Parcours de découverte autour de l'aéronautique du 22 au 26 ...

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : en début d' année
Parcours de découverte autour de l'aéronautique du 22 au 26 novembre 2010 REMERCIEMENTS Je remercie sincèrement Mme Lherm, mon professeur de technologie, qui m'a présenté le parcours de découverte ; Mme Galy, mon professeur principal, qui m'a donné son accord pour y participer et qui est allée pour moi demander l'accord de Mme la principale. Je remercie également celle-ci d'avoir accepté ma sortie du collège pendant les heures de cours.
  • tour de contrôle
  • contrôle en route
  • découverte annexe
  • électriciens sur les systèmes et des électriciens de pistes
  • lycée saint-exupéry
  • airbus
  • contrôleurs
  • contrôleur
  • trafic aérien
  • direction générale de l'aviation civile
  • avions
  • avion
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 82
Source : clee-ac-toulouse.fr
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins

Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
REMERCIEMENTS
Je remercie sincèrement Mme Lherm, mon professeur de technologie, qui m'a présenté le
parcours de découverte ; Mme Galy, mon professeur principal, qui m'a donné son accord pour y
participer et qui est allée pour moi demander l'accord de Mme la principale. Je remercie également
celle-ci d'avoir accepté ma sortie du collège pendant les heures de cours.
Je remercie enfin toutes les personnes qui nous ont reçus et qui se sont occupées de nous
dans les entreprises pour leur gentillesse et leurs explications.
page 1Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
SOMMAIRE
I- L'INTRODUCTION.........................................................................................................................3
II- LES ENTREPRISES...............4
A- La Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC) :...............................................................4
Situation géographique :.............................................................................................................4
L'entreprise :................................................................................................................................4
Les missions de la DTI :.............................................................................................................5
B-AIRBUS :.....................................................................................................................................8
Situation géographique :..........................8
L'entreprise :....8
Les métiers chez Airbus :............................................................................................................9
Les différents lieux observés :.....................................................................................................9
C-Le Lycée Saint-Exupéry :..........................................................................................................12
Situation géographique :...........................................................................................................12
Le lycée :...................................................................................................................................12
D- L'École Nationale de l'Aviation Civile (l'ENAC) :...................................................................14
Situation géographique :..........................14
L'école :.....................................................................................................................................14
Les formations :........................................................................................................................14
Les particularités observés :......................................................................................................15
E- Thalès Avionics :.......................................................................................................................17
Situation géographique :...........................................................................................................17
L'entreprise :..............................................................................................................................17
Les différents projets de Thalès :..............................................................................................18
Les différents métiers chez Thalès :..........................................................................................19
III- LE STAGIAIRE...........................................................................................................................20
IV- CONCLUSION....................21
ANNEXE 1 : Journal de bord
ANNEXE 2 : Présentation rapide des entreprises
ANNEXE 3 : Préparation au parcours de découverte
ANNEXE 4 : Documents donnés lors de la visite de la DTI
ANNEXE 5 : Document sur le Bac Pro au Lycée Saint-Exupéry
page 2Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
I- L'INTRODUCTION
Mon stage a eu lieu dans le cadre de la semaine école-entreprise du 22 au 26 novembre
2010. Le Comité Local Ecole-Entreprise (le CLEE) a organisé un parcours de découverte autour de
l'aéronautique. Nous étions douze élèves de la Reynerie, de Georges Sand, de Bellefontaine et moi
même du collège Montesquieu à Cugnaux. Le lundi, nous avons visité la Direction Générale de
l'Aviation Civile (la DGAC), plus précisément la Direction de la Technique et de l'Innovation (la
DTI), le mardi nous sommes allés chez Airbus, le mercredi au Lycée Saint-Exupéry de Blagnac, le
jeudi à l'ENAC et chez Thalès Avionics le vendredi.
J'ai été intéressée par ce parcours lorsque Mme Lherm, mon professeur de technologie en a
parlé pendant un cours en début d'année. J'ai demandé à y participer et j'en ai eu la possibilité
malgré le fait que ce parcours ai eu lieu pendant le temps de cours.
Je suis intéressée par l'aviation en général mais aussi par l'espace. Faire mes études et
travailler dans ces domaines est une possibilité intéressante mais j'attends de découvrir plus de
possibilités avant de me prononcer sur ce que je voudrais faire plus tard. Je suis sure par contre
qu'après le collège je me dirigerai vers une filière scientifique car j'aime beaucoup les
mathématiques et les sciences physiques.
La DTI, l'ENAC et le Lycée Saint-Exupéry appartiennent au secteur tertiaire et Airbus et
Thalès Avionics appartiennent au secteur secondaire.
page 3Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
II- LES ENTREPRISES
A- La Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC) :
Situation géographique :
La DTI nous a accueillis sur son site de Toulouse-La-Mounède au n°1 de l'avenue du
Docteur Maurice Grynfogel à Toulouse (31035) .
L'entreprise :
La DGAC est une administration d'État. Elle dépend du Ministère des transports lui-même
englobé dans le ministère de l’environnement.
Elle couvre trois pôles d’activité :
– la fixation des règles qui régissent les transports aériens
– la surveillance du respect de ces règles et la certification
– les services.
La Direction des Services de la Navigation Aérienne (DSNA) est la section prestataire de
services de la DGAC. Elle est elle même divisée en deux parties : la Direction des Opérations (DO)
et la Direction de la Technique et de l’Innovation (DTI).
La DO contrôle le trafic aérien et fait passer tous les avions au-dessus de la France. Elle
pratique plusieurs formes de contrôle :
– le contrôle en route qui sert à assurer l'anti-abordage entre deux avions en vol
– le contrôle d’approche lorsque l'avion se situe à une vingtaine de kilomètres de l'aéroport
– le contrôle d’aérodrome lorsque l'on peut voir l'avion de la tour de contrôle
– le contrôle au sol lorsque l'avion a atterri ou lorsqu'il va décoller.
La DTI, où nous avons été accueillis le lundi 22 novembre par Bruno Huillet, responsable
formation, compte environ 530 employés répartis sur trois sites : Toulouse-La Mounède, Toulouse-
Rangueil et Athis-Mons. Il s'agit de 350 ingénieurs, 42 techniciens supérieurs, 55 ouvriers, 80
agents administratifs, 2 agents contractuels et d'une infirmière.
page 4Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
Les missions de la DTI :
La DTI achète le matériel pour que la DO puisse travailler et crée les avancées techniques
nécessaires à la sureté des transports aériens. Elle a pour mission de s’assurer du bon
fonctionnement de ce qu’elle achète et installe. Elle a environ 100 projets à mener de front dans
l’année, comme par exemple, construire une tour de contrôle. Elle achète le matériel dont elle a
besoin via des Marchés Publics et dispose d’un budget de 150 millions d’euro (en 2009) dont 122
millions dépensés en investissement et 28 millions en fonctionnement (électricité…). Ses
principaux fournisseurs sont Thalès ATM, Atos, Sogeti, Frequentis, Egis Avia, et Astrium.
Pour illustrer la mission de la DTI, voici les dispositifs techniques utilisés dans la navigation
aérienne qu'elle crée et qui m'ont été présentés :
La communication entre les contrôleurs et les avions se fait par radiocommunication sur
des fréquences VHF (Very High Frequence), soit entre 118 et 137 MHz, au-dessus des terres
habitées et sur des fréquences HF (High Frequence), soit entre 3 et 30 MHz, au-dessus de terres
désertiques. Les liaisons satellites ne sont pas utilisées car elles sont trop coûteuses et trop difficiles
à rétablir en cas de problème.
Les contrôleurs coordonnent l’atterrissage et le décollage des avions mais ceux-ci doivent
ensuite assurer leur navigation eux-mêmes. Ils sont aidés par des balises appelées VOR (VHF
Omnidirectional Range). Elles indiquent la route à suivre et dans quelle direction elles se trouvent
par rapport à l’avion. Elles fonctionnent sur des VHF entre 108 et 118 MHz. Ce sont des phares
radio synchronisés sur le nord géographique. Quand elles sont équipées d'un DME (Distance
Measuring System) qui fonctionne des fréquences de 960 à 1200 MHz, elles indiquent aussi la
distance à parcourir pour les atteindre. On trouve ces balises surtout le territoire ce qui permet de
constamment savoir dans quelle direction il faut aller.
Illustration 1: La schématisation
d'une VOR et d'un DME
Un système qui fonctionne à peu près de la même façon permet à l’atterrissage d’aligner
l’avion à la piste et sur le plan de descente idéal : l’ILS (Instrument Landing System). Une balise en
bout de piste envoie deux signaux de fréquences différentes et lorsque l’avion reçoit de façon égale
page 5Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
les deux signaux, c’est qu’il est correctement aligné.
La surveillance de l’espace aérien se fait à l’aide de radars. Il en existe deux types : les
radars primaires et les radars secondaires. Les radars primaires envoient des signaux
électromagnétiques qui ricochent sur la carlingue des avions et indiquent leur position qu'ils le
veuillent ou non. Les radars secondaires envoient eux aussi des signaux électromagnétiques mais on
dit que les avions sont coopératifs : ils ont à bord un dispositif qui répond aux radars et leur
transmet l'identifiant et l’altitude de l’avion. Certains radars secondaires sont appelés mode-S et
donnent d'avantage d’informations.
Illustration 2: Un radar secondaire
Le CAUTRA (Calculateur Automatisé du Trafic Aérien) est un calculateur permettant
d’élaborer et de présenter en temps réel la situation aérienne aux contrôleurs et de prévoir à court
terme le trafic à venir pour adapter le nombre de contrôleurs à la demande. Il facilite énormément la
tâche des contrôleurs et améliore aussi la sécurité en mettant en place un filet de sauvegarde anti-
collision entre aéronefs et un filet de sauvegarde Sol qui signale les reliefs pour éviter les crashs.
Le pilotage de l’avion se fait à l’aide d’indicateurs situés sur le tableau de bord.
L’anémomètre indique la vitesse de l’avion en nœuds (knots en anglais). Un nœud est égal à
environ 1,8 kilomètre/heure. Les distances sont exprimées en miles nautiques (nautical miles en
anglais), un mile nautique est égal à environ 1,8 kilomètre. L’altimètre indique altitude de l’avion
en pieds (feet). 1000 pieds sont égaux à environ 300 mètres. Le variomètre indique la vitesse de
d'ascension ou de descente de l’avion en nœuds/minute. Le compas indique la direction que suit
l’avion par rapport au nord. L'horizon artificiel indique l'inclinaison de l'avion par rapport au sol.
page 6Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
Illustration 3: Les principaux indicateurs de bord
page 7Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
B-AIRBUS :
Situation géographique :
Airbus possède quinze sites en Europe et en Chine. J'ai été reçue sur le site de Saint Martin-
du-Touch à Toulouse.
L'entreprise :
L’entreprise appartient au groupe EADS (Europian Aeronautique Defense and Space) ainsi
qu’Eurocopter qui produit des hélicoptères, qu’Astrium qui fabrique des satellites et que Cassidian
qui fabrique des avions militaires. Elle emploie 52.000 salariés dont 20.000 en France, de
nationalités très différentes. Le reste des employés se trouve à Hambourg en Allemagne ou en Chine
où un site a été ouvert assez récemment. On trouve chez Airbus des gens de plus de quatre-vingts
nationalités différentes parlant plus de vingt langues différentes.
En 2009, Airbus a réalisé un bénéfice de 29 milliards d'euros. Il est le plus grand fabriquant
d'avion mondial en concurrence directe avec le fabriquant américain Boeing. Il fait faire des sous-
ensembles par des entreprises sous-traitantes puis les faits assembler dans ses hangars. Il les revend
ensuite à des compagnie aériennes du monde entier mais seulement après les avoir fait certifier.
Airbus produit quatre familles d'avion. Les monocouloirs sont la première famille. Ils n'ont comme
leur non l'indique qu'un seul couloir, par exemple les A320, les A319... . Les bicouloirs ont deux
couloirs, par exemple les A340. Les A380 appartiennent à une famille d'avions qui ont deux étages.
La dernière famille est celle des A400M qui sont des avions de transport militaires.
Airbus est en train de créer et de tester un nouvel avion qui sera composé en grande partie de
composite, matière plus légère que celle utilisée sur l'A380, nommée l'A350. Cet avion fera
normalement son premier vol en 2012-2013.
page 8Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
Illustration 4: Le futur A350
Les métiers chez Airbus :
Les métiers dans la production chez Airbus sont la première chose dont on nous a parlé. Il
existe trois groupes de métiers. Dans le domaine de la mécanique, on trouve des mécaniciens
monteurs, des mécaniciens sur les systèmes, des chaudronniers, des mécaniciens de piste et des
opérateurs sur les commandes numériques. Dans le domaine de l'équipement, on trouve des
monteurs d'aménagements commerciaux et des peintres de grandes surfaces. Dans le domaine
électrique, on trouve des câbleurs électriciens, des électriciens sur les systèmes et des électriciens de
pistes.
Les différents lieux observés :
Après l'explication sur les métiers, nous avons pu observer le simulateur de vol de l'A380.
Vu de l'extérieur il ressemble à une grande cloche blanche. À l'intérieur, il s'agit une reproduction à
l'identique du cockpit de l'avion, entourée d'un écran circulaire sur lequel s'affiche un paysage fictif.
Les pilotes et copilotes d'essai s'y installe et simulent des vols dans toutes les conditions pour
observer les réactions des capteurs et s'assurer que tous fonctionnent. Le simulateur de vol coûte
très cher. Il est relié à ce qu'on appelle un Iron Bird ou oiseau de fer. Il s'agit d'une représentation de
l'avion les ailes repliées. On ne voit que les circuits hydrauliques et les câbles électriques de l'avion.
Le tout est soutenu par une armature en fer. Cela permet de vérifier que toutes les parties motrices
de l'avion fonctionnent et bougent correctement. Le simulateur et l'Iron Bird servent à faire des
tests avant la mise en fabrication de l'avion ou avant les vols d'essai.
page 9Parcours de découverte autour de l'aéronautique
du 22 au 26 novembre 2010
Illustration 5: Le simulateur de vol d'Airbus Illustration 6: L' Iron Bird relié au
simulateur
Ensuite, nous sommes entrés dans une salle de télémétrie pendant un vol d'essai de l'A400M.
Il s'agit d'une salle équipée d'un grand nombre d'écrans sur lesquels s'affichent ce que mesurent les
calculateurs de bords dans l'avion dont le parcours est suivi. Des personnes surveillent ces écrans
pour contrôler le bon fonctionnement de l'avion et surtout de ses capteurs pendant un vol réel.
Même si en général tout se passe bien, un vol d'essai peut être dangereux en cas de
dysfonctionnement. Les vols d'essai sont confiés à des pilotes expérimentés.
Pour finir, nous sommes allés visiter la chaîne de montage de l'A320. Le site de Saint
Martin-du-Touch est immense et nous avons du prendre un navette pour nous y rendre. La chaîne de
montage est installée dans plusieurs bâtiments. À l'intérieur, il y a différents postes sur lesquels se
succèdent les avions. Les postes sont dirigés par des chefs d'équipe. Les morceaux de l'avion qui ont
été fabriqués aux quatre coins du monde sont acheminés à Toulouse ou à Hambourg où on applique
le même processus. Dans le premier bâtiment, on assemble tous les morceaux un par un. On monte
d'abord les deux pièces du fuselage entre elles puis les ailes et enfin la gouverne et les ailerons. Le
tout est ensuite transporté dans un deuxième hangar où on complète l'avion.
page 10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.