Mémoire déposé par Développement économique Saint-Laurent ...

De
Publié par

  • mémoire - matière potentielle : sur le projet de plan métropolitain d' aménagement et de développement déposé
  • mémoire
1 Mémoire sur le projet de Plan métropolitain d'aménagement et de développement Déposé à la Communauté Métropolitaine de Montréal par Développement économique Saint-Laurent (DESTL) 29 septembre 2011
  • intégration dans la planification du développement de la plaque tournante
  • personnel des services centraux
  • besoins de déplacement
  • évolution des méthodes de production et de gestion de la chaîne logistique entraînant le développement du trafic routier de marchandises
  • accord avec les projets de modernisation et de prolongement du réseau
  • cmm
  • transports de marchandises
  • transport de marchandises
  • transport de marchandise
  • transport des marchandises
  • transport marchandise
  • transports durables
  • transport durable
  • montréal
  • territoire
  • territoires
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 79
Source : pmad.ca
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins










Mémoire sur le projet de
Plan métropolitain d’aménagement et de développement

Déposé à la
Communauté Métropolitaine de Montréal

par
Développement économique Saint-Laurent (DESTL)












29 septembre 2011
1
Introduction

Développement économique Saint-Laurent (DESTL), organisme à but non lucratif, est un
guichet multiservice pour la réalisation de projets de rétention et d’expansion d’entreprises
principalement situées à Saint-Laurent. L’organisme a généré par son soutien des retombées
économiques de 133 M$ en 2010.

La mission de notre organisation est de stimuler la croissance de la richesse collective
métropolitaine en dynamisant le développement des entreprises de son territoire. Pour développer cette
vision, nous privilégions d’abord la collaboration entre les gens d’affaires, représentés à notre conseil
d’administration, et les représentants de l’arrondissement de Saint-Laurent.

À titre d’information, 4800 places d’affaires, dont 200 filiales, sont établies à Saint-Laurent. Au
sein de ces entreprises, on compte, entre autres, 12 800 employés en aérospatiale, 6 800 en technologie
de l’information et 5 000 en sciences de la vie. En tout, la force de travail de Saint-Laurent comprend
plus de 111 000 personnes. Cette situation génère toutefois un important problème de logistique
transport, autant pour les travailleurs désirant accéder à leur site d’emploi qu’à la circulation des
marchandises. De là notre intérêt à intervenir auprès de vous.

Le port d’attache de DESTL est
l’arrondissement de Saint-Laurent, étant son mandataire
exclusif au niveau du développement économique.
Toutefois, DESTL a développé des services connexes
comme son service de transport, par le Centre de
gestion des déplacements (CGD de DESTL), dont le
territoire dépasse les limites géographiques de Saint-
Laurent. Dans un effort de concertation et un souci
d’efficacité, le service Transport de DESTL couvre tout
le nord-ouest de Montréal. Le Centre de gestion des
déplacements de Développement économique Saint-
Laurent (CGD de DESTL) offre depuis 2001 toute une
gamme de services permettant aux entreprises de
résoudre les problèmes en matière de déplacement des
employés, notamment en termes de manque d’espaces
de stationnement.

DESTL étant reconnu autant comme expert
Entreprises qu’expert Transport, les recommandations
présentées dans ce document proviennent d’une étude
globale et d’une compréhension juste des besoins de
chacun des acteurs touchés par les problématiques en
transport, qu’il soit un citoyen ou une entreprise ayant à
transporter des marchandises.
2
DESTL, via son CGD, représente entre autres le programme allégo. Il a pour but de faire un état
des lieux avec son diagnostic (analyse des codes postaux des employés, sondage notamment), puis de
mettre en place des solutions alternatives adaptées telles que :
• Un programme de covoiturage
• des rabais sur les titres de transport
• des incitatifs pour les cyclistes



Fort de dix années d’expérience et de nombreux projets réalisés, DESTL, via son CGD, a su
développer des outils et une expertise gagnante dans le domaine de la gestion de la demande en
transport à un tarif préférentiel, grâce à une contribution de l’arrondissement.

DESTL, à titre de mandataire exclusif du développement économique pour l’arrondissement de
Saint-Laurent, souhaite donc transmettre son expérience par l’intermédiaire de commentaires et
suggestions quant au projet de Plan métropolitain d’aménagement et de développement.

Guidé par un souci de clarté, le présent mémoire a pour objectif de donner des orientations à
suivre dans le but d’améliorer le système de transport local et de réduire les pressions du transport sur
l’environnement. Ces recommandations se concentrent sur deux axes de positionnement: 1) le transport
durable et 2) le transport des marchandises.

Combler le manque en mobilité durable auprès des secteurs d’emploi
DESTL approuve le choix que la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a fait en
prévoyant la consolidation des pôles économiques existants et la densification des secteurs résidentiels
aux abords de stations de transport dans un mode d’aménagement de type Transit-Oriented
Development (TOD). Cependant, comme ces pôles économiques sont généralement aussi les plus
importants secteurs d’emploi et que le navettage des autosolistes cause en grande partie la congestion
durant les heures de pointe, leur desserte en transport en commun est primordiale. Dans leur
localisation, on dénote aussi une forte congestion routière. De plus, selon l’expérience du CGD de
DESTL avec ses entreprises clientes, la rétention du personnel peut être positivement influencée par
l’expérience de déplacement et la durée du navettage. Ainsi, DESTL encourage la CMM à poursuivre
son intention de miser sur les secteurs d’emplois existants et déjà développés et croit en l’amélioration
des conditions et de la sécurité pour la pratique des transports actifs (marche, vélo, etc.) et en
l’amélioration des services de transport en commun pour rehausser l’attractivité de ces sites.

3
Diminuer la demande en plus d’augmenter l’offre
Pour atteindre les objectifs de compétitivité et d’attractivité visés par le PMAD, il est impératif
de sortir le grand Montréal de ses problèmes de congestion. Pour ce faire, sans seulement penser à
augmenter l’offre de transport, il est important de cibler comment en diminuer la demande. Offrir des
milieux de vie complets qui satisfont aux besoins de base (se loger, travailler, se divertir), favoriser le
télétravail et surtout, harmoniser l’offre de transport en commun entre les différentes villes et
agglomérations, sont trois façons d’y parvenir. DESTL suggère que la CMM inscrive au PMAD des
pistes de solutions dédiées aux municipalités et entreprises dans cette direction. DESTL souhaite voir
réitérée dans le PMAD la demande aux municipalités de l’île de produire des Plans locaux de
déplacements (PLD) de façon à cibler les problèmes majeurs, intervenir de façon locale, et inviter
celles de l’extérieur de l’île à faire de même.

Faire les bons choix à court et long termes
Montréal dispose à notre avis d’un bon système de transport en commun qui nécessite toutefois
être modernisé et amélioré. La demande en transport est en constante augmentation et pour favoriser un
transfert modal important et desservir convenablement les grandes entreprises, il est nécessaire
d’investir davantage en transport collectif. À ce sujet, la CMM, dans une étude de 2004, a reconnu
« des retombées deux fois plus élevées pour le transport collectif lorsqu’on le compare au transport
privé. » (CMM 2004 : 23) Ceci étant, il ne faut toutefois pas négliger l’entretien efficace des
infrastructures routières.

DESTL est un intermédiaire à mentionner dans le PMAD
Concernant l’amélioration du réseau de transport en commun métropolitain, deux éléments
doivent être considérés dans le PMAD :
• Le réseau doit répondre aux besoins des employeurs.
• La promotion de ces améliorations doit être réalisée auprès des employés.
Concernant les employeurs de son territoire, DESTL est un intermédiaire qui a fait ses preuves
au cours des dix dernières années, autant dans la cueillette de renseignements auprès des entreprises,
leur compilation et leur transfert aux organismes de transport, que dans la promotion auprès des
employés (par la tenue de kiosques d’information et la réalisation de trajets personnalisés aux
employés). Grâce à la réalisation annuelle de sondage auprès des entreprises, DESTL peut être
impliqué dans la mesure des critères de performance.

Le PMAD précise que « l’accessibilité aux pôles économiques, particulièrement ceux qui sont
liés au secteur des services doit être réalisée ». Plusieurs organismes en développement économique se
préoccupant du transport et les CGD sont des acteurs locaux importants qui doivent être impliqués dans
cette démarche. DESTL demande à ce que le PMAD le spécifie.

Financement métropolitain et municipal
DESTL souhaite également que le financement à prévoir, tel que mentionné dans le PMAD,
prenne en charge les coûts associés aux démarches décrites au paragraphe précédent.

4
Projets à prioriser
Le réseau de transport en commun métropolitain structurant est complémentaire à
l’aménagement du territoire et agit sur la localisation des entreprises et sur celle de leurs travailleurs.
DESTL est en accord avec les projets de modernisation et de prolongement du réseau, mais encourage
la CMM à améliorer la desserte en priorité dans les secteurs anciens de l’île, à proximité du centre du
réseau et de la partie la plus dense de l’île, par le prolongement de la ligne bleue vers l’est et dans
l’Ouest-de-l’île, soit la deuxième zone d’emploi de la région métropolitaine, après celle du centre-ville
de Montréal. Il appuie également les projets priorisés par le PMAD sur les dix prochaines années de
mesures préférentielles pour le réseau d’autobus, telles que les voies réservées, et le train de l’Ouest
comme mesure de mitigation aux travaux de l’échangeur Turcot.

