Pour une révolution doublement verte en Afrique“ par Pierre Noël Giraud Denis Loyer

De
Publié par

Pour une « révolution doublement verte» en Afrique“ par Pierre-Noël Giraud *, Denis Loyer ** * Professeur d'économie, Centre de recherche en économie industrielle-CERNA-École nationale supérieure des mines de Paris. ** Directeur adjoint du département technique des opérations, AFD. Le sol est, parmi les écosystèmes essentiels à l'homme, au centre des préoc- cupations de nombreux chercheurs. Sa dégradation se généralise sous toutes les latitudes, entraînant des conséquences négatives en termes de production agricole et de pauvreté. Mais aujourd'hui, un mouvement mondial vers une agriculture de conservation se développe : il s'agit de « l'agro-écologie », qui utilise la biodiversité des plantes et des sols (arthro- podes, micro-organismes, vers de terre) pour préserver et développer la fertilité des terres cultivées qui sont l'outil de travail et la principale richesse des agriculteurs. INNOVER POUR PROTÉGER - (187 Innover pour protéger - Chapitre 7 Nos modes de vie de plus en plus éloignés dela nature nous font oublier le rôle du sol dansdes fonctions aussi essentielles que la pro- duction de nourriture. Celle-ci a plus que doublé en quarante ans mais, dans le même temps, de vastes zones cultivées ont vu leurs sols se dégrader sans que l'on ose toujours parler de désertification. C'est vrai au Brésil qui présente de vastes espaces sub - tropicaux aux sols dégradés, mais aussi en Chine où les brumes de poussière de sols dégradés inquiètent les organisateurs des jeux olympiques de Pékin.

  • dégradation du capital naturel

  • phénomènes d'irréversibilité dans l'évolution des ressources naturelles

  • capital humain

  • pays riche

  • produits de la chasse

  • ressource naturelle

  • activité pourvoyeuse de croissance des revenus et des entrées de devises

  • capital naturel

  • importance de la biodiversité et des ressources en eau


Publié le : lundi 18 juin 2012
Lecture(s) : 63
Source : cerna.ensmp.fr
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
L e sol est, parmi les écosystèmes essentiels à l’homme, au centre des préoc-cupations de nombreux chercheurs. Sa dégradation se généralise sous toutes les latitudes, entraînant des conséquences négatives en termes de production agricole et de pauvreté. Mais aujourd’hui, un mouvement mondial vers une agriculture de conservation se développe : il s’agit de « l’agro-écologie », qui utilise la biodiversité des plantes et des sols (arthro-podes, micro-organismes, vers de terre) pour préserver et développer la fertilité des terres cultivées qui sont l’outil de travail et la principale richesse des agriculteurs.
Innover pour protéger - Chapitre 7 Pour une « révolution doublement verte » en Afrique par Pierre-Noël Giraud *, Denis Loyer ** * Professeur d’économie, Centre de recherche en économie industrielle-CERNA-École nationale supérieure des mines de Paris. ** Directeur adjoint du département technique des opérations, AFD. N ldoaessnmaftooundrceetsinodoneussvaifeounsdtseioupeblslusiseenretilneelplrleôuslseqéduluoeisgolnlaédsparndose-tseuenerrsaolcnactfoaeufrfrteiclicisttsééeensd.tesetsonles1 p.eDremsettmeilnltiopnlsusddeepreercsoonnsntei-s duction de nourriture. Celle-ci a plus que doublé en quaranteansmais,danslemêmetemps,devasteslInitiréoeenAmériquelatinedanslesannées1970, zones cultivées ont vu leurs sols se dégrader sans ag -écologie replace le bon fonctionnement bio-logique des sols au centre des préoccupations des que l’on ose toujours parler de désertification. C’est agriculteurs et des chercheurs. Elle utilise la biodi-vrai au Brésil qui présente de vastes espaces sub- vers t en dév e la tropicauxauxsolsdégradés,maisaussienChineoùfertiliittéé.deDsosonlnseprouunreenchpraénsceervaeurecontinenetloapfrpicrain les brumes de poussière de sols dégradés inquiètent d’adapter et d’adopter cette nouvelle agriculture les organisateurs des jeux olympiques de Pékin. LAfriquenestpasenreste:lessuperficiescultivéesqblueemceenrttavienrstea»utreeustresaquujaoluifridenhtudieun«rdéévfiolmutaijoenur.dou-par famille sont insuffisantes, les durées de jachères
INNOVER POUR PROTÉGER -( 187
tnosmonrvuaéteécRmeemeubrs.sepaoptrdtn,elresourcesuWorldRitni,etutitsnIouesRldorWlétuehWT0250crsePoothehofealtRessoucrsentaruleelsreuvpaetétsLetérusseduneilelrerenturceessoutersaneptllsefesdntierandpeédsennosrepeddliar6mil,1,dialmnolpnaAuel.sriAfequs.nunEsrueverdelbelenégligeaartnonruuenprotêsopulavédonelre2,tyerovtéentasmotsyetthPFgianagr:MEcosingosseecrutansleruntsossidusresnotelserevunsmbredepauvresdylesaansnlsadaveiqueno-mécossersedetpmocnleeluratnesrcout(riéedmeneat»lrcesnatsressouluc«udelclacirnvnonvereenurespauvistesubsârectngargàlarahbssu5e,nniel-lim00edsnoirtproposeunemiellueerpireseulicretuteéàlavel.egreCoppae,atancroduuxperdluutsbsieusalàouteecllcoledstiessahcaesenzoneruralerevunsedpsuarvemcttenaàlicgroseltnséieridsgunoteasitarilgénéuneiseutorsedsreitxueddesrèpueqregèno.uSrpéraititetsarurelles)li,asrpssicéxeelempbaladseêmelsnsnesemrmfaetalueeqdataédrgedsoinys-técosestèmes)3tnbup,éillàitintiiaevesotsulgédieedlONUen2005,vadasmetèysosécsderianélliMelruopmEcnniuilleeouMssemsAesetmsosyrcounesedssreidssrevrutaelletrerappes.UnauultaoinrotÉ(avéréfceena,dntist-aunoiredstèmesdansleuravelrudseéocysysalanlaldeedétisseriovereemenégalnéctlatrspaopngeuoil,euqrecocéimoncauullcsaisdntst.SgaetaetnirrontêtrD)nepouMO(tnemep-polevdéelurpoeirnaliéludMitsfjbceesOuelleqtel.eCtrsel,seéutdesprésentéessutanllereseeltsurnscoueéqesncsldnatuoivélosresndecessournéhpseldsenèmoerévrritélibisiautresebiendlugientncnroeospeopntmeddeelévtroptesseC.parséquconlesssurioxshcsedneecécdeslerirlaéceuqitilopsruediéquencesnégativseaexu;elsocsnemultenpiraddesorénoilteocéndeatiofrassintnlmaemrgdaaédt,enînhaotnecavvanesecneslaaavilidettsrelfoisconpeutpar.)senO,setuorbas(agrructrretutsoracatdseioerhistes«decséeoppusruelpmalouequintiesctéaméhesitutncenînhadetiacsonaturosinetedsraccourcisquiscudelpmnissabngrroydhe:quhiapeoctedeucnsnqérenoes.Pexensldenoréfpeàeinomsgatnatseeltn,lespaenamontvrvinetvuersuser-vdiioblaedleutneccaétisgionerédunnesitnoaraddgé;aluendparémeomcs,idércsuteselblescelIECduGostnleunseedevinsrgte-vouneerorG(epuxedtreplutionduclimatemtnlasruléoveuqitamilctneme-nghaclersu)ipat,acossleLss.ffeteseetsenUsuqéapsyervudelpasnalretu,eainémmnoidlaaBanqueipedelannhpsese.»noécsonMaioblestrpedégicaerdnelaedteontiaucqiuluersetedplusenplusappétroapeedrvésuaalontimosiandlledececommlescEsouimelnnMulintmessseAsmteysedstrepxe0631(,etde95pays)ssredesniéteraeslynaèsprdàesulpndseslpeerniuxdsde.Leiclalosipateacletnaiumhalitpacel,)nonuoeouvelablrel(renatlanutleacipmpxe),leepureartsartcureuqfni(lanpatiledtaruposicomductionitalerealteevilrentnctaormpniatgnbielI.lomtiondecapitalosslsuppaallessertongrrepéous-opmocseleitchrialdesteansn4?taoifoNtlhquanentocumCeditniélutppartrothseaeWheWirekraHimtleapriKbliéunon,apucle:alpalitapotiudorinhcetustinndiquatguepyseertpatidcetaulpatshartabi.tnkriKmaHotliessedespaysetcmoaperlserséedrilateen6%2erisérpleruuq,à3%daontre1%tola,echcseesteslurpoenctaorpmilertnom1ernatitalcapuduveneabrssàpyaegare)sétsulavcuriurltteetupâpatilantaruleL.éeà69%dececlpeD.sepal,supeslnschrisayelsapr(gaosslreprarttéeésenecsahilrseosru,celleseutiquesecuoia,eneduandebrominsequpuaapsyelsnasulièrtic,pavreseuqirfAnetnemereslueqnstoNo.onnées.LesgranedrusérleelsosdntconcoensureiréperueaL.sugserveuxenviicesmeneornnneatxuaspntsoésluvaéamrap,dedeuqnDMn)eopruortnêtreatteints.
188 ) -BIODIVERSITÉ, NATURE ET DÉVELOPPEMENT
nélleriauopelrvedépploenem(OtL008TERRE_2SURLAiMudsfitcejbOsleequelltetesemssyètos-scéndeatiogradadéarsctéacstriueiqeuqiccautneeceffrespourlAfraanylesdsecihnsioatatDSAREG:RuqleuqàtsnocsetudeLéduitconugers(3t.)2se
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.