COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Royal Nickel Corporation

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : afin
ROYAL NICKEL CORPORATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE (Tous les montants sont en dollars US à moins d'indication contraire) L'étude de préfaisabilité de Royal Nickel démontre une valeur de 1 milliard $ (VAN8%); le projet nickélifère Dumont sera à l'avant- plan de la prochaine génération de projets de sulfures de nickel à haut rendement et à faible coût  Paramètres économiques remarquables : VAN8% après impôt de 1,1 milliard $, dans le deuxième quartile au niveau du coût au comptant unitaire, et montant de dépenses en immobilisations initiales peu élevé  Projet robuste : schéma de traitement simple et éprouvé, les grandes infrastructures de soutien sont déjà
  • biais de forages additionnels
  • concentré de nickel
  • récupération —
  • produit final de ferronickel
  • possibilités additionnelles de croissance produit final de ferronickel —
  • ressources minérales
  • exploitation minière
  • exploitation minières
  • nickel
  • potentiel
  • projets
  • projet
Publié le : mardi 27 mars 2012
Lecture(s) : 61
Source : royalnickel.com
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

ROYAL NICKEL CORPORATION

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

(Tous les montants sont en dollars US à moins d'indication contraire)

L'étude de préfaisabilité de Royal Nickel démontre une valeur de
1 milliard $ (VAN ); le projet nickélifère Dumont sera à l'avant-8%
plan de la prochaine génération de projets de sulfures de nickel
à haut rendement et à faible coût

 Paramètres économiques remarquables : VAN après impôt de 1,1 milliard $, dans le 8%
deuxième quartile au niveau du coût au comptant unitaire, et montant de dépenses en
immobilisations initiales peu élevé
 Projet robuste : schéma de traitement simple et éprouvé, les grandes infrastructures de
soutien sont déjà en place
 Milliard de tonnes en réserves : 1,1 milliard de tonnes à 0,27 % nickel
 Le projet continue d'avancer : le début de la production est prévu pour la fin de 2015

erToronto, Ontario, le 1 novembre 2011 –Royal Nickel Corporation (« RNC ») (TSX : RNX)
poursuit l'avancement de son projet nickélifère Dumont (« Dumont »), basé sur les résultats
d'une étude de préfaisabilité (« ÉPF ») positive démontrant qu'il s'agit d'un projet robuste avec
d'importantes ressources de classe mondiale présentant d'excellents paramètres économiques
et un bon potentiel de croissance. Une fois arrivé à la pleine production, Dumont devrait figurer
parmi les cinq meilleurs actifs de sulfures de nickel dans le monde, basé sur la production
annuelle de nickel.

Faits saillants de l'ÉPF Dumont
 VAN après impôt de 1,1 milliard $ et taux de rendement interne (« TRI ») après impôt 8%
1de 17 %
2 Coût au comptant direct de 4,13 $ par livre, dans le deuxième quartile au niveau du coût
au comptant unitaire
 Coût d'exploitation sur le site réduit de 24 % par rapport au scénario à 100 ktpj
envisagé dans l'Évaluation économique préliminaire (« ÉÉP »)
 Approche de développement par étapes : moindre coût et moindre risque — déboursés
initiaux réduits de plus de 50 % par rapport au scénario à 100 ktpj envisagé dans l'ÉÉP
 Dépenses en immobilisations initiales de 1,1 milliard $ pour une exploitation à
50 ktpj
 L'expansion à 100 ktpj lors de la cinquième année exigera
0,7 milliard $ d'investissements supplémentaires

