La tetserrét des Ayttawari Seslem un parler proche du berbère ii septentrional

De
Publié par

Niveau: Secondaire, Lycée, Terminale
La tetserrét des Ayttawari Seslem : un parler proche du berbère ii septentrional ', chez les Touaregs de 1'Azawagh (Niger:) IJn fait social et linguistique exceptionnel K 'un des traits originaiix de la culture des Touaregs Ayttawari Seslem de 1'A;lawagii est d'avoir conservé un parler spécifique noinrïié tetserrét par ses locuteurs et shi?zsai.t en touareg (tenzcrjeq). La tetsewét se rapproche d:ivantage des parlers berbères « septentrionaux )) que des parlers touaregs. Dans l'état actuel de nos recherches, ce parler présente sur les plans morpho- syntaxique et lexical des similitudes significatives avec le zenaga de Maiiritanie, tl'iine pxt , et avec les parlers berbères du Maroc d'autre part. En l'absence cle relevés linguistiques de la tetserrét dans le passé, niais aiissi de recherclies approfondies parmi ses locuteurs, ce fait exceptionnel est jusqu'h présent passé inaperqu chez les spécialistes dii monde berbère. L'existence d'un parler spécifiqiie aux Ayttawari Seslem a été néanmoins signalée depuis la période coloniale, en l'occurrence par l'administrateur I:. Nicolas (1940 : 189). Ce dernier cite la (( chi-llsnrr )) ' en même teinps qiie ln ( tcrqdalt OLI tihetit » des Igdalan comme étant des idiomes propres aux commiin;iutéç dlInesleman ((( religieux )) dont font partie les Attawari Seslem). Par la suite, la tetserrét a été parfois assitnilée aiix parlers dits K mixtes » berbéro-songhay2 auxquels se rattachent la tagclnlt des pasteurs-nomades Igclalan et 1;i trwnliinq des Isawaghail sedentaires de la région d'

  • ilioigne selon les ayttacvari de la prcsciice ancienne de leiir langue

  • aprks cle

  • ette tribu

  • itiiiérairc empi-unté par les ancetres des ayttawari depuis le viiie

  • lriqiic dii

  • rét en zone sal-iaro

  • iine inarginalisatioii plurielle de la langue berbère depuis l'époque phénicierii-ie


Publié le : vendredi 8 juin 2012
Lecture(s) : 26
Tags :
Source : aan.mmsh.univ-aix.fr
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins