Autour de trois lacs

Publié par

  • cours - matière potentielle : la visite
Le Jura suisse et ses trois lacs est voisin de la Franche-Comté, la zone française de cette moyenne montagne, et du Doubs, déjà décrit dans le numéro 20 de Camping&Loisirs. Malgré les nombreuses ressemblances, il existe aussi bien des différences. La région se décompose en deux régions linguistiques: la par- tie nord-ouest, essentiellement francophone, et le sud-est où domine l'allemand, avec quelques coins où l'on entend le suisse- allemand et d'autres dialectes locaux.
  • éco-camping avec ferme
  • chemin par le val de travers
  • vaste parking
  • parking port
  • plaisirs de l'eau sur le lac
  • visites culturelles au bord des lacs
  • horloges
  • horloge
  • camping
  • campings
  • lac
  • bateau
  • bateaux
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 33
Source : camping-brenets.ch
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
150
DESTINATION LE JURA SUISSE
Neuchâtel et son lac.
Autour de
Le Jura suisse et ses trois lacs est voisin de la Franche-Comté, la zone française de cette moyenne montagne, et du Doubs, déjà décrit dans le numéro 20 de Camping&Loisirs. Malgré les nombreuses ressemblances, il existe aussi bien des différences. La région se décompose en deux régions linguistiques: la par-tie nord-ouest, essentiellement francophone, et le sud-est où domine l’allemand, avec quelques coins où l’on entend le suisse-allemand et d’autres dialectes locaux. Les contrastes géographiques de la région sont, eux, nettement plus importants. Le paysage du nord se transforme rapidement et de manière abrupte en zone de lacs: le Lac de Neuchâtel, le Lac de Morat, le Lac de Bienne ainsi que le Lac de Genève situé plus à l’ouest, qui sont tous d’origine glacière.
Une frontière naturelle Dès le passage de la frontière, nous sommes confrontés à la douane suisse si disciplinée. Les papiers du véhicule sont sévère-ment contrôlés et les douaniers sont intéressés de savoir si nous transportons de la viande fraîche. Ils ne nous demandent pas, heureusement, si notre système de navigation peut repérer les
La Place des Halles à Neuchâtel.
radars automatiques, car notre réponse nous vaudrait sûrement une amende. Nous débutons notre voyage de découverte du Jura dans le can-ton éponyme. Ce canton francophone essentiellement catholique s’est séparé depuis 1974 du canton de Berne, germanophone et protestant. Nous nous arrêtons une première fois à Porrentruy où les édifices majestueux du 18e siècle rappellent la fastueuse richesse d’antan. L’ancien Hôtel-Dieu transformé en musée ren-ferme une pharmacie intacte datant du 19e siècle. A Réclère nous nous installons dans un camping agréable et visitons les grottes et le Préhisto-Parc. Au cours de la visite guidée d’une heure sous terre on peut admirer la plus haute stalagmite de Suisse. Revenus à la surface, nous nous trouvons nez à nez avec 45 répliques géantes de dinosaures. Depuis la tour d’observation, la vue sur la vallée du Doubs est superbe. La rivière se tortille entre les roches calcaires et dessine une frontière naturelle de 80 km entre la Suisse et la France. Dans la jolie petite bourgade de Saint-Ursanne, elle fait une petite incursion en Suisse. Le camping du Lac des Brenets présente des emplacements en terrasses d’où la vue est imprenable sur le long lac de barrage du Doubs. Vous
Les plaisirs de l’eau sur le lac de Bienne.
trois  lacs
atteindrez le Saut-du-Doubs à pied ou en bateau. Cette cascade qui dévale d’une hauteur de 27 m se montre sous son plus beau jour sur la rive française de la rivière à laquelle on accède en franchissant la passerelle qui surplombe ce spectacle aquatique.
Des chevaux et des ânes Les amateurs de nature et de chevaux intègreront certainement les Franches-Montagnes ou Freiberge dans leur itinéraire de voyage. Ce plateau situé à une hauteur de 1000 m se compose d’immenses prairies ponctuées de bosquets de sapins et donne une impression de désolation. Afin de rendre cette région plus attrayante, les autorités avaient, au 14e siècle, affranchi d’impôt les propriétaires terriens qui s’y installeraient, ce qui explique son nom. Elle se prête bien aux randonnées, aux balades à vélo et bien entendu aux sorties à cheval. C’est d’ailleurs ici que l’on élève la seule race authentique de chevaux suisses, le cheval Franches-Montagnes. Les chevaux et les ânes en fin de vie trou-vent refuge au Roselet, une maison d’accueil accessible au public. Inutile d’ajouter que la région est un havre de paix pour tous les amoureux de sérénité.
Le temps qui passe Il y a encore tant de choses à découvrir. Le surnom touristique du canton de Neuchâtel tout proche, ‘Watch Valley’ réfère à tout ce qui concerne l’horlogerie, depuis les artisans horlogers jusqu’aux usines en passant par les musées. Le Locle et La Chaux-de-Fonds sont 2 des 39 lieux dédiés à l’horlogerie sur la route du même nom qui va de Bâle à Genève. C’est au Locle que fut créé le premier atelier où l’on formait des horlogers. A l’origine, les pendules étaient réalisées artisanalement, chez soi. Les paysans
Texte: Marlène Van Synghel et Erik Spildooren Photos: Erik Spildooren
Que ce soit en termes de sports d’hiver ou de randonnées esti-vales, la Suisse vouspromet tous les plaisirs. L’alternance des magnifiques vallées ver-doyantes et des hautes mon-tagnes, souvent couronnées de neige, me rappelle ce grand puzzle qui m’avait demandé des journées de recherche quand j’étais enfant. Son ciel d’un bleu intense si difficile à assem-bler, l’horizon aux nombreuses nuances de couleurs, le chalet, le lac à l’avant-plan et la cascade dans le fond étaient pour moi un ravissement.
combinaient allègrement les travaux des champs et l’horloge-rie. La Chaux-de-Fonds toute proche fut durant de nombreuses années l’épicentre de cette industrie. Ne manquez donc pas son Musée international d’horlogerie. Plus de 4500 pièces exposées témoignent de l’histoire de la mesure du temps, de l’antiquité à nos jours. Si vous imaginez ne rencontrer ici que des coucous, détrompez-vous. Le musée offre un large éventail d’horloges, de la plus petite à la plus grande, de la plus ancienne à la plus futu-riste. A travers une immense paroi vitrée, vous verrez des restau-rateurs au travail: ils réparent de superbes pendules anciennes, des horloges de bateau et des montres de gousset pour séduire le visiteur et le sensibiliser à leur beauté. La rigueur suisse est à son comble lorsque, à midi précisément, toutes les pendules, réveils et tout ce qui fait tic-tac entame un concert cacophonique. L’horloge la plus silencieuse est assurément l’horloge à ombre qui place le visiteur littéralement au centre de l’action. La ville a d’autres atouts: elle est reprise dans la liste du patrimoine culturel de l’humanité de l’Unesco, elle a vu naître l’architecte Le Corbusier et est le centre de l’Art nouveau suisse. Le train à vapeur qui traverse la ville en sifflant pour se frayer un chemin parmi la circulation n’a pas manqué de nous étonner. A la frontière française, aux Moulins souterrains du Col-de-Roche, vous pouvez remonter le fil du temps. Vous y verrez un témoi-gnage unique d’archéologie industrielle sous la forme d’une fabrique du 16e siècle installée dans une grotte. Les moulins souterrains et la scierie qui fonctionnaient grâce à l’énergie hydraulique ont été restaurés en profondeur. La vallée de La Brévine, à une hauteur de 1023m, où règne un froid de canard en hiver, abrite une aire de stationnement très attrayante non loin de l’idyllique Lac des Taillères.
151
152
DESTINATION LE JURA SUISSE
Quand la nature est artiste L’eau en provenance du Lac des Taillères qui pénètre dans les couches calcaires est à l’origine de la source karstique de l’Areuse à Saint-Sulpice. Cette rivière, après un voyage souterrain assez mystérieux, jaillit d’un rocher et se fraye ensuite un chemin par le Val de Travers pour déboucher dans le Lac de Neuchâtel. Au départ de Noiraigue, vous serez sans doute tenté par une randon-née dans les gorges de l’Areuse avec leurs décors pittoresques de petits ponts, cascades et chemin taillés dans la pierre. Les plus actifs s’y dégourdiront les jambes pendant plusieurs jours et observeront de près la lutte de pouvoir fascinante entre l’eau et les roches calcaires. Le point culminant de cette vallée est le Creux-du-Van, un cirque en forme de fer à cheval dont les falaises atteignent une hauteur de 160 m, et le diamètre, plus d’un km. Une promenade est pos-sible depuis Noiraigue également. Via le restaurant Ferme Robert, à une hauteur de 972 m, vous atteindrez le sommet des falaises et découvrirez ce parc naturel où les chamois, les bouquetins et les marmottes sont chez eux. Depuis le sommet du Solilat, à 1463 m, que l’on peut approcher en voiture également, vous aurez une vue imprenable sur le lac de Neuchâtel et les Alpes. Le Chasseron et le Chasseral, deux ‘hauts-lieux’ de notre balade, situés à 1607 m, peuvent se gravir à pied ou à vélo si vous êtes un touriste bien entraîné, mais la voiture permet aussi de s’y rendre. En motorhome, vous irez jusqu’au Bullet, à 1210 m, ou vous prendrez le téléphérique aux Rasses qui vous hissera à une hauteur de 1222 m, mais pour le panorama depuis le sommet du
La forteresse d’Estavayer-le-Lac.
Les remparts de Morat.
A l’assaut du Chasseron.
La descente du Chasseron.
Chasseron, il vous faudra encore grimper un peu. Le Chasseral, lui, est desservi par une route qui mène à l’hôtel-restaurant du même nom, pourvu d’un vaste parking. Une courte promenade sur la crête vous mène à l’antenne émettrice un peu plus haut.
L’été des trois lacs Si le week-end est ensoleillé, mieux vaut éviter les trois lacs et leurs environs, car le monde s’y presse. Si vous arrivez tôt, vous dénicherez encore un emplacement sur une aire de stationne-ment, mais les campings sont généralement complets en haute saison. Ne quittez pourtant pas la région sans avoir vu le Lac de Neuchâtel, le Lac de Bienne et le petit Lac de Morat. Les distances ne posent pas de problème; les transports publics, que ce soit le train, le trolleybus ou le car postal ou encore le bateau, vous emmènent où bon vous semble, même en compagnie de votre vélo. Le ticket combiné pour un bateau de ligne ou un bateau d’excursion (voir www.navig.ch) vous offre la possibilité de sillonner les eaux des trois lacs à volonté durant une demi-jour-née ou une journée entière. La vue depuis le bateau est excep-tionnelle et la formule vous permet de visiter quantité de petites villes en bordure de lac sans avoir à résoudre des problèmes de stationnement. Sur le plus petit des lacs, le Lac de Morat, vous vous arrêterez certainement dans la charmante petite ville de Morat. Depuis les fortifications bien restaurées, vous admirerez le centre historique, les environs et le lac, bien entendu. Les belles maisons datant des 17e et 18e siècles, dont les arcades ornent la rue principale, assurent une ombre bienvenue et vous invitent au lèche-vitrine. A Salavaux, village tout proche, nous avons pu nous rendre compte que les Suisses n’étaient pas aussi réservés qu’on le prétend. Nous avons en effet été invités à la cuisson annuelle d’une spécialité traditionnelle, le gâteau du Vully. A cet effet, le
Neuchâtel, entre lac et montagne.
four communal est allumé et les villageois se rassemblent pour confectionner ensemble cette délicieuse pâtisserie sucrée ou salée que nous avons pu goûter en toute convivialité.
Bonheur linguistique La frontière linguistique n’est jamais bien éloignée et Bienne au bord du lac éponyme est la plus grande ville bilingue du pays. Les langues véhiculaires y sont le français et l’allemand, sans prépondérance aucune. Les noms des rues sont indiqués en deux langues. Chez le boulanger du coin, on peut commander des Brötchen ou des croissants. Le Lac de Bienne entoure une île très appréciée, le St-Petersinsel. Ce n’est plus vraiment une île, car le niveau de l’eau ayant baissé, une étroite bande de terre s’est dessinée qui relie l’ancienne île à la berge. Depuis la petite ville médiévale d’Erlach vous atteindrez cette perle de la nature à pied ou à vélo. Avant vous, Jean-Jacques Rousseau et Goethe étaient déjà tombés sous le charme de l’endroit. Mais il y a plus encore. Les bourgades du Landeron et de La Neuveville ont beaucoup de choses en commun: elles sont petites et attrayantes et garnies de fontaines, de fleurs et d’étendards. Par temps chaud, vous trou-verez une ombre rafraîchissante dans les gorges du Twannbach. Neuchâtel ou Neuenburg, situé au bord du lac du même nom, se trouve au pied du Chaumont, et atteint une hauteur de 1170 m. Le chemin de promenade et le centre de la vielle ville avec ses ruelles et ses nombreuses fontaines dégagent un charme romantique incomparable. Pour visiter le château sur les hauteurs et l’église gothique, il vous faudra de bonnes jambes. Depuis La Coudre vous prendrez le funiculaire vers les hauteurs pour y admirer les lacs du Jura qui scintillent entre les montagnes pour autant qu’il n’y ait pas de brume, ce qui n’est pas exclu quand il fait chaud. En face se trouve Estavayer-le-Lac qui, avec ses
fortifications bien conservées, mérite la visite. Et pourquoi ne pas alterner les visites culturelles au bord des lacs avec un délicieux farniente sur une petite plage ou une baignade rafraîchissante dans l’eau cristalline ?
Des vacances actives et sans souci La Suisse dispose non seulement d’un réseau routier très déve-loppé dont profiteront les randonneurs, les cyclistes, les vété-tistes, les rolleurs et les canotiers, mais aussi de transports publics efficaces et toujours à l’heure. Avec www.switzerlandmobility vous planifierez vos déplacements. Cet outil vous permet de pré-parer vos itinéraires jusque dans les moindres détails et de choisir les liaisons par train, train à vapeur, autobus, bateau et funicu-laire. Les cyclistes effrayés par les pentes suisses n’hésiteront pas à louer un e-bike de Flyer. L’usine Flyer, située dans la région de Berne, optimalise depuis 1995 le vélo électrique. Si une descente audacieuse vous tente, vous pourrez l’effectuer en trottinette tout terrain équipée de gros pneus et de freins robustes. Si vous redoutez la perte des calories après ces excursions énergivores, vous referez le plein avec une raclette ou une fondue. Le fromage local, de forme cylindrique et à pâte mi-dure, n’est pas très connu chez nous. Ce fromage de vache de Bellelay, mis au point par les moines prémontrés vers 1192, a reçu son appellation ‘Tête de Moine’ en 1790. Pour bien le déguster, il est conseillé d’utiliser un coupe-tranche spécial appelé girolle qui permet d’obtenir des tranches si minces qu’elles se transforment en transparentes ondulations. Ces rosettes dégagent un délicieux arôme. Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous au Domaine de Bellelay, ou visitez, sur rendez-vous, une fromagerie à Saint-Imier ou à Saignelégier. Nul doute que la dégustation contribuera à vous laisser un excellent souvenir de vos vacances dans le Jura suisse.
154
DESTINATION LE JURA SUISSE
Les campings
Le Jura suisse
Les Brenets: Lac des Brenets****, Champ de la Fontaine, tél.: +41(0)32 932 16 18 www.camping-brenets.ch. GPS: N47°03’56’’ – E 06°41’55’’. Camping en terrasses très agréable situé à une hauteur de 790 m, belle vue sur le lac, 30 empla-cements touristiques, petite aire de jeu, terrain de tennis, res-taurant, service boulangerie, wifi. Location de canoës-kayaks, itinéraires de randonnée et de VTT. Période d’ouverture: d’avril à octobre.