1 Basé sur un prix à long terme de 9,00 $ par livre de nickel et un taux de change de 1 $ CA = 0,90 $ US. La VAN et le TRI ont été
calculés à compter du début de la construction en janvier 2014, basé sur les coûts réels en octobre 2011.
2 Le coût au comptant direct est défini comme le coût au comptant engagé à chaque étape de traitement, de l'extraction minière jusqu'au
nickel récupéré et mis en marché, net des crédits pour les sous-produits.  1,1 milliard de tonnes de réserves à 0,27 % nickel, ratio de décapage de 1,2 : 1 sur la
durée d'exploitation, durée de vie du projet de 31 ans
 Production moyenne annuelle de 96 millions de livres (44 kt) de nickel contenu au cours
des 19 années d'exploitation minière et de 59 millions de livres (27 kt) de nickel au cours
des 12 années suivantes d'usinage des stocks de minerai à plus basse teneur
 Concentré unique à haute teneur, à 33 % de nickel en moyenne sur la durée de vie du
projet
 Toutes les grandes infrastructures de soutien (chemin de fer, routes, réseau d'électricité)
sont déjà en place
 Potentiel de croissance additionnel : production d'un produit final de ferronickel,
production d'un concentré de minerai de fer (magnétite) comme sous-produit, optimisation
plus poussée de la récupération, recours au concassage dans la fosse ou à un système
de trolley

« Cette étude de préfaisabilité a livré des résultats remarquables », a déclaré Tyler Mitchelson,
président et chef de la direction de Royal Nickel Corporation. « Cette étude démontre clairement
les avantages d'adopter une approche de développement par étapes, avec un schéma de
traitement beaucoup plus simple, moins coûteux et moins risqué. Si l'on considère en plus la
localisation idéale du projet, à proximité d'infrastructures existantes et au Québec — l'une des
meilleures juridictions minières au monde — cette étude de préfaisabilité nous offre des assises
très solides sur lesquelles nous pourrons bâtir ce projet exceptionnel; un projet qui, à notre avis,
sera à l'avant-plan de la prochaine génération des projets de sulfures de nickel. »

La mise en valeur du projet se poursuit dans les délais prévus et RNC a l'intention d'avancer le
projet sur de multiples fronts, en vue d'obtenir les permis requis d'ici la fin de 2013 et de débuter
la production d'ici la fin de 2015. Les activités en cours présentement abordent les aspects
suivants :
 Les travaux techniques en appui à l'étude de faisabilité (la majeure partie des travaux de
forage sur les ressources pour l'étude de faisabilité ont déjà été complétés)
 L'avis de projet pour amorcer le processus d'obtention des permis environnementaux
devrait être déposé d'ici la fin du mois de novembre 2011
 La demande pour obtenir un tarif d'électricité industriel plus avantageux pour le projet
devrait être déposée d'ici la fin de 2011
 Un conseiller financier pour le projet devrait être nommé d'ici la fin de l'année 2011
 Un directeur de projet qui aura comme mandat de superviser la mise en valeur et la
construction du projet devrait être nommé au début de 2012

« L'étude de préfaisabilité de Royal Nickel vient valider, de façon non équivoque, la confiance
dont nous avons fait preuve à l'interne depuis la fondation de la Société », a déclaré Scott Hand,
président du conseil de Royal Nickel. « Nous avons un projet de métaux usuels remarquable
avec Dumont, et une équipe de gestion tout aussi remarquable pour le mener à bien. Je
continue de croire fermement que Dumont est en voie de devenir un producteur de nickel de
classe mondiale. »

2
Sommaire de l'exploitation minière
2 2Ans 1–5 Ans 6–19 Ans 20–31
Production Unités 50 ktpj 100 ktpj Stocks Total
1Minerai extrait Mt 148 922 1 070
1Ratio de décapage stérile : minerai 1,23 1,17 1,18

Minerai usiné Mt 75 530 465 1 070
Teneur du minerai % Ni 0,33 0,29 0,24 0,27
Récupération 49 % 47 % 31 % 41 %

Nickel dans le
concentré MM lbs 263 1 564 748 2 575
1. Les totaux pour 50 ktpj incluent les 13 millions de tonnes de minerai et les 50 millions de tonnes de stériles retirés avant le début de la
production.
e e
2. La 5 année marque le passage de 50 à 100 ktpj et c’est au cours de la 19 année que le traitement du minerai sortant de la mine sera délaissé
pour le traitement du minerai entreposé.

