Microsoft Word - Rapport.doc

De
Publié par

R a p p o r t d e r e c h e r c h e Convention de recherche entre l'IRES, la CFDT et la CGT (Agence d'Objectifs) Evolutions et perspectives des systèmes de négociation collective et de leurs acteurs : six cas européens Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Suède Christian DUFOUR Adelheid HEGE D é c e m b r e 2 0 1 0 Institut de recherches économiques et sociales 16, Bd du Mont d'Est – 93192 NOISY-LE-GRAND z Tél.
  • représentativité des acteurs syndica
  • expérience de la coordination artisanat de l'emilie ro mag
  • evolution des negociations collectives en italie
  • nouvelle discipline salariale
  • co lle
  • réformes de la négociation co llectiv
  • ro duc
  • négociation en fran
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 43
Source : crimt.org
Nombre de pages : 300
Voir plus Voir moins

z
z






R a p p o r t d e r e c h e r c h e
Convention de recherche entre l’IRES, la CFDT et la CGT
(Agence d’Objectifs)







Evolutions et perspectives des systèmes
de négociation collective et de leurs acteurs :
six cas européens
Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Suède

Christian DUFOUR
Adelheid HEGE






D é c e m b r e 2 0 1 0







Institut de recherches économiques et sociales
16, Bd du Mont d’Est – 93192 NOISY-LE-GRAND Tél. : 01 48 15 18 90 – Fax : 01 48 15 19 18 www.ires.fr



s o m m a i r e





INTRODUCTION................................................................................................................................................. 7

L’EVOLUTION DES NEGOCIATIONS COLLECTIVES EN ALLEMAGNE :
UN MODELE QUI SE PRETE AUX DOUTES................................................................................................. 9
1. Un système de négociation collective qui légitime ses acteurs, ou vice versa :
de l’après-guerre à la réunification ................................................................................................................... 12
1.1. Des acteurs concentrés, une syndicalisation moyenne....................................................................................12
1.2. Identification progressive des acteurs avec le système de négociation collective..........................................14
2. Le système allemand promu modèle.............................................................................................................. 15
2.1. Branche et établissement : deux espaces d’autonomie normative...................................................................15
2.2. Résistance et exemplarité dans des temps difficiles ?.....................................................................................17
2.3. Tentatives d’explication de la prégnance du modèle allemand.......................................................................18
2.4. Fermeture sociale ? .........................................................................................................................................21
3. Le tournant de la réunification allemande.................................................................................................... 23
3.1. De la réussite du transfert institutionnel aux espoirs déçus de la reproduction du modèle vertueux ..............23
3.2. Perte de cohérence des acteurs, Tarifautonomie ou décentralisation .............................................................25
4. Des syndicats affaiblis dans des institutions valides..................................................................................... 27
4.1. Le temps des pactes pour l’emploi..................................................................................................................27
4.2. Fragmentations et zones blanches de la représentation...................................................................................30
4.3. Le bilan mitigé des fusions syndicales............................................................................................................31
4.4. Des liens politiques en moins, le recours à l’Etat en plus ? ............................................................................35
5. Focus. Consolider les conventions collectives en même temps que le lien avec les adhérents : les
stratégies d’IG Metall dans le Bade-Wurtemberg .......................................................................................... 38
5.1. L’accord de Pforzheim et la décentralisation de la négociation collective : faire de nécessité vertu..............39
Une nouvelle approche de la légitimité syndicale ....................................................................................... 42
5.2. La convention collective ERA : refondation des grilles salariales, un enjeu éminemment politique..............44
Une reclassification à coûts constants ......................................................................................................... 44
Un usage patronal très offensif de la convention collective ........................................................................ 46
Qui perd, qui gagne ?................................................................................................................................... 48
Une transposition plus conflictuelle que prévu............................................................................................ 49
ERA et l’avenir des conventions collectives .................................................................................... 50
Avantage Südwestmetall ............................................................................................................................. 51
Un tissu conventionnel fragmenté ............................................................................................................... 53
Bibliographie ....................................................................................................................................................... 54


