FRANCS-MAÇONS ET RÉVOLUTIONNAIRES

Publié par

  • cours - matière potentielle : la transition révolutionnaire7
  • mémoire
Domitia, n°11, 2010, p. 79 - 84 céline Sala, docteur en histoire, Université de Montpellier II. FRANCS-MAÇONS ET RÉVOLUTIONNAIRES du fantasme à la réalité catalane Céline SALA La Révolution française est porteuse d'une charge affective forte tant chez les francs-maçons désireux de s'approprier le legs révolutionnaire que chez les tenants de l'antimaçonnisme tel Mgr Fava qui perçoit dans la Franc-maçonnerie « la mère de toutes les révolutions ».
  • histoire de la révolution dans le département des pyrénées-orientales
  • aptitude des frères
  • loge maçonnique
  • sociétés de pensée
  • loge
  • loges
  • révolutionnaires
  • révolutionnaire
  • révolutions
  • révolution
  • xviiie siècle
  • xviiie siècles
  • politique
  • politiques
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 93
Source : crhism.files.wordpress.com
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
FRANCS-MAÇONS ET RÉVOLUTIONNAIRES
Du fantasme à la réalité catalane
Céline SALA
a Révolution française est porteuse d’une charge affective forte tant chez les francs-maçons désireux de s’approprier le legs révolutionnaire que chez les tenants de touLtes les révolutions »1. Les relations entre la Franc-maçonnerie et la Révolution française gr l’antimaçonnisme tel MFava qui perçoit dans la Franc-maçonnerie « la mère de occupent une part importante de l’historiographie révolutionnaire. Pourtant, elles n’ont été que peu prises en considération par les historiens roussillonnais de la Révolution . La densité du tissu maçonnique et le vif engouement qu’il rencontre dans l’espace géogra-phique nord-catalan appelle toutefois d’en étudier le lien lorsque les événements de 1789 ébranlent la province roussillonnaise. Ainsi, on ne saurait aborder la Révolution à travers le prisme de la Franc-maçonnerie en terres catalanes sans évoquer les grands courants historiographiques qui associent Franc-maçonnerie et Révolution. Dès la Révolution est apparue l’idée selon laquelle les événements de 1789 auraient été le produit d’un complot maçonnique visant à déstabiliser les fondements de la société. Le contemporain perpi-gnanais Joseph Jaume énonce d’ailleurs dans ses Mémoires que « la Franc-maçonnerie est une secte des plus impies philosophes, leur devise est d’être l’ennemi des rois et de tout culte. Leur doctrine est que tous les hommes soient égaux, nul ne pouvant être supérieur à l’autre, ni commander et les souverains doivent appartenir à la multitude. Toute religion, présentée comme l’ouvrage de Dieu, est une absurdité et toute puissance se disant spirituelle est un abus et un attentat. On ne peut trouver une doctrine plus impie et plus exécrable » .
1 - Éric Saunier, « La révolution »,Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, Paris, Librairie générale française, 000, p. 75.  - PierreVidal,Histoire de la Révolution dans le département des Pyrénées-Orientales, tome I, Perpignan, Imprimerie de l’Indépendant, 1885 ; Philippe Torreilles,Perpignan pendant la Révolutiontomes, Perpignan,,  Imprimerie Charles Latrobe, 1896-1897 et Pierre Vidal,Histoire de la Révolution dans le département des Pyrénées-Orientales, tome I, Perpignan, Imprimerie de l’Indépendant, 1885; Michel Brunet,Le Roussillon face à la Révolution française, Perpignan, Trabucaire, 1989. Seuls, Pierre Vidal et Philippe Torreilles évoquent, et encore en peu de mots, la Franc-maçonnerie perpignanaise avant la Révolution mais jamais dans son rapport à la Révolution.  - Arch.Dép. Pyrénées-Orientales,Mémoires, de Joseph Jaume,op. cit., p. 65. Les notes de Jaume traduisent gr la pensée de nombre de catholiques roussillonnais, dont MLaporte est le chef de file, qui reprochent aux francs-maçons de feindre la soumission au gouvernement pour mieux le combattre, de propager l’irréligion
Domitia, n°11, 2010, p. 79 - 84
céline Sala,docteur en histoire, Université de Montpellier II.
