HANDICAP DES AIDES TECHNIQUES POUR LA SCOLARISATION DE TOUS

De
Publié par

Niveau: Secondaire, CAP
HANDICAP, DES AIDES TECHNIQUES POUR LA SCOLARISATION DE TOUS 97 U n p o in t d 'a c tu LES DOSSIERS DE L'INGÉNIERIE ÉDUCATIVE handicap, pour la scolarisation de tous DES OUTILS POUR AMÉLIORER L'ACCESSIBILITÉ Les médias informatisés transforment profondé-ment la production, le coût et la circulation desdonnées de notre environnement quotidien, tout en conservant leurs codes essentiels. C'est cet état de pérennité dans la nouveauté qui caractérise la mutation que nous vivons. Alors que tout change, nos codes demeurent les mêmes pour créer, représenter, échan- ger nos connaissances et communiquer nos émotions. Cette mutation culturelle est aujourd'hui au cœur de l'école. C'est à marche forcée que les services de l'Édu- cation nationale et de nombreux enseignants de terrain s'emparent de ces nouvelles technologies, les prati- quent au quotidien et les banalisent progressivement. Engagé maintenant dans l'application de la loi du 11 février 2005, l'ensemble du système éducatif s'ap- prête à accueillir tous les élèves en situation de handi- cap et, à travers eux, à se familiariser avec les nom- breuses aides techniques, informatisées ou non, qui leur sont nécessaires. Les besoins de l'élève en situation de handicap Les besoins de l'élève en situation de handicap se révè- lent à travers des tâches scolaires banales et quoti- diennes : outre le fait qu'il lui faut entendre, mémoriser et comprendre ce que dit l'enseignant, il lui faut aussi écrire, calculer, tracer, lire des documents imprimés, récupérer et

