Le 27 octobre 2011 Contact no29

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : du mandat du prochain gouvernement ontarien
  • cours - matière potentielle : ateliers
  • cours - matière potentielle : des années
  • cours - matière potentielle : réunions de ratification
Le 27 octobre 2011 Contact no29 Importante manifestation des salariés en lock-out de Cummins, succursale de Québec Le vendredi 21 octobre au matin, l'ensemble des salariés en lock-out de la succursale de Cummins à Québec ont manifesté devant les bureaux de la SAAQ à Québec. Ils étaient appuyés par plusieurs représentants de syndicats affiliés à la FTQ de même que par le Conseil régional de la FTQ de Québec Chaudière-Appalaches.
  • ancienne directrice des programmes des femmes
  • mandat d'inspections de la saaq
  • plan du chef progressiste-conservateur ontarien
  • collectivité ontarienne de goderich
  • ententes de principe avec la corporation de gestion de la voie maritime du saint-laurent
  • président de la section locale
  • syndicat
  • syndicats
  • travaux
  • travail
  • emplois
  • emploi
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 69
Tags :
Source : tca.qc.ca
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Le 27 octobre 2011 o Contact n 29
Importante manifestation des salariés en lock-out de Cummins, succursale de Québec Le vendredi 21 octobre au matin, l’ensemble des salariés en lock-out de la succursale de Cummins à Québec ont manifesté devant les bureaux de la SAAQ à Québec. Ils étaient appuyés par plusieurs représentants de syndicats affiliés à la FTQ de même que par le Conseil régional de la FTQ de Québec Chaudière-Appalaches. Venus livrer les détails sur le conflit de travail qui les oppose à leur employeur, ils avaient aussi des demandes à adresser à la SAAQ. « Depuis le début du lock-out, l’employeur a cessé toute activité dans sa succursale, à l’exception des inspections mécaniques faites pour le compte de la SAAQ. En effet, l’employeur est mandataire de la SAAQ pour les inspections de véhicules routiers » précise Robert Lalancette, président du comité de négociation.
Les trois points en litiges sont les salaires, la clause d’indexation des salaires au coût de la vie et la prime de retraite. L’employeur exige un gel salarial de trois ans, le retrait de la clause d’indexation des salaires au coût de la vie et la réduction de 15% de la prime de retraite. Martin Lambert, représentant national des TCA et responsable de la négociation chez Cummins, avait ce message à livrer au Ministre des transports et aux dirigeants de la SAAQ : « Nous voulons négocier une entente raisonnable pour nos membres et en maintenant le mandat d’inspections de la SAAQ à cet employeur qui a choisi de décréter un lock-out, la SAAQ contribue à laisser 29 familles à la rue et déséquilibre le rapport de force en faveur de l’employeur.» La convention collective est échue depuis le 31 mars 2011 et les parties sont devant un conciliateur du Ministère du Travail depuis cette date.
Nouvelles ententes de principe avec la Voie maritime du Saint-Laurent Le comité de négociation des TCA pour la Voie maritime du Saint-Laurent, le 29 septembre dernier Le syndicat des TCA a conclu des ententes de principe avec la Corporation de Gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent le 3 octobre dernier, écartant ainsi la grève prévue pour midi le même jour. Le syndicat représente des employés responsables de la surveillance, de l'exploitation et de l'entretien ainsi que ceux du siège social de la Corporation, en Ontario et au Québec. Les membres pourront voter sur les ententes au cours de réunions de ratification qui se tiendront au cours des deux prochaines semaines. De plus amples renseignements sur la teneur des ententes et les résultats du vote seront communiqués au terme de ces réunions. Les membres des comités de négociation des TCA ayant participé aux négociations recommandent tous l’adoption des nouvelles conventions de trois ans. Les comités de négociation étaient très heureux d'avoir pu éviter que la navigation sur le réseau de la Voie maritime soit perturbée. Les sections locales 4211, 4212, 4319, 4320 et 4324 des TCA représentent 475 travailleurs de la Voie maritime du Saint-Laurent, en Ontario et au Québec
Nouvelle convention chez Oakville Transit
Les membres des TCA employés chez Oakville Transit d'Oakville, en Ontario, ont approuvé, le 2 octobre dernier, une nouvelle convention collective d'une durée de deux ans et demi lors d'une réunion de ratification.
Contact - page 2 -
Les travailleurs se sont prononcés à 78 pour cent pour l’entente, qui prévoit des augmentations de salaire de 2 pour cent chaque année avec de légers ajustements salariaux, des incitatifs à la retraite et des améliorations aux méthodes de planification des horaires. « Il s’agit selon moi d’une excellente entente qui règle les questions qui préoccupent tous nos membres, y compris les travailleurs blessés. La nouvelle convention constitue une reconnaissance de l'importante contribution de nos membres au bien-être de la collectivité grâce aux services de transport en commun », a déclaré le président de la section locale 1256 des TCA, Angus MacDonald. La section locale 1256 des TCA représente 180 travailleurs chez Oakville Transit, y compris des chauffeurs, des mécaniciens et des employés d’entretien.
Tim Hudak veut mettre en pér es izaines de milliers d’emplois dans le secteur de l'automobile
La promesse du chef conservateur Tim Hudak d'abolir toutes les subventions provinciales aux entreprises, dans le but de mettre fin au « parasitisme des entreprises », détruirait les chances de l'Ontario de remporter les nouveaux investissements dans le secteur de l'automobile qui sont d'une importance capitale pour plusieurs collectivités dépendantes de cette industrie en Ontario, met en garde le président des TCA, Ken Lewenza. « La position puritaine des conservateurs contre les subventions est une question d'idéologie et ne tient pas compte de la réalité économique. Si cette promesse se concrétise, nous ne profiterons plus jamais d'un nouvel investissement majeur dans le secteur de l'automobile dans cette province », a expliqué M. Lewenza. La promesse de Tim Hudak de mettre fin à toutes les subventions aux entreprises est inscrite à la page 15 du programme électoral des conservateurs, intitulé « Livre du changement ». En ce qui concerne les industries nécessitant d'importants investissements et susceptibles de se déplacer d'un pays à l'autre, telles que celles de l'automobile et de l'aérospatiale, les gouvernements offrent presque toujours un éventail d’incitatifs pour attirer de nouveaux investissements (par exemple, des subventions d’investissement, d’infrastructures ou de formation). En Ontario, au cours des dix dernières années, tous les projets d'investissements des grands fabricants d’automobiles ont reçu un important appui financier des gouvernements fédéral et provincial. En général, l’un et l’autre palier de gouvernement fournissent chacun environ 10 pour cent du montant total de l'investissement, pour une subvention totale d'environ 20 pour cent. Cela s'est fait pour l’implantation de nouvelles usines en terrain vierge (comme pour la nouvelle usine de Toyota à Woodstock) et pour la modernisation de l’outillage d'installations existantes. Plusieurs chaînes d'assemblage majeures en Ontario devront en grande partie moderniser leur outillage au cours du mandat du prochain gouvernement ontarien, notamment les installations de Brampton, d'Oakville, d'Oshawa et de Windsor. Sans une participation importante des gouvernements provincial et fédéral, aucun de ces projets indispensables ne pourra aller de l'avant. Des dizaines de milliers d'emplois du secteur automobile en Ontario seront mis en péril si un gouvernement dirigé par M. Hudak met des convictions philosophiques naïves devant l'appui concret à cette industrie des plus importantes », a déclaré Ken Lewenza. « Bien sûr, nous aimerions mieux voir les entreprises investir en Ontario par souci de responsabilité sociale, mais la plupart des industries ne fonctionnent plus de cette manière. Il faut mettre de l'argent sur la table pour être de la partie », a expliqué le président syndical. M. Lewenza a fait remarquer que la participation du gouvernement est d’autant plus importante, de nos jours, lorsqu’on tient compte de la concurrence d’autres pays et territoires (dont les États-Unis et le Mexique, qui versent également de généreuses subventions), de la surévaluation du huard et de la nécessité, pour les fabricants automobiles, d'investir dans de nouvelles technologies environnementales et d'autres innovations. Environ 95 000 Ontariens travaillent actuellement dans des usines d’assemblage et de pièces d’automobiles. Environ 9 000 nouveaux emplois ont été recréés dans le secteur de l'automobile en Ontario depuis juin 2009, au point le plus bas de la crise financière mondiale.
Les TCA souhaitent la bienvenue à des travailleurs du papier
La section locale 69 des Independent Paperworkers of Canada s'est jointe aux TCA. Ses 116 membres font maintenant partie de la section locale 1917 des TCA. De gauche à droite : le secrétaire-trésorier Peter Kennedy, l'ancien président de la section locale 398 des TCA Doug Aitchison, l’ancien président de la section locale 69 des Independent Paperworkers, Jerry Heffernan, le président des TCA, Ken Lewenza, le président de la section locale 1917 des TCA, Robin Dudley, le directeur des TCA pour la région de Kitchener, Bill Gibson et
Contact - page 3 -
le coprésident du comité de santé et de sécurité chez Hitachi (section locale 1917) à Guelph, Kevin Patterson. Photo prise lors de la rencontre préélectorale à Kitchener, en Ontario, le 19 septembre 2011.
Le syndicat des TCA salue l’appui d’Ontario Northland
La commission de transport Ontario Northland (ONTC) a annoncé un nouveau contrat avec Metrolinx pour la remise à neuf de dix autres wagons ferroviaires à ses installations de North Bay, en Ontario. Le président et le vice-président de la section locale 103 des TCA, Brian Kelly et Andy Mitchell, étaient présents le 30 septembre dernier en compagnie de la candidate libérale dans Nipissing, Catherine Whiting et de la députée provinciale Monique Smith pour annoncer le contrat, d'une valeur de 9 millions de dollars. Avec la remise à neuf du train Polar Bear Express précédemment annoncée, ce nouveau contrat permettra d'assurer 12 mois de travail aux membres de la section locale 103 des TCA qui travaillent à l'usine. Des représentants de la commission de transport Ontario Northland, de Metrolinx et du gouvernement de l’Ontario tiennent des réunions pour établir une alliance stratégique qui permettra aux deux organismes gouvernementaux de travailler plus étroitement et de fournir plus de travail à la commission de transport Ontario Northland, a expliqué Mme Smith. « Le gouvernement McGuinty a apporté son soutien à la commission de transport Ontario Northland au cours des huit dernières années en investissant plus de 400 millions de dollars », a déclaré le président de la section locale 103 des TCA, Brian Kelly. Le gouvernement libéral nous a soutenus et nous aide de nouveau pendant que nous effectuons une transition après l'entente avec Metrolinx. En 2002, Dalton McGuinty a promis de ne pas vendre l’ONTC et a il a tenu parole. Nous sommes sûrs que la promesse de créer une alliance stratégique entre l’ONTC et Metrolinx pour amener du travail à nos ateliers sera également respectée », a déclaré M. Kelly.
Conférence des jeunes TCA
Plus de 75 délégués ont pris part à la cinquième Conférence des jeunes TCA au Centre familial d’éducation du syndicat à Port Elgin, en Ontario, du 30 septembre au 2 octobre. Au cours d’ateliers, de discussions de groupe et de présentations spéciales, les délégués ont étudié les défis auxquels sont confrontés les jeunes travailleurs au sein de l’économie sous-performante du Canada ainsi que des moyens de relever ces défis dans l'avenir, notamment en améliorant la sécurité de la retraite, en refusant les conventions collectives à deux vitesses et en prenant des mesures pour arrêter les changements climatiques. Les invités de la conférence incluaient notamment le président des TCA Ken Lewenza, l'économiste des TCA Jim Stanford et le représentant du South African Metalworkers Union (NUMSA) Alex Mashilo. Un rassemblement « Turning Point » (moment décisif) organisé par Jamie Biggar et Adam Shedletzky, cofondateurs du groupe communautaire de mobilisation citoyenne Leadnow.ca, a également eu lieu.
Les TCA accueillent de nouveaux membres
George Jeffrey Community Day Care, Thunder Bay, Ontario - 21 nouveaux membres NS Technologies Group Inc. Injection Division, Whitby, Ontario - 150 nouveaux membres Firan Technology Group Corporation, Toronto, Ontario - 76 nouveaux membres Rock-Tenn Container Canada L.P., Guelph, Ontario - 116 nouveaux membres
Des dirigeantes des TCA rendent hommage à Nancy Riche
Les membres, militants et dirigeants des TCA se souviendront de Nancy Riche comme d'une farouche partisane de la cause féministe, armée d’un profond sens de la justice, doublée d’une battante infatigable et d’une pionnière féminine dans le mouvement syndical. Nancy est décédée le 1er octobre 2011. Elle avait 66 ans. Ceux et celles qui ont le mieux connu Nancy la décrivent comme une personne généreuse, formidable, sans crainte, vive d'esprit et drôle. Nancy a débuté sa carrière comme professeure de collège communautaire et membre de la Newfoundland Association of Public Employees (NAPE). Elle est par la suite devenue directrice de la formation, de la recherche et des communications
Contact - page 4 -
de la NAPE, puis secrétaire-trésorière du Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public (SNEGSP). Elle a été élue vice-présidente du Congrès du travail du Canada, poste qu’elle a occupé pendant 13 ans avant de devenir secrétaire-trésorière du CTC en 1999. Elle a pris sa retraite en 2002. Une des premières dirigeantes syndicales canadiennes, Mme Riche a occupé le poste de vice-présidente de la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) établie à Bruxelles et elle a présidé son comité de la condition féminine de 1993 à 2002 Nancy a également été présidente associée représentant le mouvement syndical au sein du NPD fédéral, puis présidente du NPD de Terre-Neuve-et-Labrador, de 2003 à 2008. Nancy a été décorée de l’Ordre du Canada et a reçu un doctorat honorifique en lettres de l’Université Memorial, le prix AFL-CIO Meary-Lane des droits de la personne et le prix Elijah Barayi du Congress of South African Trade Unions pour sa contribution à la lutte contre l’apartheid.
Ci-dessous, des dirigeantes des TCA rendent hommage aux contributions de Nancy au mouvement syndical, à leur propre vie et à toutes les personnes qu'elle a touchées :
Julie White, directrice des programmes des femmes des TCA Dans la préface de son livre « Dear Sisters, Dear Sisters », Nancy a écrit : « J'ai eu l'idée d'écrire un livre pour faire un cadeau à toutes les femmes dans le mouvement syndical qui m'ont soutenue, ont pleuré et ri avec moi et m'ont inspirée. Vous êtes mes amies. Vous êtes mes sœurs. » Prenons quelques instants pour nous souvenir de la consœur Nancy Riche, une féministe, une syndicaliste et une sociale-démocrate qui nous a permis d’être là où nous nous trouvons aujourd’hui. Nancy était une féministe qui a tracé le chemin à suivre, une syndicaliste qui nous a encouragés à prendre les devants et une sociale-démocrate qui nous a appris que le changement est possible. Pour rendre hommage à la consœur Nancy Riche, nous devons nous engager à poursuivre son travail et à créer de nouvelles idées en étendant le mouvement syndical, la protestation et la lutte. »
Deb Tveit, assistante du président des TCA « Nancy a servi de mentor à de nombreuses femmes au sein des TCA au cours des années, les encourageant et renforçant leur estime d'elles-mêmes, leur insufflant la capacité de diriger et de se faire élire à des postes de responsabilité. J’ai bénéficié personnellement de ses encouragements et la confiance qu'elle m'a donnée m'a permis d'occuper de nombreux postes de direction au fil des ans. Elle nous manquera profondément et nous nous souviendrons d'elle avec une grande tendresse. »
Peggy Nash, ancienne assistante du président des TCA et députée fédérale néodémocrate « Nancy était une défenseure acharnée des moins nantis et des exclus. Elle était une pionnière passionnée de la défense des droits des femmes et réagissait immédiatement face au sexisme ou à toute autre forme de discrimination. Elle n’avait jamais peur de dire tout haut ce que beaucoup de gens pensaient tout bas. Elle désarmait les réactions négatives avec son sourire espiègle. Militante infatigable en faveur du Nouveau parti démocratique, Nancy en a été présidente pendant plusieurs années, mais elle se retroussait toujours les manches et contribuait aux campagnes locales. Il est vraiment triste qu'elle ne puisse voir, la semaine prochaine, le triomphe de sa bonne amie la chef du NPD de Terre-Neuve, Lorraine Michaels. Quelle célébration extraordinaire elle aurait eue. » Carol Phillips, ancienne assistante du président des TCA et ancienne directrice des programmes des femmes « J’ai eu l’honneur de travailler étroitement avec Nancy au fil des ans, à la fois au sein des TCA et du CTC et certains moments passés avec la consœur Nancy Riche font partie de mes plus chers souvenirs. Nancy était une féministe complexe et extraordinaire et une syndicaliste qui n’a jamais oublié la difficulté de grandir dans une famille pauvre. Elle a lutté toute sa vie en faveur des moins nantis. Elle était drôle et chaleureuse. Il lui arrivait aussi d'être très pénible! Elle n’a jamais eu peur de dire la vérité aux puissants et de les regarder droit dans les yeux en le faisant. Elle était une source d’inspiration pour bon nombre d’entre nous, femmes et hommes. Nous l’aimions beaucoup et elle nous manquera énormément. »
Cheryl Kryzaniwsky, ancienne directrice des programmes des femmes, présidente du conseil des TCA « Je suis devenue active au sein de mon syndicat en 1976 et j'ai été désignée pour assister à mon premier congrès du CTC en 1978. J'étais nerveuse et peu confiante en moi-même, ignorant presque tout des protocoles et procédures du congrès. Nancy Riche est venue à ma rescousse. Elle a tenu une séance de sensibilisation pour les femmes avant le congrès, régalant l'assistance avec un aperçu humoristique du déroulement du congrès. Elle nous a expliqué comment nous mettre en ligne, comment prendre la parole au microphone (elle a insisté pour que nous prenions la parole au moins une fois), comment voter pour ou contre une recommandation du comité, comment participer pleinement et faire entendre notre voix. Elle est devenue ma mentore et mon amie. Ses prises de position sur les questions importantes pour les travailleuses du monde entier nous manqueront profondément. »
Contact - page 5 -
Le Canada doit établir des critères de qualité pour les nouveaux emplois La nouvelle que le Canada a créé un total net de 61 000 nouveaux emplois à temps plein en septembre est encourageante, mais pour la santé de notre économie, la qualité de ces emplois est plus importante que leur quantité, estime le président des TCA, Ken Lewenza. À la suite de la dernière enquête mensuelle sur la population active du Canada (publiée le 7 octobre), M. Lewenza a souligné que l’augmentation du nombre de travailleurs autonomes au pays compte pour près des deux tiers des nouveaux emplois à temps plein. Le reste des gains au chapitre de l’emploi (à l’exception des emplois saisonniers supplémentaires habituels dans le secteur de l'éducation) se trouve dans les services où les salaires tendent à être plus bas et les conditions de travail plus précaires, et ce, dans de nombreux secteurs, comme le commerce de détail et l’hôtellerie. « Si je le pouvais, je ferais passer à chaque nouvel emploi une épreuve d’assurance de la qualité pour m’assurer qu’il s’agit d’un emploi décent qui offre un bon salaire, de bons avantages sociaux et une certaine stabilité. Je m’assurerais qu’il ne s’agit pas d’emplois peu désirables que l'on accepte pour survivre », a déclaré le chef syndical. Des syndicalistes, des défenseurs des travailleurs et des représentants de gouvernements du monde entier disent la même chose. Depuis 2008, le 7 octobre est la Journée mondiale pour le travail décent, une initiative menée par la Confédération syndicale internationale (CSI). M. Lewenza a affirmé que le gouvernement Harper doit s’efforcer de permettre à tous les Canadiens d’accéder à un emploi de qualité au 21e siècle. C’est pourquoi il doit diriger une stratégie nationale de création de bons emplois, selon M. Lewenza. Le président des TCA a aussi pressé le gouvernement Harper de faire marche arrière dans le cas de toute mesure d'austérité prévue pour plutôt voir les services publics tels qu’ils sont, soit comme d'importants créateurs d'emplois. M. Lewenza a fait remarquer que plus de la moitié des 61 000 emplois créés en septembre ont été créés dans le secteur public. Pendant ce temps, des milliers d'emplois ont été perdus dans le secteur privé, en particulier dans le secteur manufacturier. Pour plus de renseignements sur la campagne des TCA contre les emplois précaires ou sur la Journée mondiale pour le travail décent, consultez : www.caw.ca/decentjobs (en anglais seulement).
Les résultats des élections provinciales émontrent l'appui grandissant aux idées progressistes au Canada Les idées progressistes ont énormément progressé en raison de l’élection de plusieurs candidats progressistes dans une série d’élections provinciales, un autre signe que la stratégie de Stephen Harper pour faire pencher la politique canadienne à droite lui rapporte peu, a affirmé le président des TCA, Ken Lewenza. Des sections locales des TCA au Manitoba ont appuyé la réélection de Greg Selinger et du NPD manitobain. De gauche à droite : Carmen Ledarney (section locale 2169), Len Olafson (section locale144), Tom Murphy (directeur des TCA au Manitoba), Greg Selinger (premier ministre du Manitoba), Ken Stuart (représentant national des TCA), Mark Armstrong (section locale 468) et Sammy Doyle (section locale 468). « Ces élections provinciales ont accentué l'aversion de plus en plus prononcée des Canadiens pour les politiques conservatrices, qui donnent la priorité aux profits et aux droits individuels plutôt qu’aux gens et au bien commun », a souligné M. Lewenza. « Cela nous rappelle à nouveau que la majorité obtenue par Harper à la Chambre des communes en mai dernier est mince et ne reflète manifestement pas les opinions de la plupart des Canadiens. » En Ontario, M. Lewenza a salué les électeurs qui ont rejeté les politiques de la division du chef progressiste-conservateur Tim Hudak en élisant un gouvernement libéral minoritaire (dirigé par Dalton McGuinty) et en donnant considérablement plus de sièges à des députés néodémocrates. L’élection a eu lieu le 6 octobre dernier. « Les libéraux et le NPD doivent maintenant trouver des moyens de travailler ensemble pour améliorer la situation de tous les Ontariens. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour rebâtir l'économie ontarienne, créer de bons emplois, réduire les inégalités, promouvoir les énergies vertes et les emplois verts et accroître les services publics », a-t-il dit. M. Lewenza a demandé à tous les nouveaux députés provinciaux ontariens d’exiger des politiques qui amélioreront le sort des travailleurs, en particulier des jeunes travailleurs, des chômeurs, des pauvres, des néo-Canadiens et de tous les autres Ontariens qui ont subi durement les effets et les contrecoups de la récession. Au Manitoba, les électeurs ont réélu le NPD provincial (dirigé par le premier ministre Greg Selinger) en lui donnant une autre majorité de 37 sièges, soit un siège de plus qu'avant l'élection. Il s’agit du quatrième gouvernement néodémocrate majoritaire consécutif au Manitoba.
Contact - page 6 -
Aux dernières élections, les Manitobains ont refusé tout gain aux progressistes-conservateurs, qui sont demeurés à 19 sièges. Le directeur des TCA pour le Manitoba, Tom Murphy, a affirmé que ces résultats peuvent être interprétés comme un « non » retentissant à la plateforme conservatrice qui mettait de l'avant les privatisations et les coupes dans les services du gouvernement. L’élection a eu lieu le 4 octobre dernier. À Terre-Neuve-et-Labrador, la majorité conservatrice (dirigée par Kathy Dunderdale, la première dirigeante d'un parti à remporter une élection dans l'histoire de la province) a perdu des sièges au profit du NPD, qui a fait une percée. L’élection a eu lieu le 11 octobre dernier. Les conservateurs ont remporté 37 sièges, les libéraux, six sièges, et le NPD, cinq sièges, soit un siège de plus qu’à l'élection de 2007. Cependant, le NPD a dépassé les libéraux au chapitre du vote populaire puisqu’il a recueilli 24,6 % des voix contre 19,1 % pour les libéraux. Le NPD est aussi arrivé deuxième dans 23 autres circonscriptions. Ces bons résultats électoraux ont couronné les efforts importants des membres des TCA dans diverses collectivités pour aider à l'élection de candidats progressistes. La directrice de la mobilisation des membres et de l’action politique des TCA, Jenny Ahn, a souligné les efforts soutenus et le travail politique continu des dirigeants des sections locales des TCA et des militants dans les milieux de travail. « Construire une société plus forte et plus juste ne se fait pas sans rien faire. C’est le fruit des efforts acharnés et de l’engagement de citoyens qui sont politiquement actifs et qui se sentent concernés, a souligné Mme Ahn. Voir tant de membres des TCA s’intéresser à la politique et constater à quel point cela fait une différence dans notre pays est pour moi une grande fierté. » Outre les élections en Ontario, au Manitoba et à Terre-Neuve-et-Labrador, des élections ont eu lieu ailleurs au Canada : Île-du-Prince-Édouard, 3 octobre (deuxième victoire majoritaire du parti libéral dirigé par Robert Ghiz) Yukon, 11 octobre (le Parti du Yukon a remporté les élections pour une troisième fois consécutive; le NPD a supplanté les libéraux et a fini deuxième) Territoires du Nord-Ouest, 3 octobre (il n’y a aucune affiliation à un parti politique officiel dans ce territoire; le territoire n'a pas encore tenu de course à la direction). Les électeurs de la Saskatchewan iront voter le 7 novembre prochain.
Les TCA tissent des liens à linternationa ans leur lutte contre le travail précaire Les TCA ont tenu deux tables rondes sur le travail précaire avec des délégations syndicales venues du Danemark, le 8 septembre dernier, et de l'Afrique du Sud, le 27 septembre dernier, dans le but de se préparer à la Journée mondiale pour le travail décent. Des délégués du National Union of Metalworkers of South Africa (NUMSA) et de la United Federation of Danish Workers (3F) ont élaboré des stratégies avec des représentants des TCA et d’autres syndicats canadiens, des coordonnateurs de centres d’action, des chercheurs et des militants communautaires qui luttent contre le travail précaire. Les tables rondes ont permis de mettre en évidence les ressemblances évidentes qui existent entre les économies, pourtant très différentes, du Canada, du Danemark et de l'Afrique du Sud, par exemple l'utilisation grandissante des agences de travail temporaire et des courtiers en main-d’œuvre, ainsi que la surexploitation des travailleurs migrants vulnérables tandis que les gouvernements se détournent de l'immigration traditionnelle. Les discussions ont aussi porté sur les pressions qu'exercent les compagnies sur les gouvernements pour les forcer à permettre ces formules de travail précaire de façon illimitée, ce qui continue d'éroder la relation normale employé-employeur. Les tables rondes ont mis en évidence le caractère systémique de l’augmentation mondiale du travail précaire, tout en permettant à la solidarité internationale de devenir plus concrète. Elles ont aussi été l'occasion de renforcer les relations avec les organismes communautaires qui travaillent avec les travailleurs non syndiqués. Les tables rondes de 2011 font partie de la campagne continue des TCA contre le travail précaire. Pour de plus amples renseignements, visitez la page suivante : www.caw.ca/decentjobs (en anglais seulement).
Foules éclair et manifestations de membres des TCA pour sauver le registre des armes à feu Dans tout le sud de l’Ontario, des membres des TCA sont descendus dans les rues pour dire au gouvernement Harper de sauver le registre national des armes d’épaule. Les manifestations et foules éclair des TCA, qui ont rassemblé des membres du syndicat et des alliés de la communauté, ont eu lieu dans des villes du sud de l'Ontario, dont Windsor (28 août), London (15 septembre) et Kitchener (21 septembre). Les militants des TCA de Windsor et de London ont organisé des foules éclair (des manifestations publiques soigneusement prévues qui peuvent prendre diverses formes) en souvenir des 14 jeunes femmes tuées lors de la tuerie de Polytechnique, à
Contact - page 7 -
Montréal, en 1989. À Kitchener, des membres des TCA ont tenu une manifestation dans le centre-ville qui a suscité une grande couverture dans les médias locaux. Ces événements avaient pour but de sensibiliser le public à l’importance du registre dans les efforts du Canada pour contrôler l’usage des armes. Maintenant que le Parlement siège à nouveau, le gouvernement Harper (qui détient à présent une majorité à la Chambre des communes) a promis de rapidement démanteler le registre des armes d'épaule. « Garder un contrôle serré sur la possession d’armes à feu au Canada est capital si nous voulons mettre un terme à la violence armée, en particulier celle contre les femmes », a affirmé la directrice des programmes des femmes, Julie White. « La promesse du gouvernement Harper d’abolir le registre envoie le signal clair que nous reculons dans cette lutte importante. C’est mauvais, tout simplement. » « Ces manifestations ont été les premières parmi beaucoup d'autres qui cibleront, tel que la majorité des Canadiens le voient, le programme social et économique malavisé du gouvernement Harper », a souligné la directrice de la mobilisation des membres et de l’action politique, Jenny Ahn. Brandissant des photos des 14 femmes tuées lors de la tuerie de Polytechnique, à Montréal, des participants à une foule éclair ont demandé au gouvernement Harper de sauver le registre national des armes d’épaule, à Windsor, en Ontario, le 28 août dernier. Le registre national des armes d’épaule, qui existe depuis 1995, permet de recueillir des renseignements sur les personnes qui possèdent des armes (carabines et fusils de chasse) et il assure le suivi de ces armes au moyen d’un programme d’enregistrement obligatoire.
La présidente du comité des femmes de la section locale 1106 des TCA, Shannon Tobin, a affirmé qu'à la base, la campagne du syndicat pour sauver le registre des armes d'épaule vise à s'assurer que des armes dangereuses ne tombent pas entre de mauvaises mains. « On peut enregistrer un pistolet, une automobile, un chat, un chien; quelle est la différence? Pourquoi ne peut-on pas enregistrer une arme d’épaule », s'est interrogée Mme Tobin en entrevue pour le journal The Kitchener Record. Le plan du gouvernement Harper d’abolir le registre a été contrecarré quand le projet de loi C-398 a été défait par quelques voix à la Chambre des communes l’an dernier. Vous pouvez trouver plus de renseignements sur la campagne des TCA pour sauver le registre des armes d’épaule en visitant la page suivante, où vous trouverez aussi des photos et des vidéos sur les événements : http://www.caw.ca/en/8182.htm (en anglais).
Tornade à Goderich : on demande des dons On demande aux sections locales des TCA d'apporter leur soutien financier à la collectivité ontarienne de Goderich, qui a été dévastée par une tornade, le 21 août dernier. La ville, surnommée « la plus belle petite ville du Canada », est le foyer, selon le président des TCA, Ken Lewenza, « de nombreux membres des TCA, qui ont personnellement subi des pertes en raison de cette horrible tornade ». Le syndicat national a contribué 10 000 $ tirés du Fonds de justice sociale des TCA. M. Lewenza a écrit récemment aux présidents et secrétaires-trésoriers des sections locales des TCA en Ontario pour leur demander d’apporter leur contribution. Les chèques doivent être faits à l’ordre des TCA du Canada et porter la mention « Fonds de secours - Goderich et région ». Les chèques doivent être envoyés à Peter Kennedy, secrétaire-trésorier national, 205, Placer Court, Toronto, Ontario, M2H 3H9. On demande aux sections locales d’envoyer leurs chèques au syndicat national au plus tard le 31 octobre 2011. Le gouvernement de l’Ontario doublera les dons reçus avant le 1er décembre 2011.
La section locale 584 des TCA honore Bob Chernecki Le président d’unité et le président de la section locale 584 des TCA, Kim Clout et Dave Champagne, avec le président des TCA, Ken Lewenza, après un dîner honorant l'excellent travail de l'assistant du président des TCA Bob Chernecki, qui prendra sa er retraite le 1 novembre prochain.
Contact - page 8 -
Une coalition crée un site Web pour sauver un centre de sauvetage Une coalition de citoyens, de municipalités, de syndicats et d’autres organisations de la société civile de Terre-Neuve-et-Labrador vient de mettre en ligne un nouveau site Web dans le cadre de sa campagne pour pousser Stephen Harper à revenir sur la décision de son gouvernement de fermer le centre de recherche et sauvetage de St.John's. Le site Web contient des renseignements utiles sur le rôle important de ce centre qui, pendant de nombreuses années, a fourni des services de coordination essentiels et rapides des ressources de recherche et sauvetage, ainsi que du soutien pour les personnes en détresse en mer, y compris des pêcheurs et d'autres travailleurs. Le président du Syndicat de la pêche, de l’alimentation et des travailleurs assimilés (TCA/SPATA), Earle McCurdy, a déclaré le 7 octobre dernier qu’il est d'une « importance cruciale » que la décision soit annulée. « Le gouvernement Harper dit qu’économiser de l'argent est plus important que sauver des vies. Nous devons leur faire clairement comprendre que cela est inacceptable. » Lana Payne, présidente de la Fédération du travail de Terre-Neuve-et-Labrador, a qualifié la décision de fermer le centre de St.John’s et un autre centre de recherche et sauvetage, à Québec, de « complètement irréfléchie et irresponsable ». Le site Web souligne les événements de la campagne et permet aux citoyens d'envoyer une lettre directement au premier ministre. Le site contient aussi un lien vers la page Facebook de la campagne. L'adresse du site est : http://www.maydaynl.ca/.
Ne tuez pas les emplois du secteur des énergies vertes en Ontario, M. Hudak Le Conseil de l’environnement des TCA de la région de Windsor (CAW WREC) s’est joint à Greenpeace et au fabricant de panneaux solaires Unconquered Sun pour ériger un faux cimetière « d'emplois verts » le 28 septembre à l'extérieur des installations de l'entreprise, à Windsor, en Ontario, pour protester contre le plan du chef progressiste-conservateur ontarien Tim Hudak d’éliminer laLoi sur l’énergie vertede l’Ontario. «L'élection de Hudak aurait signifié la perte de dizaines de milliers d'emplois importants dans le secteur des énergies vertes et dans le secteur manufacturier de la province », a affirmé Mark Bartlett, le président du Conseil de l’environnement de Windsor des TCA. « Nous devons absolument continuer à travailler avec nos partenaires dans la communauté pour progresser vers un environnement et une économie durables. » De gauche à droite : Shawn-Patrick Stensil, responsable de la campagne Climat et énergie, Greenpeace Canada; Mark Bartlett, président du Conseil de l'environnement de la région de Windsor des TCA et Sean Moore, fondateur et chef de la direction de Unconquered Sun Solar Technologies. Photo: Trevor Weeks
Un chantier naval de Shelburne obtient un contrat de modernisation Un chantier naval de Shelburne, en Nouvelle-Écosse, a obtenu un contrat de modernisation de navires pour la marine et la garde côtière d'une valeur de 2,4 millions, ce qui signifie que les membres de la section locale 9 des TCA/FTCN auront du nouveau travail. Shelburne Ship Repair est situé à environ 200 km au sud de Halifax. Les installations ont été fermées en août 2009 parce que son quai et sa cale d’abordage devaient être modernisés. Le chantier a rouvert récemment après des rénovations de 16,6 millions financées par le gouvernement provincial et par Irving Shipbuilding, le propriétaire. « C’est une excellente nouvelle; ce chantier naval, qui connaissait des problèmes au milieu des années 1990 quand les employés se sont syndiqués, connaîtra maintenant un avenir radieux », a dit Les Holloway, directeur des TCA pour la région de l'Atlantique. C'est lui qui a aidé les employés de ce chantier naval à se syndiquer à l'époque. « C’est vraiment une bonne nouvelle pour nos membres qui travaillent dans l’industrie des chantiers navals », a-t-il ajouté. Le président de la section locale 9 des TCA/FTCN, Danny Branscombe, a pour sa part dit au journal le Chronicle Herald que maintenant que le chantier de Shelburne soumissionne pour d’autres contrats, les membres espèrent qu'ils auront d'autre travail. « Si nous obtenons suffisamment de travail en raison des installations agrandies et de notre capacité de mettre en cale sèche de plus grands navires, nous ne pouvons qu'augmenter le nombre d'emplois », selon M. Branscombe. Le contrat de modernisation actuel donnera du travail à 75 membres des TCA/FTCN. L’entreprise a indiqué que depuis la fin de la rénovation de ses installations, des navires pesant jusqu’à 4000 tonnes et mesurant plus de 122 mètres de long peuvent être mis en cale sèche à ses installations. De plus, le chantier peut accueillir deux navires à la fois.
np : sepb343
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.