Les loges nord-catalanes auraient ainsi expérimenté les principes révolutionnaires bien avant 1789. Une théorie qui exerce un fort pouvoir de séduction mais qui ne résiste pas à l’analyse.
QUELLE pARTICIpATION dES FRANCS-MAÇONS dANS LE pROCESSUS RÉVO-LUTIONNAIRE ?
Les rapports entre la Franc-maçonnerie et la Révolution française s’organisent autour d’une véritable bipolarisation historiographique. On rencontre, d’une part, une littérature basée sur la « théorie du complot » portée par les clercs Lefranc et Barruel et d’autre part, on constate l’existence d’un courant opposé, dont les écrits d’Albert Mathiez marquent un paroxysme en 196, qui nie toute relation entre les pratiques maçonniques et la sociabilité politique révolutionnaire . Dans le «Préliminaire » de sesMémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, le jésuite 5 6 Augustin de Barruelreprend la thèse de l’abbé Lefrancselon laquelle c’est un complot maçonnique qui serait aux origines de la Révolution française. «Dans cette révolution française, tout, jusqu’à ses forfaits les plus épouvantables, tout a été prévu, médité, com-biné, résolu, statué; tout a été l’effet de la plus profonde scélératesse, puisque que tout a été amené par des hommes qui avaient seuls le fil des conspirations longtemps ourdies dans 7 les sociétés secrètes, et qui ont su choisir et hâter les moments propices au complot » . Les prémices de la Révolution s’enracineraient dans un projet consciencieusement élaboré puis réalisé par des conspirateurs désireux d’en découdre avec l’État absolutiste. Les causes de la Révolution traditionnellement invoquées telle la crise des institutions et les vives tensions provoquées par les mutations économiques et sociales survenues dans la France des Lumières seraient alors reléguées au second plan. Les francs-maçons, appartenant à une association irréligieuse et subversive, auraient joué de concert un rôle direct dans l’accomplissement de l’événement révolutionnaire sous la forme d’un complot fomenté dans les loges. La pratique du secret servant alors de sombres projets parmi lesquels figure le désir de renverser la Monarchie. Cette thèse étonnante rencontre un succès modeste à ses débuts mais fait son chemin. Elle aboutit progressivement à un consensus atypique réunissant cléricaux et républicains, francs-maçons et anti-maçons, durant un siècle et demi. Pour expliquer cela, il est nécessaire bien sûr d’alléguer les conditions favorables du
sous couvert d’amusements anodins et de protéger les prêtres constitutionnels qui refusent de se soumettre au nouvel évêque.  - Albert Mathiez va même au-delà en présentant aussi la conviction contre-révolutionnaire des frères qui ne seraient que « des politiques illuminés traduisant la Déclaration des Droits de l’homme et du Citoyen en doctrine occulte » (André Chénier). Mathiez expose son opinion dans son compte-rendu du livre de Gaston Martin, « La Franc-maçonnerie française et la préparation de la Révolution »,dansAnnales Historiques de la Révolution française, 196, Paris, PUF, 196, p. 179. 5 - Régent du collège jésuite de Toulouse, Barruel commence à exercer comme professeur en 176, année où le parlement de Toulouse expulse la Compagnie de Jésus. L’abbé s’engage alors dans l’un des combats de sa vie qui le mènera de la lutte contre les « philosophes » (il est le collaborateur de l’ennemi de Voltaire, Élie Fréron, àl’Année littéraireentre 177 et 178) à la lutte contre la Franc-maçonnerie. 6 - L’abbé Lefranc ainsi que l’abbé Baissie posent les jalons de la célèbre thèse du complot révolutionnaire dont Barruel se fera le porte-parole sous le Directoire. 7 - « Préliminaire » de l’abbé Barruel dans son ouvrageMémoires pourservir à l’histoire du jacobinisme, publié en 1796. L’abbé Barruel est l’inventeur de l’idée du complot maçonnique. SesMémoires,qu’il rédige de 179 à 1798, alorsqu’il est émigré, dénoncent avec virulence le projet des conspirateurs, philosophes et francs-maçons désireux d’en finir avec l’Ancien Régime. Cet ouvrage apparaît comme la rencontre entre cet abbé à la personnalité singulière et un antimaçonnisme préexistant à ses réflexions. Le socle du barruélisme servira l’antimaçonnisme de Vichy où la thèse du complot maçonnique sera reprise et développée plus tard par Bernard e Fay,La Franc-maçonnerie et la révolution intellectuelle du XVIIIsiècle, Paris, Éditions de Cluny, 195, 88 p.
80 Francs-maçons et révolutionnaires...
Domitia 11 - 2010
e 8 premier XIXsiècle. Tout d’abord, sous la Révolution, la Maçonneriela visionévoluait et qu’en avait l’opinion publique également. Laïcisée et souvent encline au politique dès le Directoire, la Franc-maçonnerie se replie autour de groupes qui soutiennent la France 9 libérale puis la République . C’est manifestement avec ce regard déformé par ces données e e nouvelles que les maçons du XIXsiècle ont jugé ceux du XVIIIsiècle. La participation e des Maçons aux combats pour la mise en place de la IIIRépublique n’est pas non plus étrangère au succès du barruélisme. Les anti-maçons utilisent la thèse du complot pour fournir la preuve d’une «subversion continue» de la part des loges et les Maçons sont flattés par le rôle honorifique attribué à leurs ancêtres. Par exemple, en 187-188, le républicain Louis Blanc publie dans sonHistoire de la Révolution françaisedans laquelle il adhère au mythe et en fonde un autre, celui des origines maçonniques du «Liberté, égalité, fraternité». D’ailleurs, en1865, le Grand Orient de France officialise la thèse. Cet épisode est décisif puisque les francs-maçons républicains reprennent à leur compte la théorie de Barruel. La vision de Barruel ne rencontre que peu d’échos aujourd’hui parmi la communauté des historiens, qui la considèrent, seulement depuis la fin de la Seconde 10 Guerre Mondiale, comme un mythe historiographique. Elle continue en revanche de véhiculer la thèse des influences maçonniques sur la Révolution française. Entre-temps, et alors que le barruélisme est florissant, une personnalité surprenante renou-velle le débat sur les origines maçonniques de la Révolution française : il s’agit d’Augustin 11 Cochin (1876-1916). Chartiste de formation, familier des archives, il réalise une enquête de terrain sur laquelle il fonde sa démonstration, en dressant un relevé minutieux portant 1 sur la période pré-révolutionnaire, en Bourgogne puis en Bretagne. Il fait appel à l’in-terdisciplinarité notamment à la sociologie naissante qui lui inspire l’étude des réseaux. Il a cependant une approche singulière de la Franc-maçonnerie où se mêlent tradition –il présente l’organisation comme subversive à l’encontre du pouvoir politique et religieux en le 1 déclinant anti-catholique – et modernité. Si Augustin Cochin est convaincu de l’existence d’un complot, la théorie qu’il échafaude est différente de celle de l’abbé Barruel. L’action des loges est au cœur de l’enquête de Cochin, ce ne sont effectivement plus les hommes qui portent le projet révolutionnaire mais l’atelier maçonnique : « On voit de 1769 à 1780 sortir de terre des centaines de petites sociétés à demi découvertes, autonomes en principe comme des loges mais agissant de concert comme les loges, constituées comme elles aussi, animées du même esprit "patriote" et "philosophique" et cachant mal des visées politiques semblables sous des prétextes officiels de science, de bienfaisance ou de plaisir : sociétés académiques, littéraires, patriotiques, musées, lycées, sociétés d’agriculture même ». Les lieux de socia-bilité sont alors élevés au rang de « sociétés de pensée », considérés comme des laboratoires de pensées et de pratiques que les clubs, sous la Révolution, se contentent de plagier.
