Quelques suites au livre LIBRE inventées par les élèves de CM1 CM de l'école de Ciron

De
Publié par

Niveau: Elémentaire, Primaire, CM1
Quelques suites au livre « LIBRE » inventées par les élèves de CM1/CM 2 de l'école de Ciron J'essaie de retrouver mon chemin, des heures passent. Soudain je vois un humain, il est tout bronzé de la tête aux pieds, son t-shirt est tout déchiré, je m'apprête à partir mais il m'appelle, j'ai pitié. J'y vais et il me chuchote à l'oreille «Bonjour, je m'appelle Touskakroume » et soudain il s'est endormi. Je le ramène à la maison. Pendant le chemin il se réveille. Arrivés à la maison Touskakroume dit à Kadu : «Bonjour je m'appelle Touskakroume», Kadu se lève et lui dit bonjour. Bien sûr je suis surprise de le voir, on se fait un gros câlin, puis nous lui demandons : «D'où viens-tu ?» Surpris, il nous dit : «Je suis ...un... Hamadas!» Alors des milliers de questions nous viennent à la tête... mais deux sont plus importantes alors on les lui pose : - « Si tu es un hamadas comment se fait-il que tu ressembles à un humain ?» - « C'est à cause des humains justement ! Ce ne sont pas les mêmes que toi, mais un enfant m'a vu manger et l'a dit à ses parents. Ses parents ont mis un médicament très bizarre dans un fruit qu'ils m'ont donné.

