Service des droits des femmes et de l'égalité

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : gardes de douze heures
  • redaction - matière potentielle : du magazine elle
Direction générale de la cohésion sociale Service des droits des femmes et de l'égalité entre les femmes et les hommes Synthèse de l'actualité 28 octobre 2011 Action gouvernementale « Genre et aménagement des territoires » au programme de la 2e Université de l'Egalité La Direction générale de la cohésion sociale organise la deuxième Université de l'égalité entre les femmes et les hommes qui se déroulera les lundi 7 et mardi 8 novembre à Paris. Cette manifestation, lieu de rencontre et d'échange privilégié entre services de l'Etat et représentants des collectivités territoriales, associations et chercheurs, sera placée cette année sous le thème « Genre et aménagement des territoires ».
  • reconnaissance minime
  • lignes de force et de lignes de faille
  • manif après manif
  • bora bora
  • bora-bora
  • ministre de l'education nationale
  • ministre de l'éducation nationale
  • harcèlement sexuel
  • synthèse
  • direction générale de la cohésion sociale
  • femmes
  • femme
Publié le : mardi 27 mars 2012
Lecture(s) : 77
Source : solidarite.gouv.fr
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins



Direction générale de la cohésion sociale
Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes


Synthèse de l’actualité

28 octobre 2011


Action gouvernementale
e« Genre et aménagement des territoires » au programme de la 2 Université de l’Egalité
La Direction générale de la cohésion sociale organise la deuxième Université de l'égalité
entre les femmes et les hommes qui se déroulera les lundi 7 et mardi 8 novembre à Paris. Cette
manifestation, lieu de rencontre et d'échange privilégié entre services de l'Etat et représentants
des collectivités territoriales, associations et chercheurs, sera placée cette année sous le thème
« Genre et aménagement des territoires ». Sur la base de constats partagés et de témoignages,
l'objectif de l'Université sera d'identifier des modalités d'action concrètes afin de mieux
répondre aux besoins et aux attentes des femmes dans les territoires. Au-delà, l'enjeu sera de
dégager des propositions visant à améliorer la contribution effective des femmes au pilotage
des projets d'aménagement du territoire : en tant que décideuses, expertes, cheffes d'entreprises,
responsables, contributrices, etc.
Retrouver le programme de l’Université de l’Egalité
S’inscrire en ligne sous réserve des places disponibles












Les Françaises utilisent-elles un contraceptif adapté à leur mode de vie ?
« En France, de nombreuses méthodes contraceptives sont
disponibles, mais le parcours contraceptif des femmes,
encore stéréotypé, est parfois inadapté à leur vie affective
et sexuelle ». Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la
Santé et L’Institut national de prévention et d’éducation à
la santé (INPES) lancent une campagne en direction des
femmes de 20 à 35 ans sous contraceptif oral. Elle
interroge l’adéquation de leur contraception avec leur
situation personnelle et rappelle notamment qu'il existe
d'autres méthodes contraceptives que la pilule, que l'on
risque souvent d'oublier. Cette campagne, qui comprend la
diffusion d'un spot à la télévision, aura pour thématique :
« Les Françaises utilisent-elles un contraceptif adapté à
leur mode de vie ? ». Elle a été présentée officiellement
par la secrétaire d'Etat à la Santé Nora Berra et l’INPES.
La campagne vise en particulier « les femmes de 20 à 35
ans sous contraceptif oral ». (Voir également ci-dessous
« Egalité dans la vie personnelle et sociale »)
Retrouver l’information sur le site du ministère de la santé

« Laïcité et liberté religieuse. Recueil de textes et de jurisprudence »
Les Journaux officiels et La Documentation française publient la
première édition d’un recueil de textes et de jurisprudence sur le thème
« Laïcité et liberté religieuse » (mis à jour à octobre 2011). Selon le résumé,
« le recueil de la laïcité et de la liberté religieuse a pour vocation de
regrouper les principaux textes de notre droit qui s'appliquent en matière
religieuse : Constitution, conventions internationales, lois et règlements,
ainsi que des circulaires et des extraits de la jurisprudence. Il s'adresse à
tous les citoyens, afin qu'ils puissent facilement se référer aux principes et
aux normes juridiques qui garantissent leurs libertés et la neutralité
religieuse de l'Etat ». L'ouvrage est organisé autour de quatre titres thématiques : « Principes de
laïcité et de liberté de conscience » ; « Laïcité dans les services publics » ; « Organisation des
cultes » ; et « Exercice de la liberté religieuse ». Le 24 octobre, Claude Guéant, ministre de
l’Intérieur, de l’Outre Mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration, a officiellement
présenté ce recueil qui a été préparé par le bureau des cultes de la direction des libertés
publiques et des affaires juridiques du ministère de l'intérieur (La Croix du 24 octobre).


Sénat
Structures privées en charge de la petite enfance : neutralité et laïcité
Une proposition de loi visant à étendre l'obligation de neutralité aux structures privées en
charge de la petite enfance et à assurer le respect du principe de laïcité a été présentée au Sénat
par Françoise Laborde et les membres du groupe du Rassemblement démocratique et social
européen. Le texte sera discuté en séance publique le 7 décembre.
Retrouver le dossier législatif sur le site du Sénat


Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 2 Jurisprudence
Arrêt relatif à une discrimination sexuelle dans la reconnaissance de la qualité de cadre
Le nouveau Bulletin de documentation du
Défenseur des droits (numéro 1 - 28 octobre
2011) signale un arrêt du 22 septembre 2011 de
la Chambre sociale de la Cour de cassation.
Selon le bulletin, « la qualité de cadre d'une
salariée n'a pu être reconnue qu'après plus d’une
dizaine d’années d’ancienneté, alors que son
collègue de sexe masculin, exerçant des fonctions
similaires avait été recruté directement en cette
qualité. La Cour d’appel a débouté la salariée de
sa demande des dommages-intérêts en réparation
du préjudice lié à une discrimination sexuelle en estimant que les conditions de rémunération
variable dont elle bénéficiait étaient plus favorables que celles de son collègue. La Cour de
cassation estime que ce motif est inopérant et elle censure ce raisonnement en précisant que les
juges d’appel auraient dû rechercher si la différence constatée dans le déroulement de la
carrière de ces salariés de sexe différent reposait sur des raisons objectives et pertinentes,
étrangères à toute discrimination ».
Retrouver l’arrêt sur Légifrance


Egalité dans la vie professionnelle
Une enquête sur les retraites des femmes
Commentant les conclusions d'une étude du groupe bancaire
asiatique HSBC qui voit « les femmes moins bien loties que
les hommes » en matière de retraite, La Tribune du 26
octobre invoque « les schémas traditionnels » qui
« persistent dans la gestion des finances du foyer » et
« empêchent les Françaises de bien préparer cette période
de leur vie ». Intitulée « La retraite, une affaire de familles »
l’étude de HSBC a été menée auprès de plus de 17 000
personnes dans dix-sept pays développés et émergents à
travers le monde. Elle met en évidence la grande
vulnérabilité des femmes face à la retraite.
Retrouver l’enquête (en anglais) sur le site de HSBC

Une tribune pour les sages-femmes
Suite à une manifestation de la profession le 4 octobre (plus de 2 000 personnes à Paris),
Elisabeth Tarraga, secrétaire nationale adjointe de l’Organisation nationale des syndicats de
sages-femmes (ONSSF), prend la défense des sages-femmes dans L’Humanité du 27 octobre
sous le titre « Les sages-femmes doivent être reconnues dans leurs compétences ». « Les sages-
femmes assurent 80 % des accouchements engageant à 100 % leur responsabilité, au cours de
gardes de douze heures, pour un salaire et une reconnaissance minime » écrit-elle.


Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 3 Services à la personne : restructuration et perspectives
« Services à la personne. 1,6 million de salariés, aucune convention collective » souligne
L’Humanité dimanche qui indique que ce secteur, « présenté comme un formidable gisement
d’emplois » est en pleine restructuration (synthèse des 5, 16 septembre et 14 octobre).
L’hebdomadaire estime que « malgré la professionnalisation du secteur, tant vantée par les
entreprises, ne se voit guère dans les contrats de travail et bulletins de paie des salariés
concernés ».


Egalité dans la vie personnelle et sociale
Agressions sexuelles : un texte pour allonger le délai de prescription
Mesure proposée récemment par l’association Paroles de femmes (synthèse du 25 octobre),
Les Echos et Le Figaro du 28 octobre signalent que « la sénatrice centriste Muguette Dini a
annoncé (…) avoir déposé une proposition de loi demandant que le délai de prescription pour
les agressions sexuelles autres que le viol soit porté de trois à dix ans ». Les deux quotidiens
signalent que « la députée et ancienne ministre PCF Marie-George Buffet a déposé une
proposition de loi similaire à l'Assemblée nationale, déplorant que l'écrivaine Tristane Banon
n'ait pas eu droit à un procès malgré une agression reconnue ».

Le harcèlement sexuel commis hors de l’entreprise peut être sanctionné
Selon Liaisons sociales quotidien du 26 octobre, la Cour de cassation
clôt enfin le débat dans un arrêt du 19 octobre : des faits commis en
dehors de l’entreprise et des horaires de travail peuvent tomber sous le
coup d’un harcèlement sexuel et donner lieu à sanction disciplinaire.
« Dès lors que les faits concernent des salariés avec lesquels l’intéressé
est en contact en raison de son travail, le harcèlement sexuel peut être
retenu à l’appui d’une sanction disciplinaire » indique le bulletin
spécialisé. Dans son arrêt du 19 octobre, la Cour de cassation a
finalement retenu la possibilité de sanctionner pour faute grave, « la solution ne peut être
qu’approuvée car retenir l’inverse aurait conduit le harceleur à une certaine impunité »
commente Liaisons sociales.

Réactions suite au lancement de la campagne contraception
Suite à la conférence de presse de lancement de la nouvelle campagne de contraception (voir
ci-dessus « Action gouvernementale »), Les Nouvelles News publient un sujet titré « Au
gouvernement, la pilule pour les mineures ne passe pas ». Selon le site, « c'est une fin de non-
recevoir. En présentant la nouvelle campagne sur la contraception, mercredi 26 octobre, la
secrétaire d’Etat à la Santé Nora Berra s'est formellement opposée à favoriser l'accès à la
contraception libre et gratuite pour les mineures ». D’après le site, « elle rejette les récentes
initiatives prônant cette ouverture. Comme la diffusion par certaines régions de "pass
contraception" dans les lycées, les travaux du professeur Israël Nisand, les préconisations du
Centre d'analyses stratégiques, en juin dernier, ou celles de Bérengère Poletti ». Alors qu’une
proposition de loi de la députée UMP est « quasi-prête », Bérengère Poletti s’insurge contre
ces déclarations indiquent Les Nouvelles News.



Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 4 Lancement d’un appel pour l’abolition de la prostitution
Les associations L’Amicale du Nid, la Fondation Scelles
et le Mouvement du Nid lancent l’appel « Abolition
2012 ». Leur objectif ? Aboutir à l’abolition de la
prostitution en demandant aux Français de soutenir « la
mobilisation en faveur d’une loi abolitionniste du système
prostitueur ». Ainsi dans un communiqué les associations
demandent entre autres « le renforcement de la lutte contre
toute forme de proxénétisme » et la « suppression de toutes
les mesures répressives à l’encontre des victimes de la
prostitution ». Un site Internet est dédié à l’initiative et les
internautes sont invités à signer l’appel.
http://www.abolition2012.fr/

L'interdiction du voile dans les crèches privées est légal
La Cour d'appel de Versailles a tranché le 27 octobre : les crèches privées ont bien le droit
d'inscrire dans leur règlement l'interdiction du port de signes religieux. Cette décision met fin à
trois ans de procédure pour la crèche associative Baby Loup de Chanteloup-les Vignes, dans
les Yvelines, qui avait renvoyé une employée à son retour de congé parental parce qu'elle
refusait d'enlever son voile (synthèse du 14 septembre 2011). Jeannette Bougrab, secrétaire
d'Etat à la Jeunesse et à la vie associative et présidente de la HALDE à l’époque où avait éclaté
l’affaire, s'est déclarée jeudi « très heureuse » de la décision de la cour d'appel de Versailles.
L’information est reprise sous forme de brèves dans la plupart des quotidiens.

Appel de la MGEN et de la LMDE
Le Nouvel Observateur du 27 octobre revient sur l’appel des mutuelles pour les centres d’IVG
(synthèse du 25 octobre) et s’inquiète de la « Menace sur l’IVG ». « Des centre vétustes, des
effectifs réduits, la mobilisation a sonné » explique l’hebdomadaire qui donne la parole à
Danièle Jourdain-Menninger, inspectrice générale des affaires sociales qui souligne que
« l’IVG reste un acquis extrêmement fragile ».

« Viol, une société sourde »
Politis du 21 octobre consacre plusieurs pages au viol et dénonce « une société sourde ».
« Pourquoi ce silence ? » se demande l’hebdomadaire qui rappelle que l'histoire de la lutte
contre le viol « c’est aussi celle du féminisme » et retrace l’histoire d’une victime sous le titre
« parcours d’une combattante ».


Parité politique
Rectificatif : sénateurs ou… sénatrices ?
« On trouvera en particulier dans ces documents la liste des femmes sénateurs et la
composition par sexe » pouvait-on lire dans la synthèse du 25 octobre. Un malheureux
copier/coller du site du Sénat qui nous a valu une volée de bois vert de quelques lectrices qui
s’attendaient - avec raison - à lire ici « sénatrices » et non « femmes sénateurs » !


Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 5 Marie-Jo Zimmermann dépose deux propositions de loi
Selon Le Républicain Lorrain du 22 octobre, « après dix années à la tête
de la délégation aux droits des femmes », Marie-Jo Zimmermann « ne
désarme pourtant pas ». En effet selon le quotidien régional, « elle vient de
déposer deux propositions de loi pour des mesures réellement
contraignantes en faveur de la parité au Parlement. Au programme, trois
mesures : l’interdiction du cumul d’un mandat parlementaire avec une
fonction exécutive locale, une proposition reprise par le courant des
« Humanistes » de l’UMP auquel appartient la députée mosellane ;
l’instauration de pénalités financières contre les partis politiques qui ne joueraient pas le jeu ;
et le rétablissement de la proportionnelle dans les départements élisant au moins trois
sénateurs ». « Il est improbable que l’Assemblée nationale se penche sur ces propositions
avant son renouvellement en 2012 » indique le journal, mais « comme l’égalité femmes-
hommes sera probablement un thème important dans la campagne présidentielle, j’espère
qu’elles pèseront sur les choix des candidats », explique Marie-Jo Zimmermann.


Femmes et sports
Quelques nouvelles des Bleues et des Violettes…
Après sa victoire 4 à 1 face au Pays de Galles le 22 octobre
dans un stade pratiquement vide, l'équipe de France
Féminine A poursuivait le 26 octobre son parcours dans les
éliminatoires de l'Euro UEFA 2013 (synthèses des 31 août,
14 et 23 septembre), en accueillant Israël à Troyes devant un
public nombreux et chaleureux. Comme à l'aller, les
joueuses de Bruno Bini se sont imposées 5 à 0, avec un
triplé de Gaëtane Thiney. Les Bleues poursuivent ainsi leur
sans faute avec une quatrième victoire en quatre matches.
eLéa Rubio est entrée en jeu à la 84 minute et a marqué
quelques minutes après pour sa première sélection ! On en profitera pour signaler le portrait
que consacrait La Croix du 25 octobre à Sonia Bompastor qui est « persuadée que quelque
chose a changé dans le football féminin » et souligne que « les liens avec le public ont pris une
nouvelle dimension ». Celles et ceux qui ont assisté au match au stade de l’Aube peuvent en
témoigner. En revanche à Paris, « Les filles sont privées de Parc des Princes » ! C’est ce que
révèle le gratuit 20 Minutes du 26 octobre qui indique que la direction du PSG a refusé
qu’elles y affrontent Lyon le 30 octobre. Les joueuses parisiennes iront donc jouer à… Créteil.
Quelques mots de nos Violettes (synthèses des 22 juillet,
5 août, 20 septembre) pour finir : l’équipe féminine du
PUC a déjà joué trois matchs dans la division d’honneur,
Une déroute, battues 7 à 1 par le Perreux ASF, un beau
score, pour leur premier match à domicile, victoire 4 à 1
contre le Brunois FC, et une petite défaite 1 à 0 face à l’un
des favoris de ce championnat (Serris Val Europe RC).
Dans ce dernier match les Violettes « n’ont pas démérité,
mais elles ne devront pas oublier que chaque match sera
très serré et ce jusqu’à la fin de la saison »…
http://lecanarddesviolettes.fr/


Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 6 Genre
Hervé Mariton fait rebondir la polémique
« Le bac doit-il faire l'impasse sur la théorie du genre ? » se
demande le site de La Vie le 26 octobre. En effet, le député UMP
de la Drôme Hervé Mariton veut être assuré par le ministre de
l’Education nationale, Luc Chatel, que les examens de sciences
de la vie et de la terre (SVT) de classe de première ne
comporteront pas de questions liées à la « théorie du genre ». Il a
développé son argumentation mardi 25 octobre lors d’une
conférence de presse à l’Assemblée nationale. « La polémique sur
la « théorie du genre » rebondit » titre alors Le Figaro du 26
octobre qui signale également sur son site que « Judith Butler,
philosophe américaine célèbre pour avoir théorisé le « gender »,
a reçu mercredi soir les insignes de docteur Honoris Causa à
l'université Bordeaux-III où elle a été conspuée par des
activistes ». Les deux sites indiquent de concert que « ces
inquiétudes sont aujourd’hui relayées par un livre », celui d’Elizabeth Montfort : « Le Genre
démasqué. Homme ou femme ? Le choix impossible… » (Ed. Peuple libre) qui a été présenté à
l’occasion de cette conférence de presse. Selon Le Figaro, cette ex-députée européenne et
proche de Philippe de Villiers est porte-parole de l’Association pour la fondation de service
politique, un « laboratoire d’idées » catholique fondé en 1992.


Féminisme et société
Le féminisme dans les médias (suite)
Plusieurs nouveaux articles à signaler sur la place du
féminisme dans notre société. Version Femina du 24
octobre donne la parole à une dizaine d’expert-e-s et estime
que le féminisme aujourd’hui n’est « absolument pas » un
combat d’arrière garde comme certains le pensent. Madame
Figaro, le 21 octobre, souligne que « de plus en plus
d’hommes se disent féministes » et s’attaque aux clichés lors
d’une rencontre avec la journaliste Laure Adler (« cible de
pressions sexistes au cours de sa carrière ») et le romancier
Eric Reinhardt. Les Inrockuptibles (26 octobre) ont
rencontré « les intellectuelles militantes » Clémentine
Autain et Elsa Dorlin qui « éclairent les enjeux actuels ».
Sous le titre « féminin pluriel » l’hebdomadaire souligne que
« dans leur multiplicité, les féminismes semblent de plus en
plus visibles dans le paysage social et politique ». Enfin,
Stratégies (27 octobre) évoque « un mot qui fait peur » et reprend le sondage publié par
Grazia sur « le regard des Françaises sur le féminisme ». Selon le journal, « 55 % seulement
des Françaises se déclarent féministes » même si 79 % d’entre elles « trouvent les mouvements
féministes utiles ». Stratégies analyse ces chiffres et l’impact des campagnes féministes comme
« Osez le clito » ou celle pour la suppression du terme « mademoiselle ».
Retrouver les résultats du sondage sur le site de Harris Interactive


Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 7 « Ce que veulent les hommes »…
Dans un autre domaine, signalons le numéro « spécial hommes » de Madame Figaro du 8
octobre. « Peur des femmes », « préjugés sexistes et misogynie féroce », « déclin du mâle
occidental », « redistribution des rôles »… en plusieurs articles l’hebdomadaire fait le tour de
la question et, sous le titre « Tant bien que mâle », consacre son « portfolio » à la virilité à
l’occasion de la sortie de « L’Histoire de la virilité » (synthèse du 14 octobre). Madame
Figaro se demande comment traduire cette expression de la masculinité « sans tomber dans des
clichés machistes désuets »… On retrouve l’ouvrage dans Le Figaro Magazine du 15 octobre
qui donne la parole à Eric Zemmour pour dénoncer un « délitement » et une « mixité
obligatoire, laquelle a détruit l'acquisition de la culture virile ». « Ce fut une volonté délibérée,
idéologique, pour imposer une dévirilisation doublée d'une féminisation », estime-t-il, « un
projet politique porté par les progressistes, les féministes, autant de personnes ou de groupes
ed'intérêts décidés à abattre ce qu'ils nommaient le « stupide XIX siècle ». Citons enfin Le
Figaro du 10 octobre qui célèbre la transformation des hommes en « bons garçons » et qui a dû
faire faire des cauchemars à Eric Zemmour : « immatures, tendres, compagnons rêvés de
femmes affirmées et débordantes d’énergie, les « mâles doux » seraient de plus en plus
nombreux ».


Colloques, évènements
Deuxième rencontre des Femmes francophones d’Océanie
« Femmes francophones d’Océanie plaident pour une
reconnaissance de l’égalité entre les hommes et les
femmes » annonce un communiqué de presse à l’issue
de la deuxième rencontre des Femmes francophones
d’Océanie (synthèse du 3 février 2011). L’Union des
femmes francophones d’Océanie (UFFO), regroupant
les ONG de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie
française, du Vanuatu et de Wallis et Futuna, s’est
retrouvée du 3 au 7 octobre à Port-Vila pour définir la
plateforme d’actions et l’avenir de l’Union. Cette
rencontre a permis de connaître les activités menées par
les ONG dans les collectivités et Pays membres depuis
le premier atelier réuni en février dernier, à Bora-Bora, en Polynésie française de l’UFFO. Par
ailleurs, quelques partenaires de développement comme l’Union européenne et la France ont
été invités à présenter les actions et projets qu’ils soutiennent dans la région. Il était important,
en effet, pour le groupe de femmes de définir les stratégies financières et les actions à lancer
pour assurer la sensibilisation des femmes dans les communautés, à plaider la cause des
femmes au niveau national et régional. A l’issue de la semaine, les représentantes francophones
de la région ont adopté une résolution. Elles appellent les autorités décisionnelles du Vanuatu,
de Wallis et Futuna, de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française à suivre les
recommandations de la résolution. Les femmes francophones d’Océanie y soulignent, en effet,
l’urgence pour les cinq prochaines années de développer de façon concrète les dispositions de
la CEDEF (CEDAW) à tous les niveaux et de lutter contre la féminisation de la pauvreté, de
renforcer le leadership des femmes et la bonne gouvernance, de gérer la problématique de la
santé des femmes, de lutter contre les violences encore trop nombreuses faites aux femmes, de
rester vigilant en matière de sécurité alimentaire et de changements climatiques.


Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 8 Appels à contribution
Appel à contributions sur le thème « Genre et protection sociale »
La Revue française des affaires sociales lance un appel à contributions pluridisciplinaire sur
le thème « Genre et protection sociale ». Les questions relatives au genre et aux inégalités entre
les sexes seront au centre d’un numéro de la revue. A travers les réformes adoptées depuis une
dizaine d’années, il s’agira de questionner et analyser l’évolution des systèmes de protection
sociale à travers le prisme du genre, en France et en Europe. Date limite : le 30 mars 2012.
Pour en savoir plus sur le site du ministère de la santé


Publication, parutions
« Quarante ans de slogans féministes. 1970/2010 »
« Un homme sur deux est une femme ! »… 600 slogans
féministes illustrés par une centaine de photographies, voilà le
beau livre que nous proposent pour la rentrée les éditions iXe.
« Le féminisme resurgi au début des années 70 est le seul des
mouvements sociaux issus de mai 68 à être resté suffisamment
vigilant pour défendre ses victoires significatives, lutter contre
l'effritement des droits conquis, continuer à dénoncer la
persistance des inégalités et la violence de la domination »
souligne le résumé. « Pour tenir sur une durée de 40 ans et au-
delà, il faut du souffle. Un grand souffle rageur et joyeux d'être
collectif, que l'on sent vibrer dans les slogans et les photos ici
rassemblés, manif après manif. En filigrane, le livre dessine
l'histoire de cette mobilisation de longue haleine, avec ses temps forts, ses moments creux, ses
raisons d'être et ses exigences ». Jeune maison d’édition à découvrir, iXe « s’inscrit dans le
paysage d’un féminisme contemporain traversé de lignes de force et de lignes de faille qui
dessinent ses perspectives et orientent ses points de vue ».
http://editions-ixe.fr/

« Musiciennes », une enquête de Hyacinthe Ravet
Hyacinthe Ravet publie aux éditions Autrement « Musiciennes -
Enquête sur les femmes et la musique ». Sociologue et musicienne,
Hyacinthe Ravet souligne « combien la définition de ce qui est
« masculin » et « féminin » contribue à la construction des trajectoires en
musique, à une répartition des rôles entre hommes et femmes, mouvante,
mais où demeurent de forts enjeux symboliques et de pouvoir » indique le
résumé de l’éditeur qui se questionne : « Les femmes peuvent-elles être
reconnues comme créatrices au même titre que les hommes ? ». « En un
récit d'enquête à la fois sérieux et haletant, mêlant investigations
historiques, état des lieux chiffré et entretiens approfondis, l'auteur
montre que la musique - omniprésente dans notre société - nous dit
beaucoup de nos espoirs et de nos résistances à l'égard d'une « parité »
en tout domaine et à tous les niveaux ».


Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 9 « Dictionnaire de la violence » sous la direction de Michela Marzano
« Dès lors que l’on ne respecte pas l’autre, on fabrique de la
violence ». C’est cette phrase de la philosophe Michela Marzano,
dont le travail a souvent été cité dans notre synthèse, qu’a choisi
La Croix pour titrer l’entretien qu’a accordé la philosophe
italienne au quotidien catholique. Les PUF viennent en effet de
publier sous sa direction un « Dictionnaire de la violence ». « Un
ouvrage de référence destiné à tous ceux qui, par nécessité
professionnelle ou intérêt personnel, sont amenés à réfléchir à la
violence, à ses manifestations contemporaines, à sa signification
profonde, à ses racines historiques et à ses manifestations
culturelles » indique l’éditeur. Michela Marzano explique au
journal que le seul but de ses travaux est la nécessité, « comme
disait Habermas », de « contrecarrer l’extrême fragilité de la
condition humaine ». « A partir de cette réflexion éthique »,
explique la philosophe, « je me suis intéressé aux victimes et donc
à la violence, notamment celle faite aux femmes ».


Culture, communication
Lagardère réfléchit à une chaîne féminine de la TNT
Invité du Buzz Média Orange-Le Figaro le 26 octobre, Antoine Villeneuve, directeur général
des chaînes de télévision France et international de Lagardère Active, a indiqué que son groupe
réfléchissait à la création d’une chaîne féminine sur la TNT. « Nous allons regarder ce que
nous pouvons proposer comme dossier. Nous pouvons trouver des synergies à l'intérieur du
groupe (« comme avec la rédaction du magazine Elle, autre actif du groupe Lagardère », note
Le Figaro dans son édition du 27 octobre). Mais avant tout, nous allons regarder quel pourrait
être le modèle économique pour ce type de chaîne », a dévoilé Antoine Villeneuve.


Associations
« Ni putes ni soumises… mais en crise »
La lettre anonyme circulait depuis quelques jours par courrier électronique. Le Nouvel
Observateur et Libération dévoilent l‘affaire : les salariés de l’association « sont en grève
suite à un mail anonyme dénonçant la gestion de la présidente (Sihem Habchi) ». Un conseil
d'administration a été organisé pour résoudre un conflit qui met en péril l'avenir du mouvement
Sous le titre « Ni putes ni soumises… mais en crise », Libération indique qu’une assemblée
devrait avoir lieu en décembre avec l’élection d’un nouveau bureau. Selon le quotidien Sihem
Habchi ne se représentera que si « elle sent que c’est le souhait des militants ».








Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 28/10/2011 - 10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.