Dans un souci d’efficacité, DESTL encourage la juste mesure entre le transport en commun et
l’automobile, puisque dans certains cas, le choix ne s’offre pas. L’investissement fait au niveau des
routes représente des mesures incitatives pour garder les entreprises sur le territoire. Sans accès
pratique et facile, le risque de relocalisation là où la productivité ne risque pas d’être affectée par une
problématique en transport est accentué.

Gestion de la demande
Il est mentionné que « d’autres considérations telles que le renforcement des mesures de gestion
de la demande (offre en stationnement, programmes employeurs, etc.) seront également prises en
compte ». DESTL souhaite que les organisations responsables du volet programme employeur dans la
région de la CMM, soit DESTL, Voyagez Futé et Mobiligo, y soient mentionnées.

Le transport des marchandises
Les activités de transport présentent un double paradoxe qui permet, d’une part, un accueil
favorable en terme de croissance économique et de développement territorial et, d’autre part, une
dénonciation du secteur eu égard aux dégradations environnementales qu’il engendre. Le transport de
marchandises est concerné au premier rang par ces dénonciations environnementales marquées, entre
autres, par la dégradation des bilans environnementaux (augmentation des niveaux de pollutions
atmosphériques, de bruits et de risques environnementaux).
Les effets du progrès technologique en termes de consommation et de pollution sont positifs,
mais la croissance de la circulation automobile et des camions ralentit leurs résultats visibles. Cette
croissance est forte en milieu urbain, là où la circulation est la plus dense et où les populations sont les
plus exposées. Cette tendance s'explique par une évolution des méthodes de production et de gestion de
la chaîne logistique entraînant le développement du trafic routier de marchandises. DESTL souhaite
que ce point soit adressé.

Les impacts sur la collectivité et le développement des affaires
Localement, les pollutions et nuisances générées par le transport de marchandises pèsent
lourdement sur les activités des entreprises ainsi que sur le quotidien des citoyens et des collectivités
locales, souvent seules et démunies face à leurs conséquences. La gestion des effets environnementaux
du transport en général, et singulièrement du transport de marchandises, est donc au centre des
préoccupations des décideurs institutionnels.
5
Il apparaît donc essentiel de mieux définir les responsabilités des différents types d’usage de la
voirie urbaine, dans un souci conjoint de développement harmonieux de la ville et de réduction des
nuisances au niveau local, mais également afin d’assurer un système de transport efficace qui peut
répondre aux besoins de déplacement de nos entreprises. Il ne s’agit donc pas dans ce mémoire de
constater seulement les pressions exercées par les trafics de marchandises, mais d’en étudier les
impacts localement et, ce faisant, de pointer les moyens d’action en la matière et de proposer des
suggestions pour améliorer le système de transport local.

Les impacts sur l’économie
La mobilité des personnes et des marchandises est compromise au Québec en raison de la
congestion et de la détérioration des infrastructures, ce qui a un impact majeur sur l’économie. Le
partage de la route entre les déplacements domicile-travail des employés et le transport de
marchandises n’est pas parfaitement optimisé, malgré les dernières améliorations en transport
alternatif. Le coût de la congestion pour la région métropolitaine est de 1,4 milliard $/an en perte de
temps des travailleurs sur leurs trajets domicile-travail.

De plus, 82,5 % des transporteurs jugent préoccupant l'augmentation de la congestion routière,
d’où l’intérêt de développer une meilleure utilisation de la route, en fonction des autres modes de
transports pour les marchandises (port, rail et aéroport).

En parallèle, le transport en commun pour les travailleurs doit être amélioré, toujours dans le
but de décongestionner les routes, au bénéfice des travailleurs eux-mêmes, mais aussi pour améliorer le
transport des marchandises. Force est d’admettre que la part de marché du transport en commun a
diminué depuis 30 ans, parce que l’offre est insuffisante. « Le transport en commun ne nous amène pas
là où l’on veut. Si vous travaillez à Saint-Laurent, où il y a pourtant beaucoup d’entreprises, ça sera
plus facile en voiture,» dit Paul Lewis, professeur à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal.
Le déplacement des employés (en transports en commun, en covoiturage, en autosolo, à vélo ou à
pied), le transport de marchandises et la qualité des infrastructures sont interreliés. Cette équation doit
prendre en compte la part des autosolistes qui peut diminuer, mais ne peut pas disparaître.
L’implantation de nouvelles plaques tournantes sur le territoire de la CMM devrait être coordonnée afin
de favoriser la mise en place de pratiques de transport durable des marchandises et ainsi éviter
l'augmentation des impacts liés à la pollution atmosphérique.

