Vu dans la base SantéPsy

De
Publié par

  • cours - matière potentielle : l' enquête
  • exposé
Vu dans la base SantéPsy Thérapeutique médicamenteuse Octobre 2011 Articles CLOOS JM, STEIN R, RAUCHS P, KOCH P, CHOUINARD G Addictions aux benzodiazépines : prévalence, diagnostic et traitement EMC PSYCHIATRIE 2011 ; 147 : 1-10 Les benzodiazépines constituent les substances les plus largement prescrites du groupe des hypnotiques, sédatifs et anxiolytiques. Elles sont utilisées dans un grand nombre de domaines médicaux. Généralement bien tolérées, elles peuvent cependant être à l'origine d'abus, voire de tolérance et de dépendance.
  • raisons cliniques
  • lieu de contrôle de la santé dans la schizophrénie encephale
  • thérapeutique médicamenteuse
  • schizophrénie
  • anxiété
  • prescription
  • prescriptions
  • traitement
  • traitements
  • patient
  • patients
  • patiente
  • patientes
Publié le : mardi 27 mars 2012
Lecture(s) : 101
Source : ascodocpsy.org
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Vu dans la base SantéPsy Thérapeutique médicamenteuse Octobre 2011 Articles CLOOS JM, STEIN R, RAUCHS P, KOCH P, CHOUINARD G Addictions aux benzodiazépines : prévalence, diagnostic et traitement EMC PSYCHIATRIE 2011;147:1-10 http://www.em-consulte.com/article/285682 Les benzodiazépines constituent les substances les plus largement prescrites du groupe des hypnotiques, sédatifs et anxiolytiques. Elles sont utilisées dans un grand nombre de domaines médicaux. Généralement bien tolérées, elles peuvent cependant être à l'origine d'abus, voire de tolérance et de dépendance. Ces problèmes d'addiction aux benzodiazépines, d'allures très diverses, ne sont pas dose-dépendants et peuvent déjà survenir aux doses thérapeutiques. La prescription à long terme de benzodiazépines doit être discutée avec le patient, car elle peut provoquer une indifférence émotionnelle, une faiblesse corporelle générale, des déficits cognitifs, voire des accidents parfois dangereux. Le clinicien évalue l'indication du traitement à long terme, propose des thérapies alternatives et motive le patient à arrêter le traitement dès que possible. Dans la plupart des cas, le sevrage est facile à planifier, même en ambulatoire, et consiste en la réduction progressive des doses, associée à un soutien psychologique. Aussi un sevrage en milieu hospitalier est-il rarement nécessaire. Pour bien prévenir les rechutes, il faut informer le patient des dénominations commerciales des différentes benzodiazépines (et des substances apparentées) afin qu'il puisse les éviter dans le futur.[Résumé d'auteur] PAHIN A, HAFFEN E, SECHTER D, VANDEL P Stratégies thérapeutiques des troubles psychocomportementaux dans la démence EMC PSYCHIATRIE 2011;147:1-14 http://www.em-consulte.com/article/287668 Les symptômes psychocomportementaux de la démence sont fréquents et peuvent concerner jusqu'à 90 % des patients atteints de maladie d'Alzheimer. Par la souffrance que ces troubles engendrent, tant pour le patient que pour ses proches, ils peuvent conduire à un épuisement et sont souvent un facteur décisif dans la décision d'institutionnalisation. Ces symptômes représentent alors une nouvelle cible thérapeutique nécessitant une évaluation clinique précise, pouvant être complétée par des instruments d'évaluation et une enquête étiologique, permettant la prise en charge la plus adaptée. La prise en charge est complexe, et nécessite une stratégie où l'approche non médicamenteuse est toujours à privilégier. Parmi les
1 ascodocpsy Vu dans la base SantéPsy Thérapeutique médicamenteuse
traitements médicamenteux, les molécules spécifiques ainsi que les autres psychotropes doivent toujours être prescrits après une évaluation de leur rapport bénéfice-risque. Ce travail de synthèse repose sur les propositions de la Haute Autorité de santé 2009, de l'American Psychiatric Association 1997, et des publications individuelles récentes concernant essentiellement les troubles du comportement dans la démence de type Alzheimer. On retrouve en revanche peu d'articles dans la littérature concernant les démences apparentées. [Résumé d'auteur] COMBES C, FERAL F Observance médicamenteuse et lieu de contrôle de la santé dans la schizophrénie ENCEPHALE 2011;37Suppl 1:11-18 http://www.em-consulte.com/article/292155 Parmi les facteurs influençant l'observance médicamenteuse dans la schizophrénie, nous nous sommes intéressés aux croyances des patients en matière de contrôle de la santé, conceptualisées sous le terme de lieu de contrôle de la santé. Nous avons fait l'hypothèse qu'il existe une corrélation entre l'orientation interne et-ou externe liée aux docteurs du lieu de contrôle de la santé et le degré d'observance médicamenteuse dans la schizophrénie. Pour cela, nous avons déterminé, à l'aide de questionnaires, la qualité de l'observance médicamenteuse, le type de lieu de contrôle de la santé et l'insight chez 65 sujets schizophrènes. Nos résultats sont en faveur d'une corrélation positive statistiquement significative entre le lieu de contrôle de la santé interne et-ou externe lié aux docteurs et l'observance médicamenteuse. Cela signifie que, plus les patients croient que leur schizophrénie peut être contrôlée par eux-m mes et-ou par les médecins, plus ils prennent leurs médicaments fidèlement à la prescription. De plus, deux dimensions de l'insight que sont la conscience de la réponse au traitement et la reconnaissance du besoin de traitement interviendraient comme facteurs de confusion dans cette relation [résumé d'auteur] BRET P, HEIL M, QUEILLE E, BRET MC Enquête des prescriptions de rispéridone injectable à libération prolongée dans neuf centres hospitaliers du réseau PIC ENCEPHALE 2011;37Suppl 1:58-65 http://www.em-consulte.com/article/292162 Une étude pharmacoépidémiologique observationnelle de type transversal des pratiques de prescription de la rispéridone injectable à libération prolongée, premier antipsychotique atypique présenté sous cette forme, a été réalisée entre 2005 et 2006 dans neuf établissements du réseau PIC. L'étude a porté sur le suivi pendant un an de tous les patients mis sous ce traitement. L'objectif de ce travail était de faire une analyse des pratiques de prescription en situation réelle de ce nouveau médicament pour apprécier leur adéquation avec l'AMM et les recommandations de l'Afssaps figurant dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) mais aussi d'évaluer l'efficience du médicament en termes de nombre et de délai d'arrêts de traitement. Les résultats de l'étude montrent ainsi une utilisation hors AMM du médicament dans 15 % des cas, un état clinique probablement insuffisamment stabilisé avant la première injection et concomitamment un nombre d'arrêts de traitement sur un an voisin des 54 % [résumé d'auteur]
2ascodocpsy ThérapeutiqueVu dans la base SantéPsy médicamenteuse
BAYLE FJ, BLANC O, DE CHAZERON I, LESTURGEON J, LANCON C, CACI H, GARAY RP, LLORCA PM Prise en charge médicamenteuse de l'anxiété chez le patient souffrant de schizophrénie ENCEPHALE 2011;37Suppl 1:83-89 http://www.em-consulte.com/article/292165 L'anxiété est un symptôme fréquent et majeur de la schizophrénie. Elle est un symptôme clinique dominant dans la phase prodromique [indice de progression vers la- décompensation psychotique È] et accompagne souvent le premier épisode de schizophrénie. Suite au premier épisode, l'anxiété et le stress associé sont des indicateurs de rechute. L'étude de l'anxiété dans la schizophrénie a été abordée par deux approches distinctes : (i) approche catégorielle (troubles anxieux comme des entités propres, en comorbidité avec la schizophrénie) et (ii) approche dimensionnelle (l'anxiété comme un symptôme majeur de la dimension- dysphorie -). Aucun élément ne permet actuellement de dire s'il existe une différence de nature ou d'intensité entre l'angoisse psychotique et l'angoisse névrotique. Néanmoins, l'angoisse psychotique est souvent opposée à l'angoisse névrotique. Elle est intense, massive et hermétique. A l'inverse de l'anxiété névrotique, elle est peu somatisée et s'accompagne d'un retentissement psychomoteur particulier, agitation ou sidération, qui reste exceptionnel dans les névroses. Il n'existe pas d'outil spécifiquement développé pour l'évaluation de l'anxiété dans la schizophrénie. Récemment, nous avons élaboré une échelle spécifique d'hétéro évaluation (Echelle Anxiété Schizophrénie [échelle EAS]), échelle récemment validée et dont