VERS LA CRÉATION DE SÉQUENCES MULTIMÉDIAS

Publié par

VERS LA CRÉATION DE SÉQUENCES MULTIMÉDIAS 29 Les interfaces de création PréAO et multimédia en classe CNDP–DIE – Juin 1996 Excepté deux d'entre eux, Action ! et Le Réa- lisateur Multimédia, tous obligent l'auteur à disposer de données – multimédias, images, sons, animations, séquences vidéos –, déjà créées ou rassemblées. Cela peut surprendre les adeptes de la PréAO ou des systèmes-auteurs, qui ont pris l'habitude de disposer d'éditeurs graphiques intégrés dans le logiciel. Cependant, on y trouve des avantages. Du fait que le nombre de formats acceptés est grand, il est toujours possible d'utiliser ses outils gra- phiques habituels. De plus, on y gagne en clarté et en organisation, la préparation des données restant nettement séparée de la réalisation. LES PAGES-ÉCRAN COMME FIL DIRECTEUR L'interface de création est centrée sur la com- position de pages-écran. L'auteur met en place l'application finale en créant des pages pourvues de fonds, de textes, d'images et d'objets divers. Sur chaque page créée sont ensuite posés des liens de navigation et des zones interactives (boutons, mots, images sensibles...) vers une autre page. L'organigramme de navigation reste souterrain. La structure de l'application finale est inscrite sous les pages. Différentes en apparence d'un logiciel à l'autre, les interfaces déroutent parfois l'auteur qui souhaiterait les prendre rapidement en main.

