Le Chef de l'Etat reçoit l'ambassadeur de la République Populaire ...

Publié par

  • cours - matière potentielle : son séjour
  • cours - matière potentielle : la soirée
  • cours - matière potentielle : unevisite
  • cours - matière potentielle : dece
  • cours - matière potentielle : lapériode récente
  • exposé
  • cours - matière potentielle : actuel
150 FCFA MARDI20 décembre 2011 NUMERO8246 A la Présidence de la RépubliqueLe Chef de l'Etat reçoitl'ambassadeur de laRépublique Populairede Chine au Niger Sciences ettechnolgieL'hygiènedes mains,pas si simple SONITEL, Leader de l'Internet haut débit au Niger Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM.Issoufou Mahamadou, a accordé, hier, une audienceà l'ambassadeur de la République Populaire deChine au Niger, SEM. Xia Huang. A l'issue de cet entre-tien, le diplomate chinois a déclaré qu'ils ont évoqué despoints relatifs aux relations bilatérales qui existent entreles deux pays.
  • relations avec les institutions dela
  • région de tillabéry
  • jet de budget de l'union pour l'exercice
  • président de larépublique
  • niger
  • ministres
  • ministre
  • cadre
  • cadres
  • projets
  • projet
  • pays
  • action
  • actions
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 156
Tags :
Source : nigerdiaspora.info
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
SONITEL, Leader de l’Internet haut débit au Niger Sciences et NUMERO 8246 technolgie MARDI 20 décembre 2011L'hygiène 150FCFAdes mains, pas si simple P-11 A la Présidence de la République Le Chef de l’Etat reçoit l’ambassadeur de la République Populaire de Chine au Niger e Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a accordé, hier, une audienceème ChLine au Niger, SEM. Xia Huang. A l’issue de cet entre-«Je crois que grâce aux rendez-vous politiques qui auront Le Chef de l’Etat avec l’ambassadeur chinois (2à partir de la gauche) à l’ambassadeur de la République Populaire de tien, le diplomate chinois a déclaré qu’ils ont évoqué deslieu l’année prochaine, nos relations d’amitié et de points relatifs aux relations bilatérales qui existent entrecoopération connaîtront plus de tonus et d’intensité», a les deux pays. Il a ajouté que les échanges ont porté surconclu l’ambassadeur chinois. quelques échéances à venir au courant de l’année 2012.  Visitedu ministre de la Communication et des Nouvelles ème Technologies de l’Information à Alger (Algérie) Fin de la 6Conférence des Présidents des instances africaines de régulation de la communication (CIRCAF) à Arusha en Tanzanie Cimenter les bases d’une coopération fructueuse dans Le président de l’ONC élu Vice-président du RIARCle domaine des télécommunications et des médias P. 3 e ministre de la Communication et ds Signature d’accord de prêt pour le financement du projet del’InLformation effectue, depuis Nouvelles Technologies de samedi dernier, sur invitation de construction de la route «Arlit-Assamaka entre la République son homologue algérien, une visite de travail de cinq jours en du Niger et la BADEA Algérie. Les délégations algéri-ennes et nigériennes feront pen-dant cette période l’état de la coopération entre leurs deux départements ministériels. Au cours de son séjour, la délé-gation conduite par le ministre Salifou Labo Bouché aura à Le ministre Salifou Labo Bouché échanger avec celle du pays hôte, notamment sur des ques-tions importantes comme celles relatives à la réalisation de la liaison fibre optique Alger–Zinder-Abuja, à l’assistance technique et au renforcement des capacités des cadres du Niger en charge de conduite des projets d’infrastructures optonumériques compte tenu de la riche expérience algérienne en matière des projets en zone déser-tique, au partage des fréquences radioélectriques dans les zones frontalières entre l’Algérie et le Niger, et à l’instauration d’un partenariat économique entre les opéra-teurs historiques de la poste et des TIC de nos deux pays. En marge des séances de travail, desvisites techniques sontprévues notamment à l’institut des Télécommunications et des TICS d’Oran et à la Wilaya de Chlef. Samedi, le ministre de la Communication, M. Salifou Labo Bouché a accordé une interview exclusive à Algérie Presse Service sur le développement des Technologies de l’Information au La BADEA accorde un prêt de Niger. Cette visite témoigne de la volonté et de l’engagement des deux ministres en charge dela Communication à nourrir leurs expériences pour un échange fructueux au bénéfice exclusif de nos deux peuples. 5 milliards de FCFA à notre paysA. Soumana P. 3
2
SOCIÉTÉ
Le diabète En connaître les symptômes ème Le Niger, à linstar des autres pays du monde, a célébré le 14 novembre dernier, la 17Journée mondiale de lutte contre le diabète. Selon les responsables du Ministère de la Santé Publique, le diabète est considéré aujourdhui comme un problème de santé publique dans notre pays car beaucoup de concitoyens en souffrent.
es spécialistes de la mal-adie expliquent que le dia-tivLe due à la présence d'un excès bète est une maladie évolu-de sucre (glucose) dans le sang. Dr IssoufouAboubacar, du Ministère de la Santé Publique, a expliqué dans la revue Echo Santé éditée par le ministère, que pour comprendre un peu le dia-bète, il faut grosso modo retenir que, le pancréas secrète chez une personne saineune hor-mone appelée insuline. Le rôle de l’insuline, c’est aider à trans-former le sucreen énergie dans le corps. Aussi, lorsqu’on dit
qu’une personne est diabétique, c’est que son organisme souffre précisément d’une production inadaptée de cette insuline. Dr Issoufou Aboubacar indique qu’il existe 2 types de diabète : le type 1 oudiabète juvénile, qui touche les jeunes de moins de 20 ans car souffrant d'une insuffisance voire d’une absence de sécrétion d'insuline par le pancréas. Quant au type 2, il se diagnostique chez des personnes âgées de plus de 30 ans. Ici l'insuline ne peut aider à transformer le sucre en énergie suite à une résistance du corps à l'insuline. La prévention dudia-
bète se fait par le dépistage. Comment se manifeste la mal-adie ? Le docteur Issoufou Aboubacar explique que le dia-bète est une maladie chronique qui évolue souvent silencieuse-ment pendant des années. Le mal semanifeste parune soif excessive, une enviefréquente d'uriner que d'habitude surtout le soir, une sensation de fatigue et de faiblesse générale ; chez cer-taines personnes on remarque un amaigrissement. Parfois, ce sont les signes de complications (troubles visuels, douleurs ou crampes des jambes, pathologie
cardiaque ou vasculaire, coma...) qui permettentde découvrir le diabète, précise-t-il. Une fois le diagnostic posé dit-il, il est impor-tant de contrôler régulièrement la teneur en glucose du sang du malade afin de la stabiliser pour éviter les complications liées au diabète. Le malade doit s'impos-er une bonne hygiène de vie, c'est-à-dire avoir une alimenta-tion équilibrée, faire régulière-ment de l'exercice physique éviter l'alcool et le tabac, prendre régulièrement les médicaments. Selon Dr Issoufou, le patient dia-bétique doit avoir une alimenta-
tion saine et équilibrée, il doit éviter les aliments trop sucrés, gras et salés, maintenir un poids idéal, consommer plus de fruits et de légumes frais etéviter l'alcool et le tabac. Le diabète a des conséquences qui entraînent des complications dont entre autres, la cataracte et la perte de vue, les maladies car-diovasculaires rencontrées chez 50% des diabétiques, la gan-grène des jambes conduisant à l'amputation, l'hypertension artérielle, l'insuffisance rénaleet l'avortement chez la femme enceinte. Dr Issoufou Aboubacar précise aussi qu’il existe des fac-teurs de risque qui mènent au développement du diabète. Il s’agit notamment de l'hérédité,la mauvaise alimentation, le manque d'exercice physique, l'obésité, le stress.
Rassemblés par Issaka Saïdou
Visite du ministre Mamadou Youba Diallo à l’Université Islamique de Say Un établissement en manque de moyens présenter aux examens duprendre des démarches pour sortiraprès ces visites, le ministre Le ministre des Enseignements Moyen et Supérieur et de la CFEPD, du brevet et du bac qu’àensemble de cette situation ».Mamadou Youba Diallo a rencontré Recherche scientifique, M. Mamadou Youba Diallo, a effectué, titre de candidats indépendants.S’agissant de la situation desles étudiants de l’établissement jeudi dernier en compagnie notamment de son Secrétaire géné-Répondant au Recteur, le ministreélèves du Complexe de Solidaritédont les doléances sont : l’appui en ral, M. Guéro Yadji, une visite à l’Université Islamique au Niger des Enseignements Moyen et(ouvert à Say par l’universitébus, la construction d’une salle de basée à Say. Supérieur et de la Recherche sci-islamique au Niger), le ministreconférences, l’appui en entifique, M. Mamadou YoubaMamadou Youba Diallo a été clair :équipements sportifs des équipes ’Université Islamique auqu’il faut adapter le volet financier Diallo, a d’abord indiqué en sub-au plan juridique et statutaire, l’uni-de l’université, l’octroi de l’aide Niger, créée il y a 26 ans parau volet académique de notre ges-Lmobiliser les autres pays membres stance : « Je connais un peu cetteversité islamique est un Centresociale aux étudiants nigériens. les 57 Etats membres detion. Le Niger doit nous aider à grande université qui s’est mal-d’enseignement supérieur et non«Nous prenons acte de vos l’Organisation de la Conférence heureusement fait petite, repliéeun complexe d’écoles primaires etdoléances et je peux vous assurer Islamique (OCI) dont 21 y ont desde l’OCI, du moins ceux qui ont des sur elle-même, ce qui explique quede collèges. Mais, comme le Nigerque vous aurez l’aide sociale dès étudiants, est confrontée àétudiants ici ». En attendant, l’Etat même les Nigériens ne la connais-a besoin d’infrastructures sco-le budget 2012. S’agissant de l’ap-d’énormes problèmes. Selon lenigérien pourrait d’ores et déjà « sent pas ; mais, les entretiens quelaires, l’Etat veillera à corriger cettepui en équipements sportifs, la Recteur Abdeljawad Sekkat, l’uni-prendre en charge les dépenses je viens d’avoir en Arabie Saouditesituation, en toute légalité. Le min-direction de l’Education physique versité islamique au Niger n’a pasd’eau et d’électricité : cela va avec l’OCI et certains de ses Etatsistre des Enseignements Moyen etet sportive de mon ministère sera de budget stable et il lui faut, à lasoulager l’université». Au plan membres me donnent de l’espoirSupérieur et de la Recherche sci-instruite pour y veiller ». C’est sur fin de chaque mois, jongler pouradministratif, le Recteur quant à la situation de l’universitéentifique, M. Mamadou Youbaces engagements qu’a pris fin la payer les salaires du personnel etAbdeljawad Sekkat a fait cas de la islamique de Say… Vous ne sen-Diallo, a ensuite visité le Centrevisite du ministre des les factures d’eau et d’électricité : «situation des élèves du primaire, tez peut-être pas la présence dutechnique, le Complexe deEnseignements Moyen et nous demandons l’appui dudu collège et du lycée du Niger, pays d’accueil, à vos côtés :Solidarité, la bibliothèque, les nou-Supérieur et de la Recherche sci-Ministère des EnseignementsComplexe de Solidarité (ouvert à cette situation sera corrigée carveaux logements, l’infirmerie, leentifique à l’université islamique au Moyen et Supérieur et de laSay par l’université islamique au l’Etat va vous apporter un ballonrestaurant et le terrain de sports deNiger. Recherche scientifique, surtoutNiger: ces élèves ne peuvent se d’oxygène et nous allons entre-l’université islamique de Say. Peu Sani Soulé Manzo Le Haut commissariat en conclave avec les organisations de la société civile Implication des structures de la société civile à la mise en œuvre de l’initiative “3N’’
Dans le cadre des actions qu’il mène depuis sa création, le haut commissariat à la mise en œuvre de l’Initiative 3N (« le Nigériens Nourrissent les Nigériens ») a initié une série de rencontres avec les acteurs nationaux des différents secteurs de la vie de notre pays. C’est dans cette logique de démarcheparticipative qu’ila organisé, jeudi dernier à son siège, une rencontre avec les ONG, les associations de développement et les centrales syndicales en tant qu’organisations de la société civile(OSC) de notre pays.
artie intégrante de la vie nationale, les OSC constituent daPns toute action de développement des partenaires incontournables d’envergure nationale. C’est conscient de leur importance et du rôle qu’elles peuvent être amenéesà jouer dans ce programme cher au Président de la République que le Haut commissariat à initiative ‘’3N’’ a initié cette rencontre présidée par le Secrétaire général du Haut Commissariat, le Colonel Adamou Issaka Ounténi. A l’adresse des partici-pants qui ont massivement répondu à l’appel, à la grande satisfaction du Haut commissariat, Le Colonel Adamou Issaka Ounténi a rappelé le contexte de crises alimentaires, nutritionnelles et fourragères récurrentes voire quasi per-manentes quicaractérisent leNiger ces dernières années. En effet, il est regrettable que les paysans nigériens qui sont sensés se nourrir suffisamment
et approvisionner le reste de la popula-tion soient aujourd’huiles premières victimes de la fragilité des exploitations agro-sylvo-pastorales. Il a également déploré la situation d’éternel assisté au plan alimentaire de notre pays alors qu’il est tout à fait possible de la changer radicalement , de faire en sorte que les Nigériens nourrissent les Nigériens, d’où l’initiative ‘’3N’’ du Président de la République.Le Chef de l’Etat sait que cela est possible et l’a dit dans son discoursaprès son investi-ture « le peuple nigérien a un immense défi à relever, un défi qui a un rapport avec sa dignité et son honneur : le défi de l’éradication de la faim. Il est choquant que de manière récurrente, nous soyons réduits à mendier notre pain quotidien auprès des autres peu-ples. Comme en témoignent les dernières élections, notre peuple a con-quis la liberté politique : il lui reste main-
Une vue des participants à la rencontre
tenant, à réaliser l’alliance de la liberté et du pain ». Ces mots dits en cet instant très solennel prouvent à suffi-sance la confiance du Président de la République en la capacité des Nigériens à s’auto-suffire au plan alimentaire, mais aussi sa volonté à œuvrer pour redonner au peuple nigérien sa dignité et son honneur en lui donnant enfinla chance de ne plus ten-dre la main pour manger. « La main qui donne vaut mieux que celle qui reçoit », dit-on. Il ne s’agitd’ailleurs pas d’un dicton mais d’une vérité indéniable. Par l’initiative 3N, le Président de la République veut que le peuple nigérien
ait cette main donatrice et non récep-trice. Le Secrétaire général a dit aux représentants des OSC que l’initiative ‘’3N’’ n’est pas un slogan mais un idéal, une volonté et un engagement fort du Chef de l’Etat en faveur du monde rural, lui qui a la claire conscience qu’on peut inverser la tendance en conjuguant les actions dans divers domaines d’inter-vention. Sur le rôle de la société civile à la mise en œuvre des 3N, le colonel Adamou Ounténia dit qu’elle en est un véritable partenaire et que le Haut com-missariat a souhaité sa participation active à toutes les étapes de l’élabora-
tion et la mise en œuvre de l’initiative. La rencontre est donc nécessaire pour échanger avec elle des tenants et aboutissants de l’initiative. Elle a pour objectif de recueillir les préoccupations, les avis et suggestions des acteurs sociaux pour enrichir le processus et déterminer les modalités de leur impli-cation effective aux côtés d’autres acteurs a dit le secrétaire général. Dans l’approche participative qu’il privilégie le haut commissariat à l’initia-tive 3N a rencontré d’autres acteurs que sont les maires des communes, les organisations des producteurs et les opérateurs du secteur privé ainsi que les cadres des ministères clés de l’initiative, a ajouté M. Ounténi, avant d’annoncer l’envoi très prochain des missions à l’intérieur pour rencontrer les acteurs dans les régions.A travers les différentes rencontres avec ses inter-locuteurs, le Haut commissariat nourrit l’espoir d’examiner et d’internaliser le projet de cadre stratégique de l’initiative 3N élaboré par des experts exclusive-ment nigériens et qui mérite, malgré tout, l’apport de toutes les compétences pour plusd’efficacité.
Zabeirou Moussa
Mardi 20 décembre 2011
NATION 3 Signature d’accord de prêt pour le financement du projet de construction de la route « Arlit-Assamaka entre la République du Niger et la BADEA La BADEA accorde un prêt de 5 milliards de FCFA à notre pays Le ministre d’Etat, ministre du Plan, de l’Aménagement du Le montant cumulé des engagements a Territoire et du Développement Communautaire, M. Amadou servi à financer 34 opérations de Boubacar Cissé, et le Directeur général de la Banque Arabe pour développement dont 15 projets et 17 le Développement Economique en Afrique (BADEA), M. Abdelaziz opérations d’assistance technique. Ces Khelef, ont procédé, hier à Niamey, à la signature d’un accord de financements sont allés principalement prêt de dix (10) millions de dollars, soit 5 milliards de francs CFA aux secteurs prioritaires ; agriculture et entre la République du Niger et la BADEA pour contribuer au le développement rural 46% et trans-financement du projet de construction de la route « Arlit-port 35%. Enfin, Il s’est félicité de la Assamaka-frontière de l’Algérie, dernier tronçon non bitumé de la qualité des relations existant entre la route transsaharienne Alger Lagos ». BADEA et le Niger tout en assurant la détermination de la BADEA à ans son allocution, le ministresecteurs prioritaires de développement demeurer aux côtés du Niger pour par-d’Etat, M. Amadou Boubacaréconomique, touchant notamment le Dment que le gouvernement du Nigertures économiqueset l’assistance ticiper à la noble œuvre de développe-Cissé, a indiqué que, ce projetsecteur rural, l’énergie, les infrastruc-s’inscrit dans le cadre des projets du sous l’autorité de SEM Issoufou NEPAD et fait partie de la routetechnique. Selonlui, ce projet, qui ren-Mahamadou, Président de la transsaharienne reliant les pays detre dans le cadre de l’intégrationLors de la signature de l’accord République mène sans relâche pour le l’Afrique du Nord à ceux de l’Afrique derégionale africaine, cadre har-significative enregistrée ces dernièresgouvernement du Niger visant, le bien-être et la prospérité du peuple l’ouest. Il vise à désenclaver les paysmonieusement avec la vision deannées, au cours desquelles, il a étédéveloppement économique et social frère nigérien.Hier, le responsablede du Niger, du Tchad et du Mali qui nedéveloppement et le programme duréalisé la construction de 400 km entreet de la lutte contre la pauvreté », a-t-il la BADEAa eu un entretien puis, une possèdent pas d’issues sur la mer. IlPrésident de la République pour laTamanrasset et la frontière du Niger etdéclaré. Il a rappelé que depuis le séance de travail avec le ministre vise égalementà faciliter et assurer leRenaissance du Niger. Les objectifs100 km entre Agadez et de Zinder », adémarrage de ses activités en 1975, la d’Etat, ministre du Plan de déplacement de la population et desvisés à travers la réalisation de ce pro-indiqué M. Amadou Boubacar Cissé.BADEA n’a cessé d’accompagner les I’Aménagement du Territoire et du marchandises et à développer lesjet d’une longueur de 223 km sont nom-Quant au Directeur général de laefforts du Niger. Avec ce projet, le vol-Développement communautaire, SEM échanges commerciaux entre les paysbreux et bénéfiques pour notre pays.« BanqueArabe pour le Développementume des engagements de la BADEA Amadou Boubacar Cissé sur la revue africains. Le ministre d’Etat a en outreLa réalisation de ce projet prioritaire estEconomique en Afrique (BADEA), M.en faveur du Niger s’élève à 94,4 mil-du portefeuille des opérations financés souligné que le nouveau projet,d’autant plus importante pour notreAbdelaziz Khelef, il a expliquélions de dollars américains soit environ par la BADEA et les perspectives de approuvé par la BADEA, vient ainsipays que cette section Arlit-Assamaka,l’importance du projet pour l’Afrique47 milliards de FCFA auxquels coopérations économiques. élargir l’important portefeuille desconstitue le dernier maillon encore àparticulièrement le Niger. « Le projets’ajoutent 19,6 millions de dollars opérations (projets et programmes)l’état de piste, sur l’axe Alger-Lagos,pour lequel nous nous réunissonsreprésentant la participation de la Seini Seydou Zakaria financées, au Niger, par cettelong de 4 500 km. Elle l’est égalementaujourd’hui cadre parfaitement avec lesBADEA à l’allègement de la dette du Institution bancaire dans plusieurscar, elle complète utilement l’avancéeobjectifs communs de la BADEA et duNiger dans le cadre de l’initiative PPTE. Visite du ministre malien chargé des Relations avec les Institutions Création d’un cadre de concertation pour une bonne harmonisation du processus d’intégration Le ministre malien chargé des Relations avec les Institutions de contré le Médiateur de la la République, M. Abdoulaye Sall, effectue depuis dimanche République, M. Cheffou Amadou. dernier une mission de travail dans notre pays.Cette visite Le ministre malien a d’abord s’inscrit dans le cadre d’une série de voyages et d’actions qu’il a présenté ses vives félicitations au entreprise en vue de rencontrer ses homologues d’autres pays de Médiateur pour sa désignation à la sous-région ouestafricaine engagés dans un processus la tête de cette institution avant de d’intégration régionale. l’encourager dans la conduite de sa mission. Expliquant les motiva-ier lundi, M. AbdoulayeLaouali Chaibou, a rendu tionsde son voyage au Nigeret H Sall, qui est accompagnéplusieurs visites de courtoisie auxdans les autres pays, M Sall a par le ministre chargé desprésidents des Institutions de laindiqué qu’il s’agit pour lui de Relations avec les Institutions,M. République.C’est ainsi qu’il a ren-créer un cadre de concertation
ème Fin de la 6Conférence des Présidents des instances africaines de régulation de la communication (CIRCAF) à Arusha en Tanzanie Le président de l’ONC élu Vice-président du RIARC
ème a 6Conférence des Présidents des deLrégulation de la com-instances africaines munication (CIRCAF) s’est tenue du 15 au 18 décembre 2011, à Arusha en Tanzanie, sur le thème : « les défis de la conver-gence, le passage au numérique et les nou-veaux services des médias. » A la fin des travaux, la conférence des présidents a procédé au renouvellement du bureau du Réseau desM. Abdourahamane Ousmane Instances Africaines de élu par leurs pairs, à l’unanimité, Régulation de la Communication respectivement président et Vice-(RIARC). M. Buxton Chipeta, président du RIARC, pour un man-Président de l’Autorité ème dat de deux ans. La 6 Tanzanienne de Régulation des Conférence des instances Communications et M. africaines de régulation de la com-Abdourahamane Ousmane, prési-munication a également adopté le dent de l’Observatoire National de Plan d’action 2012-2013 du la Communication du Niger, ont été RIARC, dont les principaux objec-
Mardi 20 décembre 2011
tifs sont de : Contribuer par la syn-ergie des échanges, à asseoir l’au-torité technique, professionnelle et institutionnelle de chacune des instances membres ; développer, entre les instances membres, des échanges d’idées et d’expériences sur les questions en rapport avec leurs missions ; organiser, entre les instances membres, une étroite coopération en matière de forma-tion et d’assistance technique ; contribuer à asseoir l’autorité du RIARC dans les forums interna-tionaux et régionaux, toutes les fois que sont traités les problèmes de communication et de régulation de la communication, pour faire du Réseau un interlocuteur privilégié des organes délibérants. Pour rap-pel, le Réseau des Instances Africaines de régulation de la Communication (RIARC) a été crée le 05 juin 1998 à Libreville au Gabon. Il compte actuellement trente trois (33) pays membres.
Le médiateur avec le ministre malien en charge des Relations avec les Instutitons (centre)
avec les différents Ministères chargés des Relations avec les Institutions des pays d’Afrique de l’Ouest. M.Cheffou Amadou, qui a salué cette belle initiative du ministre malien, a aussi souligné la nécessité d’harmoniser les ministères et de bien les coordon-ner pour les rendre plus efficace en cette ère de grands défis. Parlant de la Médiature, qui n’ex-iste pas au Mali, M. Cheffou Amadou a édifié son hôte sur les missions et attributions de l’insti-tution qui est, selon lui, un instru-ment de mesure du degré de la satisfaction des populations vis-à-vis de l’administration. Peu après le ministre malien s’est rendu au Conseil constitutionnel où il a été accueilli par la présidente, Mme Salifou Fatoumata Bazeye, puis à l’Observatoire national de la com-munication (ONC). Accueilli par le Vice-président, M Ali Ousseini Sountalma et ses collaborateurs, M. Sall a eu à échanger avec les
responsables de l’institution de régulation des médias du Niger. En marge de ces différentes ren-contres, le ministre malien et son homologue nigérien se sontren-dus dans la soiréeau Village arti-sanal de Wadata qui accueille l’exposition du Salon International de l’Artisanat pour la Femme (SAFEM). Ce fut l’occasion pour les deux ministres de faire un tour devant les stands d’exposition du salon. M. Sall a eu à rencontrer les exposants qui n’ont pas encore évacué les lieux en dépit de la fin officielle du SAFEM le 18 décembre. Il s’est particulière-ment réjoui de constater une forte présence de ses compatriotes maliens parmi les participants. Ces derniers ont rassuré leur ministre que leurs conditions d’accueil, de séjour et d’affaires dans le cadre du SAFEM ont été excellentes.
Zabeirou Moussa
NATION 4 SORAZ Les ambitions de la raffinerie u Niger, depuis un cer-(la SONIDEP), devait acheter tain temps, on parleles 7000 barils/jour destinés au MaiA2500 barils /jour d’essence ets, il parait qu’au niveau de la beaucoup d’emplois. marchénational comme suit : SORAZ, une quarantaine de4500 barils/ jour de gasoil, pour postes seulement a été ensuiteles acheminer vers les occupée jusqu’ici par lesdifférents distributeurs, moyen-Nigériens. Or, il a été négocié etnant une marge de bénéfice. obtenu, au niveau de cetteMalheureusement, la quantité
Unité de distillation
société, 377 postes pour les Nigériens contre 310 pour la partie chinoise. Ainsi, les Chinois sont débordés par les opérations, du fait du manque d’employés locaux. Alors, qu’attend donc l’Etat pour le placement des Nigériens à la
de produits raffinés, program-mée par la SONIDEP pour le mois de Décembre, et qui devait être prélevée auprès de la SORAZ, est nettement inférieure à celle convenue entre les deux parties. Le prélèvement prévu pour le
Unité de craquage catalytique 05 Décembre a été reporté par SORAZ, surtout quand on sait la SONIDEP au 14 Décembre. que la majeure partie des Et au 14 Décembre, la jeunes est sans emplois. SONIDEP a une fois de plus Aussi, nous suggérons à l’Etat reporté le prélèvement au 1er de faire le nécessaire pour que Janvier 2012. ces postes reviennent le plutôt De ce fait, un problème majeur possible aux Nigériens, de de stockage des produits raf-quelque bord qu’ils soient. finés se pose auprès de la SORAZ. Par ailleurs, selon le contrat de Conformément au premier pro-commercialisation qui lie la gramme de prélèvement de la SORAZ à la SONIDEP, celle-ci
Unité de reformage SONIDEP du 05 décembre7000 barils / jour auprès de la 2011, la SORAZ a déjà produitSORAZ, pour l’intérêt de tout le de l’essence, du gasoil, du gazpeuple nigérien. liquéfié en grande quantité, etLes prix de vente des produits tous les réservoirs de stockageraffinés à la SONIDEP sont sont pleins. Il est nécessaire deassez bas : Gasoil = 340 rappeler ici que le fonction-FCFA/l, Essence = 336 FCFA /l, nement d’une raffinerie est uneGPL = 1500 FCFA/12,5kg. opération très délicate et com-Notre pays a désormais ses plexe qui nécessite un respectpropres produits raffinés. La scrupuleux des conventions dequantité est assez suffisante commercialisation des produitspour la consommation locale,
Unité de traitement à l’hydrogène
raffinés, pour un fonction-nement optimale de la raffinerie. Donc, si la situation actuelle persiste au-delà du 20 Décembre 2011, la SORAZ se verra dans l’obligation d’arrêter le raffinage du pétrole brut nigérien pour un certain temps. Ce qui aura comme con-séquence, en amont, l’arrêt de la production des puits et l’inter-ruption des opérations de pipeline. Or, le redémarrage d’une raf-finerie telle que la SORAZ, ne serait-ce qu’après quelques heures d’arrêt, nécessite de très grandes dépenses qui peuvent fortement affecter sa rentabilité. Il convient de ce fait que la SONIDEP commence à prendre
mais aussi elle permet l'expor-tation. Avant cette raffinerie, le Gouvernement importait et sub-ventionnait les produits pétroliers. Maintenant, il n’y a plus de subvention et l'Etat tire des bénéfices, ce qui est un grand changement pour notre pays. Au niveau de la SONIDEP, nous pensons que nous devons repenser certaines de nos réflexes, parce que nous ne sommes plus importateurs, mais producteurs et exporta-teurs de produits pétroliers raf-finés. Le souci doit être celui de liqui-dation des stocks, plutôt que l’inverse.
Mardi 20 décembre 2011
NATION 5 des résultats peu satisfaisants de la Session ordinaire du Conseil d'Administration de la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO)campagne agricole 2011-2012 et des répercussions de la crise postélectorale Examen du projet budgétaire pour l’exercice 2012 en Côte d'Ivoire, la situation économique devrait ressortir en légère amélioration. Il a indiqué que le taux de Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, croissance de l'Union pour l'année 2011 M. Tiémoko Meyliet Koné, président du Conseil d’Administration de l’ins-est estimé à 1,2% contre une prévision titution, a présidé jeudi dernier la cérémonie d’ouverture de la session précédente de 1%. Pour l'année 2012, ordinaire dudit Conseil dans la salle de réunion de l’agence principale de la croissance est attendue selon lui, en Niamey. Cette sessionétant la dernière au titre de l'exercice 2011, elle a forte hausse à 6,4% sous l'effet de la examiné, entre autres points, conformément à l'usage, le projet de normalisation plus rapide qu'anticipée budget de la BCEAO pour l'exercice 2012. de la reprise en Côte d'Ivoire. « Avant ans l’allocution qu’il a prononcéeencore plus efficace. «La qualité desd'entamer les travaux de notre réunion, à l’occasion de l’ouverture desdécisions que nous prendrons est laje voudrais exprimer la profonde grati-D travaux du Conseilgarantie de la mise en œuvre har-tude de notre Conseil et nos sincères d’Administration, le Gouverneur de lamonieuse de nos missions fondamen-remerciements aux autorités et au peu-BCEAO, aexprimé sa gratitude auxtales. Je sais pouvoir compter sur votreple nigériens, pour l'accueil chaleureux membres du Conseil,pour les marquessoutien et votre solidarité ainsi que suret les dispositions prises pour faciliter le de considération et les vœux de réussitevotre engagement à poursuivre le travailbon déroulement de nos assises. Je qui ont étéformulés à son endroit,entamé au sein de ce conseil, depuisLors de la rencontrevoudrais adresser nos remerciements depuis sa nomination par les plusbientôt une année. Je voudrais saluer laaux représentants des médias pour leur Gouverneur de la BCEAO à l’adresseet aux Etats Unis. Cette situation se hautes autorités de l'Union aux fonc-présence parmi nous de M. Hanounouconstante coopération permettant de des Administrateurs. Il a indiqué quetraduit par un ralentissement de la crois-tions de Gouverneur de la BCEAO. M.Djibril, récemment nommérelayer les délibérations de nos travaux cette session duConseil se tient danssance économique mondiale et un Tiémoko Meyliet Koné, s’est ditconva- Administrateurpour le Niger au sein duauprès des populations» a conclu M. un environnement international marquéaccroissement des incertitudes qui incu que le travail qui seraeffectué auConseil d'Administration de la BCEAO.Tiémoko Meyliet Koné. par des turbulences sur les marchéspèsent sur les économies de l’Union. sein de ce conseil, renforcera les acquisSon expérience acquise aux différentes financiers et les développements de laToutefois, a ajouté le Gouverneur de la de l’Institut d'émission et permettrafonctions qu'il a occupées sera assuré-crise de la dette souveraine en EuropeBCEAO, au sein de l'UEMOA, en dépit Oumarou Moussa l'édification d'une Banque Centralement utile à notre Conseil» a ajouté le Session ordinaire du Conseil des ministres de l’UEMOA à Niamey Vers une amélioration significative des perspectives macroéconomiques dans l'Union Etats aient, pendant plusieurs années, Le ministre des Finances de la Guinée-Bissau, président du Conseil des assaini leurs économies ; de telle ministres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, M. José manière qu’aujourd’hui, le taux de crois-Mario Vaz, a présidé vendredi dernier dans les locaux de l’Agence prin-sance qui est projeté pour 2012 dans cipale de la BCEAO de Niamey, la cérémonie d’ouverture du Conseil des l’Union est à plus de 6%. La Côte ministres de l’Union. Au cours de ce Conseil des ministres, plusieurs d’Ivoire qui a été éprouvée