RAPPORT D'ACTIVITES

Publié par

2 0 1 0 Fedict | Rue Marie-Thérèse 1/3 | 1000 Bruxelles | Fe d ict R ap p o rt d 'activités 2 0 1 0 RappoRt d‘activites
  • collaborateurs ict adéquats
  • système efficace de gestion de l'identité et de l'accès
  • prestation de services de l'administration
  • ict shared
  • fedict
  • fedict shared
  • services publics
  • service du public
  • service publics
  • services publiques
  • service public
  • services au public
Publié le : lundi 26 mars 2012
Lecture(s) : 30
Source : fedict.belgium.be
Nombre de pages : 88
Voir plus Voir moins
RappoRt dactivites 2 0 1 0
Préface
Une organisation en mouvement 1. Vers un Service public fédéral ICT 2. Vers une coupole à trois entités
Les activités en 2010 1. Fedict 2. Fedict Shared Services 3. Fedict Select 4. Services de support
Gestion des performances et moyens
Conclusion
4 
9 12 18
37 40 66 68 70
79
87
Fedict Rapport d’activités 2010
Table de matières
p. 3
Fedict Rapport d’activités 2010
p. 4
Luc Van den Bossche a été ministre de tutelle de Fedict du 11 mai 2001 au 12 juin 2003.
Préface
p. 5
Fedict Rapport d’activités 2010
p. 6
Préface
Chers lecteurs,
C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de fierté afin de renforcer l’efficacité et la rapidité de la procédure de que je vous présente notre Rapport d’activités sélection dans un monde ICT qui évolue à toute vitesse. La 2010. Enthousiasme car, en 2010, nous avons demande accrue de collaborateurs ICT adéquats témoigne continué à bâtir un e-government efficace. bien entendu de l’importance croissante de l’e-government. Et fierté, car nous pouvons placer ce rapport En 2008, nous avons également intégré Fedict Shared sous le signe de notre dixième anniversaire. Services afin d’encore élargir notre prestation de services. Dix années de Fedict, synonymes de dix années Fedict Shared Services fournit des services logistiques comme d’innovation. Une histoire de changement le soutien des helpdesks locaux et des applications serveurs permanent, d’innovation continue. comme la messagerie, les sauvegardes et le monitoring.
D’abord et avant tout, d’un point de vue organisationnel. Tant le nombre de collaborateurs que la prestation de services de Fedict ont connu une évolution spectaculaire au cours de ces dix ans. Au moment de notre création en 2001, nous étions 8 collaborateurs. Fin 2010, ce chiffre était passé à 76. Nombre de ces nouveaux collaborateurs sont détachés par Fedict Select, l’ASBL qui s’occupe du recrutement du personnel ICT spécialisé. Fedict a intégré cette ASBL en 2006
L’intégration de Fedict Select et Fedict Shared Services poursuit un seul et même objectif : une prestation de services de l’administration à ses clients qui soit rapide, transparente, conviviale en termes d’utilisation, concrète, efficace et fiable. Pour y parvenir, nos tâches principales ont elles aussi évolué dans une large mesure. Pendant les premières années de notre existence, nous avons posé les bases de l’e-government : les fondements techniques. Avec le concept des ‘sources
authentiques’, tous les services publics gèrent leurs propres Depuis la mise en production de ces fondements techniques données spécifiques. Chaque service responsable veille à en 2003, nous nous sommes de plus en plus concentrés sur ce que ses sources authentiques soient justes, complètes et des applications et des services d’e-government concrets. précises. Étant donné qu’il fallait pouvoir échanger les données En collaboration avec différents partenaires, nous avons, ces issues des sources authentiques, les instances devaient être dernières années, conçu de nombreux services et applications reliées entre elles. La solution fut apportée par FedMAN, un innovants en vue d’améliorer la facilité d’utilisation pour les réseau puissant et sécurisé via lequel les instances publiques clients de l’administration. Et 2010 n’a pas fait exception à la peuvent échanger des informations électroniquement. Le règle : nous avons lancé de nouveaux services et applications, FSB veille à ce que cet échange de données se déroule de et optimisé et étendu les applications et services existants. Le façon structurée. Une fois le travail en coulisse terminé, il présent Rapport d’activités 2010 vous dit tout ce qu’il y a lieu nous restait encore à concevoir une plate-forme sur laquelle de savoir à ce propos. les utilisateurs pourraient consulter les divers services. Nous avons donc créé www.belgium.be, le site portail rassemblant en un seul lieu toutes les informations et tous les services de l’administration fédérale. Un système efficace de gestion de l’identité et de l’accès garantit que les utilisateurs n’accèdent qu’aux informations et services les concernant. Le token fédéral et la carte d’identité électronique (eID) jouent un rôle crucial dans ce contexte.
Bonne lecture ! Jan Deprest, Président du Comité de direction
Fedict Rapport d’activités 2010
Préface de Jan Deprest, Président du Comité de direction
p. 7
Peter Vanvelthoven a été ministre de tutelle de Fedict du 17 octobre 2005 au 20 décembre 2007.
Une organisation en mouvement
Fedict Rapport d’activités 2010
2001
Création de Fedict  p.13
p. 10
2002
Fedict est opérationnel
2003
Informatisation de l’Etat
2004
Informatisation de la société
2005
Région de l’innovation et de la connaissance ICT
L’approche de Fedict se concentre sur ces trois domaines imbriquésp.16
La société évolue à un rythme effréné. Une évolution portée par un meilleur enseignement, la croissance économique et le progrès technologique, impliquant que les gens aient d’autres attentes de la part des prestataires de services aujourd’hui qu’il y a une vingtaine d’années. Ils demandent une plus grande interaction et attendent un service de qua-lité, répondant à leurs besoins et leurs souhaits.
L’administration, le principal prestataire de services du pays, n’échappe pas à la règle. Au contraire, elle doit prendre l’ini-tiative de s’adapter aux nouvelles attentes. Cette prise de conscience augmente fin du vingtième siècle et l’administra-tion est réorganisée en fonction de ses clients. Dans la pre-mière partie de ce chapitre,‘Vers un Service public fédéral ICT’, nous aborderons cette réforme plus en détail. À partir de la page 12, nous verrons pourquoi nous avons besoin d’un Service public fédéral ICT, quelles sont ses tâches, quelles valeurs il vise et à quels domaines il s’adresse.
2006
Intégration de l’ASBL E-gov p.30
2007
Fonctionnement matriciel p.23
Fedict mène ses activités dans un environnement en perpé-tuelle évolution. Dans ce contexte, il est logique que le SPF se remette constamment en question et continue d’innover. Cet esprit innovant ne s’exprime pas uniquement dans les pro-grammes, les projets et les services, mais aussi dans la struc-ture organisationnelle et le fonctionnement. L’innovation n’est cependant pas un but en soi ; elle est induite par les objectifs auxquels l’organisation aspire. Fedict innove dans le but de pouvoir mieux accomplir sa mission et en vue de développements futurs.
2008
2009
Intégration des ICT Shared Services p.26
Les ICT Shared Services deviennent les Fedict Shared Services p.26 
L’ASBL E-gov devient Fedict Select p.30 
D’un point de vue organisationnel, les étapes-clés sont 2006 et, surtout, 2008. En 2006, Fedict intègre l’ASBL E-gov, en 2008, les ‘ICT Shared Services’. Depuis lors, Fedict se posi-tionne comme une organisation coupole chapeautant trois entités : Fedict, l’ASBL E-gov et ICT Shared Services. Pour diffuser ce positionnement de manière uniforme, tant le nom que l’identité graphique sont harmonisés : l’ASBL E-gov devient Fedict Select, et ICT Shared Services devient Fedict Shared Services. Dans la seconde partie de ce premier cha-pitre,‘Vers une coupole à trois entités’, nous nous pen-cherons sur l’évolution de l’organisation et sur les trois entités. Vous trouverez toutes les informations à ce sujet à partir de la page 18.
Fedict Rapport d’activités 2010
2010
p. 11
Fedict Rapport d’activités 2010
1. Vers un Service public fédéral ICT
p. 12
Modernisation de la fonction publique En 2001, l’administration fédérale belge, sous la direction du ministre Luc Van den Bossche, est réformée en profon-deur. Cette réforme Copernic doit faire de l’administration un meilleur prestataire de services, mais aussi un meilleur employeur.
La modernisation repose sur quatre piliers :
 Une nouvelle structure des services publics,où les ministères fédéraux traditionnels sont scindés ou regrou-pés pour devenir des services publics fédéraux. Dix SPF verticaux sont responsables d’un domaine politique spéci-fique, tandis que quatre SPF horizontaux offrent des ser -vices qui concernent tous les SPF. Ils soutiennent et accom-pagnent les autres SPF sur la base de leurs compétences et connaissances.  nouvelle culture de management, Une où les hauts fonctionnaires reçoivent un mandat de six ans, où chaque SPF a plus d’autonomie et de contrôle quant à son budget et où la communication bidirectionnelle entre le manage-ment et les collaborateurs joue un rôle central.
 Une politique du personnel moderne,mettant l’accent sur le développement des compétences et les perspectives de carrière des collaborateurs.  meilleures méthodes de travail, Deen investissant mieux dans l’humain, l’infrastructure, les systèmes et les processus. L’e-government met l’accent sur une presta-tion de services améliorée et une utilisation plus efficace des informations publiques. Il définit l’orientation straté-gique de la façon dont l’administration se modernise elle-même et dont elle réforme ses processus, en mettant en place de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dans cette perspective, l’e-government est traité de manière bien plus large que la seule ‘version électronique des services administratifs existants’. Il place les citoyens et les entreprises au centre de ses préoccupa-tions et est donc l’incarnation de la réforme Copernic sous toutes ses facettes.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.