SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CAP FORMATION

De
Publié par

Niveau: Secondaire, CAP
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CAP FORMATION 2006 JANVIER 2004

  • actions permettant le transfert des savoirs et des savoir-faire

  • guide d'orientations et d'actions pour le développement de la formation

  • formation au service du parcours professionnel des agents

  • formation au service des priorités du contrat d'action pluriannuel


Publié le : mercredi 20 juin 2012
Lecture(s) : 47
Source : dgdr.cnrs.fr
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins
SECRÉTARIAT GÉNRÉLAIDERTCOI NEDRES OUSSESRCUM HENIAS
CAP FORMATION 2006
JANVIER 2004
SOMMAIRE
AVANT-PROPOS DE BERNARD LARROUTUROU INTRODUCTION LA FORMATION AU SERVICE DES PRIORITÉS DU CONTRAT D’ACTION PLURIANNUEL 1La formation pour favoriser l’interdisciplinarité La formation pour la valorisation et la qualité 3La formation la construction européenne de la recherche et 4La formation, vecteur de responsabilisation des acteurs LA FORMATION AU SERVICE DU PARCOURS PROFESSIONNEL DES AGENTS 1Renforcer le suivi de la formation pour favoriser le développement des compétences 2les actions d’aide à la conduitePromouvoir de projet d’évolution professionnelle pour favoriser les mobilités fonctionnelles 3Favoriser les actions permettant le transfert des savoirs et des savoir-faire L’INGÉNIERIE DE LA FORMATION RENFORCÉE 1Préciser et coordonner le rôle des acteurs 2Contractualiser avec les partenaires 3Développer l'évaluation des résultats des actions et assurer une évaluation de la politique de formation 4Améliorer le plan de formation d’unité 5Assurer une assise aux formations nationales et donner une position aux formateurs 6Élargir la palette pédagogique
S O M M A I R E – 3
5 7 9 9 11 11 12 15 15 16 17 19 19 20 20 21 22 23
C A P F O R M A T I O N 2 0 0 6 –5
AVANT-PROPOS DE BERNARD LARROUTUROU
Guide d’orientations et d’actions pour le développement de la formation au CNRS, le plan pluriannuel formation 2006 est le fruit d’un travail qui a mobilisé tout au long de l’année 2003 un grand nombre d’acteurs.
Répondant aux préoccupations majeures de notre établissement – l’interdisciplinarité, la valorisation des résultats de la  recherche, et la construction de l’espace européen de la recherche – il se place aussi au service des agents et de leur évolution professionnelle.
Dès 2004, première année de la mise en œuvre de ce plan pluriannuel de formation, j’ai souhaité, malgré un contexte budgétaire contraint, affirmer cet engagement en dotant la formation de crédits en augmentation, pour une enveloppe globale de près de 11 millions d’euros.
Au terme d’une période de trois ans, l’évaluation des résultats des actions réalisées permettra de mesurer de quelle manière la formation aura été un levier important d’accroissement des connaissances et des savoir-faire au sein du CNRS, pour amplifier les réussites de l’établissement et l’épanouissement de ses personnels.