  • ecran

  • interfaces de création

  • boutons interactifs

  • ouverture de l'interface de création

  • création de séquences multimédias

  • déroulement de l'application finale

  • organigramme de navigation

  • image en fond d'écran


Publié le : samedi 1 juin 1996
Lecture(s) : 22
Source : cndp.fr
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
VERS LA CR…ATION DE S…QUENCES MULTIM…DIAS
Les interfaces de crÈation
DiffÈrentes en apparence dÕun logiciel ‡ lÕautre, les interfaces dÈroutent parfois lÕauteur qui souhaiterait les prendre rapidement en main. Dans une catÈgorie destinÈe ‡ sÈduire des nÈophytes, on sÕattendrait ‡ une plus grande immÈdiatetÈ dÕemploi. Il faut Ítre un artiste du ´ clic souris ª Ð simple, double, avec le bouton droit Ð pour voir apparaÓtre menus dÈroulants, palettes dÕoutils, Ècrans successifs, boÓtes de dialogues, pourtant prÈsents, efficaces et documentÈs par des aides dÈtaillÈes. ¿ la rÈflexion, se dÈgagent plusieurs logiques qui aident ‡ se repÈrer.
ExceptÈ deux dÕentre eux,Action !etLe RÈa-lisateur MultimÈdia, tous obligent lÕauteur ‡ disposer de donnÈes ÐmultimÈdias, images, sons, animations, sÈquences vidÈos Ð, dÈj‡ crÈÈes ou rassemblÈes. Cela peut surprendre les adeptes de la PrÈAO ou des systËmes-auteurs, qui ont pris lÕhabitude de disposer dÕÈditeurs graphiques intÈgrÈs dans le logiciel. Cependant, on y trouve des avantages. Du fait que le nombre de formats acceptÈs est grand, il est toujours possible dÕutiliser ses outils gra-phiques habituels. De plus, on y gagne en clartÈ et en organisation, la prÈparation des donnÈes restant nettement sÈparÈe de la rÈalisation.
LES PAGES-…CRAN COMME FIL DIRECTEUR
LÕinterface de crÈation est centrÈe sur la com-position de pages-Ècran. LÕauteur met en place lÕapplication Þnale en crÈant des pages pourvues de fonds, de textes, dÕimages et dÕobjets divers. Sur chaque page crÈÈe sont ensuite posÈs des liens de navigation et des zones interactives (boutons, mots, images sensibles...) vers une autre page. LÕorganigramme de navigation reste souterrain. La structure de lÕapplication Þnale est inscrite sous les pages.
Story Board Propropose de travailler sur un ensemble de ´ plans ª, en fait des pages-Ècran, constituÈes par une image de fond ‡ laquelle sont ajoutÈs divers objets multimÈdias. On dÈÞnit ensuite leurs diffÈrents paramËtres et les ÈvÈnements dÈclenchÈs par les actions de la souris.
BoÓte de dialogue pour crÈer un plan avecStory Board Pro.
PrÈAO et multimÈdia en classe CNDP Ð DIEÐ Juin 199629
VERS LA CR…ATION DE S…QUENCES MULTIM…DIAS
LE D…ROULEMENT COMME FIL DIRECTEUR
LÕauteur dispose, dËs lÕouverture de lÕinterface de crÈation, dÕune sorte de bordereau dÈcri-vant le dÈroulement de lÕapplication Þnale. Il ne compose jamais entiËrement les Ècrans. Ceux-ci ne seront complËtement mis en place quÕau moment de lÕexÈcution. Cette approche permet une composition dynamique des Ècrans sans gestion affinÈe du
PremiËre Ètape (colonne1) : sur un fond noir se dÈclenchent des applaudissements et un morceau de jazz, on attend la Þn de la sÈquence dÕapplaudissements.
DeuxiËme Ètape (colonne2) : une sÈquence de vidÈo numÈrisÈe apparaÓt (battle1), le morceau de jazz est interrompu, etc.
QUESTION DE VOCABULAIRE
Le vocabulaire, souvent imprÈcis, est employÈ mal ‡ propos et dÈroute. La composition dynamique dÕÈcrans successifs, appelÈe ´ scËne ª parAction !, devient une ligne dÕun tableau pourLe MultimÈdia OrchestrÈ, un ´ script ª pourLe RÈalisateur MultimÈdia. Toujours pourLe MultimÈdia OrchestrÈ, la cellule dÕun tableau sÕappelle ´ piste ª, ce qui semble fantaisiste. La colon-ne dÕun script duRÈalisateur, servant tout bÍtement ‡ prÈsenter plusieurs mÈdias simultanÈment, est appelÈe ´ structure ª ! Un Ècran est une page pour Gazelle, ce qui se justiÞe par les caractÈristiques hypertextuelles de cet outil, et un plan pourStory Board Pro, ce que lÕon comprend moins bien.
PrÈAO et multimÈdia en classe 30CNDP Ð DIEÐ Juin 1996
temps mais avec des effets de transition et dÕaccompagnement sonore qui en donnent lÕillusion. Dans le cas duMultimÈdia OrchestrÈ, le dÈroulement, interactif, peut devenir arbo-rescent. PourLe RÈalisateur MultimÈdia, le dÈroulement est linÈaire et peu interactif. Action !pourrait entrer dans cette catÈgorie de logiciels, ‡ deux diffÈrence prËs : sa gestion du temps et sa proximitÈ avec la PrÈAO.
LÕÈlÈment central duRÈalisateur MultimÈdia est un Èditeur de scripts, qui reprÈsente le dÈroule-ment, linÈaire, de lÕapplication. Chaque colonne du bordereau, appelÈe structu-re, reprÈsente une Ètape de la prÈsentation et com-prend un ensemble dÕÈvÈnements : mise en place du fond dÕÈcran, ajout dÕobjets, textes, images, vidÈo, sons et choix du mode de passage ‡ la structure suivante (en continu, pause, dÈlai, etc.)
LeMultimÈdia OrchestrÈpropose de remplir un tableau ligne par ligne. Chaque ligne contient des cases, servant ‡ dÈcrire le dÈroulement de lÕappli-cation Þnale. Les Ècrans sont Ègalement composÈs par ce procÈdÈ.
On voit ici Ð la mise en place dÕune image en fond dÕÈcran dans la case1 ; Ð lÕajout dÕun texte dans la case2 ; Ð lÕinsertion de plusieurs boutons interactifs, lÕun permettant de quitter lÕapplication dans la case3, les autres de sauter directement aux lignes2, puis 3 du mÍme tableau.
PAGES-…CRAN ET D…ROULEMENT, ¿ PARTS …GALES OU PRESQUE !
Deux exemples pour illustrer la tentative de rassembler les deux approches prÈcÈdentes.
AvecApple Media Tools, la premiËre opÈration proposÈe ‡ lÕauteur est de crÈer lÕorganigramme de son application. Pour cela, il met en place des icÙnes dÕabord vierges, puis reprÈsentant les Ècrans prÈ-vus et les liens qui conduisent de lÕun ‡ lÕautre. Il compose ensuite chaque Ècran. Bien entendu, un va-et-vient entre organigramme et Ècrans est prÈvu pour modiÞer, dÈplacer, ajouter, supprimer parallËle-ment les liens et les Ècrans.
Gazelleest un outil, proche de ceux dÈcrits dans la derniËre partie de ce dossier et orientÈs vers la crÈation dÕapplications hypertextuelles. Deux objets fondamentaux : les pages et les livres. LÕauteur crÈe dÕabord ses pages et les sauve-garde de faÁon autonome.
DÈÞnition dÕune page et de ses attributs.
Un livre est cependant davantage quÕun ensemble de pages : cÕest aussi une table des matiËres hiÈ-rarchisÈe et lÕorganisation dÕaccËs par recherche sur des mots-clÈs.
VERS LA CR…ATION DE S…QUENCES MULTIM…DIAS
Insertion dÕune page dans un livre.
PrÈAO et multimÈdia en classe CNDP Ð DIEÐ Juin 199631
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.