Objectifs de la mission A l'invitation du Ministre de l'Education au ...

De
Publié par

  • revision
Objectifs de la mission A l'invitation du Ministre de l'Education au Liberia, une délégation ivoirienne de six personnes s'est rendue au Liberia du 27 septembre au 6 octobre 2011. L'objectif général de la mission était d'évaluer la situation de l'éducation des enfants ivoiriens refugiés au Liberia. Les thèmes transmis par voie électronique avant le départ de la délégation incluaient notamment : le calendrier scolaire, programme scolaire, éducation post-primaire, organisation d'examens, programmes d'apprentissage accéléré à mettre en place, certification des apprentissages reçus, etc. Composition de la délégation ivoirienne La délégation ivoirienne était composée de : - M. GUEI Monin Gabriel, Conseiller Technique
  • unicef liberia
  • nimba county
  • représentants du ministere de l'education
  • temps en temps en côte d'ivoire
  • unicef
  • camp
  • camps
  • réfugiés
  • missions
  • mission
  • enfant
  • enfants
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 45
Source : ivorycoast.humanitarianresponse.info
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Rapport de mission de la délégation de Cote d’Ivoire au Liberiadu 27 septembre au 6 octobre 2011Objectifs de la mission A l’invitation du Ministre de l’Education au Liberia, une délégation ivoirienne de six personnes s’est rendue au Liberia du 27 septembre au 6 octobre 2011. L’objectif général dela mission était d’évaluer la situation de l’éducation des enfants ivoiriens refugiés au Liberia. Les thèmes transmis par voie électronique avant le départ de la délégation incluaient notamment : le calendrier scolaire, programme scolaire, éducation postprimaire, organisation d’examens, programmes d’apprentissage accéléré à mettreen place, certification des apprentissages reçus, etc. Composition de la délégation ivoirienne La délégation ivoirienne était composée de : M. GUEI Monin Gabriel, Conseiller Technique du Ministre de l’Education Nationale, responsable pour l’éducationsecondaire M. MEA Kouadio, Directeur des Ecoles, Lycées et Collèges, Ministère de l’Education Nationale M. SILUE Nanzouan Patrice, Directeur de la Pédagogie et de la Formation Continue, Ministère de l’Education NationaleM. GUEI Tieoule, Directeur RegionalDREN de Guiglo, Ministere de l’Education Nationale Mlle HOFMANN Jennifer, Spécialiste Education UNICEF, Coordinatrice du Cluster Education M. YAOYAO Paul, Coordonnateur du Programme Education, Save the Children, Coordonnateur Adjoint du Cluster Education Déroulement de la mission
Logistique
La mission était organisée sur le plan logistique par l’UNICEF. L’UNICEF Cote d’Ivoire a pris en charge les frais de voyage des quatre représentants du Ministère de l’Education Nationale de Côte d’Ivoire. L’UNICEF Liberia a organisé toutes les rencontres sur place pour la délégation ainsi que la mission sur le terrain dans le Nimba County. L’UNICEF Liberia a affectée deux staffs members à temps plein pour accompagner la mission : M. BATZIRAI Bernard, Spécialiste Education M. BASSIOUNI David, en appui à la Représentante de l’UNICEF Liberia
Programme des rencontres Date Participants 28/09/11 : David Bassiouni (UNICEF rencontre au Liberia), Bernard Batzirai bureau de (UNICEF Liberia), Andrea l’UNICEF Berther (UNICEF WCARO), Jennifer Hofmann (UNICEF CI), Krishna Kumar (StC Liberia), Patience Flomo (StC Liberia), Paul YaoYao (StC CI) 29/09/11 : Isabel Crowley (Rep UNICEF déjeuner de Liberia), Spécialiste Urgence travail UNICEF Liberia, Spécialiste Urgence UNICEF WCARO, Directeur Pays StC Liberia, les 6 membres de la délégation ivoirienne. 29/09/11 : ViceMinistre pour l’Instruction, Rencontre au Adjointe du ViceMinistre pour Ministère del’Education de Base et l’Education l’Educationagents du Ministère Secondaire, travaillant sur le Jeune Enfant, la formation des enseignants, etc., UNICEF, Save the Children, HCR, les 6 membres de la délégation ivoirienne. 29/09/11: Rep UNICEF, Deputy Rep Rencontre au UNICEF, David Bassiouni bureau de UNICEF, Spécialiste Education, l’UNICEFWASH, Chef Section Spécialiste Protection, Spécialiste Nutrition, les 6 membres de la délégation ivoirienne. 30/10/11 : Adjointe au ViceMinistre, Rencontres Responsable du Programme bilatérales aud’Apprentissage Accéléré, Ministère de Responsable du Service pour les l’EducationDirectrice des Ecoles Elèves, Primaires, les 6 membres de la délégation ivoirienne. 30/10/11 : UNICEF, Save the Children, HCR, Réunion du LRRRC, Ministère de l’Education, Groupe les 6 membres de la délégation Sectoriel ivoirienne. Education 30/10/11 : Premier Conseiller de Ambassade del’Ambassadeur, les6 membres de CI au Liberia la délégation ivoirienne. 01/10/11: Représentants du Ministère de Rencontrel’Educationet du Ministère des avec les Affaires Sociales dans les
Discussion Planification des détails de la mission.