pendant la dossiers importants ont été examinés. Il s’agit notamment de la situation crise post-électorale, a repris ses acti-économique et monétaire dans l'UEMOA au 30 septembre 2011 ; dupro-vités beaucoup plus rapidement qu’on jet de budget de l'Union pour l'exercice 2012 ; des Perspectives ne l’aurait espéré. De telle sorte que Financières Actualisées 2011-2015 de la BOAD ; et de l'approbation de la définitivement, tous les Etats sont en nouvelle tarification du marché financier régional de l'UMOA. croissance. La deuxième raison, c’est que le franc CFA, notre monnaie n’a pas n ouvrant les travaux de cetteenfin transmis ses remerciements aux de problème. Je peux vous donner session, le président du Conseil,femmes et hommes des médias qui, de deEl'environnement économique et quelques indications : aujourd’hui, les a souligné que l'évolution récentepart la couverture médiatique qu'ils réserves de change, c'est-à-dire les assurent à leurs travaux, constituent Plusieurs dossiers examinés par le conseil réserves de la Banque Centrale sont financier international a été marquéeauprès des populations de l'Union, un balance des paiements de l’Union estactuel, ni dans son existence. C’est la estimées à plus de5000 milliards, ce par une dégradation des perspectivesrelais important des actions de l’Union. largement excédentaire. Cela veut direcrise de la dette souveraine, c'est-à-dire qui correspond à peu près à 7 mois de croissance économique mondiale etEn marge de la réunion de ce Conseil que nous vendons bien et que nousde l’endettement de ces Etats qui d’importation pour tous les pays de des tensions sur les marchés financiersdes ministres, le Gouverneur de la avons des ressources en contrepartie.inquiète quelque peu les marchés. Les l’Union. Ce qui est confortable. consécutives aux développements de laBCEAO, M. Tiémoko Meyliet Koné a Si vous regardez tous ces chiffres, il n’yrécentes mesures qui ont été prises par Troisième point, si vous regardez les crise de la dette souveraine dans laaffirmé qu’il n’a pas été question de la a aucune raison pour qu’il y ait uneles hautes autorités de l’Union transferts qui viennent, ils sont positifs zone euro. Toutefois, a ajouté M. Josédévaluation du franc CFA aucours de dévaluation du franc CFA», a indiqué leEuropéenne, ont assagi un peu les mar-en ce qui concerne nos Etats. Les trans-Mario Vaz, au sein de l'UEMOA, ence Conseil. «Ce n’était pas à l’ordre du Gouverneur de la BCEAO. Il a ajoutéchés et je pense que ce sont des ferts rentrent et les ressources rentrent dépit des résultats peu satisfaisants dejour, et cela n’a pas été évoqué pour la que peut-être ceux qui fontcourir cechoses qui se régleront au fur et à de plus en plus. Ce qui veut dire que les la campagne agricole 2011-2012 et dessimple raison que la dévaluation du genre de rumeur, se fondent sur la crisemesure. Le franc CFA n’est pas opérateurs économiques ont confiance répercussions de la crise postélectoralefranc CFA n’est actuellement ni néces-qu’il y a en Europe. « La crise qu’il y aconcerné. Il n’est pas question de le en cette monnaie, et qu’ils continuent de en Côte d'Ivoire, la situation écono-saire, ni souhaitable. D’abord toutes les en Europe n’est pas une crise monétai-dévaluer, et il ne sera pas dévalué», a faire venir lesressources pour les mique devrait ressortir en légère amélio-économies de l’Union, sont dans un re. Ce n’est pas une crise de la monnaieconclu M. Tiémoko Meyliet Koné. investissements. Le dernier point, c’est ration. Le taux de croissance de l'Uniontrain de croissance. C’est une dyna-Euro. Parce que la monnaie Euro n’est la compétitivité des économies. La Oumarou Moussa pour l'année 2011 est estimé à 1,2%mique qui a été imprimée après que les pas concernée, ni dans son cours contre une prévision précédente de 1%. Il a indiqué que lahausse du niveau général des prix dans l'Union a marquéélectoral au Niger 2010-2011 (PAPEN)Remise officielle de matériel et d’équipements acquis dans le cadre du projet d’appui au processus un léger ralentissement au cours de la période récente avec un taux de 3,8% enregistré à fin septembre 2011 contreD’importants lots et accessoires remis au gouvernement 3,9% à la fin du mois de juin 2011. « Les actions du projet d’appui en matière du processus électoral au Niger Nous restons optimistes quant à l'amé-(PAPEN), ont été matérialisées d’une part, par la mobilisation des lioration significative des perspectives ressources auprès des partenaires et d’autre part, par la mise à la dis-macroéconomiques dans l'Union dans position de ces ressources pour accompagner le processus électoral. les prochains mois à la faveur du rebond Le matériel et les équipements acquis ont permis au Niger d’organiser de l'activité en Côte d'Ivoire, de la les élections dans des conditions requises ayant abouti à l’avènement consolidation des investissements dans ème de la 7République. Le représentant résident du PNUD par intérim a le secteur des mines et de la poursuite, remis au gouvernement du Niger, le matériel et les équipements acquis par les Etats membres, de la mise en c’était au cours d’une cérémonie organisée, jeudi dernier, à la maison œuvre des réformes visant l'assainisse-des Nations Unies. ment des finances publiques, l'améliora-tion de l'environnement des affaires et la ans le discours qu’il a prononcé à l’oc-présents et de féliciter chacune et chacun des diversification des économies. L'activité casion de cette cérémonie, le ministreanimateurs de nos structures nationales, pour croître de 6,4% en 2012. Toutefois, lesDLors de la cérémonie de remise du matériel économique devrait, dans ce contexte des Finances, M. Ouhoumoudoul’important travailabattu et les exhorter à tou-Mahamadou a indiquéque, les appuis finan-jours plus d’ardeur dans le futur,afin de per-conséquences défavorables de la mau-gouvernement à bien vouloir accorder unepartenaires qui ont accompagné la CENI dans ciers et en ressources de nos partenaires, lamettre à notre pays d’impulser une dynamique vaise campagne agricole vivrière 2011-la réalisation de ses activités pour la pérenni-attention particulière aux recommandations mobilisation du matériel et des équipementsde pérennisation des acquis du PAPEN, avec 2012 devraient engendrer des tensionssation des acquis démocratiques au Niger.pertinentes formulées à l’occasion de l’atelier nécessaires àl’organisation du processuspour ambition de permettre au Niger une inflationnistes, faisant peser des risquesAuparavant, le Représentant résident dud’évaluation du processus électoral tenu du 13 électoral, ont permis à notre pays de renouermaîtrise de l’assistance électorale à court, sur la stabilité macroéconomique », aPNUD au Niger par intérim, M. Boubouau 15 juin 2011, plus spécifiquement celle davantage avec la culture citoyenne et démoc-moyen et long terme», a-t-il affirmé. Il a ajouté Dramane Camara, a indiqué que la remise derelative à la pérennisation de la commission souligné M. José Mario Vaz.Il aque le gouvernement du Niger examineraa rappelé que cette importante céré-ratique. Il ce matériel au gouvernement permettra deélectorale nationale indépendante (CENI). La exprimé la profonde gratitude dumonie qui intervient au sortir de six scrutinstoutes les options nécessaires pour faire en contribuer à la poursuite des actions quifin de la cérémonie a été marquée par la ème Conseil des ministres et ses sincèresélectoraux et l’avènement de la 7sorte que ce matériel à lui confier, contribue à s’inscrivent dans l’optique du renforcement dusignature officielle des documents qui compor-remerciements aux autorités et auRépublique, vient rappeler à tous, la perti-des actions de renforcementla mise en œuvre cycle électoral au Niger. Ces équipements,tent les informations sur le matériel et les peuple nigériens, pour l'accueil chaleu-du cycle électoral. Quant au directeur de cabi-nence et le bien fondé du projet PAPEN. « a-t-il dit, sont composés de dix véhiculeséquipements remis et la visite d’un échantillon reux et les dispositions prises pour faci-C’est le lieu pour moi d’adresser une fois denet adjoint du Premier ministre, M. Aghali Toyota 4x4, d’ordinateurs fixes et portables,de ce matériel. plus, mes vifs remerciements aux représen-Abdoul Kader, il a présenté la reconnaissance liter le bon déroulement des assises. Le d’accessoires informatiques, de photocopieursLaouali Souleymane tants de tous les Etats et Institutions icidu cabinet du Premier ministre envers les président du Conseil des ministres a fixes et d’appareil GPS, etc. Il a invité le Mardi 20 décembre 2011
