PRÉSENTATION DES RÉFÉRENCES, DES CITATIONS ET DES NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES

De
Publié par

Guide méthodologique de mise en page des citations, références, notices bibliographiques pour les documents d'études (mémoire, rapport, etc.).
Il est essentiel de se rappeler que le fait de s’approprier le travail d’un autre constitue un plagiat. Le plagiat est un acte frauduleux passible de sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion de HEC Montréal. Aussi, toute reproduction (qu’elle soit de quelques mots, de trois lignes ou de plus d’une page) totale ou partielle du texte d’une autre personne et toute citation d’idée doivent être accompagnées de la référence exacte à leur source, peu importe que le texte original provienne d’un document imprimé ou électronique.Ponctuation
On encadre toujours de guillemets une citation courte*. La citation courte n’est pas en italique si elle est en français; elle figure en italique si elle est dans une autre langue.
La référence qui suit la citation est placée après le guillemet fermant ( » ), entre parenthèses et avant la ponctuation finale de la phrase. Dans les parenthèses, le nom de l’auteur, la date et la page sont séparés par la virgule.
* On oppose la citation courte, de trois lignes normales ou moins, à la citation longue, de plus de trois lignes, laquelle est présentée en retrait du texte, vers la droite, et à simple interligne. La citation longue n’est pas encadrée de guillemets et elle est généralement inscrite en caractères plus petits de un à deux points.
Publié le : mercredi 22 juin 2011
Lecture(s) : 245
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
KARINEPOULIOTPRÉSENTATION DES RÉFÉRENCES,DES CITATIONSET DES NOTICES BIBLIOGRAPHIQUESCENTRE D’AIDE EN FRANÇAIS – Langue et rédaction scientifique
HEC MONTRÉAL
Il est essentiel de se rappeler que le fait de s’approprier le travail d’un autre constitue unplagiat. Le plagiat est un acte frauduleux passible de sanctionspouvant aller jusqu’à l’exclusion de HEC Montréal. Aussi, toute reproduction (qu’elle soit de quelques mots, de trois lignes ou de plus d’une page) totale ou partielle du texte d’une autre personne et toute citation d’idée doivent être accompagnées de la référence exacte à leur source, peu importe que le texte original provienne d’un document imprimé ou électronique.
Octobre 2004
1 Présentation des références et des citations dans un texte
2
Voici quelques façons de faire référence au travail des autres dans son propre travail. Reproduction exacte des propos d’autrui et référence dans le texte selon la méthode diteauteur, date1 Exemples :Ponctuation ƒCitation d’unehrase comlèteOn encadre toujours de guillemets « La connaissance et la proximité de la langue anglaiseunecitation courte*. La citation créent des interférences avec la lanue franaise uicourte n’est pas en italique si elle euvent comromettre l’efficacité de la communication »est en français; elle figure en 2 3 Villers, 2003 ,. XVI. italiquesi elle est dans une autre langue. ƒhraserée à uneCitation fondue, ou inté Le fait de connaître l’anlais et d’être souvent en contactLa référence qui suit la citation est avec cette langue crée « des interférences avec laplacée après le guillemet fermant lan uefran aiseui euventcom romettrel’efficacité de( »), entre parenthèses et avant la communication »Villers, 2003,. XVI .la ponctuation finale de la phrase. Dans les parenthèses, le nom de ƒCitation fondueu’on modifie léèrement our l’auteur, la date et la page sont l’inté rerà unehraseséparés par la virgule. Le fait de connaître le franais et l’anlais et d’être souvent en contact avec ces langues crée « des* On oppose lacitation courte, de 4 interférences …ui euventcom romettrel’efficacitétrois lignes normales ou moins, à la de la communication »Villers, 2003,. XVI .citation longue, de plus de trois lignes, laquelle est présentée en ƒar uneré ositioncommeCitation fondue annoncée retrait du texte, vers la droite, et à selon, d’arèssimple interligne. La citation longue Selon Villers2003 , « la connaissance et laroximité de n’est pas encadrée de guillemets et la langue anglaise créent des interférences avec la elle est généralement inscrite en lan uefran aiseui euventcom romettrel’efficacité de caractères plus petits de un à deux la communication ». XVI . points.ƒCitation fondue introduitearole suiviar un verbe de de la con onctionueu’Villers 2003 soutientue « la connaissance et la proximité de la langue anglaise créent des interférences avec la lanue franaise ui euventcom romettre l’efficacité de la communication » (p. XVI).
1  Voicila référence bibliographique exacte des citations cidessous : e VILLERS, MarieÉva de (2003).Multidictionnaire de la langue françaiseéd., Montréal, Québec Amérique,, 4 1542 p. 2  Sila bibliographie comprend au moins deux textes écrits la même année par un même auteur, on ajoute une lettre minuscule, sans espacement, à la suite de l’année de publication, par exemple 2003a et 2003b. 3  Ici,on a utilisé les chiffres romains simplement parce que le texte original était paginé ainsi : cet extrait fait partie des pages liminaires de l’ouvrage cité. Dans les autres cas, on utilise les chiffres arabes, par exemple (2003, p. 16). 4  Ici,les crochets signalent une transformation du texte original; ils peuvent aussi suggérer une coupure.
 3 Reformulation des propos d’autrui et référence dans le texte selon la méthode dite auteur, date
5 Exemple : Il est important de signaler que l’efficacité de la communication peut être réduite par des interférences entre deux lanues uisurviennent dans des situations où, arexem le,des locuteurs francohones connaissent l’anglais et sont souvent en contact avec cette autre langue (Villers, 2003, p. XVI). Synthèse de la pensée d’autrui
6 Exemple : La récente théorie déveloée arD.F. Dixon et I.F. Wilkinson semble présenter tous les caractères d’une 1 théorie centrale du marketin. Puisque l’échane social a araîtseul caable deustifier le marketindans sa fonction d’intermédiation, il aaraît nécessaire d’analyser les transactions, sanction de l’échange. Ces transactions sont interpersonnnelles, interroupes ou interorganisationnelles […]. 1 D.F. Dixon, I.F. Wilkinson, « Toward a Theorof Channel Structure » dans J.Shethdir. ,Research in Marketin, Greenwich, JAI Press, 1986, p. 2770.
Dans l’exemple cicontre, on aurait également pu employer la méthode 7 diteauteur, dateplutôt que l’appel de note. Exemple : La récente théorie […] du marketing (Dixon et Wilkinson, 1986). Puisque l’échange social […]. Dans un tel cas, on n’a pas à indiquer un numéro exact de page, puisqu’il s’agit d’une citation d’idées et non d’une simple citation de paroles.
Toutes les références à l’intérieur du texte doivent aussi figurer dans la bibliographie finale d’un document, où la notice bibliographique doit être complète. Il existe plusieurs façons de présenter les références bibliographiques; par exemple, on pourra choisir de placer l’année de publication entre parenthèses, à la suite du nom des auteurs, ou encore, comme avantdernier élément de la référence, juste devant la référence au nombre de pages. L’important est de choisir un mode de présentation en tenant compte des types de documents en référence (livre, article de revue, site Web, etc.) et de respecter le mode de présentation choisi tout au long de la bibliographie.
5  Voicila référence bibliographique exacte du passage rapporté indirectement cidessous : e VILLERS, MarieÉva de (2003).Multidictionnaire de la langue française, 4éd., Montréal, Québec Amérique, p. XVI. 6  L’exemplesuivant est donné par Marie Malo dans leGuide de la communication écrite au cégep, à l’université et en entreprise(1996), Montréal, Québec Amérique, p. 36. 7  Sion résume la pensée de plusieurs auteurs qui ne sont pas des coauteurs, on doit séparer par des pointsvirgules les références entre parenthèses, par exemple (Villers, 2003; Malo, 1996).
2 Présentation des notices bibliographiques
Voici un ordre suggéré pour les renseignements à faire figurer dans une notice bibliographique
4
standard ainsi que des indications concernant la ponctuation et les espacements accompagnant
ces renseignements. Nous vous suggérons de respecter la mise en forme typographique des
renseignements donnés (majuscules, italique, etc.).
Renseignements et typographie
1. NOM DE LAUTEUR,DE LAUTEURE(les majuscules doivent permettre de voir les accents) 2. Prénom de l’auteur, de l’auteure et, s’il y a lieu : et Prénom du deuxième auteur, de la deuxième auteure, NOM3. (Année)
4.Titre de l’ouvrage ou : Titre de l’ouvrage : Soustitre de l’ouvrage
5. Renseignement supplémentaire, s’il y a lieu e (ex. : sous la direction de Untel, 2éd., thèse de doctorat, etc.)
Ponctuation et espacements
Virgule Espace Espace Espace
Point Espace Virgule Espace
Virgule Espace
6. Lieu de publicationVirgule Espace 7. Nom de l’éditeur (sans la mention « Éditions » ou « Éditeurs »)Virgule Espace 8 coll. Nom de la collectionVirgule ou :Espace coll. « Nom de la collection » 9. Nombre de pages Ex. : 100 pPoint Exemples : MARCHON, Maurice N.1994 .Prévoir l’économieérer : Analour mieuxse de la con oncture canadienne dans un contexte international,Montréal, Québec Amérique, coll. Presses HEC, 339 p. 8 LOILIER, Thomas et Albéric TELLIER1999 .Gestion de l'innovation : Décider, mettre en œuvre, diffuser, Caen, Management et société, coll. Les essentiels de la gestion, 214 p.
8  Avecla méthode auteur, date, on cite toujours les deux noms des auteurs séparés par «et »dans le texte, par exemple (Loilier et Tellier, 1999).
Voici quelques exemples de notices bibliographiques plus complexes. Référence à un ouvrage publié par plus de deux auteurs
9 GUFFEY, MarEllen, Kathleen RHODES et Patricia ROGIN1996 .Business communication. Process and Product., Scarborouh, Nelson Canada, 601
10 CÔTÉ, Marcel et collab.1991 .La Boucherville, Gaëtan Morin, 1071 p.
estion straté
ique d’entreprise : Concepts et cas,
Référence à un texte d’un auteur, d’une auteure, publié dans un ouvrage collectif
HAREL GIASSON, Francine1990 . « Femmesestionnaires – L’actrice et l’oranisation » dansl’Individu dans l’organisation : Les Dimensions oubliées, sous la direction de Jean François Chanlat, Québec, Presses de l’Université Laval et Eska, coll. Sciences de l’administration, p. 407416.
Référence à une thèse de doctorat
5
SIMON, Laurent2002 .Le management en univers ludique : Jouer et travailler chez Ubi Soft, une entrerise de multimédia à Montréal19981999 ,de doctorat, Montréal, École des thèse hautes études commerciales de Montréal, 459 p.
Référence à un article de périodique
AYAYI, Ai 2002. « Lesarticularités du marché du caital de risue »,Gestion, vol. 26, o n 4(hiver), p. 2333.
Référence à un article de périodique en anglais
POZZEBON, Marlei2004 .« TheInfluence of a Structurationist Pers ective on Strate ic o Management Research »,Journal of Management Studies,vol. 41, n2 (mars), p. 247272.
Référence à un document électronique
LAPOINTEGIGUÈRE, Micheline et Yolande PERRON2004 .restation deVocabulaire de la services[en ligne], Québec, Gouvernement du Québec [référence du 4 septembre 2004], 124 p. <htt ://www.o lf. ouv. c.ca/ressources/bibliothe ue/dictionnaires/vocabulairerestation servic es_20040611.pdf>.
9  Dansla notice bibliographique, on cite tous les auteurs dont le nom est inscrit sur la couverture de l’ouvrage. Dans le texte, quand on veut faire référence à un document de trois à cinq auteurs à l’aide de la méthode auteur, date, on cite tous les noms des auteurs la première fois; ensuite, on cite uniquement le nom du premier auteur suivi de « et collab. », « et autres » ou «et al. »; quand on veut faire référence à un document de plus cinq auteurs, on cite uniquement le nom du premier auteur suivi de « et collab. », « et autres » ou «et al. », à moins qu’il y ait risque de confusion avec un autre ouvrage. Notez que l’abréviation latineet al. doit être en italique. 10  Pourcet ouvrage, les collaborateurs ne sont pas mentionnés sur la page couverture.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.