Aide aux élèves primo arrivants

De
Publié par

Niveau: Elementaire

  • cours - matière potentielle : année


1 sur 3 1 Fond d'incitation académique Académie de Bordeaux SOUTIEN EN FRANÇAIS POUR LES ELEVES PRIMO-ARRIVANTS NON FRANCOPHONES. Académie de Bordeaux Collège : Aliénor d'Aquitaine avenue Jean Monnet, BP31 33350 CASTILLON LA BATAILLE ZEP Téléphone : Fax : Mèl : Discipline concernée : Français Date de l'écrit : 23/05/2008 RESUME : Le collège Aliénor d'Aquitaine, situé en ZEP, est caractérisé par l'arrivée régulière d'élèves de nationalité marocaine suivant une scolarité classique au Maroc, mais qui ne possèdent aucune notion de langue française. Deux professeurs se sont proposés pour créer un temps de soutien et de reprise des fondamentaux en matière de langue pour ces élèves. Ainsi, une dizaine d'élèves nouvellement arrivés en France et ne maîtrisant pas du tout la langue française se sont vus proposer dès leur arrivée un soutien spécifique en français à hauteur de deux heures par semaine. L'objectif étant de permettre rapidement aux élèves de maîtriser des notions élémentaires en français et d'éviter ainsi le décrochage scolaire dans les autres matières. Le travail mené conjointement par les professeurs s'est appuyé cette année sur les besoins réels des élèves, à savoir : maîtrise de la langue orale et écrite dans des situations de communication quotidienne, mais aussi sur la découverte culturelle du patrimoine littéraire mondial par le biais de la lecture d'un conte d'Oscar Wilde.