Production annuelle (Métaux contenus dans le concentré)
1 1Ans 1–5 Ans 6–19 Ans 20–31
Unités 50 ktpj 100 ktpj Empilements Moyenne
Nickel MM lbs (kt) 62 (28) 108 (49) 59 (27) 82 (37)
Cobalt 3 (1) 6 (3) 6 (3) 6 (3)
MGP (Pt + Pa) k oz 13 23 14 18


Revenus et coûts d'exploitation
1 1Ans 1–5 Ans 6–19 Ans 20–31
Unités 50 ktpj 100 ktpj Empilements Moyenne
Revenu net de
fonderie (NSR) $/t 26,68 $ 22,38 $ 13,42 $ 18,79 $
Extraction minière $/t 4,49 $ 5,07 $ 0,78 $ 3,16 $
Traitement du
minerai $/t 4,62 $ 4,25 $ 4,25 $ 4,27 $
G&A $/t 0,86 $ 0,44 $ 0,39 $ 0,45 $
Coûts sur le site $/t 9,96 $ 9,76 $ 5,42 $ 7,89 $

Coût au comptant
direct $/lb 3,80 $ 4,29 $ 3,91 $ 4,13 $
e e
1. La 5 année marque le passage de 50 à 100 ktpj et c’est au cours de la 19 année que le traitement du minerai sortant de la mine sera délaissé
pour le traitement du minerai entreposé.

D'autres renseignements sur les coûts et l'information financière sont fournis dans les autres
sections du communiqué de presse. Un calendrier de production détaillé est disponible en
cliquant sur ce lien. De plus, un plan du site est disponible en cliquant sur ce lien.

3
Possibilités additionnelles de croissance

Produit final de ferronickel — Potentiel d'améliorer la récupération et de réduire les coûts
de traitement et d'affinage
Une étude distincte est en cours afin de déterminer la faisabilité de traiter le concentré de nickel
qui sera produit à Dumont (le « concentré Dumont ») en utilisant une option de traitement
alternative, largement utilisée à plusieurs endroits en Asie, qui livrerait un produit final de
ferronickel pouvant être utilisé directement par l'industrie de l'acier inoxydable.

Lors d'essais en laboratoire, un ferronickel à haute teneur a été produit en utilisant des
procédés en aval éprouvés et couramment utilisés de grillage et de réduction, créant une option
de traitement alternative. Cette option de traitement alternative pourrait potentiellement
permettre des récupérations plus élevées, des coûts moindres ainsi qu'une plus grande
souplesse que les procédés de fusion et d'affinage conventionnels.

Basé sur les essais complétés jusqu'à présent, le ferronickel issu du concentré Dumont serait
un ferronickel à haute teneur avec un contenu en nickel de 55 à 60 %, ce qui se compare
avantageusement aux produits de ferronickel habituels contenant de 15 à 40 % de nickel. Des
bénéfices économiques substantiels pourraient être réalisés de par son potentiel de diminuer le
coût tout en générant des récupérations plus élevées (98-99 % du nickel dans le concentré
Dumont comparativement à 90-93 % typiquement payé par certaines fonderies).

De plus, cette option offre à RNC une plus grande souplesse puisqu'elle est déjà largement
utilisée dans de nombreux endroits en Asie et par conséquent rehausse considérablement notre
capacité à trouver des opportunités de partenariat pour la mise en valeur anticipée de Dumont
(voir communiqué de RNC intitulé « Royal Nickel réussit à fabriquer un produit de
nickel-ferronickel de haute teneur directement à partir du concentré de Dumont » daté du 3
octobre 2011).

