Las messorgas texte occitan français fichier audio du texte en occitan

Publié par

Niveau: Secondaire, CAP
5Las messorgas Tradicional Un còp èra un rei que sa barba èra blanca. Aqueste rei èra vièlh coma tot. D'unes disián qu'aviá cent ans de dimenges. Mas aquò l'empachava pas brica d'èsser curiós qu'es pas de creire. Voliá totjorn saupre çò que se passava de pel mond. Alara, quand n'aguèt acabat amb las guèrras, amb los dragons e quand aguèt maridadas sas sèt filhas, li venguèt una idèa. Se sentissiá pas de partir en viatge toristic per faire lo torn de la planeta, e doncas mandariá de messatgièrs d'en pertot, amb la mission de tornar al cap de tres meses per li contar çò qu'aurián vist per camin. E los messatgièrs partiguèron doncas, als quatre cantons del país ... D'aquel temps, lo Rei, espèra qu'esperaràs, impacient coma vos podètz figurar. 38

  • fan las

  • uòu d'aqueste

  • pòrta del

  • soscar lo

  • èra vièlh

  • rei curiós

  • fedas fan d'uòus dins

  • rei


Publié le : mercredi 20 juin 2012
Lecture(s) : 21
Source : crdp-montpellier.fr
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
5
Las messorgas
Tradicional
Un còp èra un rei que sa barba èra blanca.
Aqueste rei èra vièlh coma tot. D’unes disián
qu’aviá cent ans de dimenges. Mas aquò
l’empachava pas brica d’èsser curiós qu’es pas
de creire. Voliá totjorn saupre çò que se passava
de pel mond. Alara, quand n’aguèt acabat amb
las guèrras, amb los dragons e quand aguèt
maridadas sas sèt filhas, li venguèt una idèa. Se
sentissiá pas de partir en viatge toristic per faire
lo torn de la planeta, e doncas mandariá de
messatgièrs d’en pertot, amb la mission de
tornar al cap de tres meses per li contar çò
qu’aurián vist per camin.
E los messatgièrs partiguèron doncas, als
quatre cantons del país ...
D’aquel temps, lo Rei, espèra qu’esperaràs,
impacient coma vos podètz figurar.
38
Un matin, tres meses aprèp, qualqu’un
tustèt a la pòrta del castèl.
« Sès tu, messatgièr? E d’ont vènes?
– De Barbaria, Majestat, a cinc cents legas
d’aicí!
– E de qué veguères doncas, en Barbaria?
– De
causas
espectaclosas:
fan
las
vendémias dins los prats, segan las vinhas e las
femnas passan lor temps quilhadas suls
ajocadors. Son las galinas que fan la cosina!
– Aquela empega! faguèt lo rei, e aprèp?
– Majestat, en Barbaria, los estanhs e las
ribièras creman, coma de palha!
– Aquela tuba, diguèt lo rei. Aquò’s pas
possible, es una messorga. En Barbaria, i sès pas
anat! Gardas, metetz-lo en preson, qu’aqueste es
un brave messorguièr. »
Un pauc aprèp, qualqu’un tustèt tornar mai
a la pòrta del castèl. Èra un segond messatgièr.
El tanplan, veniá de Barbaria, çò disiá:
« Majestat, en Barbaria, los cagaròls lauran
los rocasses, las vacas cantan las vèspras, las
fedas fan d’uòus dins lo fen e las truèjas los
covan!
– E puèi? demandèt lo rei curiós.
– Ai vist de carpas e de trochas se sauvar
pels aires, amb la coa tota rabinada!
39
– Macarèl! se diguèt lo rei, deviá èsser
perque los estanhs e las ribièras cremavan.
L’autre messatgièr aurà dich la vertat. Fasetz-lo
sortir! »
E un tresen messatgièr arribèt a son torn.
Portava tanben de nòvas… de Barbaria:
« Dins aqueste país, los gats e los cans
colan la bugada. Los òmes caminan sul cap e
l’aiga de la mar es sucrada! Ai vist un aucelàs
tan gròs que podiá cobrir una vila coma la vòstra
pas qu’amb son ala!
– Aquò, non! Aquò se pòt pas! Un aucèl
mai gròs que ma capitala! Gardas, metetz-me lo
en preson aqueste gròs messorguièr! »
Just a aqueste moment, tòrnan tustar a la
pòrta. Es encara un messatgièr, lo quatren, que
pòrta tanben de nòvas… de Barbaria:
« Majestat, dins aqueste país estranh, ai
brandussat una prunièra que portava de peras e
n’an tombat de figas! Una cigala m’a mordut lo
talon e del còp, ai pissat de sang per l’aurelha!
– E puèi?
– E ben, sus la plaça de la vila, las gènts
fasián rotlar un uòu que seriá pas passat pèr la
pòrta de vòstre castèl! »
Aquò faguèt soscar lo Rei:
« Me damne! deviá èsser l’uòu d’aqueste
40
famósaucelàsqueneparlètlotresenmessatgièr,
lo bogre a pas mentit! Gardas, desliuratz lo
presonièr! »
E un autre messatgièr, lo cinquen, que se
presenta:
« Ai vist un caulet gròs, gròs! Mai gròs que
vòstre castèl!
