SOC-1003 Formation et développement du Québec contemporain

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : sur le portail ena
  • exposé - matière potentielle : sur les préoccupations des étudiants
  • exposé - matière potentielle : des conférenciers
  • exposé - matière potentielle : thématiques sur divers aspects
  • cours - matière potentielle : par exemple
  • cours - matière potentielle : formation
  • cours - matière potentielle : sociologie
  • cours - matière potentielle : synthèse
  • exposé
  • cours - matière potentielle : profitable
1 Département de sociologie Simon Langlois Université Laval bureau 3473 DKN Pavillon DKN local 1D Mardi 15h30 418 656-2142 SOC-1003 Formation et développement du Québec contemporain Automne 2011 Le cours Formation et développement du Québec contemporain est conçu comme une introduction à l'étude sociologique de la société québécoise, avec un fort accent mis sur son histoire et sa genèse afin de comprendre et interpréter le présent. Comme toute société, le Québec possède une morphologie et une structure sociale en évolution mais la société québécoise se donne aussi une représentation d'elle-même construite à travers sa littérature, son historiographie, ses idéologies, sans oublier les discours publics qu'on y
  • double transformation sociale
  • gauche québécoise dans le monde depuis les rébellions
  • site de recherches sociographiques
  • essai de schématisation des modèles urbains de la revitalisation du quartier saint-roch
  • transformation radicale au xxe siècle
  • société québécoises
  • société québécoise
  • lectures
  • lecture
  • textes
  • texte
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 60
Source : fss.ulaval.ca
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
Département de sociologie Simon Langlois Université Laval bureau 3473 DKN Pavillon DKN local 1D Mardi 15h30 418 6562142 SOC1003 Formation et développement du Québec contemporainAutomne 2011 Le coursFormation et développement du Québec contemporainconçu comme une est introduction à l’étude sociologique de la société québécoise, avec un fort accent mis sur son histoire et sa genèse afin de comprendre et interpréter le présent. Comme toute société, le Québec possède une morphologie et une structure sociale en évolution mais la société québécoise se donne aussi une représentation d’ellemême construite à travers sa littérature, son historiographie, ses idéologies, sans oublier les discours publics qu’on y tient dans divers lieux comme les médias, l’école ou les universités. Le Québec est donc une société globale, une entité réflexive. Le cours entend montrer comment est née cette unité que l’on appellela société québécoise et comment elle se transforme tout au long du XXe siècle. Le Québec, comme toute société encore, n’est pas un tout homogène. Il est traversé de conflits et d’oppositions entre groupements qui contribuent à sa formation et il est objet de conflits d’interprétation. Le cours proposera d’abord, en début d’année universitaire, une vue d’ensemble de la société québécoise dans sa genèse et dans sa transformation radicale au XXe siècle, en trois cours de synthèse. Deux textes sont à lire et à travailler : un texte de Fernand Dumont sur l’éclatement du Canada français et un autre de JeanJacques Simard sur l’émergence du Québec moderne au XXe siècle. Le professeur donnera les deux premiers cours et JeanJacques Simard interviendra dans le troisième. Suivront une série d’exposés thématiques sur divers aspects (les arts, le travail, la nation, le territoire, la langue, les jeunes, la gauche et le radicalisme, la démographie, etc.), donnés par des conférenciers invités professeurs au département de sociologie, chacun dans son domaine de spécialité. Ces exposés vous permettront de mieux connaître les professeurs du département de sociologie de Laval. Tout au long du cours, on s’attardera à donner aux étudiant(e)s des clés de lecture de la situation québécoise, un aspect essentiel dans un cours de sociologie. Refondation de la nation, classes sociales, modes de vie, conflits, générations, organisation du travail, société globale, idéologies, imaginaire collectif – notamment – feront partie de la boîte à outils conceptuels qui sera proposée pour comprendre et interpréter la société dans laquelle on vit. En ce sens, la visée de ce cours est double : connaissance de la société québécoise, mais aussi apprentissages théoriques susceptibles d’application universelle.
1
Il est attendu des étudiants une participation active au cours, notamment après les exposés des conférenciers. Une période de questions suivra chacun d’entre eux. Ces questions font partie de la démarche pédagogique, car les professeurs ou conférenciers ne savent pas à l’avance quels sont les points d’interrogation ni quels sont les objets de préoccupation des étudiants sur un aspect donné. La période de questions est alors l’occasion pour eux d’apporter des compléments essentiels et de mieux ajuster les exposés sur les préoccupations des étudiants. Certaines questions de l’examen final pourront être choisies parmi celles qui ont été posées en classe aux conférenciers. Travaux et évaluation Les travaux des étudiants sont d’abord des manières de rendre le cours profitable pour euxmêmes. On ne travaille pas pour le professeur, mais bien plutôt pour soimême, pour faire sa propre synthèse des connaissances acquises. Cela veut dire lire et travailler les textes – dictionnaire en main s’il le faut – mais aussi prendre des notes serrées et complètes, qui évitent d’avoir à retourner aux textes et qui peuvent ensuite être utiles plus tard, dans d’autres cours par exemple. Les étudiants devront faire un bref essai au terme des trois premiers cours qui donneront une vue d’ensemble du Québec et en s’appuyant sur la lecture de deux textes de références, celui de Fernand Dumont et celui de JeanJacques Simard. Ce travail comptera pour 30 % de la note finale. L’essai comprendra autour de 8 à 10 pages en interlignes et demi (1,5). Quelques questions seront données en classe afin d’orienter ce travail de synthèse, à remettre le 11 octobre. Vous devrez aussi, pour chacune des conférences (à partir de la semaine 4), lire le texte proposé par notre invité, avant le jour de son exposé et les autres contributions citées en compléments de lectures. Vous avez donc à lire au moins un texte par semaine et il s’agit là d’une lecture obligatoire. Vous devrez, chaque semaine, remettre une preuve de lecture (comme on dit une «preuve d’achat») du texte au programme, d’une page ou deux maximum. Il y aura au total 9 exposés. Les étudiants recevront automatiquement 3 points par livraison de textes, soit 27 au total. Les personnes qui remettront les 9 textes recevront une prime de trois points, ce qui donnera un maximum de 30, correspondant alors à 30 % de la note finale. Par contre, l’étudiant(e) qui remettra, disons, 7 textes résumés seulement aura alors 21 points sur 30, par exemple; cinq résumés donneront, 15 points, « et ainsi de suite » dirait le chanteur Richard Desjardins. Les modalités de présentation de cette « livraison » hebdomadaire seront précisées en classe. Précisons toutefois qu’ils devront être soumis en version électronique sur le site du cours sur le portail ENA. Il y a une date limite et une heure limite à respecter. Dépassé cette heure, le texte sera refusé par l’ordinateur. On est prié de prévoir les impondérables (tempêtes, grippes, etc.) et de planifier à l’avance le dépôt des textes. Cetindicateur de lecture, destiné à servir lors de la discussion avec le conférencier devra être remis sans retard ni délai. Si un conférencier devait faire défaut, le texte à résumer cette semainelà serait encore celui qui avait été prévu.
2
Un examen final aura lieu en classe et sans notes le mardi 13 décembre. Quelques questions au choix seront données à l’avance en classe, et elles seront susceptibles d’apparaître dans la liste de celles qui seront soumises à l’examen final. L’examen comptera pour 40 % dans la note finale. Les personnes qui prévoient des voyages de fin d’année sont priées d’en tenir compte et de fixer leur date de départ APRÈS le 13 décembre. En résumé : Essai sur le Québec (30 %) Rapports de lecture (30 %) (9 rapports sur 9) Examen final (40 %) La note finale sera accordée en fonction de la grille de correspondance du département de sociologie (voir feuille ad hoc). Plagiat Les travaux remis devront être originaux, y compris les résumés de conférences. On est prié de citer les textes d’autrui selon les règles de l’art. Le règlement des études sera appliqué à la lettre en cas de plagiat. Le texte du Règlement est disponible sur le site internet de l’Université. Portail ENA Le professeur utilisera le portail ENA (et non plus WebCT, qui disparaîtra l’an prochain). On y trouvera certains documents (copies des acétates, tableaux de données, par exemple) afin de faciliter la prise de notes. Les textes à lire seront y seront placés. Les notes des étudiants (évaluation) seront mises en ligne sur le site WebCT dès que possible sitôt après la correction. S’il survenait un problème de logistique avec ENA (panne de réseau, l’accès vous est refusé ou autre difficulté technique, prière de communiquer DIRECTEMENT avec les responsables de ce système à l’adresse :apti@fss.ulaval.canon pas avec le [et professeur, s.v.p. ! car de toute façon je ne pourrais pas vous aider sur ce plan très technique]. Le plus simple serait aussi de vous présenter directement au bureau des er responsables de ce système au 1 étage du DKN, salle 1448. Les préposés se feront un plaisir de vous aider. Les étudiants sont priés de poser leurs questions en classe, afin que tous profitent de leurs points d’interrogation. Une assistante est aussi à votre disposition pour répondre à vos questions et des heures de consultation seront prévues. Compte tenu du grand nombre d’étudiants, il ne sera pas possible de répondre longuement par courriel à chacun et nous ne pourrons pas « redonner le cours » par internet à ceux et celles qui auront été absents. Ces derniers sont priés de prendre arrangement avec un[e] collègue inscrit en classe, y compris pour ramasser les textes qui y seront distribués [sauf les travaux et examens].
3
RéférencesIl est entendu que chacun liraBrève histoire du QuébecHamelin et Provencher de [Montréal, Boréal, 1997, 130 pages; disponible chez Zone] si le strict minimum de connaissance historique n'est pas déjà acquis, en y ajoutant, s’il le faut, la lecture de l’un ou l’autre des petits ouvrages préparatoires suivants : Frenette, Yves Brève histoire des Canadiens français, Montréal, Boréal, 1998, 209 pages. Létourneau, Jocelyn Le Québec, les Québécois. Un parcours historique, Québec, Le musée de la civilisation/Fides, 2004, 127 pages. Autres textes importants et pertinents pour le cours : Dumont, Fernand « Essor et déclin du Canada français », Recherches sociographiques, 38, 3 1997 : 419467 [texte sur le site deRecherches sociographiques, ERUDIT.org]. Dumont Fernand  Genèse de la société québécoise, Montréal, Boréal. Gagné, Gilles « Tradition et modernité au Québec. D’un quiproquo à l’autre » [disponible dans la page web du professeur sur le site du département de sociologie Simard, JeanJacques L’éclosion. De l’ethniecité canadienne française à la société québécoise, Québec, Septentrion, 2004.
4
Programme des exposés. 1. Présentation du cours. Genèse du Québec et repères sociohistoriques6 septembreLe syllabus du cours. Chronologie, repères sociohistoriques. Le Québec comme société globale Clés de lecture du texte de Fernand Dumont (documents donnés en classe et sur ENA) 2.Le fractionnement du Canada français(S. Langlois) 13 septembre Lire obligatoirement avant le cours le texte de Fernand Dumont, dont nous ferons l’analyse commentée en classe (explication de texte) disponible sur le site de Erudit, revue Recherches sociographiques (erudit.org). Fernand Dumont « Essor et déclin du Canada français », Recherches sociographiques, XXXVIII, 3, 1997 : 419467. (voir erudit.org, site deRecherches sociographiques) Gérard Bouchard « Le Canada français comme période historique » dans Gilles Gagné (dir.), Le Canada français, son temps, sa nature, son héritage, Québec, Nota bene, 2006 : 275280. 3. Le XXe siècle québécois(JeanJacques Simard) 20 septembre  JeanJacques Simard « Ce siècle où le Québec est venu au monde », dans Michel Venne (dir.), L’Annuaire du Québec 2000, Montréal, Fides, 1999 : 1777. Simon Langlois « De l’habitant au producteur agricole », « Des Annales de SainteAnne à La Presse, ou le décalage entre comportements et institutions », « Plusieurs vagues d’immigration internationale au Québec », « La migration des anglophones en dehors du Québec », « Un siècle de conflits de travail », dans Les cahiers de l’ACSALF, vol 1, numéro 1, pp. 1014. Hubert Guindon « La Révolution tranquille et ses effets pervers », Société, 2021, numéro spécial Le chaînon manquant, été 1999 : 138. 4. Les arts et la culture au Québec(Andrée Fortin) 27 septembre Andrée Fortin, « De l’art et de l’identité collective au Québec » dansRecherches sociographiques, volume LII, numéro 1, 4970, disponible sur le portail de Erudit ou achat de la revue à tarif réduit (5 $) au Département de sociologie ou en classe.