Concentré de magnétite — Possibilité de crédits de sous-produits additionnels
Des essais très préliminaires en laboratoire indiquent qu'un concentré à haute teneur en minerai
de fer (magnétite), avec un contenu en fer d'environ 68 %, pourrait être produit en utilisant les
rejets du circuit existant de séparation magnétique à l'usine et en les concentrant par rebroyage
et séparation dans un circuit de séparation magnétique à faible intensité. Lors des essais, le
concentré final de magnétite produit représentait 2,4 % du minerai initial entré à l'usine. Dans le
cadre d'une opération à 100 ktpj, 2,4 % du minerai entrant à l'usine pourrait représenter une
production de plus de 850 000 tonnes de concentré de magnétite annuellement. D'autres essais
plus poussés sont en cours afin de déterminer la faisabilité et la possibilité de commercialiser le
produit pour l'industrie de l'acier; les résultats devraient être intégrés à l'étude de faisabilité.

Optimisation plus poussée de la récupération — Améliorations potentielles du taux de
récupération à l'usinage
Lors des travaux réalisés dans le cadre de l'étude de préfaisabilité, d'importantes
connaissances ont été acquises concernant les variations dans la minéralogie des différentes
parties du gisement et comment ces variations peuvent affecter le taux de récupération. Les
parties du gisement qui renferment de plus grandes quantités de heazlewoodite et qui ont subi
une serpentinisation plus intense présentent généralement un taux de récupération plus élevé,
4
tandis que les parties du gisement avec de plus grandes quantités d'awaruite et qui ont subi
moins de serpentinisation montrent généralement des taux de récupération plus faibles.
Présentement, ces zones enrichies en heazlewoodite sont sous-représentées dans les
échantillons métallurgiques qui ont été utilisés pour déterminer les taux de récupération.
D'autres essais de récupération et études minéralogiques couvrant l'ensemble du gisement
seront complétés afin de mieux comprendre ces relations et ainsi potentiellement améliorer les
taux de récupération par rapport aux niveaux actuels.

Optimisation de la fosse — Concassage dans la fosse / système de trolley —
Améliorations potentielles du coût d'extraction minière
L'analyse de l'aménagement de la fosse réalisée dans le cadre de l'ÉPF laisse entrevoir la
possibilité d'avoir recours soit au concassage dans la fosse ou à un système de trolley pour
améliorer le coût global d'extraction minière du projet en permettant l'utilisation de l'électricité,
soit par des convoyeurs ou des camions qui pourraient utiliser l'électricité pour remonter le
minerai et ainsi remplacer une partie du carburant diesel consommé par les camions.
Environ 50 % de la consommation de carburant diesel sur la durée de vie du projet, qui est
de 1,2 milliard de litres, sert à remonter le minerai. Les travaux détaillés visant à optimiser le
plan d'exploitation et l'aménagement de la fosse qui seront réalisés dans le cadre de l'étude de
faisabilité permettront peut-être d'aller chercher des gains de ce côté.

Étude de préfaisabilité
L'ÉPF fait suite à l'ÉÉP de septembre 2010. Depuis l'ÉÉP, d'importants travaux ont été complétés
tant sur les ressources minérales que sur l'aspect métallurgique. Tel qu'annoncé antérieurement le
schéma de traitement a été simplifié dans l'étude de préfaisabilité, ce qui a généré des bénéfices
importants au niveau des coûts d'exploitation et des dépenses en immobilisations, mais avec une
perte au niveau de la récupération. Le programme de mini-usine pilote, les essais supplémentaires
en laboratoire, et les échantillons pour analyse minéralogique (694 versus 189 échantillons dans
l'ÉÉP) effectués dans le cadre de l'étude de préfaisabilité en 2011, ainsi que l'ajout d'expertise
interne en métallurgie ont permis d'améliorer considérablement la compréhension des facteurs
minéralogiques qui affectent la récupération. Le programme de mini-usine pilote à plus grande
échelle a permis de réaliser des essais sur la récupération après purification. Les nouvelles
connaissances et les formules de récupération mises à jour ont ensuite été intégrées au bloc
modèle, permettant ainsi d'évaluer l'impact global sur la récupération. Les secteurs du gisement qui
sont dominés par la minéralisation en awaruite montrent des taux de récupération beaucoup plus
faibles que les estimations mises de l'avant dans l'ÉÉP. Les secteurs de minéralisation sulfurée ou
mixte avaient des taux de récupération plus faibles, principalement en raison de la récupération plus
faible après purification que le taux estimé dans l'ÉÉP, et certains secteurs spécifiques du gisement
avec des quantités plus importantes de pentlandite finement grenue n'ont pas obtenu des taux de
récupération aussi élevés que le minerai sulfuré dans le reste du gisement.