  • arrivée régulière d'élèves de nationalité

  • description du projet initial

  • langue

  • expression orale

  • pratique pédagogique

  • découverte culturelle du patrimoine littéraire


Publié le : vendredi 8 juin 2012
Lecture(s) : 59
Source : ac-bordeaux.fr
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Fond d’incitation académiqueAcadémie de Bordeaux SOUTIEN ENFRANÇAISPOUR LES ELEVES PRIMO-ARRIVANTS NON FRANCOPHONES. Académie de Bordeaux Collège : Aliénor d’Aquitaine avenue Jean Monnet, BP31 33350 CASTILLON LA BATAILLE ZEP Téléphone: 05 57 40 02 12 Fax: 05 57 40 32 10 Mèl: ce.0330064r@ac-bordeaux.fr Discipline concernée : Français Date de l’écrit : 23/05/2008
RESUME:Le collège Aliénor d’Aquitaine, situé en ZEP, est caractérisé par l’arrivée régulière d’élèvesde nationalité marocaine suivant une scolarité classique au Maroc, maisqui ne possèdent aucune notion de langue française.
Deux professeurs se sont proposés pour créer untemps de soutien et de reprise des fondamentauxen matière de langue pour ces élèves.
Ainsi, une dizaine d’élèves nouvellement arrivés en France et ne maîtrisant pas du tout la langue française se sont vus proposer dès leur arrivée un soutien spécifique en français à hauteur de deux heures par semaine. L’objectif étant depermettre rapidement aux élèves de maîtriser des notions élémentaires en français etd’éviter ainsi le décrochage scolaire dansles autres matières.
Le travail mené conjointement par les professeurs s’est appuyé cette année sur lesbesoins réels des élèves:, à savoirmaîtrise de la langue orale et écritedes situations de dans communication quotidienne, mais aussi sur ladécouverte culturelle du patrimoine littéraire mondialpar le biais de la lecture d’un conte d’Oscar Wilde.
I.DESCRIPTION DU PROJET INITIAL
TITRE:SOUTIEN ENFRANÇAIS POUR LES ELEVES PRIMO-ARRIVANTS NON FRANCOPHONES.
A. Résumé des intentions et du déroulé chronologique : Améliorer l’expression orale et écrite et la compréhension de la langue française en vue de l’intégration dans un cycle scolaire «classique »,en limitant les difficultés et donc les ruptures scolaires. Les élèves sont signalés dès leur arrivés et se voient proposer 2 fois 1 heure de Français en plus de la grille horaire habituelle correspondant à leur classe d’âge.
B. Constat global et rapide sur les effets attendus, ou obtenus.
1 sur 3
1
Bilan positif pour les élèves qui s’impliquent réellement dans les apprentissages (présence, participation…). Les progrès sont assez variés selon les élèves, tant sur le plan de la rapidité des acquisitions que sur celui de l’intégration dans la classe.
Des difficultés inattendues pour en mobiliser certains.
II.ANALYSE DU PROCESSUSA. Quels acteurs et quelles actions (prévues et imprévues):L’ensemble des professeurs principaux des classes et des professeurs de Français de l’établissement a fait un signalement des élèves qui avaient besoin d’un soutien ou qui demandaient ce soutien. Deux professeursont pris le groupe en charge: un professeur de Français et un professeur d’Espagnol, afin de croiser les pratiques pédagogiques : l’enseignement du Français en tant que tel, mais aussi les méthodes pédagogiques utilisées en langue (en Espagnol notamment pour faire progresser les élèves rapidement). Pratiquement, le professeur de Français a fait le choix pédagogique de travailler sur le langage oral (travail sur les sons) par le biais notamment de l’écoute et de la répétition à l’aide de logiciels adaptés à chaque élève, tout en créant avec eux un cahier personnel de suivi grammatical et lexical. Enfin, il a semblé intéressant de proposer une ouverture sur la littérature grâce à l’étude d’un conte d’Oscar Wilde niveau cycle 3. Les élèves ont été évalués de manière semestrielle. Le professeur d’Espagnol s’est, lui, chargé de proposer les bases en orthographe et en grammaire, tout en complétant le travail sur le son, par un travail autour des situations de communication quotidiennes (usage de la langue courante). Une ouverture sur la culture française a également été proposée.
B. Quels effets pédagogiques et éducatifs liés au projet
Les effets prévus
Très rapidement les élèves ont amélioré leur expression orale et étonnamment, ontfait preuve d’une certaine autonomie en lecture et dans la compréhension de textes simples. A moyen terme, les conjugaisons simples ont été acquises et la notion de temps également. Par contre il a été très difficile de motiver certains élèves qui pourtant s’étaient inscrits volontairement dans le dispositif.
Les effets imprévus Le travail en petits groupes a créé une émulation entre les élèves. Certains élèves ont été valorisés par cet enseignement individualisé, qui leur a permis de prendre confiance en eux et, donc, de poser les questions nécessaires à leur compréhension dans les autres enseignements.
Des effets négatifs ont aussi été notés. La difficulté de garder les élèves concentrés et motivés par l’enseignement tout au long de l’année. En effet, les progrès n’ayant pas été aussi rapides pour tous, certains en ont été déstabilisés. L’utilisation trop fréquente de leur langue d’origine pour communiquer (tous les élèves étant issus du même pays d’origine). Enfin, des difficultés liées à la phonétique ont été soulignées.
2 sur 3
2
C. Quels effets irradiants Les nouveaux élèves arrivants dans l’établissement en cours d’année se sont vu systématiquement proposer ce soutien de 2 heures, ce qui leur a permis de prendrecontact rapidement avec leurs camarades et qui a facilité leur intégration. Au niveau des familles, nous avons noté un intérêt de la part des familles nouvellement arrivées en France et une demande pour que leurs enfants intègrent ce dispositif spécifique. Les autres familles de l’établissement ont été sensibles à la prise en compte de la différence et au travail qui été fait pour favoriser l’acquisition d’une langue, mais aussi d’une culture commune. Cette sensibilisation a trouvé une résonance particulière au niveau du CESC de l’établissement avec la mise en place d’une commission sur la diversité culturelle et la proposition d’une soirée conférence sur le thème des origines culturelles du grand Sud-Ouest.
3 sur 3
3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.