Actes de Benoît XV (tome 1

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : en qualité d' externe
  • cours - matière potentielle : théologie
ACTES D E BENOIT XV ENCYCLIQUES, MOTU PR9PRI0, BREFS, ALLOCUTIONS, ACTES DES DICASTÈRES, E T C . Texte latin avec traduction française PRÉCÉDÉS D'UNE NOTICE BIOGRAPHIQUE SUIVIS D'UNE TABLE GÉNÉRALE ANALYTIQUE T O M E P R E M I E R l'Jl 4-1918 P A R I S 5, RUE BAYARD, 5
  • belles qualités d'esprit et de cœur
  • corps des saints apôtres
  • autorisation paternelle
  • jacques-paul-jean-baptisle
  • saint ambroise
  • ton droit
  • collège de gênes
  • paul
  • jeune homme
  • jeunes hommes
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 22
Source : liberius.net
Nombre de pages : 316
Voir plus Voir moins

ACTES
D E
BENOIT XV
ENCYCLIQUES, MOTU PR9PRI0, BREFS,
ALLOCUTIONS, ACTES DES DICASTÈRES, ETC.
Texte latin avec traduction française
PRÉCÉDÉS D'UNE NOTICE BIOGRAPHIQUE
SUIVIS D'UNE TABLE GÉNÉRALE ANALYTIQUE
TOM E PREMIER
l'Jl 4-1918
PARI S
5, RUE BAYARD, 5 ACTES
DE
BENOIT XV
TOME PREMIER
1914-1918 S. S. BENOIT XV Nihil obs'tat.
Parisiis, die 31' martii 1924.
J. ANDRÉ.
IMPRIMATUR
Parisiis, die 3' -aprilis 1924.
G« LEPEBVUE,
vie gen. INTRODUCTION
Le Pape Benoît XV
NOTICE BIOGRAPHIQUE
Avant le Pontificat.
Jacques-Paul-Jean-Baptisle délia Ghiesa naquit à Gênes le
21 novembre 185i. 11 était l'avant-dernier de quatre enfants.
Une tradition fait remonter l'origine de sa famille au temps
même de saint Ambroise. Gequi est certain, c'est qu'au xin* et au
c
XIY siècle le nom est très répandu en Piémont et qu'une branche
e
établie à Avignon Ta francisé au xvi siècle, changeant délia
Ghiesa en « de l'Eglise ».
Le jeune Jacques montra dés l'enfance une vive piété, il élevait
de petits autels, et dans l'intervalle il prêchait à la mer par la
fenêtre du palais paternel, à Pegli. Il commença ses études dans
un collège de Gênes, puis étudia la philosophie au Séminaire
de cette ville dont il suivit les cours en qualité d'externe de
1869 à 1871. Il n'avait pas encore quinze ans lorsqu'il manifesta
devant son père l'intention de se faire prêtre, mais le marquis
se contenta de lui répondre : « Nous en reparlerons quand tu
auras fait ton droit. »
Le jeune homme continua ses études, remportant de brillants
succès, et fut reçu à Gênes docteur en droit le 2 août 1875. Il
renouvela alors sa demande et obtint l'autorisation paternelle
d'entrer au collège Gapranica de Rome, qui était déjà comme
un lieu de préparation à la carrière diplomatique. En même
temps, il suivait les cours de théologie à l'Université grégorienne 6 INTRODUCTIO N
et y prenait ses grades. Il avait revêtu la soutane le 21 no­
vembre 1873; 11 fut ordonné prêtre le 21 décembre 1878 et
célébra sa première Messe le jour de Noël dans la basilique
Vaticane. Un malentendu le priva de la joie d'offrir le Saint
Sacrifice dans la crypte vaticane, à l'autel immédiatement voisin
des corps des saints apôtres Pierre et Paul, près desquels il
devait reposer après sa mort; mais, par une compensation d'un
heureux présage, le futur Pape célébra pour la première fois
les Saints Mystères à l'autel de la Chaire de Saint-Pierre.
Après son ordination, Don della Chiesa entra à l'Académie
des Nobles ecclésiastiques, maison d'études spéciales où se
recrute le personnel de la diplomatie pontificale. Il y attira
l'attention par son ardeur au travail, la finesse de son tact, sa
piété profonde et éclairée. Aussi, lorsque Léon XIII confia la
nonciature d'Espagne au secrétaire de la Propagande, M*' Ram­
polla, celui-ci qui connaissait Don della Chiesa le prit comme
secrétaireaprèsl'avoir fait nommer camérier secret. Ils restèrent
l'un et l'autre à Madrid jusqu'en 1887. A cette date, Léon XIII
rappelle à Rome le nonce, qu'il crée cardinal, et dont il va faire
son secrétaire d'Etat. Dans cette haute situation, le cardinal
Rampolla ne voulut point se séparer du secrétaire dont il avait
pu apprécier les solides qualités, il le ramena donc avec lui.
p
M* della Chiesa cumulait au Vatican une double fonction :
officiellement il était minutante de la Secrétairerie d'Etat, et en
cette qualité élait chargé de rédiger la « minute » des pièces
qui devaient être expédiées, et il partageait celte charge avec
plusieurs employés : mais il avait une autre fonction qui lui
était personnelle: c'était d'être l'homme de confiance du secré­
taire d'Etat. Il resta longtemps dans la position nécessairement
effacée de minutante; il aurait pu, se servant de la protection
du cardinal Rampolla, arriver à des charges plus en vue, où il
aurait montré les belles qualités d'esprit et de cœur que Dieu
lui avait départies. Il préféra le silence, le dévouement à
l'humble tâche quotidienne dont seul l'amour de Dieu pouvait
le récompenser.
Cependant, on savait bien l'influence toujours grandissante
qu'il prenait; aussi ce ne fut point une surprise quand, le
18 juillet 1900, il fut nommé prélat domestique, puis, le
23 avril 1901, substitut de la Secrétairerie d'Etat et secrétaire

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.