La Sainte Bible - Les Nombres

De
Publié par

LA SAINTE BIBLE TEXTE DE LA VDLGATE, TRADCGTION FRANÇAISE EN REGARD AVEC COMMENTAIRES THÉOLOGIQUES, MORAUX, PHILOLOGIQUES, HISTORIQUES, E T C . , RÉDIGES D'APRÈS LES MEILLEURS TRAVAUX ANCIENS' ET CONTEMPORAINS. ET ATLAS GÉOGRAPHIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE LES NOMBRES INTRODUCTION CRITIQUE ET COMMENTAIRES Par M. l'abbé TROCHON Docteur en Théologie T R A D U C T I O N F R A N Ç A I S E Par M. Fabhé BAYLE Docteur c» Théologie et processeur d'Éloquence sacrée à la Faculté de Thùologic d'Aix.
  • guerre contre galaad
  • dénombrement du peuple et des lévites
  • moïse
  • préparatifs de la levée de camp du sinaï et de la marche sur chanaan
  • promulgation de la loi sur le sinaï
  • menace de l'ennemi dans les plaines de moab amène
  • peuple dans le voisinage deséhon
  • enfants d'israël
  • défaite du roi d'àrad
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 45
Source : liberius.net
Nombre de pages : 213
Voir plus Voir moins

LA
SAINTE BIBLE
TEXTE DE LA VDLGATE, TRADCGTION FRANÇAISE EN REGARD
AVEC COMMENTAIRES
THÉOLOGIQUES, MORAUX, PHILOLOGIQUES, HISTORIQUES, ETC., RÉDIGES D'APRÈS LES MEILLEURS
TRAVAUX ANCIENS' ET CONTEMPORAINS.
ET ATLAS GÉOGRAPHIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE
LES NOMBRES
INTRODUCTION CRITIQUE ET COMMENTAIRES
Par M. l'abbé TROCHON
Docteur en Théologie
TRADUCTIO N FRANÇAISE
Par M. Fabhé BAYLE
Docteur c» Théologie et processeur d'Éloquence sacrée à la Faculté de Thùologic d'Aix.
Ignoralio Scripturarwin, ignoralio Chrisli est.
S. Jérôme.
PARIS
P . HETHIELLiETJX, lui BRAIRE « ÉDITEU R
ÎO , x-cte Oeussette, 1.0
1895
(Tous droits réservés.) LA
i\NTE BIBL
LES NOMBRES IMPRIMATUR
f FRANCISCUS, arch. Parisiensis.,
Parisiis, die 5 junii 1887.
Pour donner une idée de l'esprit dans lequel notre
travail a été conçu et exécuté, nous ne croyons pas
pouvoir mieux faire que d'emprunter à saint Ber­
nard (Ep.-CLXLiv n. 9) la protestation suivante :
Bornante prœsertim Bcclesim auctorilati atqxtt exa-
mini totum hoc, sicitt et caetera quse ejusmofiti
simty ùniversa reservo, ipsiics^ si quid aliter sapio,
paralus judicio emendare.
PROPRIÉTÉ DE L'ÉDITEUR
Les Nom h mrs
IMPIUMEHIE h. MAHETHEUX, i, HUB CASSETTI-: PRÉFAC E DES NOMBRES
I. — TITRE
Les Hébreux donnent à ce livre pour titre W , « vaiedabber », mots qui
sont le commencement du texte original. D'après quelques Juifs, il est
nommé lam a (1), cinquième mot du texte : ils ont été sans doute conduits à
cela parce que le livre contient l'histoire des événements arrivés aux Israé­
lites pendant trente-neuf ans de leur voyage dans le désert. Les LXX l'appel­
lent ApCOpoc, d'où vient la traduction latine Numeri. Ce titre provient du
dénombrement du peuple et des lévites raconté dans les trois premiers cha­
pitres (2).
Origène lui donnait le nom de Recensiones (3), qui est analogue à ceux
du grec et du latin.
II. .— CONTENU ET DIVISION
Le livre des Nombres raconte l'histoire d'Israël durant le séjour dans le
désert, à partir de la promulgation de la loi sur le Sinaï (4), jusqu'au campe­
ment du peuple dans les plaines de Moab, avant l'entrée dans la terre pro­
mise.
Nous avons admis une division de ce^ livre en trois parties (5). Quelques
auteurs en adoptent une autre, que voici :
I. Préparatifs de la levée de camp du Sinaï et de la marche sur Chanaan,
1-x. 10.
aux
1) Nombr. i, i.
(2) « Numeri nonne totius arithmeticae, et prophétise Balaam, et quadragînta duarum
per eremum mansionum mystcria continent ? ». Saint Jérôme, Prologue gcàeatus*
(3) Eusèbe, HisL ceci. VI, xxv.
{4) Lévit. xxvii, 34,
-(5) Voy, la table des matières.
u
S Bible. NoMoncs. — i 2 LES NOMBRES
^ IV. Histoire de la dernière année du séjour au désert, la quarantième après
l'Exode, xx, 1-xxxvi, 43 (1). Les événements sont généralement donnés
selon Tordre chronologique, excepté dans les chapitres xv-xix. Il n'y a là
de rapportés que quelques épisodes dont les dates sont absolument conjec­
turales.
Dans toutes les parties du livre, plusieurs ordonnances ont été ajoutées
au code du Sinaï. Elles apparaissent clans le récit en même temps que lés
circonstances historiques qui ont donné lieu à leur promulgation.
III. — CHRONOLOGIE (2)
Le récit commence au premier jour du second mois de ta seconde année
après la sortie d'Egypte (3). II finit au moment d'entrer dans le pays de Cha-
naan. La mort d'Àaron eut lieu dans le premier campement de la marche
finale sur Chauaau (4), le premier jour du cinquième mois de la quarantième
année (5).
Entre ces deux dates, il n'y a pas moins de trente-huit ans et trois mois (6),
temps nécessaire pour que la génération rebelle ait péri dans le désert (7).
La promulgation de la loi < ontenue dans le ûeutéronome fut commencée par
Moïse après la défaite de Séhon cl de Og, au commencement du onzième mois
de la quarantième année (8). II y a donc, de la mort d'Aaron au commence­
ment du Deutéronomc, juste un intervalle de six mois, durant lequel se sont
accomplis les événements racontés dans les Nombres, à partir de xx, 1, avec
une exception probable, celle de la défaite du roi d'Àrad.
Ces événements sont nombreux et importants. Le premier mois est con­
sacré au deuil d'Aaron (9). Mais" pendant ce temps, une partie du peuple fait
payerai! roi d'Arad les ennuis dont il a été la cause pour Israël (10).
Suit le voyage du mont Hor, par le chemin de la mer Rouge, jusqu'à la
terre d'Edom (H), qui a pu s'accomplir en quatre semaines.
La menace de l'ennemi dans les plaines de Moab amène le peuple dans le
voisinage deSéhon, roi des Amorrhécns. Celui-ci est complètement défait (42),
ainsi que Og, roi de Uasan. L'issue de ce conflit décide Balac à envoyer cher­
cher Balaani (13). Il y a au moins cinq cent-soixante kilomètres de Moab au point
de l'Euphrate le plus voisin, et Péthor (14) est peut-être encore plus éloigné.
Deux mois ont pu cepeudant suffire pour les deux voyages des ambassadeurs
(1\ introduction au livre des Nombres, daja Qwk, tto Xoly Bible, edited by Cook,
Wl
10 thousand, Londres, 1877, in-8<\ 1.1, p. 649,
(2) D'après Espin, op. cit., p. 649.
(c) Nombr. i, 1-
(4) Ibid. xx, 22.
(5) lïnd. xxxm, 38.
(6)Cfr. Deut. H, 14.
(7) Nombr. xiv, 27-35. - Cfr xx, 1, xxxur, 19.
(8) Deut. i, 3, 4.
(9) Nombr. xx, 30.
(10) Ibid. xxi, 1.
(11) Ibid, xxi, 4.
(12) Ibid. xxi, 24.
(13) Ibid, xxii, 2.
(14) Ibid. xxn, 5. PRÉFACE 3
et pour les prédictions de Balaam (1). Il n'est pas douteux que, durant ce
temps, les Israélites aient consolidé leurs conquêtes de Galaad et de Basan.
On peut donc compter six semaines durant lesquelles se produisirent la sé­
duction d'Israël par lesMadianites et la plaie qui en l'ut la suite (2), le second
dénombrement du peuple dans les plaines de Moab (3), et la guerre contre
les Madianites (4). C'est donc avec raison que la mort ue Moïse (5) est annon­
cée en relation avec la guerre contre Madian et comme la suivant. On ne peut
pas non plus supposer, avec le moindre fondement, que Moïse parle (6)
de la guerre contre Galaad et Basan comme passée depuis longtemps.
IV , — AUTHENTICITÉ
Pour la question générale, nous renvoyons à l'Introduction au Pentateuque.
Nous nous contenterons de traiter quelques points particuliers, qui ne sau­
raient guère être étudiés avec détail dans une vu e d'ensemble sur toute l'œu­
vre de. Moïse (1).
1° Le premier recensement (8). Les difficultés qu'on a relevées sur ce
point sont les suivantes : les chiffres (9) sont les mêmes que ceux du recen­
sement de l'Exode (10), qui avait eu lieu six ou sept mois auparavant, les
chiffres des tribus sont des nombres ronds.
Quant à la première difficulté, il n'y a rien d'impossible, a-t-on dit, à ce
que le nombre des Israélites n'ait pas diminué dans le cours de six ou sept
mois. C'est assez peu probable. En outre, après un intervalle de ce genre, il
devait y avoir plus de jeunes gens ayant atteint leur vingtième année. On
ne peut guère supposer que le nombre des décès ait été compensé par le
nombre des jeunes gens ayant dépassé vingt ans. Le texte ne dit rien d'une
intervention miraculeuse, qui aurait été nécessaire dans ce cas.
L'objection disparaît si l'on n'admet qu'un seul recensement raconté en
deux endroits différents. Or cette solution semble justifiée par les considéra­
tions suivantes :
Il n'y a pas de motif qui ait pu rendre nécessaire un second recensement
au bout de cinq ou six mois. — La tribu de Levi , qui n'est pas comprise dans
le recensement des Nombres (11), ne l'est pas davantage dans celui de
l'Exode. — Le livre des Nombres (12) ne parle que de deux recensements,
l'un dans la plaine du Sinaï, l'autre dans les champs de Moab ; il semble rai­
sonnable de. conclure de là qu'il n'y en a pas eu d'autre. — En outre, l'ar­
gent payé pour l'expiation, d'après l'Exode, fut employé à la construction du
.Tabernacle. Il s'ensuit que cet argent a dû être payé avant le premier jour du
(1) Nombr. xxii-xxiv.
(2) Ibid. xxv.
(3) xxvi.
(4) Ibid. xxxi.
(5) Und. xxxi, t.
(6) Deut. Hl, 4-14.
(7) Gfh Keil, Einleitung, part. I, g 26.
(8) Voy. EUicott, Nuvibers, Introduktion, p. 478; — Keil, - c.
(9) Nombr. i .
(10) Exod. xxxvm, 25.
(ii)Nombr. i,49;u,33.
(12) Ibid. xxvi, 63,64. 4 LES NOMBRES
premier mois après l'Exode, temps où le Tabernacle fut construit. Le recen­
sement se rapportait donc directement au tabernacle : par suite, le recensement
des Lévites et celui des premiers-nés fait avant le vingtième jour du second
mois dans Tannée qui suit l'Exode (1), et qui renferme tous ceux qui avaient
plus d'un mois, a sans doute compris ceux qui étaient nés dans le mois
qui a suivi l'érection du Tabernacle, et qui avaient ainsi plus d'un mois le
premier jour du second mois de l'année après i'Exodc (2). On peut conjec­
turer avec probabilité que le jour de l'érection du Tabernacle était celui auquel
on se reportait pour reconnaître et fixer l'âge des Israélites.
Il est encore permis de supposer que les noms de ceux qui avaient payé le
demi-sicle furent enregistrés probablement dans leurs tribus respectives, quoi- *
que l'Exode ne donne pas le nombre particulier de chaque tribu. Cet enregis­
ertrement servit de base au recensement du 1 chapitre des Nombres, où chacun
fut inscrit, non seulement d'après sa tribu, mais suivant les subdivisions de
la tribu en familles et maisons des pères.
Quant aux chiffres ronds du dernier recensement dans les plaines de Moab,
ils peuvent provenir de ce que let se fît par compagnies mili­
taires de dix, de cinquante et de cent.
Le nombre rond des Lévites, 22,000, diffère du total des trois familles des
Gaathites, des Gersonites et des Mérarites, qui s'élève, d'après un autre en­
droit (3), à 22,300. On a attribué ce désaccord à une erreur de transcription.
Il ne faudrait pas abuser de ce moyen de solution, qui nous semble un peu
trop à la mode depuis quelque temps. Il semble préférable de supposer que
plusieurs des Lévites étaient eux-mêmes premiers-nés, et que par suite ils
n'ont pu être pris en place des premiers-nés des autres tribus : ils auraient
été au nombre de trois cents.
Mais cette difficulté est encore accrue par le fait que le temps du dénom­
brement des Lévites n'est pas spécifié. Les Lévites ne devaient pas être dé­
nombrés parmi les enfants d'Israël (4) : il s'ensuit que leur recensement
suivit celui des autres tribus, mais on ne voit pas clairement s'il précéda ou t l'érection du Tabernacle. Cette dernière supposition semble la plus
acceptable (5).
2° Le nombre des premiers-nés (6). — On allègue une disproportion con­
sidérable entre le nombre donné comme celui des premiers-nés mâles et celui
du nombre entier des Israélites mâles. On compte 22,213 premiers-nés,
tandis que la population masculine tout entière est estimée à neuf cent mille
ou un million, proportion qui peut s'évaluer à 1/40 ou 1/44.
r
La présence de cette disproportion dans un récit où l'on trouve tant de
preuves d'un compte exact et soigné, fait tout d'abord penser que l'objection a
plus d'apparence que de réalité.
On a donné en effet deux moyens de résoudre la difficulté.
\i) Nombr. x, ii.
U) Nombr. m, 15,10.
l3) Nomhr. xx vi, 62.
(1) Nombr. i, 49.
lG Chapitre fa
Jm riW t T Nombres.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.