On croyait tenir de grands noms Valéry Apolli naire Char Éluard Aragon Breton Ponge Que neau mais cette nouvelle approche de la poésie renverse la postérité et c'est Bernard Heidsieck

De
Publié par

64 LITTÉRATURE U n p o in t d 'a c tu On croyait tenir de grands noms : Valéry, Apolli-naire, Char, Éluard, Aragon, Breton, Ponge, Que-neau… mais cette nouvelle approche de la poésie renverse la postérité, et c'est Bernard Heidsieck, Julien Blaine, le « Mail Art », Joël Hubaut, Philippe Bootz et bien d'autres, qui sont les nouveaux pionniers d'une poésie « absente des dictionnaires, des manuels, des cours traitant de la poésie au XXe siècle » et qui s'oriente de plus en plus vers le multimédia. Foin des genres académiques ! Il y a désormais trois grandes tendances : la poésie visuelle, la poésie sonore et la poésie infor- matique. Ces trois nouveaux genres sont présentés dans un premier chapitre, intitulé « Comprendre », rédigé par les spécialistes en la matière, à la tête des revues poé- tiques de leur domaine : Philippe Castellin, Jean-Pierre Bobillot et Philippe Bootz, qui présentent dans l'ordre chronologique et avec une rigueur scientifique les poètes et les mouvements ayant marqué chaque décen- nie. Ces poètes, les auteurs du CD-Rom ne sont pas allés les chercher dans l'unique sphère francophone, mais partout dans le monde où l'innovation poétique a ému : chez les poètes anglo-saxons, norvégiens, les « concrets » brésiliens jusqu'au Japon, en passant par les pays de l'Est.

  • statut du lecteur, de l'auteur et du texte

  • cd rom

  • créations poétiques au xxe siècle

  • brève histoire

  • auteur

  • poésie visuelle

  • revers sur le statut de l'écrivain


Publié le : mardi 19 juin 2012
Lecture(s) : 96
Source : cndp.fr
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Littérature CRÉATIONS POÉTIQUES e AU XXSIÈCLE
Caroline d’Atabekian
LES DOSSIERS DE L’INGÉNIERIE ÉDUCATIVE
Références Créations poétiques au e XXsiècle, CD-Rom Mac-PC, CRDP de Grenoble, collection « Banques pédago-giques ».
64LITTÉRATURE
À la fois histoire et anthologie e de la poésie duXXsiècle, bibliographie et recueil d'activités pour la classe, le CD-RomCréations poétiques au e XXsièclerécrit l'histoire de la poésie moderne en lui restituant cette part d'elle-même qui exploite l'image, le son et les technologies et qui, méconnue du grand public, jouit pourtant d'une grande vitalité et d'une étonnante diversité.
Cyrille Bret,Punition, poésie visuelle.
n croyait tenir de grands noms: Valéry, Apolli-poéOsie renverse la postérité, et c'est Bernard Heidsieck, naire, Char, Éluard, Aragon, Breton, Ponge, Que-neau… mais cette nouvelle approche de la Julien Blaine, le « Mail Art », Joël Hubaut, Philippe Bootz et bien d'autres, qui sont les nouveaux pionniers d'une poésie« absente des dictionnaires, des manuels, des e cours traitant de la poésie auXXsiècle »et qui s'oriente de plus en plus vers le multimédia. Foin des genres académiques !Il y a désormais trois grandes tendances: la poésie visuelle, la poésie sonore et la poésie infor-matique. Ces trois nouveaux genres sont présentés dans un premier chapitre, intitulé « Comprendre », rédigé par les spécialistes en la matière, à la tête des revues poé-tiques de leur domaine: Philippe Castellin, Jean-Pierre Bobillot et Philippe Bootz, qui présentent dans l'ordre chronologique et avec une rigueur scientifique les poètes et les mouvements ayant marqué chaque décen-nie. Ces poètes, les auteurs du CD-Rom ne sont pas allés les chercher dans l'unique sphère francophone, mais partout dans le monde où l'innovation poétique a ému: chez les poètes anglo-saxons, norvégiens, les « concrets » brésiliens jusqu'au Japon, en passant par les pays de l'Est.
Poésie visuelle Mettant« en œuvre, outre les éléments verbaux tradi-tionnels[...], des signifiants visuels de nature variée, plastiques ou iconiques », constituants directs et posi-tifs du sens, la poésie visuelle a quelques pionniers bien connus: Apollinaire avec sesCalligrammes, Lewis Carroll et laQueue de souris, ou encore lesCoups de désde Mallarmé. On connaît moins le mouvement international de « poésie concrète » qui s'en démarque, fondé par Eugen Gomringer en Norvège avec, en 1953, leManifest för Konkret Poesie, qui refuse toute forme de lyrisme et pro-meut une réduction de la langue à ses composantes matérielles élémentaires. Le mouvement fait des émules au Brésil, en Autriche, en France, en Angleterre puis s'affirme dans les années 50 en relation avec les mouvements artistiques ou intel-lectuels :le Bauhaus en Allemagne, puis plus tard, le structuralisme. Ses nouveaux auteurs: Augusto de Cam-
pos, Max Bense, Rhum, Bernard Heidsieck, François Dufrêne, Henri Chopin… Les années 60 vont s'en séparer en introduisant du visuel :l'image – photographie,«icônes recyclées, pré-levées dans l'univers de magazines » –provoque un schisme entre partisans de la poésie concrète et de la poésie visuelle, les premiers voyant un danger dans la polysémie incontrôlable de l'image, et particulièrement d'une image porteuse d'une« "pop" culture, en train alors de s'élaborer à la confluence de la télévision, du cinéma, de l'industrie du disque et de la bande dessi-». née Puis vient l'âge d'or des années 70: la poésie « visuelle » se risque« hors les pages, à investir les affiches, stickers; logos et espaces urbains[...], à s'ex-poser dans les galeries et même, bientôt, à flirter avec les arts plastiques et les pratiques d'installationin situ…»,et la poésie devient spectacle vivant. C'est ici qu'elle rejoint la poésie sonore…
Poésie sonore « Mettant en jeu la voix et recourant à un outillage électroacoustique qui peut aller du simple microphone [...]à l'utilisation créatrice du magnétophone avec inter-vention directe sur la bande[...]voire à l'informatique et au séquenceur », la poésie sonore se publie sur les nouveaux supports: disque vinyle, bande magnétique, cassette audio, vidéo, puis CD-Rom… Ce sont alors les soirées « poésie ouverte » avec Dufrêne, Luca, Gysin, Filliou… puis les festivals et autres manifestations publiques. Certains courants débouchent même sur une poésie« phonatoire[...]alliant les techniques les plus sophistiquées de la composition électroacoustique aux tentatives les plus audacieuses en matière d'ex-périmentation phono-somatique », incarnée par Chopin et dont Artaud figure comme pionnier avec Pierre Albert-Birot, Raoul Haussmann…
Poésie informatique
Chapitre le plus spectaculaire du CD-Rom, celui sur la poésie informatique ou « électronique » s'ouvre sur une brèveHistoire du numériquesignée par Jacques Don-guy, qui donne les principaux temps forts de l'impact des technologies sur l'écriture littéraire: c'est, en 1959, le
Julien d’Abrigeon,Bigbang, poème animé et sonore en anglais.
« clonage » du romanLe Châteaude Kafka par un élève de Max Bense, pour fabriquer un « auto-poem »; ou encore, l'exposition « Les Immatériaux », à Beaubourg, en 1985, avec les générateurs de haïkus de Jean-Pierre Balpe (bien que les premiers générateurs automatiques de haïkus soient apparus en 1964,«à partir de listings de vocabulaire et de structures grammaticales », à la même époque que le célèbre poème combinatoire I am that I am, de Brion Gysin). La poésie informatique se décline selon trois para-digmes :l'hypertexte, rapidement repoussé vers les genres narratifs pour lesquels il semble mieux adapté; le multimédia, dans lequel le texte est mis en scène avec image et son;l'interactivité, qui remet en question à la fois le statut du lecteur, de l'auteur et du texte. Si la figure la plus marquante de l'écriture générative en France est Jean-Pierre Balpe, les pionniers de la com-binatoire par permutation de mots ou de syntagmes s'appuient sur les œuvres de Brion Gysin et, en France, de l'OuLiPo. Revers sur le statut de l'écrivain, celui-ci n'est plus l'auteur d'un texte mais d'un programme organisant un modèle de combinaisons lexicales ou syntaxiques. Le texte lui-même n'est plus un ensemble stable, mais« le résultat d'un calcul (réalisé par l'ordi-nateur) qui porte sur un modèle conçu par l'auteur ». Ainsi le texte produit par le programme, différent à
LITTÉRATURE65
Le chapitre « Découvrir » présente chaque poète par une courte biographie, une interview et quelques œuvres. Ici, Pilote le hot, poète « sonore ».
« ... le Mail Art, qui intéressera sans doute les enseignants travaillant sur le genre épistolaire… »
66LITTÉRATURE
chaque utilisation, échappe à l'auteur, au risque d'abou-tir à des résultats douteux: témoin cet épisode autour du générateurLa Machine à écrirede Jean Baudot qui « a donné lieu à une épopée judiciaire à Montréal, les textes produits étant contraires aux bonnes mœurs de l'époque. Un avocat avait alors suggéré de mettre l'or-dinateur en prison ». Les années 80 sont celles des premiers regroupe-ments de poètes autour de revues et de théories qui vont diverger de plus en plus jusqu'à faire émerger des mouvements génériques clairement marqués. En 1981, plusieurs membres de l'OuLiPo, dont Jacques Roubaud et Mario Borillo, créent l'Alamo (Atelier de littérature assistée par la mathématique et les ordinateurs), pre-mier groupe spécifiquement tourné vers la littérature informatique et particulièrement la génération auto-matique de textes; une seconde tendance, plus orien-tée vers le multimédia et la lecture sur écran, se forme autour du groupe LAIRE (Lecture, art, innovation, recherche, écriture), impulsé en 1994 par Philippe Bootz et Tibor Papp, qui se fonde sur l'animation syn-taxique et interactive de textes grâce au multimédia. Ainsi, avec l'interactivité,« le lecteur est considéré comme une composante du dispositif technique du poème ».Le groupe est à l’origine de la revue électro-niquealire, fondée en janvier 1989, d'abord livrée sur disquette et dont une partie des œuvres est reproduite dans le CD-Rom, sous le titreSalon de lecture.
À la découverte d’une littérature contemporaine e Créations poétiques auXXsièclen'est pas seulement une histoire révolutionnaire de la poésie: c'est aussi, et surtout, un outil à l'intention des enseignants et de
leurs élèves, qui invite à découvrir les œuvres et les auteurs et à prolonger cette découverte dans la poésie contemporaine, sur le Web ou à travers revues et mani-festations. Ainsi, ce ne sont pas moins de cinquante poètes de toutes tendances qui sont présentés, repro-duction de leurs œuvres à la clé, dans le chapitre « Découvrir ». On oubliera ainsi le temps en plongeant dansL'HorlogeouLe Passage(du coq à l'âne) d'Alis, leLabylogueet lesTrajectoiresde Jean-Pierre Balpe, les Variations sur la série des Ude Philippe Bootz, on se perdra dans les pièges deL'Orphée aphonede Pierre-Henri Burgaud, dans les scansions deIam that I amde Brion Gysin… Les plus aventureux pourront s'essayer, avec leurs élèves, à découvrir Pilote le hot récitantY a pas d'dimanche. Les prolongements du chapitre « S'informer » invitent à partir à la découverte des courants actuels de ces poésies d'un nouveau genre, et à suivre le récent mou-vement créé par Alexandre Gherban, Tibor Papp et Phi-lippe Bootz, « Transitoire observable », qui réaffirme la spécificité d'un art programmé.
Des activités pour la classe
Inspiré par les diverses formes à contraintes pratiquées par les poètes, du désormais classique OuLiPo avec ses cadavres exquis à la composition aléatoire en pas-sant par le caviardage, le Mail Art (qui intéressera sans doute les enseignants travaillant sur le genre épisto-laire), le poème à vers algorithmique et bien d'autres, le chapitre « Pratiquer » propose une série d'activités poétiques à mener dans le cadre d'un travail d'écriture en classe, exemples à l'appui. Mais le CD-Rom lui-même est une mine où il fera bon simplement s'égarer avec ses élèves. Faut-il parler de son ergonomie? On est d'abord frappé par un gra-phisme très travaillé qui fait de l'interface elle-même une véritable œuvre numérique. Malgré cela, une navigation extrêmement confortable et simple permet de retrou-ver ses marques à tout moment dans ce CD-Rom « poli » qui demande toujours avant d'agir (changer ou pas la résolution de l'écran?...) et que l'on ouvre ou quitte sans passer par des myriades de génériques. Un vrai bonheur.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.