  • environnement de travail de l'élève

  • besoin particulier

  • logiciel spécifique

  • adaptation des tâches scolaires

  • production d'écrits en raison

  • dispositif capable

  • appli- cations augmentatives

  • agrandissement de la taille du pointeur, des icônes et des caractères


Publié le : mardi 1 février 2005
Lecture(s) : 120
Source : cndp.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
HANDICAP, DES AIDES TECHNIQUES POUR LA SCOLARISATION DE TOUS
97
U
n
p
o
i
n
t
d
a
c
t
u
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
handicap, pour la scolarisation de tous
DES OUTILS POUR AMÉLIORER
L’ACCESSIBILITÉ
L
es médias informatisés transforment profondé-
ment la production, le coût et la circulation des
données de notre environnement quotidien, tout
en conservant leurs codes essentiels. C’est cet état de
pérennité dans la nouveauté qui caractérise la mutation
que nous vivons. Alors que tout change, nos codes
demeurent les mêmes pour créer, représenter, échan-
ger nos connaissances et communiquer nos émotions.
Cette mutation culturelle est aujourd’hui au coeur de
l’école. C’est à marche forcée que les services de l’Édu-
cation nationale et de nombreux enseignants de terrain
s’emparent de ces nouvelles technologies, les prati-
quent au quotidien et les banalisent progressivement.
Engagé maintenant dans l’application de la loi du
11 février 2005, l’ensemble du système éducatif s’ap-
prête à accueillir tous les élèves en situation de handi-
cap et, à travers eux, à se familiariser avec les nom-
breuses aides techniques, informatisées ou non, qui
leur sont nécessaires.
Les besoins de l’élève en situation de
handicap
Les besoins de l’élève en situation de handicap se révè-
lent à travers des tâches scolaires banales et quoti-
diennes: outre le fait qu’il lui faut entendre, mémoriser
et comprendre ce que dit l’enseignant, il lui faut aussi
écrire, calculer, tracer, lire des documents imprimés,
récupérer et consulter des informations, communiquer
et échanger ; autant de tâches susceptibles de causer
d’importantes difficultés à certains de ces élèves: com-
ment lire des documents imprimés quand la cécité ne
donne que la possibilité d’appréhender des formes sen-
sibles par le toucher ? Comment écrire lorsque, suite à
un accident de naissance ou plus tardif, on a perdu
l’usage et le contrôle de ses membres supérieurs? Com-
Les aides techniques les plus
efficaces pour assister les élèves à
besoins éducatifs particuliers ne
sont pas nécessairement les outils
les plus élaborés.
Jack Sagot
ENSEIGNANT FORMATEUR À L’INS HEA
Outre le fait qu’il lui faut entendre, mémoriser et comprendre
ce que dit l’enseignant, il lui faut aussi écrire, calculer, tracer,
lire des documents imprimés, récupérer et consulter des informations,
communiquer et échanger.
ment prendre connaissance d’un document écrit quand
ses compétences cognitives limitent l’apprentissage de
la lecture? Voici quelques-unes des questions qui se
posent à l’enfant à besoins particuliers.
Les « médias informatisés » et l’adaptation
des tâches scolaires
Faire
quand on ne le peut pas, par les applications sup-
plétives;
faire plus, faire vite et faire mieux
par les appli-
cations augmentatives;
apprendre de façon différen-
ciée, à son rythme et dans un rapport particulier avec
l’enseignant
par les activités de type tutoriel ;
organiser
sa pensée, développer ses stratégies
et
apprendre non
plus seulement des connaissances mais mettre en
place des procédures
et
des méthodes
par des activi-
tés de type procédural ;
consulter des ressources et
98
HANDICAP, DES AIDES TECHNIQUES POUR LA SCOLARISATION DE TOUS
U
n
p
o
i
n
t
d
a
c
t
u
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
échanger
dans le cadre d’applications communication-
nelles; tout cela constitue un fonds d’activités et d’ap-
plications qui se déclinent et se combinent à l’infini, et
qui sont à même de mieux adapter l’environnement des
tâches scolaires aux besoins de l’enfant en situation de
handicap.
L’importance de la numérisation des
données pour la scolarité
Comme dans tous les domaines de la vie quotidienne,
les aides techniques principales et caractéristiques que
sont la canne pour la déambulation du jeune aveugle,
le fauteuil manuel ou électrique pour le jeune handicapé
moteur et les appareils auditifs pour l’enfant sourd res-
tent et demeurent des outils supplétifs indispensables
pour l’École. Mais s’ajoutent à eux, aujourd’hui, un grand
