Fraude: bien mal acquis ne profite jamais

De
Publié par

Niveau: Secondaire, Lycée, Terminale

  • dissertation

  • exposé

  • cours - matière potentielle : grâce


N e pa s je te r su r la v oi e pu bl iq ue N e pa s je te r su r la v oi e pu bl iq ue Fraude: bien mal acquis ne profite jamais... Page 7 L'Arabie marchande au temps des croisades : De la Méditerranée à l'océan Indien, la mer Rouge est une route commerciale méconnue et au patrimoine menacé. Page 2 Interview : Louis Lévy-Garboua et Véronique Lestang-Préchac BN F – D ép ar te m en t d es m an us cr its / G al lic a mars 2011 ? N° 9 ? Page 10 Ocup : Musique au chœur

  • éclatement de la bulle spéculative de la photographie de collec- tion au milieu des années

  • qualité de la surveillance d'examens et de la sévérité de l'application des règles de discipline

  • arabie marchande au temps des croisades

  • fraude

  • section disciplinaire

  • usages de faux


Publié le : mardi 1 mars 2011
Lecture(s) : 42
Source : univ-paris1.fr
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
Fraude:  bie jamais...
ofite
Interview: Lévy-Garboua et Véronique stang-Préchac  Page 2 Ocup: que au chur  Page 10
mars 2011 ‑ N° 9 ‑ www.univ-paris1.fr
L'Arabie marchande au temps des croisades : De la Méditerranée à l'océan Indien,  la mer Rouge est une route commerciale méconnue et au patrimoine menacé.  Page 7
emmcoe ar nadté .L.L tQ oeeef tn e  ard-G. : Il y a lesf ardusec al-smmoc anoanc reoor de 
Le fi de Par -mars 2011 2 EN UNE De la fraude à la sanction : les peines encourues Le fonctionn issement ublic ement de la section disciplinaire d 3 a  n u s il l l e e s t  1 ét 9 a 9 b 2 l . Fraude s s   p ou tent s at d i v e e n s s d ei e fraudes   sauupx éerixeaumr eensts ,r éplgai gpiaart sl,e f daléscifriecta tni ° o  n9 2d-e6 n5o7t eds,u  f1auxj diplômes, insultes, violence, harcèle g m n e e n m t, e l n e t  président bdlee  dlau  cSoermmission disciplinaire, Louis Lévy-Garboua et Véronique Lestang-Préchac, rdeisscpioplnisnaaire qui se vdicéec ldesc haeff aailroerss .juridiques et contentieuses, nous éclairent sur la procédure en Q ee ont o mon  reecte et e et e d siques auxquelles on pense en Louis Lérvey -Geautr bêotruea s :a Lisai es edctainosn  tdoiuss- pdrees miaenrt iscèochmems e etl e def aitc opdiuetri lisseurr  e oiin Certain t ai lvcgeiiisopa lltcie, nandsac ieed ,fe ac fpourxan cuedrensa, ndtg es coiot pdesg ee,n pslei-les techniques se modernisent et le  et usaes dei afaux, dae- d'un passage aux t p o r i o le t t t e e n s. Mais téléphone portable est de us antsaes étudiantAsc a(ldeés mciaes  plus souvent utilirstaé.b lIel  aelslt sip lfa cielen  lsdgeaensi  sPipael ru,sé   gsforoiléteu qrmdu leeennstt  sc)a.p sa Erl lel peut être côtés « par inadvee ratiannsci e ». iLcah emoti-de laisser son po umé à ses vation q à tr r va cbeattcec aaliansunprééea, t.n oCues  qauvio dnea s f érétatéué  dlsee asai csraaiiu-ss   ldau  volmopntlueéi   pbdoéluisbsérée de réussir ses si esoin de se rassurer à spioenurs  dtrea iftrearu ddees  taouu sb alecsc alcaaus répat.