Septembre - Octobre 2011 Les 3 et 4 septembre 2011

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : du jour par opposition aux cours
  • cours - matière potentielle : divers
  • exposé
  • leçon - matière potentielle : rattrapage
Université du 3e âge de LIEGE a.s.b.l. Avenue Joseph Prévers, 27 - 4020 Liège Tel : 04/370.18.01 - e-mail : Site : - Compte ING : BE19-3400-1501-3012 Edit. resp. JC. Lefebvre - Av. J. Prévers, 27 - 4020 Liège Septembre - Octobre 2011 Les 3 et 4 septembre 2011
  • tionale sur le thème de la connectivité
  • accord du bureau international des expositions
  • problématique de l'irrégularité dans la production d'élec- tricité
  • photo - photo club
  • production hybride de l'électri- cité
  • u3a
  • energie renouvelable
  • energies renouvelables
  • énergie renouvelables
  • énergie renouvelable
  • énergies renouvelables
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 87
Source : u3a.be
Nombre de pages : 68
Voir plus Voir moins


Septembre - Octobre 2011

Les 3 et 4 septembre 2011
eUniversité du 3 âge de LIEGE
a.s.b.l.
Avenue Joseph Prévers, 27 - 4020 Liège
Tel : 04/370.18.01 - e-mail : u3a@skynet.be
Site :www.u3a.be - Compte ING : BE19-3400-1501-3012
Edit. resp. JC. Lefebvre - Av. J. Prévers, 27 - 4020 Liège
2 Contact :septembre - octobre

GENERAL :
Soutien à Liège expo 2017 ………………………………………..… p. 04
Le petit mot du Président ………………………………... p. 05
Au futur pensionné ………………………………………………….. p. 06
Congés scolaires …………………………………………. p. 12
Excursion d’un jour à IDAR-UBERSTEIN ………………………. p. 47
Grille horaire ………………………………………………………... p. 65
Concerts à l’U3A ……………………………………….…. p. 67
COURS DIVERS :
A - Anglais - Allemand - Anthropologie - Aquagym - Arts décoratifs -
Art floral - Arts graphiques - Art moderne - Astronomie…... p. 07 à 18
B - Bridge ……………………………………………………………..……. p. 19
C - Chiffres § Lettres - Chinois - Civilisation médiévale ... …..p. 19 à 22
D - Danses traditionnelles ………………………………………………. p. 23
E - Espagnol - Espagnol perfectionnement …………….……... ….. p. 24
F - Fiscalité ……………………………………………………………. p. 24
G - Généalogie - Géographie - Gymnastique douce ….. p. 25 à 27
H - Histoire de : Architecture, Musique, Musique non classique -
Principauté, des Religions, Universelle ( JAPON) ………… p. 28 à 34
I - Italien - Informatique ………………………………….….. p. 28 et 35
Initiation à : l’hist. de l’Art - Peinture chinoise ……………….. p 39 à 40
L - Latin - Littératures ……………………………………………... p. 41 à 42
M - Marches DARRAS ………………………………………... p. 44
N - Néerlandais - Net volley (2 clubs) …………………………..……. p. 45
O - Œnologie ………………………..……………………………………. p. 46
P- Peinture sur soie - Philosophie 1 - 2 Photo - Photo Club Image -
Psychologie………………………………………………….……. p. 47 à 52
R - Russe …………………………………………………………………. p. 53
S - Sciences § nature - Scrabble - Splendeurs nordiques ….p. 54 à 57
T - Tai-chi-chuan …………………………. ………………………..… p. 55
U - Ukulélé ……………………………………………………… p. 58
V - Vidéo Club 8 / 16 … ……………………...… p. 59 à 60
W - Wallon (littérature) ……….……………………………...… p. 61 à 62
Y - Yoga ………………………………………………….…. p. 63 à 64

