E A F Initiation la dissertation en classe de 2de Ce travail a été réalisé par Madame Corinne Jaberg professeur certifié de Lettres Modernes avec ses élèves de 2de du Lycée Fabre de Carpentras Il est effectué en début de seconde et il a pour objectif

De
Publié par

Niveau: Secondaire, Lycée, Première

  • redaction

  • dissertation


E.A.F : Initiation à la dissertation en classe de 2de Ce travail a été réalisé par Madame Corinne Jaberg, professeur certifié de Lettres Modernes, avec ses élèves de 2de du Lycée Fabre de Carpentras (84). Il est effectué en début de seconde, et il a pour objectif d'apprendre progressivement aux élèves à rédiger correctement un paragraphe, puis une partie de dissertation. Il est mené conjointement avec l'apprentissage du commentaire littéraire. I. INITIATION A LA DISSERTATION : Le paragraphe 1ère étape : Analysez la composition des paragraphes suivants ; déterminez : • le rôle de la première phrase ; • les différentes étapes du raisonnement ; • le traitement des exemples ; • le rôle de la dernière phrase Paragraphe n°1. Le roman permet de s'évader. En effet, certaines fictions captivent le lecteur, en le plongeant dans un univers totalement différent du sien. Ainsi, dans Le Colonel Chabert, Balzac nous montre le Paris de la Restauration ; les nombreuses descriptions de rues et de quartiers donnent aux lecteurs l'illusion de la réalité : on passe des Invalides à la colonne Vendôme ; nous suivons les parcours des personnages dans Paris : le colonel Chabert réside dans une masure sise rue du Petit-Banquier (ex-rue Vergniaud sous la Révolution de 1789) ; Balzac nous donne à voir cette rue misérable, qui n'est pas pavée, et qui est creusée d'ornières profondes (on sait que cette rue, située près des boulevards, aux confins du Paris de 1818, se trouve aux environs de l'actuelle Porte d'Italie).

  • dissertation en classe

  • paragraphe

  • aspect de l'idée directrice

  • environs de l'actuelle porte d'italie

  • roman

  • dissertation

  • fatigue du travail inhumain

  • travail d'observation et d'analyse


Publié le : mercredi 30 mai 2012
Lecture(s) : 99
Tags :
Source : ac-aix-marseille.fr
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
E.A.F : Initiation à la dissertation en classe de 2de Ce travail a été réalisé par Madame Corinne Jaberg, professeur certifié de Lettres Modernes, avec ses élèves de 2de du Lycée Fabre de Carpentras (84). Il est effectué en début de seconde, et il a pour objectif d’apprendre progressivement aux élèves à rédiger correctement un paragraphe, puis une partie de dissertation. Il est mené conjointement avec l’apprentissage du commentaire littéraire.
I. INITIATION A LA DISSERTATION : Le paragraphe
1ère étape : Analysez la composition des paragraphes suivants ; déterminez :
Paragraphe n°1.
le rôle de la première phrase ; les différentes étapes du raisonnement ; le traitement des exemples ; le rôle de la dernière phrase
 Le roman permet de s’évader. En effet, certaines fictions captivent le lecteur, en le plongeant dans un univers totalement différent du sien. Ainsi, dansLe Colonel Chabert; les, Balzac nous montre le Paris de la Restauration nombreuses descriptions de rues et de quartiers donnent aux lecteurs l’illusion de la réalité : on passe des Invalides à la colonne Vendôme ; nous suivons les parcours des personnages dans Paris : le colonel Chabert réside dans une masure sise rue du Petit-Banquier (ex-rue Vergniaud sous la Révolution de 1789) ; Balzac nous donne à voir cette rue misérable, qui n’est pas pavée, et qui est creusée d’ornières profondes (on sait que cette rue, située près des boulevards, aux confins du Paris de 1818, se trouve aux environs de l’actuelle Porte d’Italie). Puis le romancier nous emmène vers le luxueux faubourg Saint-Germain, rue Saint-Honoré, où se trouve l’hôtel particulier de la comtesse Ferraud, l’épouse du Colonel. Les déplacements des personnages nous font visiter Paris tel que les événements historiques l’ont façonné : on a alors l’impression de voyager dans le temps, de renouer avec l’Histoire. Le roman a donc le pouvoir de nous faire échapper à notre quotidien en stimulant notre capacité à imaginer ; divertissant, il exerce un pouvoir de séduction sur notre esprit.
Bilan des remarques effectuées:
Un paragraphe de dissertation comporte :
1.Une première phrase, introduite par un lien logique qui dépend, bien sûr, de la position du paragraphe dans le plan (Tout d’abord/En premier lieu;Ensuite/Par ailleurs;Enfin…) et quiannonce l’idéeque l’on va démontrer dans le §.
2.Desexemplespris dans des œuvres littéraires, qui développent et justifient l’idée exposée dans la première phrase. Bien veiller à lesexpliquer(3 à 5 lignes par exemple).
Exercice : Énumérez les différents exemples du § ci-dessus :
3.Une phrase deconclusion, introduite par un lien logique comme «Donc», »Ainsi donc », « Par conséquent », « En fait » etc. Cette phrase conclusive exprime uneidée nouvelle, à laquelle l’explication des exemples a permis d’aboutir (on ne répète pas l’idée initiale).
Page 1
organisation ( plan) du § ci-dessus: idée initiale :l’évasion; idée finale :le divertissement, le pouvoir de séduction du roman.
Paragraphe n°2.dégagez l’organisation (le plan) de ce §
Balzac n’hésite pas à grossir les traits de ses personnages. Ainsi, la description qu’il fait des petits clercs de l’étude de Maître Derville est féroce. Il nous les montre comme des gamins arriérés, complètement dénués d’intelligence. Ils se caractérisent surtout par leur méchanceté puisqu’ils aiment à se moquer des clients ou des pauvres gens qui viennent les voir. Ils ne s’impliquent pas dans leur travail : l’un envoie des boulettes sur les passants, l’autre écrit ce qu’on lui dicte sans comprendre le sens de ces mots. Balzac les tourne en dérision, ainsi que la profession tout entière. Il montre son mépris envers ces gens qui, au lieu d’aider autrui, ne pensent qu’à lui soutirer de l’argent (« de quelque manière que l’on tordît ce client, il serait impossible d’en extraire un centime »). Il donne une image peu flatteuse de ces clercs, et la liste des qualificatifs dont il les affuble renforce encore l’ironie méchante : lorsque le Colonel frappe à la porte de l’étude, « cinq clercs endentés, aux yeux vifs et railleurs, aux têtes crépues levèrent le nez vers la porte, après avoir tous crié d’une voix de chantre : « Entrez » ». Balzac sait rendre vivants ces personnages. Ses descriptions sont affinées, et la force du trait de chaque personnage nous donne l’impression d’assister à la scène : on voit les personnages, on les entend parler : ils prennent vie dans nos imaginations. A notre tour, nous rions de ces personnages caricaturaux. En même temps, Balzac dépeint de façon si noire la vie de l’étude qu’il en ressort comme une sorte de désespoir.