– Messorga, mentariá, colhonada! Aquò se
pòt pas. En preson lo barjacaire! Li aprendrà a
galejar e mai a colhonar! »
Mas, aquí-n’as un autre, lo sieisen,
qu’arriba:
« Majestat, ai vist un pairòl tan grand que
tota la Vila auriá pogut dançar dedins la farandola
e mai la giga!
– Fotral! saique, èra pèr faire còser lo
caulet que l’autre ne parlèt. Fasètz-lo sortir de
preson, diguèt lo Rei curiós. N’i a, pr’aquò, de
causas espectaclosas de pel mond! »
42
100
Les mensonges
Traditionnel
Il était une fois un roi qui avait la barbe
blanche. Ce roi était très vieux. Certains disaient
qu’il avait cent ans. Mais cela ne l’empêchait pas
du tout d’être curieux, incroyablement curieux. Il
voulait toujours savoir ce qui se passait dans le
monde. Alors, quand il en eut fini avec les
guerres, avec les dragons et quand il eut marié
ses sept filles, il lui vint une idée. Il n’avait pas
envie de partir en voyage touristique pour faire le
tour de la planète, et donc il enverrait partout des
messagers, avec pour mission de revenir au bout
de trois mois pour lui raconter ce qu’ils auraient
vu en route.
Donc les messagers s’en allèrent aux
quatre coins du pays…
Pendant ce temps-là, le roi attendait,
attendait,
impatient
comme
vous
pouvez
l’imaginer.
101
Un matin, trois mois après, quelqu’un
frappa à la porte du château.
« C’est toi, messager? D’où viens-tu?
– De Barbarie, Majesté, à cinq cents lieues
d’ici!
– Et alors qu’est-ce que tu as vu en
Barbarie?
– Des choses extraordinaires! Ils font la
vendange dans les prés, ils moissonnent les
vignes et les femmes passent leur temps juchées
sur les perchoirs. Ce sont les poules qui font la
cuisine!
– Cette blague! dit le roi, et après?
– Majesté, en Barbarie, les étangs et les
rivières brûlent comme de la paille!
– Elle est bien bonne! dit le roi. Ce n’est
pas possible, c’est un mensonge. En Barbarie, tu
n’y es pas allé! Gardes, mettez-le en prison!
C’est un fieffé menteur! »
Peu après, quelqu’un frappa à nouveau à la
porte du château. C’était le second messager.
Lui aussi venait de Barbarie, à ce qu’il disait:
« Majesté, en Barbarie, les escargots
labourent les rochers, les vaches chantent les
vêpres, les brebis font des œufs dans le foin et
les truies les couvent!
– Et puis? demanda le roi, curieux.
102
– J’ai vu des carpes et des truites s’enfuir
dans les airs, avec la queue toute brûlée!
– Bon sang, se dit le roi, ce devait être
parce que les étangs et les rivières brûlaient.
L’autre messager m’aura dit la vérité. Faites-le
sortir! »
Et un troisième messager arriva à son tour.
Il apportait lui aussi des nouvelles… de Barbarie.
« Dans ce pays, les chats et les chiens font
la lessive. Les hommes marchent sur la tête et
l’eau de la mer est sucrée! J’ai vu un oiseau
géant qui pouvait couvrir une ville comme la
vôtre d’une seule aile!
– Ça non! Ce n’est pas possible! Un oiseau
plus gros que ma capitale! Gardes, mettez-moi
en prison ce gros menteur! »
Juste à ce moment, on frappe encore à la
porte. C’était encore un messager, le quatrième,
qui lui aussi apporte des nouvelles… de Barbarie.
« Majesté, dans cet étrange pays, j’ai
secoué un prunier qui portait des poires. Il en est
tombé des figues! Une cigale m’a mordu le
talon, et du coup, j’ai pissé le sang par l’oreille!
– Et puis?
– Et bien, sur la place de la ville, les gens
faisaient rouler un œuf qui ne serait pas passé
par la porte de votre château! »
103
Cela lui donna à réfléchir.
« Mon dieu! Ce devait être l’œuf de ce
fameux oiseau géant dont parla le troisième
messager. Le bougre n’a pas menti! Gardes,
délivrez le prisonnier! »
Un autre messager se présente, le
cinquième:
« J’ai vu un chou gros, très gros, plus gros
que votre château!
– Mensonge,
menterie,
sottise!
C’est
impossible. En prison, le beau parleur! Ça lui
apprendra à plaisanter et à dire des bêtises! »
Mais en voici un autre, un sixième:
« Majesté, j’ai vu un chaudron si grand que
toute la ville aurait pu danser la farandole
dedans, et même la gigue!
– Fichtre! C’était sans doute pour faire
cuire le chou dont a parlé l’autre. Faites-le sortir
de prison, dit le roi curieux. Il y en a beaucoup, en
vérité, des choses extraordinaires dans le
monde! »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi