POLITIQUE AGRICOLE EN AFRIQUE APPEL A CANDIDATURES ...

De
Publié par

CP, Primaire, CP
  • exposé - matière potentielle : groupe
  • leçon - matière potentielle : comparatives en cours
  • cours magistral
  • cours - matière potentielle : courte durée
  • exposé
1 UNITED NATIONS NATIONS UNIES INSTITUT AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE PLANIFICATION AFRICAN INSTITUTE FOR ECONOMIC DEVELOPMENT AND PLANNING (IDEP) COURS DE COURTE DUREE DE L'IDEP POLITIQUE AGRICOLE EN AFRIQUE Session Bilingue (Anglais/Français) IDEP, Dakar (Sénégal), 04–22 avril 2011 APPEL A CANDIDATURES ET NOMINATIONS Janvier 2011 B.P. 3186 CP 18524 Dakar, Sénégal Tél.: (221) 33 823-10-20 Fax: (221) 33 822-29-64 Page Web: Email: idep@unidep.
  • commerce intérieur des produits agricoles
  • promotion de la production
  • développement national
  • secteur agricole
  • politiques agricole
  • politique agricole
  • politiques agricoles
  • pays africains
  • pays africain
  • nationale
  • nationaux
  • national
  • nationales
  • capacité
  • capacités
  • développements économiques
  • développement economique
  • développement économique
  • développement économiques
Publié le : mercredi 28 mars 2012
Lecture(s) : 35
Source : unidep.org
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
UNITED NATIONSNATIONS UNIES INSTITUT AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE PLANIFICATION AFRICAN INSTITUTE FOR ECONOMIC DEVELOPMENT AND PLANNING (IDEP)
COURS DE COURTE DUREE DE L’IDEP POLITIQUE AGRICOLE EN AFRIQUE Session Bilingue (Anglais/Français)IDEP, Dakar (Sénégal),04–22 avril 2011APPEL A CANDIDATURES ET NOMINATIONS Janvier 2011 B.P. 3186CP 18524Dakar, SénégalTél.: (221) 33 8231020Fax: (221) 33 8222964 Page Web:http://www.unidep.org Email:idep@unidep.org  1
POLITIQUE AGRICOLE EN AFRIQUE
IDEP, Dakar (Sénégal), 04 – 22 April, 2011
1.INTRODUCTION L'agriculture est directement et indirectement le pilier de près de deux tiers des Africains. En plus de constituer une source cruciale de revenus des particuliers et des ménages, elle sert également de soubassement pour la plupart des économies nationales. La production agricole et le commerce intérieur des produits agricoles sont au cœur du fonctionnement des marchés locaux, de la lutte contre la pauvreté, de la création d'emplois et de la quête pour une meilleure sécurité alimentaire nationale. Les exportations agricoles africaines jouissent d'une position dominante dans les relations commerciales internationales ducontinent, y compris les échanges transfrontaliers intra africains formels et informels. Au demeurant, le secteur agricole représente une source importante de matières premières pour la production d'une variété de produits finis et semifinis. Les services liés à la promotion de la production et la productivité agricoles occupent également une place privilégiée dans la plupart des économies africaines. En somme, l'agriculture continue d'offrir l'une des meilleures bases possibles pour promouvoir le développement économique global en Afrique, y compris les opportunités pour la croissance et l'expansion du secteur industriel.
L'on s'accorde généralement sur le fait que, si les pays africains réussissaient à maîtriser leurs politiques agricoles de façon à non seulement diversifier laproduction et améliorer la productivité mais aussi à créer de fortes liaisons avec les autres secteurs économiques et privilégier les objectifs généraux de politique sociale, le continent serait bien sur la voie de sortir du sousdéveloppement. La créationet le renouvellement d'une masse critique de capacité interne pour concevoir et mettre en oeuvre une politique agricole solide dans des environnements en rapides mutations est, en tout état de cause, absolument indispensable pour l'accélération du développement de l'Afrique. Cela reste d'autant plus vrai que le continent africain incarne un objectif important et croissant pour l'exportation des produits agricoles subventionnés, y compris les produits alimentaires, qui risquent d'évincer les producteurs locaux sur les marchés nationaux et régionaux avec des implications pour la sécurité alimentaire nationale et régionale . Dans le même temps, de nombreux nouveaux producteurs sont apparus sur le marché mondial qui concurrencent vigoureusement les exportations africaines de cultures de rente, érodant ainsi la part du continent dans le commerce mondial pour un nombre incalculable de produits de base. Pensant que les anciennes préoccupations telles que les termes de l'échange des exportations agricoles africaines et le subventionnement massif des producteurs agricoles moins compétitifs dans les pays développés par leurs gouvernements restent de mise, de nouvelles questions tournant autour des contrôles oligopolistiques exercés par les principales multinationales sur le marché mondial des semences, l'introduction des récoltes génétiquement modifiées, la durabilité de l'environnement et l'intérêt accru des spéculateurs financiers internationaux sur les marchés agricoles internationaux ont posé de nouveaux défis de politique aux pays africains. Ces défis viennent avec en toile de fond de nouvelles pressions sur les petits exploitants africains qui constituent le rempart du secteur agricole dans l'essentiel du continent et la ruée massive vers et l'accaparement des terres arables à travers le continent par une série d'intérêts commerciaux internationaux, y compris les firmes multinationales agroindustrielles. Une politique agricole qui
soit apte à relever les défis auxquels sont confrontés les pays africains doit maîtriser les interrelations complexes entre les processus nationaux et internationaux si le développement national durable doit être induit par la mobilisation des opportunités offertes par le secteur agricole. 2.OBJECTIFS DU COURS. Le cours a pour but d'assurer une formation en politique agricole afin de renforcer et/ou de renouveler les connaissances et la capacité des décideurs africains, y compris les gestionnaires supérieurs, les négociateurs, les conseillers, les planificateurs et analystes, à faire face aux principaux défis en matière de développement du secteur agricole en tant que moteur central de développement économique et de politique sociale nationaux. Ce faisant, le cours est conçu de façon à exposer aux participants non seulementl'état actuel des connaissances et des leçons comparatives en cours en Afrique, mais aussi quelquesunes des meilleurs pratiques pouvant servir d'exemples pertinents sur la façon dontun modèle de politique agricole intégré et global a servi àpromouvoir latransformation économique et lebienêtre social. Le cours s'intéressera aux questions de politique communes à la plupart des gouvernements africains. Il s'agit notamment de l'amélioration de la production et de la productivité agricoles, du renforcement des relations entre l'agriculture et les autres secteurs économiques, du renforcement de la sécurité alimentaire nationale, de la lutte contre la pauvreté, de l'amélioration de l'emploi, de la promotion de la durabilité environnementale et du renforcementdes moyens d'existence durables dans les zones rurales, y compris l'égalité du genre.Ce sont là des questions qui ont été aussi soulevées par la Commission de l'Union Africaine, les Communautés Économiques Régionales (CER), la Commission Economique pour l'Afrique (CEA), la Banque Africaine de Développement (BAD) ainsi que par le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD). 3.PARTICIPANTS CIBLES. Le cours est conçu pour prendre en compte les besoinset les intérêts des cadres de politique de niveau supérieur et intermédiaire au sein dusecteur public, ayant en charge entre autres la promotion de la production, la productivité et le marketing agricoles; la conception et la gestion des services de vulgarisation des communautés rurales; l'amélioration des revenus des ménages, la réduction de la pauvreté rurale et la réalisation de la sécurité alimentaire nationale; la négociation et lagestion des accordsinter Etatsen matière de commerce agricole; ainsi que la formulation et le contrôle des politiques quant au commerce intra Africain des produits agricoles. Bien que les cadres du secteur public constituent l'auditoire central cible du cours, une attention sera accordée aux candidats éligibles des principales Communautés Économiques Régionales (CER), auxcadres supérieurs des Organisations Non Gouvernementales impliquées dans le secteur agricole, et à ceux du secteur privé formel profondément ancré au sein du secteur agricole. Dans tous les cas, pour être admis au programme, les candidats doiventêtre titulaires d'un diplôme de maîtrise ou équivalent, et justifier d'au moins trois années d'expérience professionnelle post universitaires pertinentes.