II. INITIATION A LA DISSERTATION : La rédaction d'un axe (= d’une grande partie).
2ème étape : travail d’observation et d’analyse sur un exemple proposé
Ce devoir est proposé après une étude du roman de Roger Vailland.
Sujet de dissertation :Dans le roman 325 000 francs, le narrateur juge le personnage principal, Bernard Busard, en ces termes: «Il me plaisait tant qu'il voulait gagner le Tour de France; maintenant qu'il fait des bassesses pour devenir boutiquier, il me dégoûte. » Un héros de roman peut-il être médiocre ? Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur une analyse précise du roman de Roger Vailland.
Axe de dissertation (rédigé)
Travail de lecture et d’observation
 Dans toute la première partie du roman, le personnage principal, doué de rares talents, semble promis àun avenir exceptionnel.  Tout d'abord, Bernard Busard est un personnage aux qualités rares. Il a ainsi des atouts physiques non négligeables : il déploie une force musculaire intense pour participer aux courses cyclistes ; il fait preuve aussi d'endurance et d'énergie pour continuer la compétition, malgré sa blessure àla cuisse. Enfin, il est capable de travailler douze heures par jour sur une presseàinjecter, surmontant la fatigue physique générée par la monotonie de ce travail répétitif. Ces performances physiques sont en fait le corollaire d'un tempérament courageux, (Busard continue la course malgré sa blessure), honnête et loyal (il n'hésite pasàattendre etàaider l'un de ses coéquipiers victime d'une crevaison). De la même façon, il prêtera de l'argent au fils de son propre patron, léger et irresponsable ! Pour toutes ces raisons, Bernard Busard est un homme àpart, qui a l’étoffe d'un héros potentiel.  De plus, le goût de l'épreuve qu'il faut vaincre, la recherche de l'exploit, le défi que l'on se jette àsoi-même caractérisent le personnage de Busard. Ainsi, malgré ses blessures, il fait preuve d'une volonté extraordinaire pour rester dans le peloton lors de la course cycliste ; la même énergie morale lui donne la capacité de résisterà la fatigue du travail inhumain qu'il s'est imposé sur la presse àinjecter. Busard aspire àse dépasser lui-même, à se transcender, àrepousser toujours plus loin ses propres limites, comme pour se prouveràlui-même sa propre valeur.
Page 2
Enfin, tout comme les héros, il affronte seul ces épreuves : ambitieux, il souhaite devenir champion cycliste pour pouvoir acheter un snack-bar au bord de la Nationale 7, et fuir ainsi l'univers de l'usine ; essayant d'échapper àce qu'il estime être la médiocrité de la condition ouvrière, il tente de se construire une vieàla hauteur de ses ambitions, et ce malgré les remarques désapprobatrices de son propre père et du militant syndicaliste Chatelard, en dépit également du scepticisme ironique de sa bien-aimée Marie - Jeanne. Il deviendra le centre d'intérêt de toute la population de Bionnas, qui l'estime et l'encourage. Tout comme les héros balzaciens, Bernard Busard entend se forger une identité par lui-même ; il veut s'affirmer en conquérant sa place dans le monde. Bernard Busard compte donc de nombreuses qualités, qui pourraient faire de lui unhéros. Mais malheureusement, ses qualités vont s'avérer n'être que le revers de ses défauts.
Un axe de dissertation comporte:
1. Un premier §qui annoncel’idée directricede l’axe ; cette idée est unethèse que l’on va démontrertout au long de l’axe.Dans l’axe ci-dessus, quelle est l’idée directrice ?
2. Deux ou trois § argumentatifs ;chacun d’eux illustrent, développentaspect de l’idée directrice un (chaque § compte une idée majeure, développée par des exemples, et aboutissant à une phrase de conclusion.
Donnez l’idée majeure de chacun des 3 § d’analyse ci-dessus
er 1 § …………………………………………………………………………………………………………..
ème 2 § …………………………………………………………………………………………………………
ème 3 § …………………………………………………………………………………………………………
Par quel lien logique est-elle introduite (en début de §) ? ………………………………………………….
Quels exemples développent ces idées ? ………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………..
A quelles idées finales, exprimées en conclusion, aboutit-on ?.......................................................................
………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….