nombre d’outils liés à l’informatique, au premier rang
desquels se trouve l’ordinateur. En effet, depuis la mise
en place par les services départementaux et acadé-
miques de l’Éducation nationale, dès 2001, du dispo-
sitif Handiscol visant à doter les élèves en situation de
handicap des équipements nécessaires à leur scolari-
sation, ce sont des milliers d’ordinateurs, le plus souvent
portables, qui ont été financés par l’État.
Pourquoi ? Les raisons, bonnes ou mauvaises, sont
multiples et se conjuguent certainement mais la
meilleure et principale est que l’ordinateur est le seul
outil capable de convertir une information d’un format
dans un autre: un texte écrit en noir est énoncé verba-
lement ou traduit en code braille pour un aveugle; un
flux de paroles devient un texte écrit pour un élève pré-
sentant un trouble très sévère du langage écrit.
En ce sens, la mise en place de canaux de res-
sources numériques, initiée par le ministère de l’Édu-
cation nationale, peut faciliter grandement la scolarisa-
tion des élèves en situation de handicap. N’importe
quel document numérisé, texte à étudier en cours de
français, d’anglais ou d’histoire-géographie ou bien un
contrôle de mathématiques, s’il est numérisé, entre
dans une chaîne potentiellement infinie de transforma-
tions à même de rendre le document accessible à
tout élève. À l’inverse, ce même document adapté,
repris par l’élève dans un format particulier, sera
converti et retourné à l’enseignant qui le corrigera le
plus souvent à partir soit d’une forme imprimée, soit
directement du fichier numérisé.
La révolution dans les aides techniques à l’École
n’est pas tant dans ces aides, elles-mêmes variées, que
dans ce qui fait leur unité, à savoir la nature numérique
de l’information, qui seule permet de transformer les
données pour les adapter au mieux aux besoins de
l’élève.
C’est pourquoi il est indispensable que tous les ensei-
gnants susceptibles d’accueillir aujourd’hui, de l’école à
l’université, un jeune présentant un handicap, soient
persuadés de la nécessité de lui offrir des documents
numérisés, car c’est l’étape préliminaire et nécessaire
à leur adaptation. Ils auront ainsi la possibilité d'archi-
ver et d’actualiser leurs documents de cours.
Outils informatiques généraux ou aides
techniques spécifiques?
Pour accueillir un élève présentant des besoins éduca-
tifs particuliers, faut-il tout de suite rechercher des outils
informatiques spécifiques? Le plus souvent, non. En
effet tous les ordinateurs disposent d’un système d’ex-
ploitation, généralement Windows, dont les options
d’accès sont largement paramétrables et donc adap-
tables à l’élève: agrandissement de la taille du pointeur,
des icônes et des caractères affichés, désactivation de
l’autorépétition des touches, transformation des sélec-
tions de caractères obtenus au clavier par des appuis
simultanés en une série d’appuis successifs, modifica-
tion du fonctionnement de la souris. Sans moyen sup-
plémentaire, on peut ainsi adapter et améliorer grande-
ment l’environnement de travail de l’élève à besoins
particuliers. Bien entendu, dans un second temps, il
reste qu’un ergothérapeute pourra utilement conseiller
l’usage de tel ou tel matériel ou logiciel supplémentaire
comme, par exemple, un clavier virtuel à l’écran qui
sera manipulé via une
trackball
ou « boule roulante »,
par un élève myopathe dont la faiblesse musculaire
rend caduc l’usage du clavier et de la souris.
S’il faut faire d’abord un détour vers le module
« accessibilité » de l’environnement de travail de l’ordi-
nateur, il faut aussi considérer avec attention le traite-
ment de texte dont on dispose avant de faire appel à
des logiciels spécifiques. Beaucoup d’élèves à besoins
éducatifs particuliers sont limités tant dans leur lecture
que dans leur production d’écrits en raison d’une para-
lysie, d’un trouble visuel, de leur lenteur, etc. La présen-
tation particulière d’un document écrit peut compliquer
ou au contraire faciliter l’accès à l’écrit. La mise à dis-
position de macrocommandes, suites de commandes
Le mode « formulaire » bloqué.
Agrandissement
de la taille
du pointeur,
des icônes et des
caractères affichés,
désactivation
de l’autorépétition
des touches,
transformation
des sélections de
caractères obtenus
au clavier par des
appuis simultanés
en une série
d’appuis successifs,
modification
du fonctionnement
de la souris…
HANDICAP, DES AIDES TECHNIQUES POUR LA SCOLARISATION DE TOUS
99
U
n
p
o
i
n
t
d
a