Lignières: Fraso-Ranch****, Les Grands Marais, tél.: +41(0)32 751 46 16 - www.camping-lignieres.ch. GPS: N 47°05’10’’ – E 07°04’13’’. Camping situé en retrait à une hauteur de 800 m; 48 empla-cements pour touristes, petit magasin, restaurant, aire de jeu, piscine en plein air avec solarium, petite cuisine, possibilité de cuisiner, réfrigérateur/congélateur, sports et animations, ligne d’autobus vers Le Chasseral. Période d’ouverture: de la période de Noël à octobre.
Réclère: Camping Les Grottes***, tél.: +41(0)32 476 61 55. www.prehisto.ch GPS: N47°21’34’’ – E 06°55’04’’. Camping soigné situé à une hauteur de 654 m, dans un environ-nement vert et tranquille, près des grottes et du Préhisto-Parc, 30 emplacements touristiques, restaurant et petite épicerie; la région se prête idéalement aux randonnées et aux sorties en VTT. Période d’ouverture: d’avril à novembre.
Sutz-Lattringen: Camping Lindenhof***, Möringenweg 2, tél.: +41(0)32 397 10 77 www.camping-lindenhof.ch GPS: N 46°06’26’’ – E 07°13’01’’. Il s’agit d’un éco-camping avec ferme à une hauteur de 450 m, exploité par un Néerlandais. 50 emplacements non délimités dans un verger; belle vue sur le lac de Bienne et les environs. Petit magasin avec les produits bios maison, itinéraires de ran-données à pied et à vélo. Période d’ouverture: de Pâques à octobre.
Les aires de stationnement
Bullet, café-restaurant des Cluds. Tarif: 10 francs suisses, service et électricité comprise. 4 emplacements. GPS: N 46°50’31’’ – E 06°33’32’’.
Concise, Parking bord du Lac, rue de la Gare. Tarif: gratuit. 20 emplacements. GPS: N 46°51’06’’ – E 06°43’30’’.
La Brévine, parking situé au bord du Lac des Taillères. Tarif: gratuit, service compris, toilettes. GPS: N 46°58’19’’ – E 06°35’19’’.
Le Lac de Bienne et l’une de ses plages.
L’Auberson Sainte-Croix, Aire communale, Parking Musée, Grande Rue. Tarif: gratuit, service et électricité compris. 4 emplacements. GPS: N 46°49’13’’ – E 06°28’21’’.
Neuchâtel, Route des Falaises. Tarif: gratuit, service compris. GPS: N 47°00’04’’ – E 06°57’25’’.
Portalban, Parking Port de Plaisance, Route du Port. Tarif: nuitée, service compris: 8 francs suisses - par personne: 4 francs suisses taxe: 1,50 francs suisse par personne – électricité: 1 franc suisse. 25 emplacements. Se présenter au camping. Douche et toilettes. GPS: N 46°55’18’’ – E 06°57’22’’.
Saint-Aubin-Sauges, rue du Débarcadère, près du port de plai-sance. Tarif: 20 francs suisses, service et électricité compris. 10 emplacements. GPS: N 46°53’30’’ – E 06°46’27’’.
Saint-Blaise, chemin des Pêcheurs. Tarif: 10 francs suisses, service et électricité compris. 12 emplacements pour véhicules jusqu’à 7 m. GPS: N 47°00’41’’ – E 06°59’16’’.
Infos: www.myswitzerland.com avec notamment SwitzerlandMobility. Swiss Terroir: version suisse de ‘France Passion’.
Vignette routière pour la Suisse Une vignette valable 1 an est nécessaire pour les motorhomes jusqu’à 3,5 tonnes. Pour les motorhomes de plus de 3,5 tonnes, il faut payer une taxe pour tout le réseau routier. Un formulaire de déclaration pour 10 jours, un mois ou un an est valable 12 mois et doit être rempli chaque jour que l’on réside en Suisse et non seulement lors d’un déplacement comme on l’imagine à tort. Ce malentendu pourrait vous valoir une forte amende.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.