Réaliser un mémoire de Master

De
Publié par

Le mémoire de master 1ère année est enfin l’occasion de sortir du cadre étroit des cours et TD… et des examens. Aussi êtes vous généralement très intéressés par ce travail. Mais les difficultés ne manquent pas. Voici quelques conseils mis au point par les enseignants qui encadreront vos mémoires. L’objectif d’un mémoire de master 1ère année est d’apprendre aux étudiants à maîtriser toute une
série de tâches : le travail en équipe, la recherche et la synthèse d’informations très diverses, le traitement d’une question, la construction d’un plan, la rédaction, le respect des sources, la présentation. Il ne s’agit pas de réaliser un travail parfait,
mais de montrer que l’on est capable d’effectuer toutes ces tâches.
Publié le : mercredi 15 juin 2011
Lecture(s) : 4 496
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
35
FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES
La liberté d’apprendre, la volonté de comprendre la faculté d’entreprendre
Institut des sciences économiques et du management (ISEM)
Master 1 Economie et Management des Entreprises (EME)
2007-2008
Comment réaliser
un mémoire de master 1
Le mémoire de master 1
ère
année est enfin l’occasion de sortir du cadre étroit des cours et TD… et des
examens. Aussi êtes vous généralement très intéressés par ce travail. Mais les difficultés ne manquent
pas. Voici quelques conseils mis au point par les enseignants qui encadreront vos mémoires.
L’objectif d’un mémoire de master 1
ère
année est
d’apprendre aux étudiants à maîtriser toute une
série de tâches : le travail en équipe, la recherche
et la synthèse d’informations très diverses, le trai-
tement d’une question, la construction d’un plan,
la rédaction, le respect des sources, la présenta-
tion. Il ne s’agit pas de réaliser un travail parfait,
mais de montrer que l’on est capable d’effectuer
toutes ces tâches.
1.
L
ES CHOIXDE DEPART
Le choixd’une questionà traiter
Faute de temps et pour aller à l’essentiel, vous
devrez traiter une question précise et non un va-
gue sujet. Vos enseignants vous proposerons di-
verses questions, mais vous êtes libres d’en pro-
poser vous-même d’autres que les enseignants
vous aideront à clarifier.
La question devra être :
– précise : pas de champ trop vaste,
– concise : formulée en une phrase,
– ouverte : plusieurs réponses a priori possibles,
– dégagée des préjugés : pas de lieux communs,
– sans connotation morale : pas de sous-enten-
dus…
Exemples de questions :
– Le piratage musical nuit-il à l’industrie du dis-
que ?
– Quel est le coût complet des parcs relais ?
– Pourquoi le télétravail est-il si lent à se déve-
lopper ?
Choisir avant tout une question qui vous plaise
et qui s’inscrive si possible dans vos projets de
poursuite d’étude (master 2 professionnel ou re-
cherche).
Au début, la question choisie vous paraîtra sou-
vent difficile ou trop précise. Vos premières in-
vestigations vous permettront vite de vous rassu-
rer en découvrant les diverses dimensions de la
question.
Le choixdes partenaires
Vous vous retrouverez peut-être avec des collè-
gues inconnus qui se révéleront plus ou moins
disponibles, travailleurs, agréables… Un mé-
moire, c’est aussi l’
apprentissage du travail col-
lectif
avec des gens qu’on n’a pas forcément
choisis ; une situation que vous rencontrerez cer-
tainement à nouveau dans votre futur métier.
Le choixdudirecteur
La notation des mémoires est harmonisée. Il n’y
a donc pas d’enseignant laxiste à rechercher en
particulier ! Choisissez le surtout en fonction de
la question que vous souhaitez traiter.
36
Le directeur est là pour amener les étudiants à
devenir autonomes
, à traiter eux-mêmes le sujet.
Les étudiants doivent le considérer comme une
personne ressource, capable de les aider parfois et
de les rassurer souvent, et non comme celui ou
celle qui résoudra tous leurs problèmes.
2.
L
A RECHERCHE D
INFORMATIONS
Pour plus de précisions voir la 2
e
conférence de
méthode sur « La recherche documentaire ».
Internet
C’est l’auberge espagnole. On y trouve de tout :
le meilleur et le pire. Il est donc crucial de bien
évaluer la qualité de l’information
, en s’effor-
çant de repérer qui en est l’auteur, sa formation,
son appartenance institutionnelle, la date d’écri-
ture… Ce qui est souvent loin d’être aisé. C’est
pourquoi, Internet ne remplace pas les supports
traditionnels (livres, revues…) et donc l’usage de
la bibliothèque.
Les bibliothèques
Pour réaliser un mémoire, diverses lectures
s’imposent : des livres de base pour bien cadrer le
sujet, des articles scientifiques pour préciser cer-
tains aspects, des articles de presse pour illustrer
vos propos… Il faut donc passez beaucoup de
temps dans les bibliothèques et les centres de do-
cumentation.
Enfin, beaucoup d’administrations ou d’orga-
nismes professionnels possèdent des centres do-
cumentaires plus ou moins accessibles aux étu-
diants.
Le SUDOC
Le Service Universitaire de DOCumentation
rassemble les fichiers de toutes les bibliothèques
universitaires de France et de bien d’autres cen-
tres de documentation. Il est accessible par Inter-
net en tapant « sudoc » dans n’importe quel mo-
teur de recherche.
Les entretiens auprès d’experts
Il est toujours très instructif de s’entretenir avec
une personne qui connaît le sujet étudié et travail-
lant dans une entreprise ou une administration.
Mais cela ne s’improvise pas. Il convient :
– de préparez un guide d’entretien et d’en dis-
cuter avec le directeur du mémoire ;
– de rassembler un maximum de documentation
sur l’organisme avant d’y aller, pour ne pas
perdre de temps à découvrir des choses élé-
mentaires. Votre interlocuteur appréciera.
Voir la 4
e
conférence de méthode « L’entretien
avec un professionnel ».
Les contacts divers
Tout est bon pour recueillir de l’information ou
des tuyaux : discussion avec des professionnels,
des administratifs, des enseignants, visite de sa-
lons professionnels…
Les cours et TD
Le mémoire est une excellente occasion d’utili-
ser les connaissances acquises. Certains cours et
TD vous aideront sûrement. N’hésitez pas à vous
y replonger.
3. L
A REDACTION
Objectif :
30 pages tapées en in
terlignes sim-
ples
, y compris titres, graphiques, bibliographie,
(mais sans les annexes), soit 60 000 signes maxi-
mum.
Un minimum de maîtrise du traitement de texte
s’impose : pour la correction orthographique, les
tableaux, les schémas, la table des matières… Il
convient d’
apprendre à utiliser les styles
(dans
le menu Format de Word) pour améliorer la pré-
sentation du texte et des titres. Vous pourrez ainsi
éditer automatiquement une table des matières
paginée, un gain de temps appréciable.
Le plan
Il doit être cohérent. Chaque niveau de titre doit
pouvoir se lire de façon logique : par exemple, en
lisant successivement les titres des chapitres, on
doit comprendre le raisonnement d’ensemble sui-
vi. De même, en lisant les titres des sections d’un
chapitre, etc.
Attention, le titre du mémoire est capital et il
n’est pas toujours facile de trouver un titre clair et
simple correspondant bien au contenu. Parlez-en
avec votre directeur.
37
L’introductionet la conclusion
L’introduction pose d’emblée la question trai-
tée, explique les enjeux du sujet et présente le
plan. Il vaut mieux la rédiger en dernier. La
conclusion résume les réponses proposées et ou-
vre des perspectives.