Visite du Gouverneur de l’Etat de Katsina à Niamey Sous le signe de la fraternité
l’Initiative 3N, «les Nigériens Nourrissent les Nigériens» et, à plus long terme, de la Stratégie pour un développement durable et une crois-sance inclusive. Le ministre de
Le ministre de l’hydraulique et de l’Environnement, M. Issoufou ème Issaka, a conduit une forte délégation de notre pays à la 17 Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations- Unies ème sur les Changements climatiques et à la 7conférence des Etats-parties au protocole de Kyoto, qui se sont déroulées du 28 novembre au 10 décembre 2011, à Durban en Afrique du Sud. Avant de participer à ces rencontres, le ministre de l’Hydraulique et de l’Environnement était, du 2 au 7 décembre 2011, à Ouagadougou au Burkina-Faso où il a participé à une session du Conseil des ministres du Centre Régional de l’Eau Potable et de l’Assainissement (CREPA) dont il assure la présidence.
l’Hydraulique et de l’Environnement s’est aussi longuement appesanti sur les actions entreprises par le Niger au plan régional dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets et pro-grammes d’atténuation des effets néfastes liés aux changements clima-tiques. Il a cependant reconnu que tous ces efforts déployés ne peuvent être efficaces sans l’appui effectif, con-séquent et soutenu de la communauté internationale. C’est pourquoi a déclaré Issoufou Issaka, « mon pays fait sienne la position des pays les moins avancés relative à la mise en place du Fonds d’adaptation et à son opérationnalisa-tion dans les plus brefs délais ». Dans le même ordre d’idée, a-t-il poursuivi, le
Niger adhère « à la position commune africaine et souscrit entièrement à des principes sur l’équité la responsabilité commune mais différenciée, le respect des dispositions de la Convention Cadre et du Plan de Bali». M. Issoufou Issaka a enfin affirmé que le Niger, par-tie prenante à tous les Accords multi-latéraux sur l’environnement post Rio, « partage la conviction qu’il faut agir vite et maintenant, collectivement et solidairement et pense qu’il est grand temps qu’une aide plus accrue soit apportée aux pays les moins avancés vulnérables pour qu’ils puissent répon-dre aux défis de l’adaptation». En marge de ces rencontres, le ministre de l’Hydraulique et de l’Environnement,
aussi les œuvres des stylistes et créa-teurs couturiers nigérienset ceux venus des autres pays africains. Les jeunes stylistesRabé Oumalé et Halima Hassane ont surtout marqué le public par la beauté de leurs œuvres. Le jury du SAFEM a annoncé que Halima Hassane représentera la Niger au défilé de mode en Côte d’Ivoire le 26 décem-bre prochain. Si la soirée de gala a été une occasion de fête pour le public, elle l’a étéplus pour certains participants au salon. En effet, au cours de la soirée qui ème annonce la fin de la 7édition du SAFEM, nombre de participants au SAFEM ont engrangé une moisson de prix pour les œuvres qu’ils ont présen-tées aux concours organisé à l’occasion du SAFEM. Au total neuf (9) prix ont été attribués dont le Prix du Président de la République, ceux de la marraine du SAFEM, du Président de l’Assemblée nationale, du Premier ministre, du min-istre du tourisme, de la région phare et bien d’autres. Le premier prix celuidu Président de la République a été attribué à Mme Khadidjatou Ahmed de la Région de Tillabéry. Outre le premier prix, la région de Tillabéry en a obtenu plusieurs autres. Il faut dire qu’au regard des prouesses réalisées, la région pharea tenu sa promesse et honoré la confiance placée en elle par la coordination du SAFEM. Zabeirou Moussa
Une vue des officiels à la soirée de gala groupes artistiques mettant en valeurde la délégation du gouverneur de les richesses de la région. LesKatsina notamment. L’un des points danseuses de Bitti Harey du zamagan-forts et le plus attendu de la soirée a été da, du Tchakey ou danse des tis-la démonstration du pouvoir mystique serands, les chanteuses du très popu-du « Gossi des sognantché ».Les laire « Si hé Gnalé », les infatigablesdétenteurs de ce pouvoir ont replongé danseurs dupays « gourmantché »le public dans un passé lointain et prou-conduits par leur féticheur capable devé qu’ils tiennent encore à leur tradition puiser l’eau en tout lieu et en toutet à leur culture. La modea été aussi temps, MaliYaro et le « Goumbé Star »,au rendez vous. Les organisateurs ont du célèbre danseur « Kadri atoukour-initié deuxdéfilés de mode, tradition-ma» ont égayé tout le public. Les hôtesnelle et moderne. Ces défilés ont per-venus des pays voisins qui découvrentmis au public de découvrir les tenues pour la première fois ces prestationstraditionnelles de ville et des céré-n’ont pu contenir leur joie. Les membresmonies de la région de Tillabéry mais
n organisant cegrand rendez-vous defête, lacoordination du E salon a voulu mettre en exergue la richesse artistique et culturelle du Niger notamment celle dela région ème phare de la 7édition : Tillabéry, la capitale du fleuve. Le public invité par le SAFEM a massivement répondu, les artistes et les participants au SAFEM aussi malgré l’accumulation de la fatigue d’une semaine d’exposition et le froid. La grande salle de conférence était archicomble à 21h, heure du coup d’envoi de la soirée de gala qui a été
retransmise par la télévision nationale, Télé sahel donnant ainsi la possibilité aux téléspectateurs du monde entier de suivre l’évènement grâce au satellite. La région deTillabéry quiest à l’hon-neur cette année a levé le rideau de la cérémonie par la prestation du talentueux orchestre Mamar Kassey de Yacouba Moumouni dit Danké Danké, l’un des plus grands ambassadeurs de la musique nigérienne. Sa prestation marquée de beaux pas de danse et fortement ovationnéepar le public a été suivie par celle de plusieurs
La coordination nationale duSalon international de l’Artisanat pour la Femme, qui s’est tenu du 9 au 18 décembre au Village arti-sanal de Wadata, a organisé, vendredi dernier, une grande soirée de gala au Palais des Congrès de Niamey, en présence de la Marraine du SAFEM, la Première DameMme Issoufou Aissata.Il est désormais devenu une tradition pour leSAFEM de donner un cadre de détente, de distraction et d’échange à ses hôtes. C’est surtout l’occasion que le salon offre au public de découvrir la région phare de chaque édition, de connaitre sa culture.On notait la présence de membres du gouvernement, de plusieurs person-nalités parmi lesquelsun invité de marque ; le Gouverneur de l’Etat de Katsina, Dr Ibrahim Shehu Shema, « Sarkin Yakin Hausa», venu au Niger à la tête d’une forte délégation pour célébrer la République et la femme artisane du Niger.