INTRODUCTION
La recherche dans tous les champs disciplinaires, l’acqui-sition de nouvelles connaissances, leur valorisation et leur diffusion constituent les missions du CNRS. Afin de “cibler les domaines sur lesquels le CNRS doit agir en première priorité dans les prochaines années”, le premier Contrat d’Action Pluriannuel CNRS-Etat 2002-2005 (CAP) a été élaboré. Signé le 21 mars 2002, il définit les principales priorités scientifiques ainsi que les domaines d’action de la conduite de la recherche. Le présent cadre pluriannuel de formation CAP FORMATION 2006 fournit les principaux éléments de politique de forma-tion des personnels à mettre en place ou à consolider pour accompagner la stratégie du CNRS en vue de la réalisation du Contrat d’Action Pluriannuel CNRS-Etat. La stratégie scientifique de l’établissement est le fondement essentiel de la formation, même si elle n’en est pas l’élément exclusif. Moyen important d’appui de la politique scientifique, levier de développement d’une politique de ressources humaines de l'organisme, la formation est également un droit et concerne donc chacun : technicien, administratif, ingénieur, chercheur. Cela implique que la participation à des forma-tions, outre l’impulsion donnée par un responsable hiérar-chique, doit pouvoir être aussi le fait d’une initiative de la personne. La formation est non seulement le moyen d’ac-croître les compétences individuelles des agents mais aussi la clé de voûte de développement de cultures collectives dans les laboratoires ou les structures. Présente dans l’organisme depuis sa création, elle s’est largement développée au CNRS depuis la fin des années 80 selon les axes définis dans les trois premiers plans
I N T R O D U C T I O N –7
triennaux de formation. Dans l’esprit de l’accord-cadre sur la formation continue dans la fonction publique de l’État signé le 22 février 1996, ce développement sera soutenu par une augmentation régulière de la part de la masse salariale actuelle consacrée à la formation. L’évolution de la formation, ces dernières années, a permis des avancées : la généralisation des Plans de Formation d’Unités (PFU) qui intègrent celle-ci dans la démarche scientifique des laboratoires, l’accès d’une plus large part de l’ensemble des personnels à la formation. Dans les années à venir, l’effort portera sur une meilleure intégration de la formation à la conduite de la politique scientifique et une optimisation de ses effets grâce à l’amélioration de son évaluation. Ce nouveau cadre pluriannuel se situe à la fois dans la continuité du travail réalisé les années passées et dans la perspective d’actions nouvelles. Il indique les directions for-tes devant fonder la politique de formation mais n'élimine en rien les initiatives qui pourraient être prises au plus près des bénéficiaires de la formation que sont les personnes et les collectifs de recherche. Dans cette optique, le CAP FORMATION 2006 s’appuie sur deux axes principaux auxquels la formation doit contribuer : • la formation au service des priorités du Contrat d’Action Pluriannuel, • la formation au service de la carrière des agents. Il définit les principales actions de formation ainsi que leurs indicateurs de suivi. Enfin, un troisième axe, concerne le renforcement de l’ingénierie de la formation et les conditions de réussite nécessaires à la réalisation de ce plan.
L A F O R M A T I O N A U S E R V I C E D E S P R I O R I T É S D U C O N T R A T D ’A C T I O N P L U R I A N N U E L -9
LA FORMATION AU SERVICE DES PRIORITÉS DU CONTRAT D’ACTION PLURIANNUEL
LA DIRECTION SCIENTIFIQUELe CNRS répondra aux enjeux auxquels il est confronté que grâce à l’implica-DE DÉPARTEMENTtion de ses personnels. Le développement des compétences individuelles et col-Lieu de définition des orientations scientifiqueslectives est ainsi une des conditions de réussite nécessaires à son rayonnement. La direction du département définit, dans le1LA FORMATION POUR FAVORISER cadre de la Direction Générale, les axes etL’INTERDISCIPLINARITÉ orientations scientifiques et technologiques précis à promouvoir. Elle peut impulser desL’interdisciplinarité est aujourd’hui requise par la plupart des grandes théma-actions nationales pour appuyer ses choixtiques autour desquelles s’organise la recherche. La priorité stratégique de scientifiques, elle est en particulier lel’interdisciplinarité doit être mise en œuvre à tous les niveaux de l’organisme. commanditaire1des écoles thématiques et est,La formation à l'interdisciplinarité portera sur le croisement des compétences à ce titre, responsable de leur évaluation. Leet des communautés. Les actions suivantes seront mises en place : nouveau « guide et recommandations pour les comités d’évaluation des unités de recherche »ACTION 1 demande clairement à ces comités d’évaluerOuverture aux autres disciplines.L’objectif est de permettre le choc et la la politique de gestion des ressourcescultures par l’acquisition des concepts et du vocabulaire d’une autrediffusion des humaines (recrutement, prévision des res-discipline. Formations théoriques, du type “biologie pour les chimistes” ou sources humaines, plan de formation , lien“physique pour les biologistes”, pouvant s’assimiler à une vulgarisation des avec les ré-orientations ou les reconversionsconcepts de base d’une discipline à des spécialistes d’une autre discipline. Le proposées dans le projet scientifique..). A cechercheurs, ingénieurs et doctorants. L’école thématique oupublic visé sera les titre, la direction scientifique doit renforcer sonl’atelier scientifique sont des modalités pédagogiques possibles. Les écoles rôle d'impulsion et de validation des Plans dethématiques interdisciplinaires, dans leur ensemble, devront représenter plus Formation d'Unités (PFU).de la moitié des écoles soutenues.