Présentation de la délégation et briefing général sur la situation des enfants réfugiés et sur la réponse humanitaire
Mots de bienvenue du Ministère de l’Education au Liberia à la délégation ivoirienne, présentation de la délégation.
Briefing sur les interventions de l’UNICEF à destination des réfugiés.
Echanges d’informations sur le fonctionnement du Ministère de l’Education au Liberia et de Cote d’Ivoire et échanges bilatéraux sur des thématiques éducatives spécifiques identifiées.
Briefing par le HCR sur la situation générale des réfugiés et briefing par les membres du cluster sur les interventions éducation
Visite de courtoisie
Briefing sur les problématiques de l’éducation des réfugiés dans les différents counties.
participants de différents countries, LRRRC, la formation UNICEF, Save the Children, Plan Education Intl, Visions in Action, les 6 Cluster membres de la délégation Coordinator à ivoirienne. Monrovia 01/10/11 : Les 6 membres de la délégation Voyage de Monrovia a Ganta Départ sur le ivoirienne, David Bassiuni et terrain Berbard Batzirai UNICEF Liberia, Nimba County 4 représentants du Ministere de l’Education du Liberia.02/10/11: Les 6 membres de la délégation Briefing sur la réponse éducative Visites des ivoirienne, David Bassiuni etd’IRC, partenaire de mise en œuvre de communautés Berbard Batzirai UNICEF Liberia,l’UNICEF dans le Nimba County.hôtes de 4 représentants du Ministere de Karnplay,l’Education du Liberia.Evaluation de l’éducation des réfugiés Duoplay, dans les communautés hôtes. Kissiplay, Nimba County 03/10/11 : Les 6 membres de la délégationEvaluation de l’éducation des réfugiés Visite du ivoirienne, David Bassiuni et dans le camp de Bahn. camp de Berbard Batzirai UNICEF Liberia, Bahn, Nimba 4 représentants du Ministere de County, etl’Education du Liberia.retour sur Monrovia 04/10/11 : Les 6 membres de la délégation Débriefing de la mission sur le terrain Réunion du ivoirienne, UNICEF Liberia, Planet recueil d’informations Groupe International, Visions in Action, supplémentaires. Sectoriel Save the Children, UNESCO EducationLiberia, Ministère de l’Education  du Liberia 04/10/11 Les 6 membres de la délégation Débriefing général de toute la mission  ivoirienne, UNICEF Liberia, et présentation des observations et Ministère de l’Education durecommandations de la délégation. Liberia Contexte généralinformations reçues La crise postélectorale en Côte d’Ivoire, amorcée fin novembre 2010 a engendre le départ de milliers d’ivoiriens pour les pays voisins (Liberia, Ghana, Mali, etc.). Au Liberia, en date du 30 septembre 2011, le HCR indique que le nombre de réfugiésenregistrés s’élève à 174,192 dont: 52,866 réfugiés à Nimba County 76,081 réfugiés à Grand Gedeh County 33,685 réfugiés à Maryland County 11,560 réfugiés a River Gee County.
