Ouverture des assises

De
Publié par

  • leçon - matière potentielle : vie
27 novembre 2007 – Théâtre municipal de Calais Lecture et déficiences visuelles SYNTHESE
  • présentation de l'ecole régionale
  • confort d'usage de la bibliothèque universitaire
  • accessibilité
  • déficience visuelle
  • handicap visuel
  • qualité
  • qualités
  • lectures
  • lecture
  • enfant
  • enfants
  • personnes
  • personne
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 127
Source : medialille.formation.univ-lille3.fr
Nombre de pages : 53
Voir plus Voir moins






27 novembre 2007 – Théâtre municipal de Calais













Lecture et déficiences
visuelles








SYNTHESE









































Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 2

Sommaire

Ouverture ............................................................................................................................................ 4
Voir avec difficulté, ne pas voir du tout............................................................................................ 7
« J’arrive où je suis étranger » ...........................................................................................................7
Biographie de Jacques Sémelin ......................................................................................................7
Lecture d’extraits du livre de Jacques Sémelin................................................................................8
Présentation de l’Ecole régionale pour déficients visuels (ERDV) de Loos.......................................9
L’ERDV.............9
Les différents types de malvoyance ................................................................................................9
nts acteurs au sein de l’ERDV ........................................................................................9
L’apprentissage du braille..............................................................................................................10
L’unité d’adaptation et de transcription en braille de l’ERDV .........................................................10
La fréquentation des lieux culturels ...............................................................................................11
L’adaptation des personnes atteintes de handicap visuel à l’environnement ..................................11
Echanges avec la salle.....................................................................................................................13
La mise en oeuvre de projets : les partenaires institutionnels.................................................... 14
Organisation de la MDPH14
L’attribution des prestations par la MDPH .....................................................................................16
La procédure de dépôt d’une demande de PCH ...........................................................................16
L'accessibilité des déficients visuels en bibliothèques ............................................................... 18
L’accessibilité dans tous les domaines..........................................................................................18
Des chiffres sur le handicap visuel ................................................................................................18
La politique du ministère de la Culture en faveur de l’accessibilité................................................18
Les moyens concrets pour rendre une bibliothèque accessible aux déficients visuels..................19
Mise en œuvre de l’accessibilité à la Bibliothèque Publique d’Information (BPI)...........................19
Echanges avec la salle ...........................................................................................................................20
Les services et l’offre documentaire en bibliothèques : présentation de différentes
réalisations........................................................................................................................................ 23
L’accessibilité du cadre bâti et le confort d’usage de la bibliothèque universitaire de Caen, section
sciences.............23
Les caractéristiques du bâtiment ...................................................................................................23
L’éclairage, la signalétique ............................................................................................................24
La mobilité générale et le confort d’usage .....................................................................................24
Autres éléments d’ergonomie et évaluation du bâtiment ...............................................................25
Associer des groupes de personnes handicapées pour identifier leurs besoins (cas de la
construction de la bibliothèque Floresca Guépin de Nantes)...........................................................26
Une phase d’étude accompagnée par la mission handicap...........................................................26
Recrutement du personnel et construction du partenariat .............................................................26
Accessibilité du bâtiment ...............................................................................................................27
Equipements spécifiques pour déficients visuels...........................................................................27
Le multimédia (cas de la médiathèque municipale Lucien Herr de Saint-Jacques de la Lande).....28
Le pôle Borgès, lecture et malvoyance..........................................................................................28
Le format DAISY............................................................................................................................28
e 18 édition du prix ado Prix Ados Rennes / Ille-et-Vilaine..............................................................28
Le service CéciWeb de la Bibliothèque municipale de Lille. ............................................................29
Historique et services proposés.....................................................................................................29
Le public ........................................................................................................................................30
Lieux de résidence (en pourcentage) ............................................................................................30
Les logiciels....31
L’accessibilité numérique...............................................................................................................31
Références.....33
Echanges avec la salle.....................................................................................................................34