Le chargé de mission formation du départe-ACTION 2 ment scientifique (CMDS),nommé dansAteliers du savoir.de faire le point de l'état de l'art d'une disciplineL’objectif est chaque département, prépare les analyses etou d’une thématique en présentant les dernières avancées, les verrous, les les synthèses pour que la direction scienti-contradictions devant un panel interdisciplinaire pour échanger, critiquer en com-
1 0’A C T I O N  D O N T R A T C U D R I O R I T É S P E S D E R V I C E S U A O R M A T I O N A F- LI A N N U E L L U R  P
fique, éventuellement assistée d’un comité d’orientation , élabore ses orientations et ses priorités en formation. Il assure une fonction de veille à partir des plans et bilans régionaux de formation. Il travaille avec la Direction des Ressources Humaines à la traduction de la prospective scientifique en maquettes de for-mation dont la mise en œuvre sera proposée aux régions, en tenant compte des pôles de compétences régionaux. Il collabore avec les conseillers régionaux de formation à la conception d’actions de formation scientifiques (écoles thématiques, ateliers, stages, tutorats…) de sa compétence. Le CMDS joue un rôle essentiel auprès du Comité National (CN) et des correspondants formation des sections du CN (CFCN). Son rôle consiste à intégrer la dimension RH/formation à la réflexion de la section, notamment en ce qui concerne l’évaluation des plans de formation des unités et celle des projets d’écoles thématiques. Avec la section, il peut conduire l’évaluation des actions scientifiques, l’élaboration d’un schéma directeur pour la formation dans les disciplines de la section, faire un état des lieux des offres de formation des laboratoires de la section. Les CFCN n’ont pas un rôle opérationnel bien qu'ils puissent eux-mêmes en tant que scientifiques être promoteurs d'école. Ils peuvent être amenés, comme le CMDS, à participer à la commission régionale de leur délégation d’origine.
(1 ) Le come dereaist eaitndd iudiclec q iu la pertinence de laction et qui en porte les finalits.
parant, extrapolant, modélisant,…. Le public visé sera les chercheurs, ingénieurs et doctorants. Chaque département scientifique impulsera, dans le cadre des 5 grands secteurs interdisciplinaires retenus par le Contrat d’Action Pluriannuel, un atelier par an. ACTION 3 Immersion formatrice dans les unités.L’objectif est, pour les chercheurs, ingé-nieurs, techniciens et doctorants, d’acquérir et d’approfondir des méthodologies et techniques “in situ”. Cela suppose que les unités, et en particulier les Groupements de Recherche (GDR), présentent leur offre de formation et leurs possibilités d’accueil dans leur plan de formation. Les délégations seront invitées à établir la liste de ces offres pour une diffusion par la Direction des Ressources Humaines, après validation par les départements scientifiques. ACTION 4 Soutien à l’acquisition de doubles compétences par des formations diplômantes. L'objectif est d'accompagner chercheurs, ingénieurs et techniciens qui souhai-tent élargir leur champ de compétences par un diplôme dans une discipline autre que celle de leur formation initiale. L’indicateur retenu sera l’évolution du nom-bre de diplômes complémentaires au cours de la réalisation de ce plan. ACTION 5 Une structure d’appui à la conception d’actions nationales scientifiques sera mise en place au sein de la Direction des Ressources Humaines.Se basant sur les prospectives en matière d'emplois et les prospectives scientifiques, son objec-tif sera, en partenariat avec les départements scientifiques, de concevoir et de piloter des actions nationales, en particulier interdisciplinaires, ou de réaliser des «maquettes» qui seront mises en œuvre au niveau régional ou interrégional.