3.Un § debilande l’axe(on récapitule ce qu’il a permis de mettre en évidence)et detransitionvers l’axe suivant (on fait allusion à l’idée directrice de l’axe suivant). Le bilan doit être introduit par unlien logique conclusif(« Donc », « Par conséquent », « Ainsi donc », « En fait » …) et la transitionsoit par des adverbesqui exprimentl’opposition, (« Cependant », « Pourtant », « Toutefois » …), soit par des locutions exprimantl’addition, la simultanéité ou la conséquence(« En outre », « Par ailleurs », « En même temps », « Aussi », « Donc » …)
Page 3
III. INITIATION A LA DISSERTATION : Production écrite guidée sous forme de questions permettant de réaliser la synthèse d’une lecture cursive
Texte d’étude:Voyage au bout de la nuit, CELINE, extrait.
Consignes :Vous répondrez à chacune de ces 2 questions par des paragraphes organisés en grandes parties
Question 1. En quoi la première partie du Voyage au bout de la nuit est-elle une violente critique de la guerre ? Question 2 :Quelles sont les caractéristiques de Ferdinand Bardamu, en tant que personnage ? Quels sentiments, quels jugements vous inspire-t-il ? Pourquoi, d’après vous, Céline a-t-il choisi de mettre en scène un tel personnage ? (Analysez notamment son style, le choix du vocabulaire, les registres de langue : pourquoi un tel parti – pris ? Qu’est-ce que cela nous indique, quant au personnage de Bardamu ?)
Question 1. En quoi la première partie duVoyage au bout de la nuitest-elle une violente critique de la guerre ?
Idée directrice de la question I. : LeVoyage au bout de la nuit= une violente critique de la guerre.
er 1 § d’analyse : ……………………………………… ……………………………………………………… ère (donnez une 1 raison qui développe l’idée directrice)……………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………..
Exemples (pris dans le roman ) : a.………………………………………………………………………….
 b.………………………………………………………………………….  c.………………………………………………………………………….
Conclusion du § :……………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….
2ème § d’analyse : …………………………………………………………………………………………… (donnez une 2ème raison qui développe l’idée directrice)
…………………………………………………………………………………………………………………..
Exemples (pris dans le roman) : a.……………………………………………………………………………
 b.……………………………………………………………………………..  c ……………………………………………………………………………….
Conclusion du § :…………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………...
§ de bilan : (4 lignes)……………………………………………………………………………………………
Page 4
………………………………………………………………………………………………………………….
* *** *
Question 2 : Quelles sont les caractéristiques de Ferdinand Bardamu, en tant que personnage ? Quels sentiments, quels jugements vous inspire-t-il ? Pourquoi, d’après vous, Céline a-t-il choisi de mettre en scène un tel personnage ? (Analysez notamment son style, le choix du vocabulaire, les registres de langue : pourquoi un tel parti – pris ? Qu’est-ce que cela nous indique, quant au personnage de Bardamu ?)
Idée directrice de la question 2 :les caractéristiques du personnage de Ferdinand Bardamu.
er 1 § d’analyse : ……………………………………………………………………………………………… ère donnez une 1 caractéristique)……………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………….
Exemples (pris dans le roman ) : a.…………………………………………………………………………… ..  b………………………………………………………………………………  c……………………………………………………………………………...
Conclusion du § :……………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………..
2ème § d’analyse : ……………………………………………………………………………………………. ( donnez une 2ème caractéristique)……………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………...
Exemples (pris dans le roman ) : a……………………………………………………………………………..
 b……………………………………………………………………………..  c……………………………………………………………………………..
Conclusion du § :………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………….
Eventuellement: 3ème § d’analyse : ……………………………………… …………………………………... (donnez une 3ème caractéristique)……………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………
Exemples (pris dans le roman ) : a………………………………………………………………………….
 b……………………………………………………………………………
Page 5
 c……………………………………………………………………………
Conclusion du § :…………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………
§ de bilan : (6 à 8 lignes) : lessentiments, lesjugements que Bardamu vous inspire. Les raisons pour lesquelles Céline a choisi de mettre en scène un tel type de personnage.
………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….
B. Correction du devoir à partir de productions d’élèves :
Synthèse d'une lecture cursive:Voyage au bout de la nuitde Louis - Ferdinand CELINE (1932)
Question 1:Voici une production d’élève Quels en sont les défauts ?
