REPONSES AU QUESTIONNAIRE

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : mise
  • cours - matière potentielle : mise en œuvre
  • leçon - matière potentielle : tirées
  • cours - matière potentielle : élaboration
  • cours - matière potentielle : finalisation
REPONSES AU QUESTIONNAIRE PAR LE BURKINA FASO Documents A. Expériences 1) les moyens objectifs de mesurer l'engagement politique. 1.1 Oui des mesures existent pour mesurer l'engagement politique ; 1.2 Principaux indicateurs : Elaboration de la Stratégie de Croissance Accéléré et de Développement Durable (SCADD,) création du MEDD ; prise en compte de l'environnement et le développement durable dans l'élaboration des politiques sectorielles ; 1.3 Tous. 2) l'engagement politique connaît un progrès de 1992 à nos jours car très peu de choses étaient faites en 1992 en termes institutionnel dans le sens du DD.
  • structure de coordination de ressources humaines
  • élaboration des politiques sectorielles
  • cout de la dégradation et du cout de remediation
  • engagements politiques
  • engagement politique
  • pauvreté
  • ressource naturelle
  • ressources naturelles
  • développement durable
  • développement durables
  • développements durables
  • environnement
  • environnements
  • développement économiques
  • développement economique
  • développement économique
  • développements économiques
Publié le : mardi 27 mars 2012
Lecture(s) : 45
Source : uncsd2012.org
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins


REPONSES AU QUESTIONNAIRE PAR LE BURKINA FASO

Documents A.

Expériences

1) les moyens objectifs de mesurer l’engagement politique.
1.1 Oui des mesures existent pour mesurer l’engagement politique ;
1.2 Principaux indicateurs : Elaboration de la Stratégie de Croissance Accéléré et
de Développement Durable (SCADD,) création du MEDD ; prise en compte de
l’environnement et le développement durable dans l’élaboration des politiques
sectorielles ;
1.3 Tous.

2) l’engagement politique connaît un progrès de 1992 à nos jours car très peu de
choses étaient faites en 1992 en termes institutionnel dans le sens du DD.
L’engagement de la communauté internationale est évident depuis 1992 à travers
des appuis considérables ;

Facteurs de succès :

3) Des appuis financiers et institutionnels ont été accordés au Burkina Faso pour
renforcer le support politique du DD ;

4) Secteurs où l’engagement politique a été le plus fort : gestion des ressources
naturelles (gestion durable des terres, biodiversité, eau, etc.). Les facteurs qui
peuvent expliquer cet engagement sont d’ordre alimentaire, économique et
écologique ;


5) L’élaboration du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, l’adhésion aux
différentes conventions de la génération de Rio montre que le soutien politique
pour les questions critiques a été renforcé.
Ces exemples, par le souci de prendre en compte les aspects sociaux et
économiques des populations d’une part et d’autre la volonté de gérer
durablement le capital productif (terres, biodiversité, etc.) s’appliquent au
Développement.

Défis :

6) Priorités du gouvernement pour accélérer le progrès envers le DD :
développement économique et social (Burkina émergent) et des efforts dans le
domaine de la restauration de l’environnement ;

7) La coopération internationale pourrait renforcer le soutien pour le
développement en appuyant les structures chargées de sa mise en œuvre dans le
domaine du renforcement des capacités et des moyens de cette mise en œuvre.
8) Il ya des arbitrages difficiles entre les trois piliers du développement durable. En
effet, avec les piliers économiques et sociaux, le pilier environnemental a de la
peine à se faire prendre en compte. Devant la pauvreté ambiante du pays, l’Etat
et ses partenaires ont tendances à privilégier les piliers économiques et sociaux

Document B

Expériences

1) Quels indicateurs ou information sur le développement durable se sont montré
les plus utiles pour évaluer les écarts et les progrès envers le développement
durable? Svp, classez ces derniers par ordre d’importance avec 1 = plus
important. Mettre en pièce-jointe, ou fournir aussi un lien pour les données
statistiques pertinentes svp.


o Indicateurs Économiques (croissance économique, commerce)
o de Pauvreté (Indice de pauvreté ou autres mesures, spécifier svp)
o Sociaux (Chômage, espérance de vie)
o Indicateurs Compréhensifs (IDH, OMD)
o Indicateurs Environnementaux (Indice de Durabilité de l’Environnement (IDE),
Empreinte écologique, autres, spécifier svp.)
o Résultats de Sondages d’Opinion Publique

2) Quels indicateurs d’objectifs et de stratégies intégrées sont les plus utiles?
Classez-les selon leur ordre d’importance.

o Indicateurs de Résultats (corrélation entre les indicateurs de changement
économique, social, et environnemental) ;
o Indicateurs institutionnels (utilisation des stratégies intégrées, établissement de
mécanismes de coordination) ;
o Indicateurs d’engagement (fiscal ou autre soutien pour les programmes intégrés
de développement durable) ;
o Indicateurs lies à l’information (développement d’outils d’analyse et de
d’évaluation, collection de données, investissement dans la recherche) ;
o Liens : www.scadd-burkina.com.

3) En se basant aussi bien que possible sur ces indicateurs, pouvez-vous fournir une
évaluation des progrès fait envers le développement durable ces 18 dernières années
(1992-2010) (a) au niveau de votre pays (si possible) et (b) au niveau global. Svp mettre
en pièce-jointe toutes études techniques ou analyses politiques pertinentes sur le sujet.
Pour chaque entrée, veuillez fournir svp l’article original ou un lien internet,
accompagné d’un court résumé.

Depuis les 18 dernières années, des progrès sont faits dans le domaine de la prise en
compte des trois piliers du Développement durable au Burkina à travers le Cadre
Stratégique de Lutte contre la Pauvreté(CSLP) et la création du Conseil National pour
la Gestion de l’Environnement (CONAGESE) en 1995 puis devenu Conseil National
pour l’Environnement et le Développement Durable (CONEDD) en 2002. Il faut ajouter
à cela la création d’organes ministériels, interministériels et du secteur privé de mise en œuvre du développement durable : Comité Interministériel de Développement Durables,
Cellules environnementales au sein des ministères(12) et des entreprises(6), et des
régions(3) etc.
Aux niveaux local : création des commissions environnement et développement local
dans toutes les communes.
Elaboration d’un plan d’action de mise en œuvre des réformes institutionnelles et
juridiques pour la décentralisation dans le secteur forestier(2006).


Facteurs de Succès
4. Quels facteurs expliquent les progrès dans la mise en œuvre? Classez-les selon leur
ordre d’importance.

o Utilisation de stratégies intégrées
o Investissement dans la capacité technique et institutionnel
o Soutien financier de ressources internationales
o Croissance économique généralisée ou prospérité
o Les réalités au niveau de la dégradation de l’environnement


5) Votre gouvernement a-t-il introduit une planification intégrée et une prise de décision
pour le développement durable? Si oui, sous quel titre (SNDD, DSRP, PANE, etc.).
Quelles sont les leçons tirées de cette expérience?


Oui, sous le titre de PANE, CSLP et de Stratégie de Croissance Accélérée et de
Développement Durable (SCADD.), le Programme national du secteur Rural(PNSR) en
cours de finalisation. Le plan d’action du MAEP (Mécanisme d’évaluation par les Pairs)
Les leçons tirées sont nombreuses et vont d’une prise de conscience des décideurs et de
tous les acteurs de développement et l’engagement de tous à faire changer les choses.
Toutefois l’insuffisance de ressources et de coordination ne permettent pas toujours la
réalisation d’actions concrètes.

6) Ces dernières sont-elles des exemples de solides partenariats public-privé pour le
développement durable dans votre pays? Comment ont-ils été promus?

Cela implique tous les acteurs. Il faut relever que l’implication du secteur est toujours
timide compte tenu de son organisation et ses limites. Des outils existent comme « la
concertation annuelle gouvernement -secteur privé » et le symposium « environnement
et secteur privé »

7) L’assistance technique des entités du système des Nations-Unies a-t-elle été un
facteur-clé dans l’explication des progrès liés au développement durable? Si oui, dans
quels secteurs (OMD, énergie, eau, santé, agriculture, biodiversité, forêts, changement
climatique, emplois, autre)?

Oui, l’appui des entités du système des Nations Unies a été un grand facteur des
résultats obtenus dans les domaines de la diversité biologique, de l’eau, de l’énergie, de
la forêt, des changements climatiques ainsi que dans les OMD.
Défis
8. Quelles sont les principales barrières à la mise en œuvre? Classez-les selon leur ordre
d’importance avec 1 = plus important.

1) Faible priorité politique pour les prises de décisions intégrées ;
2) Coordination inadéquate entre ministères ;
3) Manque de données ;
4) Sensibilisation ou engagement du public inadéquat ;
5) Problèmes crées par une croissance ralentie ;
6) Soutien international inadéquate ou imprévisible ;
7) Faiblesse des ressources allouées ;
8) Difficultés d’implication du secteur privé.


9) Quelles sont les mesures qui doivent être prise pour faire face à ces barrières dans un
effort de combler les lacunes de la mise en œuvre?

Les principales mesures sont :
 une volonté et un engagement politiques plus accrus ;
 une bonne stratégie de communication ;
 un appui financier conséquent pour la mise en œuvre du DD ;
 le renforcement des capacités à tous les niveaux ;
 une meilleure coordination de l’action des ministères ;
 doter la structure de coordination de ressources humaines et financières adéquates ;
 des solutions alternatives de l’exploitation de certaines ressources (forêts, faune,
pêche, etc.), ce qui implique la lutte contre la pauvreté des populations.

10)Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans la promotion de
planification et de prise de décision intégrées ?

C’est essentiellement le niveau de prise en compte de l’environnement dans les politiques
sectorielles et par le secteur privée. A cela s’ajoute l’insuffisance de capacités dans le
mainstreaming, accentué par une insuffisance de contrôle et de suivi.

11) Quelles actions supplémentaires pourraient être prises pour promouvoir des
actions volontaires et des partenariats effectifs?

Sensibilisation et conscientisation et motivation de tous les acteurs et des partenaires.
Des mesures incitatives pour le secteur privé. (Allègement fiscal et transfert de
technologies propres)

Risques

12) Quelles sont les risques d’un progrès soutenu envers la convergence entre les trois
piliers du développement durable?

Que certains projets à effets à long terme ne soient pas mis en œuvre. Et appui limité de
certains partenaires.















Document C
Questionnaire : Relever les nouveaux défis émergents

Expériences
1) Quels cinq nouveaux défis émergents risquent plus fortement d’avoir un impact
important sur les perspectives de développement durable de votre pays dans la
décennie à venir? Les classez selon leur ordre d’importance svp.

o Pauvreté ;
o Changements climatiques ;
o La recherche d’un développement économique ;
o Le niveau d’instruction des populations ;
o Les modes de consommation et de production

2) Quels mécanismes ont été mis en place par votre pays pour faire face à ces défis: au
niveau local? Au niveau national?

Mécanismes au niveau local : élaboration d’agenda 21 locaux en cours ; amélioration des
systèmes de production ;.
National : création d’emplois ; amélioration du niveau d’éducation et d’instruction des
populations ; faire la promotion des MCPD ; promouvoir le Mécanisme pour un
Développement Propre (MDP) ; Elaboration de la SCADD qui combine stratégie de lutte
contre la pauvreté et promotion du développement durable y compris les OMD.

3) Dans lesquels de ces domaines le soutien de la communauté international est-il à
venir? Dans quels domaines un nouveau soutien ou un soutien renforcé de la
communauté internationale est-il nécessaire?

Dans tous les domaines, on s’attend à un soutien du niveau international
Un nouveau soutien renforcé sera nécessaire dans les MCPD et l’économie verte.

4) Quels nouveaux défis émergents doivent être exécutés à la CNUDD ?

La lutte contre la pauvreté, la gestion des déchets et les transports urbains
constituent de nouveaux défis qui doivent être exécutés à la CNUDD




Facteurs de succès

5) Quels facteurs expliquent la capacité de succès pour relever les nouveaux défis
émergents ?

o Ressources financières adéquates
o Investissement dans les infrastructures nécessaires
o Alphabétisation et sensibilisation auprès de la population
o Systèmes de communications effectives
o Disponibilité des données et des capacités technique
o Coopération Sud-Sud
o tion régionale ( Afrique, UEMOA , CEDEA)


6) Quelles mesures ont été prises ou sont en considération dans votre pays pour
renforcer ces facteurs de succès ?

o Modernisation de l’administration ;
o Efforts dans l’élaboration de données statistiques ;
o Renforcements des capacités à tous les niveaux ;
o Intégration du pays dans des organisations africaines et sous régionales.

Défis ;

7) Comment est-ce que le lien entre science, éducation et politique peut être renforcé
pour faire face à ces nouveaux défis émergents, en particulier ceux identifiés plus
haut?
La science à travers la recherche propose des solutions innovantes qui donnent des
informations précieuses à la politique pour prendre des décisions idoines. Ces
décisions permettent d’inscrire dans le système éducatif des activités qui vont
pérenniser les actions et les inscrire dans la durée. Car les acteurs formés
développent des attitudes nouvelles et des comportements responsables face aux
thèmes émergents.


8) Comment est-ce que le soutien international peut être employé effectivement
pour faire face à ces défis?

Le soutien international peut être utilisé pour le renforcement des capacités
d’intervention des acteurs en vue l’opérationnalisation des politiques et mesures.
Cela pourrait s’accompagner d’un transfert de technologies.

Risques

9) Les nouveaux défis émergents posent-il un risque fondamental aux perspectives
de croissance économique et de développement de votre pays?

Oui les nouveaux défis de la CNUDD que sont la lutte contre la pauvreté
croissante, les catastrophes naturelles, les changements climatiques pourront poser un problème de l’exploitation exagérée des ressources naturelles et
compromettre le DD au Burkina Faso.

10) Comment est-ce que les risques sur les pauvres et les autres populations
vulnérables peuvent-ils être adressés?
Document D
Questionnaire sur
L’économie verte dans le contexte de l’éradication de la pauvreté et du développement
durable
I. Introduction
Le concept de l’économie verte est un des quelques concepts étroitement liés qui ont émergé ces
dernières années pour renforcer la convergence entre les trois piliers du développement durable.
Bien que l’idée présente un certain intérêt intrinsèque, des questions ont été soulevées concernant
sa clarté conceptuelle, sa définition précise, et ses implications pour les objectifs économiques et
sociaux clés.
Une question spécifique se rapporte à la différence entre le concept idéal “d’économie verte et les
implications à court et moyen termes de la “transition vers une économie verte”.
Dans la littérature, la plupart des textes invoque le terme dans le but de tracer le contour des
éléments et actions qui seraient normalement décrits comme “écologisation de l’économie”.
L’objectif étant donc de chercher à réunir sous une seule enseigne une vaste gamme de politiques
économiques reliés à l’atteinte du développement durable.
Le PrepCom a aussi soulevé un bon nombre de questions en regard de l’impact de la “transition
vers une économie verte” sur d’autres objectifs, notamment les performances macroéconomiques
(particulièrement la croissance du revenu), la compétitivité au commerce, le protectionnisme, la
conditionnalité de l’aide et la pauvreté et les moyens de subsistance.
De plus et, les délégués ont demandé pour le partage des expériences, facteurs de succès, défis, et
risques en application pratique avec quelques uns des outils recommandés.
II. Questionnaire
Les États Membres sont invités à fournir des contributions sur leurs expériences, facteurs de
succès, défis et risques pertinents au thème de la CNUDD “l’économie verte dans le contexte de
l’éradication de la pauvreté et du développement durable” en réponse aux questions suivantes qui
ont été développées en se basant sur les discussions tenues lors du premier PrepCom.
Expériences
1.
Existe-il un consensus entre les décideurs politiques de votre pays sur une définition précise du
terme “économie verte dans le contexte de l’éradication de la pauvreté et du développement
durable”? Si oui, comment est-il défini? (si pertinent, fournir toutes publications officielles ou
études analytiques sur le concept de l’économie verte ou ses implications opérationnelles et
sociales, le tout accompagné d’un petit résumé).

11 le concept d’économie verte a été lancé en avril 2011avec l’appui du PNUE 2011. La
définition actuelle c’est l’économie qui crée de la croissance, contribue à lutter contre la
pauvreté et qui dégrade moins l’environnement. Ce qui est important c’est la définition
de la CEDEAO adoptée a Addis Abéba en Ethiopie en 2011 et qui définit l’économie
verte « « l’économie verte est l’ensemble des activités conduisant à la réduction de la
pauvreté, la création d’emplois verts décents, des richesses et des revenus au profit de la
population, qui assure le bien être global pour toutes les personnes tout en maintenant un
environnement sain dans le respect des droits humains et de la contribution à la cohésion
sociale ».


.
Quels sont les principaux exemples de politiques liées à l’économie verte qui sont actuellement
mises en place dans votre pays? (dépenses gouvernementales sur les infrastructures “vertes”,
réformes des subventions, tarification de la pollution, marchés publics, autre) .
Les mesures gouvernementales en cours sont : la promotion des achats publics durables, un
symposium sur la responsabilité sociétale des entreprises, la promotion et la mise en œuvre
des évaluations environnmentales et surtout la promotion des produits forestiers non
ligneux. Des textes sur la circulation des produits dangereux. La comptabilité
environnementale est en cours.

.
Quelles politiques, ou types de politique, devrait-on considérer comme plus utiles pour
promouvoir une économie verte, et pourquoi?
La promotion des produits forestiers non ligneux, la gestion des déchets, car les effets sont
visibles. 80% de la population vit des ressources naturelles constituent .les produits
d’exportation reposent sur les mines, le coton, l’élevage. La gestion des déchets crée des
emplois verts décents et lutte contre la pauvreté. Les produits forestiers non ligneux
impliquent tous des acteurs de la filière dont les femmes depuis la cueillette, la
transformation et l’exportation.

.
Est-ce que la pauvreté et d’autres impacts sociaux probables sont-ils explicitement considérés
dans la conception des politiques d’économie verte? Si oui, comment?
La pauvreté est bien prise en compte dans la stratégie de croissance accélérée et de
développement durable pour la conception de politique d’économie verte par la prise en
compte des thèmes émergents (genre, emploi, environnement, aménagement du territoire,
renforcement de capacités et intelligence économique) dans l’élaboration des politiques
sectorielles.

1.
Ces politiques sont-elles mises en œuvre comme faisant partie d’une stratégie d’économie verte
cohérente ou d’une croissance verte?
Ces outils sont en cours d’élaboration.
1.
Quels sont les principaux bénéfices à tirer de la mise en œuvre d’une stratégie nationale pour
l’économie verte?

1. les bénéfices sont connus : génération de revenue, préservation de l’environnement,
création d’emplois décents, maintien de la cohésion sociale, croissance et par conséquent
lutte contre la pauvreté.
Quels secteurs économiques considérez-vous comme les plus important pour construire une
économie verte dans le contexte de l’éradication de la pauvreté et du développement durable?
Une économie verte basée sur la gestion des ressources naturelles, la pêche, la foresterie et
l’agriculture. Et la gestion des déchets.
Facteurs de succès
1.
Quelles politiques sur l’économie verte considéreriez-vous comme les plus efficaces?

1. la valorisation des ressources naturelles et une fiscalité environnementale claire Comment est-ce que ces politiques ont contribué à l’éradication de la pauvreté, ou à d’autres
objectifs spécifiques au développement durable?

1. la SCADD est en cours de mise en œuvre
Selon vous, quelles sont les raisons principales de ce succès? (disponibilité d’aptitudes
institutionnelles et techniques pertinentes, un fort soutien politique, un vaste engagement de la
société civile et des hommes d’affaires, un soutien international, autre)

1.
Quelles mesures et actions ont été prouvées efficaces dans la construction dans un engagement
politique et populaire pour les mesures liées à l’économie verte?
En cours de mise en œuvre l’Initiative – pauvreté- environnement du PNUD/PNUE et les
modes de consommations et de production durables.
Défis
1.
Existent-ils des études dans votre pays qui identifient les facteurs de succès, défis ou risques
associés aux politiques liées à l’économie verte soulignées à la Question 1? Pour chacun, fournir
un article original ou un lien internet, accompagné d’un petit résumé.
Il ya une étude récente conduite dans le cadre de l’Initiative Pauvreté - environnement
intitulée « évaluation économique de l’environnement et des ressources naturelles (2011) qui
met en relief la contribution de l’environnement et des ressources naturelles au PIB(6,48%)
ainsi que le cout de la dégradation et du cout de remediation qui donne des indications
sérieuses pour la promotion de l’économie verte.
1.
En se basant sur toutes les informations ci-dessus, quel(s) est (sont), selon vous, le(s) résultat(s)-
clé(s) qui vont émerger de la Conférence des Nations-Unies sur le développement durable.

12 la définition claire du concept de développement durable.
N’est il pas un frein à ceux qui sont développés et polluent ? N’est il pas un frein aux
pays émergents qui comment à exploiter au maximum leurs ressources naturelles
notamment minières ? Les liens économie verte et mode de consommation et de
production durables ? La transition vers une économie verte ? Les indicateurs ?
L’implication des financiers. Et l’échéancier pour une réelle économie verte ? Son
impact sur le commerce international ?

















Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.