5
5. La revanche des berceaux : mythes et réalités(Richard Marcoux) 4 octobreJacques Henripin, « L’hypofécondité et son contexte » dans Fernand Dumont, Simon Langlois et Yves Martin (dirs), Traité des problèmes sociaux, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1994 : 2545. 6. Les jeunes et le travail au Québec(Mircea Vultur) (11 octobre)  Texte à venir. Il sera déposé sur le portail ENA 7.La ville, ses évolutions, ses politiques d’aménagement(Louis Guay) 18 octobreLouis Guay «Les options de l’aménagement du territoire à la lumière de enjeux environnementaux » dansOrganisations et territoires, Vol. 14, No. 3, Automne 2005, p. 2537; Guy Mercier « Essai de schématisation des modèles urbains de la revitalisation du quartier SaintRoch à Québec » dans G. Sénécal, J. Malézieux et D. StLaurent (dirs)Grands projets urbains et requalification, Québec et Paris, Presses de l’Université du Québec et Publications de la Sorbonne, 2002, p. 101112. 8.Le « nation building » canadian (Sylvie Lacombe) (25 octobre)Sylvie Lacombe « De la Révolution tranquille à la déconsidération tranquille. Le durcissement de ton à l’égard du souverainisme québécois dans les pages du Globe and Mail» de Sylvie Lacombe dansLe Québec à l’aube du nouveau millénaire. Entre tradition et modernité, sous la direction de MarieChristine Weidmann Koop, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2008, p. 3038 ; Sylvie Lacombe « La comparaison pour quoi faire? À la recherche des « totalités sociales » dans le contexte canadien » dansLa nation dans tous ses États. Le Québec en comparaison, sous la direction de Gérard Bouchard et Yvan Lamonde, Montréal, l’Harmattan, 1997, p. 203220.] er 9. Semaine de lecture (1 novembre)10. La nation québécoise[Simon Langlois] [8 novembre] Simon Langlois « Refondation de la nation au Québec » dans Michel Venne [dir.] L’Annuaire du Québec 2003, Montréal, Fides, 2002 : 527. 11. Le suicide des jeunes hommes comme indicateur d’une double transformation sociale[Gilles Gagné] [15 novembre] Gilles Gagné et David Dupont « Les changements de régime du suicide au Québec, 19212004 » dansRecherches sociographiques, XLVIII, 3, p. 2763.
6
12. La gauche au Québec: perspectives globales et historiques[André Drainville] [22 novembre] Drainville, André « La gauche québécoise dans le monde depuis les rébellions jusqu'àQuébec solidaire: esquisse d'une interprétation » à paraître dans Globe. Lévesque, Andrée. 1980. Le Québec et le monde communiste : Cowansville 1931. Revue d'histoire de l'Amérique française34 [2]:171182. 13. Le Nord québécois[Gérard Duhaime] [29 novembre]  [texte à venir] 14. Synthèse et discussions[Simon Langlois] [6 décembre]  [texte à venir] 15 Examen final en salle[13 décembre]
7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.