La définitiondes concepts
C’est fortement recommandé. Vous vous ren-
drez vite compte qu’un même concept est souvent
utilisé différemment selon les auteurs. Il faut
donc expliquer le sens que vous avez retenu.
L’utilisationdes sources
Vous utiliserez massivement des sources d’in-
formation très diverses. Il n’y a aucun mal à syn-
thétiser des raisonnements puisés dans ces docu-
ments ; cela représentera même une part impor-
tante de votre travail. L’essentiel est cependant de
citer clairement vos sources
et de
mettre entre
guillemets tous les passages intégralement re-
pris
. C’est une question de déontologie très im-
portante. Vous n’aimeriez pas qu’on utilise votre
travail sans le dire !
Pas de piratage SVP
Si vous copier-coller du texte issu d’Inter-
net ou de toute autre source, vous devez
mettre ce texte entre guillemets et en donner
la source précise. NB : il est très facile pour
un enseignant de repérer un tel « piratage ».
Toute fraude sera sanctionnée et cela peut
aller jusqu’à la commission de discipline de
l’Université.
Pour citer une source quelle qu’elle soit (docu-
ment papier ou électronique), le plus simple est
d’utiliser la méthode américaine : mettre entre
parenthèses, après le nom de l’auteur, l’année de
l’ouvrage ou de l’article correspondant, avec la
page en plus s’il s’agit d’une citation.
Exemple, dans le mémoire vous écrivez à un
moment :
Selon Cl. Tartignol (2006, p. 14) : « Le Ma-
roilles est le roi des fromages ».
puis ailleurs :
Il est bien connu que « Les Papous adorent le
Maroilles » (Tartignol, 2006, p. 247).
en renvoyant à chaque fois le lecteur à un docu-
ment que vous citerez intégralement une seule
fois en bibliographie :
T
ARTIGNOL
Claude, 2006, « L’exportation du
Maroilles en Papouasie »,
Revue Française du
Fromage
, n° 3022.
Ainsi, à chaque fois que vous citez un auteur, il
est inutile de mettre en note ou dans le texte la
référence complète. Cette méthode suppose que
le lecteur commence votre mémoire en parcou-
rant la bibliographie. Ce que fera effectivement
votre directeur de mémoire.
4.
L
A REALISATION MATERIELLE
Présentationgénérale
Sur la première page :
– en haut : Université des Sciences et Technolo-
gies de Lille, Faculté des Sciences Economi-
ques et Sociales, Institut de sciences économi-
ques et du management, Master 1 Economie et
management des entreprises, mention …,
– au milieu : titre du mémoire,
– en bas : vos Prénom et NOM, le nom du direc-
teur, l’année.
Pages suivantes :
– la table des matières
avec pagination
,
– les remerciements éventuels (personnes exté-
rieures contactées…),
– l’introduction, les chapitres, la conclusion,
– la bibliographie,
– les annexes.
La bibliographie
Pour un
article
: nom de l’auteur, année, titre,
revue
, mois ou n°. Exemple :
T
ARTIGNOL
Claude, 2006, "L’exportation du
Maroilles en Papouasie",
Revue Française du
Fromage
, mars.
Pour un
livre
: nom de l’auteur, année,
titre
,
éditeur. Exemple :
T
ARTIGNOL
Claude, 2007,
L’exportation du
Maroilles dans la zone pacifique
, Presses Uni-
versitaires de Lille.
Pour une
source Internet
: nom de l’auteur (ou
de l’organisme), année,
titre
, site.
T
ARTIGNOL
Claude, 2003,
Le Maroilles, roi
des fromages
, www.tartignol.com
A
GENCE FRANÇAISE DU FROMAGE
, 2005,
L’affinage du Maroilles
, www.aff.fr
38
Mettre d’abord le nom – avant le prénom –
permet de trier ensuite automatiquement la table
des matières avec la fonction Trier du menu Ta-
bleau de Word. NB : il ne faut pas distinguer les
divers types de source (livres, revues, Internet…),
sinon on ne peut pas retrouver facilement dans la
bibliographie les auteurs cités dans le texte.