Le projet Dumont sera une exploitation minière conventionnelle avec une fosse à ciel ouvert et une
usine de traitement, où l'on utilisera des méthodes conventionnelles de forage, de dynamitage, de
chargement à l'aide de pelles électriques et de transport du minerai par camion. L'usine de
traitement aura un débit de traitement moyen de 50 ktpj au départ, en utilisant un broyeur semi-
autogène et 2 broyeurs à boulets pour le broyage, une étape de déschlammage en cyclones, et un
circuit de séparation magnétique et de flottation conventionnelle, le tout pour produire un concentré
de nickel qui renfermera aussi du cobalt et des MGP en sous-produits. L'usine de traitement a été
conçue de façon à pouvoir subir une expansion à la cinquième année d'exploitation pour atteindre
5
un débit de 100 ktpj, en dédoublant tout simplement la plupart des composantes de la première
usine. De nouveaux équipements miniers seront également acquis pour permettre d'augmenter d'un
niveau équivalent la production minière.

L'ÉPF Dumont a été complétée par Ausenco Limited, un chef de file mondial en ingénierie et en
gestion de projets pour les secteurs des ressources naturelles et de l'énergie. Ausenco a été
sélectionné pour réaliser l'ÉPF Dumont en raison de son expertise et de son expérience avec
d'autres projets de métaux usuels à grande échelle de taille similaire, et son expérience éprouvée
dans le traitement de gisements de nickel en contexte ultramafique. En effet, Ausenco a conçu et
construit avec succès le concentrateur Lumwana (55 ktpj) pour Equinox Minerals, le
concentrateur Phu Kham (33 ktpj) pour PanAust et procède actuellement à l'expansion GDP3
(nouveau concentrateur de 30 ktpj) à la mine Gibraltar pour Taseko. D'importantes contributions
au rapport ont été fournies par SRK Consulting (Canada) Inc. (modélisation des ressources,
études géotechniques), David Penswick (conception minière, évaluation financière), GENIVAR
(environnement), et Golder Associates (géochimie environnementale).

Localisation
Le projet nickélifère Dumont est situé dans la partie ouest de la province de Québec. La
propriété se trouve environ 25 km à l'ouest de la ville d'Amos, à environ 60 km au nord-est de la
ville minière et industrielle de Rouyn-Noranda et à 70 km au nord-ouest de la ville de Val-d'Or.

Ressources minérales (incluant les réserves minérales)

Énoncé de ressources minérales, projet nickélifère Dumont, Québec, SRK Consulting,
er 11 novembre 2011 .
Nickel contenu
Estimation de RessourcesTeneur en (000 (millions de
ressources (Mt)nickel (%) tonnes) livres)
Mesurées 1900,29550 1 203
Indiquées 1 2200,27 3 2707 216
Mesurées et indiquées 1 410 0,27 3 8208 419
Présumées 695 0,26 1 7903 939
1. Présenté selon un seuil de coupure de 0,2 % de nickel à l'intérieur du tracé conceptuel de la fosse optimisé selon un prix du
nickel de 9,00 $ par livre, un taux de récupération métallurgique et d'usinage moyen de 41 %,des coûts de traitement du
minerai et G&A de 5,40 $ par tonne usinée, un taux de change de 1,00 $ CA = 0,90 $ US, un angle de pente global dans la
fosse de 40 à 44 degrés selon le secteur, et un taux de production de 100 ktpj. Tous les nombres ont été arrondis pour refléter
l'exactitude relative des estimations. La viabilité économique de ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales
n'a pas été démontrée. Les estimations de ressources minérales ne tiennent pas compte de la capacité d'exploitation, la
sélectivité, la perte minière et la dilution. Ces estimations de ressources minérales comportent des ressources minérales
présumées qui sont normalement considérées trop spéculatives d'un point de vue géologique pour y appliquer des
considérations économiques permettant de les classer dans la catégorie des réserves minérales. Bien que des essais miniers
aient été entrepris dans des secteurs de ressources minérales mesurées et indiquées, il n'y a aucune certitude que les
ressources minérales présumées seront éventuellement converties en ressources minérales mesurées ou indiquées par le biais
de forages additionnels, ni en réserves minérales suivant l'application de considérations économiques.

6
Réserves minérales

Énoncé de réserves minérales, projet nickélifère Dumont, Québec, David Penswick,
er 11 novembre 2011
Nickel contenu
Estimation de RéservesTeneur en (000 (millions de
réserves (Mt)nickel (%) tonnes) livres)
Réserves probables 1 0700,272 876 6 341
1. Présenté selon une teneur de coupure de 0,2 % nickel, à l'intérieur d'un modèle de fosse aménagée. Ce modèle est basé sur un
tracé de fosse optimisé selon la méthode Lerchs-Grossmann, en utilisant un prix de 6,70 $ par livre de nickel, un taux de
récupération métallurgique et d'usinage moyen de 41 %, des coûts de traitement du minerai et G&A de 6,30 $ par tonne usinée,
un taux de change de 1,00 $ CA = 0,90 $ US, un angle de pente global dans la fosse de 40 à 44 degrés selon le secteur, et un
taux de production de 50 ktpj. Tous les nombres ont été arrondis pour refléter l'exactitude relative des estimations. Les réserves
3
minérales sont basées sur des unités d'exploitation de 6 000 m minimum et un facteur de 0,65 % a été appliqué pour la dilution,
et de 0,80 % pour la perte minière.

Exploitation minière
Environ 50 millions de tonnes de matériel devra être retiré avant de démarrer les opérations. Le
plan d'exploitation sur la durée de vie de la mine envisage l'extraction de 2,3 milliards de tonnes
de matériel, soit 1,2 milliard de tonnes de roches stériles et de mort-terrain, et 1,1 milliard de
tonnes de minerai sur la durée d'exploitation de 19 ans, à l'aide de pelles à câbles électriques et
de camions de halage de 240 tonnes. Le minerai à basse teneur sera entreposé de façon à
maximiser le traitement de minerai plus riche dans les premières années. Le ratio de décapage
global du projet est de 1,2 : 1.

Il est prévu qu'environ 0,5 milliard de tonnes de stocks de minerai à basse teneur seront
entreposés à la fin de l'exploitation minière, et ceux-ci seront usinés au cours des 12 années
suivantes; la fosse sera alors utilisée pour entreposer les résidus miniers.

Un calendrier de production détaillé est disponible en cliquant sur ce lien.

Traitement du minerai
L'usine de récupération du nickel et les installations associées traiteront le minerai sortant de la
mine qui sera acheminé à un premier concasseur pour alimenter un circuit d'usinage
conventionnel comportant un concasseur giratoire primaire, une combinaison de broyeurs semi-
autogènes et à boulets, une étape de déschlammage, flottation du nickel et séparation
magnétique des rejets de flottation. Les étapes subséquentes de purification des concentrés de
flottation et de séparation magnétique auront lieu par la suite. Le concentré de nickel sera
épaissi et filtré sur place, puis sera chargé soit par camion ou par train pour être expédié à une
fonderie externe.