8 - Michel Taillefer relate que plusieurs loges à Toulouse ont fonctionné sans interruption pendant toute la période révolutionnaire. Il semble que le cas soit similaire dans les autres villes du royaume, comme Bordeaux ou Lyon, où une vie maçonnique, certes affaiblie, s’est maintenue souvent jusqu’en 179 ou 179 (Michel Taillefer,La Franc-maçonnerie toulousaine 1741-1799; Paris, C.T.H.S, Commission d’histoire de la Révolution Française, « Mémoires et documents » n° 1, 198). 9 - Claude Mazauric et Éric Saunier,« La Révolution française à la fin de la Franc-maçonnerie rouennaise », Les pratiques politiques en province à l’époque de la Révolution française, Actes du Colloque tenu à Montpellier le 18-0 sept. 1987, Montpellier, Centre d’Histoire contemporaine du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, Université Paul Valéry, 1989, p. 87-95. 10 - Plus particulièrement depuis les années 1960 où le dépouillement des sources de la Bibliothèque Nationale de France fut rendu accessible au chercheur grâce au classement réalisé par Alain le Bihan. Il le présente dans Loges et Chapitres de la Grande Loge et du Grand Orient de France, 1967, rééd. C.T.H.S., 1990, 56 p. 11 - Augustin Cochin naît en 1876, son père, Denys Cochin, lui a transmis un catholicisme et un sentiment monarchique profonds, qui se déclinent cependant sur le mode de l’indépendance d’esprit et du libéralisme. Son éducation permet de mieux saisir le sens de ses propos. La guerre l’empêche d’achever son enquête, il meurt en 1916, ses écrits paraîtront toutefois à titre posthume entre 190 et 195. 1 - Augustin Cochin,Les sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne1788-1789, Paris, Plon-Nourrit, 195,  volumes. 1 - Augustin Cochin,Les sociétés de pensée et la démocratie, Paris, Plon-Nourrit, 191 mais également dans La Révolution et la libre-pensée(19).
Domitia 11 - 2010
81 Céline Sala
Cochin va plus loin dans la démonstration. Les sociétés de pensée formeraient une « ma-chine » dirigée par un « appareil directeur » qui piloterait le tout dans le but d’enclencher le processus révolutionnaire. Dans l’organigramme, la Maçonnerie occupe une place de choix en raison de son succès (9loges retenues par Cochin dans le seul observatoire breton), de ses réseaux de correspondance denses et surtout de son fonctionnement dé-mocratique. En dépit de la marginalité de l’auteur, ses thèses séduisent l’Allemagne des années 190. Ce sont les sociologues qui explorent les premiers les pistes proposées par Cochin. Ernst Manheim, puis, plus tard, Reinhart Kosseleck et Jürgen Habermas s’appuient sur ses réflexions quant à la place de la loge dans la France pré-révolutionnaire pour revisiter les 1 mentalités dans le monde urbain à l’époque moderne. En France, la thèse de Cochin réapparaît lorsque, en plein débat sur l’interprétation de la Révolution française, Fran-çois Furet avance, dansPenser la Révolution française, l’idée selon laquelle la Révolution était conçue dans les esprits avant de s’accomplir dans les événements et que la fusion 15 des élites nobiliaires et bourgeoises était possible avant 1789. Toute recherche sur les loges nord-catalanes permet de nuancer ces propos. La démocratisation de l’institution maçonnique depuis la naissance du Grand Orient en 177 peut certes laisser supposer que les mentalités sont disposées à accueillir une nouvelle culture politique plus de vingt ans avant les états généraux de 1789. Par ailleurs, et allant au-delà des constats de Cochin, la Maçonnerie roussillonnaise ouvrant ses portes aux représentants des trois ordres autour du principe d’égalité, peut effectivement être perçue comme un espace privilégié d’un compromis entre élites. Cependant, l’écho de Cochin induit une vision quelque peu déformée de la situation amenant Ran Halevi, disciple de François Furet, à percevoir dans la sociabilité démocratique des loges, l’origine des pratiques politiques de la Terreur 16 de 179. L’observation des comportements et la reconstitution des itinéraires profanes 17 des initiés nord-catalansdéstabilisent l’argumentation de Cochin qu’une mort précoce empêcha d’aller au bout de son analyse. Elles révèlent, dans la Maçonnerie du Roussillon, la prégnance des mentalités d’Ancien Régime ainsi qu’une volonté de limiter socialement l’accès au temple maçonnique annihilant, par là même, la dimension du projet démocra-tique. Force est de constater en Roussillon, des vénérables qui tentent de se perpétuer au 18 pouvoir ,des loges élitaires qui tentent, entre 178 et 1789, d’empêcher la reconnaissance 19 de nouveaux ateliers ouverts à la petite bourgeoisieou encore un recrutement fondé sur les liens familiaux et professionnels, choisissant plutôt la cooptation traditionnelle que la 0 nouveauté .Nombreuses sont les manifestations de ces pratiques traditionnelles. Après
1 - Reinhart Kosseleck,Le Règne de la critique, Paris, Éditions de Minuit, trad., 1979 et Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978. 15 - François Furet,Penser la Révolution, Paris, Gallimard, 1978 dans lequel il approfondit les idées avancées dansLa Révolution française, 1965-1966, Paris, Hachette,  volumes, rééd.1986. 16 - Ran Halevi,Les loges maçonniques dans la France d’Ancien Régime aux origines de la sociabilité démocrati-que...,op. cit., p. 11. 17 - CélineSala,Les Francs-maçons de Perpignan à Barcelone entre Lumières et Restauration (1740-1830),Paris, Collection « Les Dix-huitièmes siècles », Honoré Champion, 008, sous presse. 18 - LesArchives «russes »du Grand Orient nous renseignent avec précision sur les frères vénérables Basset et Sournia qui sont détenteurs d’une patente pour leur atelier et qui n’envisagent pas que leurs frères puissent maçonner sans qu’eux-mêmes tiennent le maillet. 19 - Les frères roussillonnais de la logeLes Frères Réunisne disent-ils pas au sujet de leur approbation à la mise en place « régulière » de la logeSaint-Jean des Arts de la Régularité: « Il serait dangereux d’installer une loge composée d’artisans qui pourraient par leurs indiscrétions et une conduite peu réfléchie nuire à l’Art Royal » (Bibliothèque Nationale de France, Cabinet des manuscrits occidentaux, fonds maçonnique, F.M 7,dossier de la loge desFrères Réunis, orient de Perpignan, planche de la loge du  février 178).0 - Nous avons un exemple précis avec la cooptation, à travers le lien professionnel, qui a eu lieu au sein du Conseil Souverain. Sa composition révèle plus de 80% des membres qui se côtoient au Conseil Souverain et dans l’enceinte des temples maçonniques (Céline Sala, « La sociabilité des Lumières comme espace de e dialogue entre la ville et le roi : l’exemple de Perpignan au XVIIIsiècle »,Pouvoirs municipaux et pouvoir e e royal en Roussillon et en Languedoc XVII-XVIII siècle,Presses Universitaires de Perpignan, Collection Études, 006, p. 97-108).
82 Francs-maçons et révolutionnaires...
Domitia 11 - 2010
avoir étudié que le lent déclin de la Maçonnerie nord-catalane à partir de 1791 n’est pas 1 la conséquence de son inadaptation à la culture associative de la Révolution, Il serait à présent judicieux d’envisager si on retrouve les francs-maçons dans les sociétés populaires ainsi que dans celles nommées « sociétés populaires régénérées » en l’an II (179). Quant à l’idée avancée par François Furet d’une fusion des élites dans les loges, il semble qu’en terres roussillonnaises la situation soit infiniment plus complexe. En Roussillon, cet amalgame existe effectivement si l’on observe le recrutement maçonnique dans sa globalité mais l’analyse approfondie de la situation de chaque atelier dans chacun des orients nord-catalans, et particulièrement à Perpignan en limite la portée. Elle révèle en effet de véritables frontières au sein de l’espace maçonnique issues d’un code et de règles  de distinction implicites. Au final, la thèse de Barruel et celle de Cochin soulèvent de vives réserves en Roussillon. On est conduit localement à des conclusions bien différentes. La loge maçonnique ap-paraît bien, dans le Roussillon d’Ancien Régime, comme le réceptacle de courants de pensée contradictoires et le siège de tensions sociales caractéristiques d’une période de crises. Toutefois, si la loge est première dans l’histoire maçonnique de la Révolution, il ne faudrait pas privilégier une histoire institutionnelle de cette structure de sociabilité, de l’obédience à la loge, en oubliant l’essentiel : l’individu, son cheminement particulier et communautaire vers la lumière, sa démarche dans la société civile et son engagement dans la cité.
QUELS COMpORTEMENTS pOLITIQUES dANS LA SOCIÉTÉ CATALANE ?
Aborder les conduites politiques, c’est-à-dire le rapport des frères au politique, est une en-treprise difficile car cela peut orienter la recherche vers la mise au jour d’un comportement politique collectif des initiés lors des événements révolutionnaires, problématique néces- sairement réductrice qui est aujourd’hui dépassée. Une telle démarche, en Roussillon, oublierait les hommes qui font la Franc-maçonnerie. Elle conduirait, en effet, à envisager les acteurs sans prendre en compte ce qu’ils sont, sans distinguer leurs itinéraires maçon-niques en les resituant de manière systématique dans une classification politique rigide  et contrefaite en ignorant tout de leur parcours et de leur évolution personnelle. C’est pourquoi plutôt que d’étudier des comportements politiques de groupes sociaux, il s’agirait plutôt d’envisager la participation politique de frères dans les pratiques révolutionnaires. Cela consisterait à analyser la participation des Maçons au processus révolutionnaire et les formes qu’elle revêt. Bien entendu, cet exercice ne permet pas de retrouver l’intégra-5 lité de la société maçonnique dans la cité. Même corrélées, les sources « profanes »ne conduisent que vers une minorité de frères, celle qui a participé avec le plus d’éclat à la vie de la cité. Les conclusions tirées ne sont donc que partielles mais cela ne rend pas pour
1 - Céline Sala,Élites, sociabilité et réseaux relationnels. Les Francs-maçons en Roussillon et en Catalogne des Lumières à la Restauration. èsede doctorat, Université de Nice-Sophia-Antipolis, 006.  - CélineSala, «L’espace maçonnique entre circulation fraternelle et frontières profanes: l’exemple e de Perpignan au XVIIIsiècle », Les: marges, frontières, discontinuitésfrontières dans la ville, Maison des Sciences de l’Homme et le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, Coll. Cahiers de la Méditerranée, n° 7, 007, p. 7-6. e  - ÉricSaunier met en garde contre une tradition historiographique datant du début du XX siècle e autour de E. Lesueur (siècleLa Franc-maçonnerie artésienne au XVIII, Paris, 191) qui visait à ébaucher une classification politique artificielle des francs-maçons (Éric Saunier,Révolution et sociabilité en Normandie au e e tournant des XVIIIet XIXsiècle. 6 000 francs-maçons de 1740 à 1830,op. cit., p. 15).  - Cela implique en plus d’accepter le postulat d’une existence de « groupes » politiques monolithiques. 5 - L’ensemble des sources sur lesquelles repose cette démarche est présenté, sous forme de tableaux, à la fin de l’étude.