c
t
u
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
mémorisées, mises au point par l’enseignant, par
exemple, permet de transformer et d’adapter en un clic
n’importe quel texte en changeant la police, la taille,
voire la couleur des caractères et celle du fond d’écran
ou encore l’interlignage. Le texte devient ainsi plus
lisible pour l’élève.
Concernant la production d’écrits, beaucoup de ces
élèves lents ou mauvais scripteurs tireraient profit de la
mise à disposition de documents présentés avec des
listes déroulantes ou des cases à cocher, qui limite-
raient leurs tâches d’écriture proprement dites au pro-
fit de tâches cognitives plus complexes. Tous les traite-
ments de texte, à l’instar de Word, proposent une barre
d’outils « Formulaire » qui permet d’intégrer des champs
textes ouverts illimités ou limités dans leur taille, des
cases à cocher utiles pour préparer rapidement un ques-
tionnaire à choix multiples, des listes déroulantes dans
lesquelles l’élève choisit sa réponse très simplement, la
terminaison d’un verbe ou l’emploi d’un pronom, par
exemple, en un seul clic.
Adapter l’environnement pour mieux
accéder aux connaissances…
La question de l’adaptation concerne également la
dimension consultative et communicationnelle des TICE.
Alors qu’un dictionnaire de quelques milliers de mots
embossés sur papier nécessiterait des mètres cubes
de documents, la numérisation des données textuelles
a véritablement révolutionné la consultation pour ces
jeunes gens qui peuvent désormais lire des milliers de
données sur leur plage braille éphémère connectée à
l’ordinateur
1
. Avec Internet, ce n’est plus le dictionnaire
ou l’encyclopédie que l’on consulte mais pratiquement
toutes les sources de savoirs, à condition de fréquen-
ter des sites adaptés offrant sous les graphismes des
labels de description.
Mais accéder aux connaissances, c’est aussi et sur-
tout aborder de nouveaux savoirs. L’approche par le
tutoriel remotive l’apprentissage et permet de l’adapter
aux besoins de chacun. Ce courant tutoriel repose clas-
siquement sur des exercices systématiques de renfor-
cement, des dialogues pédagogiques, des logiciels
d’évaluation et de remédiation du commerce… Cepen-
dant, faute d’être construits sur de réels modèles d’ap-
prentissage et en raison de dispositifs d’analyse de
réponses souvent incomplets et peu convaincants, les
produits disponibles sur le marché sont encore dispa-
rates et répondent partiellement aux besoins d’aujour-
d’hui.
Aussi, cette approche qui nécessite une lecture de
consignes à l’écran et, encore pour l’instant, une écri-
ture très formalisée des réponses, présente un intérêt
limité pour les enfants débutant les apprentissages. La
principale difficulté de l’approche tutorielle réside dans
la quasi-absence de logiciels véritablement adaptés au
faible niveau scolaire ou aux difficultés motrices, senso-
rielles ou intellectuelles de ces jeunes. C’est pourquoi
les enseignants spécialisés privilégient souvent les logi-
ciels ouverts: les générateurs d’exercices comme Pic-
top
2
ou d’activités multimédias comme Génex
3
, permet-
tant de créer des environnements pédagogiques sur
mesure dans tous les champs disciplinaires. Dans ce cas,
l’enseignant élabore lui-même l’exercice ou recherche
dans la base d’activités offertes en téléchargement sur
le site de l’INS HEA celles qui conviendraient le mieux
à ses élèves, pour les modifier éventuellement.
Si cette approche s’avère limitée pour les élèves
débutant les apprentissages, elle rend en revanche des
services appréciables aux adolescents maîtrisant conve-
nablement la lecture, l’écriture et le calcul. Dans cer-
taines classes en hôpital, la continuité de l’enseignement
est ainsi assurée quand le maître quitte le chevet d’un
élève malade ou l’invite à poursuivre ses acquisitions
1. Chaque ligne de l’écran de
l’ordinateur est convertie en
caractères braille qui
apparaissent et
disparaissent sur la plage
« braille éphémère » à
chaque passage de ligne.
2. Produit diffusé par le
service édition de l’INS HEA.
3. Diffusé également par le
service édition de l’INS HEA.
Des applications
pédagogiques déjà réalisées
peuvent être téléchargées
sur le site : www.inshea.fr
Un exercice d’anglais réalisé avec Pictop. Chaque sélection
est vocalisée par l’ordinateur.
Écrire avec Dicom, un dictionnaire prédictif.
100
HANDICAP, DES AIDES TECHNIQUES POUR LA SCOLARISATION DE TOUS
U
n
p
o
i
n
t
d
a
c
t
u
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