  • culotte sur la tête

  • dit bonjour

  • tête aux pieds

  • kassia

  • kadu

  • louis cm1

  • bonjour

  • fille kassia


Publié le : vendredi 8 juin 2012
Lecture(s) : 25
Tags :
Source : ac-orleans-tours.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Quelques suites au livre « LIBRE »
inventées par les élèves de CM1/CM 2 de l’école de Ciron
J'essaie de retrouver mon chemin, des heures passent. Soudain je vois un humain, il est tout bronzé de
la tête aux pieds, son t-shirt est tout déchiré, je m'apprête à partir mais il m'appelle, j'ai pitié.
J’y vais et il me chuchote à l'oreille «Bonjour, je m'appelle Touskakroume » et soudain il s'est endormi.
Je le ramène à la maison. Pendant le chemin il se réveille. Arrivés à la maison Touskakroume dit à
Kadu : «Bonjour je m’appelle Touskakroume», Kadu se lève et lui dit bonjour. Bien sûr je suis surprise
de le voir, on se fait un gros câlin, puis nous lui demandons : «D'où viens-tu ?»
Surpris, il nous dit :
«Je suis ...un... Hamadas!»
Alors des milliers de questions nous viennent à la tête... mais deux sont
plus importantes alors on les lui pose :
- « Si tu es un hamadas comment se fait-il que tu ressembles à un humain ?»
- « C’est à cause des humains justement ! Ce ne sont pas les mêmes que toi, mais un enfant m'a vu
manger et l'a dit à ses parents. Ses parents ont mis un médicament très bizarre dans un fruit qu'ils m'ont
donné. Je l'ai mangé et maintenant je suis sous forme humaine. »
Je lui pose l'autre question : «Comment as-tu fait pour survivre ? Après tout, tu n'avais pas de maison
! »
- « En fait, je m'étais mis à l'ombre et maintenant je veux rester tranquille à l'ombre. »
Sans hésiter je lui dis: «Reste avec nous ! Tu partiras quand tu le voudras !»
Kadu est très suspect mais il rigole puis devient beaucoup moins inquiet. Il va se coucher.
Touskakroume me dit: «Tu es très aimable ! »
Tout à
coup, je vais chercher Kadu, puis je lui chuchote : « On peut adopter Touskakroume ? » Kadu
dit : « Elle n'est pas mauvaise, cette idée ! »
Alors nous avons adopté Touskakroume.
Kassia CM1
Je commence à marcher. Je repense à ma famille d’accueil, l’accident dans la bulle.
Ma boursouflure ne saigne plus et ne me fait plus mal. Quand j'arrive à l'oasis, c'est déjà le matin.
Je continue à avancer. Je vois Kadu, je vais le voir en lui disant : «Tu avais raison ! »
Là, il m'emmène voir mes parents. Je suis toute contente. Je les sers dans mes bras et eux aussi. La
nuit tombe tout doucement et je me dis que je resterai toujours avec eux.
Margaux CM2
Je marche et bois beaucoup. Je ne suis pas encore arrivée que j'ai tout bu, il ne me reste plus d’eau. Je
me perds en route et me trouve dans une « babolite ». La babolite est un endroit où on maltraite les
enfants Hamadas. Je demande aux gens mon chemin mais ils ne me répondent pas. Ils m'attrapent et
me mettent dans la salle du dortoir. La salle du dortoir est une salle où ils dorment, elle est sale, elle
n'a pas de lit et il y a des trous et des clous qui sortent du plancher. Tous les enfants pleurent même
moi. Un homme ouvre la porte. Il prend un chapeau et met des papiers. Sur les papiers il y a écrit :
« mettre ta culotte sur la tête » « se mettre tout nu ».... Je pioche : « tu ne dois plus manger pendant
une semaine ». L'homme ferme la clé à double tour. J'ai eu une idée.
«Il faut qu'on réagisse ! Nous allons prendre les clous et nous réussirons à dévisser la poignée !»
Tous les enfants écoutent et se mettent au travail. Après avoir rassemblé tous les clous, un enfant me
pose une question : «Eh, ton plan est bien mais, après quand on sera sorti ils vont nous rattraper, on
n'a pas d'arme.» Je réponds : «Si ! On a une arme : les clous, on les jettera sur eux ou on les mettra par
terre.»
On dévisse et défonce la porte. Les hommes courent pour nous attraper mais on leur balance des clous
et on les fait tomber.
A la fin, les hommes sont tous par terre sauf un qui prend un filet. Il le lance sur nous. Nous sommes
piégés.
Le lendemain, nous partons au jugement : «Puni pour la peine du non respect de la loi. Ce jugement
peut-être horrible, on peut vous tuer ou vous mettre en prison à vie ou, être libéré mais c'est très rare
! »
Alors j'ai eu de la chance. Ils m'ont dit que j'étais intelligent donc ils m'ont relâché. Ils m'ont ramené
et j'ai retrouvé ma vie normale avec mes amis dont mon meilleur, Kadu, qui avait raison.
Je suis encore libre.
LOUIS CM1
Je marche pendant deux bonnes heures. Puis, après une grande dune de sable, il y a des palmiers. Et
plus je m'avance plus je sens les bonnes odeurs de fruits, puis je vois un petit peu d'eau. Derrière ce
petit oasis il y a un village, dans ce village mon père et ma mère m’attendent. Lorsque je les vois je
leur saute dans les bras. Alors je comprends que Kadu avait donc raison : les humains se servent de
nous pour travailler !
« Mais l'essentiel c'est que tu sois sain et sauf » me dit Kadu.
Kévin C
CM2
Que je suis fatiguée, mais il faut que je continue à marcher pour trouver cet oasis. Je vais
m'allonger sur le sable en attendant le jour. Je suis stupéfaite car je suis à côté de l’oasis. Il y a des
gens que je connais, des Hamadas comme moi et j'ai retrouvé Kadu. Que je suis contente de le
voir, je lui saute dans les bras et je lui dis :
«Es-tu content d’avoir retrouvé ta liberté mon cher ami ?»
Et Kadu me répond : «Oui, je suis si content !»
Alors je commence à avancer vers les autres, je retrouve ma famille : mon petit frère Kiyu, ma mère
Sinu et mon père Manau. Je vais vers eux et je suis en train de pleurer tellement je suis émue. Je
leur saute dans les bras. Je repense à toutes les bonnes choses que l'on a vécues ensemble. Ma
mère me regarde et me dit :
«Ne pleure pas et viens manger avec nous, nous mangeons des tomates.»
Mes larmes se sèchent et mes lèvres laissent la place à un sourire radieux. Ma famille me demande
de raconter mes aventures et nous passons un bon moment.
Linda CM2
Je retourne voir Kadu et lui dit : « Oui, t'avais raison. »
Mais, je suis repartie dans une nouvelle famille d'accueil. Pour maccueillir, il y a une femme qui s'appelle
Carol, un homme qui s'appelle Charli, un garçon
Kévin, et une fille
Kassia.
Un peu plus tard, je regarde si j'ai une puce électronique. Mais non, je n'en ai pas. Je dois jardiner, planter
des arbres, des fraisiers, arracher les mauvaises herbes, arroser les fleurs, les arbres ....
Pour dîner, on mange des fruits, et en plus j'ai une pose. Pendant cette pose, je joue avec Kévin et Kassia.
Et chaque jour ça recommence.
Antoine
CM2
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.