Moustapha Alou, AP/MH/E
chef de la délégation du Niger a accordé plusieurs audiences au cours desquelles il est largement revenu, avec ses interlocuteurs, sur l’Initiative 3N, «les Nigériens Nourrissent les Nigériens», engagée par le Président de la République Chef de l’Etat. Avant Durban, le ministre de l’Hydraulique et de l’Environnement, président du Conseil des ministres du Centre Régional de l’Eau potable et de l’Assainissement (CREPA) était à Ouagadougou au Burkina-Faso où ila pris part à une session ordinaire de cette institution régionale.
Le Niger adhère à tous les accords multilatéraux sur l’environnement post-Rio,selon le ministre Issoufou Issaka
ème ème 17 Conférencedes Parties à la Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements climatiques et 7conférence des Etats-parties au protocole de Kyoto, à Durban (Afrique du Sud)
ème Fin de la 7édition du SAFEM Une soirée de gala pour découvrir davantage la région phare
7
Un accueil chaleureux a été réservé au Gouverneur à son arrivée à Niamey de Niamey aura très prochainement unedes liens entre l’Etat de Katsina et la résidence pour son gouverneur grâce àrégion de Niamey. Mme Kané Aïchatou l’amitié et à la générosité du gouverneurs’est aussi réjouie de la célérité avec Shehu Shema quia financé sa con-laquelle les travaux sont menés etémis struction. Les travaux engagés depuisle souhait ardent de voir à nouveau le près de trois mois sont très avancés. Legouverneur de Katsina revenir à Niamey Gouverneur de Katsina l’a constaté dedans un proche avenir pour participer à visu, samedi dernier, au cours d’unela cérémonie d’inauguration de ce joyau visite qu’il a effectuée sur le chantier etqu’il a gracieusement offert à la région exprimé sa satisfaction sur le déroule-administrative de Niamey. ment des travaux tout en réitérant sa volonté de poursuivre davantage ses Zabeirou Moussa efforts pour un ancrage plus profond
NATION
eu après son arrivée aux envi-rons de 12h15 à l’Aéroport inter-P national Diori Hamani de Niamey, il a été chaleureusement accueilli par le gouverneur de la région de Niamey, Mme Kané Boulama Aïchatou en com-pagnie de l’ambassadeur du Nigeria, SEM. Lawal Batouré, et les gou-verneurs des régions d’Agadez, de Diffa, de Tahoua et de Tillabéry. Tillabéry étant la région phare de l’édi-tion du SAFEM, c’est au rythme des chants et danses traditionnels type de la région que les artistes ont salué l’arrivée du gouverneur Shehu Shema. Celui-ci a été ensuite salué par les responsables coutumiers de la région qui se sont
Le Gouverneur de l’Etat de Katsina, « Sarkin Yakin Hausa », Dr Ibrahim Shehu Shema, a séjourné, la semaine dernière, dans notre pays. Il est arrivé à la tête d’une forte délégation pour une visite d’ami-tié. Le Gouverneur de Katsina,qui n’est pas à sa première visite dans notre pays, est un grand ami du Niger venu célébrer avec le peuple ème nigérien, le 53anniversaire de la proclamation de la République mais aussi assister au Salon international de l’Artisanat pour la ème Femme (SAFEM)dont la 7édition a été organisée au Village arti-sanal de Wadata à Niamey.
ays sahélien, le Niger fait partie des plus exposés aux con-P séquences néfastes des changements climatiques. Cette année encore, malheureusement, notre pays doit faire face à un déficit céréalier et fourrager important. Fidèles à leurs engagements, le Président de la République, Chef de l’Etat, et le gou-vernement ont décidé de mettre en œuvre un programme d’urgence d’environ 200 millions de dollars pour des activités de cultures irriguées, de protection de l’environnement et de reconstitution des stocks céréaliers et ème fourragers. Participant à la 17 Conférence des parties à la Convention cadre des Nations- Unies sur les changements climatiques, à Durban en Afrique du Sud, le ministre de l’Hydraulique et de l’Environnement a donné aux délégués venus de tous les continents, un aperçu clair sur les dispositions prises par les autorités de ème la 7République pour atténuer, dans les meilleurs délais, les souffrances des populations nigériennes confron-tées de manière cyclique aux aléas des changements climatiques. Du reste, a expliqué Issoufou Issaka, «bien avant l’avènement des trois Conventions post Rio, le Niger a entamé la lutte contre la dégradation de son Environnement qui avait pour corollaire la détérioration continue des conditions de vie des laborieuses populations». De façon durable, a-t-il ajouté, pour faire face aux impacts négatifs des changements climatiques, les autorités s’attèlent au plan national à la conception et la mise en œuvre à court et moyen termes de
massivement mobilisés pour lui réserver l’accueil fraternel digne d’un hôte de son rang. Ausalon d’honneur de l’Aéroport, le gouverneur Shehu Shema a exprimé toute sa joie d’effectuer cette visite à objectifs multiples ; fêter la République du Niger qui souffle ses 53 bougiesle 18 décembre et honorer la femme arti-sane nigérienneà travers le SAFEM et resserrer les liens d’amitié et de frater-nité avec le peuple frère du Niger. Son homologue Mme Kané Aïchatou Boulama, qui s’est dit très honorée, a situé le voyage de son illustre hôte dans le cadre du renforcement du partenariat entre le gouvernorat de Niamey et l’Etat de Katsina. Elle a indiqué que larégion
Mardi 20 décembre 2011
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.