Patricia Abadie professeur de Lettres au collège Fontcarrade Montpellier a fait écrire ses élèves de des récits mettant en scène extra terrestres êtres humains et dictionnaires Il s'agit d'un travail d'écriture mené en demi groupe par quinzaine en prolongement de la séquence étudiée en cours A la suite de la première séquence Le pouvoir des mots les élèves ont inventé des textes pour refléter la complexité et la richesse du langage Ils ont écrit le professeur a annoté leurs copies et ils ont repris leurs textes deux fois En voici une sélection

De
Publié par

Niveau: Secondaire

  • cours - matière potentielle : particuliers

  • cours - matière potentielle : sport sur le stade


Patricia Abadie, professeur de Lettres au collège Fontcarrade (Montpellier), a fait écrire à ses élèves de 6° des récits mettant en scène extra-terrestres, êtres humains et dictionnaires… Il s'agit d'un travail d'écriture mené en demi-groupe, par quinzaine, en prolongement de la séquence étudiée en cours. A la suite de la première séquence : Le pouvoir des mots, les élèves ont inventé des textes pour refléter la complexité et la richesse du langage. Ils ont écrit, le professeur a annoté leurs copies et ils ont repris leurs textes deux fois. En voici une sélection. 2008-2009 Zolub Sophie Peroy-Gay Zolub, petit être bleu, vivait sur Jupiter dans une petite station spatiale. Un matin il se dit : « Pour les vacances je pars sur la terre ». Il alla donc prendre le TAM (Transport d'Aliens Motorisés) pour acheter un billet SNSV (Société Nationale des Soucoupes Volantes). Trois jours plus tard, il monta dans la soucoupe et pendant le voyage but un Bublu bleu fluo et mangea des vers de Jupiter verts. Il atterrit, comme le lui indiqua son GPS, dans une cour de collège, à Montpellier : le collège Fontcarrade. Une classe était en cours de sport sur le stade. Zolub demanda où se trouvaient les dictionnaires. - Sont s'il vous plait les dictionnaires où ? - Mais qui êtes-vous ? demanda le professeur d'EPS.

  • collège fontcarrade

  • huile d'ylang- ylang

  • temps au temps

  • contenant du riz, des crevettes, du piment et du poulet


Publié le : vendredi 8 juin 2012
Lecture(s) : 163
Source : ac-montpellier.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Patricia
Abadie,
professeur
de
Lettres
au
collège
Fontcarrade
(Montpellier), a fait écrire à ses élèves de 6° des récits mettant en scène
extra-terrestres, êtres humains et dictionnaires…
Il s'agit d'un travail
d'écriture mené en demi-groupe, par quinzaine, en prolongement de la séquence
étudiée en cours. A la suite de la première séquence : "Le pouvoir des mots", les
élèves ont inventé des textes pour refléter la complexité et la richesse du
langage. Ils ont écrit, le professeur a annoté leurs copies et ils ont repris leurs
textes deux fois.
En voici une sélection.
2008-2009
Zolub
Sophie Peroy-Gay
Zolub, petit être bleu, vivait sur Jupiter dans une petite station spatiale.
Un matin il se dit : « Pour les vacances je pars sur la terre ». Il alla donc prendre le
TAM (Transport d’Aliens Motorisés) pour acheter un billet
SNSV (Société Nationale des
Soucoupes Volantes). Trois jours plus tard, il monta dans la soucoupe et pendant le voyage
but un Bublu bleu fluo et mangea des vers de Jupiter verts.
Il atterrit, comme le lui indiqua son GPS, dans une cour de collège, à Montpellier : le
collège Fontcarrade. Une classe était en cours de sport sur le stade. Zolub demanda où se
trouvaient les dictionnaires.
-
Sont s’il vous plait les dictionnaires où ?
-
Mais qui êtes-vous ? demanda le professeur d’EPS. Pourquoi êtes vous bleu ? Et
pourquoi parlez-vous comme ça ?
-
Oh ! Pardon, j’avais oublié de brancher mon traducteur. Je viens de Jupiter et je
voulais mieux connaître votre langue grâce au dictionnaire.
-
Ah d’accord ! Nous avons un peu l’habitude des aliens venant de Mars, mais de
Jupiter, vous êtes le premier. Les dictionnaires se trouvent au CDI. C’est le Centre de
Documentation et d’Information.
-
Merci beaucoup.
Et Zolub partit vers le CDI. En arrivant, il attrapa un dictionnaire, l’ouvrit et trouva le mot
« PIQURE ». Il mit du temps à le déchiffrer car il parlait la langue terrienne mais ne savait
pas bien la lire. Comme il n’avait pas envie de poursuivre sa lecture, il inventa la définition
suivante :
PIQURE : n.f. Objet qui sert à rafraîchir le cuir chevelu d’une manière spécifique. On
installe le casque sur le crâne, cela produit alors de l’air froid et diffuse de l’huile d’ylang-
ylang. Ceci soulage le cuir chevelu.
Exemple :
Ah ! Que la piqûre fait du bien !
Etymologie :
Mot venant du latin « piqurîas ».
Il partit alors à la recherche d’une piqûre et aperçut une longue file d’élèves attendant
devant un bâtiment. Il entra et vit une passoire, qu’il alla prendre, en criant:
-
Une piqûre ! Hourra !
Il l’essaya : elle ne marchait pas. Il se dit qu’il n’avait pas trouvé la bonne définition. Alors il
repartit au CDI, prit un dictionnaire et pensa :
-
Je vais le ramener chez moi car il pourra servir aux savants de Jupiter.
Et, le lendemain, il reprit la soucoupe volante SNSV pour rentrer chez lui.
***
La Musique de l’univers
Melvin Sola
Dans l'univers, se trouvait une toute petite planète qui s'appelait Delta. Les habitants
étaient étrangement semblables aux Terriens.
Télémaque, un jeune Deltanien, rêvait de s'aventurer sur Terre. Il fabriqua une fusée à
propulsion atomique, moteur auxiliaire et manoeuvre de retournement. Il se rendit sur Terre
pour rencontrer des humains et découvrir leur planète. A
Delta, il avait étudié leurs activités
et leur mode de vie.
Il atterrit par hasard à Paris, exactement face à la bibliothèque François Mitterrand.
Etonné, impressionné, il emprunta l'escalier pour se rendre au troisième étage. Il prit un
dictionnaire avec une extrême délicatesse. Il était enthousiasmé par tant de livres. Des mots
défilaient sur chaque page. Il se plongea dans la lecture…
Il s'arrêta devant le mot ''musique''. Il lut sa définition et fut très étonné par le sens du
mot: n.f (lat.
musica
, muse). Art de combiner les sons. Exemple:
apprendre de la musique
.
Télémaque voulait en savoir davantage. Il ferma le dictionnaire et courut vers la station de
métro ligne 7 pour se rendre à l'opéra Garnier. Il était ravi de voir ce monument.
Soudain, il entendit une mélodie. C'était donc ça, la musique! Il était tout ému, des
larmes brouillaient sa vue, car il n'avait jamais entendu une telle merveille ! C'étaient des airs
de Chopin, Vivaldi, Strauss... Lui aussi voulut faire de la musique. Alors il prit des cours
particuliers pour apprendre plus tard à son peuple cet art merveilleux.
De retour chez lui, avec les partitions qu’il avait achetées, il joua de tout son coeur.
Tous les habitants étaient émerveillés par tant de splendeur. Les Deltaniens
se levaient et
applaudissaient
- en claquant des doigts ! - dès qu'ils entendaient jouer Télémaque. Il devint
vite célèbre dans sa planète mais aussi sur Terre ! Il fit le tour du monde: Paris, Moscou,
Venise, Singapour... Garçon sensible et très généreux, grâce à la musique il aidait les plus
malheureux sur Terre car, à Delta, la misère et la guerre n'existaient pas.
Personne n'avait remarqué sa différence, il ressentait les mêmes émotions que les
hommes. Lui aussi avait peur de monter sur scène comme les habitants de la Terre. Mais dès
qu'il commençait à jouer une note, il surmontait sa peur. Il s'évadait au son de la musique
quand il était devant son piano.
Souvent, il se sentait seul malgré les personnes qui l'entouraient, et il retournait de
temps en temps à Delta pour retrouver les siens, se sentir mieux, se ressourcer. Il enseigna la
musique sur Delta et sur Terre. Il composa lui-même des morceaux.
Des années passèrent ainsi. Télémaque était âgé, il pensait à tout ce qu'il avait vu sur
Terre, à la musique qu'il avait enseignée et écoutée avec tant d'amour.
Et dire que tout était arrivé grâce à un mot magique, un mot trouvé dans un
dictionnaire !...
***
L’extra-terrestre
Selma Benatmane
Bonjour, je m’appelle Aria, j’ai 2003 ans et j’habite sur la planète Mars. Mon père s’appelle
Orion et ma mère Paranisa. J’ai également une petite soeur, Cratia, qui a 1200 ans. Nous habitons
un très grand appartimus et j’ai beaucoup de chance car mon collégium est juste en face de chez
moi. Aujourd’hui, ma mère m’autorise à jouer avec mon amie dans le plus grand parc de Mars.
Nous passons une très bonne journée quand tout à coup une chose étrange m’arrive.
Nous sommes en train de nous amuser au calérium perché. Soudain, je perds l’équilibre et je
tombe sur la tête. Quand je me réveille, je me retrouve dans un lieu bizarre. Devant moi, il y a
un horrible monstre avec deux yeux, un nez, une bouche et un corps enveloppé d’un tissu. J’ai
peur !!! Il me regarde et s’avance vers moi. Mais j’ai l’impression que je lui fais également
peur et il me dit d’une voix timide : « Qui es- tu ? D’où viens-tu ? Que fais-tu dans ma
chambre ? »
Je lui réponds : « Je m’appelle Aria, je viens de Mars, je me souviens d’être tombée sur la
tête .Quand je termine ma phrase, il a de grands yeux d’étonnement
et
continue à me poser des
questions. « Comment es-tu arrivée ici ? Es-tu
vraiment une extra-terrestre ?
- Une extra quoi ? Mais c’est quoi un extra-terrestre ?
- Quelqu’un qui ne vient pas de la planète Terre.
- Pourquoi, il y a d’autres planètes ?
- Mais oui, tu ne le savais pas ? »
Maintenant, c’est à mon tour de lui poser des questions.
«Comment t’appelles-tu ? Et où suis-je ?
- Je m’appelle Elisabeth et tu es dans ma chambre.»
Elle m’explique la façon dont vivent
les terriens, lorsque tout à coup, on entend des pas venir
vers la chambre. Elisabeth affolée me cache
sous ce qu’elle appelle un lit. Elle me chuchote :
«Ne
fais aucun bruit c’est simplement ma mère, si elle te trouve, elle va certainement s’évanouir.
- Comment ça, s’évanouir, je ne suis pas affreuse, j’ai été élue la plus belle fille de Mars…
J’entends une voix appeler : «Ma chérie, viens manger !» C’est sa mère. Elisabeth répond :
«J’arrive, maman, je range ma chambre.»
- C’est bon, Aria, tu peux sortir ; en attendant que j’aille
manger, tu devrais lire ce livre, c’est un
dictionnaire, il t’apprendra des mots
de notre
langue. A tout à l’heure !» Je lis son dictionnaire,
quand je m’arrête au mot enfance :
« Enfance : période de la vie de l’être humain etc… »
Etonnée, je me dis que chez nous le mot enfance signifie « [Enfance] n.f martien.
1
Plante
mesurant au moins 1, 5m, portant de gros fruits touffus et rouges, ayant un goût acide.
2
Plat
martien contenant du riz, des crevettes, du piment et du poulet.
3
Le verbe enfance. Exemple :
Aujourd’hui j’enfance une robe
. Son synonyme est "porter" et son antonyme est "désenfancer".
Elisabeth
apporte de la nourriture. C’est très bizarre mais très bon, je me suis régalée. Elisabeth
me dit : « Si tu veux aller au parc, nous jouerons
au chat perché, mais d’abord, je vais te donner
des vêtements pour passer inaperçue. » Elle
me donne quelque chose qu’elle appelle
une robe
.
C’est très joli. Nous sortons par la fenêtre et elle m’explique ce qu’est le chat perché et, à mon
tour, je lui explique que sur Mars ce jeu s’appelle le calérium perché.
Et BADABOUM, je suis tombée une fois de plus
sur la tête et là…
je me suis retrouvée chez
moi !
Finalement, je me suis rendue compte que nous étions simplement différentes en apparence
mais que notre façon de vivre était la même.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.