3
En 1905, Liège organisait une exposition universelle qui connut un
grand succès et laissa nombre de monuments (dont le pont de Fragnée)
et…des bénéfices. C’était 5 ans après Paris !
En 1939, forte de son expérience, Liège organisait une exposition
internationale sur le thème de l’eau, brutalement interrompue par le dé-
but de la seconde guerre mondiale...
En 2017, sur le thème porteur de la connectivité, Liège souhaite se
remettre à l’avant-plan de la scène mondiale avec une exposition interna-
tionale sur le thème de la connectivité.
Elle est confrontée, pour obtenir l’accord du bureau international
des expositions, à la candidature d’Astana, au Kazakhstan. Nous sommes
conscients que cette exposition apporterait un renouveau à Liège, dont le
tram ainsi que d’autres infrastructures.
Nous pensions que la situation liégeoise au cœur de l’Europe serait
un argument décisif vis-à-vis d’une ville au cœur du…désert mais, voilà, le
Kazakhstan possède gaz et pétrole et peut se permettre d’investir…à
perte. Il faut lutter contre des entreprises comme Total, française, qui
opère dans ce pays et que Paris ne veut pas fâcher.
Nous pouvons soutenir ce projet : il suffit de visiter le site
www.liege-expo2017.com
et de cliquer sur « Soutenir »
Nous le valons bien
JC Lefebvre
4

LE PETIT MOT DU PRESIDENT
L’université du Troisième Age de Liège est une des
plus anciennes…du monde ! L’idée de création d’uni-
versités pour les aînés a été proposée par le professeur
Vellas de l’université de Toulouse en 1973 et, grâce au
dynamisme des personnalités liégeoises, celle de notre
ville a été ouverte dès 1976. Le principe a gagné l’Eu-
rope entière avant de s’étendre au monde.
En Belgique, l’AFUTAB (association francophone des
universités du troisième âge de Belgique) coordonne
les activités des 14 membres dont Liège est probablement la plus importante.
Rappelons une fois encore que le terme « université » doit se compren-
dre dans le sens premier d’universel : elle est ouverte à tous quelles que soient
les études effectuées. Le « troisième âge » n’a rien de péjoratif puisque c’est
celui qui marque l’arrivée du temps libre à la fin d’une carrière profession-
nelle parfois fastidieuse. C’est le désœuvrement qui annonce la vieilles-
se précoce!
Chez nous, les plus de 50 ans trouveront ainsi quelque 45 activités de
jour et de toutes orientations qui permettront peut-être d’épanouir en vous
des dons que vous ignoriez ! Vous en trouverez le commentaire dans les pages
suivantes.
Forte de 3300 membres, notre ASBL est réputée pour son dynamisme et
ses qualités d’accueil. Dès la rentrée de septembre vous retrouverez 15 locaux
entièrement rénovés dont plusieurs équipés des moyens les plus récents de
communication audiovisuelle.
Chez nous, la solitude, ça n’existe pas car, du fait des rencontres hebdo-
madaires et de la présence d’une vaste cafeteria, vous retrouverez nombre de
personnes partageant vos goûts et vos idées. Excursions et voyages sont régu-
lièrement proposés pour encore resserrer les liens d’amitié.
Un parking gratuit vous permettra d’atteindre facilement nos locaux,
situés dans l’enceinte du Marché de Liège.
Nous sommes prêts pour vous recevoir !
Le Président Jean-Claude LEFEBVRE

5
Au futur retraité!

Revêche, serviable, daubeur, encourageant, discipliné, frondeur, coquin, en-
joué ... Autant de déterminants qui décrivent à peine le "personnage", héros de cet-
te épigraphe U3A-ienne.
Il se sera reconnu, le bougre, à travers ces quelques adjectifs qui lui collent
comme une deuxième peau - l'intéressé dirait "comme la puanteur au derrière
de ...". Voici près de trente ans qu'il sévissait dans les sites du savoir les plus divers;
les murs en tremblent encore! Il aura marqué l'U3A d'une empreinte qui ne pouvait
laisser personne indifférent.
À l'instar de bon nombre de consœurs, c'est au boulevard de la Sauvenière, qu'il
débutait sa carrière de précepteur pour seniors; rondement, il soulignait sa concep-
tion de la pédagogie: cela plaisait ou non! Habile, la direction - à l'époque, monsieur
Rennotte - tempérait ses ardeurs, tout en reconnaissant le bien-fondé de ses initiati-
ves. Rien de nouveau pour lui, n'avait-il pas auparavant appliqué ses principes dans
l'enseignement de plein exercice ( = cours du jour par opposition aux cours de pro-
motion sociale) ? À l'Échevinat de l'Instruction Publique, dans les secrétariats ou les
locaux de moult écoles ... son passage faisait frémir, alors autant qu'aujourd'hui, jus-
qu'au mobilier.
De déménagements de l'U3A en installations, notre ami de sa logique implaca-
ble - donc ordinairement comprise de lui seul - n'épargnait aucun lieu. Ces endroits
palpitent toujours des pugilats - verbaux - avec les collègues, les secrétaires ou prési-
dents, et même avec monsieur Rennotte, citoyen sanguin s'il en est et en qui il dé-
couvrait du répondant... Que voilà de belles empoignades!
Ses élèves ou même ceux des autres s'exposaient quelquefois, voire souvent à
sa ligne de mire; cela aboutissait à de solides attrapades, qui se propageaient tel un
tsunami verbal. Mon Dieu, quel spectacle!
Derrière ce masque acariâtre, se cachait toutefois un "hominien" (il va sans dire
du type post Sapiens sapiens ) au grand cœur, un brave type, une bonne pâte, n'ayons
pas peur des mots! Il n'hésitait pas à se rendre chez l'un ou l'autre potache afin de
l'aider dans des circonstances difficiles; ainsi tissera-t-il de vraies amitiés avec des
populations les plus variées: leçons de rattrapage, démonstrations de solidarité, fran-
che camaraderie en étaient le fruit. N'avait-on pas d'ailleurs régulièrement
"surexploité" son idiosyncrasie?
Ses brebis mesuraient son aversion pour l'absentéisme: il détestait que l'on vînt
après l'heure; par vent debout et par maux, il était inlassablement posté au gaillard
d'arrière (curieusement placé à l'avant dans la classe!), scrutant l'avancée de son
embarcation peuplée de disciples zélés ou cossards, mais continûment heureux d'être
aux côtés de leur "My Captain". Les naissances d'Emmelyne, sa fille, et de Stépha-
ne, son fils, créèrent une courte rupture dans sa régularité, mais aussi dans sa façon
6
d'appréhender les choses de l'existence ...
Ses agnelles apprécieront dès lors sa sensibilité tout artistique concernant les
rapports humains: ainsi, la musique de Schumann l'entourait-elle d'une attention par-
ticulière pour les petits moments de la destinée, "charmants et que l'on apprivoi-
se" (formule couramment employée par le protagoniste de cet article). Les
"Kinderszenen" empreindront durablement sa vision de l'être humain, l'entraînant
parfois dans un monde quasi parallèle.
Si les avis pouvaient diverger sur sa manière de guider l'équipage, il ralliait
l'unanimité quant à son art de l'idiome anglais... et de la langue néerlandaise; la perte
de ses répétitions "de flamand" lui causa un traumatisme contre lequel singulière-
ment, il ne se rebella que mollement; il en reste présentement toujours amer.
Cependant, la profession n'est que la face notoire de la vie. Notre comparse se
réjouissait de l'épanouissement de ses bambins, pleurait la disparition d'êtres chers,
se désolait des sévices du destin. Aussi, abandonnât-il voici un an déjà, une partie de
son imputation professionnelle pour s'employer aux nécessités domestiques. Les be-
soins s'amplifiant, il lui fallait hélas! quitter l'univers de l'U3A afin de se consacrer
totalement à son chez-lui.

Pour sûr, qu'il va nous manquer, ce diable de Ramquet!

Un collègue et néanmoins ami.

ANGLAIS
Jours Locaux Professeurs Niveaux
Lundi Matin 5 E. Kunel Niv. 2/3
Matin 6 C. Collard Pratique 3/4
Après-midi 2 J. Terhell Niv.2/3
Après-midi 6 J. Brasseur Niv.2
Mardi Matin 2 J. Terhell Niv.2/3
Matin 14 E. Kunel Niv.1
Mercredi Matin 6 J. Brasseur Niv.2
Matin 5 E. Kunel Niv.2/3
Après-midi 2 J. Terhell Niv. 1
Après-midi 3 C. Collard Niv. 3/4
Après-midi 6 J. Brasseur Niv. 4
Jeudi Matin 2 C. Collard Conversation
Après-midi 2 J. Terhell Niv.3

7
orsque nous ouvrirons ce ", la session 2010-2011 sera ache-L vée, et comme d’autres, elle nous restera – je l’espère – un
bon souvenir, d'un point de vue saisonnal aussi.
eux saisons auront fait honneur à leur nom: l'automne a été D venteux et l'hiver nous a procuré moult parties de glissades; à
l'opposé, le printemps s'est pris pour l'été qui lui, donne le la à
l'automne.
eaucoup d’excellents moments auront accompagné cette an-B née scolaire: les verres de l'amitié, les récréations, la double
excursion à Essen, le voyage le long de quelques côtes de la Mer
Baltique, nos randonnées à la Coblence toute parée d'architecture
paysagiste... sont autant de témoins lumineux d'une année scolai-
re accomplie.
es leçons itou, le plus clair du temps accompagnées de bonne L humeur et par intervalles de l'ivresse "audiophonique’ d'une
classe limitrophe. Il semblerait que ce phénomène soit en passe
d'être corrigé dans les prochaines semaines. Pour Jean-Marie Ram-
quet, le prof "HS" en devenir, cela survient trop tard, puisqu'il s'en
va en retraite. Une U3A aux locaux insonorisés, c'est un peu un rê-
ve devenu réalité. L' idée de chaque animateur et enseignant de
notre vénérable institution est de faire oublier le temps d'une acti-
vité les tracas de la vie quotidienne.
a rêverie - dans son sens mélioratif - participe à la réalité, per-L met de progresser, d'aller de l'avant... L'autre jour, en feuille-
tant le contact antérieur, j'ai été stupéfait des paroles du Président
de l'U3A: "Faut pas rêver!" en parlant de la fin du nucléaire. Si fait,
Monsieur Lefebvre, il faut rêver! J'écoutais ce matin, l'entrevue de
Bertrand Picard à propos du "Solar Impulse", l'avion à propulsion
électrique par capteurs solaires; le psychiatre et aéronaute y par-
lait des gens qui venus au Bourget admirer l'appareil, repartiraient
sans y croire vraiment, il disait l'importance du rêve, le vrai mo-
teur du progrès humain. «Cela me fait penser aux gens qui à la fin
8 ème du 19 réfutaient 'les plus lourds que l'air'», ajouta le pionnier
pour finir.

l y plus de 50 ans déjà, des manifestations contre le nucléaire I éclataient; elles s'amplifiaient dans les années septante après la
catastrophe de Tchernobyl. Les risques dévoilés lors de l'extraction
ainsi que de l'exploitation de l'uranium (grosso modo 800 incidents
en France) et in fine du traitement des déchets ne calmaient
certes pas les esprits. Les problèmes de l'attiédissement des cen-
trales lors de la canicule de 2003, des crues cette année, du Mis-
souri non loin de la centrale de Fort Calhoun, du réchauffement
des rivières dont l'eau doit refroidir les centrales ... n'apaisent cer-
tainement pas les craintes! Les changements climatiques non plus!
Jamais l'eau des mers n'est montée aussi vite ces dernières an-
nées (selon l'ONU, 3,1 millimètres par an depuis 1993) que pen-
dant le deuxième millénaire! Les tremblements de terre aussi po-
sent question: en 1756, il y a eu dans la région de Düren (90 km à
vol d'oiseau de Huy) un tremblement de terre d'une magnitude de
6,5. Cela ne pourrait-il pas se reproduire? Quel impact sur nos
centrales? Les fameux "stress tests" éluderont sûrement la ques-
tion des intimidations terroristes, des accidents d'avion ou d'infor-
matique, des erreurs humaines... De l'aveu même des autorités al-
lemandes, aucune centrale ne serait sûre face à ces menaces!
l fallait penser à d'autres voies. Les lobbys électronucléaires, I surtout en France et en Belgique, poussent des hauts cris quant
au renouvelable! "On ne sera pas prêt avant 30 ans!" Voilà 40 ans
qu'ils le clament et ne font rien. Il faut dire qu'outre Quiévrain, les
groupes d'intérêts communs, soutenus par un large consensus des
grands partis politiques, y compris le FN, ont encellulé cette filière
en chasse gardée. Chez nos voisins allemands, 22 % de l'électrici-
té proviennent du nucléaire, 23 du renouvelable. En France, plus
de 73 % est d'origine atomique, en Belgique près de 52 % (et non
60% comme cité dans le texte du Contact); il s'agit de chiffres de
2010 [rapport C.I.A. "The World Factbook" ainsi que de IAEA
(International Atomic Energy Agency)].
n Allemagne, on est évidemment conscient du danger potentiel E puisque le risque zéro n'existe pas - il est vrai qu'aucune assu-
rance ne veut couvrir les périls gravissimes des centrales nucléai-
res, ce que l'on passe volontiers sous silence; assurée, une centra-
le nucléaire ne serait assurément plus rentable! Berlin aime mieux
miser sur les énergies alternatives. Aussi, en 2022, la part de
l'énergie renouvelable devrait-elle avoisiner les 40 % (venant de
9
8,6 en 2005). La construction d'éoliennes est pour l'heur en plein
essor. La problématique de l'irrégularité dans la production d'élec-
tricité (carence de vent, de lumière, ...) trouvera sa solution dans
l'allotissement des surplus; des partenariats avec les pays scandi-
naves sont en amorce en vue d'une production hybride de l'électri-
cité (éolien / solaire et hydroélectrique).
e 11 mai dernier, le Groupe d'experts intergouvernemental sur L l'évolution du climat (GIEC), précisait dans son dernier compte-
rendu, que près de 80 % de l'approvisionnement énergétique
mondial pourrait être couvert par les énergies renouvelables à l'ho-
rizon 2050 à condition que des politiques publiques adaptées
soient mises en place. J'ajouterais: et que l'on fasse taire ces
groupes de pression de mauvaise volonté ...
ertains diront que cela fera accroître le nombre de centrales au C charbon (lignite et houille). Ce type de centrale rejette beau-
coup de choses indésirables (CO So Thorium ...), mais il n'y a ² , ²
pas de cataclysmes à appréhender en cas d'imprévu; les nouvelles
centrales dites à oxydoréduction tentent de répondre en partie à
cette forme insidieuse de pollution. Et dans l'avenir, on aura vrai-
semblablement trouvé mieux. Quoi qu'il en soit, il faudra investir
des sommes astronomiques dans le nucléaire, dans le thermique à
charbon ou dans le renouvelable; pour la pérennité de nos enfants,
je rejette la première possibilité. Peut-être que le réacteur ther-
monucléaire expérimental international (ITER) en chantier à Cada-
rache apportera une réponse positive à nos besoins énergétiques;
il s'agit d'un réacteur nucléaire à fusion au stade expérimental.
Malheureusement, les résultats ne seront attendus au plus tôt que
pour 2060.
’ exposé du GIEC précise que d'après les scénarios ayant fait L l'objet d'une analyse détaillée, moins de 2,5 % du potentiel
technique des énergies renouvelables sont actuellement utilisés
dans le monde. En d'autres termes, plus de 97% demeurent inex-
ploités, ce qui signifie clairement que la question de la disponibilité
des ressources en énergies renouvelable ne se pose même pas.
llico le projet "DESERTEC" (Trans-Mediterranean Renewable Ener-I gy Cooperation) nous vient à l'esprit; il s'agit de construire une
trentaine de super centrales thermiques solaires (et non photovol-
taïques), entre autres dans le Sahara (9.000.000 km²). En oc-
cupant trois millièmes des 40 millions de km2 de déserts, on peut
générer sans émission de CO les 18.000 TWh/an que consomme ²
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.