Dans la première partie de son romanVoyage au bout de la nuit, Louis - Ferdinand Céline se livre à une virulente critique de la guerre.  Tout d'abord, le romancier nous fait part des pensées et idées du personnage. Ferdinand Bardamu utilise en effet des expressions dévalorisantes pour nous montrer ce que fut la vie des soldats pendant la PremièreGuerre Mondiale: « faire la guerre est une grave erreur »; il veut nous faire partager son point de vue; il essaie de nous faire comprendre la folie de la guerre. Ferdinand est lâche mais il découvre que la guerre est un cauchemar. Le romancier recourt à des hyperboles comme “croisade apocalyptique”. Grâce aux pensées et au vécu du personnage, nous devenons témoin de l'histoire ; nous arrivons à comprendre pourquoi il critique la guerre.  Par ailleurs, Céline nous montre que Bardamu ne comprend pas pourquoi il se bat, ni en quoi les Allemands lui ont fait du tort. Les moments difficiles passés sur le front et toutes les morts qui surviennent donnent cours à une violente critique; Céline, à travers Ferdinand, décrit au lecteur des scènes de la guerre “On voyait passer dans les flammes les églises, les granges…”.Il veut aussi nous montrer que lorsqu'on est engagé dans la guerre, on ne peut plus revenir en arrière -. «On était fait comme des rats.» Ce que vit Bardamu est comme un enfer, une guerre dont il ne verra jamais la fin, un cauchemar. Cela provoque chez le personnage aussi bien que chez le lecteur un sentiment de révolte.  L'évocation de la vie de Bardamu au front est en fait une satire de la guerre.
Proposez une correction de cet axe (sous foRme de plan détaillé, à faire sur feuille ).
Question 2: Voici une production d'élève ; faites-en le plan détaillé
A travers ce roman, nous pouvons voir que le personnage principal a plusieurs caractéristiques.  Ainsi, Ferdinand Bardamu semble être un personnage héroïque: il s'engage dans l'armée malgré les avertissements de son ami Arthur : “ T'es rien c... Ferdinand!” “J’y suis, j'y reste !” Ferdinand est un jeune homme inconscient : il se précipite dans l'armée sans connaître les risques auxquels il s'expose, sans avoir la moindre idée de ce qui peut l'attendre ... sans se poser de question ... sur un simple coup de tête : on pourrait croire qu'il va devenir un héros, mais, une fois au front, il n'aspire qu'à une chose : rentrer chez lui. Il devient vite angoissé, (« Pourquoi s’arrêteraient-ils? »), et même traumatize, ainsi que l'atteste son passage en hôpital psychiatrique: atteint de démence, il est pris d'accès de hurlements en pleine ville, lorsqu'il est en permission. C'est à ce moment-là qu'il est réformé, et qu'il quitte l'armée. L'auteur fait de Bardamu un personnage qui
Page 6
pourrait devenir un héros, puisqu'il part se battre « la fleur au fusil », mais qui déchante vite: le soir même de son départ, alors qu'il n'y a plus aucun patriote pour l’acclamer, et que la troupe marche toujours, sous la pluie, dans le froid et l'obscurité, Ferdinand a le pressentiment que lui et ses compagnons sont «faits comme des rats. » Le moment lyrique et chevaleresque est de courte durée! Bardamu n'est donc pas un héros: en fait, il se teste lui-même, il cherche (et trouve !), ses limites.  En outre, Ferdinand Bardamu est un personnage révolté. Il critique son colonel, et toute la hiérarchie militaire. Ses paroles sont ironiques et violentes: «cette bouffonnerie tragique », « cette imbécillité infernale », « cette croisade apocalyptique ». Ces expressions caractérisent toutes la situation de guerre. Bardamu n'accepte pas non plus l'absurdité des ordres : la nuit, les officiers donnent aux soldats des missions de reconnaissance, missions qui ne les mènent nulle part ... les hommes, harassés de fatigue, n'ont qu'une envie : dormir… ce dont ne se privent pas les gradés, qui réquisitionnent pour leurs besoins personnels des habitations confortables, se font servir par leurs ordonnances et mangent à leur faim... Mais malgré sa lucidité, malgré sa haine, Bardamu n'agit pas: jusqu’au bout, il reste passif : incapable d'imaginer un quelconque avenir, ou un revirement de situation, il souhaite simplement revenir en arrière, avant la guerre ... Son pessimisme et sa misanthropie l'empêchent d'entreprendre quoi que ce soit de constructif, puisqu'il ne fait pas confiance à l'humanité.  Le personnage de Ferdinand Bardamu inspire donc pitié et compassion ... On comprend mieux le destin de cette génération sacrifiée de 14-18… Bardamu est représentatif de la démence d'une époque qui ne se remit pas de la guerre, puisqu'elle portait en germe les dérèglements des décennies suivantes, justement appelées « les Années Folles » ... En même temps, on ne peut s'empêcher d'éprouver pour ce personnage une sorte de mépris amusé; Bardamu est semblable à un pantin, à un clown perdu et errant : il renoue avec la tradition littéraire du picaro, ce personnage errant ...
Page 7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.