Grands courants de la littérature.

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : l' année dernière
  • cours - matière potentielle : oral
  • cours - matière potentielle : oral de l' année
  • exposé
  • cours - matière potentielle : des grands courants de la littérature
  • cours - matière potentielle : oral et du syllabus
1 Résumé CJC 2011-12 TRAN – B105 Grands courants de la littérature. Mme. V. André Mme. L. Brogniez
  • résumé cjc
  • fiction mimant la vérité
  • réalité par la fiction
  • réalité dans la fiction
  • vérité par le mensonge
  • syllabus existant
  • roman
  • romans
  • temps
  • fiction
  • fictions
  • monde
  • mondes
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 73
Source : cjculb.be
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Résumé CJC TRANB105 2011-12 Grands courants de la littérature. Mme. V. André Mme. L. Brogniez
AVERTISSEMENT Le résumé est un document réalisé par unétudiantpartir du à contenu des cours d’une annéeprécédente. Même si le cercle tente de fournir la version la plus récente, le contenu du résumé ne correspond pas toujoursexactement avec le cours donné cette année. De plus, l’étudiant qui l’a rédigé perçoit le coursà sa propre manièrenote les informations que LUI-MEME juge pertinentes et (la dénomination «résumé» recouvre d’ailleurs des réalités différentes). Cela va du simple résumé d’un syllabus existant à une compilation des notes du cours oral (à manipuler avec précaution), en passant par un mix du cours oral et du syllabus réalisé par un étudiant ultra motivé et très altruiste ! Bref, laqualitéet l’intérêtd’un résumé peuvent fortement varier.A toi de l’utiliser à bon escient, en ayant à l’esprit que peu de résumés sontvérifiéspar les titulaires de cours et qu’ils contiennent peut-être deserreurs. Le résumé est UNE AIDE /UN COMPLEMENT à l’étude.LeCercle du CJC setrouve dans le bâtiment U (UD1.226). N’hésitez pas à nous rendre visite lors des permanences organisées du lundi au vendredi de 12h à 14h ou lors de nos nombreuses activités. Rendez-vous aussi sur les deuxsites duCercle : http://www.cjculb.be (sitegénéral) ethttp://cjculb.be/preview(aperçus des résumés imprimés). Vos dévoués délégués !  2
Avertissement particulier pour le cours des grands courants de la littérature Le cours de l’année dernière était exposé sur un quadrimestre. Cette année, il s’étend aux deux.Ces notes ont été prises lors du cours oral de l’année 2010-2011. Ainsi, il risque de ne pas être exhaustif sur la matière donnée au cours oral. Prêtez-y attention et complétez votre étude à partir de vos notes. Vos délégués CJC. LES GRANDS COURANTS DE LA LITTERATUREL’Histoire du RomanGenre populaire. Mais ce n'a pas toujours été le cas. Genre hégémonique car il est universel et impérialiste (avant c'était le théâtre et la poésie qui était au sommet de la hiérarchie). C'est un genre qui a conquit une place dominante. Il s'approprie le discours des autres genres, et contamine d'autres types de discours, d'autres genres. Il utilise des procédés appartenant à d'autres genres, ainsi des biographies sont souvent construites comme des romans. Le roman va puiser dans le discours historique, scientifique etc. Capacité d'assimilation: il s'approprie tous les discoursqui l’entourentCaractère protéiforme: genre qui peut très souvent changer de forme, il se réinvente tout le temps. Capacité de renouvellement: ce n'est pas un genre figé, il évolue par contact avec d'autres discours. Genre « caméléon » Spécificité: c'est donc son indétermination => le roman est difficile à définir I) Caractéristiques:Hétérogénéité: Diversité de romans donc difficile de trouver des points communs: ex; Maupassant « le roman » => certains romans représentent des modèles (comme Candide, les liaisons dangereuses) et on va donc imiter ces modèles d'où la création de sous-genres, de familles (roman policier etc.) Le roman est une œuvre en prose: il est donc différent de la poésie. Mais il existe des romans en vers (comme en poésie, ex: Moyen-âge et au 19ème siècle -via Byron, Pouchkine- Aujourd'hui, La montagne volante de Christoph Ransmayr qui est un récit de voyage écrit en vers). Mais d'autres genres que le roman s’écrit aussi en prose! 3
Le roman est un genre sans forme préétablie: Pas de modèle antique (comme la poésie et le théâtre qui repose sur des traités => Aristote qui a écrit la poétique). Pas de traités, pas de règles établies, donc c'est un genre ouvert. Il invente lui-même ses propres règles. Le roman est une fiction: Le roman est différent du vrai/faux => il crée sa propre vérité, son propre monde indépendant du notre. Donc le critère de la vérité ne compte pas pour lui! Le roman est différent de la réalité, c'est un monde possible, une réalité parallèle. Aragon parle de « Mentir vrai ». Il décrit une réalité par la fiction. Butor parle de « Fiction mimant la vérité ». Vargas Llosa parle de «Vérité par le mensonge». Le roman n'est pas une copie du réel même si il a des liens importants avec le réel. Il crée des situations pour lesquelles il n'y a pas nécessairement de modèles existant dans la réalité, il ne travaille pas sur le vrai, des faits qui se sont passés, mais il travaille sur le vraisemblable, c'est ce qui pourrait ou ce qui aurait pu arriver mais selon les Conventions du genre! (ex: Pas de superman dans un Zola, mais oui dans un monde de science-fiction). « Suspension consentie de l'incrédulité »: pendant notre lecture on accepte de mettre entre parenthèses nos croyances habituelles. Le roman raconte une histoire: Organisation du récit en fonction d'une logique narrative, pour le lecteur avoir des moments de ruptures, moments de crises, et avoir un dénouement et une révélation finale. Le roman n'est pas une simple énumération, le romancier organise sa matière pour faire en sorte que tous ces évènements prennent sens à la fin. Organisation et orientation des évènements en fonction d'un sens et d'une fin. Travail sur le temps, le romancier est un maitre du temps pour organiser son roman; II) Le roman produit un effet sur le lecteur:a)Travail sur la chronologie: Il peut faire des retours en arrières (FLASHBACK) (analepse) Anticipation (Flashforward ou prolepse) Ex: Le roman feuilleton: roman qui parait chaque jour de manière détachée dans un journal => Les mystères de paris EugèneSue Utilisationici du flashback. b) Travail sur le rythme: Aventure, narration, lecture
Ellipses: Un blanc, un trou dans l'histoire, certains évènements de la narration sont passés sous silence degrés max de l'accélération. On condense des mois, des années.
Sommaires: Ex: Les années s'écoulèrent ennuyeuses et vides, mon enfance s'était passée dans la nuit, mon adolescence se passa dans le vague => octave Mirbeau, le calvaire
4
Pauses: façon de ralentir le tempo, moment nul décrit longuement. Description minutieuse. Le roman d'avant-garde du 20ème siècle favorise la narration sur l'histoire, comment on écrit un roman plus que les évènements, l'aventure etc.
Scènes: impression de direct, impression que l'histoire se déroule sous nos yeux. Impression que ça se déroule en même temps que ça s'écrit. Ex: Vingt ans après de Dumas. Dialogues. Le Romancier est maître du tempsEx: Tom Jones, Henri Fielding « Je fais ce que je veux dans mon roman ».Un exemple de rétro-narration: Martin Amis, la flèche du temps Récit à l'envers, inversion de la flèche du temps. On suit le parcours d'un personnage de la mort à la naissance. Il va imaginer que le héros rajeunit. Roman à rebours, c'est déstabilisant car on a tendance à s'identifier au personnage et à avoir une certaine empathie. Mais plus on avance, le personnage devient complexe, et on se rend compte qu'il a été un criminel et qu'on a « sympathisé » avec un nazi. III) Usages et dangers du roman:Lire des romans est un besoin anthropologique, un besoin que l'homme à de sublimer son existence, de s'inventer un autre monde, de se projeter dans d'autres lieux, d'élargir notre expérience. Le roman serait là pour remplit des insatisfactions. «Dans l'embryon de tout roman frémit une insatisfaction, palpite un désir inassouvis » - Vargas Llosa. Selon Ricœur, le romancier raconte pour donner une signification à l'existence de l'homme, et cela va permettre de comprendre le monde qui nous entoure. Mais le roman provoque également du plaisir, ce qui peut amener à une méfiance, aux critiques et à la censure. Avertissement de Jean-Jacques Rousseau via les lettres de deux amants.IV) La lecture dans l'art, et l'idée d'un danger de l'art:Dante Gabriel Rossetti, Paolo and Francesca de Rimini (19ème siècle): Antoine Wiertz, la liseuse de romans (19ème siècle): un diable lui donne des livres jugés immoraux, d'Alexandre Dumas qui parle d'adultère Magritte, la lectrice soumise (20ème siècle): ressent des émotions extrêmement fortes à la lecture de son livre. On sait qu'un roman est fiction, mais on éprouve de véritables émotions! Pouvoirs et dangers de la lecture: cela va devenir un des thèmes récurrents du roman, Madame Bovary (Flaubert) et Don Quichotte V) ConclusionLe roman est une œuvre en prose, il n'y ade règles fixes, il relève de la pas fiction, il repose sur une narration, il a longtemps été perçu comme un genre
5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.