L A F O R M A T I O N A U S E R V I C E D E S P R I O R I T É S D U C O N T R A T D ’A C T I O N P L U R I A N N U E L -1 1
2LA FORMATION POUR3LA FORMATION LA VALORISATION ET ET LA CONSTRUCTION LA QUALITÉ EUROPÉENNE DE LA RECHERCHE Dans un environnement mondial en évolution rapide, où le progrès scientifique et technique est la source principale Un des enjeux du CNRS est de tenir un rôle structurant dans du développement économique, une des missions la construction de l’espace européen de la recherche. Cette majeures du CNRS est de contribuer à l’effort national de stratégie nécessite l’intensification des collaborations avec valorisation des résultats de la recherche, tant sur le plan les universités et organismes nationaux et ceux économique que sur le plan culturel et social. d’autres pays. Elle passe aussi par l’adaptation des outils Cette politique d’ouverture vers le monde socio-économique au cadre européen et la collaboration des chercheurs sous implique que des actions déterminées soient développées des formes et des structures adaptées. pour sensibiliser et former les personnels au rôle que doit jouer le CNRS dans la maîtrise des résultats de laACTION 9 recherche et de la valorisation, et le transfert des connais- Formations spécifiques conduisant à la maîtrise des sances. Les actions suivantes seront donc mises en œuvre nouveaux outilset des procédures de la gestion de la à cette fin :recherche dans le cadre du 6èmePCRDT. Le public visé sera les chercheurs et ITA appelés à travailler sur les projets ACTION 6européens. L’indicateur retenu sera l’évolution du nombre Professionnalisation des acteurs de la valorisation.Les de formations au cours de ce plan.  acteurs de la valorisation recevront une formation technique dans les domaines de la propriété intellectuelle, desACTION 10 contrats, etc … Le public concerné est les personnels desStages à l'étranger pour les ingénieursamenés à travailler Services Partenariat et Valorisation, les directeurs d'unité, sur les projets européens. Ils doivent leur permettre de les personnes amenées à devenir correspondants mieux intégrer la dimension européenne à travers l’appré-valorisation dans chaque unité (cette formation étant une hension d’autres modes d’organisation, de méthodologies,… condition pour avoir cette qualité). L’indicateur retenu sera L’indicateur retenu sera , pour un laboratoire engagé dans l’évolution du nombre de formations au cours de ce plan. un contrat européen, les échanges d’ingénieurs qui auront lieu pendant la durée du contrat. ACTION 7 Sensibilisation systématique à la valorisation à l'entrée auACTION 11 CNRS. Les premiers éléments relatifs à la valorisationSensibilisation à la dimension européenne à l’entrée au eront enseignés à l' sion de l’accueil des nouveauxCNRS.A l'occasion de l'accueil des nouveaux entrants, les s occa entrants. L'indicateur retenu sera la présence d'une enjeux européens seront présentés. L'indicateur retenu sera séquence “valorisation” dans les programmes d’accueil des la présence d'une séquence “Europe” dans les programmes entrants. d’accueil des entrants. ACTION 8 ACTION 12 Développement des formations visant la généralisation,laDéveloppement des compétences linguistiques.L’ouverture diffusion et les échanges sur les bonnes pratiques de labora- à la dimension européenne de la recherche sera appuyée toire et au delà sur la démarche qualité. L’indicateur retenu par le développement de l’apprentissage et du perfection-sera l’évolution du nombre de formations au cours de ce plan. nement des langues.
