2011-11-30 Vérification de l'optimisation des ressources – Rapport ...

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : des cinq années suivantes
  • revision
Vérification de l'optimisation des ressources Automne 2011 2-1 Rapport du Vérificateur général du Québec à l'Assemblée nationale pour l'année 2011-2012 Vérification de l'optimisation des ressources Automne 2011 2chapitre Actions gouvernementales visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale Entité vérifiée : ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale•
  • stratégie nationale de lutte contre la pauvreté
  • prime au travail
  • investissements pour la construction de logements sociaux et de logements au nunavik
  • instauration du fonds de lutte contre la pauvreté par la réinsertion au travail
  • action gouvernementale
  • action gouvernementaux
  • exclusions sociales
  • exclusion sociale
  • pauvreté
  • objectif
  • objectifs
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 44
Source : vgq.qc.ca
Nombre de pages : 30
Voir plus Voir moins

Rapport du Vérifcateur général du Québec
à l’Assemblée nationale pour l’année 2011-2012
Vérifcation de l’optimisation des ressources
Automne 2011
chapitre 2
Actions gouvernementales visant à lutter
contre la pauvreté et l’exclusion sociale
Entité vérifée :
• ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale
Vérifcation de l’optimisation des ressources
Automne 2011 2-1Chapitre 2
table des matières Paragraphe
Faits saillants
Mise en contexte ......................................................................................................................................... 2.1
Objectif et portée de notre vérifcation ................................................................................................. 2.10
résultats de notre vérifcation
Planifcation gouvernementale ....................................................................................................... 2.14
Suivi des mesures et évaluation des résultats .............................................................................. 2.34
Respect des échéances ................................................................................................................... 2.48
Conclusion générale ......................................................................................................................... 2.51
annexe 1 – Objectif de vérifcation et critères d’évaluation
annexe 2 – Mesures du Plan d’action gouvernemental pour la solidarité
et l’inclusion sociale 2010-2015
annexe 3 – comparaison avec d’autres administrations publiques quant à la planifcation
de la lutte contre la pauvreté
Les commentaires du ministère apparaissent au paragraphe 2.53 de ce rapport.
Abréviations et sigles
CLE Centre local d’emploi OCDE Organisation de coopération
et de développement économiquesMESS Ministère de l’Emploi
et de la Solidarité sociale
Rapport du Vérifcateur général du Québec
2-2 à l’Assemblée nationale pour l’année 2011-2012Actions gouvernementales visant à lutter
contre la pauvreté et l’exclusion sociale
Faits saillants
Objectif résultats de la vérifcation
des travaux
Nous présentons ci-dessous les principaux constats que nous avons faits
lors de la vérifcation concernant les actions gouvernementales visant à lutterN o s t r a v a u x o n t p o r t é
sur la Stratégie nationale contrelapauvretéetl’exclusionsociale.
de lutte contre la pauvreté et
l’exclusion sociale rendue Le MESS n’a pas donné de directives aux ministères et organismes quant
p u b l i q u e e n 2 0 0 2 e t s u r aux mesures à proposer pour les plans d’action. I l n ’ a p a s f o r m u l é d e
l e s d e u x p l a n s d ’ a c t i o n critères précis afn d’orienter les entités ni exigé la présence de cibles de
gouvernementaux qui résultats et d’échéanciers associés aux mesures proposées. Par conséquent,
e n d é c o u l e n t . L e p r e m i e r les plans adoptés contiennent une multitude de mesures qui ne présentent
p l a n d ’ a c t i o n ( 2 0 0 4 - 2 0 1 0 ) pastoujourslacohérencesouhaitée.
p r é s e n t e 4 7 m e s u r e s p o u r
Le MESS n’a pas déterminé de quelle manière devaient être établies les d e s i n v e s t i s s e m e n t s d e
p r è s d e 4 , 5 m i l l i a r d s d e sommes à inclure dans le calcul des investissements annoncés dans les
deux plans d’action. En fait, il ne s’est pas assuré que les sommes considéréesd o l l a r s . L e s e c o n d p l a n
(2010-2015) propose avaient été calculées sur la même base, ce qui aurait favorisé la cohérence
entre les différents investissements. Par conséquent, il n’est pas possible7 0 m e s u r e s q u i t o t a l i -
s e r o n t p r è s d e 7 m i l l i a r d s d’avoiruneimagefdèledelaréalité.
de dollars d’investisse -
Les rapports annuels d’activité, prévus dans la loi et servant à rendre ments. Plus particuliè -
compte du plan d’action gouvernemental, sont incomplets et manquent r e m e n t , n o t r e v é r i f c a t i o n
de clarté. Ils permettent diffcilement de mesurer les progrès réalisés au regarda v a i t p o u r o b j e c t i f d e n o u s
desmesuresetd’estimerlecheminqu’ilresteàparcourir .a s s u r e r q u e l e m i n i s t è r e d e
l ’ E m p l o i e t d e l a S o l i d a r i t é
Le MESS n’a pas planifé adéquatement le suivi des mesures incluses s o c i a l e ( M E S S ) c o o r d o n n e
dans les plans d’action et l’évaluation des résultats. L e s p r i n c i p a l e sl a m i s e e n œ u v r e d e c e t t e
m e s u r e s q u a n t à l ’ i m p o r t a n c e d e s i n v e s t i s s e m e n t s o n t f a i t l ’ o b j e t d e t r a v a u xplanification gouver -
d’évaluation, mais l’exercice d’évaluation dans son ensemble est incompletnementale par l’instau -
et n’a pas été réalisé en temps opportun.r a t i o n , e n c o l l a b o r a t i o n
a v e c s e s p a r t e n a i r e s , d e
Plusieurs échéances prévues dans la loi en ce qui concerne le dépôt de m é c a n i s m e s d e g e s t i o n
rapports ou d’avis n’ont pas été respectées.qui permettent l’accom -
p l i s s e m e n t e t l e s u i v i
L’exercice de planifcation gouvernementale aurait dû faire l’objet d’un e f f c a c e d e s a c t i o n s a i n s i
cadre d’application plus rigoureux, même si les mécanismes mis en q u e l ’ é v a l u a t i o n c o n c r è t e
place peuvent contribuer à la sensibilisation et à la concertation des d e s r é s u l t a t s , d a n s l e b u t
différents intervenants. I l e n r e s s o r t q u e l e s b a s e s n é c e s s a i r e s à u n s u i v id ’ o b t e n i r d e s p r o g r è s
de la mise en œuvre des mesures et surtout à l’évaluation des résultatsdurables.
sont insuffsantes.
L e r a p p o r t e n t i e r e s t
d i s p o n i b l e s u r l e s i t e
http://www .vgq.qc.ca.
Vérifcation de l’optimisation des ressources
Automne 2011 2-3Chapitre 2
recommandations
L e V é r i f c a t e u r g é n é r a l a Recommandationsauministère
formulé des recomman -
1 Établir des critères précis concernant le choix des mesures à inclure
d a t i o n s à l ’ i n t e n t i o n d u
dans un prochain plan d’action relatif à la Stratégie nationale de lutte
M E S S . C e l l e s - c i s o n t
contre la pauvreté et l’exclusion sociale.
p r é s e n t é e s i n t é g r a l e m e n t
2 Veiller à ce que des cibles de résultats et des échéanciers soient associés ci-contre.
aux mesures proposées.
L ’ e n t i t é v é r i f i é e a e u
3 Mettre en place les mécanismes de gestion nécessaires pour que, l ’ o c c a s i o n d e t r a n s m e t t r e
dans un prochain plan d’action, les investissements considérés soient s e s c o m m e n t a i r e s , q u i
cohérents entre eux et avec les différentes mesures du plan.sont reproduits au para-
g r a p h e 2 . 5 3 . N o u s t e n o n s 4 S’assurer qu’un suivi des mesures incluses dans le plan d’action et une
à s o u l i g n e r q u ’ e l l e a évaluation régulière des résultats associés à ces mesures sont effectués.
adhéré à toutes les recom -
5 Parfaire sa reddition de comptes en améliorant le contenu du rapport
mandations.
annuel d’activité.
6 Prendre les moyens nécessaires afn que les échéances prévues dans
la loi soient respectées.
Rapport du Vérifcateur général du Québec
2-4 à l’Assemblée nationale pour l’année 2011-2012Actions gouvernementales visant à lutter
contre la pauvreté et l’exclusion sociale
Mise en contexte Équipe :
Marie Claude Ouimet
Directrice de vérifcation
2.1 La Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale , adoptée
Jérémie Bégin
en 2002, vise à guider le gouvernement et l’ensemble de la société
Sonya Pageau
québécoise vers la planifcation et la réalisation d’actions pour
Martin St-Louis
combattre la pauvreté, en prévenir les causes, en atténuer les effets
sur les individus et les familles, contrer l’exclusion sociale et tendre
vers un Québec sans pauvreté. Cette loi institue une stratégie nationale de lutte contre la
pauvreté et l’exclusion sociale qui a pour objectif d’amener progressivement le Québec,
d’ ici 20 13, au no mbre de s na tio ns in dust ria lisé es co mpt ant le mo ins de pe rson nes
pauvres. Afn d’atteindre les buts poursuivis par la stratégie, la loi détermine cinq orien -
tations autour desquelles doivent s’articuler les actions menées par le gouvernement et
l’ensemble de la société québécoise :
• p r é v e n i r l a p a u v r e t é e t l ’ e x c l u s i o n s o c i a l e e n f a v o r i s a n t l e d é v e l o p p e m e n t d u p o t e n t i e l
despersonnes;
• renforcerlefletdesécuritésocialeetéconomique ;
• favoriserl’accèsàl’emploietvaloriserletravail;
•l’engagementdel’ensembledelasociété;
• assurer ,àtouslesniveaux,laconstanceetlacohérencedesactions.
2.2 Le MESS a pour responsabilité d’assurer la coordination des actions des ministères et
organismes concernés par la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Les partenaires
gouvernementaux du MESS, dont le ministère de la Santé et des Services sociaux, le
ministère des Finances du Québec et la Société d’habitation du Québec, doivent proposer
desmesurespourcontribueràl’atteintedel’objectifénoncédanslastratégie.
2.3 D’autre part, la loi prévoit également la constitution d’un comité consultatif, composé
de personnes travaillant en dehors de la fonction publique. Ce comité a notamment
p o u r r ô l e d e c o n s e i l l e r l e m i n i s t r e d a n s l ’ é l a b o r a t i o n , l a m i s e e n œ u v r e e t l ’ é v a l u a t i o n
des actions déterminées dans le cadre de la stratégie nationale. De plus, la loi prévoit la
création d’un observatoire de la pauvreté et de l’exclusion sociale, qui doit entre autres
proposer au ministère une séried’indicateurs pour l’évaluationdesprogrèsréalisés dans
c e d o m a i n e . L e s a r t i c l e s d e l o i c o n c e r n a n t l ’ o b s e r v a t o i r e n e s o n t t o u t e f o i s p a s e n t r é s e n
vigueur . Cependant, le MESS a mis en place le Centre d’étude sur la pauvreté et l’exclusion,
rattaché à sa structure administrative, dont les buts poursuivis sont analogues à ceux
de l’observatoire.
Vérifcation de l’optimisation des ressources
Automne 2011 2-5Chapitre 2
plans d’action gouvernementaux
2.4 La loi prévoit l’adoption de plans d’action afn que le MESS puisse assurer la mise en
œuvre de la stratégie. Un premier plan d’action en matière de lutte contre la pauvreté
et l’exclusion sociale a été élaboré pour 2004-2010. Il présentait 47 mesures que le
gouvernement entendait réaliser pour atteindre les buts poursuivis par la stratégie.
Chacune des mesures était sous la responsabilité de l’un ou de l’autre des 14 ministères
et organismes concernés.
2.5 Pour la période 2010-2015, un deuxième plan d’action gouvernemental propose 70 mesures
qui seront mises de l’avant par 16 entités. La liste des mesures, accompagnées du nom
desentitésquienassumentla responsabilité,est présentée àl’annexe2. Leplan d’action
précise également l’objectif formulé dans la stratégie nationale: le gouvernement vise à
consolider , voire à améliorer , la place du Québec parmi les principaux pays de l’Organisation
de coopération et de développement économiques (OCDE); il vise également à ce que le
Québec demeure parmi les trois meilleures provinces canadiennes, lorsque l’on considère
laproportiondepersonnesàfaiblerevenu.
2.6 Les investissements considérés par le gouvernement sont de près de 4,5 milliards de dollars
pour le premier plan d’action et de près de 7 milliards pour le second plan (tableau 1).
Notons que le coût de certaines mesures n’a pas été pris en compte pour l’établissement
de ces prévisions (voir la section«Estimationdesinvestissements liésauxmesures»).
Rapport du Vérifcateur général du Québec
2-6 à l’Assemblée nationale pour l’année 2011-2012Actions gouvernementales visant à lutter
contre la pauvreté et l’exclusion sociale
tableau 1
investissements relatifs aux plans d’action gouvernementaux (en millions de dollars)
plan d’action plan d’action
2004-2010 2010-2015 total pourcentage
Soutien du revenu
Crédit d’impôt pour la solidarité s.o. 540 540 4,7
Soutien aux enfants 1 138 1 241 2 379 20,8
Prime au travail et versement anticipé
pour les ménages sans enfants 1 070 1 195 2 265 19,8
Supplément à la prime au travail 10 35 45 0,4
Prime au travail adapté 8 20 28 0,3
Indexation des prestations d’assistance sociale 641 2 027 2 668 23,4
Bonifcation du crédit d’impôt pour maintien à domicile
d’une personne âgée s.o. 25 25 0,2
Logements sociaux
1Investissements dans le logement 878 641 1 519 13,3
autres
Bonifcation du programme Soutien aux initiatives
visant le respect des aînés s.o. 16 16 0,2
Exemption partielle des revenus de pension alimentaire 60 70 130 1,1
Maintien d’une prestation minimale à l’aide fnancière
de dernier recours 45 50 95 0,8
Fonds québécois d’initiatives sociales s.o. 115 115 1,0
2Gratuité des médicaments 99 173 272 2,4
3Rehaussement des seuils d’admissibilité à l’aide juridique 25 194 219 1,9
Fonds pour favoriser le développement des jeunes enfants
en situation de pauvreté 40 200 240 2,1
4Autres mesures 432 431 863 7,6
total 4 446 6 973 11 419 100
1. Il s’agit notamment d’investissements pour la construction de logements sociaux et de logements au Nunavik.
2. Cette mesure prévoit l’abolition du seuil applicable aux revenus de travail comme critère d’admissibilité au carnet de réclamation, afn que
les personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi puissent bénéfcier gratuitement de certains médicaments et services de santé.
3. Ce montant est actuellement en révision.
4. Les autres mesures sont notamment le Pacte pour l’emploi, les programmes d’aide et d’accompagnement social et des mesures pour
favoriser l’épargne chez les ménages à faible revenu.
Source : Ministère des Finances du Québec (données non vérifées).
2.7 Dans ce tableau, on observe que 64% des investissements prévus dans les deux plans
d’action se rapportent à trois mesures: les crédits d’impôt remboursables Soutien aux
enfants et Prime au travail, que le gouvernement a instaurés afn d’aider les familles et
d’encourager les travailleurs à faible revenu à demeurer sur le marché du travail, ainsi
que l’indexation des prestations d’assistance sociale. On peut également remarquer que,
si plusieurs mesures se retrouvent dans les deux plans, d’autres ont été mises de l’avant
dans le second plan. C’est le cas du crédit d’impôt pour la solidarité, destiné aux ménages
àfaibleetàmoyenrevenu,quipermetdecompenserleshaussesdetaxesetdetarifs.
Vérifcation de l’optimisation des ressources
Automne 2011 2-7Chapitre 2
reddition de comptes
2.8 La Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale établit un mécanisme de reddition de
comptes distinct pour les actions accomplies en la matière. En effet, elle exige du MESS
la production de rapports annuels d’activité devant être rendus publics. Cette même loi
oblige également le ministère à publier un rapport faisant état des résultats obtenus à
la suite des actions mises en œuvre par le gouvernement et l’ensemble de la collectivité
dans le cadre de la stratégie nationale. Ce rapport devait être présenté au gouvernement
au plus tard le 17 octobre 2010 et déposé à l’Assemblée nationale. Il doit être produit
touslestroisansparlasuite.
historique des actions gouvernementales
2.9 Le tableau 2 présente l’historique des principales actions associées à laStratégie nationale
de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.
tableau 2
historique des principales actions
Juin 1997 Instauration du Fonds de lutte contre la pauvreté par la réinsertion au travail dans lequel est versée
la somme de 250 millions de dollars pour fnancer les projets de création d’emplois
Juin 2001 Organisation par le MESS d’une consultation auprès de plus de 1 000 organismes du Québec
et publication des orientations et des perspectives d’action en matière de lutte contre la pauvreté
et l’exclusion sociale
Juin 2002 Publication de la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale
Décembre 2002 Adoption de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion socialee 2002 Création du Fonds québécois d’initiatives sociales et abolition du Fonds de lutte contre la pauvreté
par la réinsertion au travail (transfert des sommes d’un fonds à l’autre)
Avril 2004 Publication du Plan d’action gouvernemental en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion
sociale (2004-2010)
Printemps 2005 Mise en place du Centre d’étude sur la pauvreté et l’exclusion (rattaché au MESS) afn de recueillir,
d’intégrer, de compiler, d’analyser et de diffuser des renseignements, notamment de nature
statistique, sur la pauvreté et l’exclusion sociale
Mars 2006 Nomination des membres du Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale
Avril 2009 Publication par le Centre d’étude sur la pauvreté et l’exclusion d’un avis intitulé Prendre la mesure
de la pauvreté : proposition d’indicateurs de pauvreté, d’inégalités et d’exclusion sociale afn
de mesurer les progrès réalisés au Québec (19 recommandations)
Publication d’un avis du Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale
portant sur les cibles d’amélioration du revenu et la prestation minimale versée dans le cadre
d’un programme d’aide fnancière de dernier recours
Année 2009 Organisation par le MESS d’une consultation menée auprès de 2 500 citoyens et groupes de tous
les secteurs et de toutes les régions administratives du Québec en vue de tenir compte
de leur expérience et de leurs connaissances lors de l’élaboration du second plan d’action
Juin 2010 Publication du Plan d’action gouvernemental pour la solidarité et l’inclusion sociale 2010-2015
Juin 2011 Rapport de la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale portant notamment sur les cibles
d’amélioration du revenu et la prestation minimale versée dans le cadre d’un programme d’aide
fnancière de dernier recours et tenant compte de l’avis du comité consultatif d’avril 2009
Rapport du Vérifcateur général du Québec
2-8 à l’Assemblée nationale pour l’année 2011-2012Actions gouvernementales visant à lutter
contre la pauvreté et l’exclusion sociale
Objectif et portée de notre vérifcation
2.10 Notre vérifcation a porté sur la planifcation gouvernementale visant à lutter contre la
pauvreté et l’exclusion sociale. Nous avons jugé pertinent de nous assurer que le MESS
coordonne la mise en œuvre des plans d’action gouvernementaux par l’instauration, en
collaboration avec ses partenaires, de mécanismes de gestion qui permettent l’accom-
plissement et le suivi effcace des actions ainsi que l’évaluation concrète des résultats,
danslebutd’obtenirdesprogrèsdurables.
2.11 Pour ce faire, nous avons examiné la documentation et l’information de gestion du MESS
et nous avons visité six directions régionales ainsi qu’un centre local d’emploi (CLE) dans
1chacune d’elles . Nous avons sélectionné les directions régionales de façon à tenir compte
de tous les types de régions, telles que les régions centrales ou celles situées en périphérie.
Les 6 CLE visités comptaient parmi ceux desservant le plus grand nombre de prestataires
desprogrammesd’aidefnancièrededernierrecoursdansleurrégionrespective.
2.12 De plus, pour trois autres ministères et organismes ayant des mesures dans les plans
d ’ a c t i o n g o u v e r n e m e n t a u x , n o u s a v o n s a p p r é c i é c e q u ’ i l s a v a i e n t m i s e n p l a c e a f n
de répondre aux engagements et aux orientations gouvernementales en matière de
lutte contre la pauvreté. Les trois ministères et organismes visités, soit le ministère
de la Santé et des Services sociaux, le ministère des Finances du Québec et la Société
d’habitation du Québec, ont été sélectionnés en fonction du nombre de mesures dont
ils sont responsables ainsi que de l’importance fnancière de celles-ci.
