COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR réponse au défi scientifique lancé Gentilly en

De
Publié par

Niveau: Elémentaire, Primaire, CM1
COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR réponse au défi scientifique lancé à Gentilly (94) en 2009/2010 aux classes de CM1 des écoles élémentaires et à la classe de 4ème « option sciences » du collège Rosa Parks Quelques traces écrites proposées Démarche Unité des démarches La plupart des classes a commencé le travail par la lecture des étiquettes des bouteilles, et cherché la définition de « minéral » pour mieux appréhender ce terme. Beaucoup d'entre elles se sont ensuite intéressées aux différences de composition. Puis les élèves se sont demandés comment mettre en évidence ces différences. Ils ont préparé et mené les investigations par petits groupes d'élèves défendant la même idée. Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique Juin 2010

  • bouteille d'eau

  • classes de cm1 des écoles élémentaires

  • diversité des hypothèses et des investigations

  • travail par la lecture des étiquettes des bouteilles

  • marne - défi scientifique

  • présentation du matériel expérimental


Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 49
Tags :
Source : ia94.ac-creteil.fr
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR
réponse au défi scientifique lancé à Gentilly (94) en 2009/2010
aux classes de CM1 des écoles élémentaires
et à la classe de 4ème « option sciences » du collège Rosa Parks
Quelques traces écrites proposées
Démarche
Unité des démarches
La plupart des classes a commencé le travail par
la lecture des étiquettes des bouteilles, et cherché
la
définition
de
« minéral »
pour
mieux
appréhender ce terme.
Beaucoup d'entre elles se sont ensuite intéressées
aux différences de composition.
Puis les élèves se sont demandés comment mettre
en évidence ces différences.
Ils ont préparé et mené les investigations par petits
groupes d'élèves défendant la même idée.
Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique
Juin 2010
Ils ont conclu à la réussite ou pas de ces
investigations.
Des recherches documentaires ont complété les
résultats d'expériences ou permis une nouvelle
formulation d’hypothèses et d'autres propositions
d’expériences (étiquettes des bouteilles d’eau,
cycle de l’eau, les différents types d’eau, d’où vient
l’eau minérale…).
Chaque petit groupe a partagé ses résultats avec
l'ensemble de la classe, qui en a tiré les savoirs
scientifiques à retenir de ce travail.
Il a fallu pour terminer présenter sur des affiches
les différentes étapes suivies afin de rendre
compréhensible par tous la façon d'arriver aux
conclusions proposées.
Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique
Juin 2010
Diversité des hypothèses et des investigations
proposées
*mettre du sable dans l'eau : on piègera les
minéraux au fond du récipient et/ou ça fera des
bulles
*observer au microscope : on verra les minéraux
*observer à la loupe, à la lampe : on comptera les
bulles
*filtrer : on recueillera les minéraux
*utiliser un bébé « cobaye » : il aura la diarrhée
(expérimentation non retenue !)
*sentir : les odeurs seront différentes
*goûter : les goûts seront différents
*faire des recherches documentaires
*faire évaporer l'eau : les résidus seront plus
importants pour la plus minéralisée
*peser : la plus minéralisée sera la plus lourde
*laisser décanter : les minéraux vont se déposer
*faire dissoudre du sel : ce sera plus difficile dans
l'eau la plus minéralisée
*faire infiltrer l'eau dans la terre : la plus lourde va
s'infiltrer plus vite
*agiter : il y aura apparition de plus de bulles dans
un cas que dans l'autre
*faire chauffer : l'évaporation sera plus rapide pour
la moins minéralisée
*regarder : les couleurs seront différentes
*faire bouillir l'eau : elle sera bonne pour les bébés
Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique
Juin 2010
Diversité des présentations
Lors des visites, les élèves ont été particulièrement
attentifs aux différences et points communs entre
les différentes démarches et présentations.
Les traces écrites présentées sont très variées,
tant par la forme (textes, dessins, schémas,
photos...) que par la fonction qu'elles remplissent
(exprimer sa pensée, prévoir les investigations,
consigner les résultats et les réflexions des
groupes, synthétiser les recherches
documentaires, formuler des conclusions...)
traces manuscrites
Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique
Juin 2010
avec l'aide d'un traitement de texte
avec présentation du matériel expérimental
avec utilisation d'un logiciel spécifique
Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique
Juin 2010
présentation d'expérimentations aux élèves
de CM1 par ceux de 4ème
La présence des collégiens lors de la visite a
favorisé le liaison primaire – collège en permettant
une communication directe entre élèves de
niveaux différents autour d’une même
problématique.
Diversité des connaissances travaillées
*la situation géographique des sources
*le trajet de l'eau dans la nature
*les différentes eaux : de source, minérales, du
robinet
*les états de l'eau
*les mélanges et les solutions
*l'importance de l'eau et des sels minéraux sur la
santé
*ce qu'est un minéral
*la fabrication du sel
*des poésies
Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique
Juin 2010
Réponse au défi
(synthèse des différentes
conclusions des classes)
Pour reconnaître les eaux minérales d'Évian et
d'Hépar sans les étiquettes, on peut :
comparer leur goût car celui-ci dépend de la
quantité de sels minéraux dissous dans
l'eau (l'eau d'Hépar a un goût plus fort car
elle contient plus de sels minéraux) ;
faire évaporer la même quantité de chaque
eau pour mesurer la quantité de sels
minéraux restant dans le récipient (l'eau
d'Évian sera celle pour laquelle il y aura le
moins de résidus) ;
comparer les masses des deux eaux (1,5l
d'eau d'Hépar pèse environ 3 g de plus que
la même quantité d'eau d'Évian à cause des
minéraux qu'elle contient)
Défi scientifique 2009-2010 du REP Gentilly
éclairages et commentaires de la coordonnatrice REP de la circonscription
Le contexte
Depuis trois ans, dans le cadre de la liaison école-collège, un défi scientifique est proposé aux élèves
du Collège Rosa Parks, tête du réseau d’éducation prioritaire, et des classes de CM1 des écoles de
Gentilly. Au premier trimestre le défi est choisi, au deuxième les séances sont menées et enfin au
troisième une exposition commune est réalisée dans l’enceinte du collège. Cette exposition est visitée
par chaque classe participante et animée par la coordonnatrice et quelques élèves du collège qui
montrent des expériences et présentent les affiches.
Après avoir cherché à expliquer les phases de la lune en 2007-2008, puis à séparer du sel et du poivre
en 2008-2009, tous les élèves de CM1 et de la quatrième « option sciences » du collège du Réseau
d’Éducation Prioritaire de Gentilly ont répondu au défi scientifique de cette année, en réfléchissant à
une expérience qui permettrait de faire la différence entre deux eaux minérales : l’eau d’Hépar et l’eau
d’Évian.
Le sujet du défi a été choisi en début d’année scolaire en concertation entre les professeurs des écoles
des classes de CM1, des professeurs de sciences du collège, du conseiller pédagogique de la
circonscription, de la coordonnatrice REP et enfin du maître formateur pour l’enseignement des
sciences, de la technologie et de l’EDD.
Le défi devait porter à la fois sur le programme du cycle 3 des écoles (Ici : La matière : L'eau : états et
changements d'état ; Mélanges et solutions) et sur celui du collège. Par ailleurs, il devait permettre la
mise en place d’une démarche d’expérimentation.
L’eau d’Hépar et d'Évian ont été choisi en raison de leur grande différence de minéralisation (l’eau
d’Hépar étant beaucoup plus fortement minéralisée que celle d'Évian). Les expériences pour être
concluantes devaient mettre en évidence cette différence.
L’attitude des élèves pendant le défi
Un défi scientifique entre l'école primaire et le collège stimule les élèves et maintien leur mobilisation du
début à la fin : relever le défi, proposer des hypothèses et les expérimenter rencontrent l’adhésion de la
grande majorité des élèves.
Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique
Juin 2010
Le passage à l’écrit nécessaire pour formuler les hypothèses, faire la liste du matériel ou bien décrire ce
qu’on observe, en est d’autant plus facilité.
Le cahier de sciences individuel a permis à chacun de garder en mémoire sa démarche, et alimenté la
rédaction des affiches.
L'exposition finale, annoncée dès le début du défi, donne du sens au passage par l'écrit, car chaque
production est destinée à être lue par d’autres élèves qui devront comprendre la démarche suivie. D’où
le soin apporté à la qualité des affichages : orthographe, formulation, mise en page.
Le travail de groupe pour les expériences encourage la participation de chacun, et permet l'acquisition
de compétences en matière d'organisation et de respect des règles de vie de la classe.
Les mises en commun nécessaires pour connaître les propositions ou les résultats des uns et des
autres améliorent la prise de parole, l’écoute des autres, l’argumentation et la remise en cause de
chacun.
Le point de vue des enseignants
Au début, les enseignants étaient un peu dubitatifs face à la notion de sels minéraux dissous dans
l’eau, celle-ci étant éloignée des préoccupations quotidiennes des élèves. Certains enseignants ont
même dû faire des recherches préalables sur le sujet afin de se rassurer.
Les freins rencontrés chez les enseignants peuvent se situer à deux moments :
avant le lancement du défi en raison de l’inconnu concernant les hypothèses des élèves :
Que vont-ils proposer ? Comment alors vérifier leurs hypothèses ? Quel matériel va être
nécessaire ?
après les premières expériences qui n’ont pas immédiatement permis la résolution du défi,
aucune nouvelle proposition n'est venue des élèves : Comment débloquer la situation
sans dévoiler la solution ? Quels documents adaptés au niveau des élèves proposer pour
inciter à l’élaboration de nouvelles hypothèses ?
Les premières réticences sont tombées dès que les élèves se sont emparés du défi en proposant les
expériences. Une fois la liste du matériel élaborée, l’enseignant a pu se le procurer soit en puisant dans
les ressources de l’école, soit en empruntant au collège ou dans la malle science de la circonscription.
Les manuels scolaires et Internet ont été les principales sources documentaires, conciliant informations
utiles sur le sujet et niveau de formulation adapté.
Commentaires
Pour la troisième année, la liaison école/collège a pris appui sur un défi scientifique lancé par la
circonscription.
Grâce à la reconduite de cette action, aux constats faits par les enseignants les années précédentes,
au concours des professeurs du collège, de la coordonnatrice ZEP et des formateurs suivant ce projet,
on constate chaque année une implication de plus en plus importante dans la démarche d'investigation
préconisée par les programmes, ainsi qu'une nette amélioration et une diversification dans les
productions écrites présentant les travaux.
Document réalisé par
Claude Chat
,
animateur départemental pour l'enseignement des sciences, de la technologie et de l'EDD
Pour tout commentaire :
claude.chat@ac-creteil.fr
juin 2010
Inspection académique du Val-de-Marne - Défi scientifique
Juin 2010
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.