicables ?). Estil possible de supprimer les contenus ?(il est généralement impossible de les a disparaître définitivement, le compte restant fréquemment inactif tout en conservan données). Pour quelles raisons le service estil gratuit ?(des services sont mis à disposition, contrepartie est souvent dissimulée : publicité, récupération de profil, des contacts. Qui est responsable des publications ?(le créateur de la page, du groupe, du site, d responsable des contenus). ...
Pratiques à mettre en place Sensibiliser la communauté éducative à la responsabilité et aux risques encourus p utilisation hors structure institutionnelle. Informer les utilisateurs sur les outils mis à disposition par l’Education nationale. Recenser les besoins des utilisateurs afin de les accompagner dans leurs démarch choix des outils appropriés. Elaborer une politique du numérique dans l’établissement à l’aide du comité TICE (cf. fiche action 8).
mars 2012 – www.acaixmarseille.fr > Responsabilité dans les usages du numérique
Préconisations
Déclarer le plus rapidement possible les incidents à la chaîne d’alerte (http://alerte. acaixmarseille.fr) ou sur OASI(cf. URL cidessous) Privilégier les outils institutionnels (site d’établissement, messagerie académique...) conformes aux normes de protection Mettre en place des actions de sensibilisation et d’information aux usages du numérique
Ressources
Dans l’établissement : le COTICE et/ou le référent numérique de l’établissement Ressources académiques : le point AC@R, le pôle TICE (DATSI), le correspondant académiqueInformatique et libertés(cil@acaix marseille.fr), le CLEMI, l’EMAS... Outils en ligne : * portailResponsabilité dans les usages du numérique (RUN): www.acaixmarseille. fr> Responsabilité dans les usages du numérique(menu contextuel) * www.clemi.org/fr/ * eduscol.education.fr/ internetresponsable * www.cnil.fr * https://oasi.acaix marseille.fr(++ après identification)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.