Site académique Aix Marseille Histoire et Géographie

De
Publié par

Site académique Aix-Marseille Histoire et Géographie Reconstruire un plan de composition Alain Sidot et le groupe « La Durance » Le 12 décembre 2004 Professeur au Lycée Alphonse Benoit L'ISLE-SUR-LA-SORGUE Dans la séquence , Le monde, l'Europe et la France de 1945 à nos jours, le chapitre De la société industrielle à la société de consommation a été traité ; en fait, seules les deux premières parties ont été abordées : les dynamiques de la croissance et la victoire du néo-libéralisme ? ; les transformations des sociétés seront vues après l'exercice. Objectif : Apprendre à reconstituer un plan détaillé et cohérent à partir d'une liste de titres de paragraphes fournie par le professeur. Situation : Le sujet de la composition est : La croissance économique dans le monde occidental durant les Trente Glorieuses ; vous envisagerez les causes, les caractères de la croissance ainsi que les déséquilibres induits. Le I) et le II) seuls font l'objet du travail puisque le III) est fourni comme aide et modèle du travail à faire. Cf. annexe 1. Il s'agit ici de construire une structure du type : I) A) 1) 2) 3) B) 1) 2) etc. Le travail, en apparence, est fort simple ; il suffit, avec le matériel fourni, de développer une logique d'organisation faisant apparaître des causes, des caractères et des conséquences.

  • contexte de guerre froide et de menace de surproduction aux eua

  • charges sociales alourdissant le coût salarial

  • menace de stagflation

  • mal avec les caractères

  • essor du commerce mondial

  • caractères de la croissance

  • eua ordonnateurs


Publié le : mercredi 1 décembre 2004
Lecture(s) : 110
Source : ac-aix-marseille.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Site académique AixMarseille Histoire et Géographie
Reconstruire un plan de composition
Alain Sidot et le groupe « La Durance »Le 12 décembre 2004 Professeur au Lycée Alphonse Benoit L’ISLESURLASORGUE alain.sidot@orange.fr
Dans la séquence , "Le monde, l'Europe et la France de 1945 à nos jours", le chapitre "De la société industrielle à la société de consommation" a été traité ; en fait, seules les deux premières parties ont été abordées : "les dynamiques de la croissance" et "la victoire du néo-libéralisme ?" ; les transformations des sociétés seront vues après l'exercice.
Objectif : Apprendre à reconstituer un plan détaillé et cohérent à partir d'une liste de titres de paragraphes fournie par le professeur.
Situation :
Le sujet de la composition est : La croissance économique dans le monde occidental durant les Trente Glorieuses ; vous envisagerez les causes, les caractères de la croissance ainsi que les déséquilibres induits.
Le I) et le II) seuls font l'objet du travail puisque le III) est fourni comme aide et modèle du travail à faire. Cf. annexe 1. Il s'agit ici de construire une structure du type : I)  A) 1) 2)  3) B) 1) 2)etc.Le travail, en apparence, est fort simple ; il suffit, avec le matériel fourni, de développer une logique d'organisation faisant apparaître des causes, des caractères et des conséquences.
Le travail :
Il est réalisé en 20 minutes par les élèves en groupes de deux. Avec ciseaux et…colle ; les élèves découpent, déplacent, et recomposent le plan. Les plus aguerris repèrent vite les mots de l'articulation logique (causes, caractères, conséquences), d'autres tâtonnent davantage et les hésitations sont, parfois, levées par un petit conseil du professeur (une question, une re-formulation…)
Bilan :
-Il est toujours intéressant de vérifier comment fonctionnent les élèves, parfois comme nous, parfois, autrement ; il paraît souvent évident au professeur de composer son travail en allant du général vers le particulier ; là, certains élèves, trouvent le titre général en partant des sous-sous-parties (ils remontent des détails vers le général) ; ce sont ceux qui ont du mal avec les caractères, les causes et les conséquences (ils ne les repèrent pas sous "les effets induits", par exemple).
-Dans l'ensemble, le bilan est positif : un petit quart seulement des élèves n'a pas réussi du tout (peu d'investissement, difficultés …?)un autre quart produit un enchaînement parfaitement logique (du moins celui prévu par le professeur…).La moitié réussit partiellement, c'est-à-dire qu'il arrive qu'une sous-sous-partie soit correctement reliée à une sous partie qui est elle même mal reliée à l'idée principale. -Outre le côté ludique, la possibilité de gagner rapidement quelques points, de se rassurer (on sait faire… ou presque), l'exercice est formateur. Pour apprendre à fabriquer soi-même des textes logiquement cohérents, il n'est pas inutile de repérer ce que le professeur attend, quelles articulations nécessaires à la construction sont utilisées. S'il est un peu tard, en classe de terminale, pour apprendre aux élèves à construire un texte, il n'est cependant pas inutile de parfaire leur entraînement, d'autant plus que la nouvelle épreuve sur documents du Bac demande une réponse organisée, ce qui la rapproche singulièrement de la composition, au sens propre. Cet exercice, formatif, de moins d'une demi-heure peut être répété dans les deux disciplines, tout au long de l'année, de manière efficace et moins gaspilleuse de temps que les devoirs de type Bac qui pour être indispensables n'en sont pas moins que des bilans.
_________________________________________________________________
ANNEXE 1 Sujet :La croissance économique dans le monde occidental durant les « Trente Glorieuses ». Vous envisagerez les causes, les caractères de la croissance ainsi que les déséquilibres induits. Placer : sous les 2 parties : 1) Une mutation du capitalisme due à la conjoncture de facteurs rarement réunis 2) Une croissance exceptionnelle mais différenciée. lessouspartiesA,B,C,souslessouspartiesA,B,Clessous-sous-parties1,2,3e Modèle de la 3partie : 3)Des déséquilibres annonciateurs de la fin des « glorieuses » A) Dès 1967-68, l’essoufflement du fordo-keynésianisme. -1. Usure du keynésianisme : charges sociales alourdissant le coût salarial, fiscalité réduisant l’investissement.
-2. Crise du fordisme : poussée salariale réduisant les gains de productivité et poussant aux délocalisations, contestation sociale du taylorisme (grèves). Saturation de la consommationvitesse de croisière. -3. Déséquilibres sociaux : inégalités régionales, difficile adaptation des travailleurs indépendants (poujadisme), exclus de la croissance (minorités américaine, européenne, employés des PME japonaises). B) En 1971, la crise monétaire internationale. -1. Un consensus inflationniste : Etat (instrument de relance), entreprises (multiplication des crédits bancaires), particuliers (hausse des salaires)investissement et consommation pénalisés, voire menace de stagflation. -2. Désordre monétaire : flottement des monnaies, affaiblissement du $ et demandes de conversion en or (De Gaulle). -3. Fin de Bretton Woods : suspension de la convertibilité, dévaluation du $ (71-73), spéculation accrue, désorganisation de la concurrence et des échanges. C)1973, le constat d’échec face au gaspillage.-1. Une critique de la société de consommation : (Mai 68 en France) et gaspillage des ressources par une industrialisation polluante -2. Une dépendance pétrolière croissante : hydrocarbures moins chers et plus faciles à transporter que le charbon, dépendance énergétique grandissante, contrôle du marché par les Majors. -3. Vers la révolte des producteurs : médiocre prix du pétroledégradation des «termes de l’échange» Nord-Sud, mais réévaluation des prix et nationalisations dès le début des années 1970 par l’OPEP, «choc » de 1973. Liste des A : -Une croissance forte tirée par une société de consommation -Les EUA ordonnateurs d’un retour à la croissance durableListe des B : - Une troisièmeRévolution industrielle aux applications rapides et effets multiplicateurs. - Des mutations différentesselon les secteursListe des C : - Des «miracles » nationaux inégaux. - Une mutationdes trois grands acteurs de l’économie.Liste des blocs des paragraphes (sous-sous-parties) : -1. Déclin relatif des EUA : croissance plus irrégulière et premier déficit commercial du siècle en 1971, mais supériorité technologique écrasante (aérospatiale, informatique) et firmes contrôlant une partie de l’industrie ouest-européenne. -2.Spectaculaire modernisation de l’économie française: une agriculture performante et une industrie diversifiée (Thomson, Pechiney, Aérospatiale), mais fragilité commerciale et inflation. e -3. Miracle des vaincus de 1945 : Japon (3rang mondial en 1969, stratégies industrielles s’adaptant rapidement à la demande, dualisme des entreprises, travail, épargne) RFA : croissance-emploi -1. Une RechercheDéveloppement encouragée : par les états (rôle du complexe militaro-industriel), les entreprises (gain de productivité) et la société (diversification de la consommation avec l’élévation du niveau de vie). -2. Des applications concrètes: nucléaire et production d’électricité, conquête spatiale et satellites de télécommunication, électronique et automation industrielle, chimie, engrais et matières synthétiques. -3. Une révolution des transports : gains de vitesse et capacité (avions à réaction, pétroliers, porte-conteneurs, infrastructures)
-1.Bretton Woods crée un système Monétaire International : retour au Gold Exchange Standard, écarts de fluctuation et dévaluations sous surveillance, FMI finançant l’économie mondiale. -2 Le GATT gère l’essor du commerce mondial: développement du libre-échange, ententes régionales (CEE) -3 Les plans Marshall et Dodge financent les reconstructions européenne et japonaise : contexte de Guerre froide et de menace de surproduction aux EUA, reconstructions rapides et intégration européenne (OECE). -1. Une « révolution silencieuse » agricole :motorisation et engrais chimiques, triplement des rendements et concentration des exploitations, mais endettement et risque de surproduction. -2. Une industrialisation différenciée : difficultés du charbon (pétrole) et du textile (concurrence asiatique), dynamisme des industries de pointe (aéronautique, électronique) et industries de consommation (auto, produits « blancs et bruns »). -3. Un tertiaire prédominant : besoin des entreprises (transports, gestion), fonctions de l’Etat (santé, éducation), hausse du niveau de vie (loisirs, tourisme).-1. Une population : plus nombreuse (baby boom, féminisation du travail, immigration), plus qualifiée, plus confiante (rôle des syndicats). -2. Des entreprises : mieux dirigées, plus concentrées (conglomérats), plus puissantes (FMN). -3. Des états: soutiens de l’investissement (secteurs nationalisés, commandes militaires, planification) régulateurs de la conjoncture (keynésianisme, stop and go), correcteurs des déséquilibres (SS, aménagement du territoire). -1. Une croissance solide : rythme annuel moyen > à 5 %, ralentissements brefs et peu prononcés. -2.Une croissance fordiste : gains de productivité élevés grâce au progrès technologique et à la généralisation du taylorisme, ce qui permet d’augmenter les salaires donc la demande tout en favorisant l’investissement.-3. Une consommation de masse : hauts salaires et prestations sociales, crédits à la consommation et publicité, élévation du niveau de vie au profit de classes moyennes majoritaires.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.