Domitia 11 - 2010
83 Céline Sala
autant caduque la stratégie qui consiste à s’intéresser à la partie de la société maçonnique la plus active dans la cité. Plusieurs arguments justifient leur exploitation. Tout d’abord, le Roussillon est très réceptif à la Franc-maçonnerie et le groupe définissable est loin d’être négligeable. Rappelons que la recherche des francs-maçons catalans a permis de 6 retrouver plus d’un millier d’initiéssur un espace géographique restreint au cours de la 7 transition révolutionnaire. Cela repose sur le postulat que leur goût pour la sociabilité et leurs positions sociales les conduisent à en constituer les cadres. Mais aussi, en approchant les élites de la Franc-maçonnerie aux dépens des anonymes, n’examine-t-on pas ceux de la société maçonnique jugés responsables par les tenants du complot de la manipulation des foules? Ce groupe nécessite donc un regard attentif qui permet de réfuter cette thèse et d’élaborer une analyse sur le comportement –et ses évolutions– d’un grand nombre de frères. Enfin, découvrir les élites maçonniques locales dans la transition révolutionnaire, à travers les sources « profanes », permet d’approcher un des thèmes mis en perspective par l’historiographie et les sources maçonniques : la connaissance de la Franc-maçonnerie catalane comme lieu de rencontre voire d’osmose entre les élites sociales. Pour observer la participation politique des initiés, il convient donc aussi de prendre la mesure de l’intensité de l’activité des francs-maçons durant les événements, en évaluant leur action au sein du groupe dirigeant, après les changements institutionnels de1789. Ces épisodes retiennent l’attention car ils annoncent une nouvelle ère du politique où l’on apprend à devenir citoyen à travers le vote, mais démontrent aussi l’aptitude des frères à recueillir les suffrages de leurs concitoyens. Ce n’est que par ce biais-là que l’on est rensei-gné sur les actions de nombre de Maçons. Cela autorise peut-être à dégager une attitude insolite d’un groupe social noble, clerc ou roturier quant aux formes et à l’intensité de leur participation à la vie politique. Et non le contraire. Cet élan vers la vie politique lors des événements de 1789 serait peut-être le fruit d’une pratique déjà acquise sous l’Ancien Régime.
La conviction qu’il existerait des influences maçonniques sur la Révolution française est persistante et résistante. Pourtant, cette période est paradoxalement l’un des moments les plus difficiles dans les annales de l’Art Royal où l’espace français enregistre la plus faible activité maçonnique de son histoire. Si le Royaume de France compte en effet plus 8 de mille loges à la fin de l’Ancien Régime, la structure du Grand Orient de France qui coordonnait plus de 700 loges en 1789 voit ses effectifs chuter durant la période pour 9 atteindre seulement moins de 0 ateliers en 1796.
6 - Grâce à l’exploitation des sources disponibles à la Bibliothèque Nationale de France de 17 à 180 à laquelle s’ajoute le dépouillement récent des Archives « Russes » du Grand Orient de France, l’inventaire des francs-maçons que nous avons dressé avoisine le millier de frères de part et d’autre de la frontière espagnole. 7 - La superficie de la province du Roussillon sous l’Ancien Régime est de 555 kmet celle de l’actuel département des Pyrénées-Orientales, datant de 1790, s’élève à 990 km . 8 - Daniel Roche, « Mille loges au royaume de France! »,L’Histoire, n° 56, juillet-août 001, p. -9. 9 - Éric Saunier, « La maçonnerie est-elle à l’origine de la Révolution? »,L’Histoire, n° 56, juillet-août 001, p. 0-5.
84 Francs-maçons et révolutionnaires...
Domitia 11 - 2010
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.