Cependant, ces chiffres sont contestés par d’autres acteurs de lacommunauté humanitaire et il faut aussi noter que la situation des réfugiés est très fluide. Selon le HCR, 33,090 vivent dans 6 camps : 1 camp dans le Nimba County (Bahn Camp) 4 camps dans le Grand Gedeh County 1 camp dans le Maryland County Les autres réfugiés vivent dans des villages le long de la frontière. Il y a environ 1,000 réfugiés ivoiriens qui vivent dans le Nimba County qui sont arrivés lors de la crise de 2002 et y sont restés depuis. Les réfugiés sont arrivés selon plusieurs vagues : Premières arrivées en novembre / décembre 2010 d’ivoiriens en provenance de Danane, Zouan Hounien, Bin Houye, etc. se sont rendus en majorité dans le Nimba County. Il s’agissait dedéplacements préventifs Arrivées suivantes entre février et mai 2011 d’ivoiriens en provenance de Toulepleu, Blolequin, Guiglo, Tabou, etc, qui se sont rendus en majorité dans le Grand Gedeh, Maryland et River Gee County. Il s’agissait de personnes qui fuyaient des violences.Education des enfants ivoiriens réfugiésinformations reçues et observations APERCU DE LA SITUATION Les élèves Un accès a l’école primaire inégal selon les zones et selon l’âge des enfants réfugiésL’UNICEF a défini un seuil d’intervention d’assistance aux réfugiés fixé à un minimum 500 réfugiés ivoiriens dans une localité. Ainsi, les enfants vivant dans des communautés hôtes qui ont accueilli moins de 500 réfugiésn’ont accèsà aucune offre éducative (si ce n’estla possibilité d’intégrer les écoles libériennes).Par ailleurs, dans les trois communautés hôtes visitées, les cours ne se font que du CP1 au CE1 ou au CE2. Il n’y a pas de classe pour les élèves réfugiés au niveau du CM1 ou CM2. Certains des élèves plus âgés sont allés dans les camps où il y a école pour tous les niveaux du primaire, d’autres ont dû abandonner l’école ou intégrer les classes inferieures. Par exemple, nous avons rencontré une petite fille qui était au CM1 à Yopougon, Abidjan et qui a du se réinscrire au CE1 à Karnplay, Nimba County, Liberiacar il n’y a pas de cours audelà du CE1. Dans les trois communautés hôtes visitées, des activités ciblant le Jeune Enfant (3 à 5 ans) ont été mises en place. Dans le camp de Bahn, deux écoles primaires ont été construites. 945 élèves réfugiés du primaire et 107 enfants de 35 ans fréquentent ces écoles.
Aucune éducation secondaire dans les communautés hôtes Iln’y a pas d’éducation secondaire dans les communautés hôtes. En revanche, dans le camp de Bahn, une école secondaire a été mise en place et couvre les niveaux allant de la 6eme a la Terminale mais tous les élèves ont exprimé le souhait de rentrer en Côted’Ivoire, car au Liberia, ils n’ont pas de manuels et pas d’enseignants qualifiés.Les enseignants : Des enseignants ivoiriens nonqualifiés Dans toutes les écoles visitées, les réfugiés ont identifié un directeur et des enseignants pour les écoles ivoiriennes. La grande majorité des enseignants titulaires ivoiriens qui étaient au Liberia sont rentrés en Côte d’Ivoire. Dans nos visites, nous n’avons rencontré qu’un seul enseignant titulaire, qui a demimot a laissé entendre qu’il rentrait de temps en temps en Côte d’Ivoire pour prendre son salaire. Aujourd’hui, il reste principalement des enseignants ivoiriens nonqualifiés. Ces enseignants non qualifiés sont soit des enseignants ivoiriens volontaires, soit des enseignants ivoiriens dans le privé, ou soit des étudiants ivoiriens. Les enseignants rencontrés dans les communautés hôtes viennent de Danané, ZouanHounien, Mahapleu, Blolequin, etc. Des formations des enseignants nonharmonisées Chaque ONG a organisé sa formation pour les enseignants dans les écoles qu’elle soutient. Autrement dit, il n’y a pas eu d’harmonisation de la formation des enseignants. Les formations organisées par Save the Children, IRC, et Plan International ont porté surtout sur la pédagogie et très peu sur le programme scolaire ivoirien. Un draft 0 d’un guide de formation harmonisé a été développé, mais il n’est pas finalisé et n’a pasencore été utilisé. Des salaires pour les enseignants ivoiriens alignés sur les salaires libériens Les enseignants du primaire et du préscolaire dans les camps sont payés soit par le HCR soit par les ONG qui interviennent en éducation dans les camps (par exemple, les 42 enseignants du camp de Bahn sont pris en charge par Save the Children). Les enseignants du primaire et du préscolaire dans les communautés hôtes sont payés par les ONGs de mise en œuvre.Le Ministère de l’Education au Liberia a publié une directive pour que les enseignants ivoiriens reçoivent le même salaire que les enseignants libériens : $175 / mois pour le principal, $135 / mois pour les enseignants du primaires et $100 / mois pour les enseignants du préscolaire. (Cependant, il faut noter que les enseignants ivoiriens sont nonqualifiés alors que les enseignants libériens sont titulaires !). Par ailleurs, se pose la question de la durabilité du paiement de ces salaires aux enseignants par le HCR et les ONG. Certaines ONGs ont indiqué qu’après décembre 2011, elles n’auraient plus les moyens de payer les salaires.
Les enseignements : Un système de doublevacation dans les écoles libériennes Dans les communautés hôtes, les écoles fonctionnent selon le système de la double vacation : le matin, les enfants libériens vont à l’école; l’aprèsmidi, de 13h30 à 17h30, les enfants ivoiriens vont à l’école. Ils bénéficient donc de 4 heures de cours 5 jours par semaine.Dans certaines communautés comme Duoplay, les classes des réfugiés ivoiriens sont surchargées car les élèves sont très nombreux par rapport aux places dans les salles de classe. Des cours en français Les enseignements pour les enfants ivoiriens se déroulent en français et sont basés sur la pédagogie ivoirienne. Les réfugiés ont demandé à la délégationla validation de l’éducation reçue par les élèves etl’accréditation des enseignants.Le programme scolaire ivoirien n’a cependant pas été exécutéJusqu’à maintenant, les cours au Liberia ont suivi le calendrier scolaire libérien (rentrée scolaire le 30 aout 2011) et non le calendrier scolaire ivoirien,dont les réfugiés n’étaient pas informés.Depuis er l’ouverture des écolesetjusqu’à la fin de l’année scolaire 2010/2011aout 2011, aucunle 1 enseignement véritable n’a eu lieu: les écoles se sont mises en place petit à petit (inscriptions des élèves, identification des enseignants, formation des enseignants) et le programme scolaire ivoirien n’a pas été suivi (accent mis sur le nonformel puis sur les révisions, arrivée tardives des manuels scolaires entre mai et aout). Tous les élèves ont redoublé pourl’année scolaire 2011/2012.LA REPONSE HUMANITAIREDANS LE SECTEUR DE L’EDUCATIONL’UNICEF est l’agence lead de la réponse humanitaire pour l’éducation primaire et préscolaireet agit sur le terrain à travers des partenaires de mise en œuvre: Dans le Nimba County : Save the Children (Bahn Camp), IRC (communautés hôtes), Plan International (communautés hôtes) Dans le Grand Gedeh County : Save the Children, Plan International Dans le Maryland County : Visions in Action Dans le River Gee County: pas d’interventions car le gouvernement libérien et le HCR souhaitent que les réfugiés soient relocalisés dans le camp du Maryland County. Selon l’UNICEF Liberia, environ 15,000 enfants refugies ivoiriens bénéficient d’une assistance en matière d’éducation : Enfants libériens atteints par Enfants ivoiriens atteints par les les services éducatifs services éducatifs TOTAL38,000 15,000 Nimba11,000 6,000 Grand Gedeh12,000 6,000 Maryland? 4,000 River GeePas de services éducatifs car les refugies doivent être relocalisés dans le camp du Maryland County
L’UNICEF Liberia a mis à disposition225,000 manuels (45 titres x 5000 copies de chaque) du CP1 au CM2 reproduits a Dubaï et distribués auprès de tous les partenaires de mise en œuvre. Les titres du CP1 et CP2 sont en train d’être reproduits à nouveau du fait de la demande importante.Ces manuels scolaires sont venus s’ajouterau curriculum et aux guides pour les enseignants déjà distribués par l’UNICEF.Des kits SchoolinaBox, kits récréatifs, et kits ECD ont également ete distribués et ont bénéficié a 15,000 enfants réfugiés ivoiriens. Des formations pour les enseignants ivoiriens ont été organisées par les ONG Save the Children, Plan International, IRC et Visions in Action. Il n’y a pas de cantines scolaires pour les enfants réfugiés ivoiriens alors que les écoles fonctionnant en double vacation reçoivent des repaspour les élèves libériens qui vont à l’école le matin. Aucun partenaire d’intervient dans le domaine de l’éducation secondairepour les refugies ivoiriens. L’éducation secondaire a été mentionnée à plusieurs reprises comme un des principaux gaps de la réponse humanitaire dans le secteur de l’éducation.LEMINISTERE DE L’EDUCATION DU LIBERIALe Ministère de l’Education du Liberia a fait preuve d’une très grande disponibilité visàvis de la délégation, notamment à travers l’organisation de plusieurs réunions au niveau central et de l’accompagnementde la délégation sur le terrain. Le Ministère du Liberia a exprimé sa disponibilité à intégrer les enfants ivoiriens dans les écoles libériennes (programme scolaire en anglais) pour les intégrer dans leur système scolaire et société. Pour le moment, les réfugiés ont exprimé une préférence pour des écoles séparées qui leur permettent de suivre le programme scolaire ivoirien. LA QUESTION DU RETOUR DES REFUGIES IVOIRIENS Informations reçues sur les intentions de retour… liées a la rentrée scolaire ivoirienneMalgré les réticences exprimées par le HCR Liberia et de la LRRRC concernant la visite sur le terrain, la délégation a été chaleureusement accueillie par tous les réfugiés ivoiriens rencontrés. De nombreux réfugiés ont confié à la délégation leur désir de rentrer en Côte d’Ivoire le plus rapidementpossible. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi ils ne rentraient pas des maintenant, la grande majorité des réfugiés a dit qu’ils avaient contacté le HCR pour connaitre les modalités du rapatriement dans le cadre de l’accord tripartite mais que soit ils n’avaient pas reçu de réponse, soit quele HCR leur a dit qu’il était trop tôt pour rentrer.De nombreux parents et enfants, à l’image des élèves du secondaire du camp de Bahn qui nous ontformellement lu une déclaration, souhaitent rentrer à temps pour la rentrée scolaire en Côte d’Ivoire. Ils disent cependant ne pas réussir à obtenir les informations qu’ils disent demander régulièrement au HCR.
Recommandations Aux membres du Groupe Sectoriel Education du Liberia Recenser le nombre d’élèves ivoiriens de niveau secondaire ainsi que les enseignants ivoiriens qualifiés pour enseigner au secondaire (minimum niveau licence) afin de mieux connaitre les paramètres de l’offre et de la demande pour le secondaire. Développer un canevas de suivi non seulement des effectifs élèves refugies et de la présence des enseignants, mais aussi de la progression des apprentissages, de l’organisation effective des évaluations des apprentissages, etc. Partager ASAP et largement avec les réfugiés toutes les informations relatives à leur rapatriement (notamment HCR, LRRRC, ONG gestionnaires des camps). Appuyer la dissémination des informations sur la situation de l’école en Côte d’Ivoire auprès des réfugiés (réintégration des élèves réfugiés, calendrier scolaire, etc.) Au Ministère de l’Education Nationale en Côte d’IvoireMettre à disposition des partenaires au Liberia un documenttype d’attestation de scolarité au Liberia, précisant le nombre de semaines de cours effectue,le relevé de note de l’élève, et toute autre information utile pour permettre aux enfants ivoiriens refugies de réintégrer l’école en Côte d’Ivoire tout au long de l’année scolaire 2011/2012.Mettre à disposition des partenaires au Liberia le calendrier scolaire ivoirien, y compris les dates des vacances scolaires et des compositions obligatoires. Mettre à disposition des partenaires au Liberia le guide de formation pour les enseignants bénévoles développé et utilise en Côte d’Ivoire, accompagne d’une noted’orientation indiquant les modules fondamentaux et les modules facultatifs. Identifier des formateurs du MEN qui pourraient aller dispenser la formation sur les modules destinés aux enseignants bénévoles aux ONGs de mise en œuvre au Liberia, pour qu’elles puissent démultiplier la formation auprès des enseignants ivoiriens réfugiés. Développer une note d’informations sur la réintégration des élèves réfugiés en Côte d’Ivoire: capacité d’accueil, facilites de réintégrer le système éducatif, etc.Effectuerdes missions périodiques (sur une base trimestrielle) pour s’assurer de la mise en œuvre des recommandations et évaluer les évolutions de la situation sur le terrain.Au Cluster Education en Côte d’Ivoire: Faire le suivi des recommandations de la mission Faciliter les échanges entre le MEN CI et le GSE Liberia
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi