Nulle part est un endroit

Publié par

  • cours - matière potentielle : publication
  • mémoire
Nulle part est un endroit Exposition du 09 octobre au 19 décembre 2010 Vernissage le samedi 09 octobre à partir de 14h30 Centre Photographique d'Île-de-France 107, Avenue de la République - 77340 - Pontault-Combault T : 01 70 05 49 80 - F : 01 70 05 49 84 - Contact presse : Guillaume Fontaine 01 70 05 49 80 - guillaume.
  • exposition présentée aux églises
  • kunsthaus zurich galerie camere obscura
  • zurich
  • e.s.e.c.
  • karim kal
  • immigration publications
  • appel aux champs cognitifs de la sociologie, de l'anthropologie, de l'ethnologie, de la géographie et de l'histoire
  • innombrables façades criblées de balles
  • dnap avec les félicitations du jury - école régionale d'art
  • écoles d'art
  • école d'art
  • écoles d'arts
  • courtesy galerie
  • photographies
  • photographie
  • galeries
  • galerie
  • arts
  • art
Publié le : mardi 27 mars 2012
Lecture(s) : 46
Source : mutualise.artishoc.com
Nombre de pages : 29
Voir plus Voir moins

DOSSIER DE PRESSE
Nulle part est un endroit
Avec Ziad Antar, Leo Fabrizio, Yan Gao, Karim Kal, Benoît
Laffché, Angèle Laissue, Sébastien Leseigneur, Wen Yang
Liu, Francis Morandini, Guillaume Robert, Anne-Lise Seusse,
Marie Velardi et, in memoriam, Richard Baquié
Commissaire invité : Pascal Beausse
Exposition du 09 octobre au 19 décembre 2010
Vernissage le samedi 09 octobre à partir de 14h30
Centre Photographique d’Île-de-France
107, Avenue de la République - 77340 - Pontault-Combault
T : 01 70 05 49 80 - F : 01 70 05 49 84
www.cpif.net - contact@cpif.net
Contact presse : Guillaume Fontaine 01 70 05 49 80 - guillaume.fontaine@cpif.net Nulle part est un endroit
Exposition présentée du 09 octobre au 19 décembre 2010
Vernissage le samedi 09 octobre à partir de 14h30
Avec Ziad Antar, Leo Fabrizio, Yan Gao, Karim Kal, Benoît Laffché, Angèle
Laissue, Sébastien Leseigneur, Wen Yang Liu, Francis Morandini, Guillaume
Robert, Anne-Lise Seusse, Marie Velardi et, in memoriam, Richard Baquié
Une nouvelle génération d’artistes présente ses enquêtes sur des réalités territoriales
très précisément situées dans la géographie de notre planète. À chacun des lieux qu’ils
explorent correspondent des conditions de vie singulières.
Il s’agit pour ces artistes de porter une attention soutenue à des lieux le plus souvent
dévalorisés par les systèmes de représentation dominants. En affrmant une curiosité pour
des « ailleurs », non pas exotiques et idéalisés mais des endroits où des formes de vie
s’établissent, s’inventent et s’épanouissent. Il s’agit d’affrmer la richesse et la plasticité de
tout lieu, en ce qu’il détermine un écosystème unique.
Une nécessité de réalisme critique rassemble ces artistes travaillant avec la photographie,
la vidéo et le son. Faire acte de représentation suppose pour eux de faire appel aux
champs cognitifs de la sociologie, de l’anthropologie, de l’ethnologie, de la géographie et
de l’histoire. Les modalités plastiques mises en oeuvre vont des stratégies et protocoles
documentaires jusqu’à des formes poétiques, en passant par la mise en fction et le récit.
Nulle part est un endroit, c’est le titre en forme d’oxymore poétique d’une sculpture
de Richard Baquié (1952-1996), faite de métal, de photo et de verre, et datée de
1989. Énoncer avec lui que « nulle part est un endroit », c’est affrmer que l’utopie doit
aujourd’hui se trouver dans la réalité, y être voulue et construite collectivement.
Pascal Beausse
À l’occasion du vernissage, le CPIF propose un parcours en navette en partenariat avec les Églises
centre d’art de la ville de Chelles. La navette au départ de la place de la Bastille reliera Chelles et
Pontault-Combault, vous invitant à décourvrir les expositions de rentrée des deux centres d’art.
Exposition présentée aux Églises : Supra-Continent, Cécile Hartmann.
Trajet Paris/ Chelles/ Pontault-Combault :
départ à 10h45 de la place de la Bastille, retour à Paris à 17h. Réservation au 01 64 72 65 70 ZIAD ANTAR
Ziad Antar, de gauche à droite :
Souk AL Rawshe, 2008, photographie noir et blanc, 124 x 124 cm
Murr Tower
Courtesy Galerie Almine Rech, Paris
Beyrouth, endeuillée
l’architecture du délabrement et cartographie de l’abandon
À l’image de son paysage politique, social et culturel, le paysage urbain de Beyrouth porte toujours les
cicatrices et les vestiges de dix-sept ans de guerre civile, plus de quinze ans après la fn du confit. Les
innombrables façades criblées de balles, murs carbonisés et sols éventrés par les obus ne manquent
pas de rappeler l’ampleur des ravages de la guerre. D’autres immeubles inachevés, souvent de simples
carapaces de béton nu, ponctuent le tissu urbain. Perdus entre les “fonctionnels”, ils n’attirent
plus l’attention et semblent tombés dans l’oubli. L’immobilier et le bâtiment étant devenus les solutions
idéales pour s’enrichir rapidement, blanchir l’argent sale et consolider du jour au lendemain les richesses
immobilières des seigneurs de la guerre, ces immeubles ont vu le jour tout au long de la guerre civile,
pendant les suspensions des hostilités. Dans ces immeubles inachevés, dont la construction avait
généralement été stoppée à quelques étapes de l’achèvement, les miliciens dressaient des campements
de fortune rudimentaires afn d’y manger et d’y dormir. Les tireurs d’élite occupaient les étages supérieurs
et les toits, tandis que les étages inférieurs, aux façades et fenêtres étayées de sacs de sable, assuraient
un large angle de tir sur les rues qu’ils surplombaient. Lorsque l’immeuble était doté d’un sous-sol, ce
dernier servait de “prison”, où l’on cachait les miliciens “ennemis” et les otages civils. Après l’entrée en
vigueur de l’accord de paix, les combattants ont plié bagage et déserté ces immeubles. Dans la mesure
où la “reprise économique” d’après-guerre au Liban reposait en partie sur une main d’œuvre syrienne
bon marché et sans papiers, certains ouvriers se sont installés dans les immeubles inachevés, désertés
par leurs occupants lors de la cessation des hostilités.
Ces édifces de béton aux façades nues, entourés de grillages rouillés, demeurent endeuillés, évoquant
à la fois la douleur, la misère et l’abandon, preuve affigeante de nos erreurs, souvenirs tenaces de ce
que nous choisissons sciemment d’ignorer dans les représentations comme dans les récits.
Fruit d’une collaboration entre le photographe Ziad Antar et l’écrivain Rasha Salti, Beyrouth,endeuillée se
compose d’une exposition de photographies et d’une publication.
Demandes de visuels auprès de Guillaume Fontaine / 01 70 05 49 80 / guillaume.fontaine@cpif.netNé en 1978 à Saïda au Liban.
Vit et travaille entre Saïda (Liban) et Paris (France).
Représenté par la Galerie Almine Rech, Paris.
EXPOSITIONS PERSONNELLES (depuis 2006)
2010
«Listen to your eyes», Ecole Supérieure d’Art, Metz, France (coll.)
«Act V : Power Alone», de With Museum, Rotterdam, Pays-Bas (coll.)
«Suspended Spaces, depuis Famagusta», Maison de la culture, Amiens
2009
«The third Eye», Selma Feriani Gallery, Londres, Angleterre.
«America», Beirut Art Center, Beyrouth, Liban.
«Where Everything Is Yet to Happen», Spaport Biennale, Banja Luka, Bosnie-Herzegovine.
«Terres de pommes de terre», Galerie Almine Rech, Paris, France (22.10 -19.12).
«5x5 Castello 09» Premi Internacional d´art contemporani Diputacio de Castello’ EACC, Castello, Espagne.
«Place Beyound Borders», Cittadellarte - Fondazione Pistoletto, Biella, Italie.
«Sharjah Biennal», Sharjah, EAU (coll.)
«Younger than Jesus» New Museum, New-York, USA (coll.)
2008
Galerie Almine Rech, Paris, France.
Taipei Biennial, Taipei, Taiwan.
«Homeworks», Galerie Sfeir-Semler, Beyrout, Liban.
«DI/VISIONS», The House of World Cultures, Berlin, Allemagne.
«Lieux de vie. Mémoire et fantasmes de l’enracinement», Abbaye de St Andre, Centre d’art contemporain,
Meymac, France.
«She doesn’t think so but she’s dressed for the h-bomb», ‘Projection of WA’, Tate Modern, Londres, Angleterre.
«Re-Reading the Future», International Triennial of Contemporary (ITCA), Prague, Republique Tcheque.
«New Ends», «Old Beginnings», Bluecoat Gallery, Liverpool, Angleterre.
2007
«Sweet Eye», Ein AL Hilwe Refugee camp, Saida, Liban
Exhibition in Blank Gallery, Paris, France.
«Safe sound», «Tambourro», «wa», Paris cinéma 2007, Paris, France (coll.)
«Image du Moyen orient, festival d’automne», Jeu de Paume, Paris, France (coll.)
«Rencontres Internationales Paris Berlin», Jeu de Paume, Paris, France (coll.)
2006
«Pawel Althawer», Centre Georges Pompidou, Paris, France (coll.)
«Wa», «Tambourro» Festival Court, Pantin, France (coll.)
«Au Centre Pompidou» Centre Pompidou, Paris, France (coll.)
«La Cabane», Palais de Tokyo, Paris, France (coll.)
«Radical Closure», Oberhausen Film festival, Oberhausen, Allemagne (coll.)
«Video Brazil», video festival, Sao Paolo, Brésil (coll.)
‘Mémoires vives», The Plattform gallery, Berlin, Allemagne. (coll.)
FORMATION
2001 : diplôme d’ingénieur agronome
2001/2003: E.S.E.C. : Ecole Supérieure Des Etudes Cinématographiques (Paris, France)
2003/2004 : « Le Pavillon » Unité Pédagogique, Palais de Tokyo, France
2004/2005 : Programme de recherche La Seine, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.
Ziad ANTAR // BIOGRAPHIELEO FABRIZIO
Leo Fabrizio, Future Baan, de la série Dreamworld 2004-2007/2010.
Tirage Lambda monté sur aluminium, 80x100cm
Courtesy Galerie Triple V, Paris
Dans une mégapole, où chaque espace est le théâtre d’une lutte pour l’occuper, entre jungle et marais,
autoroutes ou buildings, se dégagent de véritables décors de théâtre. Désertés de toute présence, ils
semblent être les témoins d’une représentation qui s’est achevée.
Il en découle alors un certain vertige, comme si les décors du théâtre se suppléaient au réel, devenant
la seule référence, les lacs des golfs une allégorie de la nature, les lotissements à l’Américaine
l’unique perspective.
Tout ce que l’on construit, l’architecture, n’est elle pas une représentation matérielle de nos
rêves ? Mais dès lors, si toutes ces représentions sont de l’ordre du décor en carton-pâte, creuses mais
clinquantes, qu’en est-il de nos rêves ?
Leo Fabrizio est né le 17 novembre 1976 à Moudon, en Suisse. D’origine suisse et italienne, il
accomplit ses études à l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne (Ecal), où il obtient son diplôme (Bachelor)
de designer HES en communication visuelle, avec mention, en 2002. Il travaillera ensuite comme
assistant, photographe et auteur. Reprenant des études post grade, il publiera en 2004 son premier
livre monographique « BUNKERS », qui rencontrera un franc succès. S’ensuivront des expositions dans
toute l’Europe, notamment à la 9ème Biennale d’architecture de Venise. En 2005, il obtient un Master
en photographie. Il publie depuis ses travaux au long cours dans de nombreuses revues et les expose
internationalement. Voyageant à travers le monde pour des commandes ou pour ses recherches, il vit
entre Lausanne et Bangkok. Il a été primé de nombreuses fois par des concours prestigieux, comme le
concours fédéral Swiss Design en 2003 et 2006 et enseigne régulièrement dans des écoles d’art ainsi
qu’a l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.
Demandes de visuels auprès de Guillaume Fontaine / 01 70 05 49 80 / guillaume.fontaine@cpif.netNé le 17 novembre 1976 à Moudon (Suisse). Nationalité Suisse et Italienne.
Vit à Lausanne, travaille entre Lausanne et Bangkok.
Représenté par la Galerie Triple-V, Paris.
EXPOSITIONS PERSONNELLES (sélection)
2010 «Dreamworld», Galerie Triple-V, Paris
Galerie TH13, Fondation d’entreprise Hermès, Berne, Suisse
2008 Lyon, septembre de la photographie. La Salle de Bain
Maison de la photographie, Lille.
2006 Galerie Le Granit, Belfort.
2005 Galerie Kamel Mennour, Paris.
2004 Centre de la photographie, Genève.
Fondation Gianadda, Martigny.
Fluxlaboratory, Genève.
EXPOSITIONS COLLECTIVES (sélection)
2009 «L’île de Béton», galerie LHK, Paris
«Camoufages», La Casa Encendida, Madrid, Espagne.
2008 F/Stop, fotofestival, Leipzig.
«My Design District», Lausanne.
2007 «Le Paysage Globalisé» (Paul Cottin), La Fillature, Mulhouse.
«Orte mit Geschichte», Fotogalerie Wien, Autriche
Transfotografa, Gdansk, Pologne.
«Arrebato», camara oscura galeria de arte, Madrid, Spain.
2006 Concours fédéral de design 2006, Museum für Gestaltung, Zürich.
«In the Alpen» Kunsthaus Zurich
Galerie Camere Obscura, Madrid.
Pingyoa Photography Festival, Chine, reGeneration.
«Wallpaper», Curator: James Reid, Leonard street Gallery, London.
«50JPG» Fondation Braillard Architectes, Genève.
«reGeneration», Galerie Aperture, New York.
«Montagnes magiques», Aix - en - Provence.
2005 « reGeneration, 50 photographes de demain », Musée de L’Elysée, Lausanne.
«The Selection vfg » Zurich.
9e Exposition internationale d’architecture, Biennale de Venise, Metamorph, Nature of Artifce, Arsenal.
2004 « Following & to be Followed » (Eric Troncy) Consortium de Dijon.
« Interference », Centre de la photographie, Copenhague.
Aarhus Danemark, « Interference ».
2003 Exposition des Bourses fédérales, « concours fédéral de Design 2003 » au Mudac, Lausanne.
2002 Epf, Lausanne, « BUNKERS/Collection Alberto Sartoris ».
Galerie Artone, Zürich.
Kunstmuseum des Kantons Thurgau, « Architektur - Landschaf, Zeitgenössiches Bauen im Thurgau ».
Kunsthalle Bern, « Danger Zone ».
Galerie Artone, Zürich.
PUBLICATIONS MONOGRAPHIQUES
2010 «Dreamworld», textes de Pascal Beausse et Apichatpong Weerasethakul, Editions JRP|Ringier.
2004 «Bunkers», textes d’Eric Troncy et Maurice Lovisa, Editions Infolio.
FORMATION
2005 : Master HES en photographie (diplôme d’études postgrades HES) - ECAL, Lausanne.
2002 : Bachelor, diplôme HES de designer en communication visuelle, orientation photographie,
avec mention - ECAL, Lausanne
Leo FABRIZIO // BIOGRAPHIEYAN GAO
Yan Gao, ATD Quart-Monde de la série En transit, Lyon, 2006-2008
« Ma préoccupation principale est une recherche autour de la question « qu’est ce qu’être ailleurs, avec
des images ? »
Je l’appelle donc « en transit ». C‘est un espace entre une fn et un nouveau commencement, un territoire,
ni ici, ni ailleurs, une suspension du temps.
Des moments d’attente indéterminés quand le monde se déplace.
Mon travail photographique a commencé par des éléments de ma situation personnelle.
J’ai quitté mon pays pour confronter ma vie avec un autre territoire. Une vie instable qui me renvoie
souvent l’impression d’être prêt à partir ailleurs . Cette expérience « d’ être ailleurs » m’a conduit à sortir
de l’espace de ma vie, à regarder les autres personnes différemment.
J’ai commencé à m’intéresser à des lieux de vie installés au minimum, comme ma propre chambre
d’étudiant ou celles de mes camarades asiatiques. La manière dont ils disposent leurs objets quotidiens
me semble très intéressante, souvent en raison de la grandeur de l’espace et du temps durant lequel ils
vont y résider. Pour moi, ces objets évoquent un temps de courte durée, un portrait et aussi un paysage
social. Tout cela offre un champ photographique.
Mon cheminement, mes pauses, mes choix thématiques se font en fonction de mes centres d’intérêts et
de mes questionnements. Par exemple : la préfecture temporaire « Point spécial étudiant
étranger », les salles des fêtes, les restaurants sociaux, l’association « Oasis » centre d’aide aux enfants
d’immigrés en attente de reconduction à la frontière ou encore le ministère du logement qui se déplace
provisoirement place Bellecour à Lyon...
La représentation de ces espaces et de ces objets en images ne crée pas seulement une esthétique
subjective, j’essaie de donner une autre dimension à mes photographies.
Cette vision du réel résiste et nous offre des questionnements face à l’impuissance des gens quand ils
sont en train de se « reterritoraliser » dans un autre territoire.
« En transit » se destine à l’avenir de cette situation politique. »
Yan Gao
Demandes de visuels auprès de Guillaume Fontaine / 01 70 05 49 80 / guillaume.fontaine@cpif.netNé le 19 février 1980 à Hebei (Chine)
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2008 «En Transit», Galerie Le bleu du ciel, Lyon, France
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2009 «Réalité véritable», Festival international de la photographie de Lian zhou, Chine
2008 «Rendez-vous 2008», Musée d’Art contemporain de Lyon, France - Musée des beaux-arts de
Shanghai, Chine
«Mulhouse 08», Parc des expositions, Mulhouse, France
«Le vide n’a pas de porte de sortie», Ancienne banque du Japon, Hiroshima, Japon
2007 « l’Automne», Atelier 4003, Paris, France
2006 «L’expérience de la durée», festival international de la photographie, Ping Yao, Chine
2006 «Faut pas lécher!», La Vitrine, Limoges, France
2005 Performance d’action Fluxus avec Jean DUPUY, Théâtre de l’Union, Limoges, France
PUBLICATIONS
Vacarme n° 47, printemps 2009
Post-diplôme 2007-2008 - Publication de l’École nationale des beaux-arts de Lyon - textes de Pascal Thevenet
Semaine n°168, mai 2008 - textes de Pascal Thevenet
PICS n°003, printemps 2007 (www.picszine.com)
FORMATION
2007- 2008 : Post-diplôme Art - École nationale des beaux-arts de Lyon
2007 : DNSEP - École nationale supérieure d’art de Limoges-Aubusson
2005 : DNAP avec les félicitations du jury - École régionale d’art de Dunkerque
PRIX & BOURSES
2008 : Lauréat du prix de la Région Rhône-Alpes de Lyon Septembre de la photographie.
Mars 2009 : Bourse de résidence d’artiste au centre d’art contemporain de Ullens à Pékin, en Chine.
Yan GAO // BIOGRAPHIEKARIM KAL
Karim Kal, Eau-lisette 2, Cayenne, 2005.
Photographie argentique couleur impression jet d’encre sur bâche PVC,
dimensions variables
Courtesy de l’artiste
«J’interroge les notions de mouvements migratoires, d’identités territoriales, d’un point de vue
contemporain ou historique, et les modes de représentations photographiques de ces notions. Mon angle
est social, mon outil est la photographie, mes principaux matériaux sont le bâtit, l’environnement urbain,
envisagés comme des marqueurs culturels, idéologiques, éminemment politiques.
Ma photographie se veut réfexive, se servant de certains codes de l’image de presse comme d’un
repoussoir, tout en cherchant à ajuster au fl des projets sa propre écriture et sa propre forme poétique.»
Karim Kal
Le projet Cayenne rassemble des prises de vues des ensembles sociaux et des auto-constructions
des quartiers populaires de Cayenne, Guyane Française. Cette série est inspirée par l’ouvrage d’Edwy
Plenel, La découverte du monde, à travers lequel l’auteur, en suivant les traces du périple de Christophe
Colomb, offre un bilan social contemporain de ces territoires.
Demandes de visuels auprès de Guillaume Fontaine / 01 70 05 49 80 / guillaume.fontaine@cpif.netNé en 1977 à Genève (Suisse).
Représenté par la galerie Sandra Nakicen, Lyon.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2010 «Les Déclassés», Musée Urbain Tony Garnier, Lyon
2009 «Cayenne», Médiathèque du 8ème, Lyon
2007 «Social Housing», Musée des cultures Guyanaises, Cayenne
2005 «Cayenne, projet photographique», Ecole Nationale des Beaux-arts, Lyon (site web)
2004 «Auteuil 2004, CNP» (Côté Jardin, projet sur bâche), Paris (site web).
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2009 «Repères», Memorial Do Imigrante, Sao Paulo (site web et catalogue)
Dock’s art fair, Galerie Sandra Nakicen, Lyon
«Refets d’Afrique», Musée d’Art Moderne, Alger (catalogue)
«Show case #2», Galerie Sandra Nakicen, Lyon
2008 «Emergency room», Galerie Taïss, Paris (site web)
International Triennale of Contemporary Arts, Prague (catalogue).
«La Générale en Théorie», la Générale, Sèvres (site web).
2007 Exposition Inaugurale, Cité Nationale de l’histoire de l’Immigration, Paris (catalogue)
2003 «Out», Anciens Ateliers Mécaniques, Vevey, Suisse
«Algérie en création», Centre d’Art Le Rectangle, Lyon (catalogue)
2001 «Start», galerie des Beaux-arts de Grenoble (catalogue)
COLLECTIONS
«Images d’Alger 2002», collection permanente, Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration
PUBLICATIONS
«Karim Kal», éditions Adera, 2010 (en cours de publication)
«Karim Kal, textes et dessins», éditions des chiens et des chiennes, Paris, 2001.
FORMATION
2003 : École de photographie de Vevey : Diplôme de la formation supérieure
2001 : DNAP et DNSEP, École Supérieure des Beaux-arts de Grenoble
1998 : CEAP, École d’Art d’Avignon
BOURSE
2004 : Aide individuelle à la création, DRAC Rhône-Alpes, relative au projet photographique réalisé à Cayenne,
Guyane Française
Karim KAL // BIOGRAPHIE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.