études au prix du moindre effort. À côté de cela, nous avons des cas Vé u : La tout à fait inacceptables de plagiat sneactritiooonnni  qdduie s ccoipnLlseiensitlaa irndega -dePmsrtéi cnuihsnaterc a téiomna.- ou des tentatdivees de plagiat. Ces cas r e multiplier, dans Le rembres de la la miessquuree nto ù i l sdevient si facile section dis daccéder à linformation. Il y a des secutpiroélns iddiesncciti ppleliitn nlaaeiisrr  ee (m eussstao cnot mélpuést.e nLtea  sites consacrés à la conception et à la diffusion de dissertations, de po es é ensei na documents sur tel ou tel sujet. Il faut lgaenuss asnip tespr-oscuohrne tlrnuecesdlh isea undrtsse,  glmétaainbsgt lsei rspessat)e s, e mnpmesonaetuii,s -r  fpaeut-être ifnfvoirtte rd les enseignants à ire un e imagination dans le choix de leu éviter fpéoreurn tlee.squels la procédure est dif-les sujets trop cros usruujsets, pour Lean  cfoomposit idoen  snae stc pas la même V.L.-P. : Paris 1 sest doté dun logi-n tains enseignants lont utilisé. lséegctairodn ctddiiossnc iepmnliennatirde o cmopmétpeéntceen.t eL aà  ciel anti-plagiat [Compilatio], cer-e seignants est consti-u nts est à amenter  tcduieéallene  uàn ilJqé eugnedanerifde r d geBns euancénskttlesei d,g ienta aRndotéxst au-nete  Le frade ont-ee tendance composée nsei ts ( L.L.-G. : En 2007, nous avions 18 sGeacltliioenr  edti sSciapmliuneali rLea)f.ont pour notre cas, en 2008, 22 cas, en 2009, 32 sdépeinllda nscuer toudt exdae mlea nsq uaelti té ded e llaa   V.L.-P. : Toutes les épreuves écrites sont cas et en 2010, une trentaine de le 40 du  i nificatie -urvesoumises au décret. [Lartic dé-t c imt a ie on , n  t c dd e i  effs é rc i e  an n st .  e e Ts t o  t u p te a if notiés,r g essarnétep. aIl sdéev érité de lapplication adse ss urr-èingtleers- ccàr oeutm npmer iésfver oaiuàt  ddleeo sc ocsuaa sntiecotninto antdisvu ecn oe dnisen ésfcrcuartiuvd-ese   la r-faut teni te ectifs, des les (la ma rité lsJsqadUueauueiu ii n ssderil iPtevaersae ç  érunocdsdstsiioisasesdt  min ée  qsdfnml ruoteqia.i sn u usicpCid  oreesednsbsaet  mi ussldirq ieeiteus  rda ecPloiu erccp.j éoluesipn inmtrdsaaeéeoiscnrnitute tds  .m e didednJentetese-s      ddiessc icpalisn erss e,c  tordmoeusp vec nytcd eesn  elfifcence)j,o de r p paé rc i séc n  trdp a eoi i rois r  qrlsc e utesi  iésepls  l n m ciy e nh de  ieefn. fvt i r Ia g ledl uns n unst, i e ntdn o e ofeo  ua mttfru p erbetf a a r o puesi   esdd,c n e te é ipu o c rcui e sna,s   sq  dm a aius i avu r cién e i-- -tLniaou ,n s,e dcdutiunon nee  xdéaipsmrcieepunlvi neo audi reed  cueons tn tccrooônlmec pocéuotrienspnt.i]t- e ldae sn aftruarued edse ss eé prreetruovuesv e(nlta  dmaanjso rliteés  ment a s fproauurd eless fralueds esso nett les tentatives de étiamoanr rivent souventpartiels). Le nombre de cas recensés sqeuuil eonmt eéntté  qduéiltp eyc taé epsl.us de personnes manière, .e t elDonc r ipeunn ieqs udee  lal em êfmaiet   
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.