Program and course changes in the School of Chemical ...

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : list for the year
  • cours - matière potentielle : list
  • cours - matière potentielle : lists
  • cours - matière potentielle : for someone
  • cours - matière potentielle : recommendations for students
  • fiche de synthèse - matière potentielle : changes
  • cours - matière potentielle : as a special topic
  • cours - matière potentielle : code to engg1500
  • cours - matière potentielle : with courses
  • cours - matière : chemical
  • leçon - matière potentielle : people
  • cours - matière potentielle : changes
Program and Course Changes for 2012 School of Chemical Engineering, ver 3, Jan 2012 Page 1 of 6 Program and course changes in the School of Chemical Engineering 2012 The introduction of the BE/ME in 2012 is a major change to our degree offerings and has caused a disconnect between 2011 and 2012 course lists. This document summarises the course changes that are happening that may affect your study plans. Many of the courses below are changing semester and/or may not be offered in 2012, so please carefully check the information below for any courses you are yet to complete.
  • advanced electives
  • chee2002
  • chee4060
  • chee3020
  • chee3006
  • chee3301
  • mech4301
  • course changes
  • biological engineering
  • changes
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 39
Source : jeanrene.armand.free.fr
Nombre de pages : 45
Voir plus Voir moins

JACQUES LE FATALISTE, DIDEROT

Sommaire

Sommaire................................................................................................................1
Contextualisation de l’œuvre...................................................................................3
Introduction............................................................................................................................3
I) Vie et œuvre de Diderot .....................................................................................................3
II) Jacques le Fataliste dans l’œuvre de Diderot...................................................................3
1) Les sources........................................................................................................................3
2) Ecriture et parution ...........................................................................................................4
Conclusion .............................................................................................................................4
La Question du Titre ...............................................................................................6
I) Les enseignements du titre.................................................................................................6
1) Les deux personnages principaux du roman (titre éponyme)............................................6
2) Les enseignements thématiques........................................................................................6
II) Une réflexion implicite sur le titre : « la querelle à l’auberge du Grand Cerf » (p 229 à
237)- lecture suivie ................................................................................................................6
1) Le rapport maître- valet mis en question ..........................................................................6
Conclusion .............................................................................................................................7
Lecture analytique (1) : l’incipit................................................................................9
Introduction............................................................................................................................9
I) Un incipit inattendu............................................................................................................9
1) Le refus de présenter le cadre de l’histoire. ......................................................................9
2)La mise en scène de quatre instances principales ..............................................................9
3) Une entrée en matière philosophique................................................................................10
Conclusion .............................................................................................................................10
Lecture analytique (2) : les dénouements ...............................................................11
Introduction............................................................................................................................11
I) L’interruption narrative......................................................................................................11
II) Les trois dénouements « étudiés » ....................................................................................11
1) La querelle entre Jacques et Denise : le dénouement des amours (1) ...............................11
2) Le plagiat de l’œuvre de Sterne : le dénouement des amours (2) .....................................11
3) La fin du voyage de Jacques et de son maître...................................................................12
Conclusion .............................................................................................................................12
La structure de Jacques le fataliste : le désordre comme leitmotiv........................13
Introduction............................................................................................................................13
I) Le voyage de Jacques et de son maître (récit cadre)..........................................................13
II) Le récit second principal : les amours de Jacques. ...........................................................14
III) Les interventions du narrateur.........................................................................................14
1)Les commentaires ..............................................................................................................14
2)Les effets de mise en scène................................................................................................14
3)Les Récits racontés ............................................................................................................15
Conclusion .............................................................................................................................15
La satire sociale dans Le Fataliste..........................................................................16
Introduction............................................................................................................................16
I) Les Cibles de Diderot.........................................................................................................16
1) Les membres du clergé .....................................................................................................16
2) Les médecins et les chirurgiens ........................................................................................16
3) Les Nobles : l’aristocratie dégradée..................................................................................17
4) Etude du portrait du maître : p 39-40 : Cf. Fiche ..............................................................17
II) Etude de deux extraits représentatifs de la satire sociale : la misère du peuple................17
1) Conversation entre les deux paysans : l’hébergement de Jacques p 32 ............................17 2) Le bourru bienfaisant : bourgeoisie et paysans 138-142...................................................17
Conclusion ............................................................................................................................18
Portrait du maître de Jacques. p. 39-40..................................................................................19
La réflexion sur le roman (1) : La parenthèse Gousse ............................................20
Introduction............................................................................................................................20
I) Analyse des épisodes consacrés à Gousse..........................................................................20
1) Un personnage illogique (p 89 à 94).................................................................................20
2) Un escroc escroqué : 118-121...........................................................................................20
II) Etude de l’épisode de l’homme qui raclait de la basse .....................................................21
Conclusion .............................................................................................................................21
Questions à traiter sur l’épisode de l’Homme qui raclait de la basse....................................22
La réflexion sur le roman (2) : une œuvre indéfinie.................................................24
Introduction............................................................................................................................24
I) La définition par la négation ..............................................................................................24
1) Le refus du roman.............................................................................................................24
2) La conclusion du narrateur : écrire l’histoire (p 325 et 385).............................................24
II) Le goût de la parodie ........................................................................................................24
Conclusion .............................................................................................................................25
La question des narrateurs de l’histoire : exercices de repérage............................26
La question des narrateurs de l’histoire : exercices de repérage............................................27
Bilan sur la question des narrateurs........................................................................28
Remarques sur le tableau .......................................................................................................28
La Théâtralite dans Jacques le Fataliste.................................................................29
I) Introduction........................................................................................................................29
II) Une proximité formelle entre Jacques et la Comédie.......................................................29
III) Conclusion.......................................................................................................................30
Les apologues dans Jacques le Fataliste et son maître .........................................31
Introduction............................................................................................................................31
I) Lectures suivies des principaux apologues du roman ........................................................31
1. L’aventure d’Esope (p 69) ; récit du narrateur. .................................................................31
2. La mort de Socrate (p 103) : récit du maître .....................................................................31
3. Les deux époux et les fausses prémonitions (p. 105) : récit du maître..............................31
4. La fable de la gaine et du coutelet (p. 158) par Jacques....................................................31
5. La fable de Garo (p 358-359) : conversation.....................................................................32
II) Bilan des apologues ..........................................................................................................32
Annexe....................................................................................................................34
Travaux conseillés : ...............................................................................................................35
TEST DE LECTURE SUR Jacques le Fataliste...................................................................36
1)Questionnaire de connaissances (25 pts) ...........................................................................36
2) Situez et expliquez les documents (15 pts) ......................................................................36
3) Répondre en 10 ou 15 lignes à la question (10 pts) ..........................................................36
Tableau de la Structure de Jacques le Fataliste......................................................................37
SUJET DU DEVOIR N° 8 ....................................................................................................39
Sujet du devoir n°9 ................................................................................................................41
Correction du devoir 10 :.......................................................................................................42
Sujet du devoir n° 11 .............................................................................................................44
BAC BLANC (avril 2007).....................................................................................................45
Contextualisation de l’œuvre


Introduction
Diderot est essentiellement connu pour avoir été le directeur de l’Encyclopédie, projet qui rassembla la
majorité des philosophes des Lumières. Pourtant, il aura été un auteur éclectique, pratiquant à peu près
tous les genres. Son œuvre romanesque mérite notamment qu’on s’y intéresse.


I) Vie et œuvre de Diderot
- Diderot naît et grandit dans une famille marquée par les milieux religieux. Ils influencent à la fois sa
vie et son œuvre : il représentera très souvent les abbés, les prêtres dans son œuvre, pas toujours en
bien (Cf. La Religieuse¸inspirée de l’histoire de sa sœur, morte folle au couvent) et manifestera un
athéisme qui se radicalisera au fil des années.

- L’Encyclopédie est la grande œuvre de sa vie (20 ans lui sont consacrés). Promu directeur avec
D’Alembert, elle occupe la majeure partie de son temps, et lui cause nombre de désagréments
(emprisonnements, tracas personnels). Néanmoins, elle s’inscrit dans l’idéal des Lumières qui est de
partager les connaissances avec le plus grand nombre pour accéder au bonheur. Elle fera notamment
de l’ombre à sa production personnelle, qui paraît surtout grâce à la correspondance littéraire de
Grimm.

- Diderot est aussi un critique d’art averti : de sa formation initiale le conduit à la critique d’art ; il
exprime généralement une préférence pour les œuvres touchant sa sensibilité, et n’hésite pas à livrer
les impressions que les œuvres génèrent sur lui. (Cf. document 1).

- Diderot est avant tout un philosophe : il multiplie les œuvres dans lesquelles il s’interroge sur les
grandes thématiques philosophiques :

o L’athéisme. Hostile à toute forme d’obscurantisme, Diderot s’inquiéte beaucoup du fanatisme
religieux et de ses conséquences. (Entretien avec la Maréchale). Du déisme, il évoluera vers le
matérialisme (Diderot privilégie la réalité matérielle du monde au détriment de toute conception
spirituelle) .
o Le déterminisme : Jacques ne cesse de répéter dans le roman que tout est écrit sur le grand
rouleau. Ce thème participe de la réflexion que mène Diderot sur la place de l’homme dans le
monde. La question de la liberté de l’homme dans la nature est posée dans son œuvre.
o La question du bonheur des peuples. Elle le conduit à s’interroger à la fois sur le philosophique
mais aussi sur le politique. Soucieux de réfléchir aux meilleurs types de gouvernements possibles
selon les lieux, il sera sensible à la théorie des climats (initiée par Montesquieu) mais aussi au
relativisme préconisé par son illustre prédécesseur.

- Enfin, c’est un homme de lettres : il écrit notamment des contes, mais surtout des romans. Privilégiant
la forme dialoguée, il propose souvent des situations de débat (supplément au voyage, le Neveu de
Rameau). Il écrit souvent ses romans en plusieurs fois (20 ans entre le début et la fin de la religieuse) ce
qui rend la publication souvent difficile. Nombre de ses romans seront édités bien après sa mort.
En même temps, cela explique son goût pour le théâtre (il sera plus habile théoricien que dramaturge).

II) Jacques le Fataliste dans l’œuvre de Diderot
1) Les sources

- L’idée du thème romanesque est sans doute issu du roman Tristram Shandy de Sterne (Cf. p
386), sans garantie toutefois. Mais, il a d’ores et déjà déclaré son aversion pour le roman, ce qui
peut expliquer son choix de s’amuser avec ce genre « médiocre » parce que dépourvu de règles. On peut aussi imaginer qu’il s’inspire de Rabelais pour justifier la liberté narrative de son œuvre,
ou encore de Cervantès, qui avec son Don quichotte, a rendu le modèle picaresque à la mode.

- Les héros sont à la fois issus de l’imagination de Diderot et des rencontres qu’il a faites.
o L’ami du Capitaine de Jacques est identifié dans l’histoire à un personnage réel : M. du Guerchy
(Cf. p 161). Le poète de Pondichéry (p 55) existe sous le nom de Vignier.
o Le chien Nicole de même que le cheval de Bron sont également évoqués dans sa correspondance
avec Sophie Volland.
o Mais les héros du roman sont plus anonymes : les hypothèses quant aux modèles sont nombreuses,
mais leur anonymat (suggéré par leur identité obscure) laisse supposé qu’il n’ont pas de modèle
réel.

2) Ecriture et parution

- La rédaction démarre sans doute en 1770, alors que Diderot voyage à Langres et à Bourbonne. Il
prend conscience de la misère de ces régions et décide de la mise en route de l’œuvre
(initialement un conte). Le roman présente la France des années 1660-1670.

- L’œuvre paraît pour la première fois dans La Correspondance littéraire (nov 1778 à juin 1780)
en 15 parties. Seule une élite a accès à cette revue manuscrite (elle permet d’éviter la censure).
Mais, lacunaire, elle sera enrichie par l’auteur dès 1780. En 1786 (Diderot est mort depuis deux
ans), paraît une version encore enrichie. La première version imprimée ne paraîtra pas avant
1796.

- L’œuvre a sans doute été retouchée par la fille et le gendre de Diderot : certains passages
supprimés pour cause d’obscénité ; mais Diderot semble avoir invité les lecteurs à modifier, à
retoucher une œuvre qu’il veut ouverte, en laissant des « additions » à insérer au sein de son
œuvre. Enfin, il existe des versions germaniques du roman, également différentes et un manuscrit
corrigé par Diderot et conservé à la bibliothèque de Leningrad. Donc, l’œuvre n’est pas figée.

Conclusion
L’originalité formelle du roman est redoublée par l’originalité du parcours du roman. A la fois
novateur et ouvert, Jacques le Fataliste correspond à son auteur dans la mesure où il en reflète
l’inventivité et l’éclectisme.







BIOGRAPHIE DE DIDEROT
Son œuvre

Document 1
Il est né à Langres en octobre 1713 . Fils aîné d'une famille catholique
aisée de couteliers, il entre au collège des Jésuites en 1723. Son oncle,
Moi. J'aime Michel, mais j'aime encore mieux la vérité. Assez ressemblant; très vivant; c'est sa douceur,
chanoine, le pousse vers la prêtrise ; il est tonsuré à 13 ans. Il fait de
avec sa vivacité; mais trop jeune, tête trop petite, joli comme une femme, lorgnant, souriant, mignard,
bonnes études et les poursuit au collège Louis Le Grand à Paris, pour
étudier la philosophie, la théologie, et le droit. Il est reçu maître ès arts faisant le petit bec, la bouche en coeur; et puis un luxe de vêtement à ruiner le pauvre littérateur, si le
en 1732 à l'université de Paris. receveur de la capitation vient l'imposer sur sa robe de chambre. L'écritoire, les livres, les accessoires

aussi bien qu'il est possible, quand on a voulu la couleur brillante et qu'on veut être harmonieux. Pétillant
Entre 1733 et 1736 , Diderot travaille chez le procureur Clément de Ris.
de près, vigoureux de loin, surtout les chairs. Du reste, de belles mains bien modelées, excepté la
Pendant quelques mois, il exerce les fonctions de précepteur, chez le
gauche qui n'est pas dessinée. On le voit de face ; il a la tête nue ; son toupet gris, avec sa mignardise,
receveur général des finances du Poitou, Randon de Massane.
lui donne l'air d'une vieille coquette qui fait encore l'aimable ; la position d'un secrétaire d'Etat et non d'un
Il édite une traduction de l'Histoire de Grèce de l'Anglais Temple Stanyan. En 1742, Diderot se lie avec
philosophe. La fausseté du premier mouvement a influé sur tout le reste. C'est cette folle de Madame
Rousseau et fait la connaissance de Grimm, par son intermédiaire. Contre le gré de son père, il épouse
Van Loo qui venait jaser avec lui, tandis qu'on le peignait, qui lui a donné cet air-là et qui a tout gâté. [...]
en 1743 Antoinette Champion, une lingère. Il publie en 1745 une traduction libre de l' Essai sur le mérite
Il fallait le laisser seul et l'abandonner à sa rêverie. Alors sa bouche se serait entrouverte, ses regards
et la vertu du philosophe anglais Shaftesbury, à laquelle succède en 1746 sa première œuvre distraits se seraient portés au loin, le travail de sa tête fortement occupée se serait peint sur son visage,
philosophique personnelle, les Pensées philosophiques. Il attaque à la fois l'athéisme et le scepticisme,
et Michel eût fait une belle chose. Mon joli philosophe, vous me serez un témoignage précieux de l'amitié
sans ménager les bases traditionnelles de la religion. L'ouvrage est condamné par le parlement de
d'un artiste, excellent artiste, plus excellent homme. Mais que diront mes petits-enfants, lorsqu'ils
Paris. Dès lors, Diderot est considéré comme un écrivain subversif. Il collabore aussi à la traduction du
viendront à comparer mes tristes ouvrages avec ce riant, mignon, efféminé, vieux coquet-là ! Mes
Dictionnaire de Médecine, de Robert James. Avec d'Alembert, Diderot est chargé en 1747 de diriger
enfants, je vous préviens que ce n'est pas moi. J'avais en une journée cent physionomies diverses, selon
l'Encyclopédie, cette vaste entreprise qui l'occupe sans relâche jusqu'en 1772. Il rédige La Promenade la chose dont j'étais affecté. J'étais serein, triste, rêveur, tendre, violent, passionné, enthousiaste ; mais
du Sceptique. La Lettre sur les Aveugles à l'usage de ceux qui voient, (1749), lui vaut une incarcération je ne fus jamais tel que vous me voyez là. J'avais un grand front, des yeux très vifs, d'assez grands traits,
de quelques mois à Vincennes. En octobre 1750 , le Prospectus de l'Encyclopédie est publié. Il
la tête tout à fait du caractère d'un ancien orateur, une bonhomie qui touchait de bien près à la bêtise, à
rencontre l'écrivain et critique allemand Friedrich Melchior Grimm qui deviendra son meilleur ami.
la rusticité des anciens temps. (Salon de 1767, Diderot commente son portrait peint par Van Loo)


En 1751 , il reçoit le diplôme de membre de l'Académie de Berlin. Il poursuivit en parallèle son œuvre
littéraire, tout en menant une vie éclectique et tumultueuse. Ses romans, ses critiques et ses essais
Aperçu de la bibliographie de Diderot

philosophiques montrent le souci de définir la véritable nature de l'homme et sa place dans le monde.
Philosophie Roman Théâtre
Diderot propose une morale universelle assise, non pas sur Dieu, mais sur les sentiments naturels de
Pensées philosophiques, essai Les Bijoux indiscrets, (1748) Le Père de famille, drame (1758)
l'homme et sur la raison. Il ne tarde pas à se lancer dans la lutte philosophique. L'essai sur
(1746) La religieuse(1760) Discours sur la poésie dramatique
L'interprétation de la Nature ( 1754) poursuit la mise au point progressive de sa vision moraliste du
De la suffisance de la religion Le Neveu de (réd. sans doute étalée (1758)
monde. En 1756, Diderot se lie à Sophie Volland, avec laquelle il entretiendra, de 1759 à 1774 , une
naturelle (1746) de 1761 à 1782 ; éd. 1805) Le Fils naturel ou les Épreuves de la
des plus admirables correspondances de la littérature.
La promenade du sceptique (1747) Lui et moi (réd. en 1762) vertu, comédie suivie des Entretiens

Lettre sur les aveugles à l'usage de Mystification ou L’histoire des sur le Fils naturel (1771)
Diderot se fait connaître comme auteur dramatique, il publie en 1757 Le Fils naturel où il s'explique sur
ceux qui voient (1749) portraits (1768) Le Paradoxe sur le Comédien (1773)
les réformes qu'il veut introduire dans le genre dramatique, sur le modèle du drame bourgeois ou de la
Lettre sur les sourds et muets (1751) Ceci n’est pas un conte (1772)
comédie sérieuse à l'anglaise, et se brouille avec Jean-Jacques Rousseau. La pièce n'est jouée qu'en
Pensées sur l'interprétation de la Satire première (réd. à partir de
1771, sans succès. En revanche, Le Père de famille, créé à la Comédie-Française en 1758, connaît
nature, essai (1753) 1773)
une jolie carrière.
Addition aux Pensées Jacques le fataliste et son maître,

philosophiques (1762) roman (1771-1778, Corr. 1778, éd.
À la demande de son ami Grimm, il devient, l'année suivante, le critique d'art de la revue La
Le rêve de D'Alembert, essai (1769) 1796)
Correspondance littéraire. Le Neveu de Rameau, Jacques le Fataliste sont en chantier. En 1769, Le
Principes philosophiques sur la Supplément au voyage de
Rêve de d'Alembert répond aux questions posées en 1754 sur l'origine de la vie. La structure de la
matière et le mouvement, essai Bougainville (éd. 1796)
matière, l'organisation des êtres marque l'apogée de son matérialisme.
(1770)

Regrets sur ma vieille robe de
En 1772 , il achève la publication des derniers volumes des planches de L'Encyclopédie. Entré en
chambre (réd. 1768, Corr. litt. 1769,
Critique d’art
relation avec l'impératrice de Russie, Catherine II, qui lui avait acheté sa bibliothèque, il décide en 1773
éd. 1772)
Publication des Salons (1759-1771)
de partir à Saint-Pétersbourg. Il revient l'année suivante fatigué et malade. Il donne en 1774, les
Entretien d'un philosophe avec la
Essai sur la peinture (1765)
Entretiens d'un philosophe avec la maréchale de *** . À partir de 1776 , la production de Diderot se
maréchale de ***dialogue
Pensées détachées sur la peinture
philosophique (réd. 1773-1774, Corr.
raréfie. Sa santé est devenue précaire. En 1778, paraît l'Essai sur la vie de Sénèque, de Jacques le
(1781)
1775, éd. 1777)
Fataliste.

Lettre sur l’examen de l’Essai sur les
En 1782, L'Essai sur les règnes de Claude et de Néron nous livre le dernier état de la pensée de
préjugés (1774)
Diderot. Le moraliste l'emporte sur le philosophe : le stoïcisme est une attitude digne de l'homme. Réfutation d'Helvétius (1774)

Lettre apologétique de l'abbé Raynal
Le 31 Juillet 1784, Diderot est emporté par une attaque d'apoplexie. Son corps repose à l'église Saint-
à Monsieur Grimm (1781)
Roch à Paris.
Additions à la Lettre sur les aveugles
(1782) La Question du Titre

Le Titre du roman est original : Jacques le Fataliste et son maître. Le titre éponyme. présente d’emblée
un rapport entre les deux personnages du roman, mais il crée également une certaine forme
d’interrogation de la part du lecteur.

I) Les enseignements du titre
1) Les deux personnages principaux du roman (titre éponyme)

- Les deux personnages principaux sont présentés de manière différente : le premier (visiblement le valet)
est présenté avec une double détermination :

- Son prénom : Jacques. Le terme (un simple prénom) désigne à la fois une identité et un état : il
désigne un personnage populaire et original, souvent issu du monde paysan et fait référence aux
jacqueries : cela suggère un personnage à la fois simple et décalé.
- Son caractère, sa philosophie de la vie : le Fataliste. La majuscule et la substantivation de
l’adjectif assimilent Jacques à cette doctrine : tout cela est écrit là-haut, sur le grand rouleau ne
cesse de répéter Jacques. L’étymologie (Fatum = destin) suggère que pour Jacques , l’homme est
déterminé dans ses actions, c’est-à-dire qu’il n’a pas la liberté d’influer sur le cours des choses.
Cette philosophie déterministe initiée par Spinoza part de l’idée matérialiste de l’univers en tant
que « tout uni » suggère d’emblée une réflexion sur la philosophie de Spinoza.

- Le second, le maître : il est le second personnage principal. désigné simplement par son statut social
(maître de Jacques), il n’est ni nommé ni identifié. Il n’est apparemment qu’un faire-valoir pour Jacques.
(il apparaît en second).

2) Les enseignements thématiques

- Le titre suggère la notion de duo, voire de couple. Les deux personnages semblent
complémentaires, et même composer une seule entité : l’un sera le complément, la conscience de
l’autre. La structure dialoguée dominante dans le roman est déjà annoncée.

- La question de la relation maître-valet est posée immédiatement à travers le titre : l’ordre de
présentation, les précision et le déterminant « son » engendrent immédiatement la question du
rapport entre les deux personnages. Qui mène l’autre, la question sera posée au sein de l’œuvre.

- L’ordre inversé des personnages laisse également supposer un traitement décalé de l’œuvre par
rapport à cette thématique. L’ordre bouleversé annonce un roman bouleversant les principes de
ces rapports, au même titre que les histoires qui les réunissent.

II) Une réflexion implicite sur le titre : « la querelle à l’auberge du Grand Cerf » (p
229 à 237)- lecture suivie
-L’origine de la querelle trouve sa source dans une remarque anodine du maître : Préférer un Jacques. (la
pointe ironique engendre une situation conflictuelle entre la valeur et la naissance.

1) Le rapport maître- valet mis en question

Les raisons de la querelle : le rapport valeur- naissance
- Pour le maître, il est surprenant qu’une jeune fille puisse préférer un valet à un aristocrate . La notion de
valeur personnelle lui semble dérisoire.
- Pour Jacques, la valeur dans certaines circonstances l’emporte sur la naissance : Si… Jacques n’avait pas
mieux valu que son maître ».
Débat propre aux Lumières (naissance / mérite)
Le fond de la querelle : le refus d’obéissance, le droit à la liberté d’action

Une révolte du valet (refuse d’obéir au maître) et une crise d’autorité du maître.
- Le débat sur le rapport antérieur (p 230) suggère la complexité de leur relation (amitié, compagnons, ≠
supérieur, subalterne
- La déclaration de Jacques (230-231) est une allusion directe au titre : il remet en question l’autorité du
maître et fait allusion au destin du roman : on dira Jacques et son maître.
- La scène burlesque (théâtralité de l’extrait) semble un jeu de Diderot, s’amusant à démontrer le
fatalisme de la situation : la révolte du maître est ridicule car il ne peut transformer le sens de l’histoire
et du titre.

La médiation de l’hôtesse

- Présentée comme un ordonnance juridique, elle se présente en trois temps :
o Rappel de statuts respectifs (un bon maître, un bon valet).
o Annulation- recréation de l’égalité de fait entre les deux personnages (démontre le caractère
inamovible de leur situation tout en faisant que Jacques obéisse à son maître une fois).
o Obligation de rendre cette inégalité définitive.

La liberté d’action n’existe pas (J. finit par descendre, mais le rapport maître-valet n’existe pas plus).

La réconciliation

- D’abord basée sur un constat :
o Le maître : tant que je vivrai, il sera mon maître et je serai son serviteur.
o Le valet : il est écrit là-haut que je vous suis essentiel

Nouvelle justification du titre (le maître n’existe pas sans Jacques) : vous auriez le titre et j’aurais la
chose , ce que Jacques définit comme un proverbe : Jacques mène son maître.

Conclusion
Diderot s’amuse avec ses personnages et avec son lecteur : il présente une situation maître- valet
originale, qu’il justifie à partir du titre donné à son roman : la question se pose de savoir lequel des deux
est la conséquence de l’autre.
1JACQUES , subst. masc.
A. 1. HIST. DE FRANCE. [Avec une majuscule] Participant de la Jacquerie de 1358. L'émeute était aussi dans
les campagnes où la misère soulevait ceux qu'on appelait « les Jacques » (DRUON, Lis et Lion, 1960, p. 380). V.
Jacquerie ex. 1.
2. a) P. ext., littér. Paysan :
Où le Jacque [sic], épuisé de son labeur, oublie sa grand'misère avec la chaîne qui le lie. LECONTE DE LISLE,
Poèmes barb., 1878, p. 340.
b) Vx. Homme misérable et marginal. Synon. crève-la-faim (fam.), gueux, meurt-de-faim (fam.), miséreux, va-nu-
pieds (fam.). Suivant les journaux élyséens, (...) le coup d'État avait été dirigé uniquement contre les rouges, les
socialistes, les partageux, les brigands, les
B. Fam. (parfois avec majuscule). Niais, sot. Synon. ballot (fam.), cloche (fam.), idiot, imbécile. Ton Jacques de
père aurait dû poser deux ou trois questions à l'homme. Et moi, ne pas me faire rouler comme un lièvre
(POURRAT, Gaspard, 1931, p. 153).
Loc. Faire le jacques (parfois avec majuscule). Faire l'imbécile, agir stupidement. Voyons, chef, je vous le
demande : est-ce mon rôle d'aller faire le Jacques et de répandre de l'encre sur le cahier de décisions pour sauver
la mise à deux gouapes? (COURTELINE, Gaietés esc., 1886, VII, 2, p. 98

FATALISME, subst. masc.
Doctrine suivant laquelle le cours des événements échappe à l'intelligence et à la volonté humaine, de sorte que la
destinée de chacun de nous serait fixée à l'avance par une puissance unique et surnaturelle. En vérité, je suis tentée
de croire au fatalisme, et de m'abandonner à ma destinée (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1854) :
Si le hasard n'est pas, il faut admettre le fatalisme, ou la coordination forcée des choses soumises à un plan
général. BALZAC, L. Lambert, 1832, p. 131.
P. ext. Attitude morale, intellectuelle d'une personne qui se soumet à l'événement. Il y a là plus de fatalisme que
de croyance en l'action (BARRÈS, Cahiers, t. 12, 1919-20, p. 152). Il rêvait des heures, là-haut, triste et heureux.
Il avait fini par acquérir une espèce de fatalisme (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935)

Lecture analytique (1) : l’incipit

Introduction
L’ouvrage de Diderot est déconcertant, tant sur le plan de la forme que sur celui du genre qui le
détermine. L’incipit place immédiatement le lecteur dans une situation inattendue : loin de répondre aux
traditionnelles questions initiales (qui parle ? de qui ? où ? et quand ?), l’incipit propose un cadre
surprenant.

I) Un incipit inattendu
1) Le refus de présenter le cadre de l’histoire.

Le début du roman rompt avec toutes le conventions narratives.

- A chaque question posée sur le cadre correspond une réponse évasive : Comment s’étaient-ils rencontrés
Par hasard. D’où venaient-ils ? Où allaient-ils ? Du lieu le plus prochain ; Est-ce que l’on sait où
l’on va. Diderot rappelle ici les conventions du roman pour s’en amuser.
- Néanmoins, quelques repères spatio-temporels nous sont proposés malgré tout : bien après la bataille de
Fontenoy = 11 mai 1745 ; moment de l’après-dînée, au sortir d’un cabaret en campagne (les champs).

2)La mise en scène de quatre instances principales

Dès le début de l’incipit, le lecteur est confronté à quatre instances dont deux au moins sont inattendues :

Les personnages principaux :

- d’abord désignés par ils, ils ne sont pas identifiés (Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe.
Diderot joue d’entrée avec une des conventions de l’incipit : la présentation des personnages. Le lecteur
n’en connaîtra pas plus que ce que le titre avait évoqué : Jacques / le maître
- Néanmoins, la suite (le début du dialogue) propose quelques repères permettant de situer les personnages :
o Jacques
a eu un capitaine (il a été soldat après une querelle avec son père : un régiment passait…
je m’enrôle), il a été blessé au genou : un coup de feu boiteux.
il aime boire car il s’enivre de… mauvais vin.
Il a été amoureux : l’enjeu apparent de la suite sera d’entendre les amours de Jacques.
Il aime philosopher (nombreuses phrases d’allure proverbiale).
o Le maître : peu d’informations nous sont données ;
on le devine croyant (cela n’est pas chrétien), plutôt nonchalant (il s’endormit),
mais il a aussi un caractère emporté : dans une colère terrible, coups de fouet.
Enfin il joue le rôle d’intermédiaire entre le lecteur et l’auteur : il pose des questions (tu as
été amoureux ; Et cela par un coup de feu ; Et pourquoi cela ? il invite Jacques, et
donc l’auteur à entrer dans une narration traditionnelle.

Deux instances inattendues : le narrateur et le lecteur

- Le narrateur :

o Il manifeste sa présence par ses réponses énigmatiques aux premières questions : il prétend ne rien
connaître des héros, et brise le principe du narrateur omniscient.
o Puis s’efface un temps pour laisser la parole aux personnages : le maître ne disait rien. Jacques
disait .
o Il interrompt l’histoire qu’il a commencée pour une première digression : il énumère toute une
série de moyen de retarder l’histoire (faire attendre trois ans, séparer maître et valet, faire
Jacques cocu, le déporter) : mais le narrateur annonce d’emblée son projet : refuser le romanesque
facile : qu’il est facile de faire des contes. L’écrivain est libre de ses choix.
- Le narrataire :

o Nommé lecteur par le narrateur ou vous, il est interpellé à tout moment (voilà la seconde fois que
vous me posez cette question). On devine alors que toutes les interrogations initiales sont de lui :
l’histoire présentera donc également un dialogue entre un narrateur fictif et un lecteur fictif qui
observent Jacques et son maître dans leurs pérégrinations.

3) Une entrée en matière philosophique

L’incipit présente deux conceptions contradictoires sur la question de la liberté individuelle :

- Celle de Jacques : elle relève à la fois

o Du déterminisme : tous les éléments du monde sont intimement liés les uns aux autres (chaque
balle à son billet ; les événements sont liés comme les chaînons d’une gourmette). Pour Jacques,
il existe un lien insécable entre sa blessure au genou et ses aventures amoureuses : l’univers
constitue un tout cohérent et organisé dont l’homme fait partie intrinsèque. De même,
l’endormissement du maître engendre l’égarement des personnages qui engendre la colère et les
coups.
o Le fatalisme : il apparaît en filigrane dans les premières lignes : les paroles du capitaine (tout ce
qui nous arrive de bien et de mal ici-bas est écrit là haut) annoncent un leitmotiv du texte :
l’homme ne possède aucune liberté individuelle, et son destin est tracé. En outre, l’être humain ne
peut connaître ce destin et donc aucunement l’influencer : Le moment…est-il venu ? Qui le sait ?

- Celle du narrateur

o Il est au contraire le tenant d’un libre-arbitre revendiqué : le refus de céder aux conventions
romanesques (Cf. les hypothèses) traduit le refus de voir s’imposer un « parcours littéraire ».
o L’absence d’origine et de but déclaré pour les aventures de Jacques introduit l’idée de hasard (A
tout hasard, commence toujours) : l’absence de plan préétabli au roman engendre l’idée que le
hasard détermine les choses, et ce au gré des choix individuels de chacun.

Conclusion
Diderot, outre le fait qu’il annonce par avance qu’il va mettre un roman qui va à l’encontre des principes
du genre (je n’aime pas les romans, déclare-t-il) fait immédiatement comprendre à son lecteur la portée
philosophique de son œuvre. Réfléchir et débattre sur les notions de libre-arbitre et de fatalité.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.