Vers des pistes de solutions

DESTL souligne qu’une attention particulière doit être apportée aux travaux du boulevard
Cavendish Sud pour améliorer la fluidité et décongestionner en partie l’arrondissement de Saint-
Laurent vers Côte-Saint-Luc. Les travaux prévus pour la première partie du projet, soit les
améliorations routières sur Cavendish Nord, sont complétés. Or, une entente commune sur la suite des
travaux est jugée prioritaire.

6
Étant donné la limite d’espace pour l’expansion à Montréal, on devrait prendre en considération
l’intégration dans la planification du développement de la plaque tournante à l’intersection des
autoroutes 20/540/40 et de la future autoroute 30, car celle-ci est située à proximité des marchés et
aidera à la décongestion chronique du réseau routier de Montréal. Il est essentiel d’encourager la
transition des centres de distribution de Montréal vers la banlieue afin de maximiser l’utilisation du sol
montréalais en terme de densité, d’emplois et de valeur foncière.

Il est également recommandable d’encourager le transport de façon durable par l’intégration
d’innovations technologiques qui pourraient être promues par des entreprises de fabrication
montréalaises telles que Transtex Composite qui fabrique des déflecteurs-jupes pour trains routiers
permettant des économies de carburant de 7 %. En intégrant une série de mesures d’économies
d’énergie au domaine du camionnage, on peut arriver à des taux de réduction de 27 % (entretien
adéquat, mise en place de jupes, d'un carénage aérodynamique, lutte contre la marche au ralenti, etc.).

Une meilleure planification de la logistique de transport (intermodalité) aurait moins d’impact
sur les infrastructures routières, car elles seraient moins sollicitées. Par conséquent, ça impliquerait des
coûts d’entretien moins élevés pour les instances gouvernementales et des temps de déplacement moins
importants par une meilleure fluidité tout en évitant les inconvénients dus aux travaux de réfection. Les
entreprises pourraient ainsi bénéficier d’économies les aidant à être plus concurrentielles.

Nous avons également intérêt à sensibiliser les entreprises à investir en logistique, car un
système d'information en temps réel peut contribuer à minimiser les voyages à vide, tenant compte du
fait que près de la moitié des voyages en camion se font à vide et souvent en heure de pointe.
L’utilisation de cette meilleure pratique aidera à libérer les routes et diminuer les coûts reliés au
transport.

Conclusion

En déposant ce mémoire, DESTL souhaite :

1) Répondre à l’invitation de commenter le projet de Plan métropolitain d’aménagement et de
développement;
2) Souligner les améliorations à apporter au Plan métropolitain d’aménagement et de
développement pour, par la suite, mieux l’adapter.
3) Demander l’ajout de mesures obligatoires (que les municipalités produisent des PLD par
exemple) et d’augmenter l’effort dans le sens d’une diminution de la demande.
4) Être cité au PMAD comme interlocuteur privilégié des entreprises, organismes, institutions et
municipalités pour les programmes employeurs et la recherche de solutions durables aux problèmes de
transport
5) Faire partie du comité transport à la CMM pour la suite du PMAD et pour sa mise en œuvre.
6) Engendrer une meilleure organisation des territoires de la CMM sans pénaliser la fluidité,
autant au niveau des travailleurs que des marchandises
7) Encourager un investissement dans la réfection des routes, et ce, en profondeur, en priorisant
la qualité des fondations, la longévité des routes et la vision à long terme
7

À l’instar d’autres arrondissements qui auraient développé une expertise originale en culture, en
environnement voire en économie, nous voulons mettre la nôtre au service de la communauté
montréalaise.

En ce sens, toute l’équipe de DESTL réitère sa disponibilité pour des questions supplémentaires
et pour favoriser l’émergence de projets, dont ceux pour lesquels nous avons développé une certaine
expertise.



Remerciements


DESTL souhaite remercier la Communauté métropolitaine de Montréal et ses membres pour
l’opportunité qui nous a été offerte. Nous sommes honorés de pouvoir participer à cet échange de
points de vue sur l’avenir du développement économique à Montréal.

Nous tenons également à mentionner l’appui soutenu et la collaboration étroite du personnel et
du maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, Monsieur Alan DeSousa.

Nous profitons aussi de cette tribune pour remercier le personnel des services centraux,
particulièrement celui attaché au Service de Développement économique de la Ville de Montréal, pour
leur habituelle collaboration.






Francois Jobin Daniel Dicaire
Président Directeur général
DESTL DESTL

8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.