 2 
4.COMPETENCES ET RESULTATS ATTENDUS. Une meilleure compréhension de la nature multiforme du développement agricole en Afrique, ainsi qu' un exposé d'une gamme d'approches alternatives à la croissance dusecteur agricole pour un développement national durable; Une capacité renforcée en matière de formulation, d'exécution, de contrôle et d'évaluation de la politique agricole interne pour l'amélioration de la production et de la productivité, ainsi que l'accomplissement d'autres objectifs stratégiques en rapport avec ledéveloppement national; Des connaissances comparatives actualisées en matière de politiques et de pratiques agricolesen vigueur dans les autres parties du monde; Une meilleure capacité à appliquer des outils et des méthodes pratiques pour le diagnostic etla résolution des problèmes de développement agricole; et Une amélioration de la capacité à participer efficacement dans les négociations commerciales agricoles internationales. 5.CONTENU Parmi les thèmes qui seront développés dans le cours, l'on peut citer:L'agriculture africaine dans un contexte mondial comparatif; Théorie et pratique de la politique agricole; Profils des principaux produits agricoles de l'Afrique; Profils des principaux marchés internationaux des produits agricoles; Typologie des politiques agricoles en Afrique; Instruments clés de la prise de décision et de la mise en œuvre agricole; Economie politique de la production et du marketing agricole en Afrique; Politique agricole dans les stratégies nationales de développement; Gestion des chocs sur les prix agricoles; Création et renforcement des relations agriculture industrie en Afrique; Financement du développement agricole en Afrique; Institutions de développement agricole; Controverses en matière de sécurité alimentaire en Afrique;et Développement agricole et durabilité environnementale. 6.APPROCHE PEDAGOGIQUE. L'approche pédagogique de l'IDEP se fonde sur le principe que les participants au cours sont de fait, des professionnels bien informés qui apportent des expériences pouvant être exploitées efficacement pour le bénéfice de tous les stagiaires. À cette fin, une approche hautement interactive reste privilégiée entre les personnes ressourceset les stagiaires mais aussiparmi ces derniers euxmêmes. Aussi, les activités de développement de capacité et de formationde l'IDEP visent à fournir auxparticipants une gamme d'approches alternatives pour réfléchir sur etfaire face aux principaux défis stratégiques, les mêmes sur lesquels se penchent lesplanificateurs du développement ainsi que les gestionnaires de l'économie dans leur travail dans des environnements tels que ceux présentés par les pays africains. En outre, l'on s'efforce d'établir un équilibre entre la formation et l'enseignement. Par conséquent,une importance particulière est accordée à la politique et aux questions pratiques pertinentes, de même que des cours magistraux sont dispensés en association avec des études de cas, des visites de terrain, des exposés de groupe et un échange d'expériences parmi les participants. À la fin de chaque session, le cours fait l'objet d'une évaluation complète pour permettre à l'IDEP de renforcer ses activités de développement de capacité et de formation.
 3 
7.FORMAT. Langues: le cours sera dispensé en anglais et en français grâce à la disponibilité des services d'interprétation simultanée. Duréesemaines, soit un total de 75 heures.: le cours se déroulera sur trois (3) Nombre de participants: vingtcinq (25) au total. Intervenants: Le cours sera dispensé par un groupe de personnes ressources invitées par l'IDEP en vue de piloter le programme. Les personnes ressources sont des professionnels et des experts de haut niveaudotés d'un niveau solide en matière de connaissances et de pratique de l'agriculture africaine. 8.FRAIS D'INSCRIPTION AU COURS: 2.400$EU (PS: Ce montantne couvre pas le coût du voyage par avion ainsi queles frais de subsistance) 9.BOURSE: L'IDEP offre un nombre limité de bourses partielles ou complètes à ceux ou celles admis (es) à participer dans ses cours de courte durée. 10.DATE Début du cours:avril 2011Lundi, 04 Fin du cours:Vendredi, 22avril 2011 11.DATE LIMITE DE RECEPTION DES CANDIDATURES ET NOMINATIONS: Vendredi,04 mars 2011N.B. L'IDEP encourae et auie articulièrementla articiation de femmes qualifiées dans son programme de développement de capacité et de formation. 
 4 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.