1 2 O R M A T I O N F A– L E R V I C E S U A P R I O R I T É S D E S C O N T R A T D U’A C T I O N P D  L U R I A N N U E L
4LA FORMATION, VECTEUR DE RESPONSABILISATION DES ACTEURS Pour que chacun, à son niveau, soit pleinement investi de la responsabilité qui lui revient dans l’organisme, il doit connaître le contenu de ses responsabilités et son envi-ronnement professionnel, disposer des outils pour piloter et rendre compte de son action. 4.1FORMATIONS SYSTÉMATIQUES À LA PRISE DE NOUVELLES FONCTIONS ET INTÉGRATION DES NOUVEAUX ENTRANTS La prise de fonction initiale et tout changement de fonction impliquent une période d’adaptation, d’autant mieux vécue qu’elle est préparée et accompagnée. Pour cela, les dispositions suivantes seront mises en place : ACTION 13 Dispositif d’accueil de l’ensemble des entrants.Outre les points présentés ci-dessus (valorisation et Europe), ce dispositif présentera de manière intégrée l’organisation du CNRS, sa dimension régionale, sa structuration au plan scientifique. Il développera chez le nouvel entrant un sentiment d'appartenance à l'établissement. L’indicateur sera le ratio nombre de participants / nombre d’entrants. Cet indicateur distinguera les «vrais» entrants de ceux qui ont déjà une connaissance du CNRS. ACTION 14 Formations collectives et dispositifs d’accompagnement à la prise de fonction(suite au recrutement ou à une mobili-té fonctionnelle). Des dispositifs de formation à la prise de fonction d’ITA, identiques à ceux mis en place pour les métiers de l'administration de la recherche (BAP H), seront conçus pour au moins deux autres BAP à préciser, parmi celles concernant des métiers en fort renouvellement ou en appui à de nouvelles technologies ou dans des secteurs scientifiques en forte évolution. En l'absence de formation de ce type, pour les personnels nouvellement recrutés dans une fonction spécifique, des parcours individualisés de
formation, dans le cadre de Plans Individuels de Formation (PIF), seront mis en œuvre dans la première année de prise de fonction. Le ratio PIF engagés / nombre d'agents ayant pris des fonctions dans la BAP sera un des indicateurs retenus. ACTION 15 Accompagnement de la prise de fonction par un tuteur.Le tuteur permettra la transmission non seulement des savoir-faire, méthodes et savoirs mais aussi les positions et dispositions nécessaires au bon exercice, en particulier dans les métiers sensibles. L’indicateur retenu sera le ratio nombre de tutorats engagés / nombre de mobilités fonctionnelles. 4.2FORMATIONS À LA FONCTION DE CHEF DE PROJET ET À LA CULTURE DE PROJET La multiplication des réseaux européens et leurs interactions mettent en lumière l’actualité et la nécessité d’une culture de projet. Si, dans les instituts nationaux des sciences de l’univers et de la physique nucléaire et physique des particules, le vivier et les habitudes de travail ont conduit à mettre en place un certain nombre d’emplois de ce type, la diffusion vers les autres départements reste à faire. La contribution de la formation sera la suivante : ACTION 16 Formations spécifiques pour accompagner la fonction de chef de projet scientifique ou technologique.Elles s’intè-greront dans des parcours de formation, s’appuyant sur des référentiels de compétences élaborés par l’Observatoire des métiers. L’ objectif est de permettre la prise en charge d’un projet et de le mener à son terme. Elles s’adresseront aux responsables scientifiques, aux chefs de projet. L’indicateur retenu sera l’évolution du nombre de formations au cours de ce plan.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.