L’EVOLUTION DES NEGOCIATIONS COLLECTIVES EN ESPAGNE :
LE SYNDICALISME A LA RECHERCHE DE SA PLACE ......................................................................... 57
1. Les organisations syndicales de l’entrée à la sortie du franquisme ............................................................ 59
è1.1. L’héritage troublé du début du XX siècle......................................................................................................59
è1.2. L’enjeu démocratique de la fin du XX siècle.................................................................................................62
2. La construction contrariée d’un système de négociation............................................................................. 65
2.1. Accords et conflits centraux, une structure d’échange s’éprouve ...................................................................65
2.2. Fragmentations et unité du système de négociation...............69
2.3. Objets et niveaux de négociation ....................................................................................................................70
2.4. Acteurs et structures de né ...............................................................................................................73
3. Dialogue social, négociation, crise de la fin de la décennie 2000-2010........................................................ 74
4. Focus. La négociation et la transformation du syndicalisme, le choix stratégique de ELA...................... 77
Un syndicat centenaire et rajeuni .....................................................................................................................77
L’avancée vers le syndicalisme de contre-pouvoir ..........................................................................................79
Le congrès refondateur de 1993.......................................................................................................................80
L’adhésion, principe de la vitalité syndicale....................................................................................................81
La rationalisation de l’organisation intégrale...........................................................................81
Congrès de 2008 : les bénéfices des choix difficiles et les développements stratégiques...............................82
En termes d’organisation : organisation intégrale et démocratie syndicale .....................................................83
En termes d’implantation : rôle social et priorité aux précaires.......................................................................84
En termes d’action : choix stratégiques et conflictualité ciblée85
Conclusion : la question nationale et le syndicat comme mouvement social...................................................86
Bibliographie ........................................................................................................................................................87


L’EVOLUTION DES NEGOCIATIONS COLLECTIVES EN FRANCE :
DE LA HIERARCHIE DES SOURCES DU DROIT A LA REPRESENTATIVITE DES ACTEURS...... 91
1. La lente mise en place d’un système moins cohérent que sa réputation..................................................... 93
1.1. Construction du statut salarial et place de la négociation en France : 1946-1970...........................................93
1.2. Echanges sociaux et contestation réciproque des rôles Etat-patronat-syndicats .............................................95
1.3. L’inflexion de 1968 et la fin des Trente Glorieuses........................................................................................98
Des acteurs à la recherche de nouveaux repères.......................................................................................... 99
Un système mal coordonné qui se concentre dans la crise, de 1968 à 1982.............................................. 101
1.4. Une conclusion intermédiaire : logique juridique et logique d’organisation ................................................103
2. Des lois Auroux à la fin de la représentativité irréfragable 1980-2010 .................................................... 104
2.1. Le démarrage très contrarié des lois Auroux................................................................................................ 104
L’apprentissage de la négociation en temps de crise................................................................................. 106
Extension numérique et dispersion de la négociation ?...............................................................................107
2.2. Normalisation statistique des pratiques, spécialisation des niveaux,
déficience globale ............................................................................................................................................... 108
Les accords nationaux interprofessionnels : négociation d’éléments du statut
des salariés................................................................................................................................................. 108
Le rôle ingrat et peu identifiable des branches .......................................................................................... 109
Les entreprises : diversité et opacité.......................................................................................................... 110
Des niveaux mal reliés, maintien de l’hétérogénéité, rôle de l’Etat .......................................................... 111
è2.3. Une refondation sociale au XXI siècle ?......................................................................................................113
2.4. Conclusion. La relation entre les niveaux : dialectique des règles et des acteurs .........................................116
3. Focus : la formation d’un lieu de dialogue social et l’accès à la négociation............................................ 117
3.1. Une géographie industrielle et sociale spécifique et menacée ......................................................................117
3.2. L’évolution convergente des acteurs de terrain.............................................................................................120
3.3. De la pratique à la théorie, ou du rôle fondamental d’une négociation
qui n’a pas lieu.................................................................................................................................................... 126
Bibliographie ..................................................................................................................................................... 131


L’EVOLUTION DES NEGOCIATIONS COLLECTIVES EN GRANDE-BRETAGNE :
LA FIN DU CINQUIEME POUVOIR............................................................................................................ 137
1. Un syndicalisme inscrit dans un siècle d’histoire nationale....................................................................... 138
1.1. La variété organisationnelle pour principe....................................................................................................138
1.2. Lobbying politique et maillage social ...........................................................................................................138
1.3. Le voluntarism et le laisser-faire social.........................................................................................................139
Le rôle central des syndicats locaux, prototype des années 1970.............................................................. 141
2. Le cinquième pouvoir sapé dans ses fondements ....................................................................................... 143
2.1. L’offensive conservatrice..............................................................................................................................143
2.3. Les syndicats et le nouveau travaillisme.......................................................................................................145
3. Les réactions syndicales : instinct de survie et recherche des adhérents.................................................. 147
3.1. Le lent dépassement des réactions défensives face aux attaques conservatrices...........................................148
La digestion des lois anti-syndicales ......................................................................................................... 148
Les fusions de syndicats : adaptation pour la survie ou pour l’offensive ?................................................ 149
Un rapprochement européen contrarié....................................................................................................... 151 3.2. Le new unionism : contraintes immédiates et essais à long terme.................................................................151
L’impératif de l’adhésion .......................................................................................................................... 151
Quelle place dans la société britannique ? ................................................................................................. 153
3.3. Une influence syndicale plus affaiblie que le taux de syndicalisation lui-même ? ......................................155
Un syndicalisme plus réactif que proactif ?............................................................................................... 158
4. Focus : l’implantation syndicale comme exercice fondamental de négociation 158
4.1. Les services, supports de la syndicalisation ? ...............................................................................................159
4.2. Négocier la capacité de représentation......................163
Stratégies de syndicalisation et stratégies syndicales ................................................................................ 164
4.3. Où l’on voit que syndiquer suppose du métier..............................................................................................165
Des mises en relations multiples et mouvantes ......................................................................................... 165
Des relations avec l’employeur importantes mais évolutives.................................................................... 166
4.4. Les relations entre les acteurs côté salariés et syndicat.................................................................................167
Sélectionner les raisons de se syndiquer .......................................................................................................169
5. Conclusion : Fusions et hybridation des politiques pour survivre.............................................................170
Bibliographie ..................................................................................................................................................... 172
Annexes ............................................................................................................................................................. .175


L’EVOLUTION DES NEGOCIATIONS COLLECTIVES EN ITALIE :
L’AMBITION UNIVERSALISTE ET SES CONTRADICTIONS.............................................................. 185
1. De la négociation bridée au pouvoir syndical exalté, de l’apogée unitaire au désenchantement : le temps
du syndicalisme sociétal.................................................................................................................................... 186
1.1. Le temps de l’exclusion ...................................................................................................186
Un syndicalisme légitime au sommet, mais pas à la base..........................................................................187
Le timide dépassement de la négociation centralisée ................................................................................ 188
1.2. Accès à la légitimité sociétale et suppléance politique .................................................................................189
Tout change ............................................................................................................................................... 189
Le renouvellement identitaire au service du renouveau syndical .............................................................. 191
Le syndicalisme, acteur politique, acteur sociétal ..................................................................................... 193
1.3. Le reflux........................................................................................................................................................196
L’avertissement Fiat .................................................................................................................................. 197
Les syndicats face à la crise…................................................................................................................... 198
… et à la segmentation du marché du travail............................................................................................. 199
Industrialisme, universalisme, particularismes.......................................................................................... 201
La déchirure............................................................................................................................................... 203
2. Réformes de la négociation collective, pactes sociaux,
lent recul de l’influence syndicale.................................................................................................................... 205
2.1. Le temps des pactes sociaux : regagner l’espace perdu ?..............................................................................205
Une nouvelle discipline salariale, un système de négociation collective rénové....................................... 206
Les réformes des retraites syndicalement validées … ............................................................................... 208
… et des pactes pour l’emploi très formels ............................................................................................... 209
Un acteur consolidé … et affaibli ?............... 210
2.2. Conserver, résister, innover ? Les ambiguïtés des années 2000....................................................................212
Le difficile maintien de l’autonomie face à la représentation politique..................................................... 212
Des conventions de branche séparées à une réforme de la négociation
collective sans unité syndicale................................................................................................................... 215
Quelle influence pour le syndicalisme de demain ?................................................................................... 217
3. Focus. Les stratégies d’implantation syndicale dans les micro-entreprises
de l’Emilie Romagne......................................................................................................................................... 219
3.1. Petit entrepreneuriat et grand syndicat : rencontres sur fond de cohésion territoriale...................................219
3.2. L’organisation syndicale et l’enjeu de la négociation dans les petites entreprises.......................................223
3.2.1. S’adapter au terrain : l’expérience de la métallurgie bolognaise ..................................................... 223
3.2.2. Accompagner la négociation (et défendre la cohérence territoriale)
en temps de crise : l’expérience de la Camera del Lavoro de Bologne 226
3.2.3. Une représentation sur mesure pour les salariés des entreprises artisanales : l’expérience de la
coordination artisanat de l’Emilie Romagne ............................................................................................. 228
3.2.4.Légitimité territoriale ou cohérence nationale .................................................................................. 230
Bibliographie ..................................................................................................................................................... 231
L’EVOLUTION DES NEGOCIATIONS COLLECTIVES EN SUEDE :
UN MODELE ADAPTABLE, MENACE PAR LA DESYNDICALISATION ........................................... 237
1. Le syndicalisme le plus fort d’Europe......................................................................................................... 237
1.1. Formation d’un acteur hégémonique ............................................................................................................238
1.2. La politique de solidarité salariale : la signature de LO................................................................................240
1.3. L’âge d’or de la négociation solidaire et centralisée.....................................................................................242
2. La perte de l’hégémonie ouvrière : le modèle suédois en péril ?............................................................... 244
2.1. Un syndicalisme moins intégrateur......................245
2.2. Mise à l’épreuve du modèle vertueux de la négociation collective
dans des périodes turbulentes.............................................................................................................................. 247
2.3. Démantèlement du modèle suédois ?...................249
3. Décentralisation de la négociation collective : test de vérité pour le pouvoir syndical ?......................... 250
3.1. Transformer pour conserver : l’alliance des syndicats d’industrie................................................................251
3.2. Le reflux de la syndicalisation salariée .........................................................................................................253
3.3. La réforme des fonds de chômage syndicaux, cause et révélateur
de l’affaiblissement syndical............................. 255
4. Focus. La négociation collective de salaires individualisés : convergences
et diversité des approches sectorielles ............................................................................................................. 259
4.1. Les conventions collectives entre normes centrales
et différenciations individuelles .......................................................................................................................... 260
4.2. Trois approches sectorielles263
4.2.1. La négociation salariale dans la fonction publique d’Etat ............................................................... 263
4.2.2. La négociation collective dans le secteur financier ......................................................................... 266
4.2.3. La négociation collective pour les ouvriers d’industrie................................................................... 268
5. Epilogue: normes européennes, négociation collective nationale
et modes d’exercice du rôle syndical ............................................................................................................... 271
Bibliographie ..................................................................................................................................................... 273


CONCLUSION
LA PLACE DE LA NEGOCIATION COLLECTIVE DANS SIX PAYS EUROPEENS : DE LA
COHERENCE DES SYSTEMES A LA CONSTRUCTION DES ACTEURS ........................................... 277
1. La place de la négociation collective, ses spécificités, son évolution ......................................................... 278
1.1. Des spécificités fortes, une reconnaissance progressive sous exigence commune........................................278
1.2. Evolutions permanentes et maintien des spécificités ....................................................................................280
1.3. Les spécificités nationales calibrées dans le modèle social européen ? ........................................................281
1.4. Sanctuarisation mais fragilisation des régimes de négociation ? ..................................................................283
1.5. Rupture de tendance au tournant de siècle ? .................................................................................................286
1.6. L’hypothèse d’une crise de reproduction......................................................................................................289
2. Négociation collective, structures, représentation et légitimité................................................................. 290
2.1. Crise de cohérence des acteurs......................................................................................................................291
2.2. Rupture du cycle de légitimation ..................................................................................................................292
Bibliographie ..................................................................................................................................................... 295






























INTRODUCTION



























INTRODUCTION

Conjointement, la CFDT et la CGT ont confié à l’IRES une recherche sur
l’évolution sur longue période des stratégies de négociation collective mises en
œuvre par des organisations syndicales dans six pays européens (Allemagne,
Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Suède). Ce rapport présente les
résultats des investigations qui ont combiné un travail de synthèse sur les grands
changements intervenus pendant un quart de siècle avec une approche de terrain
fondée sur des enquêtes auprès des acteurs collectifs dans les pays concernés.
Au cours des vingt-cinq dernières années, des transformations profondes ont
affecté les organisations syndicales et leur place dans les sociétés dans lesquelles
elles sont nées. Les environnements économiques ont été bouleversés et les
anciennes cohérences identitaires se sont étiolées. La négociation collective,
activité centrale des syndicalismes quelle que soit la diversité des approches et des
agencements à l’œuvre, ne pouvait pas ne pas en être affectée.
L’hypothèse à l’origine de ce travail consiste à penser que les performances des
systèmes de négociation collective ne se déduisent pas de leurs configurations
institutionnelles ni des adaptations juridiques éventuelles, voulues ou subies par
les syndicats. On fait l’hypothèse que les systèmes sont peu autonomes par
rapport à ce que représentent leurs acteurs. Dans ce sens, l’interrogation porte
plutôt sur l’usage que font, dans la durée, les acteurs de leurs systèmes de
négociation. De quelle autonomie disposent-ils pour leur faire jouer des fonctions
complexes et composites ? Car si la négociation collective est l’instrument dédié à
la détermination des conditions de travail et de salaire, elle traduit et affirme aussi
la reconnaissance par des tiers de ce rôle de régulation sociétale du syndicalisme.
Et elle porte en elle-même une revendication de représentativité, puisqu’elle
s’exerce pour et au nom de collectifs salariés sur l’unité desquels les arbitrages
négociés prétendent agir.
Production normative, légitimité sociétale et représentativité des acteurs
syndicaux entretiennent ainsi des relations d’interdépendance complexes. Les
pertes de performance des systèmes de négociation collective qui semblent se
produire à la fin de cette période d’observation de 25 ans dans tous les pays
enquêtés ne sont pas sans liens avec les déplacements intervenus à chacun des
trois pôles et dans leurs articulations. Les différents chapitres de ce rapport
instruisent cette hypothèse à partir d’expériences nationales dont on cherche à
dégager à chaque fois la profonde originalité.
7 Avant d’examiner les évolutions intervenues depuis les années 1980, les
premières parties des six chapitres nationaux reviennent sur les périodes de
construction des systèmes (et des acteurs) de la négociation collective. Elles
interrogent les cohérences qui émergent et cherchent à identifier des moments de
rupture. Ces synthèses s’inscrivent dans la prolongation de travaux antérieurs
portant sur l’observation au long cours des relations professionnelles (Chronique
internationale de l’IRES 1989-2009 ; IRES, 1992) et d’un travail comparatif sur
les systèmes de représentation et leurs acteurs au niveau local (Dufour, Hege,
2002). Le choix de la période des années 1980 correspond à un moment de
transformations significatives dans chaque pays observé : la conquête des trente-
cinq heures en Allemagne et la réunification, la fin du franquisme en Espagne,
l’arrivée de la gauche au pouvoir et les lois Auroux en France, la première
décennie de pouvoir thatchérien en Grande-Bretagne, la sortie de l’automne chaud
en Italie, le début de la décentralisation des négociations en Suède.
Chaque chapitre national comporte une partie « Focus ». Elle rend compte de
tentatives de renouvellement des pratiques négociatrices menées par les
syndicalismes des six pays dans l’objectif de redonner sa prégnance à la
négociation collective et à l’implantation syndicale. A cette fin, des travaux
d’enquête ont été menés en 2009 et jusqu’au printemps 2010 auprès de
responsables syndicaux et patronaux et de délégués de terrain. En Allemagne, on
observe les transformations de la négociation dans une région de la métallurgie ;
en Espagne/Pays Basque, on s’intéresse à la voie originale choisie par la
confédération ELA ; en France, on retient une expérience de dialogue territorial ;
en Grande-Bretagne, les méthodes de syndicalisation sont analysées ; en Italie, on
suit les adaptations d’une tradition régionale d’implantation dans les PME ; en
Suède, on a retenu la négociation des salaires et particulièrement celle de
l’individualisation. Ces expériences ne prétendent pas être représentatives des
approches nationales ni faire ressortir les spécificités des différents pays. Elles
cherchent à donner un éclairage diversifié sur l’état des questions posées.
Juxtaposées, elles veulent produire un effet miroir, donnant à voir des acteurs
syndicaux qui, déstabilisés à plus d’un titre, tentent de reconstruire leur rôle social
en mettant l’accent sur le renouvellement de leurs liens avec leurs adhérents et
avec un salariat plus éclaté, à travers une multiplicité d’interventions.
Ce rapport se comprend comme une étape intermédiaire dans la formulation de
conclusions qui restent à développer. Il devrait aussi déboucher sur la publication
d’un ouvrage.
L’organisation des enquêtes de terrain a bénéficié de l’aide de correspondants
étrangers à qui nous tenons à exprimer ici nos remerciements : Reinhard
Bahnmüller (Allemagne), José Maria Zufiaur, Laura Txabarri Etxaniz (Espagne et
Pays Basque), Volker Telljohann (Italie), Lionel Fulton (Royaume-Uni), Sofia
Murhem, Lars Magnusson, Anders Kjellberg (Suède). Nous remercions également
le comité de pilotage de la CGT et de la CFDT qui nous a accompagnés dans ce
travail.
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.