2.13 Nos travaux se sont surtout déroulés de février à août 2011. Le lecteur trouvera à
l’annexe 1 l’objectif de vérifcation et les critères d’évaluation afférents à la présente
mission de vérifcation.
résultats de notre vérifcation
planifcation gouvernementale
Objectif énoncé dans la stratégie nationale
2.14 Dans un contexte gouvernemental de gestion par résultats et dans le cadre de tout exercice
de planifcation, la défnition, dès le départ, d’un objectif clair et précis accompagné de
cibles permet à la fois d’orienter les actions et de faciliter le suivi de leur mise en œuvre
ainsiquelaredditiondecomptes.
2.15 Nous avons constaté que l’objectif énoncé en 2002 dans la Stratégie nationale de lutte contre
la pauvreté et l’exclusion sociale n’a pas été accompagné, dès le départ, de cibles précises et
quantifables. Ce n’est qu’en 2010, dans le second plan d’action gouvernemental, que
le MESS a précisé cet objectif en se donnant une cible d’amélioration.
1. Les régions visitées sont celles de Montréal (CLE d’Ahuntsic), de la Capitale-Nationale (CLE des Quartiers-
Historiques), de la Montérégie (CLE de Longueuil), de la Chaudière-Appalaches (CLE de Lévis), de la Mauricie
(CLE de Trois-Rivières) et du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CLE de Chicoutimi).
Vérifcation de l’optimisation des ressources
Automne 2011 2-9Chapitre 2
2.16 L ’objectif de 2002 était, rappelons-le, d’amener progressivement le Québec, d’ici 2013,
au nombre des nations industrialisées comptant le moins de personnes pauvres. Il ne
permettait pas, à ce moment , d e s a v o ir d a n s q u e lle m e s u r e le g o u v e r n e m e n t d é s ir ait
améliorer sa performance à cet égard. Il devient alors diffcile d’évaluer l’atteinte de cet
objectif en 2011, car il n’était ni précis ni quantifable. Plusieurs autres administrations ont
2formulé des cibles précises (voir annexe 3 ). C’est le cas notamment du gouvernement
de l’Ontario qui, en 2008, s’est fxé l’objectif de réduire de 25% le nombre d’enfants en
situationdepauvretéaucoursdescinqannéessuivantes.
2.17 L ’objectif que le MESS a précisé en 2010 est de consolider , voire d’améliorer , la place
du Québec parmi les principaux pays de l’OCDE et de s’assurer que celui-ci demeure
parmi les trois meilleures provinces canadiennes, lorsque l’on considère le taux de faible
revenu des personnes. Ce taux correspond à la proportion de personnes ayant des revenus
3inférieurs au niveau de vie de base, selon la mesure du panier de consommation . La
précision de l’objectif permettra au gouvernement de mieux mesurer le chemin parcouru.
Les tableaux 3 et 4 montrent le rang du Québec par rapport à celui des autres provinces
canadiennes et d’autres pays, selon les données disponibles au moment où l’objectif a
étéprécisé.
tableau 3
taux de faible revenu des personnes au canada*
provinces canadiennes pourcentage rang
Alberta 7,4 1
Québec 8,5 2
Manitoba 8,7 3
Île-du-Prince-Édouard 10,3 4
Ontario 10,3 5
Saskatchewan 11,3 6
Terre-Neuve-et-Labrador 12,3 7
Nouvelle-Écosse 13,3 8
Nouveau-Brunswick 13,3 9
Colombie-Britannique 13,4 10
* Il s’agit de données de 2007.
Source : MESS.
2. L’annexe 3 présente une comparaison avec d’autres administrations publiques (Ontario, Terre-Neuve et
Royaume-Uni) quant à la planifcation de la lutte contre la pauvreté, notamment sur le plan des objectifs.
3. La mesure du panier de consommation est basée sur le coût d’un panier de biens et de services correspondant à un
niveau de vie de base. Le panier comprend notamment la nourriture, l’habillement, le transport et le logement.
Rapport du Vérifcateur général du Québec
2-10 à l’Assemblée nationale pour l’année 2011-2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.