l'étude de sa sensibilité au changement est en cours. Il n'y pas d'approche spécifique pour la prise en charge de l'anxiété chez le schizophrène dans les recommandations professionnelles. Parmi les phénothiazines, la cyamémazine est couramment prescrite, en raison de sa puissante activité anxiolytique et de sa tolérance neurologique. Certains auteurs ont préconisé un traitement anxiolytique spécifique avec des benzodiazépines. Il faut, toutefois, contrebalancer ces avantages par les inconvénients potentiels tels le risque de dépendance, le risque de rebond et la potentialisation de certains effets latéraux [résumé d'auteur] PAUTAS Eric, DESPRES Jérémie, PEYRON Isabelle, GOLMARD Jean-Louis, GRANGE Jennifer, KOENIG Nelly, GOURONNEC Adeline, MITHA Nathalie, SIGURET Virginie, GOUIN-THIBAULT Isabelle Sécabilité comparée des comprimés de warfarine et de fluindione pour les patients âgés et leur entourage GERIATRIE ET PSYCHOLOGIE & NEUROPSYCHIATRIE DU VIEILLISSEMENT 2011;92: 171-177 http://www.jle.com/fr/revues/medecine/gpn/e-docs/00/04/68/22/resume.phtml Un patient âgé sous AVK est souvent amené à fractionner des comprimés. Cette étude compare la sécabilité des comprimés de warfarine bisécables et de fluindione quadrisécables [résumé d'auteur] D'ARAILH Lydie, GAUBERT-DAHAN Marie-Line, MULLER Florence, LECHOWSKI Laurent, TEILLET Laurent Impact d'un guide de bon usage des anticoagulants sur la prescription des héparines de bas poids moléculaire dans un hôpital gériatrique GERIATRIE ET PSYCHOLOGIE & NEUROPSYCHIATRIE DU VIEILLISSEMENT 2011;92: 179-188 http://www.jle.com/fr/revues/medecine/gpn/e-docs/00/04/68/23/resume.phtml L'objectif de cette étude était d'évaluer l'impact d'une intervention, consistant en l'élaboration et la diffusion d'un guide de bon usage des anticoagulants, sur la qualité de prescription des héparines de bas poids moléculaires (HBPM) dans un hôpital gériatrique parisien. Il s'agit d'une enquête de type 'avant-après' intervention. Le guide a été élaboré par un comité d'experts en
3ascodocVu dans la base SantéPsy psy Thérapeutiquemédicamenteuse
2008. La prescription de tous les patients sous HBPM a été analysée par le même investigateur 'un jour donné' en 2006 et 2009. La prescription des HBPM était considérée comme adaptée si elle était conforme au guide en termes d'indication, posologie, surveillance biologique et durée de traitement. Soixante-douze prescriptions ont été analysées au cours de l'enquête 'avant' et 54 au cours de l'enquête 'après'. La qualité de la prescription a été améliorée entre 2006 et 2009 pour tous les items mais de façon statistiquement significative uniquement pour la posologie et la surveillance biologique. La diffusion d'un guide de bon usage des anticoagulants en gériatrie a donc un impact réel mais limité sur la prescription des HBPM. [résumé d'auteur] COUDERC Anne-Laure, BAILLY-AGALEDES Cindy, CAMALET Joëlle, CAPRIZ-RIBIERE Françoise, GARY André, ROBERT Philippe, BROCKER Patrice, GUERIN Olivier Adaptations des médicaments psychotropes chez les sujets âgés de 75 ans et plus dans un service de médecine interne gériatrique : à propos de 100 patients GERIATRIE ET PSYCHOLOGIE & NEUROPSYCHIATRIE DU VIEILLISSEMENT 2011;92: 163-170 http://www.jle.com/fr/revues/medecine/gpn/e-docs/00/04/68/21/resume.phtml Les sujets âgés souvent polypathologiques sont particulièrement exposés au risque d'effets indésirables médicamenteux. Les médicaments psychotropes sont particulièrement impliqués dans les accidents iatrogéniques. Nous avons voulu savoir si les outils de l'évaluation gériatrique standardisée ou d'autres facteurs pouvaient influencer les modifications de psychotropes en service de gériatrie. Notre étude prospective sur quatre mois sur 100 patients âgés de 75 ans et plus hospitalisés dans le Service de médecine interne gériatrique du CHU de Nice a recherché quelles étaient les raisons cliniques ou biologiques et les outils utilisés lors des modifications des psychotropes. Nous avons comparé ces modifications en fonction des outils de l'évaluation gériatrique standardisée et nous avons analysé les changements en fonction des listes de médicaments potentiellement inappropriés de Laroche et al. et d'après l'instrument STOPP-START. Le mini mental state examination (MMSE) a été l'instrument qui a le plus influencé les modifications de psychotropes avec notamment une tendance à l'augmentation et à l'introduction des anxiolytiques lorsque son score était <\; 20 (p \= 0,007), alors que les neuroleptiques ont plutôt été arrêtés et diminués (p \= 0,012). L'évaluation gériatrique standardisée et de nouveaux outils comme STOPP-START nous semblent avoir toute leur place dans l'aide décisionnelle lors des prescriptions de médicaments potentiellement iatrogènes comme les psychotropes [résumé d'auteur] STORA Denis L'infection urinaire INFIRMIERE LIBERALE MAGAZINE 2011;273:48-49 ELLOUMI Hend, MIRABEL-SARRON Christine, ZALILA Haifa, BOUSSETTA Afif, CHEOUR Majda L'observance thérapeutique du patient bipolaire : étude comparative des propositions de Basco, Rush et Newman pour l'améliorer JOURNAL DE THERAPIE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE 2011;212:53-57 http://dx.doi.org/10.1016/j.jtcc.2011.03.001 L'observance thérapeutique des patients bipolaires est souvent partielle, elle est responsable des rechutes thymiques. Augmenter l'observance thérapeutique est donc l'objectif de la plupart des psychothérapies proposées à ces patients et les thérapies comportementales et cognitives ont largement amélioré le pronostic. Nous avons effectué une étude comparative des approches cognitivo-comportementales de Newman et de Basco dans l'observance thérapeutique des patients atteints de troubles bipolaires. Nous décrirons chaque outil
4ascodocVu dans la base SantéPsy Thérapeutiquepsy médicamenteuse
psychologique proposé, illustré par quelques exemples. Newman propose l'enregistrement quotidien des pensées, la technique des questions guidées, l'analyse des avantages et des inconvénients de la prise des médicaments ainsi que la méthode de contrôle des stimuli. Basco propose un contrat de compliance dans lequel elle inclut un relevé des pensées ainsi qu'un relevé des obstacles pouvant entraver l'observance thérapeutique afin de les anticiper. La comparaison montre beaucoup de similarités et quelques divergences qui octroient aux thérapeutes plus de techniques à proposer et à adapter aux patients suivis en thérapie individuelle [résumé d'auteur] PALAZZOLO Jérôme Entre adhésion et gestion autonome de la médication NERVURE : JOURNAL DE PSYCHIATRIE 2011;242:1-4 Cet article est consacré au concept de gestion autonome de la médication pensé comme une possibilité donnée aux usagers de mettre en oeuvre une certaine responsabilisation vis à vis de leur prise en charge. Il est important pour le clinicien de prendre en compte le point de vue du patient et de le reconnaître comme un 'collaborateur' à part entière. L'auteur évoque l'intérêt des antipsychotiques atypiques à libération prolongée dans ce contexte. [résumé d'auteur] CHAMPOLLION Sophie, ALZIEU Laure, LACHGAR Narinanne, DAVRINCHE Philippe, BOCQUET Patrick Pneumopathie à l'amiodarone : à propos d'un cas clinique REVUE DE GERIATRIE 2011;365:319-322 Si l'amiodarone présente des propriétés intéressantes en cardiologie, ses effets secondaires peuvent concerner la thyroïde, la peau, le foie, mais aussi les poumons. Les signes cliniques des pneumopathies à l'amiodarone sont peu spécifiques et se manifestent par une dyspnée d'installation progressive parfois associée à une toux, voire une altération de l'état général. L'imagerie montre le plus souvent une infiltration parenchymateuse, occasionnellement des opacités alvéolaires, un épanchement pleural et plus rarement de la fibrose. Cette toxicité est réversible au stade précoce après l'arrêt de l'amiodarone et une corticothérapie. Mais parfois l'évolution se fait vers la fibrose, voire le décès. Nous rapportons ici le cas d'une patiente de 94 ans ayant présenté une pneumopathie interstitielle à l'amiodarone 4 ans après le début du traitement.. [résumé d'auteur] Vous êtes libre de reproduire, distribuer et communiquer ce document, selon les conditions suivantes:Paternitédevez citer Ascodocpsy comme (vous auteur original) –Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification
ascodocThérapeutiquepsy Vu dans la base SantéPsy médicamenteuse
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.