Les annexes
On peut y mettre : un questionnaire, des comp-
tes-rendus d’entretiens, des textes législatifs, des
données statistiques… Il est important de donner
un titre à chacune d’elle et de les présenter briè-
vement. On doit comprendre pourquoi vous les
avez retenues.
Les tableaux et graphiques
Ils en disent parfois plus qu’un long texte indi-
geste. Fournir au besoin une légende.
Si vous les empruntez, indiquez impérativement
la source. Si vous les améliorez, utilisez une for-
mule du genre : « Adapté de X ». S’ils sont de
votre invention, précisez : « Réalisé par nos
soins ».
5.
Q
UELQUES DIFFICULTES
La gestiondutemps
C’est un gros problème. Votre temps étant com-
pté, les quatre étapes dégagées ci-dessus (choix
de départ, recherche d’informations, rédaction,
réalisation matérielle) ne se succèdent pas mais se
chevauchent largement. Vous devez commencer à
lire dès le départ, avant que la question soit préci-
sée. Puis écrire et taper aussitôt tout ce qui peut
l’être : bibliographie, annexes, définitions, rappel
historique… Enfin, les enquêtes, les entretiens et
la rédaction du mémoire prennent souvent plus de
temps que prévu.
L’organisationdutravail
Il convient de vous réunir très régulièrement
pour faire le point et vous partager le travail. Il
faut utiliser au mieux les compétences de chacun
et apprendre à se faire confiance. Les tâches étant
variées, chacun peut y trouver son compte.
Si vous ne parvenez pas à réaliser tout ce que
vous avez prévu, vous devez faire l’effort de vous
adapter à la situation en expliquant simplement
les difficultés rencontrées dans le texte lui-même.
Votre directeur en tiendra compte dans l’appré-
ciation finale du mémoire.
Les relations auseindugroupe
La plupart des groupes sont hétérogènes et
connaissent des tensions. C’est quasi inévitable.
Vous devez vous efforcez de les surmonter autant
que possible. Cela fait parti du défi à relever.
Pour mieux évaluer le mémoire,
votre direc-
teur pourra vous demander de préciser la con-
tribution de chacun
.
Les relations avec ledirecteur
C’est à vous de prendre régulièrement ren-
dez-vous avec lui et non l’inverse.
Le mieux est
de lui faire parvenir avant la rencontre des élé-
ments écrits de votre travail : un plan, un ques-
tionnaire, une esquisse de bibliographie, un pre-
mier chapitre… Ainsi, il aura lu vos papiers le
jour du contact et pourra mieux répondre à vos
questions.
* * *
Le mémoire est à rendre impérativement
pour le 16 mai 2008 au secrétariat
qui le trans-
mettra à votre directeur.
Voici les
cinq critères d’évaluation
utilisés par
tous les enseignants pour noter votre travail :
1/
Fonctionnement du groupe
: relative auto-
nomie, travail d’équipe, rendez-vous avec l’ensei-
gnant réguliers et préparés…
2/
Sujet du mémoire
: difficulté et originalité
du sujet, délimitation du sujet, capacité d’inves-
tigation…
3/
Forme du mémoire
: plan, table des matiè-
res, mise en page, orthographe, syntaxe, schémas
et tableaux avec titre et légende, bibliographie
bien présentée, annexes avec titre…
4/
Utilisation des sources
: bibliographie étof-
fée et pertinente, respect des sources : notamment
textes cités (y compris venant d’Internet…) entre
guillemets et avec origine
5/
Contenu du mémoire
: qualité du travail de
synthèse, effort d’analyse, existence d’une valeur
ajoutée, fiabilité des données, annexes bien utili-
sées…
Un dernier conseil :
demandez à votre direc-
teur de vous prêter quelques bons mémoires
des années passées et jugez par vous-même
.
39
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.