CHAPITRE I Le coiffeur et son environnement p

De
Publié par

Sommaire CHAPITRE I.? Le coiffeur et son environnement ............................................... p. 5 CHAPITRE II.? Le matériel et les appareils professionnels .............................. p.23 CHAPITRE III.? La vie des cheveux.................................................................. p.61 CHAPITRE IV.? Les produits d'hygiène capillaire............................................ p.77 CHAPITRE V.? Les lois de la colorimétrie ..................................................... p.103 CHAPITRE VI.? Principe de l'éclaircissement des cheveux ........................... p.113 CHAPITRE VII.? Les techniques d'éclaircissement des cheveux................... p.129 CHAPITRE VIII.? Principe de la coloration des cheveux ............................... p.141 CHAPITRE IX.? Techniques de la coloration des cheveux............................. p.151 CHAPITRE X.? Vocabulaire et techniques de base de la coupe .................... p.169 CHAPITRE XI.? La modification temporaire de la forme des cheveux ........... p.207 CHAPITRE XII.? Principe de la permanente .................................................. p.235 CHAPITRE XIII.? Techniques de la permanente ........................................... p.247 CHAPITRE XIV.? Principe et techniques du défrisage .................................. p.279 CHAPITRE XV.? Techniques de séchage et de coiffage................................ p.285 CHAPITRE XVI.? Les produits de soin et de coiffage.................................... p.291 CHAPITRE XVII.? Lois et réglementation ....................................................... p.301

  • conditions d'obtention du certificat d'aptitude professionnelle

  • salon de coiffure

  • cap de coiffure

  • cap mixte

  • poste

  • aptitudes requises

  • produits d'hygiène capillaire

  • techniques d'éclaircissement des cheveux

  • conditions d'exploitation


Publié le : lundi 18 juin 2012
Lecture(s) : 904
Source : casteilla.fr
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

SSSSoooommmmmmmmaaaaiiiirrrreeee SSSSoooommmmmmmmaaaaiiiirrrreeee





CHAPITRE I. Le coiffeur et son environnement............................................... p. 5
CHAPITRE II. Le matériel et les appareils professionnels .............................. p.23
CHAPITRE III. La vie des cheveux.................................................................. p.61
CHAPITRE IV. Les produits d’hygiène capillaire............................................ p.77
CHAPITRE V. Les lois de la colorimétrie ..................................................... p.103
CHAPITRE VI. Principe de l’éclaircissement des cheveux ........................... p.113
CHAPITRE VII. Les techniques d’éclaircissement des cheveux................... p.129
CHAPITRE VIII. Principe de la coloration des cheveux ............................... p.141
CHAPITRE IX. Techniques de la coloration des cheveux............................. p.151
CHAPITRE X. Vocabulaire et techniques de base de la coupe .................... p.169
CHAPITRE XI. La modification temporaire de la forme des cheveux ........... p.207
CHAPITRE XII. Principe de la permanente .................................................. p.235
CHAPITRE XIII. Techniques de la permanente ........................................... p.247
CHAPITRE XIV. Principe et techniques du défrisage .................................. p.279
CHAPITRE XV. Techniques de séchage et de coiffage................................ p.285
CHAPITRE XVI. Les produits de soin et de coiffage.................................... p.291
CHAPITRE XVII. Lois et réglementation ....................................................... p.301 I.— Le coiffeur et son environnement 7
II. LE MÉTIER DE COIFFEUR
1. Les aptitudes requises
Le métier de coiffeur est très attirant pour celui ou celle qui aime les contacts
humains et qui désire vivre dans un cadre agréable, confortable et esthétique.
Il exige non seulement de très bonnes aptitudes techniques et artistiques, mais
aussi des qualités physiques, psychologiques et morales.

Vous devez Attention si vous
− avoir − craignez la station debout prolongée
suffisamment de
− souffrez de troubles vasculaires (la
résistance pour
station debout favorise les varices), pouvoir rester
APTITUDES respiratoires (asthme, etc.), locomoteurs debout longtemps
(mal de dos, scoliose, lordose, etc.) PHYSIQUES
− être en bonne
− êtes prédisposé aux allergies santé
− avez une mauvaise vue, êtes daltonien − avoir des sens
ou atteint de strabisme normalement
développés − avez une sensibilité cutanée déficiente
Vous devez Attention si vous APTITUDES
avoir une certaine êtes malhabile et si vous avez du mal à
TECHNIQUES
habileté manuelle dissocier les mouvements
Le coiffeur est continuellement en contact avec une clientèle
très diversifiée et il devra s’adapter à toutes les situations.
Vous devez :
− savoir vous montrer aimable, courtois, poli, prévenant,
QUALITÉS patient, compréhensif, discret
PSYCHOLOGIQUES
− savoir montrer de l’assurance (mais pas de l’autorité)
ET MORALES
− savoir vous montrer souriant et de bonne humeur (même si
vous avez des soucis)
− savoir entretenir une conversation, sans pour autant tomber
dans un bavardage excessif qui pourrait importuner certains
clients ; vous exprimer agréablement ; vous tenir informé des
sujets d’actualité, des sports, des spectacles, etc.
Un coiffeur peut être naturellement doué du sens artistique, QUALITÉS
mais ce n’est pas toujours le cas ; il peut le développer avec
ARTISTIQUES
de la volonté, du travail et de la persévérance (stages, etc.).

Technologie de la coiffure CAP 8
2. Les connaissances exigées
Pour bien exercer son métier, le coiffeur doit acquérir au cours de son
apprentissage un certain nombre de connaissances :
– en chimie, il doit connaître la composition et l’action des produits qu’il emploie ;
– en biologie, il doit connaître la peau, le cheveu et son environnement ;
– en colorimétrie, il doit être capable de composer des teintes harmonieuses et de
les adapter aux différentes situations ;
– en hygiène capillaire, il doit pouvoir déceler les principales affections ou
anomalies du cheveu, afin de proposer un soin adapté, un traitement ou un avis médical ;
− en physique, il doit avoir des notions élémentaires sur l’entretien, l’utilisation et
les normes de sécurité concernant les appareils électriques ;
− en législation, il doit connaître les lois et réglementations du métier ;
Ces connaissances seront complétées par l’acquisition de solides connaissances
artistiques qui lui permettront d’être créatif et de conseiller efficacement la clientèle.
3. Les diplômes
LES DIFFÉRENTES QUALIFICATIONS
Le CAP de coiffure a été créé en 1919. Le CAP coiffure dames et le CAP coiffure
hommes ont été créés en 1931. Le CAP mixte a été institué par arrêté du 20 avril
1972. Le décret n° 93433 du 24 mars 1993 rénove ces CAP.
erLe brevet professionnel a été institué conformément au décret du 1 mars 1931 ;
le brevet de maîtrise prévu par la loi du 10 mars 1937. Le BP à trois options
(coiffure dames, hommes, mixte) a été institué par arrêté du 10 novembre 1989.
Le décret n° 95-664 du 9 mai 1996 porte création et fixe les conditions de
délivrance du Brevet professionnel de Coiffure à deux options A (styliste-visagiste) et
B (permanentiste-coloriste). L’arrêté du 12 octobre 1998 (JO du 20 octobre 1998)
porte création de la mention complémentaire A (styliste-visagiste) et de la mention
complémentaire B (permanentiste-coloriste).
LES CONDITIONS D’EXPLOITATION D’UN SALON
La loi du 23 mai 1946 réglemente la profession et fixe les conditions d’obtention du
certificat d’aptitude professionnelle, les conditions d’exercice de la gérance d’un
salon, les conditions d’exercice du professorat dans les écoles de coiffure.
Elle a été modifiée par la loi du 5 juillet 1996 qui rend obligatoire la présence
permanente et effective d’un responsable qualifié dans chaque entreprise de coiffure.
La réglementation précise qu’un coiffeur à domicile doit être titulaire du CAP pour
couper et coiffer, d’un brevet professionnel pour tous travaux techniques. Ces lois
sont énoncées chapitre XVII.

I.— Le coiffeur et son environnement 9
4. L’organisation de la profession
La profession de la coiffure est dynamique et bien organisée. De nombreux
organismes professionnels aideront le coiffeur, tant sur le plan artistique que sur le plan
technique, juridique et social.
Des concours départementaux, nationaux ou même internationaux flattent
l’ambition des jeunes coiffeurs. De nombreux mouvements artistiques animent la
profession et accueillent les jeunes qui désirent se perfectionner. De nombreuses
écoles de coiffure forment leurs élèves aux meilleures méthodes de travail. De
nombreux congrès réunissent les coiffeurs et entretiennent ainsi l’esprit de progrès
et de communauté.
III. LE SALON DE COIFFURE
Un salon de coiffure doit être un local accueillant, confortable, propre et ordonné. Il
doit en outre, comme tout lieu public, répondre aux normes de sécurité dictées par
le Code du travail.
1. Un local bien agencé ocal bien agencé
Il comprend plusieurs zones : − l’accueil, − le poste de lavage, − le poste de
coiffage, − le poste technique, − l’espace vente − le vestiaire et les toilettes de la
clientèle (à différencier de ceux du personnel), − le laboratoire, − le coin détente.
Souvent un espace manucure, pédicure et esthétique. Parfois, un espace enfants.
2. Un local accueillant et confortable
Lieu de travail du coiffeur, lieu de détente et de beauté pour sa clientèle, le salon
de coiffure doit être clair, gai, bien aéré, bien éclairé, fonctionnel et confortable.
UNE VITRINE SOIGNÉE
Attention ! un rideau délavé, un store poussiéreux, des plantes fanées, des traces de
doigts sur les vitres n’incitent guère à entrer et laissent présager un intérieur
douteux. Une vitrine soignée garantit un intérieur propre et confortable.
DES COULEURS GAIES ET LUMINEUSES
Les couleurs choisies pour la décoration doivent favoriser la détente et la bonne
humeur. Les couleurs des peignoirs et serviettes seront si possible en harmonie
avec celles du décor (tout en étant adaptées à la nature des travaux effectués).
Elles ne doivent pas risquer d’interférer sur les teintes des cheveux.

Technologie de la coiffure CAP 10
























Poste d’accueil, d’encaissement, présentoir vente


















Poste coupe coiffage








Poste coupe/coiffage

+ application technique

IV. Les produits d’hygiène capillaire 87
LES ADDITIFS
Les stabilisateurs de mousse sont essentiellement des
amides gras qui donnent à la mousse de la consistance et un
toucher agréable à l’emploi.
Les épaississants permettent de régler la viscosité ; ce sont
des électrolytes (chlorure ou sulfate d'ammonium), des
gommes naturelles, des gélifiants, etc.
Les nacrants et opacifiants sont des substances insolubles Les actifs de
(cires ou préparations à base de cire, sulfates d’alcools gras conservation et
ou esters d’acides gras) qui améliorent l’aspect du produit. de présentation
Les colorants agrémentent la présentation.
Les conservateurs assurent une bonne stabilité
bactériologique en évitant la prolifération de germes.
Les séquestrants (EDTA) sont destinés à complexer les sels
métalliques qui auraient des effets indésirables, surtout sur
cheveux colorés, décolorés ou permanentés.
Les actifs adoucissants sont des corps gras (lanoline, huiles
végétales, lécithine de soja, etc.) ou bien encore des produits
Les actifs de synthèse (polymères cationiques).
adoucissants et
Les agents traitants agissent au niveau du cuir chevelu pour traitants
éliminer ou atténuer des problèmes spécifiques : ce sont par

exemple des agents antipelliculaires, antiséborrhéiques,
bactéricides, fongicides.
IV. LES DIFFÉRENTS TYPES DE SHAMPOOINGS
1. Les shampooings simples (normaux)
DÉFINITION
Il s’agit de produits mis au point pour l’entretien courant des chevelures en bon
état et sans problèmes particuliers. Statistiquement, ces « shampooings
normaux » sont les plus utilisés, et pourtant rares sont les cheveux « normaux » ! Ces
shampooings d’usage courant sont aussi les plus économiques.
Remarque : ce type de shampooing est parfois appelé « shampooing neutre »
parce que son pH est neutre, ce qui peut prêter à confusion.
Il ne faut pas confondre neutre = inoffensif (non dangereux) et neutre = pH 7.
Certains shampooings formulés à pH = 7 peuvent être de qualité médiocre, tandis
que des shampooings formulés à pH ≠ 7 sont souvent d’excellente qualité. Technologie de la coiffure CAP 88
UTILISATION
— entretien courant des cheveux naturels et en bon état ;
— nettoyage des cheveux très sales ;
— premier lavage de cheveux sales avant l’application d’un shampooing traitant ou
colorant ;
— préparation aux permanentes.
PRÉSENTATION
— en général très concentré, à diluer (8, 10, 15 fois).
— en vrac ou en litrage : en jerricans ou bonbonnes en plastique.
CARACTÉRISTIQUES
De composition simple, ils sont le plus souvent à base d’agents tensio-actifs
anioniques.
Les shampooings simples doivent laver efficacement (même en présence d’une
eau dure) tout en restant doux pour le cheveu et le cuir chevelu.
Le pH de ces shampooings est généralement neutre.
2. Les shampooings cosmétiques ou spécifiques
DÉFINITION
Utilisés pour l’entretien et l’embellissement des cheveux naturels ou sensibilisés,
ces shampooings d’usage courant représentent un excellent compromis entre le
shampooing simple et le shampooing traitant.
Appelés shampooings supérieurs, ces shampooings de bonne qualité sont en fin
de compte ni seulement lavants, ni véritablement traitants, mais adaptés
spécifiquement à la nature, à l’état et au degré de sensibilisation des cheveux.
LES PERFORMANCES
Elles répondent à une demande qui s’accroît sans cesse, du fait que de plus en
plus de femmes modifient la couleur ou la forme de leurs cheveux qu’elles désirent
cependant garder doux, soyeux et brillants entre deux opérations.
Les shampooings spécifiques, appelés à juste titre « embellisseurs », sont (pour
ne citer que quelques performances) démêlants, adoucissants, volumateurs,
fortifiants, dynamisants, etc.
PRÉSENTATION
Généralement conditionnés en litres ou en flacons prêts à l’emploi ou en flacon
dose individuelle prêt à l’emploi.

IV. Les produits d’hygiène capillaire 89
CARACTÉRISTIQUES DE COMPOSITION
Ces shampooings sont formulés avec une base lavante douce ou semi-détergente
pour éviter un dessèchement du cuir chevelu et des cheveux tout en les lavant
suffisamment.
LA GAMME DES SHAMPOOINGS SPÉCIFIQUES
Elle s’élargit sans cesse. À titre d’exemples, voici le résumé des propriétés et des
caractéristiques de composition de quelques shampooings spécifiques courants.

SPÉCIFICITÉ ACTION CARACTÉRISTIQUES
Cheveux amplification de Contiennent des substances régénératrices
colorés l’éclat et des adoucissants qui facilitent le démêlage
ou et le coiffage. protection du
méchés cheveu coloré ou Contiennent des antioxydants (vitamine E) qui
décoloré protègent les colorants pendant le
shampooing et protègent le cheveu contre
l’oxydation de l’air.
Cheveux action nutritive Contiennent :
permanentés + – des agents (acides aminés, vitamines) qui
réparent, consolident la fibre capillaire et action
renforcent les propriétés mécaniques ; dynamisante
– des agents cosmétiques qui donnent de la
nervosité au cheveu.
N.B. : il existe plusieurs formulations selon
que le cheveu doit être plutôt adouci ou plutôt
dynamisé.
Cheveux fins action tonique, Enrichis en vitamines et acides aminés, ils
et sans revigorante redonnent du corps aux cheveux, apportent
volume gonflant et volume aux chevelures fines et
peu abondantes.
Cheveux action fortifiante Contiennent des vitamines, des sels
fragilisés minéraux, des amino-acides.
Entretien amplification des Plusieurs reflets possibles.
des reflets reflets, douceur
et brillance
Spécial soleil Base lavante douce enrichie en amino-acides, − élimine sel et
huile végétale, dérivé protéinique. produits solaires
− apporte
brillance et
douceur IX.— Les techniques d’application des colorants 157
2. Le choix de la couleur et du type de produits
SAVOIR ÉCOUTER ET GUIDER LA CLIENTE
Le souci primordial du coiffeur est de réaliser le souhait de la cliente, compte tenu
des impératifs techniques dégagés par le diagnostic.
Sa compétence et son expérience l’aideront à guider la cliente dans le choix d’une
couleur seyante, conforme à ses désirs et à sa personnalité, et qu’il est
techniquement possible d’obtenir à partir de la nuance de départ.

étudier ce qu’il est techniquement possible
La cliente est fixée
de faire pour réaliser son souhait ou s’en
pour une teinte
approcher
la guider dans son choix en évaluant
certains critères personnels (âge, allure EN TENANT
générale, visage, activités, style de COMPTE DES
coiffure) ; avoir présent à l’esprit que : ÉLÉMENTS DU
La cliente n’est DIAGNOSTIC − les couleurs claires adoucissent un visage
pas vraiment fixée
et mettent en valeur une coiffure souple ;
− les couleurs foncées et les reflets intenses
donnent du caractère, mais sont souvent
difficiles à porter.

BIEN CONNAÎTRE LES PRODUITS
Les colorants d’oxydation actuels permettent d’obtenir une gamme très étendue de
nuances classées selon le principe de numérotation des couleurs naturelles.
On distingue les nuances de base et les nuances à reflets.
Les nuances de base
Elles sont caractérisées par leur hauteur de ton (degré d’opacité) et portent en
général le même numéro que la hauteur de ton naturelle correspondante.
Exemple : un colorant numéroté 6 est un blond foncé qui correspond au blond
foncé naturel.
Les nuances à reflets
Elles sont caractérisées à la fois par leur hauteur de ton et par la couleur des
reflets (degré de luminosité).
— les nuances à reflets chauds (obtenus par adjonction de colorants jaunes ou
rouges) s’étendent sur presque toute l’échelle de tons ;
— les nuances à reflets froids (obtenus par adjonction de colorants bleus)
s’étendent sur toute l’échelle des teintes. Technologie de la coiffure CAP 158
BIEN CONNAÎTRE LES RÈGLES
Savoir évaluer le nombre de tons d’écart entre la teinte de départ et la teinte
désirée

NOMBRE DE TONS D’ÉCART ENTRE LA TEINTE DE DEPART ET LA TEINTE DESIRÉE
application directe possible
inférieur à 2 tons ½
sauf dans certains cas de nuances très claires
décoloration + recoloration
supérieur à 2 tons ½ (sauf exception : chevelure claire avec pourcentage
important de cheveux blancs)

Prévoir l’intensité des reflets

Plus la base est claire (6 à 10), plus les reflets apparaissent vifs et intenses
Plus la base est foncée, moins les reflets sont apparents

Connaître l’équivalence entre nuances froides et nuances chaudes

Les nuances à reflets chauds paraissent optiquement un demi-ton plus clair
Les nuances à reflets froids paraissent un demi-ton plus foncé

Il apparaît donc une équivalence dans les hauteurs de ton des différentes
nuances à reflets.
Dans le tableau suivant, les équivalences de hauteur de ton sont visualisées par
les flèches. Exemple : un blond foncé doré (6,3) a la même hauteur de ton qu’un
blond cendré (7,1).

châtain châtain blond blond blond Blond
clair foncé clair très clair
4 5 6 7 8 9
4 + ½ 5 + ½ 6 + ½ 7 + ½ 8 + ½ 9 + ½
doré
4,3 5,3 6,3 7,3 8,3 9,3

4 – ½ = 5 – ½ = 6 – ½ = 7 – ½ = 8 – ½ = 9 – ½ =
3 + ½ 4 + ½ 5 + ½ 6 + ½ 7 + ½ 8 + ½ cendré
4,1 5,1 6,1 7,1 8,1 9,1

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.