Où S'INITIER ET SE PERfECTIONNER AUx MUSIQUES ...

Publié par

  • cours - matière potentielle : instrumentaux en musiques actuelles
  • cours - matière potentielle : individuels
  • cours - matière potentielle : particuliers
  • cours - matière potentielle : théoriques
  • cours - matière potentielle : instruments
14 Où S'INITIER ET SE PERfECTIONNER AUx MUSIQUES ACTUELLES EN AQUITAINE ? En Aquitaine, deux conservatoires (CRR Bordeaux, CRD Landes) proposent des cursus d'apprentissage en musiques actuelles, avec une offre de parcours diplômant. Parallèlement, au moins une vingtaine de structures associatives, de type « rock school » ou assimilée, dispense des formations à la pratique instrumentale et de groupe. Une offre d'apprentissage diversifiée / / G ironde La Rock School Barbey à Bordeaux a été un des rares lieux en France à proposer dès 1988 l'apprentissage des musiques actuelles.
  • rock school
  • accueille environ 200 élèves
  • notamment parmi celles proposant
  • cinquantaine d'élèves pour l'apprentissage en musiques actuelles
  • département d'enseignement musical dans l'hypothèse de poursuite de réhabilitation du site des anciens abattoirs
  • école municipale de musique et de danse des actions de formation aux musiques amplifiées
  • éveil musical
  • eveil musical
  • musiques actuelles
  • musique actuelle
  • musiques actuel
  • jazz
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 28
Source : cesr-aquitaine.fr
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
OÙ S’INITIER ET SE PERFECTIONNER AUX MUSIQUES ACTUELLES EN AQUITAINE ?
En Aquitaine, deux conservatoires (CRR Bordeaux, CRD Landes) proposent des cursus d’apprentissage en musiques actuelles, avec une offre de parcours diplômant. Parallèlement, au moins une vingtaine de structures associatives, de type «rock school» ou assimilée, dispense des formations à la pratique instrumentale et de groupe.
Une offre d’apprentissage diversifiée / /G i r o n d e
LaRock School Barbey àBordeaux a été un des rares lieux en France à proposer dès 1988 l’apprentissage des musiques actuelles. A l’origine, cela n’allait pas sans susciter quelque méfiance, certains parents assimilant la culture rock à des formes de déviance (rock=drogue). Les craintes initiales se sont estompées depuis. Aujourd’hui, l’établissement accueille 400 élèves dès l’âge de 6 ans, dont un quart d’enfants, une moitié d’adolescents (12-18 ans) et jusqu’aux plus âgés. Elle fonctionne à plein temps, étant amenée chaque année à refuser des inscriptions (150 à 200). Elle propose un apprentissage de plusieurs instruments (guitare, batterie, basse, chant, clavier, saxophone, percussions, deejaying). L’associationAREMA-Rock et Chanson(Talence, Gironde), créée il y a 25 ans, a développé une activité de formation aux musiques actuelles (chant, guitare, basse, batterie, clavier) qui mobilise actuellement 7 enseignants. Cette école accueille 280 élèves et propose un apprentissage qui privilégie la pratique collective, notamment sous forme d’ateliers mêlant des élèves de plusieurs niveaux et d’âges différents. La rock schoolRock’in Buchde La Teste est une antenne de la Rock school de Bordeaux. Elle propose un apprentissage de la batterie, de la guitare, de la basse et du chant, dispensé par 4 professeurs, complété par des formules d’accès à des ateliers. Cette école a enregistré une forte progression du nombre d’élèves, signe d’une demande sociale importante sur ce territoire. LeCentre d’Information et d’Activités Musicales (CIAM, Bordeaux) propose un éventail de formations pour amateurs dès l’âge de 7 ans (une centaine
14
d’élèves) dans le champ des musiques rock, sous forme de cours individuels (chant, guitare, basse, batterie, percussions, flûte, saxophones…) et collectifs (une trentaine d’ensembles funk, blues, métal, rock, pop, jazz, manouche, vocal…). Le CIAM, qui développe parallèlement un important volet de formation professionnelle, mobilise une trentaine d’enseignants. L’Institut Régional d’Expression Musicale (IREM, Bordeaux) dispense également des cours particuliers (guitare, basse, piano, batterie, chant, saxophone, DJ, musique assistée par ordinateur…) et des formules en ateliers (par genres musicaux, hip-hop et jazz notamment) à près de 250 élèves (pour la plupart issus de l’agglomération, dont 24 en formation professionnelle). Le cabinet musical du Docteur Larsène(« écoledes musiques électriques») implanté à Bègles depuis 1991, avant tout local de répétition, propose également des cours d’instruments (batterie, guitare, basse, percussions, chant, clavier, saxophone, MAO…) et de hip-hop, également basés sur le jeu de groupe, pour 150 à 200 usagers et intervient également en milieu scolaire (collèges et lycées). A Blanquefort,l’ABCco-anime avec l’école municipale de musique et de danse des actions de formation aux musiques amplifiées. Cette association accueille près de 90 élèves (ateliers guitare, basse, hip-hop…). Depuis le début des années 1990, cette Maison des Jeunes et de la Culture a pris en compte la demande aussi bien en matière d’apprentissage que de répétition (une vingtaine de groupes) et de diffusion. A Libourne, l’associationRythm & Grooveun enseignement en propose batterie, guitare, basse et percussions (+ éveil musical). Elle accueille environ 200 élèves.
15
/ /L a n d e s
LeConservatoire de musique des Landesest l’établissement le plus résolument engagé dans la voie classique d’enseignement de la pratique des musiques actuelles amplifiées.Il accueille un peu plus de 2 000 élèves au total, dont 10 % fréquentant les cours théoriques et pratiques consacrés aux musiques actuelles (140 adolescents et 60 adultes). Il mobilise 18 professeurs auxquels s’ajoutent des enseignants contractuels ou vacataires. À l’issue des formations, la plupart des élèves se dirigent vers la pratique amateur et, pour certains, professionnelle. Le Conservatoire des Landes travaille en étroite relation avec d’autres structures impliquées dans les musiques actuelles sur le territoire. Par ses activités, il participe à l’animation culturelle du territoire. Il dispose d’une dizaine d’antennes réparties sur le département. Il est géré par un syndicat mixte qui rassemble une soixantaine de collectivités landaises. A partir de 2011, le Conservatoire des Landes devrait intégrer le tout nouveau centre de musique de Saint-Vincent-de-Tyrosse, qui accueillera également l’association Landes Musiques Amplifiées et un CAEM, avec plusieurs salles et studios dédiés aux musiques actuelles et un auditorium de 150 places.La rock school du Café MusicMont-de-Marsan, gérée par l’Association Montoise à d’Animation Culturelle, accueille aujourd’hui plus de 300 élèves de 8 ans à 50 ans voire plus. Elle propose des formules d’apprentissage en guitare, basse, batterie, clavier et chant. Cette école présente la particularité de faire aussi office de maison des jeunes et de la culture.
/ /D o r d o g n e
La rock school du Rocksane, située à Bergerac et animée par l’association Overlook, participe au réseau «rock school» régional et au RAMA. Elle propose depuis une dizaine d’années un apprentissage instrumental (guitare, basse, batterie, clavier) et une pratique en groupe, mais aussi des master-classes. Elle compte 220 adhérents. L’école municipale demusique Britten (Périgueux)offre une formation de perfectionnement dans le champ des musiques improvisées.L’Institut des Musiques Rock, association créée en 1998, propose des cours individuels ou collectifs d’instruments assurés par une douzaine de professeurs (chant, guitare électrique, guitare folk, guitare classique, basse, batterie, percussions, claviers, saxophone, trompette, éveil musical et flûte traversière) pour plus de 200 élèves.
16
/ /L o t - e t - G a r o n n e
L’Association pour le Développement de l’Expression Musicale (ADEM) d’Agen, intégrée au Florida, scène labellisée de musiques actuelles, accueille environ 200 élèves en apprentissage musical chaque année. Le projet pédagogique retenu vise à favoriser le jeu collectif et propose des formules d’ateliers. A Astaffort, l’association «Voix du Sud» propose des stages de formations dans le registre de la chanson française pour de jeunes artistes. L’ACMA située au Mas d’Agenais reçoitune cinquantaine d’élèves pour l’apprentissage en musiques actuelles (batterie, clavier, guitare, basse). Cette association, qui existe depuis une vingtaine d’années, travaille actuellement à un projet plus ambitieux non limité au seul volet de l’enseignement mais intégrant tout un volet d’accompagnement. A noter quele conservatoire municipal de musique et de danse de Marmandepropose depuis peu des cours instrumentaux en musiques actuelles et jazz.
/ /P y r é n é e s - A t l a n t i q u e s
L’espace de formation et d’enseignement musical de l’association Lanetik Egina d’Hendayepropose des formations individuelles ou collectives (dont ateliers) dispensées par une douzaine de professeurs pour 150 élèves. A Biarritz, la scène de l’Atabal a mis en place depuis 3 ans une école « rock » (cours de guitare, basse, batterie, chant, clavier), dont une classe d’éveil musical (pour les 5-10 ans) accueillant 150 élèves. L’association l’Ampli à Pau-Billère, qui gère principalement un lieu de diffusion, envisage de développer un département d’enseignement musical dans l’hypothèse de poursuite de réhabilitation du site des anciens abattoirs. D’autres associations locales (ex : L’Agora) proposent des formules d’apprentissage musical individuel ou collectif.
17
Accompagnement et répétition :  lespremiers pas  versle projet artistique
Les musiciens et groupes utilisant des locaux ou services de répétition sont essentiellement des pratiquants amateurs (90%), c’est-à-dire des personnes jouant avant tout par plaisir. Pour la moitié d’entre eux, la répétition est la finalité de leur pratique. Pour d’autres, c’est la recherche du contact avec la scène ou un public, ou bien encore l’enregistrement d’un disque dans une démarche quasi-professionnelle. Seuls 5% à 10% de ces musiciens ou groupes sont engagés dans une démarche professionnelle plus poussée, avec un véritable projet artistique. Les publics en répétition sont donc variés : amateurs débutants, amateurs diffusés ayant une démarche artistique, groupes en voie de professionnalisation et professionnels au sens plein du terme.
En Aquitaine, plusieurs structures offrent des lieux de répétition et services d’accompagnement, notamment parmi celles proposant déjà des formules d’apprentissage. C’est notamment le cas pour :
18
>l’Institut des Musiques Rock (IMR) ou leRéserve »,« Sans Le Rocksane en Dordogne,
>Rock et Chanson, Rock School Barbey, Transrock, AREMA CIAM, IREM, Musique au Pluriel, cabinet du Docteur Larsène, Lucane musique, Rock in Buch en Gironde,
> LandesMusiques Amplifiées, le Café Music, la Locomotive dans les Landes,
>Florida, l’association Voix du Sud et l’association After Le Before en Lot-et-Garonne,
>L’Ampli, l’Atabal et la rock school d’Anglet en Pyrénées-Atlantiques,
>cela, il faut aussi ajouter le rôle particulier du Carrefour A Aquitain des Musiques et Danses Traditionnelles, de l’Institut Culturel Basque et de l’Institut Occitan pour les artistes ou groupes de musiques traditionnelles.
Le saviez-vous ? En Aquitaine, l’équipe du Krakatoa a conçu un« kitadministratif de survie en milieu culturel», ou« Mallette », destiné à aider les groupes ou artistes dans leurs démarches. Cet outil, d’abord déployé en Aqui-taine, est désormais diffusé au niveau national et dispose d’un site internethttp://www.lamallette.org.
19
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.