Calais – 27 novembre 2007 ™






Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 3

Les initiatives pionnières dans le domaine de l’édition adaptée................................................. 35
Réalisation d’ouvrages destinés au prêt par l’Association Bibliothèque braille enfantine................35
La librairie en ligne : lire en tout sens ...............................................................................................36
La bibliothèque numérique Boulogne-Billancourt, un accès adapté à l’édition................................38
Historique numérique de la bibliothèque de Boulogne-Billancourt38
La bibliothèque numérique pour le handicap.................................................................................38
Spécificités de la BnH....................................................................................................................38
Schéma de fonctionnement...........................................................................................................39
Une étude des réactions à domicile des lecteurs utilisateurs de la BnH........................................39
Les perspectives............................................................................................................................39
Les modalités de fonctionnement ..................................................................................................39
Echanges avec la salle.....................................................................................................................40
Conclusion de la journée................................................................................................................. 41
Annexes............................................................................................................................................. 43
L’accessibilité du cadre bâti et le confort d’usage de la bibliothèque universitaire de Caen, section
sciences.............43
Retour sur l’empêchement de Mme Sophie Massieu.......................................................................45
Bibliographie (Non exhaustive).........................................................................................................46
Sitographie (Non exhaustive) ...........................................................................................................47
Prestataires (Non exhaustive) ..........................................................................................................50
SIGLES............... 52

Intervenants

Gisèle COCQUERELLE................................................................................................................ 4
Odile CHOPIN .............................................................................................................................. 5
Christian DEFRANCE..... 7
Jocelyne WASSELIN...................................................................................................................... 7
Philippe PELTIER......................................................................................................................... 8
Didier DOSQUET ......................................................................................................................... 9
Béatrice SORIANO....... 10
Claude MURIGNIEUX.. 11
François-Xavier DEBRABANT ................................................................................................... 14
Camille DEGEZ .......................................................................................................................... 18
Ramatoulaye FOFANA-SEVESTRE............................................................................................ 19 23
Annie HELOT .............................................................................................................................. 23
Anne LEMOINE........................................................................................................................... 26
Françoise SARNOWSKI .............................................................................................................. 28
Isabelle WESTEEL ...................................................................................................................... 29
Camille DEGEZ........ 35
Sylvie FIEVET ............................................................................................................................. 35
Benjamin HALBERSTADT .......................................................................................................... 36
Alain PATEZ............ 38
Catherine CRÉPIN....... 41
Caroline DECONINCK............................................................................................................... 42
Nota : ce document est une synthèse des interventions et des échanges. Les propos ne sont
pas repris dans leur intégralité mais condensés.


Calais – 27 novembre 2007 Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 4

Ouverture
GISÈLE COCQUERELLE
Adjointe à la culture, mairie de Calais
Monsieur le représentant du Conseil général, madame la représentante de la Direction régionale des
affaires culturelles (DRAC), mesdames, messieurs, je voudrais excuser monsieur le maire qui souhaitait
être présent ce matin puisqu’il s’intéresse beaucoup à cette question, mais il est malheureusement
retenu. Il m’a confié la responsabilité de vous souhaiter la bienvenue.

Bienvenue au théâtre de Calais, un édifice témoignant de manière spectaculaire de la richesse
edentellière de la ville, à la fin du 19 Siècle, époque où la ville était sillonnée d’usine de dentelles, et où
l’on avait également fait la commande à Rodin des Bourgeois. La médiathèque que vous visiterez cet
après midi est construite dans une de ces anciennes usines de dentelles. C’est notre façon d’utiliser les
friches industrielles.

Je remercie les organisateurs d’avoir fait le choix de Calais, ville où le développement de la lecture
publique est au centre du projet culturel. La médiathèque a vu le jour dès les années 80, accompagnée
de bibliobus, puis adjointe d’une annexe. Pourtant le développement de la lecture n’est pas installé une
fois pour toutes : régulièrement, il faut sur le métier remettre son ouvrage, d’où le lancement du « contrat
ville lecture » en partenariat avec la DRAC.

Quels sont les publics visés, enfants, adultes, déficients visuels ? Sont-ils touchés de manière
particulière ? Cette journée d’étude s’adresse particulièrement aux personnes déficientes visuelles. J’ai
assisté à la dégradation des capacités visuelles de ma mère en fin de vie. C’était une lectrice assidue, et
j’ai ressenti sa douleur de vivre la fin sans livres.

C’est pour cela qu’il est d’un grand intérêt de réfléchir aux moyens d’associer lecture et déficience
visuelle, chez la personne âgée comme chez le jeune. Des efforts généreux et louables sont déjà
réalisés par l’association « les donneurs de voix » à Calais ou par la prise en charge des jeunes au sein
de l’école Boris Vian pour l’apprentissage à la lecture. Autrefois, les moyens (braille, systèmes audio…)
étaient limités mais la révolution technique depuis quelques années permet d’agir plus efficacement.
C’est un moment bien choisi pour cette journée d’étude.


Martial HERBERT
Président de la commission enseignement, culture
Conseil Général du Pas-de-Calais

Je représente Thérèse Guilbert, vice-présidente chargée de la culture au conseil général. Le
département du Pas-de-Calais est fortement impliqué dans la lecture publique puisque cette
compétence nous est dévolue. L’Etat et le conseil général du Pas-de-Calais sont engagés dans une
réflexion sur l’évolution de la lecture publique dans notre ville, dans notre département.



Calais – 27 novembre 2007 Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 5

La pratique de la lecture est un plaisir à partager qui procure des satisfactions. Comment élargir le public
qui y a accès ? Dans un département de plus d’1,5 million d’habitants, comment permettre à tous
d’accéder à la lecture ? Les lieux de proximité et les nouvelles technologies permettant la lecture en
ligne se développent. Des adaptations existent pour les personnes en difficulté vis-à-vis de la lecture.

Le plan de développement de la lecture du Département, en place depuis 3 ans, prévoit des aides pour
une deuxième médiathèque sur le littoral, ainsi qu’une aide pour une association dirigée vers la petite
enfance. En plus de cette dynamique, des critères incitatifs accélèrent le développement,
particulièrement dans l’outillage pour l’informatisation des bibliothèques. Une ligne budgétaire permet de
cofinancer le matériel spécifique (agrandisseur de caractères, synthèse vocale, interface terminal
braille).

L’engagement du conseil général, en partenariat très étroit avec la DRAC, est d’organiser la
concertation pour développer la complémentarité de l’aide apportée aux communes, et de collaborer
avec les structures culturelles, éducatives et sociales dans le but de développer la lecture afin de
renforcer l’égalité et la solidarité dans le département.

Aujourd’hui, notre réflexion de solidarité s’adresse au handicap visuel en particulier et Calais a le mérite
d’engager la réflexion sur l’accessibilité à la lecture pour tous les publics.

Les autres partenaires reconnus dans la région, outre la DRAC, sont l’association Bib-op (une structure
coopérative de bibliothèques concernant l’informatique documentaire et les nouvelles technologies) et le
centre MédiaLille (Centre Régional de Formation aux Carrières des Bibliothèques).

L’intérêt que nous estimons devoir retirer d’une telle journée est la définition de réflexions communes à
remonter aux institutions de l’Etat. L’orientation des politiques vers des réponses concrètes à des
problèmes précis demande la remontée de besoins précis. L’ensemble des réseaux de médiathèques et
de bibliothèques doit être performant, ouvert, engagé vers cette réflexion d’une lecture partagée par
l’ensemble des citoyens du département.
ODILE CHOPIN
Conseillère livres et lecture, DRAC Nord - Pas-de-Calais
La loi sur le handicap votée en 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la
citoyenneté des personnes handicapées » rompt avec la tradition de la charité pour concrétiser un
principe fort affirmant l’égalité des droits pour tous. L’accès à la culture fait partie de ces droits, c’est un
engagement du ministère de la Culture dont la mission est de rendre les œuvres accessibles à tous.
Une politique d’accessibilité pour le plus grand nombre doit être pensée de manière précise pour chacun
des besoins des publics différenciés (et non pas pour un public abstrait). Il ne faut pas agir pour les
personnes, mais avec elles et en concertation, comme aujourd’hui : c’est une collègue bibliothécaire de
l’antenne de la BDP de Wimereux qui a été à l’initiative de cette journée, je l’en remercie vivement.

Toute la conception de l’offre de lecture doit être conçue avec pour objectif de permettre l’accessibilité :
le cadre bâti, la signalétique, le site informatique, l’accès à l’animation. L’amélioration de l’offre à
l’intention des personnes souffrant de handicap visuel développera un confort d’usage pour l’ensemble
des usagers de la lecture.


Calais – 27 novembre 2007 Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 6

Cette journée accueille des bibliothécaires de différents établissements, des lycéens étudiant la
lunetterie, des représentants d’associations de personnes déficientes visuelles ou des représentants
d’institutions. Merci à la ville de Calais, au Conseil Général et à l’équipe de direction la lecture publique
du département du Pas de Calais de nous recevoir. L’association Bib-op et le centre MédiaLille se sont
aussi beaucoup investis dans la préparation de cette journée : pour avancer sur ces questions, la
coopération et la formation sont décisives. Merci à tous les intervenants pour ce partage d’expériences
et de connaissances dont l’objectif à terme est la mise en œuvre en œuvre en région d’une politique
innovante d’accessibilité à la lecture pour l’ensemble des publics rencontrant des difficultés visuelles.



Calais – 27 novembre 2007 Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 7

Voir avec difficulté, ne pas voir du tout
CHRISTIAN DEFRANCE
Echos du Pas-de-Calais
Animateur

Le premier axe de réflexion, « voir avec difficulté, ne pas voir du tout » abordera les questions
suivantes : comment les personnes atteintes de handicap visuel perçoivent-elles l’environnement ?
Quels sens et quelles compétences ces personnes, mal ou non voyantes, doivent-elles mobiliser pour
accéder à l’écrit ? Comment les enfants affectés de déficience visuelle apprennent-ils à lire et écrire ?
« J’arrive où je suis étranger »
Biographie de Jacques Sémelin
JOCELYNE WASSELIN
Assistante de conservation, Antenne littorale de la médiathèque départementale du Pas de Calais
A 16 ans, Jacques Sémelin apprend lors d’une banale visite médicale scolaire qu’il souffre d’une
maladie de la rétine qui le rendra un jour aveugle. Face à ce mauvais sort, l’adolescent gardera le
silence et refusera la réalité. Animé par une rage de vaincre, il mobilise ses forces et ses capacités
intellectuelles pour conjurer la baisse de ses capacités visuelles. Il étudie le comportement humain,
rejoint des équipes de chercheurs sur les mouvements non-violents de résistance civile pendant la
seconde guerre mondiale et dans les pays de l’Europe de l’Est. Sa rencontre avec Lydie, qui deviendra
sa femme, l’aide à traverser des périodes de doute et de joie et verra la naissance de 2 filles. Harvard lui
offre une bourse pour rejoindre une équipe de chercheurs travaillant sur la stratégie de la non-violence.
Les Etats-Unis vont alors lui donner la possibilité de découvrir les nouvelles technologies (vidéo
agrandisseur, synthèse vocale) et des associations d’aide aux personnes déficientes visuelles. Rattrapé
par l’Histoire, la chute du mur de Berlin, les révolutions colorées des différents pays du bloc de l’Est
confirment ses théories et l’aident, à son retour en France, à obtenir un poste de directeur de recherche
au CNRS, et d’enseignant à Sciences Po.
Sa rage de vaincre a eu raison du monde très compétitif des chercheurs. Il est aujourd’hui l’auteur de
plusieurs ouvrages, traduits en plusieurs langues.
30 ans après, Jacques Sémelin a pris pied dans les contrées lointaines de la grisaille. Il est apaisé et
peut témoigner de ce parcours, contraint et forcé, mais exceptionnel. Pourtant il se sent vivant,
appartenant toujours à 2 mondes, celui d’où il vient (la vision et les couleurs) celui où il est arrivé, le
monde du gris, du toucher et de la voix, le monde « des mirauds ».

1C’est une lecture par Pascal Parsat , intense et forte. C’est une vraie leçon de vie. J’ai été profondément
émue par certains chapitres comme ceux où il parle de ses filles et des papas qui ne voient pas, ou de
« la perte de soi, une petite mort lorsqu’on ne croise plus le regard des autres, ou que l’on ne voit plus le

1
Pascal Parsat est le créateur du théâtre Noir et de l’école de théâtre « O clair de la lune » ouverte aux personnes en situation de
handicap.


Calais – 27 novembre 2007 Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 8

regard des femmes ». Il est combatif, lorsqu’il expose sa dépendance aux autres, sa difficulté de
déplacement en ville, et sa volonté de faire partie du monde du travail et de celui des vivants.
Lecture d’extraits du livre de Jacques Sémelin
PHILIPPE PELTIER
Comédien
Le premier extrait raconte l’annonce à Jacques Sémelin de la maladie qui le rendra aveugle : il a alors
16 ans et c’est le printemps.

Comme bien des ados, je ne savais que faire de ma vie, à quel métier me destiner. Au lycée, la
conseillère d’orientation, qui je m’en rendis compte, ne conseillait pas grand-chose, m’avait
suggéré : « pourquoi n’allez vous donc pas passer des tests à l’INOP ? C’est juste à côté du lycée. ».
J’avais entendu parler de cet organisme, et pourquoi pas, en effet. J’avais suivi son conseil. On m’avait
fait passer des tests, ainsi qu’une visite médicale, notamment pour les yeux. J’étais donc curieux de
savoir ce que l’on allait me dire. En poussant la porte de cet immeuble, je ne me doutais de rien.
Je fus reçu par une dame, qui me parut gentille, et pourtant elle semblait embarrassée. Sans
ménagement elle m’annonça :
« Monsieur, vous a-t-on dit que vous alliez devenir aveugle ? ».
J’en eu le souffle coupé, et je murmurais un petit « non ».
- Votre examen ne laisse pas de doute, vous avez une maladie de la rétine et vous allez perdre la vue.
- Mais quand ?
- Personne ne saura vous le dire, mais cela arrivera. Alors quel métier choisir ? Vos tests montrent que
vous avez des possibilités, mais évidemment, votre choix professionnel est très limité. Peut-être
pourriez-vous devenir kinésithérapeute ou instituteur ? »

Le deuxième extrait est un entretien téléphonique qui prépare son arrivée à Harvard.

« Quand le téléphone sonna ce jour-là, j’étais presque certain que c’était lui. Il commença par me dire
qu’il avait effectivement parlé de mon problème avec son équipe, comme je le souhaitais. Le résumé de
leurs discussions l’amenait à me poser une question :
- « What do you need ? »
De quoi avez-vous besoin ? Sacrés américains, je ne m’attendais à tout sauf à ce genre de réaction. Qui
a dit qu’ils avaient tous les défauts du monde ? Je suis le premier à leur en reconnaître mais on ne peut
leur enlever cette qualité, ce sens aigu du pragmatisme, qui se reflétait dans la réponse de Jim Hurp. Il
aurait très bien pu me dire :
- « Votre problème risque de gêner votre intégration, de vous empêcher de travailler avec nous, il vaut
mieux que vous ne veniez pas travailler avec nous, nous sommes vraiment désolés mais… »
Pas du tout, il abordait la question sous un angle pratique en supposant qu’il existait une solution au
problème posé. Il me disait « nous sommes toujours disposé à vous accueillir, que peut-on faire pour
vous aider ? » Et moi de bredouiller une réponse qui dut lui paraître ridicule :
- « Si j’ai une machine à écrire avec une grosse lampe, je vous promets que cela se passera bien. En
plus, si vous pouviez m’aider à trouver un appartement près du bureau, cela me faciliterait la vie. »


Calais – 27 novembre 2007 Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 9

Jamais je n’oublierais ce « What do you need ? » qui m’ouvrait toute grande la porte vers l’Amérique, ce
nouveau monde dont je ne connaissais rien. Et quelle Amérique, Harvard s’il vous plait, ce lieu mythique
qui avait fait tant de brillants esprits »

Présentation de l’Ecole régionale pour déficients visuels (ERDV) de Loos
DIDIER DOSQUET
Directeur, ERDV
L’ERDV
L’ERDV, créé en 1975, est un établissement régional depuis les lois de décentralisation de 1985. Il vise
l’insertion sociale et professionnelle des jeunes déficients visuels. 60% des enfants de l’établissement
viennent du Nord, 20% du Pas de Calais, d’autres viennent de l’Oise et de la Somme. Les enfants sont
recrutés par les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) en raison de leur
handicap visuel (acuité de 4/10 au maximum après correction).
Les différents types de malvoyance
Il existe différents types de malvoyance. En cas de cécité, un halo lumineux correspondant au ciel
subsiste. Lors de vision en tunnel, de vision altérée suite à un glaucome, d’une hémianopsie, en cas de
perte de champ visuelle, de perte de vision centrale, une partie de la vue normale est masquée (noircie
ou blanchie). La malvoyance peut aussi être due à une perte de la vision des contrastes, une vision
2floue ou une achromatopsie .
Les différents acteurs au sein de l’ERDV
L’ERDV, en tant qu’établissement scolaire spécialisé coopère avec le Service d’aide à l’acquisition de
l’autonomie et à l’intégration scolaire (SAAAIS) et le Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP).
Tous deux sont gérés par l’Association nationale des parents d’enfants aveugles (ANPEA).
Le SAAAIS, agréé pour les enfants de 3 à 20 ans (période de scolarisation), intervient pour le soin dans
tous les établissements ordinaires et à l’ERDV. Les enseignants du SAAAIS soutiennent les
rééducateurs dans l’objectif de réussir la scolarisation en milieu ordinaire.
Le personnel de l’ERDV est constitué de binômes : une éducatrice spécialisée en Autonomie dans la vie
journalière (AVJ), et une psychomotricienne en locomotion. L’apprentissage de la canne blanche et « la
pré-canne blanche » en milieu scolaire, sont nécessaires pour conquérir l’espace, dépasser la crainte
des obstacles. Les orthoptistes, « professeurs de gym » de l’œil, mettent en place des stratégies pour
éviter la fatigabilité.

2 Une achromatopsie est une absence de vision des couleurs.


Calais – 27 novembre 2007 Journée d’étude « lecture et déficience visuelle » 10

L’apprentissage du braille
L’apprentissage du braille demande des pré requis. Dans les CAMSP, les enfants de 0 à 6 ans suivent
3des activités Gymborée : le contact est développé dans la relation mère/enfant. Les sens
compensatoires (ouïe, toucher, goût…) sont aussi développés.
Pour l’apprentissage du braille à 6 points, en maternelle, les enfants jouent avec des boites à 6 œufs. Ils
prennent conscience de la position de l’œuf dans la boite. La découverte de la cellule braille passe par
l’intermédiaire de multiples petits jeux (équivalents à ceux utilisés pour la découverte de l’alphabet).
4Les méthodes Evelyne Kommer , les planches à clous, les jeux d’intrus, d’interligne, la position du bras
sont des outils d’apprentissage. La lecture à deux doigts est de l’anticipation, le deuxième doigt est
utilisé comme contrôle.

L’apprentissage du braille est donc possible quand on est jeune - alors qu’il peut être impossible en cas
de perte de vision tardive. L’école possède aussi d’autres outils comme le bloc-notes braille, ou
l’agrandisseur. Nous sommes particulièrement attentifs au confort de l’enfant, indispensable pour
l’apprentissage de la lecture : les élèves malvoyants prennent de mauvaises postures pour s’approcher
du livre et utiliser la vision restante. L’installation de plans inclinés permet d’éviter les scolioses.


L’unité d’adaptation et de transcription en braille de l’ERDV
BÉATRICE SORIANO
Formatrice, ERDV
L’ERDV possède aussi un atelier de transcription en braille. En effet, le volume et la qualité des
documents réclamés par les enseignants ont nécessité la création de cette unité, pour pallier la carence
d’ouvrages en braille. Une équipe active de transcripteurs s’occupe de la quasi-totalité des ouvrages
pédagogiques utilisés.
La chaîne d’édition est complète : scanners, logiciels de transcription en braille, logiciels vectoriels... Les
enseignants déposent leurs demandes sur une adresse mail. Les déficients visuels participent à l’atelier
en scannant les documents et en assurant la relecture. Nous produisons des documents imprimés en
braille, en gros caractères et en relief, mais aussi des ouvrages en braille abrégé progressif, une
invention de l’ERDV, enseignée dès l’école primaire.

L’ERDV est signataire de la charte d’édition adaptée, assure le développement ainsi que le respect des
règles de qualité et de présentation du braille, et du dessin en relief. L’informatique facilite la
transcription en braille mais son écriture demeure un véritable métier et doit être privilégié par rapport à
l’invention d’autres langages. L’embosseuse permet des productions de braille en recto verso, le four
PIAF de produire des documents en relief.




3 Activités motrices d’éveil pour les jeunes enfants
4
Le braille en noir d’Evelyne Kommer est une méthode qui permet aux voyants d’apprendre le Braille http://www.enfant-
aveugle.com/apprendrebraille.html


Calais – 27 novembre 2007

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.