En plus de récupérer le nickel, du cobalt, du platine et du palladium seront aussi récupérés dans
le concentré de nickel. La récupération du cobalt est estimée à 70 %, conformément à la
récupération dans la pentlandite puisque la majeure partie du cobalt se trouve dans la
pentlandite. La récupération du platine et du palladium dans le concentré a été estimée en
fonction de deux analyses du concentré, qui indiquent des teneurs de 2 g/t Pt et 3 g/t Pd dans le
concentré combiné des essais en circuit fermé.

7
La teneur en nickel du concentré devrait être supérieure à 34 % Ni pour les 15 premières
années, puis diminuera éventuellement à 30 % lorsque le matériel entreposé sera traité après
l’épuisement de la fosse.

Un calendrier de production détaillé est disponible en cliquant sur ce lien.

Le système de gestion des résidus miniers consistera en une installation de gestion des résidus
(« IGR ») située immédiatement au nord du complexe minier/de traitement. L'IGR sera conçue
pour entreposer 602 millions de tonnes de résidus épaissis, soit une quantité suffisante pour
les 19 premières années d'activités dans la fosse. Par la suite, lorsque les activités d'extraction
minière auront cessé dans la fosse, les résidus de l'usine seront pompés directement dans la
fosse. Les eaux de procédé seront accumulées dans des bassins tapissés de membranes
situés près du site de l'usine. Les eaux de procédé proviendront de différentes sources, soit
l'eau pompée de la fosse, l'eau recyclée de l'IGR, du captage des eaux de surface, et une
certaine quantité d'eau extraite de la rivière Villemontel.

Infrastructures
Le projet Dumont est situé à proximité d'un chemin de fer, d'une route et d'une ligne de
transmission électrique dont la capacité sera suffisante pendant la période de construction. Un
petit embranchement de voie ferrée de 8 km sera construit à partir du chemin de fer principal
pour accéder à la propriété minière, et une ligne de transmission électrique de 40 km, à partir
d'une sous-station existante, sera construite pour assurer une alimentation suffisante en
électricité lorsque l'exploitation minière débutera.

Estimation des dépenses en immobilisations

1
Sommaire des dépenses en immobilisations (millions $)
Dépenses en Dépenses en Dépenses en Dépenses
immobilisations immobilisations immobilisations totales
(millions $) initiales d'expansion de maintien
221 $ 725 $Mine 335 $ 169 $
337 $ 1 004 $Usine de traitement 354 $ 313 $
92 $ 133 $Résidus 30 $ 11 $
2 - 92 $Infrastructures 67 $ 25 $
- 301 $Frais indirects 184 $ 117 $
83 $ 323 $Éventualité 142 $ 98 $
1 112 $ 733 $ 733 $ 2 578 $Total
1. Le degré d'exactitude des estimations de dépenses en immobilisations est de à +/- 25 %.
2. Le coût des infrastructures dans les dépenses de maintien est compris dans le coût pour l'usine de
traitement.

Une éventualité de 15 % des frais directs et indirects est incluse dans l'estimation des dépenses
en immobilisations initiales, basé sur une analyse point par point du niveau de définition atteint
en ingénierie par secteur dans l'ÉPR.

8
En supposant la parité entre le $ CA et le $ US, l'investissement initial serait de 1,2 milliard $ et
l'investissement requis pour l'expansion serait de 0,8 milliard $.

Estimation des coûts d'exploitation

Coût d'exploitation $/livre
Extraction minière 1,42 $
Traitement du minerai 1,91 $
G & A 0,20 $
Coût total sur le site 3,53 $
Coût du traitement/affinage 1,15 $
Crédits pour les sous-produits (0,55) $
Total 4,13 $

Analyse économique et sensibilité
Toutes les hypothèses au niveau des prix des métaux sont les mêmes que celles utilisées dans
l'ÉÉP, à l'exception du prix du nickel qui a été augmenté à 9,00 $ par livre comparativement
à 7,50 $ par livre, ce qui est plus conforme au prix moyen à long terme du nickel employé par
les cinq analystes qui couvrent présentement RNC (moyenne à 9,04 $), ainsi que le prix au
comptant moyen du nickel au LME du début de l'année 2008 jusqu'au 30 septembre 2011, qui
était de 9,17 $ par livre.

Analyse économique
Paramètre Avant impôt Après impôt
VAN (millions $ @ 8 %) 1 918 $ 1 083 $
TRI 20,2 % 16,6 %
Période de recouvrement simple (années) - 6,5
La VAN a été calculée à compter de la date du début de la construction (janvier 2014), en utilisant des estimations en
dollars réels d'octobre 2011.

Principales hypothèses
Paramètres Hypothèse
Taux d'actualisation pour la VAN (%) 8 %
Prix du nickel ($ par livre) 9,00 $
Dépenses en immobilisations initiales (millions $) 1 112 $
Dépenses en immobilisations d'expansion (millions $) 733 $
Coût d'exploitation total sur le site (millions $) 8 435 $
Dépenses en immobilisations de maintien (millions $) 733 $
Coût total traitement/affinage (millions $) 3 052 $
Prix du cobalt ($ par livre) 12,00 $
Prix du platine ($ par once) 1 500 $
Prix du palladium ($ par once) 750 $
Tarif d'électricité ($ CA par kilowatt heure) 0,043 $


9

Sensibilité VAN (8 %) TRI
(millions $) (%)
Prix du nickel ± 1 $/lb 445 $3,2 %
Prixel ± 10 % (8,10 - 9,90 $/lb) 402 $2,8 %
Récupération à l'usinage ± 1,0 % 104 $0,8 %
Nickel payable ± 1 % 44 $0,3 %
Dépenses en immobilisations initiales ± 10 % 76 $1,1 %
Dépenses en immobilisations d'expansion ± 10 % 35 $ 0,4 %
Dépenses en immobilisations totales ± 10 % 132 $ 1,6 %
Coût d'exploitation sur le site ± 10 % 271 $ 1,8 % u traitement/affinage ± 10 % 98 $ 0,7 %
$ US/$ CA ± 0,05 $ 147 $ 1,5 %
Prix du cobalt ± 1 $ 16 $ 0,1 %
Prix du pétrole ± 10 $ 24 $ 0,2 %


Obtention des permis
GENIVAR, une firme de génie-conseil d'envergure internationale, a été mandatée tant pour
compléter un Avis de projet (l’« avis de projet ») qui amorcera le processus d'obtention des
permis environnementaux et qui devrait être déposé d'ici la fin du mois de novembre 2011, que
pour réaliser une étude des impacts environnementaux et sociaux (« ÉIES »), dont le dépôt est
prévu pour la mi-2012, le tout dans le but d'avoir en main les permis requis pour le projet d'ici la
fin de l'année 2013. Pour contribuer davantage au processus d'obtention des permis, RNC a
mis en branle un processus de consultation des intervenants. Les résultats des consultations de
la première phase ont été pris en compte dans l'élaboration de l’ÉPF.

Des essais géochimiques ont démontré que les roches stériles et les résidus miniers ne
devraient pas être acidogènes et qu'il ne sera pas nécessaire de procéder à la déposition des
résidus sous l'eau. De nombreuses études du milieu de départ ont été complétées et n'ont pas
indiqué l'existence de contraintes environnementales majeures.

Conformité au Règlement 43-101
Les données techniques dans ce communiqué ont été préparées conformément aux exigences
règlementaires canadiennes par ou sous la supervision de Paul Staples, ing., de Ausenco
Limited, de Sébastien Bernier de SRK Consulting (Canada) Inc. et de David Penswick, ing., qui
sont tous des personnes qualifiées indépendantes tel que défini dans le Règlement 43-101 sur
les informations concernant les projets miniers (le « Règlement 43-101 »). Les données
techniques dans ce communiqué ont été révisées par Alger St-Jean, P. Geo., vice-président à
l'exploration de RNC et personne qualifiée, et Johnna Muinonen, P. Eng., vice-présidente à la
métallurgie de RNC et personne qualifiée.


10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.