dans des disciplines qu’il ne maîtrise pas, notamment
les langues étrangères, pour des élèves du secondaire.
… et mieux écrire, tracer, calculer
Dans leur dimension prothétique, l’ordinateur et ses
interfaces d’entrée et de sortie spécialisées constituent
un dispositif capable de suppléer directement ou indi-
rectement une fonction par un transcodage d’un canal
sensoriel ou moteur déficitaire en un autre bien maîtrisé.
C’est cette dimension qui engage de grands labora-
toires de recherche et c’est sans doute la plus convain-
cante par ses résultats, notamment auprès des jeunes
aveugles ou des grands handicapés moteurs.
Longtemps limités dans leur accès aux informations
écrites, les élèves aveugles trouvent aujourd’hui dans les
médias informatisés des outils fonctionnels pour
prendre des notes et contrôler leur travail en braille
éphémère ou par synthèse vocale, ou pour transcrire
automatiquement et plus facilement leurs textes en
braille intégral et abrégé. Les recherches les plus
récentes font intervenir une saisie optique des textes,
qui sont mémorisés pour être ensuite lus en braille par
l’élève sur sa plage tactile personnelle ou bien édités sur
une embosseuse rapide.
Les médias informatisés apportent enfin une aide
indispensable à la communication et à la scolarisation
4. Comme Pictop ou Génex.
5. Des licornes, ou des poin-
teurs à la tête ou bien enco-
re par la sélection optique.
6. Téléchargeable
gratuitement sur le site de
l’INS HEA : www.cnefei.fr/
RessourcesHome.htm puis
sélection de l’onglet Produc-
tions.
7. Téléchargeable
gratuitement sur
http://www.handicap-
icom.asso.fr/web/index.
html#adapt
Des exemples d’activités avec Génex.
des enfants gravement handicapés sur le plan moteur
et privés de l’usage de la parole. Grâce aux logiciels
spécialisés
4
et à des dispositifs d’entrée et de sortie
particuliers
5
, certains de ces enfants peuvent aujourd’hui
lire, écrire, compter, agir sur leur environnement, com-
muniquer à l’aide d’une voix électronique avec leur
entourage et poursuivre un cursus scolaire pratique-
ment normal.
En continuité et en complémentarité avec les outils
de suppléance réservés, comme précédemment, aux
enfants présentant des handicaps massifs, la dimen-
sion augmentative des logiciels de dessin, de traçage
de figures géométriques comme la Trousse GéoTra-
cés
6
, TGT, à l’aide d’outils virtuels, compas, règle,
équerre, facilite le travail scolaire de beaucoup d’en-
fants modérément handicapés en apportant une aide
notable par :
la facilitation et l’économie du geste : la grande
sensibilité des touches permet à de jeunes myopathes
ayant d’importantes pertes de puissance musculaire
d’écrire de manière continue;
l’optimisation des efforts: les efforts d’apprentissage
sont libérés du poids de l’attention et de la concentra-
tion gestuelles;
l’efficience immédiate et une présentation irrépro-
chable du document de travail, ce qui motive grande-
ment les élèves;
la mémoire de l’action, tous les textes, figures ou
schémas réalisés sur ordinateur pouvant être conservés,
modifiés et réutilisés ultérieurement dans un agence-
ment différent.
Dans cette production d’écrits, la prédiction de
mots peut aider certains élèves présentant une
grande lenteur d’écriture. Le logiciel Dicom
7
de l’as-
sociation Handicap international ou Skippy propo-
sent en cours de frappe une liste de mots commen-
çant par les lettres déjà affichées, de telle sorte que
l’élève n’a plus qu’à sélectionner le mot dans la liste.
Cette ressource, bien maîtrisée, accélère significati-
vement l’écriture.
En conclusion
Il n’y a donc pas de bonnes ou de mauvaises aides
techniques informatiques : leur valeur ne se mesure
que dans l’adéquation à un besoin d’aide scolaire pour
l’enfant en situation de handicap. On rappellera l’im-
portance de préparer pour ces élèves des documents
de cours numérisés, point de départ d’adaptations
multiples. Cela contraint aujourd’hui les enseignants à
s’engager résolument dans une pratique raisonnée
mais réelle de l’informatique et les place face à leur res-
ponsabilité à l’égard de ces enfants. Enfin, il ne faut pas
se précipiter sur les logiciels spécifiques, car les outils
les plus courants sont souvent plus fiables et toujours
plus économiques. Le choix est plus riche, et cela stig-
matise moins le handicap de l’élève au sein de son
groupe.
Des figures sur l’ordinateur avec Géotracé.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.